Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du Phénotype au génotype

 | 
Quentin Letesson

Cadre théorique et méthodologique

Texte intégral

1Ce chapitre fait état du socle théorique sur lequel se base l’étude de l’architecture néopalatiale proposée dans ce travail. Il détaille également les outils analytiques dont on fera usage dans un chapitre ultérieur. Ainsi, ci-dessous, on aborde respectivement la théorie de la syntaxe spatiale, l’analyse de la visibilité et de ses modalités par le biais du logiciel Depthmap et finalement, une approche de l’architecture de nature proxémique.

1. L’analyse de la syntaxe spatiale : une manière de décoder le génome architectural

1.1. Les fondements

  • 1 De manière générale la prise en compte de cette bipolarité n’est certainement pas uniquement le fai (...)

2Initiée dans le courant des années 80 et fortement développée durant la décennie suivante (Hillier et Hanson 1984 ; Hillier 1996 ; Hanson 1998), la théorie de la syntaxe spatiale propose un cadre méthodologique et analytique destiné à disséquer le rapport bilatéral étroit qui unit les gens et leur environnement physique. La finalité de l’analyse est d’envisager à la fois le milieu construit (architecture et urbanisme) et le facteur humain. Pour être plus précis, cette méthode vise à éclaircir et à permettre l’interprétation des rapports intrinsèques entre le social et l’architectural, entre un groupe humain donné et son espace bâti. La bipolarité de ces rapports est la base même de l’analyse de la syntaxe spatiale1. En effet, une société investit un certain nombre de normes culturelles dans ses réalisations architecturales. En d’autres termes, l’élaboration d’un édifice particulier est régie par des conventions qui peuvent être d’ordre social, économique ou même politique. À l’inverse, selon différentes modalités, un bâtiment influence, contraint et aiguille les activités humaines qui s’y déroulent.

3Le principe fondamental de cette analyse de la configuration spatiale est qu’elle permet de traduire n’importe quel plan architectural classique en un ensemble de données objectives aisément comparables. Cette ‘traduction’ s’opère selon deux axes. Premièrement, le plan donne naissance à un graphe d’un type particulier. Les caractéristiques de ce graphe, de nature qualitative, constituent une première source d’informations. Ensuite, sur base du graphe et par le biais de formules mathématiques, l’édifice étudié est transcrit en données quantitatives. C’est à la lumière de ces éléments qualitatifs et quantitatifs que l’architecture et les rapports mutuels qu’elle entretient avec la société qui en est à l’origine sont envisagés. L’axe selon lequel l’analyse est conduite est étroitement lié au second principe de base de la syntaxe spatiale : les rapports entre intérieur et extérieur (Hillier et Hanson 1984 : 142-147). Plus qu’une simple notion de lieu ou de positionnement, intérieur et extérieur évoquent ici deux ‘factions’ sociales bien distinctes. D’une part, les résidents (inhabitants), d’autre part, les visiteurs (visitors). Les premiers sont ceux dont l’identité sociale, en tant qu’individus, est intégrée au tracé de l’espace du bâtiment et qui peuvent donc y exercer un certain contrôle et y ont un accès privilégié. Les seconds peuvent être définis comme ayant un accès potentiel temporaire au bâtiment, sous le contrôle des résidents et une identité sociale se manifestant généralement de manière collective (Hillier 1996 : 251 ; Hanson 1998 : 6). Ainsi, professeurs, médecins, prêtres et maître de maison sont des résidents alors qu’élèves, patients, fidèles et invités sont des visiteurs (Hillier 1996 : 251). Tout bâtiment constituerait donc une interface physique entre l’intérieur et l’extérieur tout autant qu’une interface sociale entre résidents et visiteurs, comme l’évoquent Hillier et Hanson :

A building may therefore be defined abstractly as a certain ordering of categories, to which is added a certain system of controls, the two conjointly constructing an interface between the inhabitants of the social knowledge embedded in the categories and the visitors whose relations with them are controlled by the building. All buildings, of whatever kind, have this abstract structure in common : a building type typically takes these fundamental relations and, by varying the syntactic parameters and the interface between them, bends the fundamental model in one direction or another, depending on the nature of the categories and relations to be constructed by the ordering of space (Hillier et Hanson 1984 : 147).

In moving from outside to inside, we move from the arena of encounter probabilities to a domain of social knowledge, in the sense that what is realised in every interior is already a certain mode of organising experience, and a certain way of representing in space the idiosyncrasis of a cultural identity (Hillier et Hanson 1984 : 144-145).

4C’est selon cette conception élémentaire que l’analyse de la syntaxe spatiale propose une manière de décortiquer l’espace architectural.

1.2. Les outils

  • 2 Le chapitre consacré à l’interprétation des données produites par l’analyse reviendra sur ce concep (...)

5Parmi les différentes méthodes que l’analyse de la syntaxe spatiale (appelée également analyse de la configuration - configurational analysis) a développées, la réalité architecturale est envisagée selon un certain nombre de concepts basiques tels que : le mouvement vers et à l’intérieur d’un édifice ainsi que le contrôle que l’on exerce sur lui, l’occupation fonctionnelle des zones internes, les modèles de rencontre/évitement entre résidents et visiteurs et, par extension, le type d’organisation sociale sous-jacente. Il s’agit donc de mettre en évidence la ou les interface (s) (c’est-à-dire la ou les relation (s) spatiale (s) entre les deux grands groupes d’utilisateurs susmentionnés). Cette ou ces interface (s) étant l’élément clé du programme, c’est-à-dire la dimension spatiale de l’organisation d’un bâtiment, sa configuration (Hillier 1996 : 251)2.

1.2.1. Approche qualitative

  • 3 Le terme ‘cellule’ (cell) est ici emprunté à Preziosi (voir notamment Preziosi 1983 : 197-211).

