Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Phénotype au génotype

 | 
Quentin Letesson

Interprétation

Texte intégral

  • 1 De manière générale, les étapes de profondeur visuelle obtenues grâce à Depthmap seront mises en r (...)

1L’ensemble des édifices sélectionnés ayant été étudié, il s’agit désormais d’envisager les résultats dans une perspective plus globale. Dans un premier temps, on s’attellera brièvement à circonscrire le concept d’espace minoen tel qu’appréhendé dans le cadre de cette étude. Ensuite, en se basant sur les propriétés syntaxiques mises au jour dans le chapitre précédent, on dégagera certaines récurrences et particularités et on mettra à l’épreuve l’existence d’un génotype architectural minoen. Ces constatations seront alors enrichies par une réflexion d’ordre proxémique fondée sur les observations élaborées dans le cadre de l’étude individuelle des bâtiments concernés1. Pour terminer, ces résultats seront à l’origine de quelques réflexions concernant l’interprétation de la société minoenne au sens large.

1. L’espace minoen

  • 2 Récemment, Smith proposa un plaidoyer pour le développement d’une archéologie se focalisant sur le (...)

2En tant que telle, il est évident que la formulation ‘espace minoen’ est des plus floues. Il est donc nécessaire d’affiner ce concept et d’en rappeler les limites dans le cadre de cette étude. Tout d’abord, l’apposition des mots ‘espace’ et ‘minoen’ ne rend pas simplement compte d’un contenant et de son contenu (l’espace au sein duquel évoluaient les Minoens) mais bien, comme nous l’avons évoqué à plusieurs reprises, d’une réalité complexe où l’espace n’est pas seulement le théâtre des activités humaines mais bien partie intégrante de la dramaturgie culturelle minoenne au sens large. De plus, dans cet ouvrage, cet espace est avant tout architectural. Cela ne veut en aucun cas dire que nous octroyons à l’espace architectural une prééminence particulière, car il est évident qu’il s’insère dans une topographie complexe2, un réseau de relations spatiales qui dépasse le simple cadre d’un édifice :

There are no ‘empty spaces’ within the structure of a built environment […] While there may be limits to a settlement per se, a boundary (fixed or loose) beyond the last farm plot, there may be a peak or cave sanctuary several kilometers removed from the latter, which is topologically and functionally part of the network of architectonic spaces of the settlement proper (Preziosi 1983 : 205).

  • 3 Bien que les résultats obtenus à l’aide du logiciel Depthmap sont traités avec ceux de l’analyse d (...)
  • 4 Il est par exemple peu question de typologie de pièces, de mobilier ou de matériaux.
  • 5 À titre d’exemple, en ce qui concerne le monde minoen, Sanders proposa une étude architecturale fo (...)
  • 6 Rappelons que l’exigence d’un échantillon d’édifices relativement conséquent est une des exigences (...)

3C’est fort de cette conviction que nous avons mené notre analyse à bien même si nos travaux se concentrent sur une expression particulière de l’environnement minoen : l’architecture. Outre le fait de cibler l’architecture, une limitation d’ordre chronologique est appliquée. En effet, comme énoncé ci-dessus, ce n’est pas l’architecture minoenne au sens large qui est envisagée mais bien certaines manifestations de l’architecture de l’époque néopalatiale. L’objet de l’étude ayant été brièvement recadré, il s’agit maintenant d’en faire de même en ce qui concerne les méthodes d’analyse utilisées. De manière générale, l’architecture peut être subdivisée en trois éléments : la structure (tant matérielle qu’organisationnelle), la forme et la fonction (quelle que soit la portée de cette dernière) (Palyvou 1999 : 610 ; Palyvou 2005 : 180). Néanmoins, ces éléments forment un tout (le bâtiment en tant qu’entité physique mais également comme vecteur de signification) et résultent de processus complexes d’influences, d’invention et de manipulation. Les trois étapes d’interprétation proposées ci-dessous sont chacune plus étroitement liées à un de ces éléments constitutifs de l’architecture. L’analyse de la syntaxe spatiale s’intéresse principalement à la structure organisationnelle de l’architecture et à la manière dont celle-ci peut être révélatrice à différents niveaux. Les approches proxémiques ciblent plus directement la forme de l’architecture, en tant que cadre physique et sensitif3. Évidemment, étant donné que ces deux démarches sont essentiellement appliquées ici à un aspect bien particulier de la structure - l’agencement des espaces constitutifs d’un plan - et à une manifestation relativement élémentaire de la forme - ses propriétés basiques4, les informations qu’elles sont à même de produire donnent une image élémentaire de la fonction. Cette volonté de restreindre la portée de l’analyse est davantage liée à l’objet de l’étude qu’aux méthodes employées5. En effet, il nous parût nécessaire de considérer l’architecture néopalatiale dans son étendue la plus vaste et d’en envisager le plus grand nombre d’exemples6. Il est évident que, dans une telle perspective, tous les aspects de l’architecture ne pouvaient être envisagés de concert. Bien qu’une réelle étude fonctionnelle de l’architecture néopalatiale ne puisse être le fruit que d’une approche pluridisciplinaire regroupant des considérations portant sur toutes les dimensions du bâti et de son contenu (Palyvou 1990 : 55 ; Palyvou 1997), le dernier point de ce chapitre lancera malgré tout quelques pistes de réflexion à ce sujet.

2. Syntaxe spatiale

  • 7 À plus forte raison quand il s’agit de comportements humains de l’Âge du Bronze ; « In ‘ reading’M (...)

4Bien que les limites de l’analyse de la syntaxe spatiale aient été évoquées ci-dessus, quelques remarques préliminaires sont malgré tout nécessaires avant d’en étudier plus particulièrement les résultats. L’analyse de la configuration et de la visibilité ne doit en aucun cas être considérée comme génératrice de réalités nécessaires. Les plans justifiés, les valeurs chiffrées y étant associées et les plans Depthmap forment un domaine du possible et indiquent de ce fait des conditions suffisantes. En d’autres termes, et pour donner un exemple, ce n’est pas parce qu’un agencement spatial permettait aisément de passer d’un endroit à un autre que les Minoens l’utilisaient de cette manière. On retrouve ici le concept d’ambigüité précédemment évoqué. En effet, notre position d’observateur, nous plaçant en dehors du contexte culturel dont les comportements humains sont issus, entrave inévitablement la compréhension de ces derniers7. Aussi, la principale visée de ce travail sera de tenter de mettre en évidence l’existence d’un modèle architectural minoen par le biais de l’étude des relations qu’entretiennent les différentes cellules constituant les édifices et des variations de celles-ci à l’échelle d’un vaste corpus. Quelques précisions doivent être faites à ce sujet. Premièrement, telle qu’énoncée, cette démarche fut déjà adoptée par la passé. En effet, les travaux de Preziosi ont très nettement contribué à envisager l’architecture minoenne sous un jour nouveau (Preziosi 1979 ; Preziosi 1983). C’est ainsi que l’on retrouve pour la première fois l’idée d’une véritable nécessité de considérer les éléments formatifs de l’architecture minoenne en tant que tels mais surtout dans le cadre des modèles de relations qui les unissent (ces modèles pouvant transcender les particularités de taille, de couleur, de texture, de matériaux, d’orientation) : « […] what distinguishes this architectural corpus are the patterns of association and relationship which it manifests, rather than a material homogeneity of formation. » (Preziosi 1983 : 200). Cette démarche s’est avant tout focalisée sur la mise en évidence, à travers l’étude d’un grand nombre d’édifices, d’une cohérence en termes de configuration géométrique parmi les cellules du corpus architectural minoen :

Possibly one of the most important discoveries in connection with the study of Minoan architecture has been the fact that (A) all of the cellular configurations found in the corpus can be seen as simple variants of a small set of basic conformations and proportions, and that (B) this limited set of forms reveals an internally coherent orderliness : the set of forms, in other words, comprises a system in its own right, in opposition to systems of other corpora (Preziosi 1983 : 200).

5Ces conceptions eurent évidemment un impact non négligeable sur la manière d’étudier l’architecture minoenne par la suite. Indubitablement influencée par Preziosi, Palyvou s’attela très nettement à définir l’existence d’un modèle architectural et de ses variations (Palyvou 1987 ; Palyvou 1990 ; Palyvou 1999 ; Palyvou 2005 : 155-171), notamment dans le cadre de l’étude d’Akrotiri :

If we understand the general model, then the exceptions or variations make more sense, because we have to see why they are there. We have to look at the specific cases, then look at the general model and then go back again. When we get to the recurring pattern and then back to the exception, we may get the most amazing results. Exceptions have a reason for being deviant from the model. The prevailing priorities stand out better that way (Palyvou 1997 : 158).

  • 8 Le principe d’une unité de mesure de base est admis mais sa valeur est pour le moins controversée.

6On comprend évidemment à quel point l’application de l’analyse de la syntaxe spatiale à l’architecture néopalatiale rencontre les aspirations de ces deux chercheurs. Néanmoins, cette méthode permet de creuser plus avant les modèles de relations et leurs variations en mettant en évidence ce qu’Hillier et Hanson considèrent comme la traduction de certaines des propriétés les plus basiques de l’espace (qu’elle soit qualitatives - plans justifiés et types topologiques - ou quantitatives - valeurs d’intégration et de contrôle). Nous reviendrons évidemment par la suite, à la lumière de notre analyse, sur certaines des considérations fondamentales de Preziosi et Palyvou, notamment en ce qui concerne la circulation au sein des bâtiments minoens. Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient encore de signaler que les modalités selon lesquelles les relations entre cellules constitutives de l’architecture néopalatiale s’élaborent et les schémas de circulation potentiels qu’elles induisent ne forment évidemment pas l’unique facteur conditionnant l’aspect et la construction des édifices. À ce titre, on se contentera de rappeler la mise en évidence de l’utilisation d’une unité de mesure systématique et de procédés de planification complexes et réfléchis (Graham 1960 ; Cherry 1983 ; Preziosi 1983 : 319-478 et 481-482 ; Schmid 1985 ; Hitchcock 1997 ; Preziosi 2003 ; Bianco 2003)8 mais également l’idée d’un rapport étroit entre la construction des édifices minoens (ou de certaines de leurs parties) et des réalités topographiques et/ou célestes (Shaw 1973b ; Preziosi 1983 : 501-508 ; Driessen et Sakellarakis 1997 : 72-73 ; Goodison 2000 et 2004). De manière plus générale, la mise en œuvre d’un édifice peut être considérée comme le fruit de la conjonction de nombreux facteurs : le climat, la topographie, les matériaux disponibles, le niveau technologique, les ressources économiques, la fonction ainsi que l’existence de conventions culturelles (Rapoport 1977 : 82-83 ; Schiffer 1983 ; Preziosi 1983 : 202 ; Sanders 1990 : 44-46). Sans pour autant nier la valeur ou l’importance de ces facteurs, cette étude se focalise principalement sur les agencements spatiaux et leurs configurations.

  • 9 Il convient toutefois de préciser que les tableaux ne présentent pas systématiquement les valeurs (...)

7En ce qui concerne l’analyse de la configuration en tant que telle, il est évident que l’on renvoie au chapitre précédent pour toute considération précise relative à un édifice en particulier. En effet, bien que les divers bâtiments sélectionnés furent analysés individuellement dans un premier temps, c’est le corpus qu’ils forment qui est désormais le centre de nos préoccupations. Afin de mener à bien l’étude de ce dernier, nous partirons d’une perspective très générale et ciblerons peu à peu nos observations. En pratique, nous nous concentrerons tout d’abord sur les données qualitatives élémentaires, c’est-à-dire la manière générale dont s’agencent les cellules au sein des différents plans justifiés. Conjointement, les indices tirés des types topologiques seront évalués. Cette démarche ayant pour but d’établir une classification topologique des bâtiments. Dans un second temps, les propriétés quantitatives les plus élémentaires que sont l’intégration du système global depuis l’extérieur, la profondeur moyenne et l’intégration moyenne seront envisagées. Ensuite des réalités plus complexes tels que la variation des valeurs d’intégration ou le facteur de différence seront examinées. À ce stade, l’analyse sera encore assez neutre, c’est-à-dire qu’elle se contentera de mettre en évidence des propriétés syntaxiques sur base des plans justifiés sans que les cellules soient étiquetées d’une manière ou d’une autre. En effet, cibler dès l’origine certaines cellules au détriment d’autres reviendrait à occulter une partie de la réalité spatiale des édifices et pourrait contribuer à biaiser l’interprétation9. Néanmoins, comme nous l’avons évoqué, il existe des cellules que l’on pourrait qualifier de récurrentes. Une fois les opérations susmentionnées menées à bien, ces cellules récurrentes seront examinées à la lumière de leurs propriétés syntaxiques. Dans une démarche similaire, certaines fonctions telles que le stockage, l’artisanat ou la préparation de nourriture seront également envisagées. Par la suite, certains édifices seront mis à contribution afin d’illustrer l’existence de propriétés syntaxiques et de l’interprétation pouvant en être faite. Les palais feront également l’objet d’une approche plus ciblée. Pour terminer, l’existence d’un génotype architectural minoen sera évoquée et commentée.

2. 1. Considérations qualitatives

  • 10 Au total, 70 plans justifiés sont examinés dans ce chapitre.

8Les constatations les plus élémentaires pouvant être formulées au sujet de plans justifiés tiennent à la manière dont s’agencent les cellules qui les composent. Ainsi, on dénombre cinq catégories générales : les plans arborescents, les plans annulaires mineurs, les plans annulaires internes, les plans annulaires externes et les plans annulaires complexes10.

  • 11 « Being locked as a prisoner in the deepest ‘a’ space with a guard occupying one of the ‘b’ spaces (...)
  • 12 Soit 27 édifices sur 70.
  • 13 House with the Press à Kommos et House Db à Gournia.
  • 14 N’étant considéré que depuis une entrée de l’édifice (alors qu’une deuxième est identifiée), le pl (...)
  • 15 Par extension, on pourrait considérer comme structure arborescente pure les édifices dont la recon (...)
  • 16 Comme le suggèrent des exemples tels que la Royal Villa à Knossos, ou, mieux encore, la West House(...)
  • 17 Malgré le fait qu’il ne soit doté que d’une seule entrée au rez-de-chaussée et d’un escalier inden (...)

9Les plans arborescents présentent un agencement relativement basique dans lequel un certain nombre d’espaces de type b s’enchainent et finissent par desservir des espaces de type a (fig. 650). Ce type de graphe est principalement caractérisé par le fait que le mouvement interne et depuis l’extérieur est fortement contrôlé et relativement prévisible étant donné le tracé même du plan (Hanson 1998 : 272). En effet, au sein d’une telle structure, les options de circulation offertes sont minimes : on suit les séquences d’espaces de type b jusqu’à aboutir à un espace de type a depuis lequel on ne peut ressortir qu’en empruntant la cellule par laquelle on est arrivé. Évidemment, le fait que les espaces soient agencés de manière basique ne signifie par pour autant que l’interprétation que l’on peut en faire soit aisée. Tout dépend du facteur social imprégné dans l’édifice et des circonstances matérielles qui y sont liées11. De manière générale, 39 % des édifices envisagés sont dotés d’une articulation spatiale arborescente12. Ces derniers présentent évidemment différents degrés d’élaboration. Seuls deux édifices adoptent la configuration la plus élémentaire qui soit, à savoir une séquence d’espaces totalement asymétrique dans laquelle chaque espace ajoute un niveau de profondeur au plan justifié13. Étant donné le nombre de configurations possibles que peuvent prendre de tels agencements arborescents, il est peu utile de les énumérer tous (de plus il faut admettre que même si deux édifices présentent un graphe justifié relativement similaire, ils n’ont pas pour autant le même plan). Quoi qu’il en soit, on peut malgré tout formuler quelques remarques à leur sujet14. Tout d’abord, les plans arborescents peuvent être divisés en deux sous-catégories : les plans arborescents purs et les plans arborescents indéfinis. Un plan arborescent est qualifié de pur quand le rez-de-chaussée de l’édifice dont il est l’expression graphique ne contient pas d’escalier15. Sur les 27 édifices affichant un plan arborescent, 19 sont de ce type (70 %). Un plan arborescent indéfini contient un ou plusieurs escaliers au rez-dechaussée. Bien que la présence de deux escaliers est un indice sérieux (mais pas infaillible) de l’existence d’une certaine distributivité interne16, la présence d’un seul escalier ne peut être considérée comme excluant de facto toute distributivité. En effet, rien ne prouve qu’un anneau n’existait pas à l’étage de tels édifices. Néanmoins, dans un tel cas de figure, l’anneau pourrait être considéré comme mineur car il n’affecterait que l’étage, laissant la non-distributivité régner au rez-de-chaussée. On peut ainsi diviser les plans arborescents indéfinis en deux classes : les plans arborescents indéfinis à annularité potentielle forte (2 édifices dotés de plus d’un escalier au rez-de-chaussée - 7 %) et les plans arborescents indéfinis à annularité potentielle faible (6 édifices dotés d’un seul escalier - 23 %)17. D’un point de vue purement syntaxique, on pourra affiner la description de plans arborescents en s’aidant de données tels que le pourcentage d’espaces de type a et b et la profondeur moyenne. Quantitativement parlant, les valeurs d’intégration et de contrôle de certaines cellules permettront également de les caractériser plus précisément.

  • 18 Le caractère mineur de l’anneau est attesté par un indice de distributivité de 8,333. Il est formé (...)
  • 19 Bien que l’existence de plus d’un escalier soit difficile à prouver au sein de ce bâtiment, il n’e (...)
  • 20 Soit deux édifices sur 70.

10Un plan annulaire mineur présente un agencement au sein duquel on retrouve un anneau mineur, c’est-à-dire un anneau qui relie trois cellules au maximum et n’a donc qu’un effet très localisé (Hanson 1998 : 278). Le seul exemple du corpus répondant à cette exigence est l’édifice A de Tylissos (fig. 33)18. De manière générale, cet édifice pourrait soit être rapproché d’un graphe arborescent indéfini à annularité potentielle forte (il possède plus de deux escaliers au rez-de-chaussée), soit d’un graphe annulaire complexe si l’on admet de surcroît l’existence d’un pont le reliant au bâtiment B. Malgré le fait que l’anneau dont il est doté met quatre espaces en relation, le plan justifié du bâtiment Epsilon de Malia peut être intégré à cette catégorie (fig. 233)19. 3 % des édifices du corpus disposent donc d’un rez-de-chaussée marqué par une annularité mineure20.

11Les trois dernières catégories sont toutes marquées par une annularité plus franche. Un plan annulaire est plus difficile à interpréter dans la mesure où il est caractérisé par un plus grand nombre d’options de circulation (Hanson 1998 : 278). Ce sont évidemment les connexions au sein de la configuration spatiale d’un édifice, supérieures au minimum nécessaire à établir une continuité au sein du système global, qui induisent cette multiplicité de mouvements potentiels. Topologiquement parlant, ces plans justifiés sont donc marqués par l’apparition d’espaces de type c et/ou d. La distinction principale en termes d’annularité est à la base des trois dernières catégories et se rapporte au concept d’intériorité ou d’extériorité.

  • 21 Soit quatre édifices sur 70. Si l’on considère que l’édifice Ck de Gournia est doté de deux escali (...)
  • 22 Soit huit édifices sur 70.
  • 23 Même si l’indice de distributivité de Klimataria-Manares est supérieur à 1, nous l’avons classé pa (...)

12Un plan annulaire interne est caractérisé par le fait que l’(les) anneau(x) qu’il contient se limitent à l’intérieur de l’édifice (fig. 651). Leur importance pouvant être locale (petit nombre d’espaces proches mis en relation - 6 % des édifices du corpus)21 ou globale (grand nombre d’espace et/ou espaces éloignés mis en relation - 11 % des édifices du corpus)22. La différence entre une annularité mineure, une annularité interne locale et une annularité interne globale est également illustrée par l’indice de distributivité. Ainsi, la première catégorie affiche une distributivité très faible (supérieure à 8), la seconde une distributivité relativement faible (comprise entre 5 et 1,5), la troisième une distributivité plus élevée (globalement inférieure à 1)23.

  • 24 Une exception à cette règle serait l’existence d’un édifice dont la première pièce serait dotée de (...)
  • 25 La valeur 2 est choisie à des fins de classification. Quoi qu’il en soit, plus la distributivité e (...)
  • 26 Soit 12 édifices sur 70. Dotés d’un minimum de deux escaliers, les édifices suivants pourraient ég (...)

13Un plan annulaire externe est caractérisé par le fait que l’(les) anneau(x) qu’il contient passe(nt) par l’extérieur de l’édifice dont il est l’expression graphique (fig. 652). C’est l’existence d’un minimum de deux entrées qui forme la condition nécessaire à l’existence d’une annularité externe. De manière générale, l’annularité externe tend à avoir un impact plus global sur le système spatial que forme un bâtiment24. Néanmoins, faire appel à l’indice de distributivité permet de subdiviser cette catégorie en deux groupes. Le premier est marqué par une annularité d’impact plus global (indice inférieur à 2), le second par une annularité d’impact moindre (indice supérieur à 2)25. 17 % des édifices sélectionnés peuvent être considérés comme structures à annularité externe26.

  • 27 Soit 17 édifices sur 70. Dans ce cas précis, un édifice n’est comptabilisé qu’une fois même si plu (...)
  • 28 De manière générale, on peut constater que les indices de distributivité restent inférieurs à 2, à (...)

14Un plan annulaire complexe est marqué par l’existence conjointe d’anneau (x) interne (s) et externe (s) (fig. 653). Ce type de plan justifié est sans conteste lié à des édifices dont la configuration est particulièrement élaborée (24 % du corpus)27. À nouveau, l’indice de distributivité permet de mesurer l’impact qu’a l’annularité au sein des différents bâtiments28. Outre le fait que l’annularité soit locale ou globale, interne ou externe, son existence amène également à considérer la manière dont elle s’exprime au sein du graphe. En d’autres termes, d’un point de vue syntaxique, on pourra décrire plus avant les structures annulaires en s’intéressant aux points de convergence des anneaux, aux espaces particuliers qui les composent ainsi que, d’un point de vue quantitatif, à leurs valeurs d’intégration et de contrôle.

  • 29 « Essentially a-and d-type spaces create integration, while b-and c-type spaces create segregation (...)
  • 30 Comme nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, ce n’est pas parce que la structure interne d (...)

15Qu’on soit confronté à des graphes arborescents ou annulaires, l’examen du pourcentage des types topologiques permet de se faire une idée de l’agencement cellulaire. À ce titre l’indice d’asymétrie permet d’appréhender le degré de séquençage des cellules au sein d’un édifice (Hanson 1998 : 188)29. C’est-à-dire la propension qu’ont les espaces constitutifs du bâtiment envisagé à se développer en séquences linéaires et/ou annulaires ou au contraire, à se répartir de manière plus buissonneuse. Plus l’indice d’asymétrie d’un plan justifié est bas, plus les cellules qui le composent tendent à se succéder en séquences (linéaires - succession d’espaces de type b - ou annulaires - succession d’espaces de type c) au détriment de l’existence d’espaces de type a (générateurs de l’aspect buissonneux d’un graphe) et/ou d. En d’autres termes, plus l’indice d’asymétrie d’un édifice tend à se rapprocher de 0, plus les mouvements en son sein tendent à s’inscrire dans des réseaux de circulation bien circonscrits et potentiellement plus prévisibles. Ainsi, dans la House with the Press de Kommos (indice d’asymétrie de 0,25) (fig. 321), les mouvements potentiels sont peu nombreux et faciles à discerner. Au contraire, dans l’édifice de Rousses (indice d’asymétrie de 1,5) qui possède le même nombre de pièces (fig. 344), les options de mouvement sont plus nombreuses et moins limpides. Les bâtiments du corpus peuvent donc être classés sur base de leur indice d’asymétrie (fig. 654). Évidemment, cette information reste assez basique et ne peut en aucun cas se suffire à elle-même30. Pour l’instant, nos considérations sont restées dans une perspective assez générale et globalement qualitative. Le point qui suit propose une approche plus ciblée, axée sur l’interprétation de données quantitatives.

2. 2. Considérations quantitatives

  • 31 Pour rappel, en termes de connexions, plus une cellule est proche de toutes les autres cellules d’ (...)
  • 32 Hillier et Hanson 1984 : 146 et 165.
  • 33 Voir par exemple : Hillier et Hanson 1984 : 155-175 ; Hanson 1998.
  • 34 Étant donné que le corpus est formé d’édifices de tailles très variables, la valeur d’intégration (...)

16Avant d’affiner notre analyse par le biais d’une approche quantitative, certains concepts élémentaires doivent être mis en évidence dans la mesure où ils seront constamment pris en considération ci-dessous. Comme nous l’avons déjà énoncé, l’asymétrie reflète l’existence de l’intégration et de la ségrégation (limite en tant que séparation physique entre espaces)31 alors que la distributivité renvoie au concept de contrôle (limite en tant que point de passage entre espaces). De ce fait, l’asymétrie peut être associée à la catégorisation de l’espace32. La catégorisation la plus élémentaire correspond à l’expression la plus simple de la limite en tant que séparation : on est soit dans une cellule soit en dehors de cette dernière. Néanmoins, des variations en termes d’intégration furent fréquemment mises en relation avec des catégorisations plus subtiles, qu’elles soient fonctionnelles et/ou relatives au groupe social des résidents33. Bien que de telles interprétations soient fonction de la connaissance que l’on a du groupe social lié à l’édifice que l’on étudie, nous tenterons malgré tout de mettre à profit les données quantitatives liées au concept d’asymétrie. En ce qui concerne la distributivité, on touche aux relations (connexions) entre espaces. La relation spatiale la plus élémentaire correspond à l’expression la plus simple de la limite en tant que point de passage : le fait de passer d’une cellule à une autre. Néanmoins, comme nous venons de la rappeler en mettant l’accent sur les propriétés qualitatives du corpus, ces connexions se développent souvent de manière relativement complexe au sein d’un bâtiment. Il est donc primordial de s’attarder à les caractériser plus précisément. Afin de mener à bien l’analyse de l’asymétrie, on envisagera respectivement l’intégration du système global depuis l’extérieur et la profondeur moyenne, la valeur d’intégration moyenne, le facteur de différence et, finalement, l’impact de l’extérieur sur les valeurs d’intégration34. En ce qui concerne la distributivité, la valeur de contrôle étant une mesure locale, nous l’aborderons plus spécifiquement en envisageant les propriétés syntaxiques particulières.

  • 35 Les étapes de profondeur visuelle de Depthmap seront également envisagées dans cette perspective.
  • 36 On peut par exemple constater que la Xeste 3, identifiée de manière convaincante comme un édifice (...)

17La valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur est en quelque sorte un indicateur de la perméabilité potentielle d’un édifice. En effet, plus cette valeur est basse (proche de 0) plus l’intégration de l’extérieur par rapport au bâtiment est élevée, c’est-à-dire plus l’extérieur est proche de l’ensemble des cellules qui le forment. Les différents édifices du corpus peuvent donc être classés en fonction de leur perméabilité potentielle (fig. 655). Comme nous l’avons déjà évoqué, la perméabilité est également fonction d’autres réalités telles que l’existence de systèmes de fermeture (portes, cloisons,…) ou encore, de prescriptions culturelles particulières. De plus, la perméabilité gagnera à être envisagée à la lumière de l’approche proxémique35. Cette mesure n’indique donc que la proximité potentielle de l’extérieur par rapport à toutes les cellules qui forment un bâtiment. En aucun cas il ne s’agit d’une donnée permettant de postuler le caractère public ou privé d’un édifice36. Néanmoins, mise en relation avec d’autres données la valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur se révélera utile par la suite.

18De manière générale, on remarque aisément que la profondeur moyenne n’est pas étroitement liée à la valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur. Néanmoins, il est étonnant de constater à quel point certains édifices dotés de nombreuses cellules ont une intégration très prononcée et une profondeur moyenne très basse. À l’inverse, on retrouve des édifices formés de peu de cellules affichant une ségrégation manifeste et une profondeur moyenne plus importante. Couplée aux observations qualitatives, cette observation illustre la grande diversité du corpus.

19La valeur d’intégration moyenne permet d’appréhender le degré d’intégration général d’un édifice. Il s’agit tout simplement de la moyenne des valeurs d’intégration de toutes les cellules formant son plan justifié. Plus cette valeur est basse, plus les espaces qui composent le bâtiment tendent tous à être connectés les uns aux autres. Au contraire, plus cette valeur est haute, plus les cellules tendent à n’entretenir que des connexions restreintes avec l’ensemble des autres cellules. Ainsi, la House with the Press de Kommos, formée d’une seule séquence de 4 espaces de type b donnant accès à un espace de type a (fig. 321), présente la valeur d’intégration moyenne la plus élevée. Au contraire, dotée d’un plan justifié au sein duquel de nombreux espaces se connectent les uns aux autres (fig. 181), l’édifice Delta Alpha de Malia dispose d’une des valeurs d’intégration moyenne les plus basses du corpus. Les différents bâtiments peuvent donc également être classés en fonction de leur valeur d’intégration moyenne (fig. 656).

  • 37 « If it does not matter where (ie. in which room) an activity takes place or whether the configura (...)

20Le facteur de différence permet de quantifier le degré de différentiation entre les valeurs d’intégration d’un édifice. Plus cette valeur se rapproche de 0, plus les espaces constitutifs de cet édifice tendent à être différenciés et structurés ; plus elle se rapproche de 1, plus les espaces tendent à s’homogénéiser jusqu’à un point où ils auraient tous la même valeur d’intégration et qu’il n’existerait par conséquent plus aucune différence de configuration entre eux. De manière générale, le facteur de différence est un indicateur potentiel de la différentiation fonctionnelle au sein d’un bâtiment et du fait que certaines activités sont amenées à être étroitement associées dans l’espace alors que d’autres sont maintenus séparées37. Évidemment, à nouveau, cette différentiation fonctionnelle dépasse souvent le cadre syntaxique. En effet, une pièce peut se voir attribuer des caractéristiques particulières en termes de taille et de forme ou peut être dotée de dispositifs et d’aménagements particuliers de telle sorte à être adaptée à une fonction précise. Les différents édifices du corpus peuvent malgré tout être classés en fonction de leur facteur de différence (fig. 657). Une valeur basse indiquant un bâtiment dont la configuration tend à favoriser une certaine différentiation fonctionnelle des espaces qui le composent. Au contraire, une valeur haute illustre le fait que ce n’est certainement pas la configuration en tant que telle qui est à l’origine d’une éventuelle différentiation fonctionnelle des espaces. Quoi qu’il en soit, le facteur de différence ne doit en aucun cas être considéré comme indice irréfutable de l’absence ou de la présence d’une différentiation ou d’une structuration des espaces d’un édifice.

  • 38 Même si les valeurs d’intégration (avec et sans l’extérieur) semblent s’échelonner de la même mani (...)
  • 39 Il convient de rappeler que le concept de résident est une catégorie plus vague que la simple noti (...)
  • 40 Évidemment, l’évaluation de l’impact de l’extérieur n’est pas simplement un indicateur du caractèr (...)
  • 41 Dans les considérations qui suivent, les maisons de Gournia sur lesquelles les données sont assez (...)
  • 42 Soit 41 édifices sur 62.
  • 43 Soit sept édifices sur 62.
  • 44 Soit 14 édifices sur 62.
  • 45 Étant donné que les différents cas de figure renverront parfois à des réalités architecturales rel (...)
  • 46 En plus d’être séparées, ces parties présentent une configuration bien distincte. En effet, l’une (...)
  • 47 Chacune des parties étant dotée d’un escalier, on est en droit de se demander si elles n’étaient p (...)
  • 48 À ce titre, on peut remarquer que le plan justifié de Zeta Beta n’est pas sans rappeler celui de l (...)
  • 49 Ce sont évidemment les cellules en étroite relation avec l’extérieur qui se voient marquées d’une (...)

