Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Phénotype au génotype

 | 
Quentin Letesson

L’architecture néopalatiale

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Il s’agit des différentes données auxquelles mène l’analyse de la syntaxe spatiale et l’analyse vi (...)
  • 2 Dans l’un des cas, un élément est utilisé d’une certaine manière suite à la découverte de certaine (...)

1Les grands axes théoriques de nos recherches ayant été définis précédemment, ce chapitre s’attellera à aborder leur champ d’application : le bâti néopalatial. En guise d’introduction, il est nécessaire de faire mention d’un choix méthodologique particulier résultant du type d’analyse auquel nous allons procéder. Qu’il s’agisse de l’analyse de la syntaxe spatiale (dans toutes ses modalités) ou de l’utilisation de Depthmap, l’étude de la configuration architecturale a pour finalité d’élucider la manière dont l’espace construit est articulé, coordonné en tant que tel et à travers ses différentes composantes et la façon dont il est vécu, agencé, manipulé par ses occupants et/ou visiteurs. Néanmoins, une étape préliminaire consiste à isoler les propriétés spatiales basiques des bâtiments sélectionnés1. Ces propriétés sont à comprendre comme ontologiques. En effet, leur fondement génotypique leur donne une réalité fondamentale sous-jacente à toute considération relative à la fonctionnalité ou l’utilisation des édifices. Il s’agit donc de mettre en évidence certaines propriétés intrinsèques de l’architecture néopalatiale, des caractéristiques essentielles qui font d’elle ce qu’elle est. Il est évident qu’une telle démarche ne peut faire abstraction du pôle humain. En effet, comme nous l’avons évoqué à plusieurs reprises, il existe un rapport intime entre une architecture et le groupe humain dont elle est issue. On ne peut donc raisonnablement faire table rase du domaine social et n’envisager un bâtiment que sous le jour des règles, rapports et concepts spatiaux qui le constituent, pas plus que l’on ne peut ériger ces derniers en vérités figées. Il nous apparaît donc judicieux de mettre l’accent sur le fait qu’un espace architectural possède à la fois des propriétés intrinsèques (objectives) et des propriétés relatives à l’intentionnalité (subjectives). Cette dualité, que l’on retrouve d’une certaine manière dans le binôme forme/fonction, est la base de la majorité des recherches architecturales. C’est-à-dire que la façon dont le lien entre la forme et la fonction est envisagé est bien souvent le pivot des réflexions sur l’espace humain au sens large. Les interrogations à ce sujet sont multiples (Palyvou 1997 : 155-156 ; Sanders 1986 : 493, n. 5 ; Sanders 1990 : 45 ; Kamp 1993 : 296-299 et 307-309), que l’on mette en question le caractère prédictif de l’une sur l’autre ou par exemple, que l’on attire l’attention sur la fonctionnalité induite et la fonctionnalité construite (Hall 1971 : 225)2.

  • 3 Terme qu’emploie Preziosi pour qualifier les éléments constitutifs de base d’un espace bâti. Ces d (...)
  • 4 Voir également Rapoport 1977 : 82-83 pour le ‘degré de contrainte’.
  • 5 Voir notamment Preziosi 2003 où l’auteur évalue son travail sur l’architecture minoenne dans une p (...)

2Nos recherches vont, quant à elles, relever d’une archéologie de l’espace. Archéologie dans le sens où le domaine matériel (en l’occurrence les vestiges architecturaux) va être étudié comme indice primordial des comportements humains, après avoir été minutieusement décortiqué et passé à la loupe. La particularité de notre démarche tient au fait que les structures et les formes vont retenir notre attention en priorité, prenant le pas sur leur contenu. Cela signifie que les comportements humains et les considérations de fonctionnalité n’interviendront que dans un second plan, après que certaines propriétés objectives fondamentales de l’espace architectural aient été mises en évidence et que leurs relations aient été élucidées. Cette préoccupation est très nettement présente chez Preziosi qui considère qu’une dichotomie entre forme et fonction est une « abstraction injustifiée et futile » (Preziosi 1983 : 155). Son travail de pionnier en matière d’étude de la configuration architecturale reste aujourd’hui d’une actualité stupéfiante, particulièrement si l’on considère les visées de nos travaux. Pour Preziosi, considérer un corpus architectural implique d’en repérer les éléments fondamentaux à différents niveaux d’organisation pour pouvoir établir les configurations « canoniquement associées » à certaines portées de signification et de fonction (Preziosi 1983 : 195-206). Il s’agit de mettre en évidence les propriétés ontologiques de l’espace avant de tenter de comprendre les modèles d’association qui les relient au domaine du social. Preziosi conclut essentiellement que les principes formatifs de l’architecture minoenne équivalent à des modèles de relations entre éléments constitutifs plutôt qu’à des propriétés absolues de taille, d’orientation, d’alignement, de position et de détails de construction (ces éléments n’en devenant pas pour autant complètement contingents). Ainsi, les différents bâtiments pourraient être décrits comme des variantes contextuelles d’une même organisation architectonique. En d’autres termes, ce qui émerge c’est la constitution d’une syntaxe architecturale sous-jacente aux relations entre cellules3 de certains types. Il existerait, toujours selon Preziosi, une certaine ordonnance, un caractère systématique à ces relations. En effet, un certain nombre d’activités peuvent avoir lieu dans un bâtiment (on peut y dormir, manger, stocker des provisions, recevoir des invités, etc.). Ces dernières sont malgré tout contraintes par le réseau structurel lui-même (il est peu probable qu’on reçoive des invités dans les zones de stockage). En d’autres termes, alors qu’on peut en général utiliser les cellules d’un bâtiment pour un grand nombre d’activités, toutes les cellules ne permettent pas à tous les types d’activités de prendre place. C’est précisément ce « domaine de contraintes » qui génère un caractère systématique sous-jacent à la structure donnée qu’il définit (Preziosi 1983 : 202)4. Preziosi affirme donc que les bâtiments minoens doivent être abordés, à travers leurs éléments constitutifs, en termes de disposition, de connexions et de composition spatiale. La seconde étape de cette démarche étant, comme nous l’avons déjà évoqué, d’associer les modèles de configuration ainsi mis en évidence à leur (s) signification (s) dans le domaine social. C’est évidemment lors de cette seconde étape que les biais les plus importants peuvent affecter l’interprétation5. En effet, nous percevons inévitablement les caractéristiques d’une formation architectonique en fonction de ce qui tend à être intuitivement significatif dans notre propre milieu architectural. Ce que nous comprenons aujourd’hui comme une entité structurelle cohérente dans l’architecture néopalatiale (parce qu’elle correspond à une entité structurelle cohérente dans notre propre environnement) pouvait ne pas l’être pour les Minoens qui envisageaient peut-être l’élément concerné dans une toute autre perspective.

  • 6 Car il va de soi que ces réalités se nourrissent l’une de l’autre et existent conjointement, forma (...)

3Comme nous l’avons brièvement énoncé, le corpus architectural minoen est formé de propriétés que l’on pourrait qualifier d’objectives (bien qu’elles n’aient aujourd’hui de réalité qu’à travers l’interprétation que nous en faisons). Celles-ci forment le socle sur lequel se développent et s’agencent des réalités complexes d’ordre culturel qui, par essence, sont de nature moins tangible et passent souvent au crible d’interprétations éminemment subjectives. Sans verser dans le mode de pensée dualiste évoqué dans les réflexions critiques sur le cadre théorique et méthodologique6, il nous a semblé nécessaire de distinguer ces réalités et de les aborder dans le cadre d’une étude progressive. C’est la raison pour laquelle l’architecture néopalatiale est évoquée ici de manière assez neutre, c’est-à-dire sous la forme d’une description formelle limitant autant que faire se peut les différentes interprétations y étant traditionnellement associées. Les formes et les structures sont décrites mais leur contenu au sens large (manifestations sociales, fonctions,…) est essentiellement évoqué à la lumière des données produites par les différents types d’analyses. Cette démarche reflète l’état d’esprit dans lequel nous avons mené nos recherches, tentant de garder l’esprit vierge des modèles explicatifs préexistants ou d’en faire abstraction dans la mesure du possible. Cela pourrait paraître naïf dans la mesure où il est évident qu’on ne se dégage jamais totalement d’un certain cadre interprétatif. Néanmoins, travailler à mettre en évidence les propriétés basiques d’un espace architectural (et par conséquent la réalité sociale y étant liée), en abordant son utilisation au sens large dans un second temps, pourrait permettre d’éviter certains biais interprétatifs ou tout du moins d’en diminuer l’impact.

2. Le paysage architectural de l’époque néopalatiale

4Avant d’entrer dans le vif du sujet et de décrire le corpus architectural néopalatial, nous allons brièvement en définir les limites chronologiques et géographiques dans le cadre de nos recherches.

2.1. Limites géographiques

5L’essentiel des édifices sélectionnés se situent en Crète même, avec une concentration plus importante dans le centre et l’ouest du pays (fig. 14 - voir Annexes, p. 374).

  • 7 Rapports de fouilles : Atkinson et al. 1904 ; Dawkins et Droop 1911. Pour Phylakopi au Bronze Réce (...)
  • 8 Davis 1986. Ladite Maison A qui bénéficie d’une publication détaillée (Cummer et Schofield 1984) s (...)
  • 9 Rapports de fouilles : Monaco 1941 ; Marketou 1988, Marketou 1996.

6Malgré que le néopalatial soit caractérisé par une expansion notable de la culture minoenne à travers le monde égéen (Hägg et Marinatos 1984 ; Sakellarakis 1996), les bâtiments extra-insulaires étudiés seront en nombre assez réduit. En effet, nonobstant le caractère minoen parfois prononcé de certains établissements importants comme Phylakopi7 (Melos), Agia Irini8 (Kea) ou Trianda9 (Rhôdes), l’architecture n’y est que trop imparfaitement documentée pour répondre aux exigences de nos méthodes d’analyse en matière de plan. Au contraire, Akrotiri (Thera), dont l’architecture fut récemment étudiée par Palyvou (Palyvou 1999 ; Palyvou 2005), offre un éventail très intéressant d’édifices extrêmement bien préservés et conservant l’écho d’une influence minoenne indéniable (Palyvou 2005 : 179-187). Certains de ces derniers sont donc retenus dans notre étude.

2.2. Limites chronologiques

  • 10 Voir, entre autres : Wiener 2003 ; Manning 1999 ; Manning et al. 2002. Warren et Hankey sont évide (...)

7Si l’on se fie à l’ouvrage de référence de Warren et Hankey (Warren et Hankey 1989), on peut considérer que l’époque néopalatiale s’étend du Minoen Moyen III (MMIIIA 1700/1650-1640/1630 av. J. -C. et MMIIIB - 1640/1630-1600 av. J. -C. et principalement sa phase finale ou dite de transition MMIIIB/MRIA, autour de 1600 av. J. -C.) au Minoen Récent IB (MRIB - 1480-1425 av. J. -C.) (Warren et Hankey 1989 : 169, table 3.1). Le Minoen Récent IA (MRIA) formant une longue période de 1600/1580 à 1480 av. J. -C. environ (Warren et Hankey 1989 : 141 et 169, table 3.1). Néanmoins, en termes de chronologie absolue, une scission frappe la communauté scientifique depuis une quinzaine d’années (Hardy et Renfrew 1990). En effet, c’est au sujet de la date de l’éruption du volcan Santorin que s’est cristallisé un vif débat entre les défenseurs d’une chronologie basse et d’une chronologie haute10. La chronologie basse, traditionnelle, se base essentiellement sur le recoupement de données archéologiques (stratigraphie, comparaisons stylistiques, sources littéraires à vocation historique,…) de provenances diverses (Manning 1999 : 69-220 ; Wiener 2003 : 364-372). Elle est en partie tributaire de la chronologie égyptienne du Nouvel Empire qui, grâce à l’existence de nombreuses sources textuelles, offre aux chercheurs une précision de datation de l’ordre de la douzaine d’années. Au sein de cette chronologie basse, on place généralement l’éruption de Santorin entre 1560 et 1480 av. J. -C. (la date de 1530 étant parfois préférée comme terminus ante quem - Wiener 2003 : 363 ; Warren 1988 : 176-179). Basée sur des datations au radiocarbone (Manning 1999 : 232-262 ; Manning et al. 2002 ; Wiener 2003 : 380-387), sur la dendrochronologie (Manning 1999 : 307-320 ; Wiener 2003 : 377-380) et sur des carottages polaires (au sein desquels on retrouvait des traces de cendres volcaniques - Manning 1999 : 288-306 ; Wiener 2003 : 372-377), la chronologie haute tente de mettre à mal le schéma traditionnel préexistant affirmant qu’un décalage de plus d’une centaine d’années devait être appliqué à la datation absolue du Minoen Récent. Selon Manning, le début du MRIA doit être établi au minimum vers 1689/1680 av. J. -C. (et pourrait remonter jusqu’à 1765/1716 av. J. -C. environ) (Manning et al. 2002 : 742). Cette période s’étendrait jusqu’en 1610/1590 av. J. -C. et le MRIB se terminerait approximativement entre 1522 et 1512 av. J. -C. Dans ce contexte, l’éruption serait à placer entre 1650 et 1620 av. J. -C.

8Se proposant d’aborder cette ‘impasse’ dans la chronologie absolue de l’Âge du Bronze, Wiener passe au crible les différentes méthodes découlant des sciences exactes et évoque l’essentiel du socle archéologique menant à la chronologie basse (Wiener 2003). Il en conclut que la chronologie haute est tributaire de méthodes d’analyse qui souffrent encore d’imperfections et qu’il demeure actuellement plus judicieux de se référer à la chronologie basse traditionnelle (Wiener 2003 : 395). À l’opposé, très récemment, Manning a réaffirmé sa position (Manning et al. 2006) alors que la date de l’éruption est une nouvelle fois placée à la fin du XVIIème s. av. J. -C. (Friedrich et al. 2006). Dans le cadre cet ouvrage, nous adoptons malgré tout la chronologie basse (fig. 15 - voir Annexes, p. 375).

  • 11 Il existe cependant quelques exceptions notables (Rehak et Younger 2001 : 390-392).
  • 12 Il convient néanmoins de souligner qu’il peut être intéressant de se pencher sur ce problème, part (...)

9En effet, nos sources et les différentes publications relatives à l’architecture néopalatiale, même les plus récentes, optent pour des repères chronologiques absolus fidèles à la trame traditionnelle11. Il est utile de préciser que malgré l’intérêt indéniable que revêt le débat susmentionné dans le cadre de l’histoire et de l’archéologie de l’Âge du Bronze Récent, des repères chronologiques absolus ne forment pas une condition nécessaire à l’étude de la configuration architecturale du bâti néopalatial12.

  • 13 Dans un chapitre ultérieur, nous reviendrons de manière plus spécifique sur la chronologie des div (...)

10Pour en finir avec la chronologie, il peut être utile de préciser que d’un point de vue relatif, la période néopalatiale n’est pas une « entité monolithique » (Rehak et Younger 2001 : 392-393 ; Day et Relaki 2002 : 218-219 et 232). Effectivement, d’une part, les fondations de cette période sont à rechercher dans celle qui l’a précédée. En effet, c’est dans le courant de l’époque protopalatiale (et particulièrement au Minoen Moyen II - MMII, entre le XIXème s. et 1700/1650 av. J. -C.) qu’une société complexe émerge en Crète, que les principaux palais se dotent d’une architecture monumentale, que l’administration gagne en complexité, qu’une réelle urbanisation se développe et que l’on dispose d’indices fiables sur des contacts à l’étranger (Watrous 1994 : 735-736 et747-750). D’autre part, la période néopalatiale ne connaît pas un développement uniforme de son commencement (MMIII/MRIA) à son déclin (à la fin du MRIB). Ce laps de temps est ponctué de destructions et de reconstructions sur presque l’entièreté des sites ; ces phénomènes ayant pu avoir lieu à différents moments et endroits et pour différentes raisons (Rehak et Younger 2001 : 392-393). Parmi les repères de chronologie relative importants, nous pouvons retenir qu’on attribue généralement à de violents tremblements de terre et incendies les destructions repérées sur de nombreux sites à la fin du protopalatial (Rehak et Younger 2001 : 392)13. S’ensuit alors une phase de reconstruction et d’expansion qui n’est désormais plus limitée aux seuls centres palatiaux. En effet, on voit fleurir de nombreux édifices tant à proximité des palais que dans des zones plus rurales (Rehak et Younger 2001 : 392-393 ; Function Villas). Conjointement, le vocabulaire architectural minoen au sens large tend à se teinter d’influences palatiales (Driessen 1982 ; Driessen 1989-90) et acquiert durant cette époque son élaboration la plus remarquable. Un deuxième évènement notable est évidemment l’éruption de Santorin mentionnée ci-dessus. Cette catastrophe est sans doute étroitement liée au déclin progressif de la civilisation minoenne au cours du Minoen Récent I avancé. Un déclin dont on retrouve notamment les traces dans l’architecture et qui finit probablement par aboutir à des conflits internes et à la vague d’incendies et de destructions massives caractéristiques de la fin du MRIB (Driessen et Macdonald 1997 ; Driessen et Macdonald 2000).