6La première étape de l’approche qualitative de la syntaxe spatiale consiste à réduire un plan classique en un graphe justifié (Hillier et Hanson 1984 : 106 et 149). Pour ce faire, chaque espace constitutif du plan, qu’il s’agisse d’une pièce, d’un couloir ou même d’une cour est considéré comme une cellule spatiale3. Matérialisées sous forme de cercles dans le graphe, les cellules sont disposées en fonction de leur profondeur respective. La valeur d’une cellule en termes de profondeur est définie par le nombre de cellules qu’il faut franchir depuis un point d’origine (traditionnellement l’extérieur) pour y parvenir. Par justification, on entend que chaque cellule de même profondeur doit être placée sur la même ligne horizontale fictive. On aboutit alors à un graphe fait de cercles disposés en lignes horizontales parallèles en fonction de leur valeur de profondeur. Les cercles sont alors reliés entre eux en fonction des rapports de perméabilité que les cellules qu’ils représentent entretiennent. Les lignes tracées sur le graphe matérialisent donc les connexions spatiales de l’édifice envisagé. En d’autres termes, si deux pièces sont reliées par une porte ou un accès quelconque dans le bâtiment étudié, les cercles qui les représentent sont connectés par une ligne dans le graphe justifié. Le point d’origine (carrier), en ce qui le concerne, se présente sous la forme d’un cercle marqué d’une croix. Le graphe ainsi élaboré est analysé à la lumière du concept de limite/frontière (boundary). La limite est dotée d’une double nature, elle crée conjointement une catégorie de l’espace - l’intérieur - et une forme de contrôle - la limite/frontière en elle-même (Hillier et Hanson 1984 : 19). L’exemple le plus facilement appréhensible de limite spatiale étant la porte. En étudiant les phénomènes spatiaux liés au concept de limite, on cherche à mettre en évidence la manière dont les résidents interagissaient avec les visiteurs (ou entre eux). C’est-à-dire, la manière dont ils intégraient les cellules spatiales particulières au sein de l’édifice (limite en tant que séparation physique entre espaces) et la façon dont ils contrôlaient l’accès des visiteurs au bâtiment et les circulations de ceux-ci une fois qu’ils y avaient pénétré (limite en tant que point de passage entre espaces).

7Deux variables permettent une première qualification visuelle d’un graphe justifié. Il s’agit des relations de symétrie/asymétrie (évoquant la limite en tant que séparation physique) et des modèles de distributivité/non-distributivité (évoquant la limite en tant que point de passage) (Hillier et Hanson 1984 : 147-155). Dans un plan justifié, deux espaces nommés a et b seront (Hillier et Hanson 1984 : 148-149) : symétriques si a est à b ce que b est à a par rapport à un point c (perspective extérieure ou carrier). En d’autres termes quand ni a ni b ne contrôle l’accès à l’autre depuis le troisième espace c. Asymétriques si a n’est pas à b ce que b est à a ; c’est-à-dire quand l’un des points contrôle l’accès à l’autre depuis le troisième espace c. Distribués s’il existe plus d’une ‘route’ indépendante de a à b en comptant celle passant par le point initial c ; non-distribués s’il existe un espace c, à travers lequel toute ‘route’ de a à b doit passer.

8Donc, la fig. 1 montre a et b dans une relation de symétrie et de distributivité par rapport à c.

9La fig. 2 illustre une relation de symétrie et de non-distributivité entre a et b par rapport à c.

10La fig. 3 place a et b dans une relation d’asymétrie et de non-distributivité par rapport à c.

11La fig. 4 est un cas un peu plus compliqué, où a et b sont symétriques entre eux par rapport à c, mais où d est dans une relation asymétrique avec les deux par rapport à c. Cet exemple illustre une relation qui est à la fois asymétrique et de distributivité.

12La fig. 5 inverse la fig. 4 et place d dans une relation de non-distributivité et d’asymétrie avec a et b, qui demeurent symétriques entre eux par rapport à d (ou à c).

  • 4 « In most, but by no means all cases […] the distributed system is the set of spaces through wich t (...)

13Il apparaît donc que le pôle de la distributivité articule les relations de limite/frontière, c’est-à-dire d’accès à un espace. À ce sujet, il convient de préciser que, dans la majorité des cas, la structure distribuée d’un édifice articule les relations entre résidents et visiteurs alors que la structure non-distribuée cadre les relations entre résidents4. Mais également que l’asymétrie reflète l’importance de l’espace en termes de ségrégation ou d’intégration. Les graphes ainsi obtenus sont parfois qualifiés d’annulaires quand la distributivité prime (fig. 4). On parle d’arborescence en cas de symétrie et de non-distributivité, alors qu’un modèle asymétrique et nondistribué est comparable à une chaîne (fig. 3).

  • 5 Ainsi, entre deux cellules distinctes, un mur percé d’une simple porte crée plus d’isolation qu’une (...)
  • 6 Il convient toutefois de préciser que le seul examen des types topologiques et des données quantita (...)

14Cette première approche ne donne évidemment lieu qu’à des informations assez basiques qui gagnent à être étoffées dans le cadre de l’approche quantitative mais, avant d’aborder cette dernière, il est nécessaire d’attirer l’attention sur quelques autres variables analytiques des plus précieuses dans le cadre d’une analyse qualitative. Ces variables seront envisagées en paires (Hanson 1998 : 123-130) et l’étendue de leur application ne se mesurera réellement que dans le cadre de l’analyse spatiale en elle-même. Visibilité et perméabilité forment le premier duo. La visibilité se réfère au fait que l’intérieur d’un bâtiment soit visible ou pas depuis l’extérieur ou au fait qu’il soit possible de voir clairement depuis une partie de l’intérieur vers une autre. La visibilité renseigne sur la perception que l’on a de l’espace sans bouger, elle renvoie à la manière dont l’espace est utilisé pour manifester ou dissimuler des objets ou des comportements. Elle est fonction de la transparence ou de l’opacité relative d’un intérieur. Cette variable sera envisagée à la lumière de considérations proxémiques plus étroitement liées à la vision (voir 3. Outils connexes) mais également grâce à Depthmap (Turner 2001), un logiciel permettant une étude du facteur de visibilité au sein d’une architecture sur base des conceptions théoriques de la syntaxe spatiale mais sans passer par le biais d’un graphe justifié. La perméabilité manifeste le degré de contrôle exercé sur la manière dont il est possible d’évoluer d’un espace à l’autre. Elle définit où il est possible d’aller et la (les) façon (s) de s’y rendre. Le second couple de variables, l’isolation et le séquençage est étroitement lié au concept de perméabilité et elles seront traitées conjointement aussi bien dans l’étude qualitative que lors de la démarche quantitative. L’isolation renvoie au degré de discontinuité, c’est-à-dire à la force des limites entre cellules spatiales. À ce sujet, un examen de la forme des limites entre cellules est nécessaire5. Le séquençage est lié à la manière dont les espaces sont connectés (sous forme de chaînes, d’anneaux, etc.). Dans une certaine mesure, perméabilité et séquençage peuvent être appréhendés par le biais des types topologiques6.