21Pour en finir avec les considérations quantitatives générales, il faut évoquer l’impact de l’extérieur sur les valeurs d’intégration. Pour évaluer ce dernier, on compare notamment le facteur de différence avec l’extérieur (celui auquel nous avons fait référence jusqu’ici) et le facteur de différence sans que l’extérieur soit pris en compte. De plus, comme nous l’avons systématiquement fait dans l’analyse individuelle de chaque édifice, on met en parallèle leurs valeurs d’intégration avec et sans l’extérieur. Lorsque les facteurs de différence (avec et sans l’extérieur) sont très nettement différents et que les valeurs d’intégration (avec et sans l’extérieur) ne s’échelonnent pas de la même manière ou affichent de nettes modifications38, on peut considérer que l’extérieur à un impact certain sur la manière dont chaque cellule se présente au sein de la configuration du bâtiment en question. Dans le catalogue des bâtiments étudiés, l’impact de l’extérieur fut présenté comme un indice de l’existence d’une configuration principalement ciblée sur l’interface résidents/résidents (impact moindre) ou d’une configuration au sein de laquelle l’interface résidents/visiteurs était autant impliquée que les relations entre résidents (impact fort) (Hanson 1998 : 29)39. Comme en ce qui concerne les autres données de l’analyse de la syntaxe spatiale, cet impact de l’extérieur sur la configuration d’un édifice ne doit pas être considéré comme évocateur d’une réalité absolument déterminée40. Au contraire, il convient d’examiner chaque exemple indépendamment en tentant de mettre en évidence la nature de l’impact de l’extérieur. Au sein du corpus41, environ 66 % des édifices affichent un facteur de différence et un échelonnement des valeurs d’intégration constants (fig. 658)42. De manière générale, une telle réalité tend à souligner que la configuration générale de ces bâtiments n’est absolument pas fonction de l’extérieur et qu’elle s’organise principalement pour structurer les relations intérieures. En ce qui concerne les édifices restants, 11 % présentent à la fois un bouleversement des valeurs d’intégration et des facteurs de différence radicalement distincts (fig. 659)43 alors que les 23 % restant affichent soit des facteurs de différence distincts, soit une nette modification des valeurs d’intégration lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte (fig. 660)44. Ces derniers sont donc passés en revue afin de tenter d’élucider l’impact qu’a l’extérieur sur leur configuration45. Sklavokambos est un des bâtiments les plus significatifs en la matière (fig. 23 et 24). À la seule vue du plan, on comprend aisément en quoi l’extérieur a une importance indéniable. En effet, dans sa phase finale, son rez-de-chaussée est composé de deux parties n’entretenant aucune connexion46. Se rendre de l’une à l’autre obligeait sans doute à passer par l’extérieur47. Lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte, le facteur de différence chute considérablement. Cela signifie que, prises individuellement, les parties de ce bâtiment sont composées de cellules relativement bien différenciées en termes d’intégration. À l’examen du plan justifié, on remarque en effet que la partie nord est composée d’un anneau correspondant essentiellement à des espaces de transition donnant accès à des espaces à vocation d’occupation ou à des séquences simples d’espaces (une cellule de type b desservant une cellule de type a). La partie sud, quant à elle, est composée d’un espace de transition desservant une pièce centrale à laquelle sont très nettement subordonnées les autres cellules. Dans le cas de Prasa B (fig. 52 et 53), le fait que l’extérieur ait un impact sur la configuration est du au fait que cet édifice est formé d’un très petit nombre de cellules et que, par conséquent, en éliminer une (dans ce cas l’extérieur) tend à changer plus profondément les propriétés d’intégration des cellules restantes. On constate donc par exemple que bien que la cellule 1 et l’espace de transition aient la même intégration quand l’extérieur est pris en compte, lorsque ce n’est pas le cas, la première gagne considérablement en ségrégation alors que la seconde se trouve plus intégrée au système. La situation de la première phase de Vathypetro lorsque l’entrée en 13 est prise en considération (fig. 116 et 121) est totalement comparable à celle de Sklavokambos d’un point de vue syntaxique. Bien que ses valeurs d’intégration s’échelonnent de manière identique que l’extérieur soit pris en compte ou non, Zeta Beta (Malia) présente des espaces mieux différenciés dans le second cas (fig. 197 et 198)48. En ce qui concerne la Maison de la façade à redans (fig. 208 et 209) et celle de la cave au pilier (fig. 214 et 215), toutes deux à Malia, le fait de ne pas prendre l’extérieur en considération tend à influencer négativement la différentiation des espaces. Tout comme dans le cas de Prasa B, c’est le fait que ces édifices aient un petit nombre de cellules qui explique l’impact de l’extérieur. En la matière, Stou Kouse présente une situation similaire (fig. 296-298). Bien que les facteurs de différence de la North House de Kommos restent à peu près identiques (fig. 304 et 307), le fait que cet édifice soit doté de trois entrées créant un double anneau externe mettant en relation la majorité des espace du rez-de-chaussée explique évidemment que l’extérieur est une donnée relativement influente. En effet, si on ne le prend pas en considération, le bâtiment perd considérablement en perméabilité49. Les mêmes remarques s’appliquent également à la House with the Snake Tube de Kommos (fig. 327 et 329). Lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte, Rousses perd en intégration et en différentiation (fig. 343 et 344). Étant un édifice de petite taille, on peut lui appliquer les mêmes remarques qu’à Prasa B, Stou Kouse, la Maison de la cave au pilier et la Maison de la façade à redans. Néanmoins, à la différence de ces exemples, Rousses dispose de deux entrées. Il convient toutefois de constater que les deux cellules qui forment la base de l’anneau sont connectées entre elles. Aussi, lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte, la variation des valeurs d’intégration en termes d’échelonnement est globalement moins flagrante que dans des édifices dotés d’un anneau externe simple. En effet, coupé de l’extérieur, un anneau externe devient une chaîne (une séquence linéaire d’espaces) alors qu’un agencement du type de celui de Rousses garde son profil annulaire. Makryghialos ne présente qu’une infime variation des valeurs d’intégration (fig. 409 et 410). Cette dernière concerne l’entrée (12) qui, lorsque l’extérieur n’est pas pris en considération, devient la cellule dont la ségrégation est la plus manifeste. Néanmoins, brisant le seul anneau externe dont est pourvu l’édifice, le rejet de l’extérieur entraîne une très nette modification en termes de facteurs de différence. En ce qui concerne Achladia (fig. 419 et 420), il est évident que ne pas prendre l’extérieur en considération revient à isoler la partie principale de l’édifice des cellules 10-11. Dans ce cas de figure, on remarque également, qu’à l’exception du vestibule (1), la partie principale gagne en intégration alors que les cellules 10-11 gagnent globalement en ségrégation. La situation syntaxique de Klimataria-Manares en rapport avec l’extérieur n’est pas sans rappeler celle de Sklavokambos ou de la première phase de Vathypetro (fig. 425 et 427). Qu’il s’agisse de sa première ou de sa seconde phase, le bâtiment B de Palaikastro est marqué par un assez net changement de facteur de différence quand l’extérieur n’est pas pris en compte (fig. 456, 457 et 466). Cet état de fait est évidemment lié au (x) large (s) anneau (x) externes qui se décomposent en séquences linéaires. Choiromandres et Chalinomouri rentrent exactement dans la même catégorie que Prasa B, Stou Kouse, la Maison de la cave au pilier et la Maison de la façade à redans (fig. 518, 519 et 568, 570, 573). En ce qui concerne l’édifice A du Quartier des Artisans de Mochlos, on illustra amplement dans son analyse individuelle l’importance qu’avait l’extérieur dans la manière dont il pouvait être utilisé (fig. 552 et 553). La House of the Foreign Pottery de Pseira présente à la fois des variations dans l’échelonnement de ses valeurs d’intégration et une forte évolution en matière de facteur de différence (fig. 581 et 582). Cet état de fait est lié, d’une part, à l’existence de deux parties qui, au rez-de-chaussée, ne communiquent pas. D’autre part, à l’existence d’un anneau externe englobant la majeure partie des espaces constitutifs du bâtiment qui se détache sous forme d’une longue séquence linéaire si l’extérieur n’est pas pris en considération. De manière générale, on peut constater que l’impact de l’extérieur est directement lié à la configuration des édifices. Il est indubitablement lié à leur structure syntaxique mais pas nécessairement à leur fonction. Tous ces édifices ont donc en commun le fait que l’extérieur est d’une importance majeure dans la manière dont le bâti peut être navigué. Néanmoins, il convient de préciser qu’étant souvent dotés de plusieurs entrées, même les édifices ne présentant aucune variation peuvent être ‘vécus’ différemment en fonction de l’entrée que l’on empruntait. Cet état de fait est pris en considération dans l’étude individuelle des édifices par la création de graphes d’accès associés à chaque entrée.

2. 3. Propriétes syntaxiques particulières

  • 50 On constate ainsi dans de nombreux exemples donnés dans les descriptions du chapitre précédent que (...)
  • 51 En ce qui concerne les plans justifiés, si les couloirs, corridors et vestibules internes furent s (...)
  • 52 C’est le cas de la House 1 de Chania, de la Royal Villa et de la South House de Knossos, de la Hou (...)
  • 53 Dans certaines circonstances, cette élaboration peut être liée à des contraintes topographiques co (...)
  • 54 Si ces 6 édifices (Prasa B, Maison de la cave au pilier, Stou Kouse, House with the Press (la vene (...)
  • 55 Les édifices dotés d’une annularité complexe sont évidemment l’expression parfaite de cette réalit (...)
  • 56 Nous reviendrons sur ce concept qui renvoie clairement à une des notions de base de l’analyse de l (...)
  • 57 Si un vestibule simple se présente à plusieurs reprises dans le corpus, il est parfois dédoublé d’ (...)
  • 58 En effet, par définition, une fois l’espace le mieux intégré au système atteint, l’ensemble de l’é (...)
  • 59 Dans la majorité des cas, si un édifice est doté de plusieurs entrées, chacune d’entre elles est a (...)
  • 60 C’est généralement le cas quand il n’est pas dédoublé par un second espace de transition et donne (...)
  • 61 Le fait que ce type de pièce ait parfois une superficie supérieure à celle que nécessiterait a pri (...)

22Si les remarques précédentes sont restées de nature assez générale, les considérations qui suivent tendent à affiner l’analyse. On fit souvent remarquer qu’au néopalatial, les architectes minoens commencèrent à faire appel aux couloirs et aux corridors au sein de l’agencement de leurs édifices alors qu’auparavant, les pièces tendaient plus volontiers à s’agglutiner les unes aux autres (van Effenterre 1980 : 398 ; Driessen 1989-1990 : 8 ; Preziosi et Hitchcock 1999 : 111-112 ; Thaler 2001 : 117). Comme nous l’avons déjà signalé, les espaces de transition ne se limitent pas aux seuls corridors et couloirs. En effet, le vestibule en est également un parfait exemple (McEnroe 1982 : 7 ; Palyvou 1987 : 195 ; Lloyd 1997-1998 : 135) bien qu’en architecture minoenne, il n’est pas systématiquement utilisé à une seule fin de circulation50. Dans un même ordre d’idée, les porches et les portiques sont également considérés comme des espaces de ce type (Palyvou 2002 : 172-173). De manière générale, il convient d’admettre que la frontière entre une zone purement occupationnelle et un espace de transition n’est pas toujours claire. Néanmoins, nous avons tenté d’isoler les espaces de transition au sein des différents édifices sélectionnés51. Bien que les escaliers puissent évidemment être considérés comme des espaces de transition, ils n’ont été pris en considération pour établir le pourcentage que quand l’étage de l’édifice (qu’il soit l’objet d’une restitution hypothétique ou tout simplement conservé) fut intégré au plan justifié52. En effet, les comptabiliser sans que l’étage auquel ils mènent puisse l’être fausserait le pourcentage. La nature même d’un espace de transition n’est pas sans rappeler la dualité du concept de limite : d’un côté, il peut être vecteur d’accessibilité et contribuer à établir une connexion spatiale, d’un autre, il a le potentiel de diviser l’espace, séparant les activités et/ou les personnes : « Transitions have the effect of insulating spaces from one another as effectively as building walls and the ‘social distance’ which is built into transitions that engineer separations can be appreciated as ‘felt space’ just as much as where the separations are literally built into the bricks and mortar of the house. » (Hanson 1998 : 285). Bien que, théoriquement, un espace de transition soit toujours empreint de cette double nature, même de façon ténue, au cas par cas, il est généralement plus orienté vers l’une de ces fonctions essentielles. À titre d’exemple, bien qu’un vestibule soit bel et bien un moyen d’accéder à l’intérieur d’un édifice, sa principale fonction est avant tout de former une limite plus nette avec l’extérieur que celle que serait par exemple une simple ouverture sur un autre type de pièce. À l’inverse, malgré le fait qu’un couloir ou un corridor interne forme bien une zone liminaire entre différentes cellules, son rôle premier est d’assurer l’efficience des communications entre ces dernières. Dans un cas comme dans l’autre, la présence d’espaces de transition trahit l’existence d’une certaine élaboration en matière d’articulation des cellules d’un bâtiment, et ce quelle qu’en soit la cause53. Le fait que seuls 10 % de notre échantillon soient totalement dépourvus d’espace de transition (de type vestibule ou intérieur) illustre assez clairement l’importance qu’ils avaient aux yeux des Minoens54. Cette constatation n’est pas neuve et certains spécialistes mirent en évidence le soin avec lequel les Minoens élaboraient les circulations au sein de leurs bâtiments, créant de complexes modèles de mouvements potentiels (Preziosi 1983 ; Palyvou 1987)55. Bien qu’on attribua souvent cette complexité à un souci de rendre un édifice simultanément utilisable par diverses catégories d’individus (Preziosi 1983 : 104-106 ; Palyvou 1987 : 198)56, la portée symbolique d’une disposition intriquée des circulations ne fut pas pour autant laissée de côté (Palyvou 1987 : 201 ; Hitchcock 2000 : 181). En ce qui nous concerne, nous souhaitons attirer plus spécifiquement l’attention sur l’impact qu’avaient ces espaces de transition sur la syntaxe spatiale des différents édifices étudiés. L’existence d’un vestibule, quelle que soit sa forme, contribue, au sein des bâtiments qui retiennent notre attention, à augmenter la ségrégation du système global depuis l’extérieur57. Le fait qu’il soit très souvent suivi d’un des espaces les mieux intégrés du rez-de-chaussée illustre très nettement son rôle d’interface de contrôle entre le monde extérieur et le domaine interne58. Évidemment, ce processus d’augmentation de la ségrégation se ressent plus nettement au sein des systèmes arborescents ou annulaires mineurs et internes. En effet, l’impact d’un vestibule au sein d’un plan annulaire externe ou complexe est moins conséquent à l’échelle de l’édifice dans son ensemble59. Néanmoins, si l’on ne prend en considération que l’entrée à laquelle il est associé, il est évident qu’il ajoute un niveau de profondeur au graphe d’accès et augmente par conséquent la ségrégation du bâtiment depuis l’entrée en question. Dans certaines circonstances, il apparaît que le vestibule se présente comme une cellule relativement bien intégrée au sein de l’édifice et donne donc assez directement accès à ses différentes parties60. Lorsqu’il se trouve dans une telle situation syntaxique, il est fréquent qu’il soit associé à une cellule de type a que l’on interpréta souvent comme une loge de portier61. Ces différentes constatations illustrent clairement un souci d’être en mesure de se prémunir d’intrusions non désirées et renvoient, en ce qui concerne la majeure partie des vestibules, au concept de solidarité trans-spatiale :

A solidarity will be transpatial to the extent that it […] emphasises the discreteness of the interior by strong control of the boundary. The emphasis in such a case will be on the internal reproduction of a relatively elaborate model. […] The essence of a transpatial solidarity lies in the local reproduction of a structure recognizably identical to that of other members of the group. The stronger and more complex the structure, therefore, and the more exactly it is adhered to, the stronger will be the solidarity. Such a solidarity requires the segregating effect of the boundary to preserve the interior structure from uncontrolled incursion. Solidarity means in this case the reproduction of an identical pattern by individuals who remain spatially separated from each other, as well as from the surrounding world. A transpatial solidarity is a solidarity of analogy and isolation : that is of analogous structures realized in controlled isolation by discrete individuals (Hillier et Hanson 1984 : 145).

  • 62 Au-delà de l’analyse syntaxique, il est évident que la forme même des vestibules, porches ou autre (...)
  • 63 À ce titre, il peut être intéressant de faire remarquer que la présence, au sein d’un édifice, d’u (...)
  • 64 Certains bâtiments de Gournia pourraient également rentrer dans cette catégorie mais le peu de con (...)
  • 65 Prasa B (96m²) ; Maison de la cave au pilier (121m²) ; Stou Kouse (121m²) ; Rousses (91m²) ; Choir (...)
  • 66 Prasa B (tôt au MM) ; Maison de la cave au pilier (MM IIIB) ; Stou Kouse (MM II) ; Rousses (MM III (...)
  • 67 À nouveau, Agia Varvara et Vasiliki, également bâtis durant le Minoen Moyen, sont pourvus d’un ves (...)
  • 68 Prasa B (potentiellement intégré à un petit établissement dont au moins un édifice fut repéré) ; S (...)
  • 69 Prasa B (1,719) ; Maison de la cave au pilier (1,719) ; Stou Kouse (1,281) ; Choiromandres (1,374) (...)
  • 70 Rousses (0,860).
  • 71 C’est une caractéristique que l’on retrouve dans d’autres édifices tels qu’Agia Varvara ou la mais (...)
  • 72 On pourrait interpréter l’accès direct à la salle à foyer et colonne centrale (1) de la House with (...)
  • 73 À ce titre, peut être s’agissait-il d’un lieu de pèlerinage associé à l’établissement proche de To (...)
  • 74 La même remarque peut s’appliquer au poste de Kokkino Froudi.

23Ainsi, même si le vestibule minoen n’affiche pas la même régularité formelle que son pendant à Akrotiri, la fréquence de sa présence en fait une composante spatiale minoenne élémentaire. En effet, ses formes variées n’oblitéraient pas nécessairement son rôle primordial (celui d’être une frontière claire entre intérieur et extérieur), ni l’efficience avec laquelle ce dernier était appréhendé62. Même si cette conception peut sembler élémentaire, il est intéressant de constater qu’elle s’applique, à quelques exceptions près, à l’ensemble du corpus et pourrait de ce fait constituer un des caractères de base du génome architectural minoen63. Cela étant dit, il peut être intéressant d’évoquer brièvement les édifices se distinguant en la matière. Sur l’ensemble des bâtiments sélectionnés, seuls six paraissent totalement dépourvus d’une cellule de transition telle que nous venons de la définir (c’est-à-dire de type vestibule). Il s’agit de Prasa B (fig. 52), la Maison de la cave au pilier de Malia (fig. 214), Stou Kouse (fig. 296), Rousses (fig. 343), Choiromandres (fig. 518) et de ladite ferme de Chalinomouri (fig. 568)64. Afin de cerner à quoi tient cette particularité, on peut tenter de mettre en évidence ce qui distingue ces bâtiments du reste du corpus ainsi que les particularités qu’ils ont en commun. De manière générale, ils sont tous d’assez petite taille65. Néanmoins, d’autres édifices d’une taille similaire furent quant à eux dotés d’un vestibule ou d’un espace en faisant office (ex : Agia Varvara, Vasiliki M). Si la majorité d’entre eux furent bâtis au Minoen Moyen66, Chalinomouri est un édifice du MR IB67. Bien que cinq d’entre eux soient implantés de manière relativement isolée en milieu rural68, la Maison de la cave au pilier est en plein centre de la ville de Malia. L’absence d’un vestibule n’empêche pas cinq d’entre eux d’afficher une ségrégation générale assez manifeste par rapport à l’extérieur69. En la matière, Rousses, étant doté de deux entrées, fait exception et est une structure potentiellement très perméable70. Finalement, la première pièce à laquelle on accède dans la Maison de la cave au pilier, à Stou Kouse et à Choiromandres semble avoir été une cour71. Au vu de ces remarques, on constate à quel point il est délicat d’établir un profil similaire à ces différents bâtiments. Le fait qu’ils ne fassent pas appel à l’élément récurrent qu’est le vestibule, n’en fait pas pour autant des structures identiques en tous points. La taille extrêmement réduite de Prasa B pourrait indiquer que ce bâtiment ne fonctionnait pas de manière indépendante et était associé à l’édifice A tout proche. À ce titre, il peut être intéressant de rappeler que la pièce 1 de Prasa B fut identifiée comme une cuisine par son fouilleur. Si l’on considère que cette structure fonctionnait uniquement comme une annexe fonctionnelle de l’édifice A, l’existence d’un vestibule n’aurait peut être pas été nécessaire. En ce qui concerne la Maison de la cave au pilier, la disposition interne et les découvertes archéologiques tendent à prouver qu’il ne s’agissait pas d’un édifice domestique à proprement parler. Si l’on se réfère à l’hypothèse d’un atelier-magasin, l’absence d’un vestibule stigmatisant la rupture entre le monde extérieur et l’intérieur du bâti pourrait trouver une explication logique72. De manière générale, les découvertes archéologiques et la structure syntaxique distinguent Rousses des exemples susmentionnés. Le fait que ce bâtiment puisse avoir été un lieu cultuel, de nature potentiellement publique73, pourrait concourir à expliquer l’absence d’un vestibule ou d’un espace y étant apparenté. Le contexte topographique du poste de Choiromandres, couplé à l’existence de murs de péribole circonscrivant la colline sur laquelle il s’implante, pourrait ne pas avoir rendu nécessaire l’existence d’un vestibule en tant que tel74. En ce qui concerne la ferme de Chalinomouri, il faut noter que, durant sa seconde phase, l’entrée de l’édifice fut munie d’une sorte d’enclos ainsi que d’une banquette. Ce dispositif ayant pu contribuer à accentuer la limite entre extérieur et intérieur. Évidemment, ces remarques gardent un caractère éminemment hypothétique, la particularité de ces édifices tenant probablement à un ensemble de facteurs qu’il est aujourd’hui difficile d’apprécier. Le point ayant été fait sur le vestibule minoen, il convient désormais d’envisager les espaces de transition internes, à savoir les couloirs, corridors ou autres cellules assimilées. Comme nous le signalions précédemment, si, dans les faits, de tels espaces forment une zone liminaire entre différentes cellules, ils contribuent également à les mettre en relation. Présentant souvent des tracés élaborés, ces espaces de transition tendirent à doter les édifices néopalatiaux d’une structure interne qui supplanta peu à peu le modèle protopalatial. Le modèle agglutinatif fit peu à peu place à un modèle articulé. Évidemment, la rupture n’est pas si nette qu’il y paraît. En effet, bien que les exemples d’architecture protopalatiale que nous conservons disposent d’un nombre restreint d’espaces de transition, ils n’en sont pas totalement dépourvus. De plus, comme en témoignent les exemples susmentionnés, l’époque néopalatiale connut des édifices au sein desquels les pièces s’ouvraient plus traditionnellement les unes sur les autres. À nos yeux, une des questions fondamentales concernant ces couloirs et corridors internes tient à leur véritable impact en termes de circulation. Il s’agit en fait d’évaluer leur position dans le continuum isolation/liaison :

Most houses employ transitions to a greater or lesser extent, but we can conceive of plans which minimize the number of transitions with respect to function spaces and thus configure space efficiently to achieve social purposes, whereas others seem to have an excess of transitions which suggests that space has been deployed divisively, to separate and insulate activities and people from one another rather than draw them together (Hanson 1998 : 187).

  • 75 À l’exception des vestibules et cellules apparentées associés à une entrée, les espaces de transit (...)
  • 76 Il s’agit du corridor qui succède au vestibule (A).
  • 77 Les valeurs de contrôle mentionnées dans les tableaux récapitulatifs sont sélectionnées en compara (...)
  • 78 Dans le cas de la West House d’Akrotiri, l’espace d’articulation majeur est d’ailleurs l’escalier (...)
  • 79 Ces trois finalités principales n’étant pas nécessairement exclusives !

24D’un point de vue syntaxique, divers indices nous permettent d’appréhender la portée des espaces de transition au sein d’un édifice. Le premier et le plus élémentaire se rapporte aux types topologiques. Ainsi, un simple examen visuel des plans justifiés peut permettre d’apprécier la manière dont un espace de transition contribue à structurer le tracé interne d’un bâtiment75. Le type topologique d’un tel espace peut donner de précieux renseignements. Il est relatif à la manière dont le mouvement est circonscrit en son sein. Plus un mouvement est circonscrit, plus on est en mesure de pouvoir s’en faire une idée précise. Un espace de type b définit clairement l’origine et la (les) destination(s) du mouvement qui peut prendre place en son sein ; un espace de type c renseigne sur la (les) origine(s) et la (les) destination(s) ; un espace de type d est généralement nettement plus indéfini tant en ce qui concerne la (les) origine(s) que les destinations. Outre cette constatation basique, la manière dont les cellules se développent depuis un espace de transition renseigne également sur la prédictibilité des mouvements. En effet, plus les cellules se développent symétriquement par rapport à l’espace de transition qui les dessert, plus les alternatives de circulation sont nombreuses. Au contraire, plus leur relation spatiale tient de l’asymétrie, plus la prédictibilité des itinéraires est élevée. Ainsi, par exemple, dans la House 1 de Chania (fig. 16-18), le corridor (13) crée une relation non ambiguë entre les cellules 11 et 14. Par contre, le corridor (L) de l’Unexplored Mansion de Knossos (fig. 106 et 110) offre de nombreuses alternatives de mouvements. Il est néanmoins possible d’affirmer, qu’au rez-de-chaussée, passer d’un espace de profondeur 2 à un autre impliquait systématiquement un passage par l’espace de transition qui les mettait en relation. Le corridor (5) de la maison Delta Alpha de Malia (fig. 180 et 181) illustre très bien une prédictibilité faible. En effet, les séquences de mouvements qu’il rendait possibles sont nombreuses, il est donc difficile d’apprécier la manière dont le bâti était réellement vécu en termes de circulation. Pour terminer, la valeur de contrôle fournit un indice précieux en ce qui concerne l’impact des espaces de transition. Une cellule dispose d’une valeur de contrôle élevée quand elle donne accès à de nombreuses cellules sans que ces dernières ne desservent elles-mêmes un trop grand nombre d’espaces. Un espace de transition affichant une valeur de contrôle élevée a donc un impact fort sur les circulations locales, c’est-à-dire les mouvements qui y sont directement liés. À ce titre, il est très intéressant de constater qu’environ 70 % des édifices du corpus présentent au moins un espace de transition doté d’une valeur de contrôle importante. Cette constatation tend à confirmer qu’au néopalatial, dans de nombreux cas de figure, les Minoens structuraient certaines parties de leurs bâtiments par le biais d’espaces de transition. Évidemment, plus un édifice présente d’espaces de transition à forte valeur de contrôle, plus son tracé interne est structuré par ces derniers. À titre d’exemple, il est intéressant de comparer les maisons Zeta Alpha (fig. 187 et 188) et Zeta Beta (fig. 197 et 198) de Malia. La première illustre parfaitement l’existence d’un souci de structurer l’espace interne par le biais de cellules de transition (modèle articulé). En effet, les espaces de transition (2), (4), (7), (23) et d’accès à la zone de stockage (27-28) disposent tous d’une valeur de contrôle très prononcée. Au contraire, Zeta Beta, qui n’est pourvue que d’un espace de transition interne76, exprime une tendance architecturale totalement opposée. Les espaces dotés d’une forte valeur de contrôle sont des cellules d’occupation à part entière, la salle à colonne centrale (17) et le polythyron (7). Le tracé interne tient donc du modèle agglutinatif. Nous aurons l’occasion de revenir sur les implications de la présence de valeurs de contrôle élevées dans des espaces de transition ou d’occupation. De manière générale, il peut être intéressant de mettre l’accent, au sein du corpus, sur les types d’espaces de transition qui ont une valeur de contrôle élevée77. La première catégorie inclut les vestibules et espaces apparentés, amplement évoqués ci-dessus (fig. 661). Le second groupe est composé d’espaces d’articulation majeurs (fig. 662). Il s’agit en fait d’espaces de transition mettant en relation un nombre de cellules important par rapport au nombre total de cellules qui composent un édifice. Dans la majorité des cas, ce type d’espace de transition donne également accès à l’étage78. D’un point de vue général, ces espaces forment l’échine d’une portion importante du tracé interne des édifices et sont l’expression même d’un modèle globalement articulé. La dernière catégorie des espaces de transition à forte valeur de contrôle comprend des cellules dont la portée est plus restreinte à l’échelle du bâtiment (fig. 663). Ces espaces mettent en relation un nombre limité de cellules et/ou des cellules entretenant une forte proximité spatiale, au sein d’un secteur bien isolé. Ils sont l’expression d’un modèle localement articulé. Évidemment, comme l’illustrent les tableaux, ces différentes catégories peuvent se combiner au sein d’un même bâtiment. Ces quelques remarques illustrent notamment le degré de complexité avec lequel les architectes minoens déclinaient souvent les espaces de transition, tantôt pour isoler des pièces particulières, tantôt pour établir une communication efficiente entre différentes cellules, tantôt pour offrir des alternatives de circulation79. Nous aborderons à nouveau certaines de ces considérations par la suite.

  • 80 Pour les diverses considérations relatives à ce type de cellule, nous renvoyons au second chapitre (...)
  • 81 Palais de Malia (III 7a-c) ; palais de Galatas (48) ; palais de Phaistos (77-79 et 63-63a) ; palai (...)
  • 82 Comme nous l’avons évoqué dans la description de cet édifice, il n’est pas impossible que la (les) (...)
  • 83 Voir chapitre II.
  • 84 Sur les plans justifiés des édifices de grande taille, la pièce principale des salles minoennes es (...)
  • 85 Les salles minoennes (ou agencements apparentés) directement accessibles depuis l’extérieur se ret (...)
  • 86 Palais de Phaistos (63-63a), House 1 Chania, South House, Zeta Alpha (12-12b) et (5-8), Palaikastr (...)
  • 87 Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer en décrivant la House 1 de Chania, le vestibule (1) dé (...)
  • 88 Dans le cas de Zeta Alpha, il est difficile d’apprécier la nature de la seconde cellule constituti (...)
  • 89 Dans le cas de la House 1 de Chania, il s’agit d’un espace de type b (cellule 7) desservant un esp (...)
  • 90 Tylissos C (15-15’-15’’), Delta Alpha (3-3’-3’’).
  • 91 De type c, la cellule 15 de Tylissos C est accessible depuis le couloir (B’) ou la pièce 12. De ty (...)
  • 92 Tylissos A (6-A’-18), palais de Malia (III 7a-c), Zeta Beta (7-7’), palais de Galatas (48), palais (...)
  • 93 Cette remarque illustre une nouvelle fois la nécessité de ne pas se limiter de manière stricte à d (...)
  • 94 Durant la première phase du palais de Malia, en pénétrant par l’entrée (7), on pouvait relativemen (...)
  • 95 À l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de se faire une idée précise de la manière dont s (...)
  • 96 La salle minoenne (37) du palais de Zakros est à la fois accessible par sa salle principale et son (...)
  • 97 D’un point de vue strictement topologique, le puits de lumière (18) de Tylissos A se situe sur un (...)
  • 98 Bien que n’étant dotée que d’une salle principale et d’un puits de lumière, la salle minoenne de Z (...)
  • 99 La seule exception en la matière étant la salle minoenne (36) du palais de Zakros.
  • 100 Royal Villa (9a-c), House of the Frescoes (8-6-7), Little Palace (9-8-5), Achladia (3-2b-2a) et Ho (...)
  • 101 Bien que les 5 exemples présentés remplissent la première condition, seul le Little Palace illustr (...)
  • 102 Cette variabilité se marque à la fois dans le code topologique du triplet cellulaire et dans la na (...)
  • 103 La seule exception est le puits de lumière (7), de type a, de la House of the Frescoes.
  • 104 Vathypetro I (24-25-26) et Nirou Hani (2a-2).
  • 105 Là où la salle minoenne de Vathypetro s’inscrivait dans une séquence annulaire simple (de type c), (...)
  • 106 Cette approche était axiale à Nirou Hani mais perpendiculaire à l’axe de la salle minoenne de Vath (...)
  • 107 Les valeurs d’intégration sans l’extérieur ne sont mentionnées que si elles présentent de fortes v (...)
  • 108 South House, Palaikastro X, Tylissos C et Delta Alpha.
  • 109 La salle minoenne de Delta Alpha fait office d’exception dans la mesure où sa salle principale et (...)

25Dans le but d’affiner l’approche syntaxique du corpus, il est nécessaire d’envisager plus particulièrement les cellules que nous avons qualifiées de récurrentes dans le second chapitre. Parmi ces dernières, les premières qui retiendront notre attention sont celles auxquelles on s’accorde à reconnaître une forme relativement canonique et qui, par conséquent, peuvent généralement être repérées aisément à la simple vue d’un plan. Bien que la salle minoenne ait fait couler beaucoup d’encre, elle n’en reste pas moins auréolée de mystère80. Bien que tous les palais inclus à ce travail présentent au moins une salle minoenne81, il n’en va pas de même pour les autres édifices du corpus. Au sein de ce dernier, les édifices présentant un agencement cellulaire généralement identifié comme une salle minoenne sont les suivants : House 1 Chania (4-5-6), Tylissos A (6-A’-18) ; Tylissos C (15-15’-15’’), Royal Villa (9a-c), South House à Knossos (11a-c), Little Palace à Knossos (9a-8a-5)82, Nirou Hani (2a-2), Delta Alpha à Malia (3-3’-3’’), Zeta Alpha à Malia (12-12b), Achladia (3-2b-2a), House of the Pillar Partitions à Pseira (2-3). À cette liste, on peut ajouter cinq salles minoennes moins avérées : House of the Frescoes à Knossos (6-7-8), Vathypetro (24-25), Zeta Alpha à Malia (5-8), Zeta Beta à Malia (7-7’), Palaikastro X (4-4b-6). Bien qu’un simple examen des plans illustre leur grande diversité de formes et d’implantations au sein du bâti, certaines de leurs caractéristiques récurrentes furent mises en évidence83. Dans un même ordre d’idée, les considérations qui suivent visent à isoler les particularités syntaxiques des différentes salles minoennes du corpus84. Tout comme en ce qui concerne les espaces de transition, l’approche syntaxique procédera des données les plus élémentaires aux données les plus complexes. On indiquera donc respectivement, la profondeur de la première cellule atteinte depuis l’extérieur, la profondeur moyenne de l’agencement global, sa composition topologique et, finalement, les valeurs d’intégration et de contrôle. À deux exceptions près, aucune salle minoenne n’est directement accessible depuis l’extérieur85. Les deux valeurs de profondeur proposées le sont à titre indicatif (fig. 664). Elles donnent une idée basique de la distance qui les sépare du monde extérieur. Évidemment, l’examen des propriétés topologiques de ces agencements permet de développer nos remarques à leur sujet. À la vue du tableau, il apparaît évident qu’une grande diversité caractérise la manière dont s’articulent les cellules constitutives des salles minoennes (entre elles et au sein du bâti). Un premier moyen de les catégoriser est d’évaluer leur implantation au sein du plan justifié. Le type de salle minoenne le moins élaboré d’un point de vue topologique prend la forme d’une séquence arborescente. 25 % des agencements envisagés rentrent dans cette catégorie86. Ils se développent tous de manière strictement linéaire, c’est-à-dire que chaque cellule s’implante à un niveau de profondeur différent. À ce titre, on remarque qu’à l’exception de celle de la House 1 de Chania, les salles minoennes de ce type ont toutes une profondeur moyenne supérieure à la profondeur moyenne de l’édifice dans lequel elles apparaissent87. Leur seconde caractéristique est qu’on pénètre systématiquement en leur sein par le biais de la salle principale et que, par conséquent, le puits de lumière est la cellule qui se trouve implantée le plus profondément et auquel l’accès peut-être le plus étroitement contrôlé88. Quatre agencements de ce type présentent une caractéristique supplémentaire. En effet, leur salle principale ou leur vestibule donne accès à une cellule supplémentaire, généralement de type a89. La seconde catégorie est formée de deux exemples (8 %)90. Il s’agit en quelque sorte d’une variante de la première catégorie. En effet, ces deux salles minoennes ont une profondeur moyenne supérieure à celle de la profondeur moyenne du bâtiment au sein duquel elles sont implantées, se développent linéairement et sont uniquement accessibles par le biais de leur salle principale. Ce qui les distingue des exemples de la première catégorie est le fait que cette dernière soit accessible depuis plusieurs cellules91. Les salles minoennes restantes, c’est-à-dire environ 67 % des agencements de ce type, sont globalement caractérisées par une annularité plus marquée. Elles peuvent néanmoins être séparées en trois sous-groupes ou catégories (fig. 664). Le premier est constitué de salles minoennes formant des agencements annulaires internes de portée locale92. En d’autres termes, il s’agit de configurations cellulaires dont au moins deux espaces constitutifs se situent sur un ou plusieurs anneaux ne mettant pas en relation un trop grand nombre de cellules. De manière générale, ce sous-groupe présente moins de caractéristiques communes que les deux premières catégories susmentionnées. En termes de profondeur moyenne, bien que certaines salles minoennes dépassent la profondeur moyenne du système global (palais de Malia I et II, de Galatas, de Phaistos et de Zakros I et II), les autres ont une profondeur équivalente ou inférieure à celle du bâtiment dans son ensemble (Tylissos A, Zeta Beta et palais de Gournia). Bien que l’on peut conclure que les secondes étaient plus directement accessibles que les salles minoennes des deux premières catégories, les exemples palatiaux ne présentent pas nécessairement une réclusion marquée et ce même s’ils affichent une profondeur moyenne plus élevée que celle du bâtiment au sein duquel ils apparaissent93. Ainsi, bien que les palais de Malia II, Galatas et Phaistos disposent de salles minoennes à la réclusion assez prononcée, celles de Malia I et de Zakros I et II ont une accessibilité plus directe94. Du point de vue topologique, les salles minoennes de ce sous-groupe affichent également une grande hétérogénéité95. En effet, leurs trois éléments constitutifs n’affichent pas un code topologique similaire. De plus, leur point de pénétration le plus direct depuis l’extérieur n’est pas systématiquement la même cellule (c’est-à-dire soit la salle principale, le vestibule ou le puits de lumière)96. On peut toutefois remarquer que dans la majorité des cas, le puits de lumière ne se situe pas sur un anneau97. Il peut être de type a et donc être un aboutissement des circulations (palais de Phaistos et palais de Zakros) ou de type b, rendant le mouvement possible tout en le circonscrivant dans une séquence bien précise (palais de Malia, Zeta Beta et palais de Gournia). Au contraire, le vestibule et la salle principale de ces agencements annulaires internes de portée locale sont presque exclusivement de type c ou d et ont donc le potentiel d’accueillir des circulations plus élaborées. À ce titre, Tylissos A est encore une exception dans la mesure où la salle principale (6) est de type b. La complexité potentielle des mouvements que peuvent accueillir les salles minoennes de ce sous-groupe est donc principalement fonction du caractère topologique de leur salle principale et de leur vestibule. Si ces deux cellules sont de type c, elles offrent aux circulations une certaine flexibilité mais circonscrivent ces dernières au sein d’une séquence bien définie (palais de Phaistos et palais de Gournia). Si l’une de ces cellules est de type d (ce qui n’arrive qu’une fois dans le cas du vestibule de la salle minoenne du palais de Malia), l’agencement gagne légèrement en flexibilité. Finalement, si ces deux cellules sont de type d, la salle minoenne présente une configuration extrêmement flexible, générant un nombre important de mouvements potentiels (palais de Zakros)98. Bien que le palais de Knossos n’ait pas été inclus à cette étude de la syntaxe spatiale, il peut être intéressant de faire remarquer que ledit Domestic Quarter et sa double salle minoenne rentrait très certainement dans cette catégorie (fig. 665a et 665b). Pour en finir avec ce sous-groupe, il peut être intéressant de faire remarquer que, comme dans la majorité des exemples de la première et de la seconde catégorie, c’est perpendiculairement à l’axe longitudinal sur lequel ils se développent que ces agencements sont le plus directement accessibles depuis l’extérieur99. Certaines salles minoennes forment également des agencements annulaires de portée globale100. Il s’agit de configurations cellulaires ayant une forte importance en termes de circulation à l’échelle du bâtiment dans son ensemble ou, tout du moins, en ce qui concerne un de ses niveaux. En d’autres termes, ces salles minoennes peuvent soit mettre en relation spatiale un nombre de cellules élevé proportionnellement à la quantité de cellules qui composent l’édifice au sein duquel elles s’implantent, soit avoir une superficie conséquente à l’échelle de ce dernier101. De manière générale, la profondeur moyenne de tels agencements est proche ou très légèrement supérieure à celle du bâtiment dans son ensemble. Cette constatation est logique si l’on considère le fait qu’ils formaient une importante partie du réseau de circulation interne des édifices. Au même titre que les salles minoennes de la troisième catégorie, celles qui retiennent actuellement notre attention présentent une grande hétérogénéité topologique102. Évidemment, étant d’importants vecteurs de mouvements potentiels, leurs cellules constitutives sont presque exclusivement de type c ou d103. La flexibilité de la configuration de ces salles minoennes peut donc être évaluée de la même manière que celles de la troisième catégorie. Ainsi, au sein de la Royal Villa, du Little Palace et d’Achladia, les mouvements potentiels sont nombreux et la prédictibilité de la façon dont on y circulait très faible. Néanmoins, leur configuration est radicalement différente. Là où la salle minoenne de la Royal Villa possède une salle principale de type d alors que son vestibule et son puits de lumière sont de type c, la configuration de celle du Little Palace en est exactement l’opposé alors qu’Achladia dispose d’une salle principale et d’un vestibule de type d et d’un puits de lumière de type c. Par contre, celles de la House of the Frescoes et de la House of the Pillar Partitions affichent une configuration très similaire. En effet, toutes deux se trouvent sur le seul anneau interne global que présente le plan justifié. À ce titre, circonscrivant les mouvements potentiels en une séquence bien définie, ces salles minoennes ont une importance capitale en termes de circulation au sein des deux édifices. À l’exception du Little Palace, l’approche la plus directe, depuis l’extérieur, vers ces agencements annulaires internes de portée globale se développe perpendiculairement à leur axe principal. La dernière catégorie de salle minoenne rassemble les agencements annulaires externes104. Il s’agit simplement de configurations cellulaires directement accessibles depuis l’extérieur. Ces agencements ont par conséquent une profondeur moyenne nettement inférieure à celle du bâtiment au sein duquel on les retrouve. Bien qu’elles varient, tant par leur configuration topologique105 que dans la manière dont elles étaient approchées depuis l’extérieur106, ces deux salles minoennes avaient peut-être un autre point commun. En effet, elles sont toutes deux dépourvues d’un puits de lumière canonique et s’ouvrent à la place sur l’extérieur du bâti. Néanmoins, la portion du monde extérieur avec laquelle ces salles minoennes sont en contact n’est pas anodine. À Vathypetro, la zone qui pourrait avoir fait office de puits de lumière est circonscrite par une structure dessinant un des seuls sanctuaires tripartites avérés en architecture minoenne. À Nirou Hani, c’est sur une cour finement pavée que s’ouvre le vestibule. Cependant, il est intéressant de souligner qu’à la limite méridionale de cette dernière, une construction de section tripartite fut mise au jour. Dans ces deux cas de figure, une possibilité pourrait être de considérer que l’implantation de ces salles minoennes ne fut pas dictée par les mêmes impératifs fonctionnels que ceux des autres catégories et que la présence d’un élément externe fut à l’origine de leur particularité. Évidemment, il faut se garder de toute conclusion trop hâtive et tenter d’affiner encore l’approche syntaxique des salles minoennes. Ayant énoncé par le menu leurs propriétés topologiques, il ne nous reste plus qu’à envisager leurs propriétés quantitatives (fig. 664)107. En termes de valeurs d’intégration, les salles minoennes des deux premières catégories présentent une certaine homogénéité. En effet, en toute logique, par rapport au système dans son ensemble, leur salle principale est systématiquement la cellule la mieux intégrée de l’agencement tripartite. De plus, elle affiche toujours une valeur d’intégration inférieure à l’intégration moyenne du système global. À l’échelle de l’édifice dans son ensemble, les cellules principales des salles minoennes de la première et de la seconde catégorie sont donc des espaces relativement bien intégrés. Au contraire de leurs vestibules et puits de lumière qui affichent une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne. En d’autres termes, il s’agit d’espaces à la ségrégation plus marquée. À ce titre, il est intéressant de souligner que, dans quatre cas, le puits de lumière est la cellule du bâtiment dont la ségrégation est la plus forte108. En ce qui concerne la valeur de contrôle, au sein des séquences arborescentes linéaires formées de trois cellules, il est évident que celle du milieu (le vestibule) affiche généralement la valeur la plus importante109. De type b, elle forme véritablement une interface de contrôle en direction du puits de lumière.

