Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Phénotype au génotype

 | 
Quentin Letesson

Conclusion

Texte intégral

  • 1 On vit ainsi en quoi, dans le chapitre précédant, Depthmap et l’analyse proxémique contribuèrent à (...)
  • 2 Que l’on peut systématiquement repérer au sein des systèmes mais qu’il est parfois plus délicat d’ (...)
  • 3 La House 1 de Chania étant un parfait exemple en la matière.
  • 4 Évidemment, il a fort à parier que la dynamique entre l’architecture palatiale et l’architecture d (...)
  • 5 Pour un développement de cette problématique, voir Letesson et Driessen 2008.

1L’intérêt de cet ouvrage ne découle pas réellement de la présentation de nouvelles informations, mais tient plutôt à la création de nouveaux liens au sein des données existantes. L’analyse de la syntaxe spatiale et les méthodes connexes ont ainsi mené à l’élaboration de nouvelles clés de lecture, d’un nouveau modèle de relations. Ce dernier se rapporte à la configuration architecturale mais s’étoffe également de réflexions relatives à l’impact du milieu bâti sur l’occupation et le mouvement1. Parmi les nombreuses considérations évoquées dans le chapitre précédent, certaines peuvent être mises en évidence et considérées comme les principaux apports de la recherche. À la lumière des résultats obtenus, on peut admettre l’existence d’un génotype architectural néopalatial. Ce dernier consiste en la combinaison récurrente de propriétés syntaxiques particulières. En d’autres termes, c’est essentiellement dans la manière dont s’agencent certaines de ces propriétés que s’exprime le génotype. D’un point de vue pratique, les exemples mis à contribution tendirent à souligner l’existence de prescriptions spatiales étroitement liées à des activités humaines particulières. Ainsi, un réel souci d’instaurer une démarcation nette entre l’intérieur et l’extérieur se retrouve globalement au sein du corpus. Elle n’exclut en rien l’existence d’un dialogue entre ces deux domaines mais le place en premier lieu dans le cadre d’une solidarité de nature trans-spatiale, dans un mode de communication subtil et potentiellement flexible mais indubitablement contrôlé. Ce dialogue primordial se retrouve en second lieu dans l’existence d’un pôle de convergence, théâtre d’une solidarité spatiale prononcée2. Ce dernier - souvent implanté sur un anneau externe au minimum - se trouvait dans une position dominante en regard de l’extérieur. À ce titre, il faisait office d’interface principale entre le domaine interne et l’extérieur du bâti. Cependant, il arrive qu’il soit aussi le point d’intersection de plusieurs anneaux internes ou soit pourvu d’espaces subordonnés dans une relation symétrique marquée. En ce sens, le pôle de convergence se présente également comme le lieu de rassemblement interne. Il peut se présenter de manière variable mais, en substance, on peut le repérer au sein de nombreux édifices. Il peut également se décliner au pluriel, pôle de convergence se scindant en zone d’accueil (solidarité spatiale en regard de l’extérieur) et aire de rassemblement (solidarité spatiale à l’échelle du domaine interne)3. Au-delà de cette transition intérieur/extérieur et de l’existence d’un pôle de convergence, on mit en évidence l’existence de prescriptions récurrentes en ce qui concerne l’intégration et la ségrégation de certaines cellules types. Le déploiement symétrique ou asymétrique d’espaces fut également mis en valeur comme indicateur potentiel de zones d’activités particulières et de leur séquençage éventuel. Ces remarques ont été à la base de la reconnaissance d’une segmentation assez marquée au sein de l’espace bâti au néopalatial. Cependant, la grande diversité des exemples étudiés est indéniable. Avec cette constatation, on touche au concept des variations du modèle. En effet, bien que le génotype existe, le fait qu’il tienne aux relations entre cellules et pas aux propriétés mêmes de ces dernières implique qu’il puisse se développer avec plus ou moins de régularité et adopter des modalités particulières à cause de facteurs variables tels que le contexte immédiat d’un bâtiment, l’ampleur de ce dernier et sa ou ses fonctions spécifiques - une donnée souvent bien plus difficile à cerner. À ce titre, nous avons souligné que les palais semblaient marqués par une cristallisation plus nette du génotype. Ils donnent l’impression d’en avoir été l’expression canonique et, comme on l’évoqua par le passé (Driessen 1989-1990), ils pourraient avoir été le laboratoire au sein duquel s’élaborèrent certaines tendances architecturales minoennes, dont la matérialisation