  • 7 C’est à cause de ces exigences si différentes que faire coexister mouvement et occupation pose parf (...)
  • 8 Hillier 1996 : 153 : « [A] group will collectively define a space in which all the people the first (...)

15Définie par Hillier (Hillier 1996 : 316-320), cette typologie permet de qualifier, en termes de mouvement et d’occupation, les relations (connexions) spatiales de n’importe quelle cellule constitutive d’un bâtiment et, par extension, d’un graphe justifié. En effet, occupation et mouvement sont les deux comportements basiques qu’abrite un espace bâti. L’occupation est du domaine statique mais peut néanmoins impliquer des mouvements très localisés au sein de l’espace occupé (Hillier 1996 : 317). Le mouvement, au contraire, concerne davantage la relation entre espaces ou entre l’intérieur et l’extérieur. Chacun de ces comportements a des exigences spatiales différentes7. Un espace d’occupation est généralement convexe (Hillier 1996 : 124-132 et 317-318). En géométrie, un objet peut être qualifié de ‘convexe’ si pour toute paire de points {A, B} de cet objet, le segment [AB] qui les unit est entièrement contenu dans l’objet. Par analogie, Hillier attribue cette propriété à un espace dont les occupants peuvent se voir les uns les autres8. Une zone associée au mouvement est, quant à elle, d’avantage linéaire (Hillier 1996 : 317-318). En fait, si le mouvement veut être intelligible et efficient, il est nécessaire qu’il existe des lignes relativement claires et libres - non entravées - à travers l’espace. Les espaces qui composent une architecture peuvent donc être divisés en quatre catégories qui répondent plus ou moins aux exigences de l’occupation et du mouvement. Le graphe ci-dessous illustre ces types topologiques de façon assez évidente (Hillier 1996 : 318, fig. 8.16) :

16Le premier type topologique est appelé espace cul-de-sac (dead-end space) ou de type a - ronds noirs sur le graphe. Il ne possède qu’un seul lien avec le reste du graphe et n’accueille aucun autre mouvement que celui qui y mène. Il s’agit par nature d’un espace d’occupation. Le lien qui unit ce type d’espace au reste du graphe est dit « lien coupé » car son élimination couperait l’espace en question du reste de la structure spatiale matérialisée dans le plan justifié (Hillier 1996 : 319). Les espaces de type b - rond gris foncé sur le graphe - possèdent plus d’un lien mais font partie d’un (sous) complexe de connexions au sein duquel le nombre de liens est inférieur d’une unité au nombre d’espaces qui le constituent. Ce type de sous complexe se présente sous la forme d’un arbre. Tous les liens de ce type de complexe sont des liens coupés car l’élimination d’un de ceux-ci entraîne la séparation d’un ou plusieurs espaces du complexe. Cette définition implique que les mouvements dans de tels complexes sont clairement définis. En effet, il existe exactement une route d’un point à l’autre et tout mouvement passant à travers un point b vers un autre espace devra repasser par ce même point b s’il fait demi-tour (Hillier 1996 : 319). Le troisième type topologique - type c, ronds blancs sur le graphe - renvoie à des espaces possédant plus d’un lien avec le graphe et faisant partie d’un (sous) complexe de connexions qui ne contient ni espace de type a ni espace de type b et dans lequel il y a le même nombre de liens que d’espaces. Cette définition signifie que les espaces de type c doivent ne se trouver que sur un seul anneau (tous les espaces constituant ce dernier ne sont pas nécessairement de type c), ainsi, couper un lien vers un espace de type c réduit immédiatement l’anneau en un ou plusieurs arbres. En termes de mouvement, quitter un espace de ce type par un espace voisin n’exige pas qu’il faille revenir par le point ainsi emprunté (Hillier 1996 : 319-320). Les espaces de type d - ronds gris clair sur le graphe - ont chacun plus de deux liens et sont intégrés au sein de (sous) complexes qui ne contiennent ni espace de type a ni espace de type b. De tels (sous) complexes présentent au moins deux anneaux ayant au minimum un espace en commun. Le mouvement effectué depuis un espace de type d à travers un espace voisin présente la particularité de pouvoir revenir par un itinéraire de plus qu’à travers un autre voisin comme dans le cas d’un espace de type c (Hillier 1996 : 320).

  • 9 Le trajet rappelle alors un trajet au sein d’un complexe de type b malgré le fait qu’on ne retrouve (...)