  • 110 Palais de Phaistos (63) et Palaikastro X (4b).
  • 111 Dans le cas de la cellule 5, il s’agit même d’une des valeurs de contrôle les plus élevées de l’éd (...)
  • 112 Quand deux des cellules constitutives de l’agencement sont aussi directement accessibles l’une que (...)
  • 113 En la matière, Tylissos A et Zeta Beta font exception.
  • 114 Achladia faisant exception.
  • 115 Cette évolution fut amplement commentée dans l’analyse individuelle de cet édifice.
  • 116 Le vestibule (IV) de la salle minoenne du palais de Gournia présente malgré tout une valeur d’inté (...)
  • 117 Cet état de fait fut commenté dans l’analyse individuelle du palais et tient essentiellement à la (...)
  • 118 Lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte, il s’agit même de la cellule la mieux intégrée au sy (...)
  • 119 Bien que cette constatation semble aller dans le sens du retrait par rapport au monde extérieur il (...)
  • 120 Où l’on reconstitue généralement les pièces domestiques de nature plus privée.
  • 121 Cette considération fut essentiellement développée par Preziosi (voir par exemple Preziosi 1983 : (...)
  • 122 Les salles minoennes constituant des agencements annulaires internes de portée locale fournirent l (...)
  • 123 Il convient de préciser que la situation visuelle est étudiée en considérant que toutes les baies (...)

26À ce propos, deux vestibules, desservant plus d’une cellule de type a, présentent une des valeurs de contrôle les plus importantes à l’échelle de l’édifice tout entier110. Dans la maison Zeta Alpha, ne possédant que deux cellules, les salles minoennes voient leur pièce principale être dotée de la plus haute valeur de contrôle de l’agencement111. Les troisième et quatrième catégories affichent évidemment une moins grande régularité en termes de valeurs quantitatives. De manière générale, parmi les deux ou trois cellules de l’agencement, celle au sein de laquelle on pénètre le plus directement depuis l’extérieur affiche l’intégration la plus élevée112. Cette dernière étant généralement inférieure à l’intégration moyenne. Néanmoins, contrairement aux deux premières catégories, les cellules dont l’accès est moins direct ne présentent pas systématiquement une intégration supérieure à l’intégration moyenne. Comme pouvait le laisser imaginer leur description topologique, ces salles minoennes sont donc globalement mieux intégrées aux bâtiments au sein desquels elles s’implantent. En termes de valeur de contrôle, les agencements annulaires internes de portée locale ne se distinguent pas particulièrement113. Au contraire, au sein des agencements annulaires internes de portée globale, la cellule la plus aisément atteinte présente généralement une des valeurs de contrôle les plus importantes à l’échelle de l’édifice114. Étant donné que les salles minoennes de ces deux catégories se présentent de manière extrêmement variable, il peut être intéressant de les aborder brièvement au cas par cas. La salle minoenne de Tylissos A constitue véritablement le noyau des circulations internes. En effet, son vestibule (A’), la première cellule atteinte depuis l’extérieur, présente la valeur d’intégration la plus importante de tout le bâtiment alors que ses deux autres composantes ont des valeurs inférieures à l’intégration moyenne. De plus, de nombreuses cellules de type a sont subordonnées à sa salle principale (6) qui affiche par conséquent une valeur de contrôle très élevée. Bien que la première phase du palais de Malia corresponde parfaitement à la description quantitative que nous avons donnée pour les agencements annulaires internes de portée restreinte, durant la seconde phase, la salle minoenne (III 7a-c) gagne considérablement en ségrégation, à tel point qu’aucun de ces espaces n’est désormais doté d’une valeur d’intégration inférieure à l’intégration moyenne115. D’un point de vue syntaxique, la salle minoenne hypothétique de Zeta Beta n’est pas sans rappeler celle de Tylissos A, à la différence près qu’elle est dépourvue de vestibule. En effet, ses cellules constitutives affichent une intégration inférieure à l’intégration moyenne alors que la salle principale (7) dispose d’une des valeurs de contrôle les plus significatives à l’échelle du bâtiment. De manière générale, les palais de Phaistos et Gournia correspondent à la description quantitative susmentionnée116. Bien que celle-ci s’applique également aux salles minoennes du palais de Zakros, elles se distinguent malgré tout par une intégration particulièrement prononcée de leur salle principale (36a et 37a) et de leur vestibule (36b et 37b)117, leur puits de lumière (36c et 37c) affichant en comparaison une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne. Au sein de la Royal Villa, salle principale (9a) et vestibule (9b) présentent une intégration marquée, la première affichant également une des valeurs de contrôle les plus fortes de l’édifice. Dans la House of the Frescoes, le vestibule (6) se distingue à la fois par une intégration élevée et une forte valeur de contrôle. Bien qu’étant dépourvue de puits de lumière, la House of the Pillar Partitions se trouve dans une situation fort similaire. La salle minoenne du Little Palace se présente comme un agencement extrêmement bien intégré au système global que forme le bâtiment. En effet, ses différentes parties ont toutes une intégration inférieure à l’intégration moyenne, le péristyle (5), considéré ici comme un puits de lumière particulièrement élaboré, affichant l’intégration la plus élevée du système. Ce dernier a également une valeur de contrôle très significative. De manière générale, au sein du corpus, la salle minoenne d’Achladia est celle dont l’intégration à l’échelle du bâtiment est la plus remarquable. Cet état de fait est encore plus saisissant lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte. Dans un cas comme dans l’autre, son vestibule (2b) est la cellule la mieux intégrée de l’agencement tripartite118 et sa salle principale (3) une cellule dont la valeur de contrôle est particulièrement marquée. Les agencements annulaires externes présentent globalement une intégration élevée (toutes leurs cellules ont une valeur d’intégration inférieure à l’intégration moyenne) mais ne se distinguent pas particulièrement en termes de valeur de contrôle. À Nirou Hani, la salle principale (2a) présente même l’intégration la plus importante du système. Il convient néanmoins de préciser que, si l’extérieur n’est pas pris en compte, la salle minoenne de Vathypetro devient une séquence arborescente linéaire stricte dotée des caractéristiques inhérentes à cette catégorie. Nous reviendrons sur les salles minoennes par la suite, mais nous pouvons d’ores et déjà faire quelques commentaires à la lumière de leur analyse syntaxique. Généralement, les salles minoennes de la première et de la seconde catégorie sont implantées assez profondément dans les bâtiments. Cette constatation pourrait trahir un souci de les distancer du monde extérieur et par conséquent, des visiteurs. À ce titre, il peut être intéressant de faire remarquer qu’à l’exception de celles de la House 1 de Chania et de Palaikastro X, on pénétrait en leur sein perpendiculairement à l’axe longitudinal de l’agencement qu’elles forment (Preziosi 1983 : 159, fig. II. 96). Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer à maintes reprises, une telle rupture d’axe pourrait avoir contribué à atténuer la progression dynamique en direction de ces salles minoennes119. Il faut malgré tout admettre qu’au sein de la House 1 de Chania, le vestibule (1) semble avoir été en mesure de drainer les circulations directement de l’extérieur vers la salle minoenne. De plus, la salle principale de cette dernière était directement liée à la partie de l’édifice que les fouilleurs interprétèrent comme zone privée (cellules 7 et 8). À Tylissos C, la salle principale (15) était accessible indépendamment depuis l’étage120 (via l’escalier (H), le couloir (D) et la cellule 12) mais également, depuis le couloir (A) et par extension depuis l’extérieur, via le couloir (B-B’) à l’axialité dynamique assez marquée. Bien que moins marqué, un phénomène similaire se repère au sein de Delta Alpha. À l’exception de ces trois édifices, on remarque donc que, d’un point de vue syntaxique, certaines salles minoennes ne constituent pas de façon flagrante un contexte particulièrement adapté à la rencontre entre résidents et visiteurs, si l’on prend comme postulat que ce contexte devait permettre d’éviter les interférences entre ces deux groupes121. Évidemment, il faut rappeler que les pièces principales de ces salles minoennes présentent tout de même une intégration assez prononcée et ne doivent donc pas être considérée comme des espaces reclus au sein du bâti. À la lumière de l’analyse syntaxique, on comprend pourquoi les salles minoennes des troisième et quatrième catégories furent globalement à l’origine des considérations ayant érigé ce type d’espace en pôle de rencontre potentiel entre résidents et visiteurs122. En effet, outre le fait qu’elles possèdent des voies d’accès bien diversifiées (tant depuis l’intérieur - perspective du résident - que depuis l’extérieur - perspective du visiteur), leurs cellules sont généralement bien intégrées aux édifices au sein desquels on les retrouve. Si leur configuration permet bel et bien d’avancer l’hypothèse d’un lieu de rencontre entre résidents et visiteurs (à plus forte raison dans les agencements annulaires internes de portée globale), rien ne permet de l’étendre systématiquement aux autres catégories syntaxiques de salles minoennes. On constate donc que, si l’on part du principe selon lequel les salles minoennes devaient fournir un contexte architectural rendant possible la rencontre entre différentes catégories d’utilisateurs du bâti tout en leur offrant des voies d’accès avec le moins d’interférence possible, il convient d’admettre que tous les exemples susmentionnés ne sont pas à même de remplir cette fonction avec la même efficacité. Nous aurons l’occasion de revenir sur cet état de fait par la suite. Depthmap mit également en évidence que, dans certains édifices, la salle minoenne était dotée d’une contrôlabilité visuelle assez prononcée123.

  • 124 Dans la Royal Villa, le présumé bain lustral (5) a une profondeur de 3 alors que la profondeur moy (...)
  • 125 La seule exception pourrait être le bain lustral (17) de la première phase de Vathypetro. Néanmoin (...)
  • 126 Bien qu’il y ait quelques exceptions (Tylissos A, Royal Villa, Zeta Alpha, palais de Gournia et pa (...)
  • 127 Nous renvoyons à la description des différents édifices pour les raisons ayant mené à l’identifica (...)
  • 128 À l’exception de la House with the Snake Tube, de la House A d’Agia Irini (34) et palais de Zakros (...)
  • 129 Seule la cellule 6 de la seconde phase du bâtiment Ea fait exception en la matière.
  • 130 Ea III (6), palais de Phaistos (quartier nord-est), House with the Snake Tube (8), House A Agia Ir (...)
  • 131 Il convient néanmoins de préciser qu’aux yeux de nombreux chercheurs, hygiène, ablutions et purifi (...)
  • 132 À ce titre, et si l’on considère les récurrences formelles entre les différents bains lustraux du (...)

27Le bain lustral est également un type d’espace singularisé par son tracé particulier. Treize édifices du corpus contiennent au moins une cellule à laquelle on attribua cette identification : Tylissos A (11), House of the Chancel Screen (6) à Knossos, South House (10) à Knossos, Little Palace (35) à Knossos, palais de Malia (III 4), Delta Alpha (7) à Malia, Zeta Alpha (11) à Malia, Epsilon (9) à Malia, palais de Phaistos (19, 21, 63d et 83), palais de Gournia (28), Palaikastro B (3), palais de Zakros (24 et 58), Xeste 3 (3a). En plus de ces exemples, trois bâtiments sont dotés d’une cellule dont la nature est moins claire mais qui pourrait s’en être rapprochée : Royal Villa (5) à Knossos, Vathypetro (17), Zeta Beta (9) à Malia. Les propriétés syntaxiques de ce type d’espace présentent une très forte homogénéité (fig. 666). La profondeur des bains lustraux est généralement supérieure à la profondeur moyenne du bâtiment qui les accueille. Les seules exceptions sont deux des bains lustraux hypothétiques124 et le bain lustral de la Xeste 3 à Akrotiri. Tous les bains lustraux sont des cellules de type a et, par conséquent, des cellules à vocation d’occupation au sens théorique du terme125. Pour terminer, ils ont généralement une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne du bâtiment au sein duquel on les retrouve126. Les bains lustraux (6) de la House of the Chancel Screen et (58) du palais de Malia sont même les cellules dont la ségrégation est la plus forte du plan justifié. Depthmap mit également en évidence le fait que ce type de cellule avait très souvent une contrôlabilité visuelle particulièrement élevée. Leur étude sera approfondie dans la synthèse proxémique mais les propriétés syntaxiques invitent à souligner que les bains lustraux sont toujours des espaces reclus à la ségrégation prononcée. Il nous semble également intéressant d’envisager conjointement les cellules que les fouilleurs interprétèrent de manière générale comme sanitaires (latrines, bains,…)127. Le corpus en compte une quinzaine : House 1 Chania (15), South House (8) à Knossos, Little Palace (10) à Knossos, Delta Alpha (14) à Malia, Zeta Alpha (latrine) à Malia, Ea II et III (6) à Malia, Palais de Phaistos (63e), Palais de Phaistos (quartier nord-est), House with the Snake Tube (8), Palais de Zakros II (quartier sud-ouest), House A Agia Irini (24 et 34) et West House (Lavatory). Il est étonnant de constater à quel point ce type de cellule présente les mêmes caractéristiques syntaxiques que lesdits bains lustraux (fig. 667). En effet, les sanitaires sont systématiquement de type a, disposent souvent d’une profondeur supérieure à la profondeur moyenne du bâtiment au sein duquel on les retrouve128 et affichent une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne129. Dans cinq cas, les sanitaires sont également l’espace dont la ségrégation est la plus prononcée à l’échelle de l’édifice130. Bien que les bains lustraux et les sanitaires aient probablement eu une fonction différente131, leur implantation au sein d’un bâtiment semble répondre aux mêmes critères d’implantation, en nette isolation par rapport au système132.

  • 133 Celles de la House with the Snake Tube et du Quartier des Artisans faisant exception. Au sujet de (...)
  • 134 Dans ces deux cas de figure, bien que la salle à colonne et/ou foyer central s’implante au quatriè (...)
  • 135 Deux des salles à colonne du Quartier des Artisans (A. 4 et B. 2) font à nouveau exception.
  • 136 Zeta Beta (17), North House (17), Fd (14), Vasiliki M (3), Chalinomouri I et II (6) ainsi que tout (...)
  • 137 Certaines d’entre elles ont malgré tout une valeur de contrôle inférieure à 1 et, par conséquent, (...)
  • 138 House 1 Chania (11), Zeta Beta (17), House with the Press (1), Vasiliki M (3), Artisans Quarter A (...)
  • 139 Elles ont comme caractéristique commune d’être dotées de piliers ou de colonnes dessinant une form (...)
  • 140 Seule la salle de Palaikastro (6) de la première phase de Palaikastro B affiche une profondeur éga (...)
  • 141 À Sklavokambos dans la partie sud de l’édifice (cellules 14-19), au Sud-ouest d’Epsilon (cellules (...)
  • 142 Unexplored Mansion (H), Zeta Beta (17), Agia Varvara (1), Palaikastro 5 (5), Pitsidia (10), Rousse (...)
  • 143 House 1 Chania (11), Choiromandres (1), North House (17), House with the Press (1), House with the (...)

28Généralement considérée comme la manifestation d’une tradition architecturale remontant bien avant le néopalatial, la salle à colonne et/ou foyer central se retrouve dans divers édifices du corpus : House 1 Chania (11), Zeta Beta (17) à Malia, Agia Varvara (3), North House (17) à Kommos, House with the Press (1) à Kommos, Gournia Fd (14), Vasiliki M (3), Artisans’Quarter A (4), Artisans’Quarter B (2 et 10), Chalinomouri I et II (6) et West House (3) (fig. 668). De manière générale, ces pièces sont présentées comme le cœur des édifices au sein desquels on les retrouve, elles auraient constitué le centre de la vie domestique, accueillant diverses activités allant de la préparation/consommation de nourriture à la réception d’invités en passant par un petit artisanat. Sur base de ces considérations, quelques autres cellules sont considérées comme espaces assimilés aux salles à colonne et/ou foyer central : Prasa B (1), Stou Kouse (1), House with the Snake Tube (3) à Kommos, Pitsidia (10), Rousses (1), Palaikastro N (5), Palaikastro 5 (5), Palaikastro X (3) et Choiromandres (1). À nouveau, force est de constater que certaines récurrences syntaxiques se dessinent (fig. 669). Dans l’ensemble, ces cellules présentent une profondeur inférieure à la profondeur moyenne des bâtiments133. Il s’agit donc généralement d’espace que l’on peut atteindre assez aisément depuis l’extérieur ou qui, comme dans le cas de la House 1 de Chania et de la West House d’Akrotiri, disposent plutôt d’une profondeur relativement basse à l’échelle de l’édifice dans son ensemble134. Topologiquement parlant, le seul point commun qu’ont ces espaces est de n’être jamais de type a. Cependant, ils sont plus fréquemment de type b ou c et par conséquent, implantés dans un réseau de circulations relativement circonscrites. Étant de type d, les pièces 17 de Zeta Beta et de la North House ainsi que la pièce 1 de Rousses sont associées à un plus large éventail de mouvements potentiels. Cependant, ce type de cellule affiche une intégration inférieure à l’intégration moyenne135 et dans de nombreux cas, constitue même l’espace le mieux intégré au système136. À ce titre, ces pièces entretiennent donc une proximité et des connexions spatiales étroites avec un grand nombre des espaces constitutifs des édifices dans lesquels elles apparaissent. Outre le matériel archéologique que certaines d’entre elles révélèrent, il est donc évident que cette caractéristique syntaxique va dans le sens d’une identification comme espace principal de la vie domestique, ou tout du moins comme principal espace de rassemblement potentiel. Leur importance au cœur du bâti est également soulignée par le fait que bon nombre de ces pièces disposent d’une valeur de contrôle significative137. Onze d’entre elles affichent même la valeur de contrôle la plus importante du bâtiment (ou de ce que l’on en conserve à ce jour)138. Qu’elles comportent ou non une colonne centrale et un foyer, ces cellules peuvent donc, à plus d’un titre, être considérées comme faisant partie des pièces principales des bâtiments au sein desquels on les retrouve. En effet, non seulement elles affichent une intégration élevée mais, disposant d’une haute valeur de contrôle, elles jouent également un rôle capital dans l’articulation locale d’une série d’espaces internes. Bien qu’elles adoptent une forme bien distincte, certaines cellules partagent les mêmes caractéristiques, leur impact se limitant parfois à une partie bien précise de l’édifice où on les repère. Cette catégorie comprend les salles à quatre piliers, les salles à atrium et les salles de Palaikastro (fig. 670). Bien que ces dernières ne constituent pas à proprement parler un type de cellule d’aspect canonique139, elles n’en partagent pas moins les mêmes propriétés syntaxiques : une profondeur inférieure à la profondeur moyenne140, une intégration importante voire maximale et une valeur de contrôle marquée. À ce titre, elles pourraient avoir joué un rôle similaire à celui des salles à colonne et/ou foyer central et assimilées. Dans le cas de l’Unexplored Mansion et de Palaikastro B, elles ont une importance certaine à l’échelle du bâtiment dans son ensemble. Cependant, dans les autres exemples, leur impact est plus localisé141. Depthmap mit également en évidence que bon nombre des espaces de ces trois dernières catégories apparentées disposaient d’une contrôlabilité visuelle très nette142, parfois la plus importante à l’échelle de l’édifice143.

  • 144 Cellules contenant du matériel de type rituel et/ou dont l’identification en tant que zone cultuel (...)
  • 145 Cellules d’identification incertaine.
  • 146 Cellules contenant des vases de stockage et/ou dont l’identification en tant que zone de stockage (...)
  • 147 Tylissos A (3), Royal Villa (10), South House (3), palais de Malia (VII 4) et Achladia (9).
  • 148 À l’exception de la salle à pilier (11) durant la deuxième phase de Vathypetro.
  • 149 Tylissos C (2), Palais de Malia I et II (VII 4), Vathypetro I et II (11).
  • 150 À l’exception de la crypte à pilier (3) de la South House et de la salle à piliers (38) du Little (...)
  • 151 Achladia (9), House of the Chancel Screen (10), Little Palace (17 et 40), Royal Villa (10), Mitrop (...)

29Quelle que soit la ou les fonction (s) qu’on leur attribue, les salles à pilier(s) présentent une très forte hétérogénéité syntaxique (fig. 671). Pour en faciliter l’analyse, elles ont été séparées en trois groupes : les cryptes à pilier avérées144 [Tylissos A (3), Tylissos C (2), House of the Chancel Screen (10) à Knossos, Royal Villa (10) à Knossos, South House (3) à Knossos, palais de Malia (VII 4)], les salles à piliers145 [Little Palace (38 et 41) à Knossos, Vathypetro I (3, 10, 11 et 40), Vathypetro II (3 et 11), Maison de la cave au pilier (c) à Malia, palais de Phaistos (72), Achladia (9)] et les zones de stockage à piliers146 [Tylissos A (16 et 17), South House (15) à Knossos, Little Palace (17) à Knossos, Mitropolis-Kannia I et II (11, 12 et 13), House A Agia Irini (31)]. Bien que nous concevions parfaitement que la fonction de stockage n’exclut pas de facto l’existence d’une dimension cultuelle (et vice-versa), cette dernière catégorie est abordée plus en détails conjointement aux autres zones de stockage avec lesquelles elle partage certaines récurrences syntaxiques. Les propriétés syntaxiques de deux premières catégories n’affichant que peu de récurrences, elles doivent être examinées au cas par cas. À ce titre, nous renvoyons à l’analyse individuelle de chaque bâtiment. Précisons toutefois que, selon les cas, les salles à piliers peuvent présenter une intégration assez forte147 sans pour autant qu’elle soit la plus importante du système148. De plus, bien qu’elles puissent parfois être dotées d’une valeur de contrôle non négligeable (supérieure à 1)149, elles disposent rarement d’une des plus conséquentes150. Certaines de ces cellules étaient également caractérisées par une contrôlabilité assez prononcée151.

  • 152 En prenant en considération les différentes phases de certains édifices, on dénombre 159 cellules (...)
  • 153 L’identification de réserve précieuse est exclusivement le fait des fouilleurs et ne découle pas d (...)
  • 154 House 1 Chania (12), Tylissos A (5), Sklavokambos (12), House of the Chancel Screen (7 et 9), Sout (...)
  • 155 Quand elles ne sont pas de type a, ces zones de stockage se développent en enfilade et disposent a (...)
  • 156 Sklavokambos (11), Tylissos C (8), Little Palace (17), Unexplored Mansion (M, N et P), Nirou Hani (...)
  • 157 Bien qu’il soit difficile de se prononcer à leur sujet étant donné la mauvaise connaissance que l’ (...)
  • 158 Si l’on considère que toutes les autres réserves précieuses font partie de la première catégorie, (...)
  • 159 Ainsi, si l’on considère que certains vestibules contenaient les traces d’une activité artisanale (...)

30Comme nous avons eu l’occasion de l’expliquer dans le chapitre consacré au bâti néopalatial, certaines activités telles que le stockage, la préparation de nourriture ou l’artisanat ne sont pas associées à des expressions architecturales canoniques. Cependant, les fouilles contribuèrent évidemment à localiser ces pratiques au sein des édifices, les zones de stockage étant néanmoins plus fréquemment repérées que les zones culinaires ou artisanales. Étant donc parfois dotées d’une implantation bien définie au sein des bâtiments, ces zones d’activités peuvent être examinées en termes syntaxiques. Les zones de stockage sont divisées en trois sous-groupes (fig. 672)152 : les zones de stockage avérées (cellules dont les trouvailles et/ou la forme canonique ne laissent aucun doute quant à leur fonction d’emmagasinage), les zones de stockage hypothétiques (cellules qui, par manque de trouvaille, ont une identification moins certifiée) et les réserves précieuses (cellules dont les trouvailles sont de particulièrement bonne qualité)153. Au sein de ces différentes catégories, certaines récurrences se dégagent. Ainsi, les zones de stockage dont la profondeur est supérieure à la profondeur moyenne de l’édifice affichent généralement une ségrégation assez manifeste (c’est-à-dire une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne)154. Ces zones de stockage sont donc non seulement implantées profondément au sein de leur bâtiment (et par conséquent éloignées du monde extérieur) mais sont aussi marquées par une isolation relativement nette par rapport aux autres cellules constitutives du plan. 83 cellules rentrent dans cette catégorie. Fréquemment, ce type de zones de stockage est de type a mais cette propriété topologique est loin d’être systématique155. Au contraire de la première catégorie susmentionnée, certaines zones de stockage affichent une profondeur inférieure à la profondeur moyenne et une valeur d’intégration inférieure à l’intégration moyenne156. Par conséquent, les cellules de cette seconde catégorie sont généralement plus directement accessibles depuis l’extérieur mais surtout, s’insèrent plus franchement au sein des autres espaces constitutifs des bâtiments au sein desquels on les retrouve. Une petite quarantaine de zones de stockage rentrent dans cette catégorie. Bien qu’elles n’affichent pas à un rapport aussi clair entre profondeur et intégration, certaines cellules peuvent être considérées comme faisant partie d’une des deux premières catégories. Ainsi, même si elles ont une profondeur inférieure à la profondeur moyenne, les zones de stockage suivantes se rapprochent de celle de la première catégorie dans la mesure où elles présentent une valeur d’intégration supérieure à l’intégration moyenne : Tylissos C (9 et 10), Little Palace (21-23)157. Au contraire, certaines zones de stockage présentant une profondeur supérieure à la profondeur moyenne mais une valeur d’intégration inférieure à la valeur d’intégration moyenne se rapprocheraient davantage de la seconde catégorie : Zeta Beta (1 et 10)158, House of the Chancel Screen (12), Ea II (9), Mitropolis-Kannia II (13), House with the Press (4), palais de Gournia (23 et 24a-c), C. 3 (9) et West House (7’). Ces ajouts étant pris en considération, la première catégorie forme environ 59 % des zones de stockage alors que la seconde en comprend 35 %. Si l’on considère, comme énoncé ci-dessus, que les cellules de la première catégorie sont à la fois caractérisées par une forte profondeur (c’est-à-dire un éloignement assez manifeste par rapport au monde extérieur) et un isolement conséquent par rapport aux autres cellules, elles pourraient avoir formé des zones de stockage à plus ou moins long terme nécessitant protection et contrôle - obtenus notamment par l’éloignement du monde extérieur - et n’étant pas trop impliquées dans les activités quotidiennes des édifices au sein desquels on les retrouve - ce que pourrait évoquer leur ségrégation assez manifeste). Au contraire, les cellules de la seconde catégorie pourraient avoir constitué des zones de stockage à plus ou moins court terme, impliquant également un usage plus fréquent (et par conséquent, par souci de facilité, auraient été mieux intégrées au système). Évidemment, cette constatation ne s’érige pas en règle absolue et de nombreux autres facteurs venaient probablement influencer l’implantation de zones de stockage au sein des bâtiments minoens. Cela étant dit, utilisés avec précaution et conjointement à l’étude du type de denrées emmagasinées, les binômes profondeur/proximité et intégration/ségrégation peuvent être de précieux indices du fonctionnement potentiel d’une zone de stockage. À ce titre, il peut être intéressant de considérer les zones de stockage n’ayant pas encore été mentionnées (6 %) : Tylissos A (16 et 17), Royal Villa (6), Delta Alpha (12), Zeta Alpha (22), Maison de la façade à redans (1), Mitropolis-Kannia I (6), North House (sottoscala sous 21) et Vasiliki M (2). À l’exception d’une de salles à piliers de Tylissos A, ces cellules sont toutes de type a. Elles ont toutes une profondeur inférieure à la profondeur moyenne (cinq d’entre elles n’étant même qu’à un espace de l’extérieur). Cependant, elles se distinguent nettement des cellules de la seconde catégorie dans la mesure où elles sont caractérisées par une ségrégation assez marquée. Une telle configuration peut évidemment être interprétée de différentes manières. Cependant, on peut considérer que leur très faible profondeur dénote un souci de les rapprocher du monde extérieur et leur ségrégation la volonté de les isoler des autres espaces internes. Ces zones de stockage pourraient donc avoir été le cadre d’activités que, dans une certaine mesure, l’on souhaitait séparer de celles du reste de l’édifice. De plus, leur proximité avec le monde extérieur n’était peut être pas étrangère aux activités en question. Peut-être s’agissait de cellules destinées à entreposer des biens et denrées que l’on utilisait ou destinait à l’extérieur de l’édifice ; ou de cellules au sein desquelles on acheminait des denrées depuis l’extérieur, sans interférence avec les activités ayant lieu dans le reste de l’édifice, peut-être avant de les entreposer dans d’autres zones de stockage. Quoi qu’il en soit, chaque situation se doit d’être envisagée individuellement et nécessite, afin d’être comprise, d’autres indices que ceux que fournit l’analyse de la syntaxe spatiale159.

  • 160 House 1 Chania (12), Zeta Beta (3), Agia Varvara (4), palais de Gournia (29), Artisans’Quarter B ( (...)
  • 161 C. 3 (14) et Plateia Building (1). Dans un cas comme dans l’autre, la présumée cuisine est une cel (...)
  • 162 Tylissos C (13), Zeta Beta (13), Stou Kouse (4), North House (3), Achladia (4 et 5).
  • 163 Palais de Galatas (11 et 12) dans le cas de l’aile est, palais de Zakros II (32), à l’échelle de l (...)
  • 164 De manière générale, cette remarque vaut pour l’ensemble du corpus et ce, même si certaines cellul (...)

31Les zones artisanales et culinaires sont également caractérisées par une certaine hétérogénéité syntaxique. Cependant, dans le cas des premières (fig. 673), il est possible qu’une étude prenant en compte le type d’artisanat impliqué puisse amener à des résultats intéressants. On peut ainsi remarquer que les cellules considérées comme étant liées au tissage présentent assez systématiquement une profondeur et une valeur d’intégration supérieures à la moyenne et formaient, par conséquent, des espaces relativement isolés du monde extérieur et bien distincts des autres pièces160. Évidemment, une telle constatation devrait être vérifiée dans un plus grand nombre d’exemples avant de pouvoir mener à des considérations plus générales, notamment en ce qui concerne l’organisation de l’activité artisanale. Bien qu’il soit difficile de l’affirmer avec certitude sur base d’un échantillon de cellules si réduit, les zones constituant principalement des espaces à vocation artisanale semblent généralement dans une ségrégation assez manifeste par rapport aux autres espaces. Cela dit, il est fort probable que de telles cellules aient été relativement rares et que d’autres activités aient pris place aux côtés de l’artisanat, impliquant de ce fait des conditions syntaxiques variées. À nouveau, en l’absence de nettes récurrences de configuration et étant donné l’éventail limité de cellules à vocation artisanale dont nous disposons, il apparaît évident qu’un examen approfondi du matériel archéologique et des conditions propres à chaque édifice est une condition nécessaire à l’interprétation des données syntaxiques. Les mêmes remarques valent également pour les zones culinaires. En effet, aucune régularité ne semble véritablement se dégager à la vue du tableau syntaxique (fig. 674) : certaines zones culinaires sont directement accessibles depuis l’extérieur et dans un très net état de ségrégation par rapport à l’édifice avec lequel elles sont associées161 ; d’autres sont implantées profondément et se démarquant bien des cellules environnantes162 ; au contraire, certaines sont parfaitement intégrées à la portion du bâtiment au sein de laquelle elles sont trouvent163. La grande hétérogénéité syntaxique qui caractérise ces zones d’activité découle probablement de différents facteurs parmi lesquels on retrouverait, par exemple, leur caractère multifonctionnel mais également, des variations liées à des exigences propres à différentes catégories de bâtiments ou encore, à des circonstances particulières que nous ne sommes plus en mesure d’apprécier aujourd’hui164.