11Entre l’essor de l’architecture néopalatiale (puisant dans les racines de l’accomplissement protopalatial), son apogée et l’étendue de son développement de la fin du Minoen Moyen au Minoen Récent, jusqu’à son déclin progressif amorcé dans la phase finale du Minoen Récent I, deux cent années environ s’écoulèrent. Cette longue période donna naissance à un corpus architectural considérable que nous allons tenter de détailler quelque peu.

2.3. Corpus et typologie

2.3.1. Du ‘palais’ à la ‘ferme’

  • 14 Preziosi et Hitchcock ont proposé une alternative à cette catégorisation du bâti néopalatial, suje (...)
  • 15 Tout particulièrement les nombreuses contributions dans Function Palaces et Monuments of Minos.
  • 16 Le cas du quartier Mu est particulier à ce titre dans la mesure où il pourrait avoir vu naître les (...)
  • 17 À ce sujet, nous renvoyons également à la description des divers édifices sélectionnés dans cette (...)
  • 18 Voir à nouveau Function Palaces et Monuments of Minos pour un aperçu de l’évolution des considérat (...)
  • 19 De plus amples précisions au sujet des différentes fonctions attribuées aux palais sont évoquées d (...)
  • 20 Pour un aperçu général : voir diverses contributions dans Function Villas ; Hood 1983. Pour une ap (...)
  • 21 Effectivement, en apparence, les villas se présentent de manière très variable.
  • 22 Les bâtiments en question se voyant reléguer à un statut purement utilitaire.
  • 23 Nous reviendrons sur la typologie qu’il propose à la lumière des résultats de l’analyse de la conf (...)
  • 24 Ses édifices de type 3 (McEnroe 1982).
  • 25 En ce qui concerne cette question voir les réflexions récentes dans Mantzourani et al. 2005 ; Mant (...)

12Il est évidemment extrêmement difficile de se détacher totalement d’un cadre interprétatif en abordant les différentes manifestations architecturales néopalatiales. Malgré tout, la terminologie évoquée ici ne l’est qu’à des fins de classification. En effet, les vestiges que nous conservons illustrent clairement la diversité du bâti au Minoen Récent. Certains édifices possèdent des traits caractéristiques récurrents et peuvent consécutivement être rassemblés en catégories14. De manière générale, un premier critère de classification tient à la nature prestigieuse ou vernaculaire des bâtiments envisagés (McEnroe 1990 : 195-197 ; Tuan 1989). On considère généralement qu’une architecture prestigieuse (polite) est dessinée et bâtie par des professionnels sur base de styles nationaux ou internationaux, en utilisant des matériaux exotiques et précieux, dans un cadre technique élaboré et inventif afin d’aboutir à un résultat esthétique plaisant. Ce type d’architecture connaît souvent une évolution à travers le temps et se prête volontiers à une étude chronologique. L’architecture vernaculaire, quant à elle, est généralement produite par des amateurs (souvent les futurs résidents) selon des conventions locales sur base de techniques traditionnelles et en faisant appel à des matériaux disponibles localement. De nature conservatrice, elle change relativement peu au fil du temps et est donc plus souvent l’objet d’études régionales. Ces définitions ne forment pas un schéma figé (comme certains exemples que nous abordons par la suite le montrent) mais constituent malgré tout un critère de différentiation assez valable. Qu’elle soit prestigieuse ou vernaculaire, l’architecture véhicule un certain nombre de messages dont la signification peut jeter un éclairage sur le contexte social des édifices envisagés (McEnroe 1990 : 202 ; Preziosi 1983). Dans l’histoire de l’étude de l’architecture minoenne, cette division entre édifice de prestige et édifice vernaculaire trouva un écho marqué. En effet, nombreuses sont les études qui se sont focalisées sur les réalisations architecturales remarquables que sont lesdits palais15. Ces derniers sont en effet l’expression grandiloquente du génie architectural minoen et furent plus que probablement le laboratoire au sein duquel se cristallisèrent bon nombre de formes et d’agencements architecturaux sur lesquels nous reviendrons16. D’un point de vue général, les palais minoens répondent parfaitement aux critères de l’architecture de prestige : ils sont très certainement le fruit d’une planification soignée (Graham 1962 : 222-229 ; Cherry 1983 ; Preziosi 1983 ; Hitchcock 1997), trahissent un vocabulaire architectural d’échelle nationale voir internationale (Graham 1962 : 229-233 ; Pelon 1989 ; Pelon 1990 ; Fiandra 1997 ; Palyvou 2005 : 155-160 et 179-187), voient des matériaux de qualité être utilisés en leur sein (Graham 1962 : 143-149 et 190-209 ; Shaw 1973a ; Chlouveraki 2002)17, résultent d’un savoir technique indéniable (Graham 1962 : 149-161 ; Shaw 1973a ; Shaw 1983 : 213-216 ; différentes contributions dans le chapitre G de Metron : 233-276) et avaient probablement un impact (notamment visuel) considérable sur les personnes qui y étaient confrontées (Graham 1962 : 234-247 ; van Effenterre 1987 ; Driessen 1999 ; Letesson et Vansteenhuyse 2006). D’un point de vue spatial, ils sont formés de quatre ailes articulées autour d’une cour centrale et sont généralement bordés à l’Ouest d’une vaste cour les séparant de la ville avoisinante. On considère généralement qu’ils assument un large éventail de fonctions, certaines étant assez controversées18. Globalement, on admet qu’ils jouaient un rôle primordial dans la vie politique, économique et religieuse des Minoens19. À côté des édifices palatiaux, la recherche s’est également concentrée sur ce que l’on pourrait considérer comme une autre manifestation de l’architecture de prestige minoenne : lesdites villas20. Ces dernières sont essentiellement des édifices de taille plus restreinte que les palais mais qui présentent un certain nombre de traits caractéristiques de ceux-ci, tant du point de vue de la forme qu’éventuellement de la fonction. Le MRIA voit fleurir la grande majorité de ces édifices adoptant un langage architectural à connotation palatiale (Driessen 1982 ; Driessen 1989-90 ; McEnroe 1982 ; Hood 1983) tout en gardant une individualité assez prononcée21. Palais et villas ont été abondamment étudiés sous divers angles. En d’autres termes, on constate donc que l’étude de l’architecture minoenne s’est majoritairement concentrée sur le pôle prestigieux (McEnroe 1990 : 197). On remarque qu’il est parfois difficile de différencier une architecture de prestige d’une réalisation plus vernaculaire. De plus, par manque de connaissance du bâti vernaculaire, il existe une tendance à l’évaluer sur base des standards de l’architecture de prestige (McEnroe 1990, McEnroe 1997 ; Driessen 1989-90) et d’en dégager alors une image biaisée passant à côté de la réelle signification que peut receler le domaine vernaculaire22. Malgré tout, la catégorisation proposée par McEnroe augurait d’une prise de conscience de la diversité du paysage architectural minoen au néopalatial23. Par la suite, il mit également l’accent sur les implications méthodologiques qu’une différentiation entre l’architecture vernaculaire et celle de prestige impliquait et l’intérêt que pouvait revêtir leur mise en relation. En plus des exemples discutables fournis par McEnroe24, les fouilles ont heureusement mis au jour des édifices que l’on peut sans crainte qualifier de vernaculaires. Parmi ceux-ci, Soles évoque les fermes minoennes (Soles et al. 2003 : 127-131). Outre le fait qu’il mentionne, à l’instar de McEnroe, que la majorité des Minoens vivaient fort probablement dans de tels bâtiments en milieu rural (comme c’est souvent le cas dans les sociétés préindustrielles), il insiste sur le fait que ces fermes n’avaient pas la prétention architecturale des édifices susmentionnés. De plus, au contraire des villas qui s’inscrivaient parfois au cœur d’un ensemble de bâtiments et contrôlaient sans doute un territoire particulier25, elles se tenaient souvent isolées et n’étaient probablement associées qu’à quelques terres arables (Soles et al. 2003 : 127).

  • 26 Pour la superficie des différentes villes minoennes voir notamment : Whitelaw 2001 : 29, fig. 2.10 (...)
  • 27 Le bâtiment central de Gournia pourrait appartenir aux deux catégories !
  • 28 Ex : Prasa B, Agia Varvara, Stou Kouse, Rousses, ferme de Chalinomouri (Pour les références biblio (...)
  • 29 Ex : Maisons de la façade à redans et de la cave au pilier à Malia, House with the press et House (...)
  • 30 « Moreover as many of the buildings we used to call villas share many features with the ‘palaces’, (...)

13Cette notion d’implantation nous fournit un second critère de différentiation : la localisation urbaine ou rurale d’un édifice. En ce qui concerne le contexte des édifices, diverses caractéristiques peuvent être dégagées et aider à définir certaines catégories de bâtiments. Les palais sont implantés en milieu urbain de manière systématique. La taille de la ville (ou tout du moins ce que les fouilles en ont révélé) peut varier mais on ne connaît à ce jour aucun palais totalement isolé26. L’association entre ville et palais est telle qu’on s’étonne parfois de ne pas découvrir le second quand la première présente une superficie importante comme c’est le cas à Palaikastro (MacGillivray, Driessen et Smyth 1984 : 156-157 ; Driessen et MacGillivray 1989 : 107 ; Cunningham 2001 : 75-76) ou qu’on en postule l’existence quand le milieu urbain présente un certain nombre de caractéristiques (traces d’administration, langage architectural palatial, marques de maçons, etc.) comme à Chania (Andreaki-Vlasaki 2002). Plus qu’y être simplement implanté, le palais se présente comme le centre névralgique de la ville, véritable aboutissement des cheminements urbains (Palyvou 2002 : 173-174 ; Driessen 2004 : 79-80), la cour occidentale officiant comme une « interface de contrôle » entre la cité et le domaine palatial (Preziosi 1983 : 87-88 ; Indelicato 1982). Les villas ont souvent été considérées selon trois catégories en relation avec leur localisation (Betancourt et Marinatos 1997 : 91). Traditionnellement, on qualifie de villa de campagne (country villa) un édifice s’élevant seul dans un contexte rural, de villa manoriale (manorial villa) un édifice qui domine un petit village ou une agglomération de taille réduite et de villa urbaine (urban villa) un édifice implanté en milieu urbain. Cette classification est assez floue et illustre bien la difficulté de catégoriser les formes architecturales minoennes. En effet, en certaines circonstances, une villa manoriale ne pourrait-elle pas être considérée comme un palais27 ou tout simplement comme villa urbaine si elle est jouxtée par des édifices similaires ? Au même titre que les villas, des édifices de moindre prétention ont été construits aussi bien en milieu rural28 qu’en milieu urbain29. L’architecture vernaculaire ne semble donc pas connaître un contexte d’implantation exclusif. On constate ici les limites et les travers d’une catégorisation abusive (Letesson à paraître), néanmoins, il nous a paru utile d’évoquer les réalisations architecturales minoennes dans le cadre typologique dans lequel elles ont souvent été envisagées. Précisons toutefois qu’un consensus est peu à peu atteint en ce qui concerne l’inadéquation d’une telle approche typologique (Preziosi et Hitchcock 1994 ; Hitchcock et Preziosi 1997 ; Hamilakis 2002c)30. L’étude des configurations architecturale et visuelle des différentes déclinaisons du bâti néopalatial a, entre autres buts, pour vocation d’évaluer les catégories traditionnelles et d’en critiquer les tenants (qu’il s’agisse du ‘statut’ architectural ou du lieu d’implantation des édifices).

  • 31 Pour un cadre théorique et l’utilisation des trouvailles matérielles dans le cadre d’une interprét (...)

14Outre l’examen du domaine purement architectural, il est fréquent (et heureux) que les trouvailles associées aux vestiges des édifices soient souvent utilisées afin de procéder également à une certaine classification des bâtiments découverts31. En d’autres termes, les catégories précédemment évoquées demeurent et sont renforcées par l’attribution de certaines trouvailles à certains types d’édifices particuliers. Ainsi, les traces d’une administration (qu’il s’agisse de tablettes ou de nodules) et d’artefacts soigneusement réalisés, parfois en matériaux rares ou précieux, sont systématiquement associées à l’architecture de prestige (qu’il s’agisse des palais ou des villas). Au contraire, le caractère vernaculaire d’une architecture sera exacerbé par l’absence des trouvailles susmentionnées et par l’existence d’objets plus humbles et essentiellement utilitaires (Lloyd 1990 ; Soles et al. 2003 : 127-131). Malgré qu’elle soit résolument ciblée sur l’interprétation de l’espace architectural, notre démarche tentera autant que faire se peut d’évoquer les objets associés au bâti car il est évident que le lien qui les unit constitue un indice précieux de l’identité et de l’utilisation des édifices envisagés.

  • 32 Notamment en ce qui concerne les concepts d’architectures publique et domestique.

15Avant d’aborder les agencements spatiaux les plus caractéristiques du langage architectural minoen, il convient de signaler qu’un dernier élément est souvent mis en évidence afin de favoriser une catégorisation des édifices néopalatiaux. Il s’agit du caractère public ou privé des bâtiments. Ce concept renvoie encore plus directement à la sphère sociale que le contexte d’implantation ou le ‘statut’ d’un édifice et, consécutivement, se doit d’être évoqué avec précaution. Palais, villas et édifices plus modestes ont souvent été étudiés à la lumière de ce concept (Palyvou 2002 ; Palyvou 2004 ; Thaler 2001 ; Letesson à paraître) et malgré quelques réticences, un certain consensus en la matière semble se dessiner32. Évidemment, étant donné que l’analyse de la syntaxe spatiale tient en partie à l’évaluation des rapports entre le monde extérieur et le domaine interne d’une architecture, nous reviendrons en détails dans un chapitre ultérieur sur le binôme public/privé au sein du bâti néopalatial.

2.3.2. Cellules récurrentes : le cœur du langage architectural

16Les grandes catégories du bâti néopalatial ayant été évoquées, il est désormais nécessaire d’attirer l’attention sur les manifestations les plus caractéristiques du langage architectural minoen en termes de cellules spatiales. La description de ces dernières répond aux critères énoncés dans le point précédent ; leur fonction, bon nombre de leurs particularités et leur implication dans le quotidien des Minoens n’étant abordées que par la suite, dans le cadre de l’analyse spatiale proprement dite. Avant toute chose, précisons que malgré le fait que les palais se trouvent souvent être plus particulièrement dotés de ces cellules aux formes canoniques, l’ensemble du bâti est évoqué de concert. En effet, chaque édifice, quelque soit son statut, est une expression du vocabulaire architectural minoen dont nous essayons de donner un aperçu.

Espaces ouverts

  • 33 Il s’agit de constructions circulaires souterraines que l’on retrouve par exemple à Knossos et à P (...)
  • 34 Dans le sens où elle est moins circonscrite que la cour centrale clairement délimitée par les aile (...)
  • 35 Il est à noter que cette évolution de la cour ouest va de pair avec un développement de la façade (...)
  • 36 « It is of great importance that the only absolutely predetermined and strictly designed space in (...)