17Il faut également souligner que chacun de ces quatre types d’espace (et le type de (sous) complexe qu’ils caractérisent) ont généralement différentes implications spatiales en ce qui concerne le mouvement et l’occupation (Hillier 1996 : 323). Les espaces de type a ne sont jamais « traversés » par un mouvement et, en leur sein, la question de la relation entre le mouvement et l’occupation ne se pose pas vraiment - à part en ce qui concerne le mouvement vers et hors de ces espaces. Dans le cas des espaces de type b, la possibilité d’un mouvement transitoire (through movement) existe. Ce dernier est soumis à un contrôle fort, à la fois parce que chaque route à travers un espace de type b est unique, mais aussi parce que le mouvement de retour doit passer par le même espace. Les espaces de type c offrent également la possibilité à un mouvement transitoire d’avoir lieu. Ils le contraignent également à une séquence d’espaces spécifiques, bien qu’on ne retrouve pas les mêmes exigences pour le mouvement de retour. Pour finir, les espaces de type d permettent le mouvement mais avec beaucoup moins de contrôle inhérent car il existe toujours des options de circulation dans chaque direction. On s’aperçoit donc que les espaces de type b - et dans une moindre mesure ceux de type c - ont une relation plus déterminante par rapport au mouvement que les espaces de type a ou d. Là où les espaces de type a n’autorisent aucun mouvement transitoire, ceux de type d offrent un éventail trop large de possibilités, alors que ceux de types b et c rendent le mouvement possible tout en le contraignant à certaines séquences spécifiques d’espaces. Comme on l’a précédemment évoqué, ce sont les espaces de type b qui sont les plus contraignants (one way in and one way out spaces). Un effet similaire, bien que plus faible, se retrouve avec les espaces et les (sous) complexes de type c. En effet, bien qu’au niveau de l’anneau en entier il y ait le choix entre une direction ou l’autre, une fois commencés, les trajets doivent utiliser une seule séquence spécifique d’espaces9. Cette similitude entre les espaces de type b et c vient du fait qu’ils possèdent un double lien - deux étant le plus petit nombre en matière de connexion permettant l’entrée dans un espace par une direction et la sortie par une autre (Hillier 1996 : 324). C’est cette double connectivité, essentielle du point de vue des trajets, qui donne aux espaces de type b et c leurs caractéristiques distinctives en matière d’autorisation et de contrainte du mouvement.

18Lors de l’analyse des trois variables susmentionnées (perméabilité, isolation et séquençage), le repérage de ces différents types d’espaces peut permettre - si l’on se réfère à leurs propriétés intrinsèques - d’aboutir à des résultats satisfaisants d’un point de vue qualitatif. Avant d’aborder brièvement le dernier couple de variables, il peut être utile de mettre l’accent sur les deux tendances globales (liées aux types topologiques) selon lesquelles un bâtiment grandit (Hillier 1996 : 321 ; Hanson 1998 : 189-190). Le processus de diminution de la profondeur (Depth-minimising process) a lieu quand un groupement d’espaces de type a sont globalement reliés entre eux par des espaces de type c et d. Cette forme de croissance tend à être flexible et appropriée à un grand nombre d’activités et de fonctions potentielles. Le processus d’augmentation de la profondeur (Depth-maximising process) comprend de longues séquences globales d’espaces de type b localement reliés par un faible nombre d’espaces de type c. Cette forme de croissance basée sur un profond arrangement arborescent de pièces tend à être fonctionnellement peu flexible. Il faut également préciser que, plus un bâtiment grandit, moins il est probable que les nouvelles cellules soient ajoutées en séquences avec les anciennes cellules. En effet, pour des raisons de préservation d’accès et d’éclairage, il est probable qu’elles s’inscrivent au sein d’un arrangement moins profond et plus buissonneux en termes de graphe justifié (Hanson 1998 : 273-274).

19Différentiation catégorique et position relative forment le dernier couple de variables analytiques qualitatives. La différentiation catégorique renvoie à la manière dont des fonctions particulières sont associées sans ambiguïté à certains espaces spécifiques du bâtiment. La position relative s’intéresse à la manière dont les espaces sont reliés entre eux et au monde extérieur à travers un schéma conceptuel basé sur les points cardinaux ou d’autres schémas de référence.

1.2.2. Approche quantitative10

  • 10 Les différentes valeurs chiffrées présentées dans cet ouvrage ont essentiellement été obtenues grâc (...)

20Outre les différents développements interprétatifs rendus possible par l’étude des variables qualitatives, l’analyse de la syntaxe spatiale se décline également en un certain nombre de formules permettant d’étayer les observations précédemment évoquées par des données chiffrées. L’avantage de ces données chiffrées tient au fait qu’elles permettent une plus grande acuité de l’analyse, dans la mesure où elles mettent souvent en évidence des réalités syntaxiques qu’une approche qualitative de la configuration spatiale ne permet pas toujours d’appréhender. Au même titre que les graphes justifiés dont elles sont également issues, les données produites dans le cadre de l’approche quantitative facilitent les comparaisons entre différents édifices et ce, quelque soit la nature de ces derniers.

21La profondeur moyenne (Mean Depth ou MD) s’obtient en assignant une valeur de profondeur à chaque cellule du graphe justifié, c’est-à-dire en comptant combien d’espaces la séparent de l’espace initial. Il faut ensuite additionner ces valeurs et diviser le résultat obtenu par le nombre de cellules que contient le système moins une (l’espace initial ou carrier). L’asymétrie relative (Relative Asymmetry ou RA) renvoie au concept d’intégration qu’elle généralise en comparant la profondeur qu’a le système depuis un certain point avec la profondeur qu’il pourrait atteindre théoriquement (Hillier et Hanson 1984 : 108-110 et 151-152). La plus faible profondeur correspondrait à une structure où tous les espaces seraient connectés à l’espace originel, alors que la plus élevée appartiendrait à un système dans lequel tous les espaces seraient disposés dans une séquence unilinéaire à partir du point initial, c’est-à-dire que chaque nouvel espace ajouterait un niveau de profondeur au système. L’asymétrie relative s’obtient sur base de la formule suivante (où MD est la profondeur moyenne et k le nombre de cellules spatiales que contient l’édifice - point d’origine inclus) :