32Bien que les espaces ouverts tels que les puits de lumière ou cours internes apparaissent au sein de différents édifices du corpus, nous ne proposons pas ici une étude synthétique de leurs propriétés syntaxiques (à l’exception des cours palatiales que nous évoquerons ci-dessous). En effet, l’implantation d’espace à ciel ouvert au sein du bâti est souvent fonction de préoccupations liées à la nécessité de l’éclairage et de l’aération et n’est donc pas nécessairement révélatrice de réalités relatives à la circulation et aux activités humaines au sein du bâti :

In most space syntax studies of access in buildings, the plan is taken as given, and the analysis proceeds directly to the properties of the graph of permeabilities. These graph-theoretic properties are then interpreted as revealing the character of the organization occupying the building, or throwing light on cultural conceptions of the type to which the building belongs. Architectural plans are however constrained, of course, by several other ‘generic functions’ besides those of access. Arguably the most important of these, for many common type of buildings, are the functions of natural lighting, natural ventilation and outlook, all three provided by windows and the first two provided also by skylights. These act powerfully to constrain plan shapes and dimensions. It is reasonable to suppose that the limits on plan possibility imposed by lighting and ventilation, in turn place limits of some general nature on possible patterns of access. Should this be true, it would be important to identify precisely what characteristics are attributable to such a cause ; otherwise the space syntax project runs the risk of attributing to cultural ‘genotypes’ what in truth has its origin in the exigencies of lighting and ventilation (Steadman 2003 : 05. 2-05. 3).

  • 165 En ce qui concerne ces derniers, nous renvoyons à l’étude individuelle de chaque bâtiment. Cependa (...)

33Une nouvelle fois, c’est donc dans le cadre d’un examen individuel que chaque espace ouvert se doit d’être analysé, sans perdre de vue la remarque suscitée165.

  • 166 Évidemment, chaque édifice ne sera pas réexaminé ici par le menu. Les plus représentatifs des prop (...)

34Plusieurs types de cellules ayant été abordés, nous allons désormais nous pencher plus particulièrement sur certains édifices afin de mettre en évidence des propriétés syntaxiques constituant généralement de précieux indices interprétatifs. Évidemment, les constatations précédentes abordèrent brièvement certaines de ces propriétés. Cependant, afin d’illustrer plus clairement les implications de ces dernières, on fera systématiquement appel à des exemples précis tirés du corpus. À nouveau, il est important de souligner que ces propriétés n’ont en aucun cas de valeur absolue. En effet, même si elles se vérifient dans un grand nombre de cas, elles doivent être examinées et remises en question dans l’étude de chaque édifice166. Elles constituent donc davantage des pistes de réflexion que des balises interprétatives nettes et inamovibles. Un bon moyen d’aborder ces propriétés est d’articuler notre réflexion sur base de l’arborescence et de l’annularité, expressions les plus élémentaires de la configuration des édifices, c’est-à-dire des relations qu’entretiennent les cellules qui les constituent.

  • 167 De fait, la House 1 de Chania possède un facteur de différence relativement bas, indiquant le pote (...)
  • 168 L’échelonnement des valeurs d’intégration et le facteur de différence ne subissent pour ainsi dire (...)
  • 169 Bien que cette cellule puisse avoir joué le rôle d’une loge de portier, il n’est pas impossible qu (...)
  • 170 Évidemment, il n’est pas impossible qu’un secteur de nature privée ait existé à l’étage. Cependant (...)
  • 171 À ce sujet, la sphère de communication interpersonnelle donne l’image d’une zone au sein de laquel (...)
  • 172 Dans leur secteur respectif, la salle minoenne et la salle à foyer sont les cellules les mieux int (...)
  • 173 House of the Chancel Screen (1,174) et House 1 de Chania (1,645).
  • 174 Dans le cas de ces édifices, la salle à colonne et/ou foyer central pouvait évidemment, entre autr (...)
  • 175 Au sujet du rôle d’annexe, nous renvoyons à la description individuelle de ces bâtiments.
  • 176 La différentiation la plus nette et la plus élémentaire étant évidemment celle entre les espaces d (...)
  • 177 La volonté d’une distanciation par rapport à l’extérieur et d’une certaine clarté architecturale s (...)
  • 178 On retrouva également des cornes de consécration qui appartenaient soit à la pièce à colonnes ou v (...)
  • 179 Des irrégularités d’appareillage du mur faisant face à l’escalier évoquent la possibilité de l’exi (...)
  • 180 C’est au sein de cette pièce qu’on retrouva les ossements d’une vingtaine de personnes (PoM II : 9 (...)
  • 181 Aucune trace d’enterrement ne fut repérée dans la Inner Chamber mais on y mit au jour, dans l’angl (...)
  • 182 Thaler a également attiré l’attention sur cette disposition particulière (Thaler 2001). En termes (...)
  • 183 On retrouve évidemment ici une expression des visées élémentaires d’un agencement arborescent (voi (...)

35Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer, bien qu’un système arborescent affiche une configuration moins élaborée qu’un complexe annulaire, il ne trahit pas nécessairement l’existence d’une dimension sociale peu élaborée. Cependant, il est fréquent que l’arborescence renvoie plus directement à la sphère des relations entre résidents : « […] tree-like houses normally support strongly framed social situations where access to and movement about the house need to be controlled in the interests of an individual inhabitant or group of residents […] » (Hanson 1998 : 279). Si l’on envisage le corpus à la lumière de cette hypothèse, force est de constater que les plans arborescents affichent majoritairement une certaine ségrégation du système global depuis l’extérieur. Cependant, chaque édifice se doit d’être examiné indépendamment. Les exemples qui suivent permettent d’appréhender la grande diversité du corpus. La House 1 de Chania est un édifice dont la ségrégation par rapport à l’extérieur est assez manifeste (fig. 16-18). De plus, son indice d’asymétrie relativement bas (0,643) trahit l’existence d’une propension à séquencer les espaces qui, de ce fait, présentent une intégration moyenne assez faible (c’est-à-dire dont la valeur est élevée - 1,645). Comme évoqué, l’édifice est globalement scindé en quatre secteurs : le secteur de transition (1-3, 9 et 10), le secteur sud (4-8), le secteur nord (11-16) et le secteur de l’étage. Il est tout à fait révélateur que le secteur de transition soit également la zone la mieux intégrée à l’échelle du bâtiment. Elle forme donc non seulement la transition entre l’extérieur et l’intérieur mais également, et surtout, la transition obligatoire entre les trois autres secteurs, bien différenciés les uns des autres167. Bien qu’un plan arborescent trahisse généralement une interface ciblée sur les résidents168, la réalité du bâtiment peut être plus nuancée. Ainsi, si l’on se concentre sur le rez-de-chaussée qui est la seule partie de l’édifice sur laquelle nous ayons des renseignements fiables, et que nous dépassons le cadre restreint d’une interprétation syntaxique, on pourrait alors tenter de décoder la House 1. Le tracé du vestibule (1), qui pourrait avoir été surveillé depuis la cellule 2169, invitait très nettement à prendre la direction de la salle minoenne (4-6), en revanche, la progression était nettement moins directe en direction du secteur nord (implanté entre les quatrième et septième niveaux de profondeur). Dans ce cas précis, la salle minoenne pourrait évidemment avoir été un pôle de réception des visiteurs. Elle disposait en effet d’un accès aisé (deuxième niveau de profondeur) et direct (axe du vestibule en écho à l’axe arrière-avant d’une personne pénétrant dans l’édifice) depuis l’extérieur mais était également en relation étroite avec les cellules 7 et 8 que les fouilleurs interprétèrent comme zone privée de l’édifice170. Dans une telle optique, et même si la House 1 constituait probablement un ‘édifice privé’, la salle minoenne en aurait constitué une portion plus publique (toute proportion gardée171). Au contraire, le secteur nord aurait formé une zone domestique bien séparée du monde extérieur et organisée autour de la salle à foyer (11)172. Dans le cas de la House of the Chancel Screen (fig. 58 et 59), dont la valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur est quasiment identique à celle de la House 1, la situation est différente. De manière générale, l’intégration moyenne, nettement plus prononcée que dans l’édifice précédent173, illustre bien le fait que les différents espaces étaient plus étroitement connectés les uns aux autres. En effet, au rez-de-chaussée, plutôt que de donner l’impression de se scinder en différents secteurs, la House of the Chancel Screen semble se ramasser autour du polythyron (2) qui, étant la cellule la mieux intégrée, en constitue le noyau. Étant moins richement fourni en matériel, cet édifice est plus délicat à interpréter. Néanmoins, il est tentant d’imaginer que le polythyron (2) formait une zone d’accueil (d’accès moins franc que dans le cas de la House 1) et d’aiguillage (valeur de contrôle assez élevée). Évidemment, les cellules 3a et 3b s’insèrent parfaitement dans cette perspective et, étroitement associées à la cellule 2, pourraient avoir formé le pôle de réception de l’édifice. Il est également intéressant de constater que les accès vers les différentes parties de l’édifice sont bien différenciés depuis le polythyron (2), pouvant de surcroît être modulés par l’ouverture et la fermeture des portes et baies à portes multiples. L’Ouest du bâtiment était évidemment moins accessible et faisait abondamment appel à des espaces de transition (11 et 8). Dans cet ordre d’idée, l’escalier aurait donc pu mener à une zone de nature plus privée. Même s’il est nécessaire de se garder d’une généralisation trop hâtive, les plans arborescents du corpus semblent marqués par une configuration qui, bien qu’elle soit essentiellement ciblée sur les rapports entre résidents, n’exclut pas pour autant l’aménagement d’un secteur, proche de l’extérieur, potentiellement adapté à l’accueil de visiteurs. Cette constatation se vérifie également au sein d’édifices moins élaborés tels qu’Agia Varvara (fig. 239 et 240), Vasiliki M (fig. 403 et 404), Choiromandres (fig. 518 et 519), ou Chalinomouri (fig. 568, 570 et 573)174. Dans d’autres édifices tels que Tylissos B (fig. 37 et 38) et l’Unexplored Mansion (fig. 106 et 110), dont les espaces de transition internes sont les cellules les mieux intégrées et aux valeurs de contrôle les plus élevées, l’arborescence semblent trahir un souci fonctionnel qui prend toute sa dimension quand on considère ces édifices à la lumière de leurs relations avec le bâtiment voisin175. Tylissos B et l’Unexplored Mansion ont également un facteur de différence relativement bas qui souligne le fait que leur configuration particulière avait probablement un certain impact sur la différentiation fonctionnelle de leurs cellules176. Dans tous ces cas de figure, l’organisation arborescente des cellules (c’est-à-dire un séquençage linéaire simple d’espaces de type b) est une manière relativement élémentaire de configurer un bâtiment par souci de maintenir une certaine distanciation par rapport au monde extérieur, mais également, tout particulièrement en ce qui concerne les derniers exemples, dans le but d’établir un cadre architectural limpide (facile à décoder) et de ce fait, d’utilisation moins ambigüe177. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce concept. Avant d’aborder les systèmes annulaires, il convient d’évoquer brièvement ici un édifice néopalatial knossien particulier, ladite Temple Tomb (fig. 675). Fouillé par Evans et Pendlebury dans les années 30 (PoM II : 962-1018), l’édifice fut récemment réexaminé par Hatzaki (Hatzaki 2006). Sans entrer dans les détails, il convient de préciser que cette construction soignée n’était probablement pas dénuée d’une certaine importance rituelle. L’édifice en lui-même était précédé d’une cour pavée et d’une zone couverte à deux colonnes à laquelle on accédait par un passage depuis l’extérieur. À la verticale de la zone couverte, un toit terrasse (Pavilion Roof) était accessible depuis la cour par le biais d’un escalier. Cet emplacement pourrait avoir été un poste d’observation privilégié pour les cérémonies qui auraient pris place dans la cour en contrebas ou en face de la pièce à colonnes (Columned Room) surplombant la crypte à piliers (Pillar Crypt)178. La première pièce était une sorte d’antichambre (Antechamber) pouvant être fermée depuis l’intérieur. Cette sorte de vestibule donnait accès à la crypte à piliers mais également à l’étage supérieur par le biais d’un escalier179. La crypte à piliers pouvait également être scellée depuis l’intérieur180. C’est au-delà de cette dernière que se trouvait la dernière pièce de l’édifice (Inner Chamber), dotée d’un pilier central et aux murs revêtus de gypse181. Le plan justifié de cette construction est donc de nature arborescente et très nettement asymétrique (fig. 676). La Temple Tomb est une structure dont la ségrégation par rapport à l’extérieur est très marquée (fig. 677). Les cellules y étant les mieux intégrées sont la cour et l’antichambre, celles dont l’état de ségrégation est le plus manifeste, la Inner Chamber et la pièce à colonnes de l’étage. Avec un indice d’asymétrie de 0,429, la Temple Tomb est évidemment un bâtiment au sein duquel les espaces se séquencent les uns derrière les autres182. Par conséquent, ils sont peu connectés entre eux (valeur d’intégration moyenne de 1,521). Dans ce cas précis, la disposition arborescente pourrait évoquer un souci d’isoler du lieu public (la cour et/ou le toit terrasse où l’on imagine que des rassemblements prenaient place) le (s) espace (s) que l’on pourrait éventuellement considérer comme le (s) plus sacré (s) de l’édifice (Inner Chamber et Columned Room)183. Ce type d’agencement particulier des espaces constitutifs d’un bâtiment à connotation cultuelle (sanctuaire) a de nombreux parallèles et correspond à ce qu’Hillier et Hanson considèrent comme un type fondamental d’édifice (Hillier et Hanson 1984 : 180-182 ; Hillier 1996 : 218-220).

36Si l’on prend en considération les systèmes annulaires, il est évident que d’autres indices interprétatifs peuvent être mis en évidence. L’annularité externe, c’est-à-dire une annularité qui n’existe qu’en regard de la relation entre intérieur et extérieur, fut souvent considérée comme un puissant vecteur interprétatif, notamment en ce qui concerne les relations entre résidents et visiteurs :

The relation between those parts of a building that lie on the ring system that includes the carrier, and those that are removed from it, is one of the keys to a sociological account of spatial organization in buildings generally. In most, but by no means all cases […] the distributed system is the set of spaces through which the visitor, subject to more or less control, may pass ; while the nondistributed system, (that is, the set of trees connected to each other only through the distributed system) is the domain of the inhabitants, with stronger sanctions against penetration by the visitor (Hillier et Hanson 1984 : 166-167).

  • 184 À ce titre, il est intéressant de constater que le vestibule (A) a une valeur de contrôle assez pr (...)
  • 185 Le vestibule (B) était largement ouvert sur l’extérieur et ne révéla aucune trace de seuil ou de p (...)
  • 186 En effet, qu’ils aient travaillé dans les zones artisanales (3 et 5), qu’ils aient pénétré dans l’ (...)

37Dans cette optique, la cellule située au plus profond de l’anneau externe par rapport au carrier est souvent l’espace le plus important en termes de médiation de la relation entre l’intérieur et le monde extérieur (Hillier et Hanson 1984 : 158-159). De manière générale, l’annularité interne aurait une implication moins flagrante en ce qui concerne l’interface résidents/visiteurs. Un espace se trouvant à la jonction de plusieurs anneaux internes constituerait donc plus certainement un important pivot des circulations intérieures (Hillier et Hanson 1984 : 158) et, par conséquent, contribuerait donc davantage à articuler les relations entre résidents. En général, lorsqu’on tente d’évaluer l’impact d’un anneau, deux questions essentielles doivent être abordées : qui contrôle le mouvement le long de l’anneau et quelle étendue a cet anneau, c’est-à-dire dans quelle mesure lie-t’il les différentes parties du complexe qui l’abrite ? La seconde question ayant été amplement abordée ci-dessus, on se concentrera ici essentiellement sur la première. Un certain nombre d’édifices du corpus peuvent être mis à contribution dans cette optique. Le bâtiment Zeta Beta de Malia (fig. 197 et 198) est assez révélateur en la matière. Il s’agit d’une structure à la perméabilité prononcée (valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur de 1,067) et dont les cellules sont fortement connectées entre elles (intégration moyenne de 0,925). Il est tout à fait significatif que la salle à colonne centrale (17), la cellule la mieux intégrée du système, soit également celle dont la position sur l’anneau externe est la plus importante. Le rôle théorique de principal espace de médiation entre visiteurs et résidents cadre parfaitement avec l’interprétation traditionnelle de ce type de cellule. Cela ne signifie pas pour autant que la pièce en question était un espace ‘public’. En effet, l’entrée principale de l’édifice était marquée par la présence d’un vestibule (A) et d’un couloir coudé qui soulignent évidemment le désir d’établir une limite nette entre l’extérieur et l’intérieur et le souci de contrôler l’accès au bâtiment184. D’après les fouilleurs, l’entrée par le vestibule (B) aurait été de nature plus ‘privée’ et probablement liée à un espace ouvert attenant185. Cela dit, au sein de l’anneau, la pièce 17 en formait également l’aboutissement. Dotée d’une très forte valeur de contrôle (4,450), elle était indubitablement le noyau de l’édifice, articulant les circulations en direction de l’ensemble des autres pièces et offrant un cadre particulièrement adapté tant aux rencontres entre résidents186 qu’à l’accueil de visiteurs. Cette cellule illustre très clairement le concept théorique de solidarité spatiale :

[…] a spatial solidarity […] builds links with other members of the group not by analogy and isolation, but by contiguity and encounter. […] Movements across the boundary […] is the fundamental condition of existence for a spatial solidarity. […] Encounters are to be generated, not limited, and this implies the weakening of restrictions at and within the boundary. A spatial solidarity will be undermined, not strengthened, by isolation (Hillier et Hanson 1984 : 145).

  • 187 Il est intéressant de constater qu’hormis l’anneau externe, le reste de l’édifice se développe de (...)
  • 188 Par « interactions locales » on entend activités prenant place au sein de la pièce même et par « p (...)
  • 189 Dans ces deux bâtiments, la cellule 5 est très bien intégrée au système et affiche une valeur de c (...)
  • 190 On constate par exemple qu’au sein de Palaikastro N, le vestibule (2) joue localement un rôle d’ar (...)
  • 191 À ce titre, il est intéressant de constater que le vestibule (1) possède la valeur de contrôle la (...)
  • 192 Il convient de préciser que le plan justifié qui considère l’escalier comme une seule et même cell (...)
  • 193 Voir ci-dessus.
  • 194 Comme évoqué, le stockage pourrait avoir été l’une de ces activités. L’existence d’un escalier sec (...)
  • 195 Il est certain que l’artisanat faisait partie de ces activités (cellule 17) mais on pourrait égale (...)

38La plupart des trajets d’un espace à un autre au sein du système que forme Zeta Beta (carrier - et donc extérieur - compris) doivent passer à travers la pièce 17, le centre syntaxique de l’édifice (Hillier et Hanson 1984 : 159). Il pourrait s’agir d’un espace auquel tous les membres du groupe des résidents auraient eu un accès égal et au sein duquel ils auraient eu des droits égaux. Au contraire de cette pièce, on pourrait imaginer que certaines zones particulières de l’édifice (espace à connotation artisanale, cuisine, zone de stockage) n’étaient pas accessibles à tous les membres du groupe des résidents ou étaient plus étroitement associées aux activités de certains, à l’exclusion d’autres187. Il s’agit également d’un espace au sein duquel des interactions locales dépendant de la proximité spatiale pouvaient prendre place188, l’accueil de visiteurs pouvant être une de celles-ci. Dans le cadre de l’interprétation de ce bâtiment et au vu de l’importance de la salle à colonne et foyer central (17), il est également intéressant de mettre brièvement l’accent sur les pièces auxquelles elle ne donnait pas directement accès. On imagine facilement que l’implantation particulière de la présumée zone artisanale (5) puisse avoir été dictée par la nécessité de bénéficier d’air et d’un éclairage suffisant et par conséquent par la proximité du puits de lumière. Cependant, il convient de rappeler que l’intégration d’un certain nombre de cellules pourrait être le fait d’un remaniement du bâtiment au néopalatial (dont pourrait faire partie l’intégration de la salle minoenne et du bain lustral) tranchant quelque peu avec une veine architecturale plus traditionnelle. L’accès à l’étage se dégage également de l’orbite de contrôle de la pièce centrale. Cependant, ne disposant d’aucune information au sujet de ce dernier, il nous est difficile de l’interpréter. À quelques exceptions près, un schéma syntaxique assez identique à celui de Zeta Beta se retrouve dans divers édifices du corpus comme les édifices N (fig. 433 et 434) et 5 (fig. 443 et 444) de Palaikastro. Bien que ces bâtiments soient caractérisés par l’existence en leur sein de secteurs non distribués et d’une plus franche articulation des espaces internes (alors que Zeta Beta tient plus du modèle agglutinatif), on y retrouve un anneau externe simple commandé par une pièce principale articulant bon nombre des circulations internes189. Il est évident que la configuration de ces édifices est plus complexe que celle de Zeta Beta190 mais on y retrouve malgré tout une trame syntaxique similaire. Certains édifices, tels que la West House d’Akrotiri (fig. 620 et 621), illustrent assez clairement la manière dont l’annularité interne peut se développer. Le vestibule standardisé formait probablement le cadre d’une solidarité trans-spatiale forte191. Cependant, c’est le séquençage prononcé des cellules qui se distingue particulièrement au sein de ce bâtiment (indice d’asymétrie de 0,294). Il est très évident au rez-de-chaussée. En effet, les pièces s’y succèdent linéairement, ajoutant à chaque fois un niveau de profondeur. Aux étages, les cellules se développent de manière similaire, bien qu’à moins grande échelle. Cette façon de disposer les pièces crée des trajets obligatoires, des schémas de circulation prédéfinis, au sein desquels toute personne évoluant dans le bâtiment s’inscrit automatiquement. Même si la distributivité est bien présente, elle ne crée pas pour autant un système à la flexibilité déroutante. La seule cellule générant de nombreuses options de mouvements est l’escalier principal (la cellule la mieux intégrée du système - 0,807)192. Cela dit, son accès était contrôlé par une porte à double battant disposée sur la première marche. Si l’on se fie à l’étude de Palyvou193, ces constatations se comprennent parfaitement au vu de la répartition relativement précise des activités au sein de l’édifice. En effet, une configuration de ce type rassemble efficacement les espaces dont les activités doivent ou peuvent être associées et éloignent l’un de l’autre les espaces dont les activités doivent être maintenues séparées (Palyvou 2005 : 105, fig. 144). Le système peut donc être compris comme donnant des prescriptions claires quant à l’usage qui doit en être fait. En son sein, il est évident que les cellules 5’, 7’et l’escalier secondaire faisaient office d’interface de contrôle interne des résidents (associés au secteur privé 4’-5’). Il est cependant des bâtiments au sein desquels l’annularité interne se développe avec une complexité intrigante tout comme à Achladia (fig. 419 et 420). Bien que l’on puisse y constater l’existence d’un circuit plus défini dans la partie nord (1-6-7-8-9), la configuration générale offre un grand nombre d’alternatives de mouvement. À ce sujet il est capital de rappeler qu’un système annulaire peut globalement avoir deux fonctions essentielles : il peut offrir divers choix de mouvement aux personnes y évoluant (comme par exemple dans le cas d’un musée) mais est également utilisé afin d’inscrire au sein du bâti les différents modèles de circulation des différents groupes d’utilisateurs (Hanson 1998 : 188). Cette seconde fonction peut constituer une clé de lecture pour de nombreux édifices du corpus, cependant son utilisation nécessite une connaissance des différents groupes qui fait généralement défaut. De ce fait, l’annularité doit être envisagée de manière plus élémentaire afin de mettre en évidence des réalités plus aisément interprétables. Dans le bâtiment Zeta Alpha à Malia (fig. 187 et 188), il est intéressant de constater que l’annularité se développe essentiellement par le biais d’espaces de transition (1, 2, 18, 21 et 23) qui sont également les cellules les mieux intégrées au système et disposant des valeurs de contrôle les plus significatives. Dans ce cas précis, l’annularité dessine le réseau de circulation basique depuis lequel s’articulent toutes les autres cellules de l’édifice, de manière plus élémentaire et prévisible (par le biais d’agencements arborescents). C’est en examinant les particularités de l’annularité au sein du corpus que l’on obtient peu à peu une idée de certaines de ses tendances générales. Ainsi, l’édifice de Pitsidia (fig. 338 et 339) illustre deux des propriétés annulaires illustrées ci-dessus : l’existence d’une pièce noyau et l’investissement d’annularité dans les espaces de transition. Ce bâtiment possède un vestibule (1) à la valeur de contrôle prononcée qui articule les circulations dans deux directions majeures : la pièce 10 et les couloirs (2) et (3). La première, dotée de l’intégration la plus importante du système, constitue évidemment la pièce la plus importante du rez-de-chaussée. Elle est le point de passage obligé vers toutes les autres pièces du Sud de l’édifice. On notera toutefois que sa relation aux cellules en question ne se développe pas de manière aussi élémentaire qu’au sein de Zeta Beta. En effet, à l’exception des espaces 11 et 12, il n’existe pas de lien direct avec la pièce centrale, le couloir (13) s’intercalant et articulant les circulations. Générateur d’asymétrie, cet espace de transition contribuait probablement à isoler certaines activités l’une de l’autre sans pour autant bloquer toute communication entre elles. Là où la pièce centrale (10) se prête davantage à une solidarité spatiale, le couloir (13), doté de portes à deux de ses ouvertures, instaure une solidarité plus trans-spatiale. Au Nord du bâtiment, le couloir (3) est un puissant vecteur des circulations (valeur de contrôle de 5,833). Son rôle de liant spatial paraît assez évident. Depuis ce couloir, les cellules se développent de manière symétrique. Comme nous avons eu l’occasion de le faire remarquer dans certains édifices tels que Tylissos B et l’Unexplored Mansion, une telle disposition peut évoquer un souci de créer un cadre fonctionnel particulier. À ce titre, il aurait été intéressant de pouvoir prouver que les cellules 6, 7, 8 et 20 étaient des espaces de stockage. Malheureusement, les trouvailles furent peu nombreuses au sein de l’édifice. Il est également intéressant de constater que, par le biais du couloir (4), la zone susmentionnée entretient une relation étroite avec la salle principale du rez-de-chaussée. Ces différentes constatations illustrent bien que si on décortique la configuration d’un édifice afin d’obtenir ses propriétés les plus élémentaires, on jette les bases d’un précieux cadre interprétatif. Comme nous l’avons maintes fois rappelé, il est évident qu’une lecture syntaxique seule ne suffit pas à la compréhension d’un bâtiment. Cependant, l’étude du bâti peut grandement bénéficier de son concours. Dans le cas de Pitsidia, les agencements cellulaires semblent dessiner des conditions particulièrement adaptées à divers types d’activités dont on pourrait alors postuler l’existence (de manière hypothétique dans la mesure où le matériel archéologique fait défaut). Au Nord du bâtiment, l’articulation des espaces laisse présager l’existence d’activités nécessitant une clarté et une facilité d’accès194. La cellule 10 se détache très nettement comme noyau, pôle de rassemblement principal au sein de l’édifice. Par le biais du couloir (4), la pièce principale s’associe clairement aux activités de la partie nord sans pour autant s’y mélanger totalement. Au Sudouest du bâtiment, l’articulation asymétrique des cellules laisse présager l’existence d’activités que l’on souhaitait séparer plus nettement les unes des autres et dans une certaine mesure, éloigner du centre de la vie domestique, la cellule 10195. Aussi élémentaires que puissent paraître ces considérations dans le cas de Pitsidia, les propriétés syntaxiques sur lesquelles elles se basent peuvent se révéler indispensables à la compréhension de systèmes dont la complexité est plus grande. Dans le cas de la North House de Kommos (fig. 304 et 307), on retrouve à nouveau ces propriétés élémentaires : une cellule noyau, théâtre d’une solidarité spatiale (salle à foyer central 17) doté d’une accessibilité dédoublée (directe d’un côté - accès à 17 depuis la rue, caractérisée par une solidarité plus trans-spatiale de l’autre - vestibule 18, couloirs 22 et 23), un séquençage linéaire des espaces (9-16-5-4-7-11-20) ayant le potentiel de circonscrire les mouvements au sein de réseaux bien définis ainsi que de dissocier assez nettement les activités y prenant place et un développement symétrique de cellules (6, 8 et 10) depuis un espace de transition (7). Nous pourrions multiplier les exemples, cependant les mêmes propriétés de configuration (c’est-à-dire de relation entre cellules) se dessineraient à nouveau. Elles forment la base de la syntaxe architecturale minoenne. Elles sont visiblement récurrentes mais la manière dont elles se développent et s’associent, parfois avec une grande complexité, est variable. Les plans justifiés d’édifices tels que la Royal Villa (fig. 64-66) ou Nirou Hani (fig. 134 et 135) permettent aisément de s’en rendre compte. Ces divers exemples illustrent assez bien que l’annularité vient indubitablement compliquer la lecture architecturale. Cependant, elle est systématiquement associée à un souci d’offrir des alternatives de mouvement, de créer des circuits de circulation distincts, et matérialise également des pôles de convergence. Par ‘pôle de convergence’ on entend une cellule qui se trouve en position dominante sur un anneau et/ou une cellule par laquelle transitent plusieurs anneaux. Dans le cas de systèmes arborescents, les pôles de convergence sont généralement formés par une disposition symétrique de cellules subordonnées à un espace pivot, comme par exemple dans le cas de la cellule 11 de la House 1 de Chania ou la cellule 15 Sklavokambos. Si l’on prend en considération les remarques susmentionnées, on comprend donc aisément qu’une distinction assez tranchée soit souvent proposée entre les systèmes arborescents et les agencements annulaires : « […] ringy houses usually support social situations where the dominant interface in the dwelling is between an individual host and his guests or between some group of residents in the house and their visitors. » (Hanson 1998 : 279). Cependant, l’élaboration des schémas de circulation ne doit pas être automatiquement considérée comme la preuve du fait qu’un bâtiment accueillait des visiteurs. En effet, cette élaboration peut avoir été rendue nécessaire par la cohabitation de divers groupes au sein du pôle global des résidents. Ce souci de créer un cadre architectural pouvant être navigué par diverses catégories d’utilisateurs et accueillir différentes fonctions sans interférence incontrôlée est une des caractéristiques de l’architecture minoenne sur laquelle Preziosi insista (Preziosi 1983 : 104-105).

39L’ensemble de ces constatations relatives aux agencements cellulaires correspond à la description en analyse de la syntaxe spatiale : « The description of a space [is] the set of syntactic relations that define a particular space […] » (Hillier et Hanson 1984 : 92). Il s’agit en fait de la configuration au sein de laquelle chaque cellule est insérée et qui définit la manière dont ces cellules s’articulent au sein du complexe spatial qu’elles forment (Hillier 1996 : 232-233). Cependant, un autre concept crucial doit être pris en considération : la synchronie (synchrony). La synchronie d’un espace est la quantité d’espace investie dans sa description. Investir de l’espace dans un ensemble particulier de relations a pour but de synchroniser ces relations, de faire en sorte qu’elles soient expérimentées en tant que structure de relations simultanées (Hillier et Hanson 1984 : 93).

Intuitively, it seems reasonable to use the term ‘synchrony’ to describe metric scale in space, since we must use movement, which occupies time, to overcome space, and since visibility substitutes for movement in this sense, expanding space metrically brings more of it into a single space-time frame. Underlying this there is a model of space in which space is seen and understood by a human subject who is essentially peripatetic. Any spatial complex is a system which can only be seen one part at a time and which requires movement to see and understand as a whole. To the peripatetic subject, to say that spatial relations are synchronized is to say that they are simultaneously present to the peripatetic observer within the same space-time frame. Therefore the fact of progressively moving through a spatial complex such as a town or building successively synchronizes different subcomplexes of spatial relations. In these sub-complexes, the larger the convex space or the longer the axial space then the stronger this synchronizing effect will be (Hillier 1996 : 233-234).

40À ce sujet, ce qu’il est capital de retenir, c’est que dans l’interprétation d’un édifice, décoder les relations cellulaires ne suffit pas. Il faut également prendre en considération l’investissement d’espace dans ces relations. En effet, ce dernier, porteur de signification, est rarement anodin. Si la description renvoie plus directement aux propriétés instrumentales de l’espace, la synchronie tient davantage des propriétés symboliques de l’espace. En d’autres termes, si faire se succéder des cellules particulières crée des opportunités de mouvements entre elles et/ou articule les activités y prenant place, investir ou non de l’espace dans l’une ou l’autre cellule contribue généralement à la doter d’une signification particulière aux yeux de personnes y étant confrontées. Il est évident que ces deux phénomènes s’interpénètrent et gagnent donc à être envisagés de concert. D’un point de vue théorique on touche là à une des manifestations de la distinction entre production et reproduction sociale : « If social production is about the survival, growth and maintenance of individuals within a society, social reproduction is about the perpetuation of the ideological basis for defining that society. » (Cunningham 2001 : 84). On peut donc considérer que la production sociale nécessite essentiellement des formes instrumentales de l’espace alors que la reproduction sociale fait généralement appel à des formes symboliques de l’espace (Hillier 1996 : 222). Divers édifices du corpus peuvent à nouveau être mis à contribution pour illustrer notre propos. Ainsi, en ce qui concerne le Little Palace (fig. 92 et 93), bien que le plan justifié permette d’appréhender la portée syntaxique de la salle minoenne (5-8-9), c’est en faisant appel au plan classique qu’on peut pleinement prendre conscience de son impact au sein du bâtiment. En effet, son étendue n’est probablement pas dénuée de signification et ne tient certainement pas uniquement à des nécessités fonctionnelles. Bien que nous l’ayons essentiellement présenté sous un jour instrumental, la différence entre le modèle agglutinatif et le modèle articulé véhicule également son lot de significations. De l’un à l’autre on passe d’une synchronisation par le biais d’espaces convexes (le bâtiment est formé d’un agrégat de sous complexes relativement basiques - des pièces s’ouvrant les unes sur les autres - qui sont autant de pôles de coprésence) à une synchronisation articulée par le biais d’espaces axiaux (les sous complexes sont localement différenciés les uns des autres par l’introduction de pôles de mouvement et d’évitement). Comme nous l’avons illustré, cette distinction n’est jamais radicale mais trahit probablement l’existence de nouvelles préoccupations de nature plus fondamentale que la portée pratique à laquelle on les associe généralement. Nous reviendrons sur cette dualité entre espace instrumental et symbolique. Cependant, une dernière catégorie d’édifices nous permettra de l’aborder ici : lesdits palais.