17Toute cellule associée à un édifice et dépourvue (même partiellement) d’une couverture est considérée comme un espace ouvert. Parmi ces derniers, les cours sont les exemples les plus fréquents (Palyvou 2002 : 167). Il est assez rare que l’on en retrouve au sein de l’architecture dite domestique ; en effet les deux types de cours les plus caractéristiques sont étroitement associés à l’architecture palatiale. La cour occidentale, comme son nom l’indique, jouxte la façade ouest des palais. Il s’agit d’une place souvent dallée, traversée par des trottoirs légèrement surhaussés (Palyvou 2004 : 214 ; Driessen 2007) et au sein de laquelle se trouvait également, à Knossos et à Phaistos, lesdits kouloures33. Elle n’a pas de limites clairement définies autrement que par son revêtement34. On s’accorde généralement à souligner l’importance de son rapport à la façade ouest du palais (Marinatos 1987 ; Hägg 1987 ; Palyvou 2004 : 214 ; Letesson et Vansteenhuyse 2006) ainsi que sa position liminale entre ce dernier et la ville (Indelicato 1982 ; Preziosi 1983 : 87-88 et 107 ; Palyvou 2002 : 169 ; Palyvou 2004 : 214-215). Les cours occidentales ont généralement connu, entre le proto et le néopalatial, une évolution marquée par un agrandissement et parfois de légers changements du tracé des trottoirs surhaussés et plus rarement, comme à Phaistos, une disparition de ceux-ci (Marinatos 1987 : 138)35. Étant donné que cette cour ne se situe pas au sein des palais, elle ne sera pas intégrée aux graphes justifiés. Elle sera malgré tout abordée plus amplement lors de l’étude de la configuration spatiale et de la perception visuelle. La cour centrale est souvent considérée comme la « caractéristique diagnostique » (Davis 1987 : 157)36 d’un palais minoen, tant et si bien que l’appellation « bâtiment à cour centrale » fut proposée afin de remplacer la dénomination palatiale parfois jugée trop porteuse de significations non étayées (Driessen 2002 : 1 ; Schoep 2002b : 103). Largement étudiée (Graham 1957 ; Graham 1962 : 73-83 ; Gesell 1987 ; Davis 1987 ; Preziosi

  • 37 Cette succession de piliers et de colonnes forment une stoa définie par Palyvou comme « a sheltere (...)
  • 38 Généralement, un consensus se dégage en ce qui concerne l’idée que la cour centrale ait pu avoir u (...)
  • 39 On la gratifie également parfois d’une valeur symbolique en sus des fonctions qu’elle aurait exerc (...)

181983 : 78-148 ; Palyvou 2002 ; Palyvou 2004 : 215-216 ; Vansteenhuyse 2002 ; Driessen 2004 ; Letesson et Vansteenhuyse 2006), la cour centrale forme un espace rectangulaire clairement défini par les ailes du bâtiment au sein duquel elle est implantée et qui définissent son identité architecturale (Palyvou 2004 : 216). Elle est souvent bordée d’une succession de colonnes et piliers sur un ou plusieurs côtés37 et est globalement orientée sur un axe nord-sud (Shaw 1973b ; Preziosi 1983 : 501-510). La cour centrale, comme nous le verrons par la suite, est également en relation spatiale étroite avec bon nombre des cellules qui la bordent. Du point de vue chronologique, même s’il apparaît fort probable que des espaces ouverts aient existé en lieu et place des cours centrales telles qu’elles nous apparaissent aujourd’hui (Driessen 2004 : 78-79 ; Driessen 2007 ; Tomkins à paraître ; Todaro à paraître) et que l’on conserve des traces de cours au sein de bâtiments plus anciens (Palyvou 2002 : 168 ; Tomkins 2004), cette cellule ne semble avoir obtenu sa forme canonique qu’au cours de l’ère palatiale (évoluant notamment vers plus de fermeture). Quelles que soient ses réelles fonctions38, on s’accorde à lui attribuer une importance indéniable39.

  • 40 La question s’est quelques fois posée de savoir si, comme le montre la maquette d’Archanes, le mur (...)

19Le puits de lumière est un autre élément assez caractéristique de la fabrique de certains bâtiments néopalatiaux. En tant que tel, il s’agit d’un espace de superficie restreinte, généralement revêtu de matériaux aptes à résister aux intempéries (murs en blocs de taille, dallage,…) et ouvert verticalement sur l’extérieur40. En plus d’apparaître au sein de différents édifices et selon des configurations assez variées, le puits de lumière est un des éléments constitutifs d’un agencement cellulaire typique que nous abordons ci-dessous : ladite salle minoenne. Ce type de cellule est souvent séparé du reste du bâti par l’entremise de colonnes ou de piliers et servait selon toute vraisemblance à fournir de la lumière aussi bien que de l’air aux espaces environnants. Palyvou insiste néanmoins sur la nécessité de distinguer deux catégories de puits de lumière en fonction de leur implantation au sein d’un édifice (Palyvou 2004 : 212-213). Certains auraient eu une réelle fonction de puits de lumière comme mentionné ci-dessus alors que d’autres (notamment ceux qui étaient associées aux salles minoennes) auraient essentiellement formé une zone ouverte de nature plus privée, l’apport de lumière et d’air ne faisant guère défaut.

  • 41 Pour la construction des toits minoens, voir Shaw 1973a : 221 ; voir également Graham 1971 : 64-69 (...)
  • 42 Notamment à Akrotiri (Michailidou 1990 ; Palyvou 2005) mais aussi dans divers édifices minoens : v (...)
  • 43 Ce dernier donne notamment quelques exemples iconographiques pour étayer son propos.
  • 44 C’est par exemple le cas à Sklavokambos ou à Amnissos (Preziosi 1983 : 64).

20Comme c’est encore le cas dans le monde égéen aujourd’hui, il est probable que les Minoens aient utilisé les toits plats de leurs bâtiments comme espaces fonctionnels. Ce concept de toit terrasse41 est attesté par la présence d’escaliers dans certains bâtiments conservés sur plusieurs étages42 ou par des représentations d’architecture comme le modèle d’Archanes (Lembessi 1976 : 12-43 ; Schoep 1994 : 190-192 et 203) ou la Town Mosaic (PoM I : 306, fig. 226). Quelles qu’aient pu être les activités qui se déroulaient sur les toits, on peut se les imaginer comme des espaces aérés et probablement, en parties, très légèrement couverts (Hallager 1990 : 287-292)43. Au sein de l’architecture domestique, on aurait pu pallier à l’absence de cour au sein des habitations par l’utilisation des espaces de vie qu’auraient offerte l’existence d’un toit terrasse de ce type (Hallager 1990 : 289 ; Palyvou 2002 : 173 ; Palyvou 2004 : 209-210). Proche du concept de toit terrasse, on suggéra la présence de vérandas dans les étages supérieurs de certains édifices minoens (Palyvou 2004 : 210 ; Shaw 2002a). Il s’agit en effet également d’un espace ouvert dont l’existence fut postulée en relation avec un abri léger. Au point de vue terminologique, le terme véranda fut parfois utilisé en relation avec des espaces internes largement ouverts sur l’extérieur44.

  • 45 Tout particulièrement la maquette d’Archanes et la Theran Miniature Frieze - Right Town (Palyvou 2 (...)
  • 46 Avec un exemple iconographique supplémentaire, la Miniature Fresco de Knossos (n. 28).
  • 47 Le fait que les balcons dont on postula souvent l’existence au dessus des portiques qui bordent la (...)
  • 48 On constate par exemple que le balcon de la maquette d’Archanes est doté de trois marches (Lembess (...)

21Les balcons, dont on restaure également la présence dans certains édifices minoens, et tout particulièrement les palais, sont également des espaces ouverts. Néanmoins, Palyvou insiste sur la nécessité de les considérer dans un cadre interprétatif différent de la façon dont on appréhende traditionnellement un tel dispositif architectural (c’est-à-dire comme un moyen ingénieux de fournir les potentialités d’un espace en plein air à une pièce qui en serait normalement dépourvue particulièrement en milieu urbain ou de tels espaces sont un luxe - Palyvou 2004 : 211-212). Selon elle, l’iconographie45 et les caractéristiques structurelles de tels éléments (tout du moins dans la reconstruction que l’on en donne - Palyvou 2002 : 173)46 en font des « plates formes prononcées ». En effet, les balcons minoens se présentent souvent, dans l’iconographie, comme la continuation d’un espace ouvert relativement large et on imagine donc difficilement qu’ils aient pu fonctionner selon le schéma classique énoncé ci-dessus47. De plus, il n’est pas rare, toujours dans l’iconographie, que le balcon ait, en plus de s’élancer horizontalement depuis l’édifice, une élévation verticale marquée48. Cette notion de « plate forme prononcée » fait écho à certaines interprétations que nous aborderons plus amplement dans le cadre de l’approche visuelle des édifices (Hägg 1987 : 132-133).

  • 49 Il s’agit selon lui de la zone qui contient la (ou les) salle (s) minoenne (s) (Graham 1959 ; Grah (...)

22Afin d’en terminer avec les espaces ouverts, précisons qu’il n’est guère impossible que des jardins aient existé au sein des édifices minoens les plus élaborés. Evans estimait déjà que des fleurs et des plantes avaient pu être disposées au sein de puits de lumière et même dans la cour centrale des palais (PoM III : 277-279). De plus, l’iconographie nous laisse entrevoir la présence de motifs floraux associés à des vases et des structures architecturales (Shaw 1993 : 680). Graham associa systématiquement le ‘quartier résidentiel’49 des palais de Malia, Phaistos et Knossos à un jardin en terrasse sur lequel s’ouvraient les portiques adjacents aux salles minoennes (Graham 1962 : 87, 89, 91, 93, 95, 123 et 241). À certaines occasions, quelques fouilleurs postulèrent également l’existence de jardins en relation avec leur site (Schäfer 1989 ; Shaw 1993 : 680). S’appuyant sur un certain nombre de considérations iconographiques comparatives et sur le contexte particulier de l’aile est du palais de Phaistos, Maria Shaw proposa une reconstitution d’un jardin minoen palatial où fleurs et milieu rocheux étaient étroitement associés (Shaw 1993 : 680-685, fig. 20 et 23).

Espaces de transition

  • 50 Cette double nature séparation/connexion se retrouve abondamment chez Hillier et Hanson (Hillier e (...)

23Sont considérées comme espaces de transition les cellules qui mettent en contact et forment une zone liminale entre des espaces internes à l’édifice ou l’extérieur et l’intérieur d’un complexe spatial50.

  • 51 Notamment à Knossos et à Phaistos (Lloyd 1997-1998 : 134, n. 39).
  • 52 Lloyd attire également l’attention sur le fait que le portique extérieur de la salle minoenne sert (...)
  • 53 Ces considérations fonctionnelles paraissent tellement évidentes qu’elles sont mentionnées ici mai (...)
  • 54 L’association entre l’entrée principale d’un édifice, le vestibule et un escalier est également as (...)
  • 55 Voir par exemple à Pseira : McEnroe et al. 2001 : 43.
  • 56 Exemples à l’appui.

24Espace de transition par excellence, l’entrée des édifices minoens n’est guère développée, à quelques exceptions près51. Au sein des édifices palatiaux, il s’agit souvent de simples ouvertures liées à un couloir s’enfonçant dans la structure du bâtiment (Lloyd 1997-1998 : 135, n. 40)52. Le fait que certaines de ces entrées aient été le cadre de modifications allant dans le sens d’une restriction et d’un contrôle d’accès au cours du MRI avancé (Driessen 1995 : 74-85) sera envisagé dans le cadre de l’étude individuelle des édifices. Dans l’architecture domestique, les entrées semblent s’être limitées à une ouverture souvent indiquée par un seuil massif et parfois placée dans un renfoncement (recess) de la façade (Graham 1962 ; Lloyd 1997-1998 : 135). Dans certains cas, l’entrée donnait directement sur la rue et consécutivement à l’absence d’espace intermédiaire, le seuil aurait formé une limite claire entre le monde extérieur et l’intérieur du bâti : « [The] entrance door, with the projecting heavy threshold, stands between the street and the interior of the building - between community and privacy - in an almost symbolic fashion. » (Palyvou 1987 : 195)53. Néanmoins, au sein de l’architecture domestique, il est assez fréquent que l’entrée soit étroitement associée à une cellule particulière, le vestibule (McEnroe 1982 : 7, 10 et 12 ; Lloyd 1997-1998 : 135-136 ; Shaw et Shaw 1996 : 367-368 ; McEnroe et al. 2001 : 43-46). D’un point de vue général, l’association de ce dernier avec un escalier est récurrente au même titre que la présence d’installations industrielles (presse, meule, etc.) en son sein (McEnroe 1982 : 7 ; Shaw et Shaw 1996 : 367-368 ; McEnroe et al. 2001 : 43 ; Cunningham 2001)54. L’existence d’une ou plusieurs banquettes de pierre fut également attestée dans certains édifices55. Bien que l’on s’accorde à admettre qu’il existe une grande variété de formes en ce qui concerne les vestibules (Lloyd 1997-1998 : 135 ; McEnroe et al. 2001 : 43-46), Lloyd en proposa quatre types particuliers (Lloyd 1997-1998 : 135-138, n. 42-47, table 6). Le premier consiste en une porte ou une ouverture dans la façade menant à une petite pièce bien définie (Doorway to Well-defined Space), ou à un espace intérieur partiellement entouré de murs dans le second type (Doorway to Amorphous Space). Le troisième est une simple ouverture placée dans un rentrant de la façade (Trough Recess in Facade). Le quatrième type est formé d’une ouverture marquée par la présence d’un seuil donnant accès à un espace de type corridor (Doorway into Corridor). La plupart des vestibules bien définis ou des espaces partiellement ceints de murs s’ouvraient sur un corridor ou donnaient accès à un escalier. En termes d’occurrence, les premier et deuxième types semblent avoir été les plus fréquents au sein de l’architecture domestique, formant de véritables vestibules, viennent ensuite les entrées menant à un corridor et finalement le quatrième type d’ouverture (Lloyd 1997-1998 : 136). Bien que Palyvou prétende le contraire (Palyvou 1987 : 195), il n’est pas rare qu’un édifice domestique ait eu plus d’une porte d’entrée, les différents types d’ouverture évoqués pouvant coexister au sein d’un même bâtiment (Lloyd 1997-1998 : 136)56. D’un point de vue fonctionnel, notons brièvement qu’il n’est pas rare, lorsqu’un vestibule fait défaut en tant qu’espace clairement défini, que certaines de ses fonctions présumées soient absorbées par la pièce qui se situe directement après l’entrée du bâtiment. Ainsi, à Kommos, on trouva fréquemment des outils et des installations industrielles fixes à proximité de l’entrée des grandes salles à foyer central (Shaw et Shaw 1996 : 367-368).

  • 57 Ainsi, des variations systématiques de forme, de dimensions, de proportions, de détails structurel (...)
  • 58 Abondamment utilisées en architecture minoenne, tant comme moyen de séparation que comme liant spa (...)
  • 59 Fréquemment utilisés dans l’architecture de prestige et les édifices d’un certain standing, les co (...)
  • 60 Plus que l’indice de l’existence d’un étage, la présence massive d’escaliers dans l’architecture m (...)
  • 61 Pour une approche générale des dispositifs antisismiques au sein des édifices minoens, voir Driess (...)
  • 62 Le palais de Knossos en est un parfait exemple (voir par ex : MacDonald 2005) mais c’est également (...)

25Une fois la porte d’entrée franchie, on pénètre dans le système de circulation interne. Ce dernier est amplement commenté et étudié lors de l’analyse de la configuration architecturale des différents édifices sélectionnés. Néanmoins, certaines de ses caractéristiques gagnent à être brièvement énoncées ici. De manière générale, comme on l’aborde dans le cadre de l’évocation de la salle minoenne, les circulations au sein d’un édifice minoen peuvent se développer de manière extrêmement élaborée (Palyvou 1987 ; Preziosi 1983 : 104-106). Consécutivement, il est assez probable qu’il ait existé un certain nombre de signes qui auraient fonctionné comme autant de marqueurs intuitifs permettant aux Minoens d’évoluer aisément au cœur des réseaux de circulation complexes de certains de leurs bâtiments57. Au sein d’un édifice, le système de circulation est le fruit de plusieurs facteurs. Il est évidemment fonction de la connexion des cellules spatiales entre elles, cette dernière dépendant d’éléments tels que : les portes58, les couloirs, corridors et espaces apparentés59 ainsi que les escaliers60. Évidemment, outre l’élaboration d’un système de circulation, la forme et la présence de couloirs, corridors et escaliers avait probablement un rôle structurel. En effet, il n’est pas impossible que les coudes et ruptures d’axes fréquents dans le tracé des couloirs minoens aient été dus à une volonté d’établir une sorte de dispositif antisismique61. De même, les Minoens construisant assez régulièrement à flanc de colline, les escaliers furent également nécessaires pour relier les différentes terrasses dont était parfois formé un bâtiment62. Sans entrer dans plus de détails et pour en terminer avec le système de circulation, il est important de souligner que selon toute vraisemblance, l’accessibilité et le contrôle des circulations au sein d’un bâtiment étaient d’une importance capitale aux yeux de Minoens (Palyvou 1987 : 200-201). C’est en effet ce qu’illustrent les éléments architecturaux en relation avec la circulation (portes, couloirs, escaliers) largement présents dans leurs édifices et occupant souvent une grande partie de leur superficie totale. Les modèles de circulation complexes découlant de la combinaison et des divers arrangements entre ces éléments architecturaux renforcent également cette impression.