d’un savoir social en un discours spatial récurrent : le génotype. En d’autres termes, bien que nous admettions que les palais n’aient pas nécessairement vu naître les formes architecturales minoennes (Schoep 2002b : 115-117 et 121)4, nous avons la conviction qu’ils jouèrent un rôle essentiel dans la constitution d’une syntaxe spatiale aux propriétés récurrentes, leur impact s’étant davantage manifesté au niveau de la structure que de la forme. C’est à ce titre qu’il pourrait être intéressant d’envisager dans le futur certaines manifestations particulières du génotype, par exemple l’adoption de la salle minoenne dans l’architecture dite domestique au MR IA qui, comme nous l’avons démontré, tient peut-être plus d’un emprunt de forme que de la retranscription fidèle d’un agencement structurel. Nous n’affirmons pas par là que la construction de salles minoennes hors du contexte palatial s’est faite dans l’ignorance la plus totale du ou des rôle (s) qu’elles avaient à y jouer mais simplement que l’adoption de ce type de cellule doit être envisagée comme un phénomène complexe sur lequel un examen de ses propriétés syntaxiques et de la place qu’elle a dans la configuration générale d’un édifice peut apporter un éclairage utile. Ces constatations fondamentales dessinent une nouvelle grille de lecture de l’espace bâti du Bronze Récent I en Crète. Elles offrent l’opportunité de pouvoir mener à bien de nouvelles analyses et de réexaminer certaines interprétations conventionnelles. À ce titre, bien que nous soyons convaincu de la nécessité de faire converger les résultats de nombreux types d’analyse afin d’obtenir une étude globale de l’architecture néopalatiale, certaines pistes de réflexion nous semblent dignes d’être mentionnées. Tout d’abord, il nous semble clair que l’existence d’un génotype commun, d’un modèle, et la reconnaissance du fait qu’il va de pair avec des variations plus ou moins marquées, des déclinaisons plus ou moins franches de la syntaxe récurrente, invite évidemment à ne pas catégoriser les édifices néopalatiaux de manière trop stricte mais à les considérer comme faisant partie d’un continuum. En termes d’organisation sociale, l’élaboration de l’environnement bâti au néopalatial, notamment en ce qui concerne sa segmentation, nous semble trahir l’existence d’un développement particulier. Pour être plus précis, nous serions tenté de dire que le néopalatial voit l’essor d’une plus grande segmentation de l’organisation sociale. Afin de l’illustrer, il peut être intéressant d’adopter une perspective dépassant quelque peu le cadre de ce travail5. De manière générale, on s’accorde à reconnaître l’importance qu’eurent de tous temps les espaces ouverts en Crète minoenne. De plus, le fait qu’on leur attribua souvent une vocation d’espace communautaire illustre indubitablement une certaine prépondérance du domaine externe. On pourrait donc considérer que l’organisation sociale tendait globalement à s’exprimer, à se définir et à se remettre en question dans un contexte spatial favorable au regroupement. Si cette tendance pourrait avoir été une des caractéristiques principales des Minoens à travers leur histoire, elle nous semble s’être progressivement nivelée. Dans cette évolution, nous avons l’impression que l’architecture néopalatiale constitue en quelque sorte l’aboutissement d’un souci d’accroître le contrôle du domaine interne sur la sphère externe. Ce souci se serait exprimé à différents niveaux, tant dans la matérialisation symbolique de lieux de culte externes (sanctuaires de sommets, cavernes) dans l’architecture palatiale (Letesson et Vansteenhuyse 2006 ; Hitchcock 2007) que dans l’essor d’espaces propres au regroupement au sein même du bâti et plus uniquement à l’extérieur de ce dernier. Le domaine externe (qu’il ait été balisé ou non) n’était désormais plus l’unique théâtre des rencontres et de la coprésence, c'est-à-dire de la solidarité spatiale. Au contraire, cette dernière tendit alors à s’exprimer à différents niveaux que la segmentation et l’élaboration de l’architecture néopalatiale contribuèrent à matérialiser. En d’autres termes, il semble que le cadre spatial faisant office de scène, d’arène pour les manifestations concourant à la reproduction sociale se diversifia. Les espaces ouverts à vocation communautaire ne disparurent pas mais cessèrent d’être l’unique moteur de la dynamique sociale. Au néopalatial, on est en droit de se demander si cette dernière n’avait alors pas considérablement gagné en complexité, exigeant de ce fait des cadres de matérialisation plus diversifiés et mieux contrôlés.