  • 196 Nous reviendrons ponctuellement par la suite sur cet état de fait.
  • 197 Le palais de Galatas fait exception à la règle. En effet, durant la seconde phase, nous n’avons en (...)
  • 198 Dans une plus ou moins grande mesure, cette constatation vaut évidemment pour toutes les propriété (...)
  • 199 À l’exception de Makryghialos et, dans une moindre mesure, Zakros, les valeurs d’intégration sont (...)
  • 200 Palais de Malia (corridor I 7, double vestibule nord, corridor nord-est, corridor sud-est et passa (...)
  • 201 Nous renvoyons à la description individuelle de ces édifices pour la mention de l’existence de sys (...)
  • 202 À ce titre, il faut faire remarquer que l’étage principal du palais de Gournia tel que reconstitué (...)
  • 203 Zakros faisant évidemment exception en la matière.
  • 204 Palais de Malia (0,800 ; 4,483), palais de Galatas (1,050 ; 4,333), palais de Phaistos (0,842 ; 2, (...)
  • 205 « […] the diagnostic feature of a Minoan Palace » (Davis 1987 : 161).
  • 206 L’impact de l’extérieur sur la configuration de cet édifice fut commenté ci-dessus.
  • 207 L’échelonnement de leurs valeurs d’intégration et leurs facteurs de différence changent peu.
  • 208 La cour centrale à Malia, Galatas, Phaistos et Zakros ; la cellule 25 et le Central Hall (21) à Go (...)
  • 209 À l’exception de celle de l’aile est du palais de Phaistos.
  • 210 Au sujet de l’implantation des différentes salles minoennes et des implications qu’elle a en terme (...)

41Jusqu’à ce point, les palais n’ont pas été l’objet d’une approche syntaxique globale. En effet, avant de tenter de les décoder, nous souhaitions exposer aussi clairement que possible les différentes propriétés syntaxiques sur base desquelles nous projetions d’articuler notre réflexion à leur sujet. Cela étant fait, il nous est désormais loisible d’en analyser la configuration. À cette fin, nous conduirons notre analyse des notions les plus élémentaires aux développements les plus complexes de l’expression syntaxique. Afin d’aborder cette configuration palatiale, six édifices seront mis en parallèle (fig. 679). Quatre d’entre eux sont des palais avérés : Malia (fig. 146-148), Phaistos (fig. 259 et 260), Galatas (fig. 245-247) et Zakros (fig. 492, 494 et 503) ; les deux autres, Gournia (fig. 354-357) et Makryghialos (fig. 409 et 410), s’en rapprochent par un certain nombre de points mais, à première vue, n’en ont pas toutes les caractéristiques. Avant d’entamer l’étude syntaxique, il est nécessaire de rappeler que le caractère lacunaire des édifices de Phaistos (portions sud et sud-est non conservées), de Galatas (partiellement fouillé) et de Gournia (reconstitution largement hypothétique) peut avoir un impact non négligeable sur l’image que l’on peut se faire de leur configuration196. De plus, lorsque deux phases furent identifiées au sein d’un de ces bâtiments, seule la dernière sera mise à contribution ici197. Elle forme en effet l’état du bâti qui est le moins sujet à caution. Ces six édifices ont un plan justifié que l’on peut qualifier de système annulaire complexe. Ils forment un agencement cellulaire à l’annularité marquée, tant externe qu’interne. L’élaboration globale de leur agencement peut être appréhendée sur base des indices de distributivité (indice général de l’impact des anneaux au sein du graphe) et d’asymétrie (indice général du séquençage des cellules). À ce titre, il convient de remarquer que les palais présentent une forte hétérogénéité. On peut ainsi constater qu’au sein du palais de Malia, la distributivité a un impact plus considérable qu’au sein de celui de Zakros ; ou qu’à Galatas, les cellules se développent plus volontiers en séquences qu’en arrangements symétriques. Cela dit, ces indices généraux doivent être utilisés prudemment. En effet, ils sont étroitement liés aux types topologiques dont l’appréhension est fonction de l’état de conservation des édifices. Aussi, plus l’état de conservation d’un édifice est problématique, plus ces valeurs doivent être relativisées198. Nous reviendrons de manière plus spécifique sur les agencements cellulaires au sein des palais par la suite. Cependant, avant d’aborder des propriétés syntaxiques particulières, il nous reste quelques données générales à passer en revue. Si l’on considère leurs valeurs d’intégration du système global depuis l’extérieur, il est évident que ces six bâtiments ont tous une perméabilité assez marquée. En d’autres termes, le monde extérieur entretient des connexions assez étroites avec les cellules internes dans leur ensemble. Cela ne revient pas à dire qu’on accédait aisément depuis l’extérieur à toutes les pièces des palais mais simplement que, globalement, aucun secteur de ces derniers n’en était très éloigné. À ce sujet, la profondeur moyenne de ces édifices, contenant pour la plupart un nombre assez conséquent de cellules, est des plus révélatrices. Évidemment, il faut nuancer cette constatation dans la mesure où tous les secteurs ne se trouvaient pas dans la même situation en regard de l’extérieur. La valeur d’intégration moyenne permet de se faire idée du fait qu’au sein de ces bâtiments, toutes les cellules n’étaient pas intégrées au système de manière homogène199. En ce qui concerne le facteur de différence, on peut constater que les édifices dont l’état de conservation est le plus satisfaisant semblent, à l’échelle du corpus, dotés d’une configuration qui tend à favoriser une certaine différentiation fonctionnelle des cellules qui la composent. À la lumière de ces considérations, la configuration palatiale ne frappe pas réellement par son homogénéité. Néanmoins, l’examen de propriétés syntaxiques plus ciblées va dresser un tableau bien différent. Il s’agit donc ici d’établir plus précisément la manière dont se développe la distributivité (ou la non distributivité) et dont s’exprime l’asymétrie (ou la symétrie), de repérer les zones proches ou éloignées de l’extérieur, les cellules dont l’intégration est prononcée et celles qui se trouvent dans un état de ségrégation plus manifeste. Afin d’évaluer le rapport à l’extérieur de ces bâtiments, il est crucial d’en aborder les espaces de transition externes, à savoir les vestibules ou cellules apparentées. À ce titre, il est primordial de souligner que chaque entrée de ces édifices est associée à un espace de transition200. Il ne s’agit pas systématiquement d’un vestibule à part entière mais d’un espace qui cristallise clairement la limite entre le monde extérieur et le domaine interne comme nous avons eu l’occasion de l’expliquer ci-dessus201. Il est également important de constater qu’au moins l’un de ces espaces de transitions externes est directement connecté à l’espace le mieux intégré au système sur lequel nous reviendrons. Ces bâtiments présentent un pourcentage d’espaces de transition assez similaire202. Cependant, c’est le caractère systématique de leur emplacement qui est significatif. Comme évoqué, on les retrouve en périphérie des bâtiments mais également, de manière récurrente, à l’intérieur du bâti. C’est-à-dire en bordure de la cour centrale (porches et portiques) et en relation directe avec elle (couloirs et corridors établissant un lien avec les ailes), mais également dans les zones de stockage. Évidemment chaque édifice est également doté d’espaces de transition ayant un impact plus local ou se développant de manière plus originale. De manière générale, au sein des palais, les espaces de transition articulent l’espace et, conjointement aux espaces ouverts, délimitent assez nettement certaines zones. Dans cet ordre d’idée, il est tout aussi évident que chaque palais, à sa propre mesure, fait appel à la distributivité/non distributivité et à l’asymétrie/symétrie avec une forte récurrence au sein de la configuration globale et, par conséquent, en étroite association avec des secteurs identiques (d’un point de vue formel et/ou fonctionnel). Ainsi, au niveau de la cour centrale et des cellules qui la bordent, on retrouve systématiquement une distributivité particulièrement prononcée et une symétrie assez franche. Les zones de stockage principales sont caractérisées par une symétrie très marquée. Au contraire, certains secteurs tendent à se développer de manière plus asymétrique et, dans la plupart des cas, les salles minoennes s’y implantent203. Nous avons déjà longuement illustré les propriétés et les implications de tels agencements. Néanmoins, afin d’en donner un aperçu plus précis, il peut être intéressant d’aborder plus particulièrement certaines cellules des palais. La cour centrale des palais est systématiquement l’espace y étant le mieux intégré et présente généralement une valeur de contrôle non négligeable204. Il s’agit donc sans aucun doute du noyau des palais. D’un point de vue syntaxique, elle en forme le centre et articule (directement ou indirectement) la majorité des circulations y prenant place. De type d, elle se trouve toujours dans une position dominante (par rapport au carrier) sur un anneau externe et au point de jonction de plusieurs anneaux internes. Cela signifie qu’elle constitue d’une part un des principaux vecteurs de médiation entre intérieur et extérieur et qu’elle est, d’autre part, un pôle de convergence majeur des circulations internes. À ce titre, il faut également faire remarquer qu’elle a toujours une contrôlabilité visuelle très nettement marquée. Ces caractéristiques syntaxiques corroborent évidemment l’importance capitale qu’on s’accorde à reconnaître à la cour centrale au sein des palais205. Cellule ayant un fort potentiel syntaxique de théâtre privilégié de rencontres et de coprésence, elle formait à n’en pas douter, au sein de l’édifice, le cadre d’une solidarité spatiale forte. Évidemment, cela ne signifie pas pour autant qu’elle ait été accessible à tous venants : « The town may penetrate symbolically the palace, exhibiting a feeling of intimacy, but the controlled access to the Central Court demonstrates the limits of this intimacy. » (Palyvou 2004 : 215). Autrement dit, les espaces de transitions périphériques marquent bien l’existence d’une solidarité trans-spatiale (et donc d’une médiation, d’un contrôle d’accès) entre l’extérieur et l’intérieur du palais. À ce titre, d’un point de vue syntaxique, la cour centrale correspond parfaitement à l’interprétation semi-publique qu’en donne Palyvou (Palyvou 2002 : 167 ; Palyvou 2004 : 215-216). Du point de vue descriptif, la cour centrale se présente donc comme un pôle de convergence, un lieu de rassemblement. Cependant, elle est très certainement bien plus que cela. D’une taille conséquente à l’échelle du palais, elle est donc un espace convexe à la synchronie forte. Cela revient à dire qu’une importante quantité d’espace fut investie dans la création d’une cellule dont les fonctions essentielles tenaient très certainement de la solidarité spatiale. Pour faire simple, la principale cellule du palais (en termes de taille, de syntaxe et de portée symbolique) était un pôle de rassemblement. Il est également tout à fait significatif que la cellule dont la synchronie est la plus fortement exprimée au sein des palais soit un espace ouvert. Couplée aux caractéristiques structurelles et formelles récurrentes de la cour centrale, cette constatation en dit déjà long sur la société minoenne : « This […] reflects the great significance that outdoor activities must have had […] and show that the un-built space can be even more important than the built space. » (Palyvou 2004 : 215). La cour centrale sera à nouveau abordée dans le cadre de la synthèse proxémique et sa portée symbolique y sera à nouveau évoquée. Avant d’aborder d’autres cellules, il est nécessaire de revenir brièvement sur l’impact de l’extérieur sur la configuration de ces six édifices. À l’exception de Makryghialos206, ces bâtiments ne semblent pas réellement affectés quand l’extérieur n’est pas pris en considération207. Cela s’explique par le fait que, généralement, quelle que soit l’entrée choisie on aboutit vite à l’espace pivot de la majorité des circulations internes208. Une fois atteint, cet espace donne aisément accès à tout le reste de l’édifice qui, par conséquent, affiche des valeurs d’intégration relativement identiques à celles qu’il présente quand toutes les entrées sont prises en considération. Les seules différences en matière de valeurs d’intégration ne se retrouvent alors qu’au niveau des cellules qui entretiennent une forte proximité avec les entrées. Dans le cadre de bâtiments possédant un grand nombre de cellules, ces variations ont un très faible impact. Bien que cette remarque illustre le fait que, du point de vue syntaxique, l’extérieur n’était pas d’une importance capitale dans la manière dont ces édifices pouvaient être navigués, cela ne signifie pas pour autant que toutes les entrées se valaient ou qu’en pratique, l’extérieur ne jouait pas un rôle dans l’utilisation des palais. Les graphes d’accès associés à chaque entrée l’ont pleinement démontré dans l’analyse individuelle. Si l’on passe en revue les différentes cellules ayant retenu notre attention, les palais présentent à nouveau des fortes récurrences. En leur sein, les salles minoennes forment toujours des agencements annulaires internes de portée locale (fig. 664)209. Évidemment, elles ne s’y développent pas systématiquement de la même manière, celles de Zakros se distinguant tout particulièrement des autres210. Les bains lustraux y sont toujours très profondément implantés et affichent une ségrégation des plus manifestes (fig. 666). En ce qui concerne les zones de stockage, les deux grandes tendances susmentionnées peuvent se retrouver au sein des palais (fig. 672). Si l’on compare les valeurs d’intégration de ces différentes cellules, on peut repérer un ‘génotype d’inégalité’, c’est-à-dire des récurrences dans la manière dont s’échelonnent les valeurs d’intégration de cellules spécifiques :

  • 211 Voir également Hillier 1996 : 249.

To the extent that there are commonalities in the sequence of inequalities, then we can say that there is a common pattern to the way in which different functions are spatialised in the [building]. We call such common patterns ‘inequality genotypes’, because they refer not to the surface appearances of forms but to the deep structures underlying spatial configurations and their relation to living patterns (Hillier 1996 : 36-37)211.

  • 212 Dans chaque exemple, la cour centrale est mieux intégrée que la (les) salle(s) minoenne(s) qui, qu (...)
  • 213 Voir également Hillier 1996 : 241-244 pour la mise en parallèle de ce concept de programme fort/mo (...)
  • 214 Hillier donne l’exemple d’un palais de justice afin d’illustrer un programme fort : « Take a court (...)
  • 215 Afin d’illustrer ce concept, Hillier donne l’exemple de la rédaction d’un journal : « Now let us c (...)

42Même si ce ‘génotype d’inégalité’ est assez élémentaire dans la mesure où il ne prend qu’un nombre assez restreint de cellules en considération (fig. 680), il n’en est pas moins révélateur. En effet, les récurrences qu’il met en évidence illustrent clairement le fait qu’au-delà des divergences de formes, la configuration de chaque palais se conforme à certaines règles syntaxiques212. Il est évident que des régularités se retrouvent également dans d’autres facettes de la réalité palatiale. Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer, toujours du point de vue structurel, certains spécialistes mirent clairement en évidence que le tracé des palais répondait à un schéma de planification précis et élaboré (Preziosi 1983 : 319-475 et 483-500 ; Palyvou 2002 : 169-171). D’autre part, formellement parlant, les palais ont un grand nombre de points communs sur lesquels nous ne nous étendrons pas ici. Si l’on prend ce faisceau de récurrences en considération, il devient évident que l’architecture palatiale est caractérisée par un ‘programme fort’ (Hillier 1996 : 250-255). Dans l’introduction théorique, nous avons défini le programme d’un édifice comme la dimension spatiale de son organisation. L’élément clé de tout programme étant l’interface (ou les interfaces), c’est-à-dire la ou les relation (s) entre les deux grandes catégories d’utilisateurs (les résidents et les visiteurs), que l’édifice matérialise. De manière générale, plus on repère d’éléments invariables (ou peu variables) au sein d’un échantillon d’édifices plus on peut considérer qu’ils ont un programme fort (Hillier 1996 : 249)213. En d’autres termes, la configuration de ces édifices est telle que chaque interface se déroule exactement de la bonne manière et que tout autre type de rencontre est exclu. Cette régularité de la configuration, qui est en quelque sorte la matérialisation de prescriptions (qu’elles soient par exemple fonctionnelles, rituelles ou sociales), est très certainement due au fait que différentes catégories de personnes étaient amenées à utiliser les palais214. La force du programme a donc comme vocation de faire en sorte que ces différentes catégories de personnes entretiennent des relations appropriées ou, au contraire, n’entretiennent aucune relation. Tout est programmé à l’avance afin de structurer les interfaces prévues et d’inhiber les rencontres indésirables : « A strong-programme building is one in which it is not the layout that generates the movement pattern but the programme operating within the layout […] : its aim is to reinforce certain categoric identities and create strongly controlled interfaces between them. » (Hillier 1996 : 252). Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer dans l’analyse individuelle de chaque palais, au sein de certaines de leurs parties, ce n’était sans doute pas principalement le tracé physique (forme - au sens large - des espaces) qui conditionnait le mouvement. À ce titre, nous évoquions l’existence d’indices venant aiguiller les circulations. Les faisceaux de récurrences qui caractérisent l’architecture palatiale étaient indubitablement l’un de ces indices, si pas le principal. Étant donc la matérialisation fidèle d’un même ensemble de règles permettant d’agir de manière bien définie, tous les palais reposaient sur un schéma commun. Malgré le fait que les palais avaient une manifestation physique (un phénotype) affichant une certaine variabilité, ils partagaient un code syntaxique commun (un génotype). Nous reviendrons sur cette notion fondamentale ci-dessous. Cependant, avant de clore cette analyse syntaxique des palais, il peut être intéressant d’évoquer brièvement les particularités d’un ‘programme faible’. On parle de programme faible, typique de la configuration des villes, quand l’agencement des espaces semble favoriser le mouvement aléatoire (random movement) et les rencontres non programmées (unprogrammed encounters), plutôt que de les restreindre à être le reflet d’un « modèle de savoir social préexistant » (Hillier 1996 : 253)215. Le fait qu’on ait découvert qu’au sein de tels systèmes, le mouvement naturel tend notamment à suivre l’intégration (c’est-à-dire que, pour faire simple, plus un espace est intégré, plus le mouvement y est dense et fréquent) (Hillier et al. 1993 ; Hillier 1996 : 161-168 et 252-255), ouvre de nombreuses perspectives pour l’étude du réseau urbain au sein duquel s’implantaient les palais et certains édifices minoens.

2. 4. Génotype architectural minoen

As soon as we can identify common patterns in the degree of integration of different functions or labels in a sample of dwellings, then it is clear that we are dealing quite objectively (i. e. in terms of the properties of objects) with cultural genotypes acquiring a spatial dimension - that is, with social knowledge taking on a spatial form (Hillier 1996 : 249).

  • 216 En effet, l’analyse syntaxique des différentes cellules ou agencements tend à souligner une certai (...)
  • 217 « Each Minoan building is conceived as an interwoven set of clusters made up of particular kind of (...)

43Les différents exemples ayant été mis à contribution dans ce chapitre illustrent l’existence, au-delà de l’incontestable hétérogénéité du corpus, de propriétés syntaxiques récurrentes ou plutôt, d’un ordonnancement récurrent de propriétés syntaxiques particulières. En d’autres termes, le génotype architectural minoen tient plus aux relations entre différentes cellules ou agencements de cellules qu’aux propriétés de ces dernières216. On rejoint là les conceptions de Preziosi évoquées ci-dessus. Cependant, l’analyse de la syntaxe spatiale permet une déconstruction plus poussée de l’espace et met en évidence certaines réalités qui, bien que parfois pressenties ainsi qu’habilement illustrées et énoncées217, méritaient qu’on s’y attarde à nouveau. L’existence d’une forte régularité dans le tracé des édifices minoens (par exemple par le biais d’une unité de mesure et d’un système de planification récurrents) et dans l’ordonnancement formel de certains de leurs éléments constitutifs était unanimement reconnue. À la lumière de cette étude, il semble que l’on puisse étendre cette cohérence, cette régularité, à la syntaxe fondamentale de leur configuration. À ce titre, il convient de souligner le caractère précurseur de bon nombre des considérations de Preziosi. Ainsi, par exemple, les propriétés et implications de l’arborescence et de l’annularité que nous avons mises en évidence (et qui constituent une des charnières capitales de l’analyse de la syntaxe spatiale) se retrouvent exprimées en ces termes dans Minoan Architectural Design à propos du palais de Phaistos :

Within a number of cluster-blocks, however, the antisymmetry and multiple-connective patterns of spatial composition so characteristic of other Minoan design are here in evidence, and it becomes patent that the interpermeability of cells and their often labyrinthine connections are the result of functional requirements specific to given sets of activities. Residential zones are often complexly composed, no doubt to provide culture-specific balance between privacy and directness of access […], whereas other kind of activities, such as storage and transport of commodities, are given symmetrical and redundant (i. e. predictable) expression. In other words, the specifics of cellular composition, in Minoan architecture, are functions of the particular job a given area has to perform, and the patterns of expectation regarding characteristic usage associated with given areas (Preziosi 1983 : 138).

  • 218 Le climat, la topographie, les matériaux disponibles, le niveau technologique, les ressources écon (...)
  • 219 Cette remarque s’applique particulièrement aux principaux palais (Knossos, Malia, Zakros, Phaistos (...)

44Preziosi ajoute que ces récurrences (ces cohérences systématiques) dans la corrélation entre les aspects formels et fonctionnels de l’agencement des édifices sont une des caractéristiques principales du code architectonique minoen (Preziosi 1983 : 138). L’analyse de la syntaxe spatiale entreprise dans cette étude contribue à souligner que cette régularité s’inscrit également au niveau de la structure (syntaxique) des bâtiments. Ainsi, forme, structure et fonction s’articulent en un cadre cohérent. Évidemment, comme nous avons eu l’occasion de le rappeler à maintes reprises, tout modèle, aussi cohérent soit-il, connaît des variations. Tous les édifices néopalatiaux ne reposent donc pas sur un schéma de configuration semblable en tous points, chacun d’entre eux étant également le fruit de la conjonction de facteurs dont la portée dépasse évidemment le cadre d’une analyse de la syntaxe spatiale218. Chaque bâtiment présente ainsi des variations contextuelles. D’un point de vue général, il semble que les palais, avec leur programme fort, aient été caractérisés par une expression plus fidèle du génotype, une cristallisation plus nette du savoir social219. Cette constatation prend tout son sens quand on sait qu’il s’agissait plus que certainement de bâtiments officiels et communautaires et sera envisagée à nouveau dans la conclusion de ce chapitre. Au contraire, plus un édifice tend à avoir une fonction strictement domestique, plus le génotype peut s’y exprimer de façon diffuse :

Yet however important these distillations of social knowledge may be, ordinary people’s homes tend to be much more varied and idiosyncratic than the ideal type admits. Real houses are a complex expression of the social and individual worlds of their occupants, in which social structure and convention seems inextricably bound up with the idiosyncratic, whimsical, arbitrary or even chaotic circumstances of people’s everyday lives. That this is so nearly always poses problems in understanding and interpreting the hidden order in houses and homes, for all too often what is different about a set of houses seems to be as important in expressing significant aspects of everyday life as what they have in common (Hanson 1998 : 269).

  • 220 L’étude de l’édifice A du Quartier des Artisans de Mochlos illustra à quel point le contexte imméd (...)
  • 221 Dans certains cas de figure, noyau de rassemblement et zone d’accueil se fondaient probablement en (...)

45Le génotype architectural minoen ne correspond donc pas à un cadre strict mais plutôt à un ensemble de lignes directrices pouvant faire office d’indices précieux dans la compréhension du bâti et devant nécessairement s’inscrire dans une analyse plus vaste, mettant à profit tous les indices que l’archéologue a à sa disposition. Ayant été illustrées dans les divers exemples ci-dessus, ces dernières ne seront que brièvement énoncées ici, en guise de rappel. Toutes les propriétés syntaxiques en question, envisagées de concert, permettent d’affiner la caractérisation de la configuration de chaque bâtiment du corpus. Elles rendent possible l’inscription de tout édifice sur un continuum allant de la manifestation stricte du génotype à ses adaptations les plus particulières et constituent un socle interprétatif utile. Parmi ces lignes directrices, certaines renvoient à la perméabilité. En effet, on a décelé, au sein du corpus, un réel souci d’établir une démarcation précise entre le domaine intérieur et le monde extérieur. Cependant, il est évident que cette démarcation n’est pas synonyme d’une rupture nette. Les bâtiments minoens s’intégraient de manière intime à leur environnement (probablement bien plus que nous ne sommes en mesure de l’appréhender aujourd’hui)220 mais cette interpénétration (qu’elle soit physique ou symbolique) était savamment contrôlée et balisée. Loin de se limiter à la jonction entre intérieur et extérieur, ce souci de contrôle exacerbé se manifeste également au sein du bâti par le biais de l’isolation et du séquençage, c’est-à-dire par la manière dont les espaces étaient différenciés et articulés. L’évolution du modèle agglutinatif au modèle articulé (qui tient notamment à l’introduction d’espaces de transition internes et à l’essor d’une configuration où l’asymétrie s’affirme de manière plus tranchée) illustre très bien cette tendance. Bien que certaines réalités, telles que l’existence d’édifices dotés de plusieurs entrées, puissent paraître aller à l’encontre de ce souci de contrôle, elles en sont certainement l’expression grandiloquente. En effet, multiplier les entrées offre l’opportunité de différencier et d’articuler plus aisément les allées et venues au sein des bâtiments. Au même titre que l’arborescence qui n’est pas systématiquement synonyme de prédictibilité totale, l’annularité n’est certainement pas synonyme de flexibilité absolue. L’important étant de repérer en quoi certaines tendances topologiques s’associent de manière récurrente à certaines fonctions. Ainsi, en termes de différentiation catégorique, les principales pièces de vie, de rassemblement (le noyau domestique en quelque sorte), le pôle d’accueil/réception221, les différents types de zones de stockage, les espaces d’ablution (au sens large du terme) sont, dans l’échantillon d’édifices sélectionnés, régulièrement caractérisés par des propriétés syntaxiques similaires. On constate également qu’au-delà des pôles de convergence, le bâti tend généralement à s’articuler en séquences et donc à structurer plus clairement les activités et catégories de personnes y étant associées.

46Les grandes lignes directrices du génotype architectural minoen ayant été exposées, nous allons désormais aborder la synthèse proxémique. Dans un second temps, ces deux pôles de l’étude seront conjointement mis à profit afin d’esquisser certaines réflexions sur l’architecture néopalatiale et la société minoenne.

3. Synthèse proxémique

  • 222 À ce titre, nous renvoyons également au troisième chapitre et à l’étude synthétique des cours oues (...)

47L’analyse de la configuration mit résolument l’accent sur la structure des édifices et envisagea cette dernière comme l’indice de certains comportements et tendances architecturales. Cependant, loin de n’être qu’un agencement plus ou moins complexe de propriétés syntaxiques, l’architecture est également un milieu vécu. Dans cet ordre d’idée, la synthèse proxémique vise à rassembler quelques considérations générales ayant été illustrées dans l’étude individuelle des différents bâtiments sélectionnés. Dans un premier temps, on s’attardera sur un certain nombre de particularités du bâti minoen susceptibles d’éclaircir les grands thèmes abordés dans le point précédent (notamment en termes de circulation et d’occupation). À ce titre, il convient de préciser que, dans ce travail, l’approche proxémique est essentiellement appliquée dans un souci d’étoffer l’analyse syntaxique et n’est pas aussi développée que cette dernière. Dans un second temps, on s’intéressera plus particulièrement à certains types d’espaces et aux types de représentation (au sens large du terme) qu’ils auraient pu accueillir222.

  • 223 Voir introduction théorique. Il peut être utile de préciser qu’on retrouve chez Cousin une manière (...)
  • 224 À nouveau, pour toute information précise relative à un édifice en particulier, nous renvoyons à l (...)
  • 225 Leur éventuel usage d’autres systèmes de fermeture tels que des tissus ou des parois amovibles en (...)

48Nous allons donc tout d’abord illustrer les comportements liés au mouvement que pouvait induire le milieu physique que formait l’architecture minoenne. Dans le cadre de l’analyse individuelle des édifices, cette problématique fut essentiellement envisagée en faisant appel aux propriétés spatiales élémentaires mises en évidence par Cousin223. Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques remarques sont nécessaires. Tout d’abord, bien qu’il soit évident que chaque cadre architectural gagne à être envisagé individuellement, nous adopterons ici une démarche synthétique224. En effet, on soulignera l’existence, à travers le corpus, de caractéristiques architecturales récurrentes. Nous avons bien conscience que chaque bâtiment forme un contexte particulier, un faisceau de facteurs devant autant que possible être envisagés conjointement afin de pouvoir se faire une image cohérente et valable des comportements ayant pu y prendre place. Cependant, la méthode employée cible résolument l’architecture et la manière dont, à travers la perception visuelle, elle affectait les actions basiques du mouvement et de l’occupation. Évidemment, ce n’est pas uniquement la dimension architecturale d’un bâtiment qui influence les comportements, pas plus d’ailleurs que la vision n’est le seul sens intervenant dans le dialogue entre un édifice et les personnes y étant confrontées. En général, un édifice consiste en une série d’éléments fixes (murs, sols, plafonds, portes - l’immobilier), une série d’éléments semi-fixes (l’ameublement au sens général du terme - le mobilier) et une série d’éléments non fixes (les personnes se trouvant dans le bâtiment, leurs activités et leurs comportements) (Rapoport 1990 : 13 ; Sanders 1990 : 65). Ces trois types d’éléments ont une importance capitale dans les comportements que peut induire un édifice (Rapoport 1982). Malheureusement, dans le cas de l’architecture néopalatiale, les éléments non fixes sont absents et la présence des éléments semi-fixes est des plus ténues. Les considérations qui suivent découleront donc exclusivement des propriétés d’éléments fixes et, de ce fait, se devront d’être prudentes. En écho aux résultats de l’analyse de la syntaxe spatiale, on s’intéressera successivement à la pénétration depuis l’extérieur vers l’intérieur des édifices et à leur usage interne (en termes de mouvement et d’occupation). En la matière, les étapes de profondeur visuelle des différents bâtiments permettent d’apprécier certaines situations particulières. Avant d’envisager ces deux points, il convient de revenir brièvement sur les portes et/ou moyen de clôture des ouvertures au sein du bâti minoen. Comme de nombreux exemples l’ont illustré, l’existence de systèmes de fermeture est indéniable et conditionnait évidemment tant la pénétration au sein d’un bâtiment que la circulation en son sein. Malheureusement, il semble difficile de repérer une systématicité dans la manière dont les Minoens faisaient appel aux portes225. Certains bâtiments ne semblent pas en avoir été dotés ou n’en possédaient visiblement que quelques-unes alors qu’elles pouvaient être très largement utilisées dans d’autres.

  • 226 On insista également assez souvent sur son rôle de barrière contre la pénétration des eaux de plui (...)
  • 227 Évidemment, d’autres surfaces ou objets peuvent interagir et contraindre davantage le mouvement (G (...)
  • 228 C’est le cas par exemple dans la South House ; la House of the Frescoes ; l’entrée (18) de la Roya (...)
  • 229 Comme par exemple dans le vestibule (6) du Plateia Building de Pseira ; de Mitropolis-Kannia ; ves (...)
  • 230 C’est notamment le cas à Palaikastro avec le blocage d’une des portes du dithyron du bâtiment N et (...)
  • 231 Comme par exemple à Tylissos C ; Zeta-Beta et Epsilon à Malia, etc.
  • 232 Voir par exemple : House 1 Chania ; vestibule (1) de la Royal Villa ; Nirou Hani ; entrées sud et (...)
  • 233 Salle minoenne de la House 1 Chania ; salle minoenne de la Royal Villa ; salle minoenne de Nirou H (...)
  • 234 Voir par exemple : Prasa B ; Maison de la cave au pilier ; Stou Kouse ; Rousses ; Choiromandres ; (...)

49Quoi qu’il en soit, il convient de remarquer que bien qu’il soit difficile d’affirmer que l’ouverture vers l’extérieur était toujours dotée d’une porte ou d’un système de fermeture, elle est assez systématiquement munie d’un seuil. Ce dernier contribuait évidemment à signaler la limite entre l’extérieur et l’intérieur du bâti226. À ce sujet, à travers le corpus, on constate qu’en de très nombreux cas, le profil de l’espace d’entrée est tel qu’il fait obstacle à une progression aisée vers l’intérieur du bâti. On fit généralement référence à ce phénomène sous la dénomination d’entrée en chicane. Un tel dispositif souligne à nouveau le fait que les Minoens accordaient une importance indéniable à l’établissement d’une limite claire entre les domaines externe et interne. Au sein d’une entrée en chicane, l’axe arrière-avant d’une personne pénétrant dans l’édifice est contraint ce qui invite généralement à marquer une pause afin de réorienter son mouvement (Cousin 1980 : 48-49). Chez Gibson, on retrouve une idée assez similaire dans la mesure où il part du principe que c’est essentiellement la surface parcourable disponible (available walkable surface) qui induit le mouvement227. De manière générale, de nombreuses études prouvèrent que la longueur de la ligne de vision était un puissant moteur de mouvement naturel (Peponis et al. 1990 ; Hillier et al. 1993 ; Penn et Dalton 1994). Évidemment, d’autres facteurs viennent conditionner le mouvement, nous aurons l’occasion d’évoquer ce mouvement culturel chez les Minoens. Pour en revenir au dispositif en chicane ou à axe brisé, il faut préciser qu’il peut se présenter sous différentes variantes. Son expression la plus élémentaire voit l’ouverture succédant à l’entrée être placée à un angle de 90 °, c’est-à-dire qu’elle s’ouvre dans un mur perpendiculaire au mur où est percée l’entrée228. Dans certaines circonstances, un effet relativement similaire est obtenu en créant un décalage entre l’entrée et une ouverture dans le mur lui faisant face229. On constate également parfois qu’un vestibule ne présentant pas un axe brisé se voit altéré au cours de la vie d’un bâtiment, comme pour diminuer l’accessibilité d’un édifice230. Une autre alternative est de faire suivre l’espace d’entrée par un espace de transition à axe brisé ou un espace depuis lequel toutes les circulations s’articulent perpendiculairement231. Il est donc évident que, dans de nombreux cas de figure, les espaces d’entrée dans les édifices étaient conçus de façon à entraver le mouvement. À l’inverse, il existe des espaces d’entrée au sein desquels l’axe arrière-avant et la ligne de vision (et par conséquent la surface parcourable perceptible) pouvaient se développer de manière plus nette. Il s’agit généralement de vestibules de forme longitudinale dont l’entrée principale fait face à une ou plusieurs ouvertures vers l’intérieur du bâti. Dans certaines circonstances, ce type d’arrangement architectural est renforcé par l’adjonction axiale d’un espace de transition ou d’une cellule longitudinale. Ces arrangements ayant le potentiel de permettre le déploiement de l’axe arrière-avant ont deux caractéristiques importantes232. Premièrement, on y constate systématiquement les traces de portes ce qui tend à prouver que même si ces espaces pouvaient induire un certain dynamisme, ils n’en demeuraient pas moins sujets à un contrôle étroit. Deuxièmement, la tension dynamique résultant de leur axialité semble généralement focaliser le mouvement en direction d’un espace particulièrement important233. Il apparaît donc que, dans certains édifices, l’accès à un espace particulier depuis l’extérieur pouvait être accentué tout en demeurant aisément contrôlable. Dans l’analyse de la syntaxe spatiale, nous avons également attiré l’attention sur l’existence d’entrées s’ouvrant directement sur un espace interne à proprement parler (et plus sur un vestibule ou un espace de transition)234. Dans ces cas, bien qu’il ne soit guère possible de prouver qu’un système de fermeture existait systématiquement, il est évident que l’espace au sein duquel on aboutissait était de nature statique. En effet, il s’agissait généralement d’une pièce dont le tracé ne favorisait aucun axe dynamique et qui était avant tout certainement une cellule centripète. Bien que les différentes entrées des édifices aient été décrites dans le chapitre précédant, deux exemples peuvent être mis à profit pour illustrer les trois types de pénétration susmentionnés. Dans la House 1 de Chania (fig. 16-18), le vestibule (1) illustre deux tendances. D’une part, il se développe longitudinalement et fait écho à l’axe arrière-avant d’une personne y pénétrant depuis l’extérieur. Cette disposition, renforcée par l’existence d’une ‘porte cachée’, incite le visiteur à prendre la direction de la salle minoenne (4-5-6). D’autre part, il s’ouvre perpendiculairement sur la cellule 3 qui vient comme le dédoubler et dessert l’espace 10 dont le tracé en chicane est des plus manifestes. Le vestibule (1) canalise en quelque sorte la progression vers l’espace pouvant avoir été le pôle d’accueil de l’édifice tout en créant un accès en chicane en direction du centre de la vie domestique au rez-de-chaussée, la cellule (11). Dans le cas de la North House de Kommos (fig. 304 et 307), on retrouve à la fois un accès direct vers un espace centripète, la salle à foyer central (17), et deux variantes de l’entrée à axe brisé, le vestibule (18) et la cellule 11. Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer ci-dessus, bien que les édifices minoens n’aient pas été dotés d’espaces d’entrée aussi standardisés que ceux que l’on retrouve à Akrotiri, ces quelques remarques illustrent le fait que malgré leur hétérogénéité apparente, ils étaient caractérisés par quelques propriétés récurrentes.