Espaces fermés

26Formant l’essentiel d’une architecture, les espaces fermés ont des limites clairement définies. Il s’agit d’espaces éminemment positif, des cellules se prêtant généralement plus volontiers à l’occupation qu’au mouvement. Les types d’espace que nous allons évoquer ici ont une forme bien particulière, de nature canonique, et s’implantent souvent d’une manière récurrente au sein des édifices dans lesquels on les retrouve. À nouveau, la description des structures se focalise sur la forme laissant à un chapitre ultérieur la question de leur signification et de leur (s) éventuelle (s) fonction (s).

  • 63 Nous reviendrons sur cette innovation minoenne en matière de gestion de l’espace.
  • 64 1. Un groupe de trois pièces comprenant une salle principale, un vestibule et un puits de lumière (...)
  • 65 On retrouve cette préoccupation dans une version moins élaborée chez Pedersen 1997.
  • 66 Le terme polythyron est de nature polysémique dans le sens où il définit aussi bien une baie à por (...)
  • 67 Ce type de puits de lumière étant souvent entouré de murs sur deux côtés au lieu de trois dans la (...)
  • 68 Voir également Pedersen 1997.
  • 69 Certains exemples d’architecture plus modeste qui auraient présenté une salle minoenne évoqués par (...)
  • 70 Certains édifices comme le Quartier Mu à Malia présentaient une configuration spatiale assez proch (...)

27Parmi les cellules les plus caractéristiques, on retrouve ladite salle minoenne, amplement étudiée (Graham 1959 : 47-52 ; Graham 1962 : 84-98 ; Pelon 1966 : 565 ; Driessen 1982 ; Preziosi 1983 : 33-50 ; Palyvou 1987 : 196-198 ; Nordfeldt 1987 ; Marinatos et Hägg 1986 ; Hitchcock 1994 ; Hitchcock 2000 : 157-159 ; Lloyd 1997-1998). Sa forme canonique est un agencement axial de trois espaces dont deux couverts : une salle principale (hall) séparée d’un vestibule (fore-hall) par une baie à portes multiples (pier-and-door partition)63 et un puits de lumière (lightwell) cantonné derrière une ou plusieurs colonnes (Graham 1962 : 94-98 ; Driessen 1982 : 29 ; Preziosi 1983 : 48-50 ; Hitchcock 1994 : 15-16 ; Lloyd 1997-1998 : 123). Consécutivement à cet alignement axial et à la présence de larges ouvertures, ces trois espaces individuels sont souvent considérés comme formant une « seule unité architecturale spacieuse » (Driessen 1982 : 29). Mettant l’accent sur la forme la plus pure de cet agencement spatial, Preziosi établit des conditions nécessaires pour qu’on puisse qualifier un ensemble architectural de salle minoenne64. Néanmoins, il apparaît évident que l’aspect des salles minoennes n’est pas aussi strictement défini (Driessen 1982 ; Pedersen 1997 ; Lloyd 1997-1998 : 123-134). Lloyd propose une typologie assez élaborée en vue d’en classifier les différentes formes (Lloyd 1997-1998)65. Rejoignant Preziosi, elle définit la salle minoenne canonique comme un agencement longitudinal de trois cellules de même largeur et hauteur mais de longueur différente. Une baie à portes multiples (parfois également appelée polythyron) séparant la salle principale du vestibule et une ou deux colonnes le vestibule de l’espace non couvert, le puits de lumière. Sur base de l’aspect de la salle principale, Lloyd divise la forme canonique en trois sous groupes. Le ‘groupe palatial’ comprend une salle principale définie par trois baies à portes multiples et un mur continu. Le ‘groupe élaboré’ par deux murs continus et deux baies à portes multiples et le ‘groupe simple’ par trois murs continus et un seul polythyron66. À côté de ces salles minoennes standards, Lloyd propose deux variations typologiques : la salle minoenne à axe brisé (broken-axis) et la salle minoenne tronquée (truncated). L’agencement à axe brisé est formé de trois cellules spatiales non linéaires. Il comprend deux grandes salles séparées par une baie à portes multiples ou un grand espace rectangulaire divisé en deux par une baie de même type et un puits de lumière placé perpendiculairement à une des deux salles et dont la présence est toujours signalée par deux ou trois colonnes67. La salle minoenne tronquée se manifeste par l’absence d’une de ses composantes, soit le vestibule, soit le puits de lumière. Lloyd met également en évidence que les différents types de salles minoennes correspondent souvent à certains types d’édifices et que leur implantation au sein d’un bâtiment est également fonction de cette typologie68. L’existence des baies à portes multiples (et la possibilité de jouer sur leur ouverture et fermeture) confère aux salles minoennes une dimension spatiale complexe et potentiellement évolutive (Hitchcock 2000 : 159), les circulations y étant liées pouvant être gérées de manière extrêmement élaborées : « The presence of such a complex system of access control, therefore, may indicate that there are distinctive appropriate functions to the open, semi open and closed areas respectively, and some special significance in the manner in which they interface and integrate. » (Palyvou 1987 : 200). De plus, dans l’architecture palatiale, il n’est pas rare que ce concept de salle minoenne se décline au pluriel, l’unité basique des trois cellules se multipliant selon différentes orientations créant des configurations spatiales extrêmement élaborées. De manière générale, on retrouve cet agencement cellulaire aussi bien dans les édifices palatiaux que dans lesdites villas69. Le prototype de la salle minoenne apparaît clairement, sous la forme que nous avons décrite, au sein des édifices palatiaux au plus tôt au MMIIIB (Driessen 1982 : 54)70, l’architecture domestique ne s’en étant dotée que par la suite, probablement au début du MRIA (Driessen 1982 : 55). L’idée que l’occurrence d’une salle minoenne dans le cadre domestique était liée à la position géographique (principalement dans les zones côtières du Nord - Driessen 1982 : 54) et au contexte d’implantation du bâtiment (essentiellement en milieu urbain - Driessen 1982 : 55-56) fut également défendue. Nous reviendrons sur la distribution des salles minoennes dans l’architecture néopalatiale par la suite et nous contentons donc pour l’instant de cette approche formelle et chronologique.

  • 71 La cellule fut également décrite par Graham 1962 : 70 et Preziosi 1983 : 65.
  • 72 Driessen en signale trois exemples probants à Palaikastro ainsi qu’un cas potentiel (Driessen 1989 (...)
  • 73 Nous revenons ci-dessous sur le concept de particularités régionales lors de l’analyse de la confi (...)

28Dans le cadre particulier de la ville de Palaikastro, un agencement spatial nommé Palaikastro hall fut mis en évidence par Driessen (Driessen 1989-1990 : 14, n. 85 ; Driessen 1999b : 229-231)71. Il s’agit d’une grande pièce centrale rectangulaire dotée de quatre colonnes placées dans les coins d’un bassin carré peu profond, au milieu de la cellule. La présence du bassin suggère qu’il était probablement surmonté d’une ouverture à la manière d’un impluvium romain. La pièce et le bassin furent parfois dotés d’un pavement et, à deux reprises, un bain lustral fut associé à cet agencement spatial (Driessen 1989-1990 : 14 ; Gesell 1985 : 24). Le fait que ce type de pièce ne se trouve qu’à Palaikastro72 et qu’on peut raisonnablement la rapprocher de la salle minoenne laisse penser qu’il s’agit là d’une variation régionale d’un thème architectural particulier et très probablement d’origine palatiale73.

  • 74 Terme inventé par Graham (Graham 1959 : 47, n. 4).
  • 75 Ce souci d’apport d’air et de lumière donna aussi naissance à des dispositifs spatiaux qui, au pro (...)

29La baie à portes multiples (pier-and-door partition74) est une innovation architecturale minoenne particulièrement remarquable. En effet, selon qu’on en laisse toutes les portes ouvertes, qu’on n’en ouvre qu’une ou qu’on les ferme toutes, on obtient une zone totalement perméable, une simple paroi munie d’une porte ou un mur imperméable (Preziosi 1983 : 34 ; Palyvou 1987 : 199). D’un point de vue terminologique le terme polythyron qui désigne ce type d’élément est relativement ambigu dans la mesure où il renvoie également à une salle entourée par un certain nombre de baies à porte multiples (Driessen 1982 : 29, n. 14 ; Palyvou 1987 : 199, n. 14). Dans ce cas précis, le terme polythyron désigne une cellule qui diffère de l’agencement spatial typique qu’est la salle minoenne même si elle en possède les baies à portes multiples. D’un point de vue purement pratique, on admet que la baie à portes multiples formait une véritable cloison modulable et permettait de contrôler l’apport d’air et de lumière avec une grande flexibilité (tout particulièrement quand elle était associée à un puits de lumière où se situait à proximité de l’extérieur du bâtiment - PoM III : 340 ; Graham 1962 : 94-99)75. Elle rendait également possible la séparation ou l’union de deux cellules adjacentes (Graham 1962 : 96-98 ; Driessen 1982 : 57 ; Preziosi 1983 : 34 ; Palyvou 1987 : 198). Techniquement cette cloison modulable combine donc les propriétés d’une porte (essentiellement le contrôle d’accès) et d’un mur (inaccessibilité, opacité, isolement et soutient structurel). Comme nous l’avons évoqué au sujet de la salle minoenne, le polythyron, de par sa structure flexible, était sans doute utilisé dans une grande variété de cas et pour des raisons diverses. Cette complexité spatiale a sans doute été utilisée dans tout son potentiel par les Minoens, ainsi par exemple, une fois fermée, une baie à portes multiples pouvait dessiner un couloir d’accès bien distinct de la pièce qu’il circonscrivait (Palyvou 1987 : 200-201, fig. 7). En tant que cellule spatiale, le polythyron fut parfois considéré comme assujetti à un autre espace en relation avec lequel il devenait une zone transitoire, permettant un contrôle de l’accès, la dissimulation de certaines activités ayant lieu dans l’espace principal et une participation indirecte à celles-ci (Marinatos et Hägg 1986 : 62 et 72). On retrouve des polythyra dans de nombreux exemples d’architecture minoenne mais également dans des édifices au sein desquels la salle minoenne fait défaut, comme à Akrotiri (Marinatos et Hägg 1986 : 57-60, Palyvou 2005 : 183-184). De manière générale, tout espace ceint d’une ou plusieurs baies à portes multiples et n’étant pas intégré à un agencement spatial de type salle minoenne peut être considéré comme un polythyron.

  • 76 Terme inventé par Evans suite à la découverte d’une cinquantaine de récipients à huile dans le bai (...)
  • 77 Pour les fresques, par exemple, à Zakros (Platon 1971 : 182) ou à Akrotiri (Marinatos et Hägg 1986 (...)
  • 78 Voir Gesell 1985 : 9-15 pour quelques exemples de bains lustraux au protopalatial.
  • 79 La découverte d’un bain lustral à Akrotiri (Xeste 3), fait rare au-delà des frontières crétoises, (...)

30Également éminemment caractéristique de l’architecture minoenne, le bain lustral76 est une cellule dont la fonction fut vivement débattue (Marinatos 1951 : 130 ; Graham 1962 : 99-108 ; Platon 1967 ; Graham 1977 ; Gesell 1985 : 22-26 ; Marinatos et Hägg 1986 : 60 ; Nordfeldt 1987 ; Driessen 1989-1990 ; Hitchcock 2000 : 160-163). Il s’agit d’une pièce carrée ou rectangulaire caractérisée par son sol en contrebas. On y descend par le biais d’un escalier souvent coudé, ce dernier étant généralement construit en pierre et plus rarement en bois (Gesell 1985 : 22). Un parapet couronné d’une colonne ou d’un pilier borde ces marches. Certains de ces bains lustraux étaient également entourés d’une balustrade à colonnes au niveau des pièces adjacentes mais la plupart l’étaient par des murs plus classiques. Ces cellules étaient recouvertes de gypse, de ciment ou de plâtre et les murs environnants plâtrés et parfois décorés de fresques77. De manière générale, dans la recherche, ce type de pièce fut souvent associé auxdits ‘quartiers résidentiels’ des palais (et par extension à la salle minoenne - Graham 1962 : 99-108 ; Preziosi 1983 ; Nordfeldt 1987) ou à une sorte d’antichambre (Marinatos et Hägg 1986 ; Hitchcock 2000 : 161-162). Quel qu’ait été leur rôle, il est évident que l’attention spéciale accordée à leur création (tant en ce qui concerne les matériaux que d’un point de vue technique, étant donné qu’ils sont parfois creusés à même la roche - Gesell 1985 : 22) évoque certainement une fonction importante. Le premier exemple d’une cellule de ce type se retrouve au protopalatial (MMII), au Quartier Mu à Malia (Poursat 1978 ; van Effenterre 1980 : 177-179 et 419-420 ; Niemeier 1987 : 164) et probablement aux alentours de la Throne Room de Knossos (Niemeier 1987 : 163-164), il est donc relativement avéré que c’est à nouveau le milieu palatial qui a vu naître en premier ce type de cellule78. En dehors de celui-ci, le nombre de bains lustraux est assez limité et cette cellule étroitement associée à des édifices d’un certain standing (Driessen 1989-1990 : fig. 10 ; Palyvou 2005 : 188, n. 32)79. Dans le courant du MRIA, de nombreux bains lustraux ne furent plus utilisés et souvent remblayés. Ce changement fut mis en relation avec l’apparition au sein de l’architecture domestique d’une autre cellule d’origine palatiale, la salle minoenne (Driessen 1982 : 27-92 ; Palyvou 2005 : 188, n. 33).

  • 80 Shaw défend l’idée que le foyer avait plus une vocation d’éclairage que de cuisson (Shaw et Shaw 1 (...)
  • 81 À nouveau, nous revenons sur des considérations fonctionnelles par la suite, dans la description p (...)
  • 82 En un sens, il n’est pas étonnant que l’architecture dite vernaculaire conserve certains agencemen (...)
  • 83 À Knossos, les deux piliers sont sur un axe est-ouest et occupent deux cellules, à Malia c’est un (...)
  • 84 Divers exemples dans Preziosi 1983 : 319-477.
  • 85 C’est au domaine funéraire que les premières manifestations de ce type de pièce (ou tout du moins (...)
  • 86 Bien qu’on ne puisse raisonnablement pas rapprocher le North Pillar Hall (MacDonald 2005 : 125) de (...)
  • 87 On retrouva également des marmites, des foyers et une céramique grossière à Zakros ainsi que des o (...)
  • 88 Pelon précise que les constructions néopalatiales s’inscrivent généralement « dans la ligne direct (...)

