Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PERIFEREIA Étude régionale de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB (1450-1200 av. J.-C.)

 | 
Charlotte Langohr

Préface

Texte intégral

  • 1 Bennet 1987b ; Tsipopoulou 1995. Les apports de Tsipopoulou 2005a et Soles et al. 2008 ont plus ré (...)

1Cet ouvrage constitue le premier de deux volumes basés sur les résultats de mes recherches doctorales. Celles-ci examinaient la problématique historique et archéologique de la « Crète mycénienne ». La perspective adoptée au commencement de la thèse était celle d’une étude régionale de la Crète orientale, motivée notamment par ma participation chanceuse au projet archéologique de Palaikastro. Cette approche régionale partait du postulat que des dimensions de variation sont identifiables au sein du contexte général de la Crète aux Minoen Récent II-IIIB et que leurs mises en évidence et perspective pourraient éclairer d’une manière neuve la problématique globale de la « Crète mycénienne ». La Crète orientale a souvent été présentée comme connaissant une situation spécifique à la fin de l’Âge du Bronze, distincte du reste de l’île et hors de la sphère d’influence mycénienne1. Les contacts que sa population entretenait avec les autres régions crétoises ont en outre été peu investigués. Il est établi qu’aucun document inscrit en Linéaire B n’y a été découvert jusqu’à présent, contrairement à Knossos, Malia ou La Canée ; même, aucun des toponymes déchiffrés sur les tablettes ne correspondrait à quelque site de cette région. À cela s’ajoutent la résonance modérée au sein de cette dernière des pratiques qui avaient cours dans le reste de la Crète contemporaine (céramique imprégnée de traits mycéniens/knossiens, coutumes funéraires prestigieuses et « tombes de guerrier »), mais surtout un maintien particulièrement tenace des traditions antérieures, notamment au point de vue de la poterie. Ceci suggère la continuité culturelle entretenue par ses habitants. De là, l’hypothèse d’une fraction de la société crétoise au fonctionnement original et indépendant, qu’il y aurait lieu d’identifier et de définir archéologiquement.

  • 2 Smith 2002, Smith 2004, Smith 2005 ; MacGillivray 1997b ; Langohr 2006, Langohr 2008a, Langohr 200 (...)
  • 3 Cette question a été préliminairement investiguée par Brogan Smith et Soles 2002 et Langohr 2008b.

2Cerner la spécificité d’une région requiert avant toute chose de la replacer justement dans son contexte. Cette démarche nécessite un examen global de la problématique de la « Crète mycénienne », à la lumière des fouilles, des recherches et des débats les plus récents. Ce premier volume est le résultat de cette mise en contextes. Le second volume, consacré à une étude régionale de la Crète orientale, profitera de la publication en cours de résultats de fouilles de plusieurs sites investigués (Mochlos, Palaikastro, Petras, Zakros, Chrysokamino). Différents travaux ont toutefois déjà tenté de répondre partiellement à la question de la spécificité de la Crète orientale aux Minoen Récent II-IIIB2. En outre, la définition de la transition entre les phases des Minoen Récent IB-II-IIIA1 fait l’objet de plusieurs débats récents et sera particulièrement examinée dans ce second volume3.

3Je profiterai d’une anecdote récente qui traduit bien l’actualité toujours ardente de la problématique de la « Crète mycénienne » et son immixtion dans la discussion à chaque nouvelle découverte archéologique qui correspond à cette période de l’histoire de l’île. Le vase à étrier globulaire décoré qui illustre la couverture de cet ouvrage a été découvert cet été au cours des fouilles de l’Ecole Belge d’Athènes du site de Sissi, sur la côte nord de la Crète centrale. À la question de savoir s’il s’agit d’une production crétoise du Minoen Récent IIIB ou d’une importation du continent helladique, la divergence des opinions exprimées par les différents céramologues auxquels la photographie de ce vase a été présentée ne permet pas de trancher, mais manifeste bel et bien la complexité du débat ! Jusqu’à la réalisation d’analyses pétrographiques, je suggérerais une production crétoise, sur la base de sa décoration notamment, le motif de la « fleur minoenne » étant certainement indigène.

4À l’heure d’envoyer ce manuscrit pour publication, mes premiers remerciements vont à mon promoteur, le Professeur J. Driessen, pour ses conseils avisés, son soutien et ses relectures pointues des premières versions de ma thèse. Les commentaires des membres du jury, les Professeurs J. Driessen, C. Knappett, A. Farnoux, R. Laffineur et L. Verslype, lors de la soutenance de thèse ont permis de réajuster plusieurs pans de cette étude ; qu’ils soient ici également remerciés. Je tiens à témoigner toute ma reconnaissance aux chercheurs et spécialistes qui ont généreusement accepté de discuter de certains points spécifiques et de partager leurs connaissances, très souvent encore non publiées : M. Andreadaki-Vlasaki, E. Borgna, N. Cucuzza, T. Cunningham, J. Driessen, A. Farnoux, B. Hallager, S. Hemingway, C. Knappett, C. Macdonald, A. MacGillivray, E. Nodarou, L. Platon, D. Puglisi, J. Rutter, H. Sackett, I. Schoep, A. Smith, M. Tsipopoulou, L. Vokotopoulos et J. Zurbach. J’adresse enfin ma chaleureuse gratitude à mes amis et collègues rencontrés sur les projets archéologiques de Palaikastro, Malia et Sissi.

5La réalisation de ces recherches a été menée à bien grâce au financement du Fonds Spécial de Recherche de l’Université Catholique de Louvain et du Fonds Scientifique de la Recherche-FNRS.

6Cet ouvrage a pu être publié dans la nouvelle collection AEGIS grâce à la compétence et au savoir-faire de B. Deprez des Presses Universitaires de Louvain (PUL) et de G. Wouters de la CIACO, et aux talents de graphiste de M.-H. Grégoire.

7À ma famille et mes amis.

8À Geoffroy.

Notes

1 Bennet 1987b ; Tsipopoulou 1995. Les apports de Tsipopoulou 2005a et Soles et al. 2008 ont plus récemment nuancé cette affirmation.

2 Smith 2002, Smith 2004, Smith 2005 ; MacGillivray 1997b ; Langohr 2006, Langohr 2008a, Langohr 2008b, Langohr et Cunningham 2006.

3 Cette question a été préliminairement investiguée par Brogan Smith et Soles 2002 et Langohr 2008b.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540