  • 235 Comme nous venons de le faire remarquer, il est possible que dans certains édifices et en certaine (...)
  • 236 « Within a cohesive group, conceptual attitudes from cultural conventions which then become incorp (...)
  • 237 « […] the Minoan structure controls access through carefully calculated surprise and illusion. » ( (...)
  • 238 On pourrait ainsi imaginer que déboucher depuis un passage relativement sombre et étroit sur la co (...)

50En ce qui concerne l’agencement des espaces internes en architecture minoenne, les résultats de la syntaxe spatiale mirent déjà plusieurs tendances en évidence. Cependant, toujours en relation avec le binôme mouvement/occupation, il convient d’étoffer ces constatations par quelques précisions relatives aux caractéristiques formelles des espaces internes. On s’accorde généralement sur le fait que la plupart des édifices minoens étaient caractérisés par des circulations relativement tortueuses et complexes (Preziosi 1983 : 105-106 ; Palyvou 1987 ; Thaler 2001). Cet état de fait est illustré par les différents plans d’étapes de profondeur visuelle qui montrent clairement qu’assez peu de lignes de vision non entravées existaient au sein des bâtiments minoens235. La propension toute minoenne de placer les ouvertures dans l’angle des pièces (Graham 1962 : 171) est un facteur ayant évidemment prit part à cette situation. D’autres éléments tels que les espaces de transition interne ou le caractère modulable des baies à portes multiples y contribuaient également. Bien que les schémas de circulation de tous les bâtiments envisagés puissent difficilement être synthétisés, il est possible d’en dégager quelques traits généraux. Ainsi, la rupture d’axialité (et par extension de ligne de vision et de surface parcourable perceptible) est une des caractéristiques principales de la manière dont s’agencent les espaces internes. Même si le mouvement est parfois puissamment canalisé par un espace de transition interne, c’est perpendiculairement que ce dernier dessert la majorité des espaces y étant connectés. Une autre caractéristique fondamentale se retrouve essentiellement dans les systèmes annulaires internes et complexes. Il s’agit de la flexibilité des circulations, c’est-à-dire la multiplication des options de mouvements. Comme évoqué, ces deux propriétés peuvent notamment être liées à un souci de contrôle. La rupture d’axialité affectait le dynamisme (contrôle dans le sens d’une restriction d’accessibilité) et la flexibilité créait des circuits de circulation différenciés (contrôle dans le sens d’une association stricte des schémas de mouvements à des activités ou des personnes particulières). Bien qu’il existe des éléments qui tendent à induire le mouvement indépendamment de toute appartenance culturelle particulière, il est évident que le mouvement au sein d’un édifice est principalement culturel, c’est-à-dire conditionné par une série de normes et répondant à certains signaux particuliers qui pouvaient notamment être matérialisés dans l’environnement bâti (Rapoport 1990)236. Ainsi, la présence de seuil, des différences de hauteur de pièce ou de texture de sol, la largeur des ouvertures, l’utilisation de matériaux particuliers ou de couleurs précises dans le revêtement des murs pouvaient être autant d’indices permettant aux Minoens d’adopter les schémas de circulation adéquats au sein de leurs édifices (Preziosi 1983 : 8, n. 15 et 210, n. 24 ; Palyvou 1987 ; Sanders 1990 : 65 ; Chlouveraki 2002). Évidemment, l’appréciation de tels indices est souvent délicate, à la fois à cause de la mauvaise conservation des vestiges mais également du fait que les signaux qui étaient aisément décryptés par les Minoens n’ont peut être aucune signification particulière à nos yeux. Quoi qu’il en soit, une évaluation systématique des différentes caractéristiques des espaces internes (matériaux, dispositifs particuliers, taille des ouvertures, présence ou absence de seuil, objets y étant associés,…) des différents édifices minoens envisagés offrirait certainement un ensemble d’indications intéressantes en vue d’affiner l’image que l’on a du contexte global qu’ils formaient. Cependant, cette démarche dépasse de loin les limites que s’est fixé cette étude. On peut toutefois rappeler que certaines récurrences syntaxiques mises en évidence ci-dessus faisaient indubitablement partie de ces signaux matérialisés dans le bâti. Avant d’aborder l’architecture en tant que domaine actif, il convient d’attirer l’attention sur le fait que la disposition des espaces internes en architecture minoenne n’avait certainement pas qu’une dimension instrumentale. Ainsi, un corridor au tracé complexe présentant plusieurs coudes contribuait certainement à rompre l’axialité (et par extension à rendre la progression moins aisée et d’une certaine façon à la contrôler) mais induisait également un parcours tortueux pouvant contribuer à créer une atmosphère particulière, de portée plus symbolique237. Dans un même ordre d’idée, il est assez clair que les Minoens accordaient une grande importance à la lumière, comme l’illustrent leurs cours, puits de lumière, fenêtres et baies à portes multiples (Palyvou 1997 : 160 ; Palyvou 2005 : 168-170 ; Goodison 2001 et 2004). Il est évident que ces dispositifs jouaient un rôle pratique mais il est tout aussi probable qu’ils aient contribué à instiller des ambiances particulières et, dans une certaine mesure, influencé l’usage qui était fait de l’espace ou la perception que l’on en avait238.

  • 239 Les repères en question sont : Hall (seuils de communication interpersonnelle), Cousin (ellipse de (...)
  • 240 À ce sujet, il convient de préciser qu’en l’absence de point focal particulier, elles furent génér (...)
  • 241 Dans le cadre de l’évocation de ces représentations le terme ‘ acteur’ sera utilisé par la suite p (...)
  • 242 Une telle situation aurait pu avoir lieu si, comme Evans, on imagine que le bain lustral était le (...)
  • 243 L’existence même de la balustrade prouve qu’une communication était souhaitée entre les deux espac (...)
  • 244 Évidemment, il est possible que des éléments mobiliers ou en matériaux périssables aient pu jouer (...)
  • 245 D’après Hall, cette distance est, par excellence, celle qu’on retrouve assez fréquemment associée (...)
  • 246 Cette remarque vaut pour les espaces dotés d’un pilier unique. Les espaces dotés de plusieurs pili (...)
  • 247 Dans certaines circonstances, on préféra le puits de lumière à la salle principale. Cela étant dit (...)

51Comme nous l’avons expliqué dans l’introduction théorique, l’évaluation de certains espaces en tant que scènes de représentations se base essentiellement sur les seuils de communication interpersonnelle de Hall (Hall 1970 : 143-160) et la lecture qu’en proposa Moore (Moore 1996 : 154) ainsi que sur certains principes mis en évidence par Cousin et Higuchi (Cousin 1980 ; Higuchi 1983). Les repères que proposent ces différents chercheurs pour aborder le rapport de l’homme à l’espace sont évidemment critiquables239. En effet, on pourrait les taxer de simplification abusive, les rapports entre le milieu bâti et l’être humain étant le fruit d’un ensemble complexe de facteurs dont l’appréhension ne peut se limiter à l’énoncé d’une série de paliers chiffrés. Ces repères doivent donc davantage être considérés comme offrant des pistes de réflexions plutôt que comme indicateurs infaillibles d’une réalité contextuelle précise. Dans cette optique, les sphères de communication ne doivent évidemment pas être considérées comme la transcription exacte de l’étendue des représentations prenant place au sein des espaces auxquels on les a appliquées240. En revanche, elles facilitent l’appréhension de l’étendue de ces espaces, leur comparaison à travers le corpus et donnent un certain nombre d’indices quant à la nature des manifestations potentielles s’y étant déroulées241. Étant donné que chaque espace gagne à être envisagé en prenant compte de l’édifice dans lequel il s’insère, nous renvoyons à l’analyse individuelle pour toute considération plus ciblée. Néanmoins, certaines remarques générales peuvent être formulées à l’égard de quelques cellules récurrentes du corpus. Ainsi, peu importe l’édifice au sein duquel on le rencontre, le bain lustral n’est jamais desservi de manière directe. Dans la plupart des cas, l’escalier qui y mène adopte un profil coudé. La superficie restreinte du niveau inférieur de cette cellule ne rendait guère possible le rassemblement de nombreuses personnes. On constate d’ailleurs souvent que la sphère intime/personnelle en occupe toute la superficie. Ayant 1m de rayon, cette zone couvre environ 3m ². On imagine donc mal qu’elle ait pu accueillir plus d’une ou deux personnes. Dans un tel cas de figure, si acteur et spectateur étaient réunis au niveau inférieur du bain lustral242, ils pouvaient faire appel à des modalités de communication très subtiles (chuchotements, voix feutrée, intimité physique et gestuelle très précise). Cependant, dans plusieurs cas, l’existence d’un dispositif ajouré (balustrade) souvent associé à un des côtés du bain lustral met l’accent sur l’importance de la pièce y étant directement associée (et qu’on qualifie parfois d’antichambre) (Hägg et Marinatos 1986 ; Hitchcock 2000 : 160-163)243. Cette dernière pouvant donc être considérée comme particulièrement adaptée à accueillir les spectateurs d’une représentation prenant place au niveau inférieur du bain lustral. Dans de telles circonstances, les sphères illustrent très clairement le fait que la communication devait alors faire appel à des modalités différentes, tenant davantage de la distance sociale (la voix doit légèrement s’élever pour être compréhensible, acteur (s) et spectateur (s) ne sont plus à portée physique l’un de l’autre). Si l’on se fie au contexte particulier de certains bains lustraux, il n’est pas impossible que la vision directe ait été restreinte (notamment par le biais de baies à portes multiples) soulignant peut-être l’importance de l’audition ou de l’olfaction dans les représentations y étant associées. Si l’on s’attarde quelque peu sur les pièces à colonne et/ou foyer central et espaces assimilés, différentes particularités peuvent être soulignées. Dans l’ensemble, ils constituent généralement un des espaces du rez-de-chaussée dont la superficie est la plus conséquente et forment un cadre bien circonscrit dont l’aspect ne peut pas être modulé par l’existence de dispositifs architectoniques identifiables244. En ce sens, au sein de ce type de cellule toute personne présente était toujours pleinement consciente de la présence d’autres personnes. Ce qui semble logique au sein de la cellule faisant office de centre de la vie domestique et de pôle de rassemblement. Cette dernière fonction étant corroborée par les sphères qui illustrent le fait qu’en comparaison des cellules avoisinantes, les salles à colonnes et/ou foyer central et espaces assimilés offraient systématiquement la possibilité à une communication nécessitant des modalités sociales de prendre place245. Bien qu’il soit difficile d’envisager les salles et cryptes à pilier (s) de manière synthétique tant elles affichent une forte diversité, certaines remarques peuvent malgré tout être formulées à leur sujet. Elles forment généralement des espaces bien circonscrits dont la superficie avoisine globalement celle des salles à colonne et/ou foyer central et espaces assimilés246. Elles pouvaient donc accueillir un certain nombre de personnes. Par défaut, les sphères furent centrées sur le pilier. Même si l’on admet qu’il pouvait être le point focal d’une représentation, il est difficile d’apprécier la façon dont acteur (s) et spectateur (s) se répartissaient au sein de ces espaces. De manière générale, plus ils seraient regroupés autour du pilier, plus la communication aurait pu se développer avec subtilité. Évidemment, si à l’inverse, ils avaient été bien séparés les uns des autres, les modalités de la représentation en auraient été affectées. Le dernier espace interne récurrent méritant qu’on s’y attarde est la salle minoenne. Au sein de ces dernières, les sphères furent généralement centrées sur la salle principale247. Dans certains cas, elles furent mises en relation avec un dispositif particulier, souvent considéré comme point focal. Quoi qu’il en soit, dans tous les exemples, il parut évident que ce type de cellule présentait une superficie suffisante pour qu’un nombre important de personnes s’y regroupe. Cependant, leur caractéristique principale tenait au fait qu’à la différence des autres espaces envisagés ci-dessus, les salles minoennes étaient des espaces modulables. Il est évident que les baies à portes multiples jouèrent un rôle primordial tant en affectant les circulations qu’en permettant aux Minoens de pourvoir cet espace en lumière et en air de manière variable. Cependant, il convient également d’admettre que ces cloisons modulables purent jouer un rôle particulier dans les représentations prenant place dans les salles minoennes. À ce titre, il n’est pas impossible qu’elles aient contribué à marquer ou même à instaurer la limite entre différentes zones de participation, créant une distinction nette entre acteur (s) et spectateur (s) ou permettant à ces deux catégories de se développer avec plus de subtilité. On retrouve là l’idée avancée par Hägg et Marinatos et matérialisée de manière particulièrement probante dans l’application des sphères à la House of the Chancel Screen (fig. 63) ou la Royal Villa (fig. 75) par exemple.

4. Architecture néopalatiale et société minoenne

52À la lumière des considérations précédemment évoquées, certains grands thèmes relatifs à la société minoenne et son rapport à l’espace bâti au néopalatial peuvent être abordés. Tenter d’élucider pleinement ces réalités complexes exige évidemment la conjonction de diverses approches et l’examen d’un éventail de données bien plus large que l’étude de l’architecture que propose cet ouvrage. Cependant, en s’appuyant sur les résultats de la recherche, certaines pistes de réflexion peuvent brièvement être proposées.

  • 248 Ce qui nous semble important, c’est l’apparent souci d’un contrôle de l’accès (le ‘ dialogue’évoqu (...)
  • 249 Nous renvoyons également à la description individuelle des bâtiments sélectionnés pour de plus amp (...)
  • 250 Voir par exemple l’espace ouvert situé au Nord de la House with the Press à Kommos (Shaw et Shaw 1 (...)
  • 251 À ce titre l’analyse de la syntaxe spatiale a également développé une batterie d’outils permettant (...)
  • 252 « In general, we can say that the sequencing of space normally occurs when (and perhaps only when) (...)
  • 253 D’autant plus si l’on admet que, dans certains cas, la fonction théorique d’une pièce (c'est-à-dir (...)
  • 254 À ce titre, s’inspirant de Portnoy (Portnoy 1981), Kamp fait quelques remarques intéressantes, not (...)

53Avant d’en venir à ces dernières, nous souhaiterions évoquer quelques précautions à prendre à l’encontre de l’application stricte de l’analyse de la syntaxe spatiale. Ainsi, bien que nous ayons attiré l’attention sur l’établissement d’une limite claire entre l’extérieur et l’intérieur dans bon nombre d’édifices néopalatiaux, nous n’excluons pas pour autant qu’un dialogue continu ait pu exister entre ces deux domaines248. En effet, il est plus que probable qu’en certaines circonstances, des zones extérieures aient été utilisées comme extensions des espaces de vie interne (qu’il s’agisse des toits terrasses ou même d’espaces localisés à proximité des édifices) (Hallager 1990 ; Kamp 1994 : 305 ; Cutting 2006 : 241)249. Quand on sait l’importance que les Minoens accordaient aux espaces extérieurs, rien n’est moins étonnant. Évidemment, tracer la limite précise entre la sphère ‘privé’ et ‘publique’ est sans doute encore plus difficile en ce qui concerne le domaine externe qu’au sein d’un édifice : « […] there is always the danger of missing forms of expression of community and privacy that leave no tangible traces in the archaeological records. » (Palyvou 2004 : 208). Aller jusqu’à réfuter totalement l’existence d’une démarcation entre sphères ‘privée’ et ‘publique’ nous semble aller à l’encontre de la réalité que l’analyse de la syntaxe spatiale a contribué à illustrer. Cependant, dans la mesure où ces concepts sont toujours empreints de notions culturelles particulières, il faut se garder de les apposer de manière trop systématique sur un environnement dont nous n’appréhendons pas encore réellement la nature. Ainsi, comme nous l’avons vu, entre autres exemples, au Quartier des Artisans à Mochlos et à la North House de Kommos, les occupants d’un édifice pouvaient se ménager un espace externe dont les murs de clôture attestaient d’un certain souci de délimitation. Néanmoins, rien ne prouve que cette tendance que pouvait avoir le bâti à étendre sa sphère au-delà de ses limites physiques se cristallisait à chaque fois dans la construction d’un mur ou d’une démarcation dont nous sommes à même de repérer les traces. De plus cette extension externe de la sphère interne ne desservait pas nécessairement un seul bâtiment et pouvait donc afficher un profil plus ‘public’ comme en attestent de nombreux exemples250. Dans la mesure des données archéologiques disponibles, envisager la possibilité de ce dialogue entre extérieur et intérieur, constitue donc une démarche nécessaire. Ce constat ne ruine pas pour autant les prétentions de l’analyse de la syntaxe spatiale qui, dans le cadre de cette étude, se focalise sur l’ordonnancement interne des édifices. Néanmoins, dans le futur, nous envisageons de poursuivre les recherches en inscrivant les bâtiments étudiés dans leur contexte immédiat251. La seconde précaution concerne l’association espace/fonction. À plusieurs reprises, nous avons évoqué la propension qu’ont certains agencements syntaxiques à permettre une catégorisation et une articulation des zones fonctionnelles au sein du bâti252 et en avons repéré quelques-uns au sein du corpus. De manière générale, nous avons également isolé des zones ayant tendance à s’ancrer à proximité de l’extérieur et/ou ayant le potentiel de servir de pôle de rassemblement, à l’inverse nous avons stigmatisé l’existence de cellules s’implantant en nette ségrégation, tant par rapport à l’extérieur qu’en regard du système au sein duquel on les retrouve. Ces constations ne dessinent évidemment pas un tableau strict et figé253. Cependant, elles ont le mérite de contribuer à établir un cadre interprétatif qu’un examen plus poussé des données archéologiques traditionnelles et d’éventuels parallèles ethnologiques pourraient venir renforcer254. Avant d’en venir aux réflexions auxquelles ce point est dédié, nous tenons donc à souligner à nouveau que même si la principale méthode utilisée peut donner l’impression de réduire l’architecture en une série de graphes et de valeurs chiffrées, la manière dont nous nous en servons ne vise pas à rationnaliser à tout prix le rapport entre la société et son espace bâti mais tente simplement de décortiquer le second en vue de contribuer à affiner la compréhension de la première. Les bâtiments envisagés sont loin de n’être que des objets physiques et des symboles immatériels, « like all artifacts, they are material embodiments of complex relations between people and the non-human constituents of the environment. » (Herva 2005 : 221).

  • 255 Pour l’usage du terme ‘koinè’ dans l’architecture minoenne, voir Preziosi 1983 : 106 ; Driessen 19 (...)

54Ces quelques remarques préliminaires ayant été énoncées, nous souhaiterions revenir sur la diversité du corpus. Comme exposé dans le second chapitre, l’architecture néopalatiale se décline de nombreuses manières. De ce fait, on isola différentes catégories au sein du corpus (palais, villas, architecture vernaculaire), les cloisonnant parfois dans des typologies dont certaines recherches récentes ont parfois encore du mal à s’extraire alors qu’elles illustrent brillamment que certaines ‘villas’, même dans un cadre géographique relativement restreint, sont radicalement différentes l’une de l’autre (Mantzourani et al. 2005 ; Mantzourani et Vavouranakis 2005). Cette catégorisation stricte de l’architecture ne doit-elle pas être remise en question ? (Preziosi et Hitchcock 1994) Il nous semble que la base de cette démarche doit se fonder sur le fait que chaque édifice du corpus doit être envisagé comme s’inscrivant dans un continuum (Hamilakis 2002c : 189). Le bien-fondé d’admettre l’existence d’un continuum est notamment illustré par l’existence d’une syntaxe spatiale commune (de ses expressions les plus basiques à ses développements les plus élaborés). Le génotype en lui-même, tel qu’illustré dans ce travail, gagnerait à passer au crible de nouveaux axes de recherche. Bien que nous ayons la conviction de son existence, nous nous gardons bien de l’ériger en réalité monolithique et incontestable. À ce sujet, diverses remarques peuvent être formulées. Il nous semble évident que certains arrangements architecturaux tiennent sans doute davantage d’une planification pragmatique, d’un souci ergonomique (comme par exemple des pièces organisées autour d’un espace central) et pas nécessairement d’une koinè architecturale minoenne255. Cependant, et nous avons insisté sur ce sujet à plusieurs reprises, ce sont les récurrences des relations syntaxiques entre les différents arrangements qui fondent le génotype et lui donnent sa particularité. Afin de le caractériser plus précisément, il serait intéressant de le confronter à une analyse syntaxique des corpus architecturaux minoens antérieurs et postérieurs mais également de le mettre en parallèle à l’étude du vocabulaire du bâti d’autres civilisations globalement contemporaines. Les résultats de notre recherche constituent une base solide afin d’entreprendre cette démarche qui, bien que prometteuse, ne sera pas développée plus avant ici. Évidemment, reconnaître l’existence du génotype ne nous épargne absolument pas la nécessité de rendre compte de la diversité du corpus, de tenter de l’expliquer, de l’inscrire dans une réflexion plus vaste se focalisant sur le fonctionnement de la société minoenne en général. Ce travail nécessaire doit se dégager d’une catégorisation trop abrupte (qu’il s’agisse d’une typologie se rattachant aux bâtiments, aux pièces les composant ou à certaines caractéristiques architecturales érigées comme significatives - conditions sine qua non de l’étiquetage d’un bâtiment en tant que ‘palais’ ou ‘villa’ par exemple) et se concentrer davantage sur le contexte archéologique et architectural propre à chaque bâtiment, « the evidence of room and feature morphology and building technology » (Preziosi et Hitchcock 1994), ainsi que les « practices » (Day et Relaki 2002 : 233-234) y étant associées et les traces qu’elles ont laissé. Bien que notre recherche n’ait pas pris cette voie, elle contribue à étoffer la trame de base sur laquelle on peut articuler nos réflexions en la matière. Quelques exemples vont permettre d’illustrer notre propos. Traditionnellement, la salle minoenne est considérée comme ayant été adoptée dans l’architecture ‘domestique’ durant le MR IA (Driessen 1982), une tendance découlant du modèle palatial (Driessen 1989-1990 : 8 et 18). Si ce phénomène est globalement acceptable en tant que tel, il n’en est pas moins nécessaire d’étudier les modalités particulières selon lesquelles il s’est développé. En effet, bien que l’analyse ait démontré que les exemples palatiaux appartenaient globalement au même groupe (agencement annulaire interne de portée locale), d’un point de vue syntaxique, la majorité des autres salles minoennes s’en distinguaient assez nettement. Cela ne jette pas nécessairement un discrédit sur l’interprétation fonctionnelle qu’on en donne généralement mais invite simplement à ne pas prendre pour acquis ce qui constitue sans doute l’expression d’une réalité sociale complexe (Hitchcock 1994) :

It is generally assumed that wherever this spatial arrangement is found outside the ‘palaces’, we are encountering palatial functions on a smaller scale. However, this system has been incorporated in a number of different buildings throughout the island in a variety of ways that create a diversity of contexts for action. Thus it is clear that variations of design are not merely structural anomalies, but rather conscious social choices in order to provide for different needs and accommodate a variety of practices. […] It is clear, therefore, that this architectural form does not have a fixed meaning. On the contrary, it operates as a powerful resource for the negotiation of social power (Day et Relaki 2002 : 229).

  • 256 Selon Palyvou, ces variations sont l’essence même de l’architecture minoenne (Palyvou 1999 : 613-6 (...)
  • 257 Un simple examen de leurs plans justifiés respectifs permet de s’en rendre compte. C’est évidemmen (...)
  • 258 On retrouve cette évocation d’une institutionnalisation (en quelque sorte la distinction entre un (...)
  • 259 Nous pensons là particulièrement à Gournia (qu’il s’agisse du palais et de la place publique ou mê (...)
  • 260 Il est évident que la réalité n’est pas aussi simple dans la mesure où l’ordonnancement syntaxique (...)
  • 261 En ce qui concerne ce concept de ‘lieu privilégié’, nous évoquerons ci-dessous la théorie des « es (...)
  • 262 La permanence pourrait aussi être comprise comme l’utilisation/existence sur le long terme et, dan (...)

55Il convient donc d’adopter un regard critique sur la mise en œuvre d’une telle cellule au sein d’un édifice. Pourquoi les salles minoennes furent-elles adoptées dans certains édifices (et pas d’autres) au MR IA ? Cette adoption était-elle pleinement consciente de la réalité fonctionnelle du modèle ? À nouveau, nous posons de nombreuses questions sans être en mesure d’y répondre car aborder ce problème nécessite une démarche tirant profit d’un plus grand nombre d’informations que celles que génère l’analyse de la syntaxe spatiale. Cependant, cette dernière a le mérite de clarifier certains aspects, relatifs notamment à l’implantation des salles minoennes dans le bâti (et plus seulement morphologiquement - comme ce fut majoritairement le cas jusque ici - mais en termes de configuration, de relations topologiques). Si l’on prend maintenant le cas des palais, l’étude de leurs particularités syntaxiques illustre clairement l’existence d’une adéquation assez marquée à un éventail de régularités de configuration. Cependant, les cas de Gournia et de Makryghialos posent question. Si l’on accepte l’idée d’un modèle (et c’est notre cas), les variations de ce dernier ne doivent pas pour autant être voilées256. D’un point de vue strictement syntaxique, Makryghialos tend à se rapprocher davantage des modèles palatiaux classiques (Malia, Phaistos, Galatas, Zakros) que Gournia257. Cependant, Gournia affiche une qualité d’élaboration supérieure à celle de Makryghialos (appareillage plus soigné, présence d’un bain lustral et probablement d’une salle minoenne, etc.). L’un est-il de ce fait plus un palais que l’autre ? Quelles sont les circonstances qui ont motivé l’adoption de tel ou tel aspect architectural, quel est le contexte (social, politique, économique) qui en fut à l’origine ? Et si nous partageons l’idée qu’un souci de contrôle plus étroit (trahissant une certaine institutionnalisation) est à l’œuvre dans le cloisonnement plus strict de l’espace ouvert rituel que formait la cour centrale au néopalatial (Moody 1987 : 239 ; Driessen 2002 : 8-9 ; Driessen 2004)258, qu’en est-il de ces édifices contemporains qui paraissent être le point focal de la communauté y étant associée et semblent clairement ‘servir’ un espace ouvert moins ostensiblement délimité ?259 L’adéquation plus ou moins stricte au modèle palatial classique a-t-elle une signification particulière quant à l’usage qui était fait de l’édifice et la signification que ce dernier avait pour la communauté qui y était liée ? À ce titre, nous avons vu qu’un programme fort était garant d’une utilisation plus strictement balisée de l’architecture. Cela revient-il à dire que Makryghialos avait une fonction mettant en contact un plus grand nombre de catégories de personnes différentes et nécessitant de ce fait une interface permettant d’en circonscrire plus précisément les rapports ?260 L’existence même de palais dont la configuration semble ‘classique’ (c’est-à-dire plus strictement fidèle au génotype et constituant de ce fait un programme fort) trahit-elle le statut particulier de ces édifices ? Comme l’évoquait Sanders : « The more public the territory, the more necessary markers become to insure proper behavior ; […] ; and the more permanent the occupancy, the more elaborate the marker system. » (Sanders 1990 : 49). Ces palais avaient-ils donc une importance plus grande ? Étaient-ils le lieu privilégié d’une communauté plus vaste et plus diversifiée ?261 Étaient-ils destinés à être utilisés plus fréquemment ?262 Certaines de ces questions ont évidemment déjà été posées mais elles méritent cependant qu’on continue de s’en préoccuper et nous espérons que notre recherche puisse contribuer à apporter une pierre à l’édifice.

  • 263 « Societies with a more segmented and differentiated culture […] will tend to use more segmented a (...)
  • 264 « […] other variables than the amount of sociopolitical complexity in a culture are influencing th (...)

56Si l’on se place dans une perspective plus large, il s’agit maintenant de savoir en quoi la recherche entreprise dans cette étude peut contribuer aux réflexions concernant l’organisation sociale en Crète au début de l’Âge du Bronze Récent. Autrement dit, en quoi l’analyse de la syntaxe spatiale permet-elle d’aborder la société néopalatiale ? Si une chose est sûre - et nous l’avons maintes fois rappelé au cours de l’analyse - c’est qu’à elles seules, les méthodes employées ne peuvent évidemment pas rendre compte d’une réalité sociale dans le cadre d’une étude archéologique. Elles offrent malgré tout un éventail d’indices pouvant être mis à contribution dans une telle démarche. En ce qui concerne l’organisation sociale, c’est à la lecture de Kent que nous est apparue l’opportunité de valoriser certains résultats de l’analyse de la syntaxe spatiale (Kent 1990 ; Kent 1984). À travers une vaste étude ethnologique comparative, elle démontre que la complexité sociale (et plus spécifiquement la complexité sociopolitique d’une société) détermine l’organisation de l’espace et de l’environnement bâti (Rapoport 1990 : 16-18, fig. 2. 6 ; Day et Relaki 2002 : 228-229), tout particulièrement en ce qui concerne le partitionnement et la segmentation : « […] as a society becomes more sociopolitically complex its culture, behavior, or use of space, and cultural material or architecture become more segmented. This occurs particularly with respect to increasing segregation or partitions. » (Kent 1990 : 127). Le terme ségrégation fait référence à une séparation des genres (en mâle et femelle), des âges (en catégories) et des activités (en entités fonctionnelles distinctes)263. Il convient malgré tout de préciser que toute société utilise à la fois des zones associées à un genre (genderspecific area) et d’autres qui ne le sont pas, au même titre que toute société intègre des espaces à fonction particulière (functionally restricted activity area) et des espaces multifonctionnels. C’est le pourcentage de ces différents types d’espaces qui varie et peut être décrit comme faisant partie d’un continuum. Kent propose donc d’évaluer à la fois la segmentation de l’espace (mesurée en terme de fréquence relative de zone d’activité à fonction unique et associée à un genre) et de l’architecture (mesurée en terme de fréquence relative de partitions ou de structures de séparation, cette séparation pouvant se manifester au sein d’un bâtiment ou entre différents bâtiments auxquels des fonctions précises sont données). À travers son étude, elle illustre le fait que ces deux réalités (c’est-à-dire la quantité de segmentation investie dans l’environnement bâti et dans l’utilisation de l’espace) tendent à être concomitantes, car toutes deux sont influencées par la quantité de segmentation de la culture qui en est à l’origine (Kent 1990 : 148-149). De manière générale, Kent précise que l’association d’un genre à une zone spécifique semble moins directement liée à la complexité sociopolitique que ne l’est l’existence de zones fonctionnelles bien distinctes264. Elle rappelle également que l’essor de la complexité sociopolitique ne doit pas être systématiquement associé à un développement vers la centralisation et la hiérarchisation :

Because the traditional evolutionary typology used when viewing sociopolitical complexity emphasizes centralization and hierarchies, we have tended to ignore societies who are complex but are not centralized or hierarchical. Such societies may have a segmented but not a differentiated use of space and architecture (e. g., status is not a means of dividing space or architecture but gender and activity function may be). […] Moreover, it is the amount of complexity or segmentation present in the culture that is influential in how segmented a group’s use of space and architecture will be, not necessarily how that complexity or segmentation is arranged (e. g., hierarchical or not ; centralized or not) (Kent 1990 : 149).

  • 265 Kent va même plus loin et affirme : « At a higher level of abstraction, it is thought that human s (...)
  • 266 « […] African segmentary lineage systems […] represent complexity without centralization or hierac (...)
  • 267 Évidemment, une étude plus ciblée de bâtiments protopalatiaux serait nécessaire afin de pouvoir se (...)
  • 268 Driessen à paraître b. Ses estimations admettent une personne par 10m² ce qui est déjà compter lar (...)
  • 269 Une famille restreinte ou étendue bien que, dans un sens, composée de différentes catégories de pe (...)
  • 270 « The fluid nature of social interaction and the associated social tensions are illustrated in, am (...)
  • 271 Driessen propose l’« established house » comme mode d’organisation sociale principal mais pas uniq (...)
  • 272 La particularité du néopalatial est évidemment soulignée par Driessen : « During the Neopalatial p (...)

57Si Kent reconnaît que cette segmentation est parfois difficile à repérer dans le cadre d’une étude archéologique, elle juge qu’une estimation de la complexité d’une société peut être obtenue en tentant d’appréhender la segmentation architecturale et les zones d’activité à fonction particulière ou multiple (Kent 1990 : 150-151)265. On est évidemment en droit de se demander ce que signifie au juste la ‘complexité’ d’une société. À travers son étude, Kent évoque la stratification sociopolitique, la division rigide du travail et/ou la spécialisation économique comme autant d’indices de la segmentation d’une culture (Kent 1990 : 128). Elle n’en reconnaît pas moins la nécessité de reconnaître l’existence d’organisations non centralisées et non hiérarchisées dont la complexité sociopolitique est évidente (Kent 1990 : 149-150). À ce titre, elle insiste sur le fait qu’une société faite de différentes parties, c’est-à-dire se décomposant en sous-groupes (en d’autres termes, segmentée) peut acquérir une complexité sociale et politique sans pour autant être centralisée ou hiérarchisée266. Ce modèle théorique ayant été défini, il s’agit maintenant d’envisager la manière dont on pourrait le valoriser dans le cadre de notre étude de l’architecture néopalatiale. Il est évident qu’archéologiquement parlant, repérer la segmentation de l’espace ou de l’architecture n’est pas chose facile, à plus forte raison quand on sait qu’elle pouvait être de nature physique mais également conceptuelle, symbolique. À première vue, il semble évident qu’une étude de la distribution des objets au sein du bâti peut servir de base à la détermination de l’existence spécifique de telle ou telle utilisation de l’espace, c’est-à-dire au repérage de zones d’activité. D’autre part, le repérage de systèmes de fermeture et de cloisonnements physiques renseigne évidemment sur l’existence de structures de séparation dans l’architecture. Bien que notre étude ne se soit focalisée sur aucun de ces aspects, l’analyse de la syntaxe spatiale fournit une grille de lecture de l’espace et de l’architecture permettant d’y repérer ce que Kent appelle tour à tour ‘ségrégation’ ou ‘segmentation’. L’interprétation que nous proposâmes dans les points précédents illustra amplement le fait qu’au néopalatial, les Minoens faisaient abondamment appel à une segmentation de l’espace et de l’architecture. L’introduction d’espaces de transitions eut deux effets majeurs. D’une part, elle contribua à créer une limite claire entre le monde extérieur et l’intérieur du bâti (solidarité trans-spatiale du vestibule ou cellule apparentée). D’autre part, elle fut à l’origine de l’essor du modèle articulé prenant peu à peu le pas sur le modèle agglutinatif. Les agrégats de cellules relativement basiques - des pièces s’ouvrant les unes sur les autres - qui formaient les bâtiments et étaient autant de pôles de coprésence tendirent alors à être localement différenciés les uns des autres et structurés par l’introduction de cellules induisant le mouvement et créant des alternatives de circulation. Comme nous l’avons évoqué, l’analyse du corpus mit en évidence l’existence d’agencements récurrents de propriétés syntaxiques particulières. Certains d’entre eux étant clairement évocateurs d’un souci d’inscrire de manière bien précise certaines zones fonctionnelles au sein du bâti. Ainsi, l’utilisation d’espaces de transition contribue souvent à séparer l’une de l’autre des zones de fonction non-apparentées et des zones dédiées à une fonction précise (Sanders 1990 : 64). À l’inverse, en général, les espaces qui s’ouvrent simultanément sur diverses zones adjacentes tendent à ne pas se voir attribuer une fonction spécifique (Sanders 1990 : 63). À ce titre, les salles à colonne et/ou foyer central et espaces assimilés sont très intéressants. En effet, hérités d’une longue tradition architecturale, ils continuent à être utilisés fréquemment au néopalatial. Dans de nombreux cas, les fouilleurs y attestèrent de l’existence d’activités variées et nous illustrâmes leur potentiel syntaxique de pôle de convergence. Cette réalité suffit à prouver que bien que nous ayons la certitude que l’espace et l’architecture gagnèrent en segmentation au néopalatial, leur évolution ne s’inscrivit pas dans une rupture totale par rapport au vocabulaire architectural antérieur. De manière générale, on peut donc admettre qu’au néopalatial la société minoenne présentait une complexité prononcée, voir, dans une certaine mesure, une complexité supérieure à celle qu’elle affichait au protopalatial267. La question étant évidemment de savoir à quel type d’organisation sociale correspondait cette complexité et pour quelles raisons elle s’exprima de la sorte au sein du bâti. Une des constatations sur laquelle Driessen échafauda sa réflexion sur les « established houses » peut nous aider en la matière. Il s’étonna en effet de la taille considérable que peuvent avoir certains édifices néopalatiaux et illustra le fait que leur superficie (ne fut-ce qu’au rez-de-chaussée) permettait certainement d’accueillir un nombre important d’individus268. À ce sujet, nous avons maintes fois rappelé que, dans certains édifices, la syntaxe architecturale laisse entrevoir l’existence d’une élaboration des circulations potentielles ayant pu avoir comme fonction principale de permettre au bâti d’être navigué par diverses catégories de personnes (ce qui par extension implique l’existence - épisodique ou non - au sein du bâti, d’un groupe suffisamment conséquent que pour contenir diverses catégories269 ou plus simplement, de plusieurs groupes différents). La complexité sociale à laquelle renvoie la segmentation de l’espace et de l’architecture découle donc peut-être du fait que les bâtiments ne s’attachaient pas à un groupe social restreint mais s’inscrivaient au sein d’un réseau de relations particulièrement élaboré. En effet, les « established houses » n’étaient pas des entités figées. Elles pouvaient créer des liens entre elles, se disperser à travers le territoire (pour ne se réunir qu’à l’occasion de cérémonies spécifiques) ou même bénéficier de statuts différents. Négocier ces liens, imposer ou remettre en question ces statuts devait automatiquement impliquer des rencontres, des ‘confrontations’. Bien que ces dernières pouvaient prendre place à divers endroits (et probablement à l’extérieur dans de nombreuses circonstances), la propension que montrent certains édifices néopalatiaux à s’organiser afin de ménager une zone d’accueil et/ou de rassemblement pourrait être assez symptomatique en la matière270. Bien que le concept d’« established house » nous semble intéressant à plus d’un titre, le simple fait que Driessen souhaite en faire le modèle d’organisation social principal depuis le Néolithique271 et qu’il s’agisse d’une idée à peine éclose dans le cadre de l’archéologie minoenne, rend évidemment nécessaire un certain développement, un processus de maturation qui devra inévitablement prendre en compte les changements importants marquant l’architecture néopalatiale et sur lesquels nous venons une nouvelle fois d’insister272.