  • 6 Cette conception relationnelle de l’espace trouve essentiellement son origine dans la recherche en (...)
  • 7 Pour un plaidoyer en faveur d’une telle démarche et un aperçu critique de l’émergence de ce débat (...)

2Avant d’aborder brièvement les développements ultérieurs auxquels pourraient conduire les résultats de notre analyse, il nous semble important de revenir sur la manière dont l’espace - dans notre cas, architectural - fut abordé dans cet ouvrage. Comme nous l’avons évoqué à maintes reprises et comme l’a encore récemment affirmé un des fondateurs de la théorie de la syntaxe spatiale (Hillier 2005), l’espace est une réalité complexe, physique d’une part, car dotée de propriétés géométriques et structurelles plus absolues dont certaines ont indubitablement un impact sur les êtres humains mais également relationnelle, car profondément imprégnée, formée et déformée par les pratiques humaines, de sa création à son utilisation quotidienne6. Cette dualité fut souvent à l’origine d’une approche de l’espace faisant la part belle à l’un de ces deux aspects mais devrait plutôt nous inviter à adopter une perspective les prenant tout deux en considération (Soja 1996 ; Blake 2002 : 141)7. C’est dans cette optique que nous avons tenté d’appréhender l’espace architectural néopalatial et le dialogue permanent et complexe qui l’unit aux Minoens de l’Âge du Bronze Récent.

  • 8 À ce titre, la convergence souvent plébiscitée entre analyse de la syntaxe spatiale et analyse spa (...)

3Au-delà des résultats relatifs à l’étude de l’architecture néopalatiale, la recherche entreprise dans cette étude peut être valorisée à différents niveaux. Si l’analyse de la syntaxe spatiale permet de décortiquer les agencements cellulaires au sein d’édifices, elle rend également possible l’examen de systèmes plus vastes. Ainsi, en se focalisant sur l’ordonnancement urbain, on pourrait considérablement enrichir nos constatations en dépassant les limites physiques strictes des bâtiments et en les insérant dans leur contexte immédiat. Mis à part les établissements urbains qui, passant au crible de l’analyse de la syntaxe spatiale, pourraient être mis en parallèle, cette dernière pourrait contribuer à la création d’une méthode permettant de décoder le paysage néopalatial au sens large8. Si l’étude de cette topographie globale - tant physique que symbolique - est un défi exaltant, une démarche diachronique visant à caractériser plus avant les autres facettes de l’architecture minoenne devrait également être très prometteuse. À ce titre, les résultats de ce travail contribuent à établir une assise solide sur laquelle construire les réflexions futures, notamment en ce qui concerne l’évolution de la configuration de l’espace bâti en Crète minoenne et, par conséquent, dans une certaine mesure, celle de l’organisation de la société. En d’autres termes, les autres expressions du bâti (au Néolithique, au pré-et protopalatial ainsi qu’à la fin du Bronze Récent) pourraient se voir étudiés dans une visée similaire à celle qui retint ici notre attention. Une telle perspective permettrait indubitablement de mieux apprécier le développement de l’architecture minoenne ainsi que l’essor du génotype et l’ampleur de ses variations sur une vaste échelle chronologique.

  • 9 Les actes des différents Space Syntax Symposia sont essentiellement accessibles sur internet et pe (...)
  • 10 L’essor de la Place Syntax de la KTH School of Architecture à Stockholm est une des tendances méth (...)

4Il convient également de préciser que la démarche analytique employée connaît actuellement un essor considérable. Les études faisant appel aux théories et méthodes de l’analyse de la syntaxe spatiale sont de plus en plus nombreuses et tendent à gagner des domaines de plus en plus variés9. Bien que l’application de ces dernières soit encore des plus restreintes dans le cadre de l’archéologie minoenne, les données brutes produites dans ce travail (plans justifiés, plans Depthmap et données quantitatives) ont l’avantage d’adopter un langage que partage une vaste communauté de chercheurs. De ce fait, les résultats obtenus pourront être confrontés à de nombreux avis externes et bénéficier des développements théoriques et méthodologiques que ne cesse de générer le domaine de l’analyse de la syntaxe spatiale au sens large10.

  • 11 Dans cette démarche, la nécessité de tenter de faire la distinction entre espace couvert et ouvert (...)