31Parmi les éléments permettant d’isoler un type de pièce bien particulier, la présence de supports verticaux tels que les piliers et colonnes fut souvent considérée comme révélatrice. Néanmoins, l’architecture minoenne présente une trop grande diversité en la matière pour qu’on puisse rassembler toutes les cellules à supports verticaux dans une seule catégorie, même formelle. Dans le cadre de l’architecture domestique, la salle à foyer central et colonne fut souvent présentée comme cœur de l’habitation (Deshayes et Dessenne 1959 : 12-13 ; Pelon 1966 : 566-567 ; van Effenterre 1980 : 418 ; Michailidou 1987 ; Shaw 1990 : 235 ; Shaw et Shaw 1996 : 366-367 ; Soles et al. 2003 : 128). Il s’agit généralement de la pièce la plus grande du rez-de-chaussée (Pelon 1990 : 566 ; McEntoe 1982 : 10) et elle se présente comme noyau des circulations internes (les autres pièces étant souvent organisées autour d’elle - McEnroe 1982 : 10 ; Soles et al. 2003 : 128), à proximité de l’extérieur (Shaw et Shaw 1996 : 366). La présence d’une colonne n’est pas systématique mais est relativement courante malgré tout. Il n’est pas rare d’y trouver différents éléments comme un foyer fixe (Shaw 1990 : 235)80, une plate forme construite ou même des instruments en pierre (tels que des mortiers). L’ensemble de ces constations illustrant le rôle central de cette pièce dans la vie des habitants de l’édifice au sein duquel elle s’implantait81. Ce type de cellule remonterait au protopalatial (van Effenterre 1980 : 162-165 et 171-172 ; Waterhouse 1983 : 311 ; Palyvou 2002 : 168)82 et il fut suggéré qu’elle pouvait être une évolution de la cour centrale en plein air d’anciennes maisons rurales, malgré leur nombre assez réduit (Waterhouse 1983 : 312 ; Michailidou 1987 : 522 ; Palyvou 2002 : 168, n. 8). Plus caractéristique de l’architecture palatiale sans pour autant être totalement absente d’édifices moins prestigieux (Gesell 1985 : 26-29), la crypte à pilier(s) est la seconde catégorie de pièces à supports verticaux. Moins étudiée que le bain lustral, elle n’en demeura pas moins au centre des préoccupations de certains chercheurs (Platon 1954 : 428-483 ; Graham 1962 : 138-142 ; Preziosi 1983 : 319-477 ; Gesell 1985 : 14-15, 26-29 et 33 ; Hallager 1987). Sa forme la plus canonique se retrouve au centre de l’aile ouest de certains palais, à proximité de la cour centrale83. Preziosi l’interprète comme jouant un rôle fondamental dans le tracé des palais, faisant de cette cellule un marqueur spatial fort dans la grille modulaire qui, selon lui, sous tend ces édifices majeurs84. La position de cette forme la plus canonique de la crypte à pilier (s) au cœur de l’aile ouest et à proximité des magasins fut également mise en évidence par Hallager (Hallager 1987). La découverte de pithoi en relation avec ce type de pièce à pilier n’est pas rare, il ne faut malgré tout pas en tirer de conclusions trop hâtives (Begg 1975 : 29-31 ; Hitchcock 2000 : 150-154). De manière générale, on peut considérer comme crypte à pilier (s), une cellule rassemblant un certain nombre de caractéristiques (Gesell 1985 : 26). Il s’agit d’un espace implanté au sein d’un complexe de cellules comprenant souvent une antichambre, une annexe et parfois un escalier. La crypte en elle-même est un espace carré ou rectangulaire doté d’un, deux ou trois piliers centrés. Il n’est pas rare que l’on retrouve un bassin ou des canaux insérés au pied de ces piliers. Étant donné la taille relativement peu conséquente de ce type de pièce, on s’accorde sur le fait que les piliers ne supportaient probablement pas le plafond mais plus probablement une colonne dans une pièce à l’étage (Evans 1913-1914 : 68-69). Cette pièce à l’étage est souvent étroitement associée à la crypte et on postule généralement son existence sur base de la présence d’escaliers proches, du pilier et dans trois cas, de base de colonnes tombées de l’étage (Gesell 1985 : 26). Ce type de cellule fut essentiellement repéré en Crète centrale et du sud, avec une concentration toute particulière autour de Knossos et, fait tout à fait notable, il semble que les ‘habitations’ n’en aient pas eu l’exclusivité étant donné que cet agencement cellulaire apparaît parfois en étroite relation avec des tombes (Gesell 1985 : 26 et 33)85. Comme pour beaucoup de cellules architecturales, il semble que le concept de crypte à pilier (s) ait vu le jour au protopalatial (Gesell 1985 : 14-15) mais qu’il n’ait atteint sa forme définitive qu’au cours du néopalatial, même s’il présente une nature architecturale plus variable que certaines cellules plus canoniques comme le bain lustral. Sans pour autant qu’il s’agisse d’un agencement spatial récurrent en architecture minoenne, il est nécessaire de mentionner l’existence d’une autre catégorie de pièce à supports verticaux : la salle hypostyle (Graham 1961 ; Graham 1962 : 125-128 ; Platon 1971 : 203-209 et 255 ; Hue et Pelon 1992 ; Pelon 1993 ; Hitchcock 2000 : 83, 87 et 186-188). Du point de vue formel, il s’agit d’une salle rectangulaire qui se distingue par la présence de deux rangées de piliers. Sa forme la plus pure se retrouve dans l’aile nord du palais de Malia (Hue et Pelon 1992 ; Pelon 1993) mais une large pièce occupant une position sensiblement similaire a été découverte au palais de Zakros (Platon 1971 : 203-209). Sur base de l’implantation de la salle hypostyle au sein du palais, de la proximité d’un escalier et de certaines caractéristiques structurelles, Graham la mit en relation avec une pièce présumée à l’étage, leur attribuant un schéma fonctionnel commun (Graham 1961 ; Graham 1962 : 125-128)86. Même si la fonction présumée est évoquée dans un chapitre ultérieur, il est important de noter qu’à Malia comme à Zakros, on découvrit, dans la salle hypostyle ou dans des cellules y étant associées, une forte concentration de vases culinaires (Chapoutier et Joly 1936 : 22 ; Chapoutier et Demargne 1942 : 15 ; Platon 1971 : 203-209)87. Du point de vue chronologique, une étude poussée des antécédents de la salle hypostyle de Malia (Hue et Pelon 1992 ; Pelon 1993), nous pousse à croire que ce type de cellule spatiale trouve, au même titre que d’autres, ses racines dans des manifestations architecturales antérieures88. À ce titre, notons que le plan dit « but and ben » ou « en chicane », qui caractérise la salle hypostyle de Malia, est une caractéristique architecturale minoenne traditionnelle (Marinatos et Hägg 1986 : 73, n. 99-100). En effet, il apparaît en Crète dès l’époque néolithique. On aurait donc, au sein d’une architecture palatiale, « la survivance d’un plan ancien, pré-minoen. » (Hue et Pelon 1992 : 3, n. 11).

  • 89 Ce type de support fut utilisé occasionnellement au courant du protopalatial mais ne fut d’un usag (...)
  • 90 Il précise également que cette constatation ne fournit pas à elle seule une explication pour l’uti (...)
  • 91 Il convient de préciser que ce type d’espace pourrait également avoir été abondamment utilisé dans (...)

32Les pièces qualifiées d’espace dépourvu de porte (doorless space) méritent une explication même si leur dénomination peut paraître suffisamment explicite. Cette terminologie peut en effet s’appliquer à deux types d’espaces : une pièce, qu’elle soit en sous-sol ou non, dont l’accès était vertical par des moyens aujourd’hui disparus (échelle, escalier en matériaux périssables) mais également un espace, souvent assez étroit, au rez-de-chaussée ou en sous-sol, qui n’était tout simplement pas accessible (McEnroe 1982 : 9, n. 20 ; Preziosi 1983 : 5). Généralement, la plupart de ces espaces sont de petite taille (tant au point de vue de la superficie que de la hauteur) et ne devaient guère être le théâtre d’activités nécessitant qu’on y passe beaucoup de temps. Néanmoins, il arrive que plusieurs espaces s’agencent en une zone qui ne correspondait pas avec le reste du rez-de-chaussée d’un édifice et qui pouvait offrir un espace propice à différentes activités. Cette constatation seule met l’accent sur la diversité d’usage potentiel de ce type d’espace. Néanmoins, McEnroe insiste tout particulièrement sur leur rôle structurel (McEnroe 1982 : 12). Il souligne en effet que ces espaces dépourvus de porte ont une longue histoire dans l’architecture minoenne. De nombreux exemples existaient au pré et protopalatial, leur fonction de soutien des étages supérieurs ayant souvent été mise en évidence. Malgré tout, au néopalatial, l’introduction d’innovations techniques telles qu’un charpentage vertical au sein des murs (Shaw 1973a : 140) et l’apparition, dans l’architecture domestique, de supports verticaux libres (colonnes, piliers, baies à portes multiples)89 offrirent une alternative structurelle au soutien architectonique par le biais d’espaces dépourvus de portes (McEnroe 1982 : 12). McEnroe constate donc que la présence de ce type d’espace est généralement inversement proportionnelle à celle de supports verticaux au sein d’un édifice90. La présence d’espaces dépourvus de porte est tout particulièrement caractéristique de sites tels que Gournia, Palaikastro ou Zakros, où presque chaque maison en est dotée (McEnroe et al. 2001 : 48). Dans ces circonstances, il n’est pas impossible que l’utilisation de cet espace particulier résulte de l’utilisation d’un langage architectural plus traditionnel, de type vernaculaire (McEnroe 1982 : 12 ; McEnroe 1990)91.

Fonctions sans forme spatiale canonique

33À la différence des cellules spatiales précédemment évoquées, ce point rassemble quelques considérations formelles au sujet d’espaces dépourvus d’un aspect récurrent mais généralement associés à une fonction avérée ou de fonction présumée sans matérialisation architecturale clairement identifiée.

  • 92 Ce dernier défend l’idée d’une localisation quasi-systématique des magasins au rez-de-chaussée pou (...)
  • 93 Comme le simple fait que la présence d’un pithos transforme une pièce en un magasin (Hitchcock 200 (...)
  • 94 Le pithos est souvent considéré comme le récipient de stockage par excellence, en effet il en est (...)
  • 95 On parle souvent de trésors d’objets en bronze (hoards of bronze objects) à leur sujet. Ils pouvai (...)
  • 96 Les réserves d’objets en pierre pouvaient contenir, par exemple, des aiguières, des rhytons, des t (...)
  • 97 En ce qui concerne les salles d’archives, il faut néanmoins reconnaître que malgré que les palais (...)
  • 98 Il s’agit essentiellement de la taille relative des réserves, de leur forme, de leur disposition e (...)

34Identifiés sur base de leur contenu et/ou de leurs propriétés architecturales, les réserves ou magasins présentent une très grande diversité (Begg 1975 : 7). Begg jeta les bases d’une analyse systématique des zones utilisées à des fins de stockage dans les bâtiments minoens, permettant notamment de sortir du cadre interprétatif parfois restreint de chercheurs précédents (Graham 1962 : 129-137)92 et d’éviter certains raccourcis dommageables93. De manière générale, le concept de stockage renvoie au fait d’entreposer des produits et objets de nature variée : « […] storage at any time or place is a behavioural and technological mechanism which ensures the availability of a wide range of products, for example subsistence commodities, artefacts, currency as well as knowledge (written records […]). » (Christakis 1999 : 2). Dans le cadre de l’architecture minoenne, Begg isole quatre types de réserves d’objets particuliers. Les réserves de pithoi forment la première catégorie (Begg 1975 : 9-11). Il s’agit comme leur nom l’indique de pièces au sein desquelles furent découverts de nombreux pithoi ainsi que des jarres ou des coupelles coniques probablement utilisées pour transférer le contenu d’un pithos à un autre ou d’un pithos à un récipient plus manœuvrable (Begg 1975 : 9 ; Pelon 1966 : 562, n. 3)94. Il existe également des réserves de poterie au sens large (Begg 1975 : 11-15). Elles sont caractérisées par la présence de vases de différents types ou d’un seul type de vase mais en très grand nombre. La présence d’objets en bronze définit une troisième catégorie (Begg 1975 : 13-15). Ces réserves sont identifiables par la présence importante d’objets en bronze95 souvent mise en relation avec l’absence proportionnelle d’autres types d’objets. Une quatrième catégorie concerne le stockage d’objets en pierre (Begg 1975 : 15-17)96. Ce type de réserve est plus rare et les fouilleurs s’y réfèrent souvent en les qualifiant de trésors. Ces cellules sont également parfois interprétées comme des ateliers. En plus des catégories de Begg, il est important de noter que la présence d’archives sous la forme de tablettes ou d’impressions de sceau pourrait permettre de postuler l’existence d’espaces où les entreposer97. Outre le contenu, certaines particularités architecturales98 furent mises en évidence par Begg et utilisées afin de dresser une typologie des espaces de stockage :

  • Les magasins (magazines) sont de zones de stockage longues et étroites, ouvertes à l’une de leurs extrémités, disposées en séries parallèles souvent entre un corridor d’un côté et un mur extérieur de l’autre (Begg 1975 : 19-21). En plus de renforcer ce mur, il est probable qu’ils aient contribué à soutenir les salles dont certains ont postulé l’existence à l’étage (Graham 1956 ; Graham 1962 : 129-136 ; Graham 1979 : 49-63 ; BEGG 1975, p. 19). Il s’agit du type de réserve le plus fréquent au néopalatial, au moins en ce qui concerne les palais (Preziosi 1983 : 92). À Malia et à Knossos, ils occupent une grande partie de l’aile ouest. À Phaistos, la situation est quelque peu différente et les magasins sont organisés en deux séries orientées Nord-Sud et séparées par un couloir Est-Ouest y donnant accès (Preziosi 1983 : 128) ;
  • Les magasins reliés (interconnecting magazines) forment un type assez rare qu’on ne retrouve qu’au palais de Malia et de Knossos (Begg 1975 : 21-23). Leur entrée se situe dans le mur latéral des magasins susmentionnés, à proximité d’une de leurs extrémités. Ce système nécessite donc qu’on franchisse un ou plusieurs magasins afin d’en atteindre un autre. Le fait qu’un tel système puisse être aisément séparé des espaces adjacents invite Begg à considérer qu’il pouvait s’agir d’un complexe spatial isolé et indépendant et consécutivement, que leur contenu devait être distinct des magasins traditionnels ;
  • Certains magasins sont divisés en travées (bays) par des murs s’élançant depuis leur long côté (Begg 1975 : 23-24). Ces travées étaient donc généralement partie intégrante des magasins et avaient sans doute une fonction structurelle ;
  • Des niches (nooks) construites sommairement à proximité de l’entrée ou dans les vestibules de certains bâtiments auraient également eu une fonction de réserve (Begg 1975 : 24, n. 48). Ce type de réserve n’apparaît qu’au néopalatial dans l’architecture domestique ou dans certaines villas mais jamais dans les palais ;
  • Les sottoscale correspondent à l’espace laissé libre par la partie supérieure d’un escalier (Begg 1975 : 24-26). Étant majoritairement formés de bois, on en garde généralement peu de traces mais leur contenu, parfois retrouvé in situ, permet d’en postuler l’existence (McEnroe et al. 2001 : 42). On y retrouve souvent des objets utilitaires utilisés dans les pièces adjacentes, leur contenu variant donc en fonction des espaces près desquels ils sont implantés ;
  • Les réserves avant/arrière (front/back rooms) sont de zones de stockage qui doivent être envisagées conjointement (Begg 1975 : 26-28, n. 55 et 57). En effet, elles forment un complexe cohérent, la première donnant accès à la seconde99 ;
  • Les pièces à auge («  auge » rooms) forment une catégorie que l’on ne retrouve qu’à Malia au néopalatial (Begg 1975 : 28, n. 60). Il s’agit d’une réserve construite contre le mur ou dans l’angle d’une cellule plus grande grâce à une cloison (rubble wall). Leur fonction devait impliquer l’énigmatique auge, un bloc de pierre rectangulaire percé d’une ou de deux cavités dans sa partie supérieure100. Ces pièces semblaient contenir des objets en usage dans les espaces adjacents comme de la céramique commune (Begg 1975 : 28, n. 64) ;
  • Les pièces à pilier (pillar rooms) contiennent parfois de nombreux pithoi ainsi que des cruches et des coupelles coniques leurs étant souvent associées dans les zones de stockage (Begg 1975 : 29-31). Begg estime que toute pièce à pilier qui ne contient pas de pithoi peut être considérée comme crypte à pilier mais il précise également que la différence entre les deux espaces est peut-être plus apparente qu’effective101 ;
  • Les réserves isolées (isolated storerooms) sont des espaces relativement grands et rectangulaires, présentant des vases arrangés le long des murs mais dépourvus de cistes ou de piliers (Begg 1975 : 32, n. 70). Elles sont généralement isolées au sein d’un bâtiment mais, parfois, elles sont implantées au cœur d’un système de corridors dans une position centrale par rapport aux autres pièces. Elles ne sont que difficilement identifiables sur base des critères architecturaux uniquement et seul leur contenu permet une réelle identification. Quelque soit leur implantation au sein d’un édifice, elles demeurent assez accessibles ;
  • Les pièces dotées de casiers de rangement (rooms with bins) sont assez rares (Begg 1975 : 33, n. 72). Les casiers sont formés d’espaces rectangulaires construits en briques plâtrées. Ce type de dispositif se retrouve généralement au sein d’une des catégories de réserve précitées ;
  • Les silos forment une catégorie de zones de stockage propre au palais de Malia (Begg 1975 : 33-35). Il s’agit en effet d’un ensemble unique de constructions dans l’angle sud-ouest du palais. On y retrouve huit silos circulaires alignés en deux rangées de quatre à l’intérieur d’un espace déterminé par un mur de clôture. Ces structures devaient se terminer en dôme soutenu par un pilier central dont on a souvent gardé la trace (Graham 1962 : 134-135). Suite à la découverte de stuc sur les murs du silo sud-est, les fouilleurs français les identifièrent comme des citernes (Chapoutier et Demargne 1962 : 18-19). Mais depuis lors, plusieurs chercheurs ont préféré y voir des silos à grains (Graham 1962 : 134-135 ; Tire et van Effenterre 1966 : 8-9 ; Preziosi 1983 : 108-109 ; Strasser 1997 : 78-79)102. De plus, il existe des parallèles probants en Égypte (Graham 1962 : 134-135, n. 11 ; Preziosi 1983 : 108-109, n. 174 ; Begg 1975 : 34). Des traces de murs dans l’angle nord de la zone suggèrent l’existence d’une plate-forme supérieure d’où le grain aurait pu être versé dans les silos, pour être récupéré, quand le besoin s’en faisait sentir, depuis le niveau du sol. Il est difficile de savoir si ces silos étaient indépendants du palais au point de vue de la circulation et bien qu’aucun accès n’existe au rez-de-chaussée, il n’est pas impossible qu’une connexion ait existé à l’étage ;
  • Les citernes forment une dernière catégorie de réserves (Begg 1975 : 35-41). Étant donné qu’il existe des preuves de la capacité des Minoens à bâtir des aqueducs pour approvisionner leurs établissements en eau (par ex : PoM II : 462-463), il est probable qu’ils aient également construit des citernes pour en conserver le surplus en cas de besoin.
  • 103 À titre d’exemple, les réserves d’objets en bronze furent souvent découvertes dans des espaces rel (...)
  • 104 Bien au-delà d’une hiérarchie des édifices néopalatiaux, c’est les différents types de stratégies (...)
  • 105 On suggéra tout d’abord que du proto-ou néopalatial l’espace dédié au stockage de la nourriture di (...)