22Les valeurs obtenues s’échelonnent toujours entre 0 et 1. Une valeur faible (proche de 0) indique un espace de peu de profondeur dans le système, c’est-à-dire un espace qui tend à être intégré. Alors que de hautes valeurs (proches de 1) sont à relier à un espace dans une relation de ségrégation par rapport au système. L’asymétrie relative (ou profondeur relative) peut ainsi être comprise plus simplement comme la mesure basique de l’intégration. Dans le cadre de l’étude spatiale d’un bâtiment, l’analyse de l’asymétrie relative d’un complexe depuis n’importe quel point peut être obtenue en appliquant la formule comme si le point envisagé était le point d’origine (carrier) du système. Les variations dans les valeurs indiquent le degré d’intégration ou de ségrégation d’un espace particulier par rapport au modèle spatial du complexe global. Il faut également préciser que le calcul de l’asymétrie relative peut intégrer ou non l’extérieur d’un complexe spatial. La comparaison des résultats, selon que l’extérieur est pris en compte dans les calculs ou non, permet d’appréhender l’importance relative des relations résidents-résidents et résidents-visiteurs dans l’organisation de l’édifice (Hanson 1998 : 29). En effet, si on remarque peu de différence dans la répartition des valeurs d’asymétrie relative entre les cellules constitutives du plan avec et sans l’extérieur, on peut en déduire que le programme architectural structure essentiellement les relations intérieures et donc l’interface résidents-résidents. Au contraire, si les différences sont plus marquées dans les résultats, on remarque que la manière dont chaque cellule est caractérisée dans la configuration spatiale est fortement affectée par la façon dont le complexe architectural est relié à l’extérieur. Dans ce cas, l’interface résidents-visiteurs est au moins autant impliquée dans le sociogramme du bâtiment que les relations parmi les résidents. À priori, l’asymétrie relative peut être utilisée dans le cadre d’analyses architecturales comparatives. Néanmoins lorsque l’échantillon est diversifié en termes de taille syntaxique (c’est-à-dire de nombre d’espaces), il devient nécessaire de procéder à une démarche de normalisation supplémentaire (Hillier et Hanson 1984 : 109-110). En effet, on observe généralement que les bâtiments tendent à devenir moins profonds à mesure qu’ils grandissent (processus de diminution de la profondeur). Afin de compenser ce phénomène et de pouvoir comparer des systèmes architecturaux de taille très différente, l’asymétrie relative est transformée en valeur d’intégration (Hillier 1996 : 36 et 52, n. 16).

23La valeur d’intégration (Real Relative Asymmetry ou RRA) d’une cellule ou d’un graphe s’obtient en divisant l’asymétrie relative de cette cellule ou de ce graphe par la valeur donnée pour k dans le tableau en annexe (fig. 7 - voir p. 373) (Hillier et Hanson 1984 : 112, Tableau 3). Les valeurs d’intégration ne s’échelonneront plus simplement entre 0 et 1 mais au dessus et en dessous de 1. Les valeurs largement en dessous de 1 (de l’ordre de 0,4 à 0,6) sont à considérer comme fortement intégrées alors que les valeurs tendant vers 1 et supérieures évoluent vers plus de ségrégation (Hillier et Hanson 1984 : 113).

24Une quatrième formule, optionnelle, permet de connaître le facteur de différence (difference factor). Il s’agit en fait, sur base des valeurs d’intégration moyenne, minimale et maximale, de quantifier l’étendue ou le degré de différentiation en termes de configuration parmi les valeurs d’intégration d’un édifice (Hanson 1998 : 30). La formule suivante permet d’obtenir le facteur de différence :

a = valeur d’intégration maximale.
b = valeur d’intégration moyenne.
c = valeur d’intégration minimale.
t = somme des valeurs d’intégration moyenne, minimale et maximale.
H * = facteur de différence.

25Malgré l’apparente complexité de la formule, il suffit de savoir que plus le facteur de différence est proche de 0, plus les espaces constitutifs du bâtiment envisagé sont différenciés et structurés et que plus il est proche de 1, plus ils sont homogénéisés jusqu’au stade ultime dans lequel ils auraient tous la même valeur d’intégration et, consécutivement, qu’il ne resterait aucune différence de configuration entre eux.

  • 11 « The measure of control is calculated by a simpler, but perhaps more laborious procedure. Each spa (...)

26La valeur de contrôle est une donnée quantitative permettant d’évaluer le potentiel de contrôle spatial qu’une cellule exerce localement sur les espaces qui l’entourent11. À titre indicatif, un espace dont la valeur de contrôle dépasse 1 dispose d’un potentiel relativement élevé, à l’inverse un espace dont ce n’est pas le cas tend à avoir un potentiel faible. Il convient également de préciser que le terme ‘contrôle’ utilisé dans le cadre de ce travail ne se réfère pas à la ‘valeur de contrôle’, ainsi on peut considérer qu’un espace de type b permet un contrôle plus aisé des circulations (dans la mesure où il les circonscrit de manière très nette) sans pour autant qu’il dispose d’une valeur de contrôle élevée. La valeur de contrôle est davantage indicative du fait qu’une cellule constitue un véritable pivot local des circulations au sein d’un édifice.

27Pour terminer, il convient de mentionner deux formules étroitement liées aux types topologiques. Ces dernières permettent une approche plus rapide et plus simpliste de certaines données auxquelles permettent d’aboutir les méthodes de calcul susmentionnées (Hanson 1998 : 188). La distributivité ou la non-distributivité d’un système peuvent être calculées selon la formule suivante (indice de distributivité) :

28Une valeur faible indique un système distribué alors qu’une valeur élevée se rapporte à un système nondistribué. L’asymétrie ou la symétrie d’un système peuvent également être calculées selon la formule qui suit (indice de symétrie) :

29Une valeur faible renvoie à l’asymétrie alors qu’une valeur élevée tient de la symétrie. Il suffit de garder en mémoire le fait qu’asymétrie/symétrie renvoie au concept d’intégration/ségrégation et distributivité/nondistributivité à celui de contrôle pour exploiter les données produites par ses deux formules.