Notes

1 De manière générale, les étapes de profondeur visuelle obtenues grâce à Depthmap seront mises en relation avec cette réflexion.

2 Récemment, Smith proposa un plaidoyer pour le développement d’une archéologie se focalisant sur les relations spatiales dans une perspective globalisante intégrant l’expérience matérielle qui en est faite, leur perception et leur nature de véhicules symboliques à différents niveaux (Relational Landscapes) (Smith 2003, voir notamment p. 69-77). Si les méthodes d’analyse utilisées dans ce travail tiennent de ce que Smith qualifie de « néo-subjectivisme » (Smith 2003 : 61-69), nous n’en sommes pas moins conscient de la nécessité de ne pas isoler les notions d’espace et de société mais de les considérer comme une dynamique complexe, aussi bien dans la relation entre ces deux concepts qu’aux différents niveaux de leur expression ; au sujet du concept de « landscape » en archéologie, voir également Thomas 2001.

3 Bien que les résultats obtenus à l’aide du logiciel Depthmap sont traités avec ceux de l’analyse de la syntaxe spatiale, il est évident qu’ils tiennent également d’une étude de la forme, illustrant de ce fait qu’il n’existe pas de réelles démarcations entre les éléments constitutifs de l’architecture.

4 Il est par exemple peu question de typologie de pièces, de mobilier ou de matériaux.

5 À titre d’exemple, en ce qui concerne le monde minoen, Sanders proposa une étude architecturale fondée sur des principes proxémiques et phénoménologiques complétée par un examen précis des matériaux utilisés, des trouvailles archéologiques et de leur distribution. Néanmoins, cette dernière ciblait uniquement le site de Myrtos (Sanders 1985 ; Sanders 1990). En ce qui concerne l’analyse de la syntaxe spatiale, Romanou l’utilisa conjointement à une étude approfondie du matériel archéologique et de la typologie des pièces mais toujours dans une démarche plus ciblée, limitant son champ d’investigation à quelques édifices de la ville de Malia (Romanou 1999 ; Romanou 2007).

6 Rappelons que l’exigence d’un échantillon d’édifices relativement conséquent est une des exigences à la recherche d’un génotype (Hanson 1998 : 36).

7 À plus forte raison quand il s’agit de comportements humains de l’Âge du Bronze ; « In ‘ reading’Minoan design, we must be forever wary of projecting our own assumptions and predispositions into alien material. We must, in other words, seek to understand Minoan architectonic organization on its own terms, insofar as we can. » (Preziosi 1983 : 138) ; « So, in dealing with function, we are dealing with human behaviour, human thoughts and feelings, and the freedom of choice, and this is our weak point in prehistory : the lack of information as to these feelings will always stand as a barrier to our understanding. » (Palyvou 1997 : 156) ; « […] in many cases the role of settings may be counter-intuitive in the sense that their use is culturally so specific as to appear unreasonable to observers from another culture » (Rapoport 1990 : 14).

8 Le principe d’une unité de mesure de base est admis mais sa valeur est pour le moins controversée.

9 Il convient toutefois de préciser que les tableaux ne présentent pas systématiquement les valeurs d’intégration de toutes les cellules des bâtiments étudiés. Néanmoins, ces dernières sont connues et prises en compte par JASS dans le calcul de l’intégration moyenne.

10 Au total, 70 plans justifiés sont examinés dans ce chapitre.

11 « Being locked as a prisoner in the deepest ‘a’ space with a guard occupying one of the ‘b’ spaces on the only route to the exterior is quite a different experience from, say, the householder’s withdrawing voluntarily to an identically configured ‘a’ space to which intimate guests are admitted by way of a ‘b’ space anteroom. Both situations express inequalities in power and control but the former does so to the detriment of the occupant of the deepest space whilst the latter does it to his advantage. » (Hanson 1998 : 272-273).

12 Soit 27 édifices sur 70.

13 House with the Press à Kommos et House Db à Gournia.

14 N’étant considéré que depuis une entrée de l’édifice (alors qu’une deuxième est identifiée), le plan justifié de la deuxième phase du bâtiment B. 2 de Mochlos n’est pas considéré ici comme de nature arborescente.

15 Par extension, on pourrait considérer comme structure arborescente pure les édifices dont la reconstitution proposée de l’étage est totalement non distribuée comme la House 1 de Chania. Quels que soient les édifices envisagés, il convient toutefois de préciser que l’existence d’un escalier en matériaux légers dont les traces auraient disparu reste une éventualité.

16 Comme le suggèrent des exemples tels que la Royal Villa à Knossos, ou, mieux encore, la West House, Alpha-East et Delta-East à Akrotiri.

17 Malgré le fait qu’il ne soit doté que d’une seule entrée au rez-de-chaussée et d’un escalier indentifiable, l’édifice de Tylissos B pourrait également être considéré comme une structure annulaire externe du fait de l’existence susmentionnée d’un passage le reliant au bâtiment A.

18 Le caractère mineur de l’anneau est attesté par un indice de distributivité de 8,333. Il est formé par la portion médiane du couloir (A), le puits de lumière (18) et l’espace de transition (d).

19 Bien que l’existence de plus d’un escalier soit difficile à prouver au sein de ce bâtiment, il n’est pas impossible que des anneaux supplémentaires se soient développés au premier étage.

20 Soit deux édifices sur 70.

21 Soit quatre édifices sur 70. Si l’on considère que l’édifice Ck de Gournia est doté de deux escaliers relativement éloignés, on pourrait considérer qu’il constitue une structure dont les anneaux internes auraient une portée globale pour peu que l’on prenne son étage disparu en considération.

22 Soit huit édifices sur 70.

23 Même si l’indice de distributivité de Klimataria-Manares est supérieur à 1, nous l’avons classé parmi les structures à annularité interne globale dans la mesure où le rez-de-chaussée de cet édifice est scindé en deux parties dont l’une est affectée par une distributivité globale alors que l’autre est totalement non-distribuée.

24 Une exception à cette règle serait l’existence d’un édifice dont la première pièce serait dotée de deux ouvertures sur l’extérieur et dont le plan justifié se développerait de manière non distribuée au-delà de cette dernière. Aucun bâtiment du corpus ne présente une telle configuration.

25 La valeur 2 est choisie à des fins de classification. Quoi qu’il en soit, plus la distributivité est élevée (et donc plus son indice est bas), plus le(s) anneau(x) ont un impact global à l’échelle du bâtiment tout entier. Précisons également que la distributivité faible de Sklavokambos est en partie due au fait que l’édifice est constitué de deux parties non communicantes dont l’une est totalement nondistribuée.

26 Soit 12 édifices sur 70. Dotés d’un minimum de deux escaliers, les édifices suivants pourraient également être considéré comme des structures annulaires complexes si l’on prend leur étage disparu en considération : Sklavokambos, Vathypetro phase I, North House de Kommos, Fd de Gournia, Buildings N, 5 et X de Palaikastro.

27 Soit 17 édifices sur 70. Dans ce cas précis, un édifice n’est comptabilisé qu’une fois même si plusieurs de ses phases furent étudiées.

28 De manière générale, on peut constater que les indices de distributivité restent inférieurs à 2, à l’exception de Zeta Beta (2,5) et de la seconde phase du palais de Galatas (4,333). Au sujet de ce dernier, il convient de préciser que les vestiges donnent une image des plus incomplètes de l’édifice (seules deux de ces ailes sont partiellement mises au jour).

29 « Essentially a-and d-type spaces create integration, while b-and c-type spaces create segregation. In other words, segregation in a complex is created almost entirely by the sequencing of spaces. » (Hillier 1996 : 321).

30 Comme nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, ce n’est pas parce que la structure interne d’un édifice rend un mouvement possible que ce dernier était effectif.

31 Pour rappel, en termes de connexions, plus une cellule est proche de toutes les autres cellules d’un plan justifié, plus son intégration est élevée. Plus une cellule est éloignée de toutes les autres cellules d’un plan justifié, plus sa ségrégation est élevée.

32 Hillier et Hanson 1984 : 146 et 165.

33 Voir par exemple : Hillier et Hanson 1984 : 155-175 ; Hanson 1998.

34 Étant donné que le corpus est formé d’édifices de tailles très variables, la valeur d’intégration est préférée à l’asymétrie relative.

35 Les étapes de profondeur visuelle de Depthmap seront également envisagées dans cette perspective.

36 On peut par exemple constater que la Xeste 3, identifiée de manière convaincante comme un édifice d’usage communautaire, présente malgré tout une des valeurs le plus élevées du corpus.

37 « If it does not matter where (ie. in which room) an activity takes place or whether the configurational conditions of the space in which it occurs are just so, then the difference factor will be weak. If it does matter that the room is in a particular place in relation to all others, then this is likely to result in the room being given special characteristics relative to all others. » (Hanson - communication personnelle).

38 Même si les valeurs d’intégration (avec et sans l’extérieur) semblent s’échelonner de la même manière, leur facteur de différence permet parfois de mettre malgré tout un certain changement en évidence. À l’inverse, il arrive que les valeurs d’intégration (avec et sans l’extérieur) présentent un échelonnement différent alors que les facteurs de différence sont quasiment identiques.

39 Il convient de rappeler que le concept de résident est une catégorie plus vague que la simple notion d’habitant. Il s’agit des individus dont l’empreinte sociale est inscrite dans l’édifice et qui ont donc un certain degré de contrôle sur l’espace. Le concept de visiteur est la catégorie qui ne bénéficie pas de ce potentiel de contrôle. L’identité sociale de visiteurs s’exprime souvent de manière collective et temporaire et est subordonnée à celle des résidents. (Hillier 1996 : 251).

40 Évidemment, l’évaluation de l’impact de l’extérieur n’est pas simplement un indicateur du caractère privé ou public d’un édifice (pas plus que ne l’est la valeur d’intégration du système global depuis l’extérieur).

41 Dans les considérations qui suivent, les maisons de Gournia sur lesquelles les données sont assez maigres ne seront pas prises en compte. Par contre, quand un édifice présente plusieurs phases, elles seront prises en compte séparément. On obtient donc un total de 62 plans justifiés différents.

42 Soit 41 édifices sur 62.

43 Soit sept édifices sur 62.

44 Soit 14 édifices sur 62.

45 Étant donné que les différents cas de figure renverront parfois à des réalités architecturales relativement similaires, tous les exemples ne seront pas développés in extenso. En complément aux facteurs de différence et à l’échelonnement des valeurs d’intégration, il est parfois intéressant de comparer la valeur d’intégration moyenne avec ou sans l’extérieur.

46 En plus d’être séparées, ces parties présentent une configuration bien distincte. En effet, l’une est dotée d’un anneau externe alors que la seconde est purement arborescente. À ce titre, Preziosi évoqua l’hypothèse de l’existence de deux compounds différents au sein d’une même structure (Preziosi 1983 : 64-65 et 203).

47 Chacune des parties étant dotée d’un escalier, on est en droit de se demander si elles n’étaient pas mises en relation à l’étage.

48 À ce titre, on peut remarquer que le plan justifié de Zeta Beta n’est pas sans rappeler celui de la partie nord de Sklavokambos et de la partie est de la première phase de Vathypetro.

49 Ce sont évidemment les cellules en étroite relation avec l’extérieur qui se voient marquées d’une ségrégation très manifeste.

50 On constate ainsi dans de nombreux exemples donnés dans les descriptions du chapitre précédent que des activités particulières pouvaient prendre place dans des espaces dont la fonction première semble être liée à la circulation au sein de l’édifice (à ce sujet, voir par exemple McEnroe 1982 : 7 et 10).

51 En ce qui concerne les plans justifiés, si les couloirs, corridors et vestibules internes furent systématiquement représentés par des ronds noirs, les vestibules externes apparaissent généralement comme des ronds blancs (voir fig. 660a).

52 C’est le cas de la House 1 de Chania, de la Royal Villa et de la South House de Knossos, de la House A d’Agia Irini et de la West House et Xeste 3 d’Akrotiri. Dans le cas de Klimataria-Manares, les deux grands escaliers d’entrée ont été considérés comme espaces de transition étant donné qu’ils mettaient en relation les différentes terrasses sur lesquels s’implantait ce bâtiment.

53 Dans certaines circonstances, cette élaboration peut être liée à des contraintes topographiques comme le fait de devoir construire sur un terrain à la déclivité marquée impliquant l’utilisation de différentes terrasses. Avec 44 % d’espaces de transition, Klimataria-Manares en est un bon exemple.

54 Si ces 6 édifices (Prasa B, Maison de la cave au pilier, Stou Kouse, House with the Press (la venelle précédant la cellule 1 pourrait malgré tout être considérée comme un espace de transition), Rousses et Chalinomouri) correspondent globalement au type 3 de McEnroe (McEnroe 1982 : 10) certains édifices de notre corpus comme Agia Varvara ou Vasiliki M qui, théoriquement, appartiendraient à cette catégorie en sont bien pourvus (à raison de 25 %). Cette constatation illustre évidemment la nécessité d’éviter de verser dans une catégorisation typologique trop rapide du bâti néopalatial (Preziosi et Hitchcock 1994 ; Hitchcock et Preziosi 1997 : 57-59 ; Preziosi et Hitchcock 1999 : 120-122).

55 Les édifices dotés d’une annularité complexe sont évidemment l’expression parfaite de cette réalité.

56 Nous reviendrons sur ce concept qui renvoie clairement à une des notions de base de l’analyse de la syntaxe spatiale : le fait qu’un édifice forme une interface entre deux catégories d’utilisateurs, les résidents et les visiteurs.

57 Si un vestibule simple se présente à plusieurs reprises dans le corpus, il est parfois dédoublé d’un espace de fonction analogue, voire d’un couloir à proprement parler. Une telle disposition contribue évidemment à accentuer davantage la ségrégation du système global par rapport à l’extérieur.

58 En effet, par définition, une fois l’espace le mieux intégré au système atteint, l’ensemble de l’édifice est potentiellement aisément accessible.

59 Dans la majorité des cas, si un édifice est doté de plusieurs entrées, chacune d’entre elles est associée à un vestibule indépendant ou à défaut de ce dernier, à un espace de transition. Les exceptions à cette règle sont les bâtiments à accès direct sur lesquels nous reviendrons et les édifices suivants : Vathypetro (première phase avec entrée 13 - entrée par le sanctuaire tripartite (26) ; Nirou Hani - entrée par la salle minoenne (2) ; Mitropolis-Kannia - entrée par la pièce 8 ; North House de Kommos - entrée par la salle à foyer et colonne centrale (17) ; House with the Press - entrée par la salle à foyer et colonne centrale (1), néanmoins présence d’une venelle pouvant faire office d’espace de transition ; Building B de Palaikastro - entrée par la cour ; House C. 3 de Mochlos - entrée par la pièce 13 ; House of the Foreign Pottery de Pseira - entrée par la cellule 2 ; House A d’Agia Irini - entrée par la cour (36). Dans ces différents exemples, on pouvait accéder directement depuis l’extérieur à une pièce importante de l’édifice. Il est difficile d’apprécier la raison pour laquelle ces espaces étaient directement accessibles, néanmoins, on serait tenté de leur accorder un caractère potentiellement plus public ou d’accueil des visiteurs. En ce qui concerne la première phase de Mitropolis-Kannia, le fouilleur interpréta l’entrée en 8 comme destinée à faciliter l’accès aux espaces de stockage (11-13).

60 C’est généralement le cas quand il n’est pas dédoublé par un second espace de transition et donne accès à des espaces qui s’articulent avec lui de manière plus buissonneuse qu’asymétrique.

61 Le fait que ce type de pièce ait parfois une superficie supérieure à celle que nécessiterait a priori un simple poste de surveillance évoque peut-être simplement le fait qu’il remplissait d’autres fonctions (notamment de stockage).

62 Au-delà de l’analyse syntaxique, il est évident que la forme même des vestibules, porches ou autres espaces de transition en faisant office se déclinait de nombreuses manières, créant des circonstances propres à chaque édifice. Nous reviendrons sur ce sujet dans le cadre de l’approche proxémique de synthèse.

63 À ce titre, il peut être intéressant de faire remarquer que la présence, au sein d’un édifice, d’un indice architectural élaboré d’isolation par rapport à l’extérieur ne va pas de soi à toutes époques et dans toutes cultures (Kent 1990) et peut donc être considéré comme digne d’intérêt au sein de la culture qui en fait l’usage.

64 Certains bâtiments de Gournia pourraient également rentrer dans cette catégorie mais le peu de connaissance que nous avons à leur sujet nous empêche de les considérer plus avant. Il s’agit des édifices Ae, Bb et Fe.

65 Prasa B (96m²) ; Maison de la cave au pilier (121m²) ; Stou Kouse (121m²) ; Rousses (91m²) ; Choiromandres (143m²) ; Chalinomouri (198m²).

66 Prasa B (tôt au MM) ; Maison de la cave au pilier (MM IIIB) ; Stou Kouse (MM II) ; Rousses (MM III) ; Choiromandres (MM IIA).

67 À nouveau, Agia Varvara et Vasiliki, également bâtis durant le Minoen Moyen, sont pourvus d’un vestibule ou d’un espace y étant apparenté.

68 Prasa B (potentiellement intégré à un petit établissement dont au moins un édifice fut repéré) ; Stou Kouse (apparement isolé) ; Rousses (apparement isolé) ; Choiromandres (physiquement isolé bien qu’intégré au système routier et de fortification dont il fait partie) ; Chalinomouri (isolé si ce n’est la proximité d’un édifice proche, probablement fonctionnellement lié à la ferme).

69 Prasa B (1,719) ; Maison de la cave au pilier (1,719) ; Stou Kouse (1,281) ; Choiromandres (1,374) ; Chalinomouri (1,570 et 1,178).

70 Rousses (0,860).

71 C’est une caractéristique que l’on retrouve dans d’autres édifices tels qu’Agia Varvara ou la maison Ea à Malia bien qu’en ce qui les concerne, la cour prenne alors davantage l’aspect d’un espace de transition faisant office de vestibule ou venant dédoubler ce dernier.

72 On pourrait interpréter l’accès direct à la salle à foyer et colonne centrale (1) de la House with the Press de Kommos dans le même ordre d’idée. Il convient toutefois de rappeler que l’entrée de cet édifice était dotée d’une porte (une réalité qui n’est évidemment pas exclue pour les autres édifices sans vestibule mais dont nous ne gardons pas la preuve formelle) et précédé d’une venelle relativement étroite le mettant en relation avec un espace ouvert qui pourrait avoir été une place publique.

73 À ce titre, peut être s’agissait-il d’un lieu de pèlerinage associé à l’établissement proche de Tourkissa.

74 La même remarque peut s’appliquer au poste de Kokkino Froudi.

75 À l’exception des vestibules et cellules apparentées associés à une entrée, les espaces de transition interne sont représentés par un rond noir dans les plans justifiés.

76 Il s’agit du corridor qui succède au vestibule (A).

77 Les valeurs de contrôle mentionnées dans les tableaux récapitulatifs sont sélectionnées en comparaison à la valeur moyenne du bâtiment au sein duquel elles apparaissent et pas à l’échelle du corpus dans son ensemble. Cela signifie qu’un espace non mentionné n’a pas nécessairement une valeur de contrôle faible mais plutôt qu’il ne possède pas une des valeurs de contrôle les plus élevées du bâtiment. Pour remédier à ce problème, des graphes illustrant la valeur de contrôle de chaque cellule sont fournis en complément des plans justifiés.

78 Dans le cas de la West House d’Akrotiri, l’espace d’articulation majeur est d’ailleurs l’escalier principal.

79 Ces trois finalités principales n’étant pas nécessairement exclusives !

80 Pour les diverses considérations relatives à ce type de cellule, nous renvoyons au second chapitre et aux descriptions individuelles des bâtiments.

81 Palais de Malia (III 7a-c) ; palais de Galatas (48) ; palais de Phaistos (77-79 et 63-63a) ; palais de Gournia (salle minoenne potentielle en II-IV-D) ; palais de Zakros (36 et 37). Les incertitudes au sujet du réel agencement interne du Hall of the Ceremonies de Zakros rend son analyse syntaxique trop incertaine que pour pouvoir être considéré ici.

82 Comme nous l’avons évoqué dans la description de cet édifice, il n’est pas impossible que la (les) salle (s) minoenne (s) de cet édifice se soi (en) t développée (s) d’une autre manière. Néanmoins, dans l’état de conservation des vestiges, cet agencement semble le plus plausible.

83 Voir chapitre II.

84 Sur les plans justifiés des édifices de grande taille, la pièce principale des salles minoennes est indiquée par une double hache inscrite dans un cercle.

85 Les salles minoennes (ou agencements apparentés) directement accessibles depuis l’extérieur se retrouve à Nirou Hani (2-2a) et Vathypetro (26-25-24). Nous reviendrons sur ces exemples par la suite. Étant donné que nous considérons que le mur ouest de la cellule 12b de Zeta Alpha s’élevait à une certaine hauteur, la salle minoenne dont elle fait partie n’est pas directement accessible depuis l’extérieur. Néanmoins, certains évoquèrent malgré tout cette possibilité, arguant l’existence d’une simple colonne.

86 Palais de Phaistos (63-63a), House 1 Chania, South House, Zeta Alpha (12-12b) et (5-8), Palaikastro X.

87 Comme nous avons eu l’occasion de l’évoquer en décrivant la House 1 de Chania, le vestibule (1) déploie son axe principal en direction de la salle minoenne (4-5-6) et présente le phénomène de porte cachée. Ces constatations pourraient contribuer à distinguer quelque peu cette salle minoenne des autres exemples de ce type qui ne présentent pas une axialité si franche par rapport au point de pénétration depuis l’extérieur (les étapes de profondeur visuelle illustrent également le fait que l’espace 4 était directement visible depuis le vestibule).

88 Dans le cas de Zeta Alpha, il est difficile d’apprécier la nature de la seconde cellule constitutive des salles minoennes. Si le tableau la présente comme un vestibule, il n’est pas impossible qu’elle ait également joué un rôle de puits de lumière, étant partiellement ouverte sur l’extérieur. Dans le cas de la salle minoenne (63a-63) du palais de Phaistos, il est difficile de se prononcer avec certitude, néanmoins, si l’on considère que l’espace 63 s’ouvrait sur le portique (64) qui pourrait avoir fait office de puits de lumière, la cellule 63a pourrait avoir été l’espace principal.

89 Dans le cas de la House 1 de Chania, il s’agit d’un espace de type b (cellule 7) desservant un espace de type a (cellule 8).

90 Tylissos C (15-15’-15’’), Delta Alpha (3-3’-3’’).

91 De type c, la cellule 15 de Tylissos C est accessible depuis le couloir (B’) ou la pièce 12. De type d, la cellule 3 de Delta Alpha est accessible depuis les couloirs (2), (5) et (11).

92 Tylissos A (6-A’-18), palais de Malia (III 7a-c), Zeta Beta (7-7’), palais de Galatas (48), palais de Phaistos (79-77-78), palais de Gournia (D-IV-II) et palais de Zakros (36 et 37).

93 Cette remarque illustre une nouvelle fois la nécessité de ne pas se limiter de manière stricte à des appréciations liées à l’analyse de la syntaxe spatiale et d’enrichir ces dernières par des considérations relatives à la forme et à la disposition des cellules. Nous reviendrons sur ce point dans la synthèse proxémique.

94 Durant la première phase du palais de Malia, en pénétrant par l’entrée (7), on pouvait relativement aisément parvenir à la salle minoenne en passant par les couloirs (C) et (III 6) ; dans le cas du palais de Zakros, les salles minoennes de l’aile est étaient directement accessibles depuis la cour centrale.

95 À l’heure actuelle, il n’est pas encore possible de se faire une idée précise de la manière dont s’agençait la salle minoenne du palais de Galatas. Néanmoins, par analogie aux autres palais, nous la considérons comme un agencement annulaire interne de portée locale.

96 La salle minoenne (37) du palais de Zakros est à la fois accessible par sa salle principale et son vestibule.

97 D’un point de vue strictement topologique, le puits de lumière (18) de Tylissos A se situe sur un anneau qu’il forme avec la partie médiane du couloir (A) et l’espace de transition (d). Néanmoins, l’impact de cet anneau au sein du plan justifié est très faible.

98 Bien que n’étant dotée que d’une salle principale et d’un puits de lumière, la salle minoenne de Zeta Beta pourrait rentrer dans cette catégorie. Évidemment, il est clair qu’au sein de cet édifice, on est loin de la complexité des circulations potentielles des salles minoennes du palais de Zakros.

99 La seule exception en la matière étant la salle minoenne (36) du palais de Zakros.

100 Royal Villa (9a-c), House of the Frescoes (8-6-7), Little Palace (9-8-5), Achladia (3-2b-2a) et House of the Pillar Partitions (2-3).

101 Bien que les 5 exemples présentés remplissent la première condition, seul le Little Palace illustre réellement la seconde.

102 Cette variabilité se marque à la fois dans le code topologique du triplet cellulaire et dans la nature de la cellule qui constitue le point de pénétration le plus direct depuis l’extérieur.

103 La seule exception est le puits de lumière (7), de type a, de la House of the Frescoes.

104 Vathypetro I (24-25-26) et Nirou Hani (2a-2).

105 Là où la salle minoenne de Vathypetro s’inscrivait dans une séquence annulaire simple (de type c), la salle principale de celle de Nirou Hani, de type d, constituait véritablement une des plaques tournantes des circulations au sein de l’édifice.

106 Cette approche était axiale à Nirou Hani mais perpendiculaire à l’axe de la salle minoenne de Vathypetro.

107 Les valeurs d’intégration sans l’extérieur ne sont mentionnées que si elles présentent de fortes variations par rapport aux valeurs d’intégration avec l’extérieur. De manière générale, les valeurs d’intégration et de contrôle mises en évidence par l’analyse de la syntaxe spatiale sont confirmées par l’analyse visuelle de Depthmap.

108 South House, Palaikastro X, Tylissos C et Delta Alpha.

109 La salle minoenne de Delta Alpha fait office d’exception dans la mesure où sa salle principale et son vestibule ont la même valeur de contrôle.

110 Palais de Phaistos (63) et Palaikastro X (4b).

111 Dans le cas de la cellule 5, il s’agit même d’une des valeurs de contrôle les plus élevées de l’édifice.

112 Quand deux des cellules constitutives de l’agencement sont aussi directement accessibles l’une que l’autre depuis l’extérieur, elles présentent toutes deux une forte valeur d’intégration.

113 En la matière, Tylissos A et Zeta Beta font exception.

114 Achladia faisant exception.

115 Cette évolution fut amplement commentée dans l’analyse individuelle de cet édifice.

116 Le vestibule (IV) de la salle minoenne du palais de Gournia présente malgré tout une valeur d’intégration inférieure à l’intégration moyenne.

117 Cet état de fait fut commenté dans l’analyse individuelle du palais et tient essentiellement à la proximité qu’entretiennent ces deux salles minoennes avec la cour centrale.

118 Lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte, il s’agit même de la cellule la mieux intégrée au système.

119 Bien que cette constatation semble aller dans le sens du retrait par rapport au monde extérieur illustré par la profondeur des agencements, il convient d’envisager chaque salle minoenne indépendamment. En effet, les circonstances d’approche ne sont jamais parfaitement identiques. À ce sujet, nous renvoyons aux descriptions des différents bâtiments et à la synthèse proxémique ci-dessous.

120 Où l’on reconstitue généralement les pièces domestiques de nature plus privée.

121 Cette considération fut essentiellement développée par Preziosi (voir par exemple Preziosi 1983 : 103) et Palyvou (voir par exemple Palyvou 1987 : 198). L’idée de la salle minoenne comme zone de réception fut systématisée par Driessen (Driessen 1982 : 56-58).

122 Les salles minoennes constituant des agencements annulaires internes de portée locale fournirent la majeure partie des exemples sur lesquels Preziosi (Preziosi 1983) et Palyvou (1987) basèrent leurs réflexions en la matière.

123 Il convient de préciser que la situation visuelle est étudiée en considérant que toutes les baies à portes multiples sont ouvertes et pourrait par conséquent être totalement différente si ce n’était pas le cas. Cette contrôlabilité visuelle prononcée ne se retrouve jamais dans les palais et apparaît dans des proportions plus ou moins grandes dans les édifices suivants : Achladia, House 1 Chania, House of the Frescoes, Royal Villa, South House, Delta Alpha, Zeta Alpha, Palaikastro X, House of the Pillar Partitions, Vathypetro.

124 Dans la Royal Villa, le présumé bain lustral (5) a une profondeur de 3 alors que la profondeur moyenne est de 4,162 ; dans la maison Zeta Beta, le présumé bain lustral (9) a une profondeur de 3 alors que la profondeur moyenne est de 3,286 ; dans le cas de la Xeste 3, le bain lustral (3a) a une profondeur de 5 alors que la profondeur moyenne est de 5,273. Il convient d’admettre qu’à la différence de la Royal Villa, les deux derniers exemples présentent une profondeur qui se distingue nettement moins de la profondeur moyenne.

125 La seule exception pourrait être le bain lustral (17) de la première phase de Vathypetro. Néanmoins, l’ouverture entre 17 et 18 est des plus hypothétiques.

126 Bien qu’il y ait quelques exceptions (Tylissos A, Royal Villa, Zeta Alpha, palais de Gournia et palais de Zakros 24), les valeurs d’intégration de ces bains lustraux ne sont jamais franchement inférieures à l’intégration moyenne.

127 Nous renvoyons à la description des différents édifices pour les raisons ayant mené à l’identification de ces cellules néanmoins, la présence d’un système d’évacuation d’eau est souvent une des raisons principales. De plus, l’implantation isolée de ces espaces contribua très certainement à leur interprétation en tant que sanitaires et préfigure les résultats de l’analyse syntaxique.

128 À l’exception de la House with the Snake Tube, de la House A d’Agia Irini (34) et palais de Zakros II (quartier sud-ouest). Néanmoins, comme nous le verrons, la latrine (8) de la House with the Snake Tube n’en demeure pas moins la cellule de l’édifice dont la ségrégation est la plus forte. La salle de bain (34) de la House A a une profondeur de 4 qui n’est qu’à peine inférieure à la profondeur moyenne de 4,063. Même si la latrine de l’extension sud-ouest du palais de Zakros II dispose d’une profondeur inférieure à la profondeur moyenne de 4,216, il est fort probable que cette extension ait eu une certaine indépendance par rapport au palais et qu’à ce titre, la latrine en était alors la cellule la plus profonde.

129 Seule la cellule 6 de la seconde phase du bâtiment Ea fait exception en la matière.

130 Ea III (6), palais de Phaistos (quartier nord-est), House with the Snake Tube (8), House A Agia Irini (24) et West House (lavatory).

131 Il convient néanmoins de préciser qu’aux yeux de nombreux chercheurs, hygiène, ablutions et purification rituelle pourraient avoir fait partie d’un même registre d’activités (Platon 1971 : 181-183 ; Hitchcock 2000 : 160-163).

132 À ce titre, et si l’on considère les récurrences formelles entre les différents bains lustraux du corpus, ces derniers tiendraient évidemment d’une solidarité trans-spatiale assez marquée.

133 Celles de la House with the Snake Tube et du Quartier des Artisans faisant exception. Au sujet de ces dernières, il convient toutefois de préciser qu’elles se retrouvent au sein d’un contexte particulier : des bâtiments dont la fonction artisanale dominante apparaît très clairement.

134 Dans ces deux cas de figure, bien que la salle à colonne et/ou foyer central s’implante au quatrième niveau de profondeur, l’existence d’un étage en diminue la profondeur relative.

135 Deux des salles à colonne du Quartier des Artisans (A. 4 et B. 2) font à nouveau exception.

136 Zeta Beta (17), North House (17), Fd (14), Vasiliki M (3), Chalinomouri I et II (6) ainsi que toutes les pièces assimilées aux salles à colonne et/ou foyer central à l’exception de la pièce 5 de Palaikastro N.

137 Certaines d’entre elles ont malgré tout une valeur de contrôle inférieure à 1 et, par conséquent, très peu marquée : Artisans’Quarter B (2), Chalinomouri II (6), West House (3).

138 House 1 Chania (11), Zeta Beta (17), House with the Press (1), Vasiliki M (3), Artisans Quarter A (4), Artisans Quarter B (10), Prasa B (1), Stou Kouse (1), Rousses (1), Palaikastro N (5) et Choiromandres (1).

139 Elles ont comme caractéristique commune d’être dotées de piliers ou de colonnes dessinant une forme rectangulaire : Sklavokambos (15), Unexplored Mansion (H), Epsilon (13/14), palais de Galatas I (17) et Palaikastro B I et II (6).