35En plus de cette catégorisation, Begg met en rapport les différentes formes de réserves avec des contenus particuliers (les pithoi étant par exemple fréquemment associés avec les magasins et les salles à pilier) et envisage leur implantation au sein des édifices103 ainsi que leur concentration géographique (Begg 1975 : 41-44). Récemment, Christakis s’est basé sur la typologie établie par McEnroe et les catégories de réserves de Begg pour identifier les types de zones de stockage présentes dans l’architecture domestique (Christakis 1999 : 8-11). De manière générale, il apparaît que les différentes catégories de zones de stockage ne sont pas associées de manière uniforme à tous les édifices minoens et qu’une certaine hiérarchisation du bâti ait pu trouver un écho dans l’utilisation de tel ou tel type de réserve104. D’un point de vue chronologique, l’évolution des capacités de stockage des différents bâtiments minoens est l’objet d’un débat assez animé105.

  • 106 Divers exemples dans Branigan 1983 ; Marcelis 1989 et Poursat 1995 pour le Quartier Mu (avec référ (...)
  • 107 L’utilisation récente du terme workroom pour désigner une réalité architecturale très large en est (...)
  • 108 Marcelis précise qu’il peut s’agir d’objets d’art ou d’usage courant et qu’un atelier nécessite un (...)
  • 109 Les différents types de production évoqués dans les articles précités suffisent à en attester. Not (...)
  • 110 Certaines données produites par des fouilles récentes pouvant malgré tout apporter un éclairage no (...)
  • 111 On retrouve les mêmes considérations appliquées aux ateliers mycéniens chez Tournavitou (Tournavit (...)
  • 112 Il convient néanmoins d’attirer l’attention sur le fait que des éléments tel qu’un éclairage suffi (...)
  • 113 Certaines publications récentes ayant malgré tout fait appel à la présence d’installations particu (...)
  • 114 Certaines considérations peuvent aussi être énoncées en termes de permanence et de statut de l’act (...)

36Même si l’artisanat, sa naissance, son développement, son organisation et sa relation au pouvoir furent l’objet de nombreuses recherches (van Effenterre 1980 : 476-481 ; van Effenterre 1983 ; Branigan 1983 ; Function Palace (The Palaces as Centres of Trade and Manufacture) : 245-300 ; Evely 1988 ; Tournavitou 1988 ; Marcelis 1989 ; Platon 1993 ; Poursat 1995), son contexte spatial, les ateliers, échappent à toute caractérisation précise. En effet même si la présence d’ateliers particuliers est assez bien documentée et ce dès le Minoen Ancien106, l’atelier en tant qu’espace architectural reste une réalité assez floue107. Au point de vue de la terminologie, on s’accorde à définir un atelier comme un espace ayant pour but la production d’objets108 mais cela reste un concept qui couvre une large gamme d’activités109. D’un point de vue typologique, il apparaît qu’aucune caractéristique architecturale récurrente, tant au point de vue du mobilier que de l’organisation spatiale, ne peut à ce jour être attribuée aux ateliers minoens110 : « […] there seems nothing at either site to seize upon as providing any degree of coherent pattern. […] It really does look as if nothing in the way of generalized pattern can be abstracted from the details of the architectural arrangements. » (Evely 1989 : 402-407)111. Aussi problématique qu’il soit, cet état de fait n’entrave pas totalement l’étude des ateliers en tant qu’espace architectural. Il convient néanmoins de souligner que les facteurs d’identification de telles pièces dépendent donc majoritairement d’éléments non architecturaux112. Ainsi, la présence de matières premières non travaillées, d’objets inachevés, de déchets de fabrication, d’outils ou d’équipements annexes constitue un indice de localisation assez utile (Evely 1989 : 407-410 ; Tournavitou 1988 : 450-454 ; Platon 1993 : 105-106). Malgré tout, la seule présence d’un des éléments susmentionnés (généralement aisément identifiables) ne constitue pas un « indicateur infaillible » de la présence d’un atelier (Evely 1989 : 409-410)113. Au contraire, leur combinaison accroît souvent la validité d’une identification (Evely 1989 : 409-410 ; Warren 1967). Le fait que certains des ateliers furent établis à l’étage des édifices ne fait évidemment que compliquer la situation, l’écroulement de ces derniers faisant obstacle à toute interprétation précise. Quoi qu’il en soit, il est plus que probable que des ateliers aient existé à tous les niveaux du bâti minoen et qu’ils aient été distribués au sein de ce dernier de manière variable (Evely 1989 : 413)114. Ce type de cellule est donc essentiellement envisagé au cas par cas dans le cadre de l’étude des différents bâtiments sélectionnés.

  • 115 Les interprétations de Hood (Hood 1997) laissent la même impression dans le cadre d’une étude des (...)
  • 116 À l’exception évidente de certaines cellules que nous avons déjà mentionnées et auxquelles on attr (...)
  • 117 À ce sujet, il convient évidemment de préciser qu’une pièce contenant des objets de culte ne doit (...)
  • 118 Tout comme dans le cadre de l’identification des ateliers, la présence d’un seul de ces éléments n (...)

37C’est dans une perspective assez similaire que sont abordés certains espaces auxquels on accorde une fonction rituelle et que l’on qualifie de sanctuaires. De manière générale, l’absence, en Crète minoenne, d’édifices pouvant être qualifiés de temple au sens strict du terme fut souvent soulignée comme une des causes de l’intégration des zones rituelles présumées au sein d’autres bâtiments (Hood 1997 : 105 et 115). Consécutivement, l’impression d’une écrasante présence d’espaces rituels se dégage souvent du bâti minoen : « One does not need to read the entire three thousand pages of ‘The Palace of Minos at Knossos’ to receive the impression that the building was a labyrinth of cult rooms from one end to another. » (Graham 1962 : 137)115. À nouveau, l’absence d’une réelle récurrence en termes d’organisation spatiale116 complique leur identification tout comme la création d’une typologie. Néanmoins, un certain nombre d’éléments sont souvent mis en évidence comme révélateurs de la nature cultuelle d’un espace particulier : l’orientation (Shaw 1973b ; Preziosi 1983 : 501-509 ; Fernandez 1985 : 259) (et parfois, par extension, un lien particulier avec certains corps astraux - Goodison 2001 ; Goodison 2004 ; MacGillivray 2004), la présence d’installations fixes comme des banquettes (Gesell 1985 : 14, 19-22 et 32 ; Gesell 1987 ; Fernandez 1985 : 259-260 ; Davaras 1997 : 121, n. 26) ou d’objets considérés comme cultuels (Gesell 1985 : 33-36 ; Gesell 1987 ; Fernandez 1985 : 258 ; Hood 1997 ; Davaras 1997)117, des témoignages iconographiques (Shaw 1978a ; Marinatos 1987 ; Davis 1987), l’accessibilité, l’organisation interne et l’implantation au sein du bâti (Fernandez 1985 : 259 ; Preziosi 1983 ; Marinatos et Hägg 1986 ; Driessen 2004) et malheureusement, assez souvent, l’absence d’une autre interprétation valable. L’apparition conjointe de ces éléments118 au sein de divers édifices est souvent interprétée comme porteuse de signification, comme révélatrice d’une « topographie sacrée » minoenne (Davaras 1997 : 121, n. 26). C’est ainsi que l’existence de certaines cellules telles que le sanctuaire tripartite (Shaw 1978a) ou le sanctuaire à banquette (Gesell 1985 : 14, 19-22 et32 ; Gesell 1987) fut cristallisée.

  • 119 À ce sujet, nous renvoyons à la description des divers édifices retenus dans cette étude. Voir éga (...)
  • 120 À titre d’exemple, pour les palais : Graham 1956 ; Graham 1960 ; Graham 1961 ; Graham 1962 ; Graha (...)
  • 121 À titre d’exemple : Begg 1975 : 200-206 ; Begg 1987 ; Driessen 2005 : 85 et suivantes.
  • 122 Le cas de Santorin offre malgré tout un aperçu fiable et intéressant de l’aspect qu’aurait pu revê (...)
  • 123 Pour une approche chronologique de l’implantation de ces escaliers et du Piano Nobile, voir Driess (...)
  • 124 Graham met en relation étroite la présence des redans dans la façade ouest, le positionnement de f (...)

38Généralement, on s’accorde à reconnaître le fait que les bâtiments minoens disposaient assez souvent, au néopalatial, d’un ou plusieurs étages119. L’aspect formel de ces présumés étages n’étant que rarement conservé, on le restitua souvent, ainsi qu’une certaine dimension fonctionnelle, en faisant appel aux caractéristiques structurelles de l’architecture du rez-de-chaussée120 ou à des trouvailles liées aux couches de destruction121. Il convient néanmoins de préciser qu’aucune régularité en termes d’agencement spatial des étages n’est clairement documentée en Crète minoenne122. En d’autres termes, le manque de vestiges conservés sur plusieurs étages rend impossible l’élaboration de schémas architecturaux récurrents. En conséquence de quoi, l’existence d’étage (s) est plus largement abordée dans le cadre de l’étude particulière des divers édifices envisagés. Néanmoins, l’architecture palatiale présente certaines caractéristiques qui, mises en évidence, donnèrent naissance à l’idée d’une organisation spatiale particulière de l’étage de l’aile ouest. Ainsi, se basant sur l’idée d’Evans d’un piano nobile (PoM II : 350-353 ; Graham 1962 : 116) et sa reconstitution sous la forme du Great Hall à Knossos, Graham postula l’existence de grandes salles carrées munies de colonnes à l’étage des magasins de l’aile ouest des palais minoens (Graham 1956 ; Graham 1960 : 333 ; Graham 1962 : 114-124 ; Graham 1979 : 49-63). Elles auraient été desservies par un corridor surplombant celui des magasins, directement accessible depuis la cour centrale par un escalier majestueux, de nature ostentatoire (Graham 1979 : 61)123. Elles auraient également été largement dotées de fenêtres ouvrant sur la cour occidentale (Graham 196)124. L’ensemble de ces considérations ainsi que d’autres réalités palatiales invitent Graham à prêter à ces salles présumées une fonction bien particulière (Graham 1962 : 114-124). Quoi qu’il en soit, les reconstitutions de Graham ne firent pas nécessairement l’unanimité (Festòs II : 330 ; Warren 1967 : 196, n. 5 ; Begg 1975 : 200-206 ; Begg 1987 ; Hitchcock 2000 : 131-132), particulièrement en termes de fonctionnalité, et elles seront consécutivement envisagées comme une réalité pour le moins hypothétique.

  • 125 La notion d’hygiène minoenne fut récemment abordée. L’idée générale qui se dégage est que les espa (...)

39Au même titre que l’organisation spatiale des étages, certains types de cellules manquent cruellement de caractéristiques typiques et n’apparaissent pas dans un échantillon suffisamment large d’édifices. En conséquence de quoi, certaines pièces interprétées par les fouilleurs ou les chercheurs comme pièce de repos (Kopaka 1990), zones de cuisson, sanitaires125, loge de portier (Preziosi 1983 ; Hitchcock 2000 : 74), ou étables (Shaw 1978b) n’entrent pas dans la catégorie des cellules spatiales récurrentes. Ces pièces sont malgré tout envisagées dans l’analyse spatiale individuelle qui sera l’objet d’un prochain chapitre.

3. Conclusion

  • 126 À titre d’exemple en ce qui concerne les cellules spatiales, les cryptes à pilier sont tantôt cons (...)
  • 127 Découlant d’un souci louable d’intégrer le plus grand nombre d’éléments disponibles dans l’étude d (...)
  • 128 Quelque soit la nature de cette étude (régionale, chronologique, fonctionnelle, etc.).
  • 129 C’est notamment le cas de la cour centrale, du bain lustral, de la crypte à pilier et de la salle (...)

40L’impression qui se dégage de notre évocation du corpus architectural néopalatial est celle d’une grande diversité et d’une complexité indéniable. Le langage du bâti minoen répondait sans doute à une syntaxe élaborée et se déclinait grâce à un vocabulaire abondant. Le propre de nos recherches est de tenter d’en saisir les modalités. Néanmoins, certaines remarques peuvent d’ores et déjà être formulées. De manière générale, il convient d’éviter une catégorisation trop stricte des cellules spatiales ou même des édifices au sens large. En effet, la typologie architecturale minoenne fait souvent montre d’une certaine flexibilité126. Malgré tout, cet état de fait n’invite pas à un relativisme total127 ni même au déni de la valeur indicative de l’espace bâti dans le cadre d’une étude de l’architecture minoenne128. À la lumière des différents points précédemment évoqués, l’architecture néopalatiale présente déjà quelques caractéristiques notables. Tout d’abord, il apparaît que certaines cellules ne prennent leur réelle signification qu’en relation avec d’autres espaces. C’est une considération que l’on retrouve abondamment chez Preziosi (Preziosi 1983) et qui est documentée, parmi d’autres configurations, par le rapport entre polythyron et bain lustral (Marinatos et Hägg 1986) ou encore, par exemple, dans l’identification de certains types de réserves (Begg 1975). Ces associations récurrentes, couplées à d’autres éléments, invitèrent certains chercheurs à postuler l’existence d’une régularité systématique dans la planification architecturale minoenne (Graham 1962 : 236 ; Preziosi 1983). Nous reviendrons en détails sur ce type de considération lors de l’évaluation des résultats de l’analyse de la configuration. Outre sa variété, le langage architectural minoen est enrichi d’une histoire assez longue. En effet, les différentes catégories d’espaces évoqués ont souvent eu des antécédents, trouvant leurs racines dans les manifestations architecturales du pré-ou du protopalatial129. Néanmoins, le néopalatial apparaît comme la période durant laquelle les formes architecturales se cristallisèrent peu à peu, adoptant souvent un aspect formel bien défini. De plus, certaines configurations spatiales telles que la salle minoenne ne virent véritablement le jour qu’au cours de cette période. L’architecture néopalatiale constitue donc un candidat idéal à l’application de méthodes d’analyse spatiale et visuelle. Sa complexité, sa diversité et son aboutissement étant autant de caractéristiques justifiant qu’on y consacre une étude détaillée et originale.

Notes

1 Il s’agit des différentes données auxquelles mène l’analyse de la syntaxe spatiale et l’analyse visuelle en termes d’intégration, de contrôle, etc. Le concept de génotype évoqué dans le chapitre théorique renvoie également à cette notion.

2 Dans l’un des cas, un élément est utilisé d’une certaine manière suite à la découverte de certaines de ses propriétés (fonctionnalité induite) dans l’autre, un élément est construit à des fins particulières et utilisé consécutivement (fonctionnalité construite).

3 Terme qu’emploie Preziosi pour qualifier les éléments constitutifs de base d’un espace bâti. Ces dernières ne correspondent pas toujours à des pièces dans le sens commun du terme. Ainsi, une cour peut être considérée comme une cellule. Elles s’organisent en matrices, c'est-à-dire des modèles stables de relations entre cellules caractéristiques d’un certain temps et d’un certain espace dans l’environnement bâti d’une société. Les matrices quant à elles s’articulent en complexes (compounds). Preziosi précise néanmoins que le corpus architectural minoen doit davantage être défini en terme de modèles de relations que structurellement ou géométriquement. Ainsi, un complexe n’équivaut pas toujours à un bâtiment (c'est-à-dire une entité structurellement et géométriquement isolable). De même, une matrice peut-être constituée d’une seule cellule et un complexe d’une seule matrice. Le modèle cellule/matrice/complexe ne se déploie pas toujours de façon hiérarchique et pyramidale.

4 Voir également Rapoport 1977 : 82-83 pour le ‘degré de contrainte’.

5 Voir notamment Preziosi 2003 où l’auteur évalue son travail sur l’architecture minoenne dans une perspective post-processuelle.