1.2.3. Déroulement de l’analyse de la configuration

30Comme l’évoque le titre de ce chapitre, l’analyse de la syntaxe spatiale a pour finalité la caractérisation génotypique de l’échantillon d’édifices sélectionnés. Appliqué à l’architecture, le concept de génotype est défini comme la constance qualitative (dans le cadre de l’examen des plans justifiés) et quantitative (lors de l’interprétation des données numériques) dans la configuration des systèmes spatiaux. En d’autres termes, il s’agit des récurrences repérables dans l’interface et le programme des bâtiments envisagés. En effet, quand certaines fonctions ou activités sont systématiquement assignées à certains espaces qui sont intégrés au bâtiment à différents degrés, ces fonctions acquièrent une expression spatiale à laquelle ont peut assigner une valeur numérique. Quand ces différences numériques et leurs expressions physiques se retrouvent dans un agencement constant au sein d’un échantillon de plans on peut postuler l’existence d’un modèle culturel (Hanson 1998 : 188). C’est pour cette raison qu’il est impossible d’aborder le génotype architectural en n’étudiant qu’un seul bâtiment. Évidemment, chaque édifice peut exprimer ce génotype de façon variable, de telle sorte que le seul examen de leur phénotype (expression matérielle, physique du génotype) peut se révéler insuffisant et mener à des considérations fallacieuses :

[…] genotype being defined in terms of some set of underlying relational and configurational consistencies which show themselves under different phenotypical arrangements. However, sometimes this dominant genotype is realised strongly, in the sense that all the spatial-functional themes are present, and sometimes more weakly, in that some themes are present and others are missing. In yet other cases, these themes seem to be totally lacking, or even inverted. The question to be addressed is […] : can the idea of a dominant genotype be formally demonstrated ? (Hanson 1998 : 99).

31Dans le cadre de nos recherches, il s’agira donc de tenter de mettre en évidence l’existence (ou l’absence) d’un génotype architectural minoen et de ses différentes modalités. L’analyse de la configuration se déroulera selon un schéma méthodologique bien défini. Les invariables (caractéristiques récurrentes) seront tout d’abord repérées dans le tracé spatial et, ensuite, on considérera les relations entre les espaces et leurs interprétations traditionnelles et/ou présumées. Le déroulement de cette analyse peut être résumé comme suit :

  • Interprétation des graphes justifiés sur base de facteurs tels que la profondeur, la présence et la localisation d’anneau (x), la typologie cellulaire (position des pièces les unes par rapport aux autres) et étude des données quantitatives d’intégration et de contrôle en vue de définir les propriétés syntaxiques des bâtiments étudiés ;

  • Recherche des tendances récurrentes au sein de l’échantillon d’édifices. S’il y a lieu, définition d’un génotype ;

  • Comparaison des exemples non génotypiques au génotype dominant. Mise à l’épreuve, infirmation éventuelle de ce dernier ;

  • Évaluation de la caractérisation traditionnelle des modèles spatiaux (c’est-à-dire des bâtiments étudiés) à la lumière des nouvelles données produites par l’analyse de la syntaxe spatiale ;

  • Confrontation des interprétations fonctionnelles et culturelles au ‘schéma social’ manifesté par l’interface et le programme architectural des édifices étudiés.

1.3. Les limites de l’analyse de la syntaxe spatiale

32Comme expliqué précédemment, le réseau spatial auquel conduit l’élaboration d’un plan justifié met souvent en évidence des modèles spatiaux. Si on qualifie les espaces étudiés en matière d’usages ou de formes, il devient possible d’essayer de faire correspondre un modèle spatial particulier avec un espace dont on aurait proposé la forme et/ou la fonction. Il s’agit en fait de considérer la façon dont l’architecture et l’organisation spatiale d’un établissement interviennent pour structurer une partie du cycle de reproduction sociale (Foster 1989 : 43). De plus, étudier la configuration spatiale d’un certain nombre de modèles permet de mettre en évidence des règles, des propriétés. Ces dernières constituent en fait la règle générique sous-tendant l’espace en question, son génotype. Parallèlement à cela, chaque architecture possède une réalisation physique particulière de ces règles : son phénotype. En d’autres termes, des conditions particulières (ex : matériaux disponibles, contexte topographique, etc.) peuvent contribuer à donner à des bâtiments construits selon les mêmes principes organisateurs (leur génotype) une identité particulière et un aspect unique (leurs phénotypes). Évidemment, il est utopique de croire que l’analyse de la syntaxe spatiale apportera invariablement son lot de réponses et qu’elle permettra automatiquement une saisie évidente des modèles spatiaux et des réalités sociales y étant liées. Dans le cadre de l’étude de l’architecture néopalatiale, deux ‘obstacles’ majeurs viennent entraver le déroulement de l’analyse de la configuration.

33Le premier obstacle est d’ordre méthodologique et est largement commenté par Hanson (Hanson 1998 : 77-78, 242 et 289). Elle souligne en fait la complexité des relations qui unissent un espace bâti à la société qui l’a érigé et malgré la bipolarité avérée de celles-ci, la difficulté d’en saisir les modalités, de caractère foncièrement variable :

Finally, it would be foolish in the extreme to expect all aspects of society to imprint themselves directly on space in a simple ‘cause and effect’ relationship […] However, the pattern itself is usually capable of more than one interpretation […] It all depends on how you look at it […] The inherent ambiguities in the interpretation of human spatial patterning set limits to what can ultimately be known, but also open up a universe of what can be expressed through design. The problem of ambiguity encapsulates both space’s greatest limitation and also its most liberating experiential dimension (Hanson 1998 : 77-78).

  • 12 À ce titre, nous reviendrons, dans un chapitre ultérieur, sur le fait que l’architecture peut - voi (...)

34C’est donc ce concept d’ambiguïté qui constitue la première entrave à l’analyse de la syntaxe spatiale mais qui, si l’on en croit Hanson, ouvre également des perspectives d’expérimentation intéressantes. Cet obstacle est inhérent à la méthode d’analyse et le facteur social en est la cause principale. En effet, l’ambiguïté naît du caractère complexe de la sphère sociale et des manifestations variables de cette dernière alors que le milieu bâti possède généralement un caractère plus déterminé ou figé12 : « People make their houses their own in systematically different ways. They convert the potential environment of the dwelling into an effective environment, or habitat. » (Hanson 1998 : 132).