5Dans une perspective pratique, l’étude de la syntaxe spatiale et ses modalités d’application attirent également l’attention sur le fait que chercheurs et archéologues doivent résolument prendre en considération la manière dont, dans le passé, les gens vivaient quotidiennement au sein des bâtiments et établissements mis au jour (Cutting 2003 : 19). En d’autres termes, lors d’une fouille, l’archéologue ne doit pas se borner à délimiter l’environnement bâti qu’il met au jour et à enregistrer les trouvailles qu’il y fait. Il doit garder à l’esprit que cet espace fut le théâtre d’une série d’activités impliquant des séquences de mouvements et des circonstances spatiales particulières. Ainsi, il est capital de tenter de repérer la manière dont on pouvait pénétrer au sein de chaque espace constitutif du plan. Dans cet ordre d’idée, l’existence de communications verticales doit également être mise à l’épreuve tout en gardant à l’esprit qu’elle n’implique pas systématiquement l’existence d’un escalier en bonne et due forme11. Dans le cadre de la fouille d’un bâtiment, certaines remarques susmentionnées invitent de plus à ne pas se limiter à la surface de ce dernier. En effet, repérer l’entrée ou les entrées d’un édifice est certes primordial mais il faut aussi s’astreindre à définir son contexte immédiat. Cette démarche peut notamment permettre d’appréhender certaines des modalités selon lesquelles les relations entre intérieur et domaine externe s’établissaient, qu’il s’agisse de la pénétration au sein du bâti ou de la manière dont ce dernier s’appropriait l’espace environnant.

  • 12 Comme évoqué plus haut, cette contextualisation impliquant évidemment des outils de recherche ne s (...)

6Au-delà de cette sphère étendue, cette préoccupation contribue également à mettre en œuvre une contextualisation plus globale, plaçant le bâti dans le réseau spatial étendu au sein duquel il s’inscrivait12. Ce souci de décoder la trame spatiale étant une étape primordiale en vue d’une meilleure compréhension de l’organisation sociale.

Notes

1 On vit ainsi en quoi, dans le chapitre précédant, Depthmap et l’analyse proxémique contribuèrent à renforcer certains des traits mis en évidence dans l’analyse de la syntaxe spatiale.

2 Que l’on peut systématiquement repérer au sein des systèmes mais qu’il est parfois plus délicat d’isoler dans le cas d’agencements arborescents.

3 La House 1 de Chania étant un parfait exemple en la matière.

4 Évidemment, il a fort à parier que la dynamique entre l’architecture palatiale et l’architecture dite domestique était une réalité complexe impliquant très probablement des rapports mutuels.

5 Pour un développement de cette problématique, voir Letesson et Driessen 2008.

6 Cette conception relationnelle de l’espace trouve essentiellement son origine dans la recherche en géographie et fut qualifiée de ‘spatial turn’ (Harvey 1996 ; Thrift 1996 ; Hetherington 1997 ; Murdoch 2005).

7 Pour un plaidoyer en faveur d’une telle démarche et un aperçu critique de l’émergence de ce débat entre espace absolu/géométrique et relationnel, voir le second chapitre de Knappett à paraitre.

8 À ce titre, la convergence souvent plébiscitée entre analyse de la syntaxe spatiale et analyse spatiale par le biais de S. I. G. est des plus prometteuses (voir par exemple Haciguzeller à paraître). Une telle démarche, visant à appréhender les relations entre culture matérielle et société à différents niveaux est au cœur de préoccupations de Knappett (Knappett à paraître).

9 Les actes des différents Space Syntax Symposia sont essentiellement accessibles sur internet et permettent de se faire une idée de la diversité des méthodes d’approche et des domaines de recherche concernés (http://www.spacesyntax.net/symposia/index.htm).

10 L’essor de la Place Syntax de la KTH School of Architecture à Stockholm est une des tendances méthodologiques au sein de laquelle les résultats de la recherche pourraient être valorisés dans le futur (http://www. arch.kth.se/sad/). Cette équipe de chercheurs a créé un plug-in de MapInfo permettant de mener à bien des analyses spatiales incluant également des problèmes d’accessibilité (distance métrique, densité,…). En d’autres termes, il s’agit d’une fusion entre les potentiels respectifs de l’analyse de la syntaxe spatiale et des S. I. G. (voir Ståhle et al. 2005 ; dans le cadre de l’architecture néopalatiale voir les résultats convergents de l’analyse de la syntaxe spatiale - Letesson 2005 - et d’une approche métrique sur ArcView - Haciguzeller à paraître).

11 Dans cette démarche, la nécessité de tenter de faire la distinction entre espace couvert et ouvert est évidente.

12 Comme évoqué plus haut, cette contextualisation impliquant évidemment des outils de recherche ne se limitant pas à la seule analyse de la syntaxe spatiale.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540