6 Car il va de soi que ces réalités se nourrissent l’une de l’autre et existent conjointement, formant une entité socio-architecturale complexe.

7 Rapports de fouilles : Atkinson et al. 1904 ; Dawkins et Droop 1911. Pour Phylakopi au Bronze Récent I, voir Renfrew 1978 ; Whitelaw 2004b ; Whitelaw 2005.

8 Davis 1986. Ladite Maison A qui bénéficie d’une publication détaillée (Cummer et Schofield 1984) sera malgré tout envisagée.

9 Rapports de fouilles : Monaco 1941 ; Marketou 1988, Marketou 1996.

10 Voir, entre autres : Wiener 2003 ; Manning 1999 ; Manning et al. 2002. Warren et Hankey sont évidemment défenseurs d’une chronologie basse.

11 Il existe cependant quelques exceptions notables (Rehak et Younger 2001 : 390-392).

12 Il convient néanmoins de souligner qu’il peut être intéressant de se pencher sur ce problème, particulièrement dans le cadre d’une approche comparative mettant par exemple en parallèle le bâti minoen avec des réalisations architecturales contemporaines dans le reste de l’Egée et au-delà (une perspective qui dépasse les prétentions de cet ouvrage).

13 Dans un chapitre ultérieur, nous reviendrons de manière plus spécifique sur la chronologie des divers édifices étudiés.

14 Preziosi et Hitchcock ont proposé une alternative à cette catégorisation du bâti néopalatial, sujet sur lequel nous reviendrons à la lumière des données produites par l’analyse de la configuration (Preziosi et Hitchcock 1994 mais également Preziosi et Hitchcock 1999 : 120-122). D’autre part, il est évident que les classifications évoquées ici ne doivent en aucun cas être considérées comme des réalités clairement définies, comme le dit Palyvou : « […] Minoan architecture does not lend itself to clear cut definitions and strict groupings […] » (Palyvou 2002 : 176) ou encore : « The very essence of Minoan architecture lies in the rich scale of in-between shades it provides : it is no coincidence, nor is it due to our incapability (only), that we have so many difficulties in arranging the buildings into categories. » (Palyvou 2004 : 207).

15 Tout particulièrement les nombreuses contributions dans Function Palaces et Monuments of Minos.

16 Le cas du quartier Mu est particulier à ce titre dans la mesure où il pourrait avoir vu naître les premières manifestations d’un bain lustral et d’une salle minoenne (Driessen 1982 : 54-55 où l’édifice est décrit comme ayant un caractère semi-palatial ; voir également Schoep 2002b : 115-117 et 121).

17 À ce sujet, nous renvoyons également à la description des divers édifices sélectionnés dans cette étude.

18 Voir à nouveau Function Palaces et Monuments of Minos pour un aperçu de l’évolution des considérations en la matière.

19 De plus amples précisions au sujet des différentes fonctions attribuées aux palais sont évoquées dans la description particulière des édifices ainsi qu’au sein du chapitre consacré à l’interprétation de l’analyse de la configuration.

20 Pour un aperçu général : voir diverses contributions dans Function Villas ; Hood 1983. Pour une approche plus particulière, nous renvoyons à la description des différents édifices sélectionnés dans le cadre de cette étude.

21 Effectivement, en apparence, les villas se présentent de manière très variable.

22 Les bâtiments en question se voyant reléguer à un statut purement utilitaire.

23 Nous reviendrons sur la typologie qu’il propose à la lumière des résultats de l’analyse de la configuration.

24 Ses édifices de type 3 (McEnroe 1982).

25 En ce qui concerne cette question voir les réflexions récentes dans Mantzourani et al. 2005 ; Mantzourani et Vavouranakis 2005.

26 Pour la superficie des différentes villes minoennes voir notamment : Whitelaw 2001 : 29, fig. 2.10 ; Branigan 2001 : 39, fig. 3.1.

27 Le bâtiment central de Gournia pourrait appartenir aux deux catégories !

28 Ex : Prasa B, Agia Varvara, Stou Kouse, Rousses, ferme de Chalinomouri (Pour les références bibliographiques concernant ces édifices, nous renvoyons à leur description dans le chapitre suivant).

29 Ex : Maisons de la façade à redans et de la cave au pilier à Malia, House with the press et House with the snake tube à Kommos, divers édifices à Gournia, House C. 3 et Artisans’Quarter A à Mochlos, House AD à Pseira (Pour les références bibliographiques concernant ces édifices, nous renvoyons à leur description dans le chapitre suivant).

30 « Moreover as many of the buildings we used to call villas share many features with the ‘palaces’, it makes sense for the sake of the argument here to treat them as part of a continuum, and explore their links and roles in the social and power dynamics, rather than their position in archaeologically constructed and often unhelpful typologies. » (Hamilakis 2002c : 189-190).

31 Pour un cadre théorique et l’utilisation des trouvailles matérielles dans le cadre d’une interprétation architecturale, voir Kamp 1993 ; voir également Preziosi et Hitchock 1994 ; Hitchcock 2000.

32 Notamment en ce qui concerne les concepts d’architectures publique et domestique.

33 Il s’agit de constructions circulaires souterraines que l’on retrouve par exemple à Knossos et à Phaistos durant le protopalatial. Leur fonction fut fortement débattue : Evans les voyait comme des puits à ordures (PoM IV : 64), Preziosi, lui, pensa à l’emplacement d’arbres sacrés (Preziosi 1983 : 121), ce qu’accepta Strasser dans une certaine mesure (Strasser 1997 : 90-91 ; voir également Carinci 2001). Marinatos, quant à elle, préféra les considérer comme des silos à grains (Marinatos 1987 ; une opinion partagée par Halstead 1997), bien qu’ils aient pu recevoir des déchets lors de la reconstruction des cours et façades occidentales au néopalatial comme le sous-entend Pendlebury (Pendlebury 1965 : 129) quand il indique que les kouloures de Knossos ne servirent de fosses-dépotoirs qu’une seule fois quand elles furent bouchées et qu’on ne les utilisa plus par la suite. Voir également Bradfer-Burdet 2005.

34 Dans le sens où elle est moins circonscrite que la cour centrale clairement délimitée par les ailes du palais (voir Palyvou 2002 : 169 ; Palyvou 2004 : 214-215).

35 Il est à noter que cette évolution de la cour ouest va de pair avec un développement de la façade ouest des palais (van Effenterre 1987 et Hägg 1987).

36 « It is of great importance that the only absolutely predetermined and strictly designed space in Minoan architecture is, in fact, an open air space. This, alone, reflects the great significance that outdoor activities must have had in the Bronze Age, and shows that the un-built space can be even more important that the built space. » (Palyvou 2004 : 215).

37 Cette succession de piliers et de colonnes forment une stoa définie par Palyvou comme « a sheltered semi-indoor extension of an outdoor space […] » (Palyvou 2002 : 173).

38 Généralement, un consensus se dégage en ce qui concerne l’idée que la cour centrale ait pu avoir un éventail de fonctions plutôt qu’un usage unique et précis (voir Driessen 2004 : 75 où l’accent est particulièrement mis sur d’éventuelles fonctions rituelles).

39 On la gratifie également parfois d’une valeur symbolique en sus des fonctions qu’elle aurait exercées. À ce sujet, l’analogie entre la cour centrale et les ailes du palais (microcosme) et la vallée ceinte de montagnes typiques du paysage minoen (macrocosme) est assez révélatrice (voir Driessen 2004 : 77 et 80).

40 La question s’est quelques fois posée de savoir si, comme le montre la maquette d’Archanes, le mur extérieur du puits de lumière s’élevait moins haut que les autres murs qui le constituent (Driessen 1982 : 73, n. 192 ; Lloyd 1999 : 65-72 ; Schoep 1994 : 207-208), aucune réponse ne pouvant être apportée avec certitude à ce sujet.

41 Pour la construction des toits minoens, voir Shaw 1973a : 221 ; voir également Graham 1971 : 64-69 dans le cadre de l’architecture palatiale.

42 Notamment à Akrotiri (Michailidou 1990 ; Palyvou 2005) mais aussi dans divers édifices minoens : voir, entre autres exemples, reconstruction des étages de l’aile nord du palais de Malia par Graham (Graham 1962 : 125-126, fig. 58), reconstitution des étages de la Royal Villa à Knossos (Fotou 1997 : 36-37), reconstitution des bâtiments du Quartier des Artisans et de la ferme de Chalinomouri à Mochlos (Soles et al. 2003 : fig.. 5 et 58).

43 Ce dernier donne notamment quelques exemples iconographiques pour étayer son propos.

44 C’est par exemple le cas à Sklavokambos ou à Amnissos (Preziosi 1983 : 64).

45 Tout particulièrement la maquette d’Archanes et la Theran Miniature Frieze - Right Town (Palyvou 2004 : 211-212).

46 Avec un exemple iconographique supplémentaire, la Miniature Fresco de Knossos (n. 28).

47 Le fait que les balcons dont on postula souvent l’existence au dessus des portiques qui bordent la cour centrale soient considérés comme étant assez étroits renforce ces considérations (Palyvou 2002 : 173 et Palyvou 2004 : 212).

48 On constate par exemple que le balcon de la maquette d’Archanes est doté de trois marches (Lembessi 1976 ; Palyvou 2004 : 212).

49 Il s’agit selon lui de la zone qui contient la (ou les) salle (s) minoenne (s) (Graham 1959 ; Graham 1962 : 84-113).

50 Cette double nature séparation/connexion se retrouve abondamment chez Hillier et Hanson (Hillier et Hanson 1984).

51 Notamment à Knossos et à Phaistos (Lloyd 1997-1998 : 134, n. 39).

52 Lloyd attire également l’attention sur le fait que le portique extérieur de la salle minoenne sert parfois de point de connexion entre extérieur et intérieur dans certains édifices, essentiellement palatiaux. Nous reviendrons en détail sur l’aspect des entrées palatiales lorsque chaque bâtiment sera envisagé individuellement, car, même si certaines offrent un aspect plus monumental, il n’existe aucune régularité architecturale en la matière.

53 Ces considérations fonctionnelles paraissent tellement évidentes qu’elles sont mentionnées ici mais seront néanmoins mises en question à la lumière de l’analyse de la configuration.

54 L’association entre l’entrée principale d’un édifice, le vestibule et un escalier est également assez fréquente à Akrotiri, comme nous le verrons par la suite (Palyvou 2005 : 46-48 et 104). De même, on retrouve ce schéma dans la maquette d’Archanes (Palyvou 1987 : 198, fig. 3).

55 Voir par exemple à Pseira : McEnroe et al. 2001 : 43.

56 Exemples à l’appui.

57 Ainsi, des variations systématiques de forme, de dimensions, de proportions, de détails structurels, de couleurs, de texture de certains éléments architecturaux basiques (comme les portes) auraient pu fonctionner comme autant de symboles, d’indices et de marques d’orientation (Palyvou 1987 : 195). À ce sujet, Chlouveraki évoque l’hypothèse que le gypse pourrait avoir été utilisé pour matérialiser des circuits de circulation particuliers (Chlouveraki 2002).

58 Abondamment utilisées en architecture minoenne, tant comme moyen de séparation que comme liant spatial (Palyvou 1987 : 198). Voir également Graham 1962 : 170-179.

59 Fréquemment utilisés dans l’architecture de prestige et les édifices d’un certain standing, les couloirs et corridors au tracé complexe sont souvent moins présents au sein de l’architecture de nature plus vernaculaire (ex : type 3 de McEnroe - McEnroe 1982 : 10).

60 Plus que l’indice de l’existence d’un étage, la présence massive d’escaliers dans l’architecture minoenne souligne l’importance que revêtaient également les circulations verticales aux yeux de Minoens (voir Graham 1962 : 180-185 ; Palyvou 1987).

61 Pour une approche générale des dispositifs antisismiques au sein des édifices minoens, voir Driessen 1987. Au même titre que la propension des Minoens à créer des façades à redans (Preziosi 1983 : 25-26, n. 52). Notons néanmoins qu’au même titre que Preziosi, Graham y voit davantage un souci esthétique qu’un dispositif antisismique (Graham 1960 : 333).

62 Le palais de Knossos en est un parfait exemple (voir par ex : MacDonald 2005) mais c’est également vrai dans l’architecture ‘domestique’, comme à Pseira notamment (McEnroe et al. 2001 : 39-42) ou encore à Manares-Klimataria (Mantzourani et al. 2005).

63 Nous reviendrons sur cette innovation minoenne en matière de gestion de l’espace.

64 1. Un groupe de trois pièces comprenant une salle principale, un vestibule et un puits de lumière 2. Alignement longitudinal 3. Accès latéral 4. Situé à au moins une cellule de l’entrée du bâtiment au sein duquel il est implanté 5. Pas plus de deux accès primaires et 6. Ne formant pas un cul-de-sac (Preziosi 1983 : 48-50).

65 On retrouve cette préoccupation dans une version moins élaborée chez Pedersen 1997.

66 Le terme polythyron est de nature polysémique dans le sens où il définit aussi bien une baie à porte multiple qu’une pièce entourée de baies à portes multiples (Driessen 1982 : 29, n. 14).

67 Ce type de puits de lumière étant souvent entouré de murs sur deux côtés au lieu de trois dans la forme canonique (Lloyd 1997-1998 : 130).

68 Voir également Pedersen 1997.

69 Certains exemples d’architecture plus modeste qui auraient présenté une salle minoenne évoqués par Driessen comme la maison BC de Pseira (Driessen 1982 : 33) sont à traiter avec prudence, malgré que les récents résultats de fouilles semblent attester cette identification (voir McEnroe et al. 2001 : 51).

70 Certains édifices comme le Quartier Mu à Malia présentaient une configuration spatiale assez proche au MMIB/IIA-IIB et on garde également des traces du MMIIIA dans les salles minoennes du palais et du Petit Palais de Knossos (Driessen 1982 : 54, n. 171-173).

71 La cellule fut également décrite par Graham 1962 : 70 et Preziosi 1983 : 65.

72 Driessen en signale trois exemples probants à Palaikastro ainsi qu’un cas potentiel (Driessen 1989-1990 : 14, n. 85 ; Driessen 1999b : 229-231). De son côté, Hitchcock estime qu’un agencement architectural comparable est repérable à Mochlos (House B. 2) mais d’un point de vue formel, la ressemblance n’est guère frappante (Hitchcock 2000 : 182). Van Effenterre évoque également l’existence d’un type de salle qu’il appelle atrium que l’on retrouverait dans divers bâtiments à Malia et qui ne serait pas sans rappeler la forme de la salle de Palaikastro (van Effenterre 1980 : 418-419).

73 Nous revenons ci-dessous sur le concept de particularités régionales lors de l’analyse de la configuration. Pour une interprétation sociale de l’existence de ce type de pièce voir notamment Driessen et MacGillivray 1989 : 107-108. Cunningham évoqua la possibilité que l’exemple original, le prototype, pour ce type de pièce n’a probablement pas encore été trouvé à Palaikastro (Cunningham 2001 : 83).

74 Terme inventé par Graham (Graham 1959 : 47, n. 4).

75 Ce souci d’apport d’air et de lumière donna aussi naissance à des dispositifs spatiaux qui, au protopalatial (MMII), peuvent être considérés comme précurseurs des polythyra (VAN EFFENTERRE 1980, p. 180).

76 Terme inventé par Evans suite à la découverte d’une cinquantaine de récipients à huile dans le bain lustral nord du palais de Knossos (voir remarque de MacGillivray dans Nordfeldt 1987 : 194). Consécutivement Evans estima qu’on y pratiquait une certaine forme d’onction.

77 Pour les fresques, par exemple, à Zakros (Platon 1971 : 182) ou à Akrotiri (Marinatos et Hägg 1986 : 59, n. 19 pour une bibliographie détaillée sur le sujet).

78 Voir Gesell 1985 : 9-15 pour quelques exemples de bains lustraux au protopalatial.

79 La découverte d’un bain lustral à Akrotiri (Xeste 3), fait rare au-delà des frontières crétoises, et le fait qu’il perdure alors que les exemples crétois périclitent fut mis en évidence par Palyvou (Palyvou 2005, p. 182-183).

80 Shaw défend l’idée que le foyer avait plus une vocation d’éclairage que de cuisson (Shaw et Shaw 1996 : 366), au contraire de certaines interprétations plus anciennes (Pelon 1966 : 567).

81 À nouveau, nous revenons sur des considérations fonctionnelles par la suite, dans la description particulière des édifices sélectionnés et, dans une certaine mesure, à la lumière de l’analyse de la syntaxe spatiale.