35Fondamentalement, étant une réalité complexe, le facteur humain ne peut être abordé comme une entité figée. Cette constatation est un prédicat basique des sciences humaines et il est logique que l’analyse de la syntaxe spatiale doive en tenir compte. L’étude du milieu architectural n’a donc pas une finalité prédictive, elle ne permettra pas d’élucider tous les comportements sociaux dont le bâti est l’arène. Néanmoins, Hillier et Hanson suggèrent qu’on lui reconnaisse une valeur indicative et considère la syntaxe spatiale comme l’outil idéal pour souligner les indices spatiaux de comportements sociaux :

Any open space is a space in which possibilities have been yet eliminated, and every open space is continually structured and restructured by the human activity that takes place in it. If we do not conceptualise space in this way we have no way of reconciling human freedom and the human structuring of space. In structuring space by physical objects we suggest possibilities by eliminating others. But the spaces in the interstices of the physical forms are still ‘open’. Within these limits, the infinite structurability of space still prevails (Hillier 1996 : 345).

Thus, although the actions, movements, gestures and postures people take up in their homes are not spatially determined they may be spatially related, either because they are exploratory improvisations within a free, unconstrained environment or because they are the embodiment of conventional, even ritualised social practices or perhaps because they are involuntary behaviours that have been ingrained by habit (Hanson 1998 : 289).

36Toute application de l’analyse de la syntaxe spatiale doit donc être effectuée à la lumière de ce concept d’ambiguïté et ne jamais perdre de vue la complexité du facteur humain. Les remarques susmentionnées invitent à la prudence mais n’enlèvent rien au potentiel énorme de l’analyse de la syntaxe spatiale qui constitue véritablement une ‘archéologie de l’espace’ :

Normally, space syntax analysis is used to explore the cultural patterning which is found in large samples of plans, particularly of vernacular and traditional houses where examples appear visually to be unique and it is not obvious whether there are any configurational consistencies beneath the surface variety which is presented to the eye. Under these conditions, configurational analysis of the plans can be conceived of as an ‘archaeology of space’. If the houses display morphological regularities then the buildings speak directly of culturally significant household practices which have been crystallised in the form of the dwelling (Hanson 1998 : 242).

  • 13 À plus forte raison si l’on considère que les données dont nous disposons sont issues de la fouille (...)
  • 14 Il convient toutefois de préciser que l’analyse de la syntaxe spatiale tend à se développer de plus (...)
  • 15 De manière générale, Cutting souligne l’efficience de l’analyse de la syntaxe spatiale pour peu qu’ (...)
  • 16 Examen des plans, des rapports de fouilles, des publications et, dans une moindre mesure, observati (...)
  • 17 On entend par ‘simplification’ le fait que les plans proposés ne comportent que le tracé des murs f (...)

37Alors que le premier obstacle est inhérent à la méthode, le second est lié au champ d’application de cette dernière. En effet, dans le cadre de la recherche archéologique et en particulier, dans l’étude du monde minoen, architecture et société, qui constituent le socle de l’analyse de la syntaxe spatiale, sont des réalités parfois extrêmement difficiles à appréhender. Tout d’abord, il convient de préciser que les témoignages architecturaux minoens, même s’ils sont nombreux, restent majoritairement lacunaires. L’analyse de la syntaxe spatiale est traditionnellement appliquée à des exemples architecturaux cohérents et clairement définis. Evidemment, son application à des vestiges archéologiques invite le chercheur à d’autant plus de prudence (Hanson 1998 : 272-273)13. Comme évoqué ci-dessus, l’analyse de la configuration est tributaire du plan des édifices étudiés. Il apparaît donc évident qu’élaborer le graphe justifié (et en inférer les données quantitatives) d’un édifice dont le tracé architectural n’est que partiellement connu constitue un obstacle non négligeable à l’application de l’analyse de la syntaxe spatiale. Malgré les résultats intéressants (bien que souvent limités à des observations qualitatives) des quelques applications de l’analyse de la configuration à des exemples archéologiques (Foster 1989 ; Bonanno et al. 1990 ; Fairclough 1992 ; Yiannouli 1992 ; Moore 1996 ; Thaler 2001 ; Thaler 2005 ; Cutting 2003)14, certains considèrent son utilisation comme trop incertaine, tout particulièrement en ce qui concerne l’obtention de données quantitatives dans le cadre de vestiges architecturaux15. De son côté, Thaler propose une alternative modérée et estime que, dans le cadre de l’étude d’un bâtiment dont on ne connaît que partiellement le tracé, l’analyse de la syntaxe spatiale des vestiges architecturaux conservés peut être menée à bien en considérant lesdits vestiges comme un sous-complexe du système architectural global que constituait l’édifice entier (Thaler 2001 ; Thaler 2005). En d’autres termes, lors de l’étude d’un édifice dont le plan n’est pas intégralement connu (qu’il manque des informations au sujet de son (ses) étage (s) ou simplement des parties du tracé de son rez-de-chaussée), l’analyse de la syntaxe spatiale peut être appliquée sur les pièces dont nous connaissons les limites et connexions. Il suffit simplement de garder à l’esprit qu’on n’aborde là qu’une partie du complexe architectural initial. Évidemment, pour constituer le domaine d’application d’une analyse de la configuration, un édifice se doit de présenter un état de conservation suffisant. C’est-à-dire un certain nombre de cellules spatiales devant constituer une entité cohérente. Quoi qu’il en soit, le choix des édifices étudiés sera clairement expliqué et légitimé dans un chapitre ultérieur. De plus, il faut préciser que l’étude des propriétés qualitatives et quantitatives ne forme pas la première étape interprétative. En effet, la constitution d’un plan justifié, c’est-à-dire le repérage des diverses cellules d’un plan et des connexions qu’elles entretiennent, est principalement fonction d’une interprétation des plans publiés et parfois, d’un choix entre différentes lectures d’un même plan ou différents plans d’une même structure. Bien que l’élaboration des différents plans justifiés soit fondée sur un examen critique des sources16, elle n’en demeure pas moins un premier travail d’interprétation auquel un certain degré de subjectivité est inhérent. À ce titre, il convient également de souligner que les plans proposés dans cet ouvrage sont souvent simplifiés afin de bien mettre en évidence la structure spatiale des édifices17. On notera toutefois qu’il sera systématiquement fait référence aux plans originaux des publications.