140 Seule la salle de Palaikastro (6) de la première phase de Palaikastro B affiche une profondeur égale et non inférieure à la profondeur moyenne.

141 À Sklavokambos dans la partie sud de l’édifice (cellules 14-19), au Sud-ouest d’Epsilon (cellules 12-19) et dans l’aile est du palais de Galatas.

142 Unexplored Mansion (H), Zeta Beta (17), Agia Varvara (1), Palaikastro 5 (5), Pitsidia (10), Rousses (1), Sklavokambos (15), Vasiliki M (3) et Artisans’Quarter B (10).

143 House 1 Chania (11), Choiromandres (1), North House (17), House with the Press (1), House with the Snake Tube (3), Palaikastro N (5), Prasa B (1), Stou Kouse (1), Artisans’Quarter A (4), Artisans’Quarter B (2), Chalinomouri I et II (6) et West House (3).

144 Cellules contenant du matériel de type rituel et/ou dont l’identification en tant que zone cultuelle est plus généralement acceptée.

145 Cellules d’identification incertaine.

146 Cellules contenant des vases de stockage et/ou dont l’identification en tant que zone de stockage est plus généralement acceptée.

147 Tylissos A (3), Royal Villa (10), South House (3), palais de Malia (VII 4) et Achladia (9).

148 À l’exception de la salle à pilier (11) durant la deuxième phase de Vathypetro.

149 Tylissos C (2), Palais de Malia I et II (VII 4), Vathypetro I et II (11).

150 À l’exception de la crypte à pilier (3) de la South House et de la salle à piliers (38) du Little Palace.

151 Achladia (9), House of the Chancel Screen (10), Little Palace (17 et 40), Royal Villa (10), Mitropolis-Kannia (11-13), palais de Phaistos (72), Tylissos A (3), Tylissos C (2), Vathypetro I et II (10) et House A Agia Irini (31).

152 En prenant en considération les différentes phases de certains édifices, on dénombre 159 cellules pouvant être identifiées en tant que zones de stockage.

153 L’identification de réserve précieuse est exclusivement le fait des fouilleurs et ne découle pas d’une interprétation personnelle. Sont considérées comme réserves précieuses les cellules que les fouilleurs définirent comme contenant les objets les plus riches et les plus précieux d’un édifice. En ce qui les concerne, nous renvoyons à la description individuelle de chaque bâtiment.

154 House 1 Chania (12), Tylissos A (5), Sklavokambos (12), House of the Chancel Screen (7 et 9), South House (15), Nirou Hani (16-18), palais de Malia I (XI), palais de Malia II (VIII et XI), Zeta Alpha (6 et 26-28), Ea II (10), Epsilon (47a-c), Agia Varvara (5), palais de Galatas I (7), Mitropolis-Kannia I (11 et 12), Mitropolis-Kannia II (6, 11 et 12), Stou Kouse (4), House with the Press (5), palais de Gournia (5-7), Makryghialos (7-9), Klimataria-Manares (8-10), Palaikastro N (3, 8-10, 17 et 18), Palaikastro N (8 et 9), Palaikastro 5 (7-9, 13 et 19), Palaikastro B I (22), palais de Zakros II (2-8 et 25), C. 3 (8), Chalinomouri I et II (2), House of the Foreign Pottery (8 et 10), Plateia Building (9 et 10/15), House A Agia Irini (31), West House (5-7).

155 Quand elles ne sont pas de type a, ces zones de stockage se développent en enfilade et disposent alors souvent d’une valeur de contrôle assez significative : South House (15), Epsilon (47a-b), Mitropolis-Kannia I et II (12), Makryghialos (8), Palaikastro N (8 et 9), palais de Zakros II (2 et 3), West House (5 et 7), Klimataria-Manares (10) et Plateia Building (9).

156 Sklavokambos (11), Tylissos C (8), Little Palace (17), Unexplored Mansion (M, N et P), Nirou Hani (24, 25 et 31), palais de Malia I (I et VIII), palais de Malia II (I), palais de Phaistos (27-30 et 33-37), Mitropolis-Kannia I (13), Palaikastro N (7), C. 3 (10), House A Agia Irini (Pithos Store), West House (6’), Stou Kouse (5), Plateia Building (3/4/5). Parmi celles de ces cellules qui ne sont pas de type a, on retrouve souvent des espaces dotés d’une certaine valeur de contrôle.

157 Bien qu’il soit difficile de se prononcer à leur sujet étant donné la mauvaise connaissance que l’on a des ailes ouest, sud et nord du palais de Galatas, les magasins (5-10) pourraient faire partie de cette catégorie.

158 Si l’on considère que toutes les autres réserves précieuses font partie de la première catégorie, on est en droit de se demander si l’identification de Zeta Beta (1) en tant que telle est bien justifiée.

159 Ainsi, si l’on considère que certains vestibules contenaient les traces d’une activité artisanale (on y retrouva parfois des meules - voir par exemple McEnroe 1982 : 7 et 10), il n’est pas impossible que ce type de zone de stockage y aient été associé. On pourrait donc imaginer que les grains étaient apportés dans les réserves en question et étaient alors moulus dans le vestibule. Dans le cas de la North House et de Vasiliki M, la présence de ce type de zone de stockage n’était peut-être pas étrangère à leur proximité par rapport à la salle à colonne et foyer central que contiennent ces édifices.

160 House 1 Chania (12), Zeta Beta (3), Agia Varvara (4), palais de Gournia (29), Artisans’Quarter B (2), House A Agia Irini (Weaving Room). À l’exception de la cellule du palais de Gournia, ces différentes zones artisanales sont de type a. Dans le cas des trois premiers exemples, il peut également être intéressant de faire remarquer que l’espace en question est assez étroitement associé à une salle à colonne et/ou foyer central.

161 C. 3 (14) et Plateia Building (1). Dans un cas comme dans l’autre, la présumée cuisine est une cellule totalement indépendante du reste de l’édifice et on est en droit de se demander si elle desservait réellement l’édifice ou l’extérieur de celui-ci. Dans le cas du Plateia Building, il pourrait s’agir de l’endroit où l’on préparait les repas communautaires imaginés par les fouilleurs (McEnroe et al. 2001 : 86-88), ces derniers ayant pu prendre place sur l’espace publique sur laquelle ouvrait justement la cellule 1.

162 Tylissos C (13), Zeta Beta (13), Stou Kouse (4), North House (3), Achladia (4 et 5).

163 Palais de Galatas (11 et 12) dans le cas de l’aile est, palais de Zakros II (32), à l’échelle de l’édifice dans son ensemble.

164 De manière générale, cette remarque vaut pour l’ensemble du corpus et ce, même si certaines cellules présentent d’indéniables récurrences syntaxiques. À ce titre, il convient de préciser que, par manque de récurrences, les zones à vocation rituelle présumée ne sont pas traitées de manière synthétique dans la partie relative à l’analyse de la syntaxe spatiale de ce chapitre (à l’exception des palais que nous aborderons ci-dessous). Aussi, à leur sujet, nous renvoyons à l’étude individuelle de chaque bâtiment.

165 En ce qui concerne ces derniers, nous renvoyons à l’étude individuelle de chaque bâtiment. Cependant, certaines considérations relatives à la lumière et la ventilation seront évoquées dans la synthèse proxémique.

166 Évidemment, chaque édifice ne sera pas réexaminé ici par le menu. Les plus représentatifs des propriétés syntaxiques en question seront mis en évidence sans pour autant qu’ils soient systématiquement considérés comme des modèles récurrents.

167 De fait, la House 1 de Chania possède un facteur de différence relativement bas, indiquant le potentiel qu’aurait la configuration de l’édifice à structurer et catégoriser les activités en son sein.

168 L’échelonnement des valeurs d’intégration et le facteur de différence ne subissent pour ainsi dire pas de modifications lorsque l’extérieur n’est pas pris en compte.

169 Bien que cette cellule puisse avoir joué le rôle d’une loge de portier, il n’est pas impossible qu’elle corresponde également à la dernière catégorie de zone de stockage que nous avons évoquée ci-dessus.

170 Évidemment, il n’est pas impossible qu’un secteur de nature privée ait existé à l’étage. Cependant rien ne nous permet d’avancer quelque hypothèse que ce soit au sujet de ce dernier dans la mesure où il ne fait l’objet que d’une restitution.

171 À ce sujet, la sphère de communication interpersonnelle donne l’image d’une zone au sein de laquelle on usait probablement de modalités intimes/personnelles et/ou sociales et qui ne disposait évidemment pas d’une superficie permettant à un grand nombre de personnes de se rassembler.

172 Dans leur secteur respectif, la salle minoenne et la salle à foyer sont les cellules les mieux intégrées et en constituent donc le noyau.

173 House of the Chancel Screen (1,174) et House 1 de Chania (1,645).

174 Dans le cas de ces édifices, la salle à colonne et/ou foyer central pouvait évidemment, entre autres fonctions, servir de pôle d’accueil alors qu’au-delà de cette dernière se développait un secteur plus privé, souvent desservi par un espace de transition. Dans le cas d’Agia Varvara ou de la maison Ea (fig. 221-223 et 226) de Malia, on peut également se demander si la cour d’entrée, dotée d’une banquette, n’était pas à même de jouer ce rôle de pôle d’accueil.

175 Au sujet du rôle d’annexe, nous renvoyons à la description individuelle de ces bâtiments.

176 La différentiation la plus nette et la plus élémentaire étant évidemment celle entre les espaces de circulation qu’étaient les couloirs et les espaces d’occupation (au sens large du terme) qu’étaient les cellules s’y rattachant.

177 La volonté d’une distanciation par rapport à l’extérieur et d’une certaine clarté architecturale se combinant plus que certainement dans bon nombre d’exemples. À ce titre, l’édifice B du Quartier des Artisans de Mochlos (fig. 559 et 561) est assez intéressant.

178 On retrouva également des cornes de consécration qui appartenaient soit à la pièce à colonnes ou venaient couronner la façade de la cour (PoM II : 967, fig. 930).

179 Des irrégularités d’appareillage du mur faisant face à l’escalier évoquent la possibilité de l’existence d’un deuxième escalier qui aurait été muré.

180 C’est au sein de cette pièce qu’on retrouva les ossements d’une vingtaine de personnes (PoM II : 970-973, fig. 933-934 mais surtout p. 987-992, fig. 943).

181 Aucune trace d’enterrement ne fut repérée dans la Inner Chamber mais on y mit au jour, dans l’angle nord-est, une fosse contenant quelques vases élégants ainsi que des objets en bronze, en ivoire et en alabastre (PoM II : 973-978, fig. 935-938 mais surtout p. 1002-1014, fig. 953-963).

182 Thaler a également attiré l’attention sur cette disposition particulière (Thaler 2001). En termes de valeur de contrôle, l’espace le plus important est le passage depuis l’extérieur (1,500) suivi de la cour, de l’antichambre, de la crypte à piliers et des deux escaliers (1,333) (fig. 678).

183 On retrouve évidemment ici une expression des visées élémentaires d’un agencement arborescent (voir ci-dessus). C’est le cadre (sacré) qui nécessite leur matérialisation qui distingue la Temple Tomb du reste des édifices du corpus.

184 À ce titre, il est intéressant de constater que le vestibule (A) a une valeur de contrôle assez prononcée (2,000).

185 Le vestibule (B) était largement ouvert sur l’extérieur et ne révéla aucune trace de seuil ou de porte.

186 En effet, qu’ils aient travaillé dans les zones artisanales (3 et 5), qu’ils aient pénétré dans l’édifice depuis le vestibule (B), qu’ils aient séjourné dans les pièces dont on estima qu’elles purent avoir une nature plus privée (découverte d’une bague en argent et de perles en 16) ou qu’ils aient été occupé à la cuisine (12-13), les divers membres du groupe des résidents pouvaient se réunir au sein de la salle à colonne et foyer central (17) par laquelle il fallait systématiquement passer pour aller d’un secteur de l’édifice à un autre.

187 Il est intéressant de constater qu’hormis l’anneau externe, le reste de l’édifice se développe de manière arborescente et asymétrique, un type d’agencement qui permet plus aisément de cadrer les circulations et les activités.

188 Par « interactions locales » on entend activités prenant place au sein de la pièce même et par « proximité spatiale » on implique l’existence d’un rassemblement de personnes dans l’espace. Ainsi, un repas commun (regroupant par exemple les résidents) pris autour du foyer rentrerait dans cette catégorie d’« interactions locales dépendant de la proximité spatiale ».

189 Dans ces deux bâtiments, la cellule 5 est très bien intégrée au système et affiche une valeur de contrôle non négligeable (particulièrement dans le cas de Palaikastro N).

190 On constate par exemple qu’au sein de Palaikastro N, le vestibule (2) joue localement un rôle d’articulation assez similaire à celui de la pièce 5 alors que dans Palaikastro 5, l’accès principal à l’édifice est très élaboré, les accès à l’étage hors de l’empreinte directe de la pièce principale au même titre que le secteur nord-est et, bien évidemment, que le sanctuaire (1-2-13).

191 À ce titre, il est intéressant de constater que le vestibule (1) possède la valeur de contrôle la plus élevée de l’édifice (2,700).

192 Il convient de préciser que le plan justifié qui considère l’escalier comme une seule et même cellule (constante dans l’analyse de la syntaxe spatiale) et chaque palier comme un espace de transition ne rend pas réellement compte de l’expérience qui était faite du bâtiment. En effet, l’escalier était en lui-même doté d’une certaine profondeur, en grimper deux volées (jusqu’à la salle à colonne) ne représentait pas la même expérience que de les emprunter toutes jusqu’au toit terrasse.

193 Voir ci-dessus.

194 Comme évoqué, le stockage pourrait avoir été l’une de ces activités. L’existence d’un escalier secondaire, couplée à la présence d’un vaste espace dépourvu de portes, pourrait évoquer la présence d’une zone de stockage plus isolée (à plus long terme ?) au sein de ce dernier.

195 Il est certain que l’artisanat faisait partie de ces activités (cellule 17) mais on pourrait également imaginer que les cellules 18 et 19 aient formé un secteur de nature plus privée, comme par exemple une zone de repos.

196 Nous reviendrons ponctuellement par la suite sur cet état de fait.

197 Le palais de Galatas fait exception à la règle. En effet, durant la seconde phase, nous n’avons envisagé que l’aile est.

198 Dans une plus ou moins grande mesure, cette constatation vaut évidemment pour toutes les propriétés syntaxiques.

199 À l’exception de Makryghialos et, dans une moindre mesure, Zakros, les valeurs d’intégration sont largement supérieures à 1.

200 Palais de Malia (corridor I 7, double vestibule nord, corridor nord-est, corridor sud-est et passage sud) ; palais de Galatas (corridor nord-ouest, escalier nord-est, passage sud-est) ; palais de Phaistos (corridor 7, Grand Propylée, cellules 53-52) ; palais de Gournia (couloir des sous-sols, portique nord doublé des vestibules 19 et 20bis, escalier du premier étage) ; palais de Makryghialos (corridor 6, passage 12) ; palais de Zakros (corridors 69, 49 et 38). Les seules exceptions à cette règle se retrouvent dans l’accès à des secteurs très particuliers comme les zones cultuelles directement accessibles depuis l’extérieur à Malia (XVIII 1) et Phaistos (8 et 10) ou l’extension sud-est de Zakros (encore que la cellule 21 puisse être considérée comme un vestibule).

201 Nous renvoyons à la description individuelle de ces édifices pour la mention de l’existence de systèmes de fermeture associés à ces espaces de transition.

202 À ce titre, il faut faire remarquer que l’étage principal du palais de Gournia tel que reconstitué par Soles présente un caractère agglutinatif assez prononcé.

203 Zakros faisant évidemment exception en la matière.

204 Palais de Malia (0,800 ; 4,483), palais de Galatas (1,050 ; 4,333), palais de Phaistos (0,842 ; 2,083), Makryghialos (0,504 ; 2,617), palais de Zakros (0,547 ; 4,417). Le palais de Gournia ne possède pas de cour centrale à proprement parler. En son sein ledit Central Hall (21) est malgré tout une cellule très intégrée.

205 « […] the diagnostic feature of a Minoan Palace » (Davis 1987 : 161).

206 L’impact de l’extérieur sur la configuration de cet édifice fut commenté ci-dessus.

207 L’échelonnement de leurs valeurs d’intégration et leurs facteurs de différence changent peu.

208 La cour centrale à Malia, Galatas, Phaistos et Zakros ; la cellule 25 et le Central Hall (21) à Gournia.

209 À l’exception de celle de l’aile est du palais de Phaistos.

210 Au sujet de l’implantation des différentes salles minoennes et des implications qu’elle a en termes syntaxiques, nous renvoyons à l’analyse individuelle de chaque bâtiment.

211 Voir également Hillier 1996 : 249.

212 Dans chaque exemple, la cour centrale est mieux intégrée que la (les) salle(s) minoenne(s) qui, quant à elle(s), est (sont) mieux intégrée(s) que le(les) bain(s) lustral(aux). Il peut également être intéressant de constater qu’on peut également distinguer les deux catégories principales de zones de stockage. En effet, certaines sont mieux intégrées que la salle minoenne, d’autres sont dans un plus net état de ségrégation.

213 Voir également Hillier 1996 : 241-244 pour la mise en parallèle de ce concept de programme fort/modèle long avec celui de ‘ modèle mécanique’établi par Lévi-Strauss.

214 Hillier donne l’exemple d’un palais de justice afin d’illustrer un programme fort : « Take a court of law, for example, which has probably the most complex strong-programme interface in any major Western building type. The complexity of the programme arises from the fact that there are numerous different categories of persons who must all be brought into the same interface space in well-defined relations. […] The court of law has as many entrances as categories of participant, and all entrances have the property of noninterchangeability. Usually each independent entrance is associated with an independent route, or at least with a route that intersects only minimally with others. Each category is likely also to have and independent origin and destination in and around the courtroom space. » (Hillier 1996 : 251-252).

215 Afin d’illustrer ce concept, Hillier donne l’exemple de la rédaction d’un journal : « Now let us consider a contrary case : the weak-program building. Impressionistically, [the editorial floor of a leading London daily newspaper] is the opposite of the courtroom. It appears to be a hive of activity, with a high degree of apparently random movement and static encounter. […] The function of space is to be creative by facilitating and extending the network of unprogrammed encounters necessary to the efficient running of a newspaper. » (Hillier 1996 : 253-255).

216 En effet, l’analyse syntaxique des différentes cellules ou agencements tend à souligner une certaine hétérogénéité. Par contre, les relations entre ces derniers affichent souvent une certaine récurrence (dans le cas de leur génotype d’inégalité d’intégration par exemple, ou dans l’articulation et le séquençage des espaces, qu’ils s’insèrent dans un système annulaire ou arborescent).

217 « Each Minoan building is conceived as an interwoven set of clusters made up of particular kind of cells, each cluster given over to specific functions, and each cluster connected to every other by means of a spatial and topological syntax which itself remains constant across its many physical permutations and transformations in response to the particulars of a given building program. » (Preziosi 1983 : 155). Preziosi créa également une méthode de représentation des connexions spatiales afin d’analyser la syntaxe spatiale minoenne mais se s’y attarda pas réellement (Preziosi 1983 : 157-161, fig. II. 72-97).

218 Le climat, la topographie, les matériaux disponibles, le niveau technologique, les ressources économiques, la fonction ainsi que l’existence de conventions culturelles.

219 Cette remarque s’applique particulièrement aux principaux palais (Knossos, Malia, Zakros, Phaistos, Galatas). Cependant, il existe des édifices comme Makryghialos, Gournia (et sans doute Petras) qui adopte partiellement un vocabulaire palatial mais n’affichent pas une aussi stricte matérialisation du génotype que leurs cousins.

220 L’étude de l’édifice A du Quartier des Artisans de Mochlos illustra à quel point le contexte immédiat d’un bâtiment pouvait le lieu d’un dialogue subtil entre intérieur et extérieur. Dialogue que, malheureusement, nous ne sommes plus à même d’appréhender dans bon nombre de cas. Certains édifices minoens s’inscrivaient également dans un contexte bien plus large, une topographie générale instaurant un dialogue dépassant de loin le cadre restreint du domaine interne. Nous aurons l’occasion de revenir brièvement sur ce point dans la synthèse proxémique.

221 Dans certains cas de figure, noyau de rassemblement et zone d’accueil se fondaient probablement en un seul espace.

222 À ce titre, nous renvoyons également au troisième chapitre et à l’étude synthétique des cours ouest et centrales.

223 Voir introduction théorique. Il peut être utile de préciser qu’on retrouve chez Cousin une manière de concevoir les rapports entre environnement et être humain qui n’est pas sans rappeler la théorie écologique de la perception de Gibson (Gibson 1979). D’après ce dernier, l’agent et son environnement sont liés par une série de propriétés actionnables (affordances), il s’agit en quelque sorte de propriétés naturelles auxquelles on répond en quelque sorte intuitivement.

224 À nouveau, pour toute information précise relative à un édifice en particulier, nous renvoyons à l’analyse de ce dernier.

225 Leur éventuel usage d’autres systèmes de fermeture tels que des tissus ou des parois amovibles en matériaux légers qui n’ont évidemment laissé aucune trace est encore moins connu.

226 On insista également assez souvent sur son rôle de barrière contre la pénétration des eaux de pluie.

227 Évidemment, d’autres surfaces ou objets peuvent interagir et contraindre davantage le mouvement (Gibson 1979).

228 C’est le cas par exemple dans la South House ; la House of the Frescoes ; l’entrée (18) de la Royal Villa ; l’entrée nord du palais de Malia ; la maison Ea ; Agia Varvara ; l’entrée (1) de Palaikastro X ; Mochlos C. 3 ; etc.

229 Comme par exemple dans le vestibule (6) du Plateia Building de Pseira ; de Mitropolis-Kannia ; vestibule (19) du palais de Gournia ; porche (13) de Sklavokambos ; etc.

230 C’est notamment le cas à Palaikastro avec le blocage d’une des portes du dithyron du bâtiment N et la construction du mur au milieu du vestibule (15) du bâtiment 5.

231 Comme par exemple à Tylissos C ; Zeta-Beta et Epsilon à Malia, etc.

232 Voir par exemple : House 1 Chania ; vestibule (1) de la Royal Villa ; Nirou Hani ; entrées sud et sud-est du palais de Malia ; Delta Alpha ; corridor (7) du palais de Phaistos ; Palaikastro N ; entrée (14) Palaikastro B ; entrée (7) de Palaikastro X ; etc.

233 Salle minoenne de la House 1 Chania ; salle minoenne de la Royal Villa ; salle minoenne de Nirou Hani ; cour centrale du palais de Malia ; salle minoenne de Delta Alpha ; cour centrale du palais de Phaistos ; cellule (5) de Palaikastro N ; salle de Palaikastro (6) de Palaikastro B ; salle à deux colonnes (3) de Palaikastro X ; etc.

234 Voir par exemple : Prasa B ; Maison de la cave au pilier ; Stou Kouse ; Rousses ; Choiromandres ; Chalinomouri ; etc.

235 Comme nous venons de le faire remarquer, il est possible que dans certains édifices et en certaines circonstances, des lignes de vision non entravées aient été mises à profit pour aiguiller localement les circulations.

236 « Within a cohesive group, conceptual attitudes from cultural conventions which then become incorporated into future segments of the built environment, which, in turn, will cue later judgments and expectations. […] For the user, architecture provides physical reminders of accepted sociocultural rules and conventions. Architecture acts to reinforce and make perceptible those conventions by providing repetitive cues to acceptable behavior in any given situation. » (Sanders 1990 : 45-46).

237 « […] the Minoan structure controls access through carefully calculated surprise and illusion. » (Preziosi 1983 : 105) ; Hitchock, au sujet des couloirs d’accès à la partie méridionale de l’aile ouest du palais de Phaistos : « Other than gaining access to the ‘ Basins’ there is little other purpose to this devious journey, which must be repeated to leave or go to other parts of the ‘Palace’. The ‘Basins’ and the route of access take up much of the south half of the West Wing. The sequence of movements and the space involved call to mind the symbolic enactment of a journey. » (Hitchcock 2000 : 181).

238 On pourrait ainsi imaginer que déboucher depuis un passage relativement sombre et étroit sur la cour centrale illuminée pouvait constituer une expérience assez frappante, la lumière pouvant également faire office d’attracteur de mouvement.

239 Les repères en question sont : Hall (seuils de communication interpersonnelle), Cousin (ellipse de vision) et Higuchi (règle de Märtens et zone de vision optimale). Pour un énoncé précis des critiques formulées à l’encontre des théories proxémiques de Hall, voir Sanders 1990 : 47-49.

240 À ce sujet, il convient de préciser qu’en l’absence de point focal particulier, elles furent généralement disposées au centre de l’espace envisagé.

241 Dans le cadre de l’évocation de ces représentations le terme ‘ acteur’ sera utilisé par la suite pour évoquer la personne ou les personnes y étant des agents actifs et le terme ‘ spectateur’ sera utilisé pour évoquer la ou les personnes observant ou étant de nature plus passive.

242 Une telle situation aurait pu avoir lieu si, comme Evans, on imagine que le bain lustral était le cadre d’un rituel d’onction ou, comme l’évoquèrent de nombreux chercheurs, le cadre d’une purification rituelle constituant une étape nécessaire à l’accès à certaines parties d’édifices.

243 L’existence même de la balustrade prouve qu’une communication était souhaitée entre les deux espaces. Cependant, rien ne permet d’affirmer qu’elle était visuelle, auditive ou olfactive. De plus, il se pourrait également que la balustrade ait été rendue nécessaire pour garantir une certaine luminosité au niveau inférieur du bain lustral.

244 Évidemment, il est possible que des éléments mobiliers ou en matériaux périssables aient pu jouer ce rôle. En termes de superficie, étant donné que ce type de cellule correspond souvent plus ou moins à l’étendue de la sphère sociale, une superficie moyenne de 10m ² peut leur être attribuée. Néanmoins, dans certains édifices, leur superficie était plus importante sans pour autant dépasser 20m².

245 D’après Hall, cette distance est, par excellence, celle qu’on retrouve assez fréquemment associée aux rassemblements informels (Hall 1970 : 153).

246 Cette remarque vaut pour les espaces dotés d’un pilier unique. Les espaces dotés de plusieurs piliers ont souvent une superficie bien plus conséquente et, dans certaines circonstances, sont plus étroitement liés à des espaces annexes.

247 Dans certaines circonstances, on préféra le puits de lumière à la salle principale. Cela étant dit, ce choix n’implique en rien l’existence d’une représentation particulière.

248 Ce qui nous semble important, c’est l’apparent souci d’un contrôle de l’accès (le ‘ dialogue’évoqué) et non l’idée d’une rupture entre le bâtiment et son contexte d’implantation.

249 Nous renvoyons également à la description individuelle des bâtiments sélectionnés pour de plus amples considérations en la matière.

250 Voir par exemple l’espace ouvert situé au Nord de la House with the Press à Kommos (Shaw et Shaw 1996) ainsi que l’espace ouvert associé au quartier C de la ville de Gournia (Privitera 2005).

251 À ce titre l’analyse de la syntaxe spatiale a également développé une batterie d’outils permettant de passer au crible la configuration du tracé urbain (Hillier et Hanson 1984 ; Hillier 1996). Évidemment, au-delà de ce contexte immédiat, l’implantation topographique au sens large est d’un intérêt capital.

252 « In general, we can say that the sequencing of space normally occurs when (and perhaps only when) there are culturally or practically sanctioned functional interdependencies between occupation zones which require movement to be an essential aspect of these interdependencies and therefore to be internalized into a local functional complex of spaces. » (Hillier 1996 : 325).

253 D’autant plus si l’on admet que, dans certains cas, la fonction théorique d’une pièce (c'est-à-dire notamment la raison pour laquelle elle a été construite et aménagée) ne correspond pas toujours de manière stricte à l’usage pratique qui en est fait (Kamp 1994 : 307) et que ce dernier peut même changer de manière saisonnière ou au long de l’histoire du bâtiment (Cutting 2006 : 241).

254 À ce titre, s’inspirant de Portnoy (Portnoy 1981), Kamp fait quelques remarques intéressantes, notamment sur la différence entre frontstage et backstage : « Frontstage arenas, required for public activities, necessitate specified physical settings for the performance to be effective ; thus a certain degree of standardization is implied. For backstage areas, the settings for more private activities, more emphasis should be on functionality, which may also produce standardized suites of attributes associated with particular activities but which allows more variability in aesthetic qualities. The problem is both to determine the cultural activities seen as frontstage or backstage and to ascertain the physical features of space associated with each. Some cross-cultural regularities in these types of activities can be identified. Portnoy has noted a tendency for certain types of activities such as defecation, adult sex, and long-term storage of low-value objects to be considered backstage activities, while others such as entertainment of guests are invariably considered frontstage. Activities such as cooking may exhibit more variability in status. Thus, the difference between backstage and frontstage activities seems to depend on both the relative importance of the activity as a public display and the cultural mandate for privacy. Portnoy suggests that even in very flexible room-use situations, backstage activities tend to be clustered in certain regions and frontstage activities in others. » (Kamp 1994 : 300-301). Quelques considérations avancées dans la synthèse sur la syntaxe spatiale tendent à refléter certaines de ces constatations.

255 Pour l’usage du terme ‘koinè’ dans l’architecture minoenne, voir Preziosi 1983 : 106 ; Driessen 1989-1990.

256 Selon Palyvou, ces variations sont l’essence même de l’architecture minoenne (Palyvou 1999 : 613-614).

257 Un simple examen de leurs plans justifiés respectifs permet de s’en rendre compte. C’est évidemment l’existence d’une configuration articulée autour d’une cour centrale qui distingue essentiellement les deux édifices.

258 On retrouve cette évocation d’une institutionnalisation (en quelque sorte la distinction entre un programme fort - modèle long - et faible - modèle court) dans la différence que Hillier fait entre une fête et rituel : « […] a ritual is a set of behaviours in which all sequences and all relations are specified by rules - that is, it is a long-model event. Of its nature, a ritual eliminates the random. Its object is to conserve and re-express its form. A party, on the other hand, while it may be casually described as a social ritual, is a shortmodel event. Its object is morphogenetic : the generation of new relational patterns by maximising the randomness of encounter through spatial proximity and movement. » (Hillier 1996 : 244-245). Dans cet ordre d’idée, même si Driessen évoque l’existence de courts closes depuis le MA IIA (Driessen 2002 : 8), l’évolution vers plus de fermeture qui caractérise le néopalatial pourrait trahir des manifestations ‘festives’ tendant à se ‘ritualiser’. Toute une série d’éléments tendent à illustrer ce phénomène notamment en ce qui concerne l’appropriation symbolique par le palais d’une série de lieux ‘festifs’ importants comme les sanctuaires de sommet et les caves (voir les remarques concernant la cour centrale dans la synthèse proxémique ; Driessen 2004 ; Hitchcock à paraître). Pour une récente analyse de ce phénomène, voir Letesson et Driessen 2008.

259 Nous pensons là particulièrement à Gournia (qu’il s’agisse du palais et de la place publique ou même du secteur C et de l’espace ouvert qu’il encadre et circonscrit donc plus nettement), au Plateia Building de Pseira, à l’édifice B. 2 de Mochlos mais également à des bâtiments comme Nirou Hani, le bâtiment 5 de Palaikastro en regard de la zone 6 (bien que cette dernière puisse avoir été plus circonscrite), etc.

260 Il est évident que la réalité n’est pas aussi simple dans la mesure où l’ordonnancement syntaxique ne fut certainement pas le seul indice induisant les comportements adéquats au sein des palais.

261 En ce qui concerne ce concept de ‘lieu privilégié’, nous évoquerons ci-dessous la théorie des « established houses » (voir Driessen à paraître b).

262 La permanence pourrait aussi être comprise comme l’utilisation/existence sur le long terme et, dans ce cas, il est évident que les palais de Knossos, Malia et Phaistos (dont il est certain qu’ils connurent une histoire remontant assez haut dans l’histoire minoenne - Tomkins à paraitre ; Todaro à paraitre) correspondent à cette image.

263 « Societies with a more segmented and differentiated culture […] will tend to use more segmented activity areas. They also will use more segmented cultural material or partitioned architecture, functionally discrete objects, and gender-restricted items. » (Kent 1990 : 128).

264 « […] other variables than the amount of sociopolitical complexity in a culture are influencing the utilization of gender-specific space. » (Kent 1990 : 149). Quoi qu’il en soit, notre recherche ne se focalisera pas du tout sur l’existence éventuelle de ce type d’espace.

265 Kent va même plus loin et affirme : « At a higher level of abstraction, it is thought that human societies contain a dialectical tension between segmentation and unity (or lack of segmentation) […] As an attempt to mediate the dialectical tension between segmentation and unity, there is a need to organize parts of culture in a systematic manner which, as a consequence of this tension, includes maintaining a consistency in the amount of segmentation present in the sociopolitical, economic, and other parts of culture. The segmentation is systematically reflected in the organization of space (i. e. behavior) and in the organization of architecture. » (Kent 1990 : 150) ; à ce sujet, voir également Hanson 1998 : 105, n. 5.

266 « […] African segmentary lineage systems […] represent complexity without centralization or hierachies. As such they do not fit the more traditionnal hierarchically evolutionary schemes which are dependent on centralization and ranking of power. » (Kent 1990 : 149).

267 Évidemment, une étude plus ciblée de bâtiments protopalatiaux serait nécessaire afin de pouvoir se prononcer réellement sur le sujet. Cependant, il est évident que la segmentation de l’espace était nettement plus affirmée au néopalatial qu’elle ne semble l’avoir été au protopalatial (ce qui ne revient pas à dire que l’espace n’était alors absolument pas segmenté) : « […] in Middle Minoan domestic buildings seem, as a rule, to be multifunctional. » (Driessen 1989-1990 : 8).

268 Driessen à paraître b. Ses estimations admettent une personne par 10m² ce qui est déjà compter large si l’on se fie aux estimations récemment proposées par Cutting : « Buildings housing small nuclear families can have internal usable floor area as low as 8 sq m ; houses sheltering extended families are likely to be multi-roomed, with more than one main living area, and with average internal usable floor areas totalling at least 75 sq m. The use, however, of inside as well as outside space is relevant. » (Cutting 2006 : 241). Il y a plusieurs années, A. Zoïs avait déjà très nettement attiré l’attention sur la taille conséquente de nombreux édifices néopalatiaux : « […] pourquoi les maisons du MR I sont-elles si grandes et si complexes ? Sont-elles encore les demeures de « familles naturelles » et, si c’est le cas, comment se fait-il que ces familles disposent de toutes ces « richesses », ou de tout ce pouvoir d’organiser, de mettre en action, d’exécuter ? » (Zoïs 1990 : 93).

269 Une famille restreinte ou étendue bien que, dans un sens, composée de différentes catégories de personnes (grands-parents, parents, enfants, oncles, etc.) n’implique pas nécessairement l’existence d’une architecture multipliant les options de circulations dans la mesure où ses membres tolèrent généralement plus facilement les interférences interpersonnelles (Sanders 1990 : 59).

270 « The fluid nature of social interaction and the associated social tensions are illustrated in, amongst other things, the interplay between open and restricted access in many monumental buildings. » (Hamilakis 2002c : 193).

271 Driessen propose l’« established house » comme mode d’organisation sociale principal mais pas unique (Driessen à paraître b).

272 La particularité du néopalatial est évidemment soulignée par Driessen : « During the Neopalatial period, rivalries between established houses - and perhaps within - seem to have intensified, showing an increasing investment in prestige artifacts. » (Driessen à paraître b) mais ne rend pas encore compte du développement flagrant de la segmentation au sein de l’architecture, segmentation qui, évidemment, ne s’exprime pas avec autant d’intensité dans tous les édifices.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540