82 En un sens, il n’est pas étonnant que l’architecture dite vernaculaire conserve certains agencements spatiaux particuliers sur une durée assez longue (McEnroe 1990 : 195).

83 À Knossos, les deux piliers sont sur un axe est-ouest et occupent deux cellules, à Malia c’est un espace unique muni de deux supports alignés nord-sud, à Phaistos, la salle correspondante ne contient pas de pilier mais la base d’une statue ou d’une double hache (Preziosi 1983 : 168, n. 154).

84 Divers exemples dans Preziosi 1983 : 319-477.

85 C’est au domaine funéraire que les premières manifestations de ce type de pièce (ou tout du moins d’un espace de taille restreinte marqué par la présence d’un support central) pourraient également être rattachées, voir par exemple la tombe à maison de Myrtos Pyrgos (Aerial Atlas : 202-203, fig. 28.1).

86 Bien qu’on ne puisse raisonnablement pas rapprocher le North Pillar Hall (MacDonald 2005 : 125) de la salle hypostyle de Malia ou Zakros, Graham postule l’existence d’une salle similaire à l’étage de ces trois exemples (Graham 1961).

87 On retrouva également des marmites, des foyers et une céramique grossière à Zakros ainsi que des ossements dans les salles annexes. De plus amples informations sur ce type de cellule (notamment l’existence d’éléments décoratifs et d’une belle céramique de table dans les couches de destruction de l’étage) seront données dans la description particulière des palais de Malia et de Zakros.

88 Pelon précise que les constructions néopalatiales s’inscrivent généralement « dans la ligne directe de l’architecture d’un premier édifice né aux alentours de 2000 av. J. -C. ». Il est également évident que les structures protopalatiales ne sont pas développées ex nihilo mais qu’il devait exister, déjà au M. A. IIB, des bâtiments importants dont l’orientation semble s’être « imposée par la suite comme une des constantes de l’architecture palatiale » (Hue et Pelon 1992 : 36). Dans le cas de la salle hypostyle, on retrouverait des traces remontant jusqu’au prépalatial (Pelon 1993 : 543-546).

89 Ce type de support fut utilisé occasionnellement au courant du protopalatial mais ne fut d’un usage commun au sein de l’architecture domestique qu’avec l’avènement de la période néopalatiale (McEnroe 1982 : 12, n. 28 ; Driessen 1989-1990).

90 Il précise également que cette constatation ne fournit pas à elle seule une explication pour l’utilisation des espaces dépourvus de porte qui pouvait dépendre de plusieurs facteurs (McEnroe 1982 : 12).

91 Il convient de préciser que ce type d’espace pourrait également avoir été abondamment utilisé dans une catégorie de bâtiment que l’on pourrait qualifier de « platform building ». Ce type d’édifice aurait été formé d’un socle fait d’espaces ayant essentiellement une fonction de soutien structurel et dont l’agencement ne se retrouvait pas à l’étage surmontant le socle en question (ex : Building 1 à Palaikastro - Cunningham 2007b : 109).

92 Ce dernier défend l’idée d’une localisation quasi-systématique des magasins au rez-de-chaussée pour des raisons pratiques et structurelles.

93 Comme le simple fait que la présence d’un pithos transforme une pièce en un magasin (Hitchcock 2000 : 127).

94 Le pithos est souvent considéré comme le récipient de stockage par excellence, en effet il en est l’exemple le plus important en taille et est étroitement lié au stockage de matières premières de subsistance. Ses propriétés physiques variables en termes de stabilité, de capacité, d’ergonomie et de manœuvrabilité permettent une approche élaborée du stockage. De plus, son poids considérable fait en sorte qu’il demeure souvent, au sein des vestiges, dans la position qui était la sienne à l’époque où il fut utilisé (Christakis 1999 : 4-5).

95 On parle souvent de trésors d’objets en bronze (hoards of bronze objects) à leur sujet. Ils pouvaient contenir, par exemple, des aiguières, des basins, des chaudrons, des scies, des doubles-haches, des herminettes et parfois des lingots de cuivre (Begg 1975 : 13).

96 Les réserves d’objets en pierre pouvaient contenir, par exemple, des aiguières, des rhytons, des tables à offrandes, des calices, de fins marteaux, des lampes et des biens importés.

97 En ce qui concerne les salles d’archives, il faut néanmoins reconnaître que malgré que les palais conservent des documents en hiéroglyphique crétois et en linéaire A, ainsi qu’un grand nombre d’impressions de sceaux, ces derniers se retrouvent rarement dans leur position originale. En en découvrant dans les magasins de l’aile ouest, Evans émit l’hypothèse qu’elles provenaient de l’étage, du piano nobile (PoM IV : 669-671). Cela incita certains chercheurs, comme Stergios Spanakis, à voir dans les grandes salles du premier étage de l’aile ouest du palais de Knossos, des bureaux et des salles administratives (Graham 1979 : 61, n. 7 et 42). Graham ne partage bien sûr pas cette idée et estime que l’on devait utiliser les tablettes administratives dans des secteurs plus proches des endroits où l’on amenait et d’où l’on retirait des denrées et des biens divers, c’est-à-dire près des magasins (Graham 1979 : 62 - il admet néanmoins que les tablettes aient pu être entreposées en des lieux incongrus lorsque les palais eurent traversés leur période de gloire et s’engagèrent dans une phase de déclin). Le palais de Zakros fournit encore un exemple hors du commun, en effet, une pièce de l’aile ouest divisée en niches construites de briques, révéla une trentaine de fragments de tablettes en linéaire A conservés par le feu qui ravagea le palais, quelques scellés et des petits systèmes de clôture en bronze ayant probablement appartenu à des diptyques en bois ou en ivoire (Platon 1971). Le palais de Malia livra aussi quelques tablettes et la cellule III8 fut parfois interprétée comme une salle d’archive. Preziosi souligne même à ce propos que la proximité d’une ‘salle d’archive’ par rapport à la salle minoenne se retrouve aussi à Phaistos (Preziosi 1983 : 117, n. 189). De manière générale, en ce qui concerne les archives de la période qui nous concerne, voir principalement Schoep 1995 ; Schoep 1999 ; Schoep 2001 et Schoep 2002a.

98 Il s’agit essentiellement de la taille relative des réserves, de leur forme, de leur disposition et de leur implantation dans le bâtiment au sein duquel on les retrouve.

99 Begg émet également l’hypothèse qu’elles aient pu servir de soubassement à une seule salle l’étage et attire l’attention sur le soin avec lequel ces pièces étaient incorporées verticalement au sein des bâtiments, requérant probablement un grand soin lors de la construction (Begg 1975 : 27).

100 Plusieurs hypothèses ont été avancées quant à la fonction de ces blocs, parmi lesquelles un support pour un métier à tisser, ou plus récemment, un bassin rempli d’eau pour humidifier et rafraîchir l’atmosphère (Begg 1975 : 28, n. 61-63). Shaw considéra qu’elles pouvaient avoir été des mangeoires (Shaw 1978b : 248, n. 52). À leur sujet, voir également Pelon 1966 : 560 et 568-572 ; Treuil 1971 ; Graham 1973 ; Hitchcock 2000 : 112-114.

101 Les salles à pilier contenant des pithoi partageant la dimension religieuse des cryptes à pilier dans le sens où les bien entreposés pouvaient être considérés comme offrandes ou propriétés de la divinité ou aspect sacrée souvent liée au pilier (Begg 1975 : 29). Au sujet de cette conception selon laquelle les zones de stockage auraient été considérées comme pôles rituels à travers l’histoire minoenne, voir Hitchcock 2000 : 145-156.

102 Ce dernier estime néanmoins qu’ils devaient avoir un toit plat et les qualifie de kouloures.

103 À titre d’exemple, les réserves d’objets en bronze furent souvent découvertes dans des espaces relativement inaccessibles (soit des caves sans porte, soit dû à un éloignement des entrées, soit par l’intermédiaire d’une porte à verrou). Begg estime donc que les Minoens stockaient leurs objets en bronze dans des espaces relativement sûrs (Begg 1975 : 13, n. 25-27).

104 Bien au-delà d’une hiérarchie des édifices néopalatiaux, c’est les différents types de stratégies de subsistance que Christakis tente de mettre en évidence dans une approche globale intégrant palais, villas et édifices de moindre importance (Christakis 1999).

105 On suggéra tout d’abord que du proto-ou néopalatial l’espace dédié au stockage de la nourriture diminua dans les palais (Halstead 1981, Halstead 1988 ; Moody 1987). Ce phénomène fut imputé à un changement d’intérêt de l’administration palatiale de préoccupations agricoles vers la production de biens de prestige utilisés lors de transactions sociales et comme marqueurs de statut (Christakis 1999 : 14). Cette réduction des espaces de stockage dans les palais fut interprétée comme concomitante à une augmentation de ces mêmes espaces dans des centres de second ordre, lesdites villas. D’un autre côté, Driessen et MacDonald suggérèrent, sur base d’arguments architecturaux, que cette décentralisation était un phénomène du MRIA avancé ou du MRIB (Troubled Island : 53) et pas du MMIII-MRIA (Moody 1987). Ce changement fut alors interprété comme le résultat de l’incapacité des institutions palatiales, après l’éruption de Thera, à faire face à la production et à la mobilisation des denrées. « This phenomenon is not strictly decentralisation - which implies a palatial decision - but rather fragmentation with local elites taking the initiative. » (Troubled Island : 54). Néanmoins, les travaux de Christakis tendent à prouver que depuis le MMIII et durant tout le néopalatial les réserves de nourriture n’ont fait qu’augmenter au sein des palais ou que, tout du moins, il n’existe aucune preuve d’une réelle réduction (Christakis 1999 : 14-15 ; cette idée se retrouve également sous un autre angle chez Strasser 1997 : 90-92). Christakis conclut de son étude des réserves domestiques que « rather than juxtaposing ‘Villas’ as collecting and community storage centres to the Palaces, it is argued that food storage in these units served the basic need of large secondary elite households residing in them. Their large food stocks ensured a high self-sufficiency and participation in ever-increasing conspicuous competition with the palatial elite. In saying this, we underestimate neither the regional administrative role of some of these complexes, nor the existence of secondary elite groups with conflicting claims to power and status. We would like simply to point out that there is no evidence, as far as storage is concerned, to advance theories of decentralisation and political fragmentation in LMIB. » (Christakis 1999 : 15).

106 Divers exemples dans Branigan 1983 ; Marcelis 1989 et Poursat 1995 pour le Quartier Mu (avec références précises des rapports de fouilles, particulièrement p. 186) ; Platon 1993 (avec un accent sur Zakros) ; Evely 1985.

107 L’utilisation récente du terme workroom pour désigner une réalité architecturale très large en est la preuve (voir McEnroe et al. 2001 : 46-48).

108 Marcelis précise qu’il peut s’agir d’objets d’art ou d’usage courant et qu’un atelier nécessite un espace clairement délimité (Marcelis 1989 : 29) ; Platon met l’accent sur le fait que ces espaces étaient probablement spécialement équipés de façon permanente ou provisoire (Platon 1993 : 105) ; Tournavitou met l’accent sur la caractère manuel ou industriel du travail qui y est exécuté (Tournavitou 1988 : 447) ; Evely invite quant à lui à la plus grande prudence en matière de terminologie afin d’éviter tout biais interprétatif et anachronique (Evely 1989 : 401).

109 Les différents types de production évoqués dans les articles précités suffisent à en attester. Notons également à ce titre que l’acte de créer aurait même pu, dans certaines circonstances, être associé à une représentation d’ordre rituel (Carter 2004).

110 Certaines données produites par des fouilles récentes pouvant malgré tout apporter un éclairage nouveau sur la question (voir par ex : Soles et al. 2003).

111 On retrouve les mêmes considérations appliquées aux ateliers mycéniens chez Tournavitou (Tournavitou 1989 : 449-450).

112 Il convient néanmoins d’attirer l’attention sur le fait que des éléments tel qu’un éclairage suffisant ou la question de l’accessibilité, tant pour les individus que pour les produits à différents niveaux de leur élaboration, ont probablement du jouer un rôle dans l’implantation d’un atelier au sein d’un édifice (Begg 1987 : 179 ; EVELY 1989 : 410 ; Soles et al. 2003 : 91). Au même titre, la proximité que les zones industrielles entretenaient parfois avec les aires de stockage fut mise en évidence (notamment dans l’architecture domestique, voir McEnroe 1982).

113 Certaines publications récentes ayant malgré tout fait appel à la présence d’installations particulières (presse, meules,…) pour caractériser certains espaces (voir Shaw et Shaw 1996 : 368-369). Au même titre, la présence d’une presse dans certains des vestibules des bâtiments qu’il étudie, invite McEnroe à postuler l’existence d’activités industrielles en leur sein (McEnroe 1982 : 7).

114 Certaines considérations peuvent aussi être énoncées en termes de permanence et de statut de l’activité d’artisanat mais elles n’ont, dans le cadre de cette recherche, qu’une importance réduite (Branigan 1983 ; Evely 1989 : 413-414 ; Platon 1993 : 121-122 ; Poursat 1995).

115 Les interprétations de Hood (Hood 1997) laissent la même impression dans le cadre d’une étude des édifices non palatiaux.

116 À l’exception évidente de certaines cellules que nous avons déjà mentionnées et auxquelles on attribue souvent, comme évoqué ci-dessous, une fonction rituelle.

117 À ce sujet, il convient évidemment de préciser qu’une pièce contenant des objets de culte ne doit pas systématiquement être interprétée comme pièce cultuelle.

118 Tout comme dans le cadre de l’identification des ateliers, la présence d’un seul de ces éléments ne suffit guère à postuler l’existence d’une zone cultuelle (voir Fernandez 1985).

119 À ce sujet, nous renvoyons à la description des divers édifices retenus dans cette étude. Voir également Preziosi 1983 : 4-5 ; Begg 1975 : 200-201, n. 643 ; mais surtout Driessen 2005 où l’auteur insista sur le fait qu’un escalier, même en pierre, n’impliquait pas nécessairement un « fully operational upper floor » (p. 83 et 85) mais également que l’étage, lorsqu’il existait, pourrait avoir formé un espace (semi) public à vocation rituelle (p. 87-88) ; l’architecture de Santorin et son étonnante préservation renforçant cette hypothèse (Palyvou 2005).

120 À titre d’exemple, pour les palais : Graham 1956 ; Graham 1960 ; Graham 1961 ; Graham 1962 ; Graham 1979 et pour l’architecture domestique : Hallager 1990 ; Driessen 2005 ; pour une approche théorique, Michailidou 1990.

121 À titre d’exemple : Begg 1975 : 200-206 ; Begg 1987 ; Driessen 2005 : 85 et suivantes.

122 Le cas de Santorin offre malgré tout un aperçu fiable et intéressant de l’aspect qu’aurait pu revêtir l’organisation spatiale d’étages en architecture minoenne (Michailidou 1990 ; Palyvou 1999 ; Palyvou 2005).

123 Pour une approche chronologique de l’implantation de ces escaliers et du Piano Nobile, voir Driessen 2005 : 84-85.

124 Graham met en relation étroite la présence des redans dans la façade ouest, le positionnement de fenêtres et, consécutivement, l’aspect des salles dont il postule l’existence à l’étage. Voir également Hägg 1987 à ce sujet.

125 La notion d’hygiène minoenne fut récemment abordée. L’idée générale qui se dégage est que les espaces souvent interprétés comme des latrines servaient certainement dans le cadre d’activités multiples en rapport avec le nettoyage d’objets ou de personnes, l’évacuation d’eaux usées ou de pluie et la préparation d’ingrédients liquides ou solides (voir notamment Bradfer-Burdet 2006 pour un catalogue relativement exhaustif de ce type de pièce et p. 121 mais également Alberti à paraître).

126 À titre d’exemple en ce qui concerne les cellules spatiales, les cryptes à pilier sont tantôt considérées comme des espaces rituels (Gesell 1985 ; Hallager 1987) alors qu’on met parfois davantage l’accent sur leur rôle de stockage (Begg 1975) ou qu’on tente de concilier les deux points de vue (Hitchcock 2000 : 150-154).

127 Découlant d’un souci louable d’intégrer le plus grand nombre d’éléments disponibles dans l’étude de l’architecture afin d’éviter de se soumettre au caractère prédictif de la forme, l’analyse contextuelle d’Hitchcock donne une image assez hétéroclite du bâti minoen et invite à (re) considérer la diversité de ce dernier (Hitchcock 2000).

128 Quelque soit la nature de cette étude (régionale, chronologique, fonctionnelle, etc.).

129 C’est notamment le cas de la cour centrale, du bain lustral, de la crypte à pilier et de la salle hypostyle comme évoqué ci-dessus.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540