38Le second facteur qui constitue un obstacle à l’application de l’analyse de la syntaxe spatiale dans le cadre de recherches archéologiques en Crète de l’Âge du Bronze est évidemment lié aux nombreuses interrogations concernant le fonctionnement de la société minoenne. S’il est vrai que la complexité inhérente d’un système social constitue un facteur d’ambiguïté, la méconnaissance de ce dernier vient considérablement compliquer l’analyse de la configuration. En effet, dans le cadre d’une analyse syntaxique traditionnelle, les informations qualitatives et quantitatives produites sur base des graphes justifiés sont étudiées en étroite relation avec des constatations d’ordre culturel. Cela signifie que le milieu économique, politique et social du bâtiment étudié entre dans l’équation de la configuration spatiale, réalité spatiale et réalité culturelle étant envisagées de concert en vue d’améliorer la compréhension du milieu bâti dont elles sont à l’origine. Dans une situation où le fonctionnement de la société reste largement méconnu, l’application des théories et méthodes de l’analyse de la syntaxe spatiale devra être pour le moins précautionneuse. Appliquée au monde minoen, cette méthodologie constitue notamment une manière de mettre à l’épreuve les interprétations nouvelles et traditionnelles concernant le fonctionnement de la société par le biais de l’étude de ses diverses réalisations architecturales. De manière générale, le caractère lacunaire des vestiges architecturaux ainsi que les nombreuses interrogations concernant l’organisation socioéconomique et politique minoenne viennent compliquer l’analyse de la syntaxe spatiale sans pour autant la rendre impossible, comme nous le démontrerons par la suite.

39Malgré les obstacles méthodologiques susmentionnés, l’application de l’analyse de la syntaxe spatiale dans le cadre de l’étude de l’architecture néopalatiale constitue l’objet principal de nos recherches. Cette application tend à l’objectivité et à un développement rationnel sans perdre de vue ses propres limites. De plus, l’analyse de la configuration se voit étoffée par l’apport d’autres axes d’étude de l’architecture que nous allons brièvement évoquer.

2. Depthmap : l’analyse de la visibilité

2.1. Les fondements

40Créé par Alasdair Turner, ce logiciel est au croisement de deux domaines théoriques : l’analyse des isovist et l’analyse de la syntaxe spatiale (Turner 2001). La première fut élaborée par Benedikt et se base sur la création de champs visuels à certains points du plan d’un bâtiment ainsi que sur l’étude des propriétés de ces derniers (Benedikt 1979). La méthode consistait à définir les contours de différentes zones visuelles au sein d’un bâtiment afin d’obtenir un plan qualifié d’isovist field. Benedikt estimait que ces plans pouvaient donner un aperçu de la manière dont les personnes évoluaient au sein du bâtiment en question. Par exemple, il estimait que les changements rapides d’un champ visuel à un ou plusieurs autre (s) trahissaient les points de décision au sein de l’architecture. Indépendamment, comme expliqué ci-dessus, Hillier et Hanson mirent au point l’étude de la syntaxe spatiale avec les implications théoriques que l’on connaît. Dans la mesure où Benedikt avait établi que les champs visuels (isovist fields) correspondaient d’une certaine manière aux modèles de mouvement des gens et qu’Hillier et Hanson avaient illustré le rapport entre leurs représentations graphiques de l’espace et les mouvements au sein de ce dernier, la synthèse pratique de ces deux idées fut proposée (Turner et Penn 1999). Par la suite, cette méthodologie fut formalisée plus simplement sous les termes de Visibility Graph Analysis (VGA - Turner et al. 2001).

41Dans la VGA, une grille de points est superposée au plan étudié. Un ‘graphe’ est alors établi, chaque point étant connecté aux autres points qu’il peut voir. L’intégration visuelle d’un point est basée sur le nombre d’étapes visuelles nécessaires pour aller de ce point à tous les autres points du système. L’intégration mise à part, d’autres mesures peuvent être obtenues : l’idée est que toutes les positions au sein d’un environnement bâti peuvent être catégorisées sur base des relations visuelles qu’elles entretiennent avec les autres points spatiaux à travers un plan continu. Certaines recherches tendirent à prouver que la VGA avait le potentiel de donner une bonne indication de la manière dont les gens interagissaient avec l’espace et évoluaient en son sein (Desyllas et Duxbury 2001) ou même de la manière dont ils s’y tenaient, y discutaient et l’occupaient d’une façon générale (Doxa 2001). Depthmap est le logiciel qui fut créé pour procéder à ces analyses.

2.2. L’analyse visuelle en pratique : utilisation et applications de Depthmap

  • 18 Notre application de Depthmap n’intégrera pas le mobilier et ne donnera donc qu’un aperçu biaisé d’ (...)

42Avant de détailler quelque peu les données auxquelles nous permet d’aboutir Depthmap, il convient d’évoquer brièvement le fonctionnement du logiciel. Depthmap utilise comme ‘matière première’ un plan vectoriel réalisé sur le logiciel AutoCAD. Afin d’offrir la possibilité de procéder à des analyses diverses, les plans utilisés furent réalisés en différentes couches (une pour les murs en général, une pour chaque porte et fenêtre, une pour les modifications - du type blocage/ouverture de portes - ainsi que d’autres éléments) (fig. 8). En effet, Depthmap offre la possibilité de procéder à des analyses en tenant compte ou pas de certaines couches, en d’autres termes, on peut étudier visuellement un bâtiment en y ouvrant toutes les portes ou en n’en fermant que certaines etc. Une fois le plan importé dans Depthmap, une grille y est apposée (fig. 9). On peut faire varier la taille du quadrillage afin d’obtenir une analyse plus fine mais on augmente consécutivement le temps nécessaire au logiciel pour procéder aux diverses analyses. Il est très important de préciser que Depthmap analyse des points de localisation et non pas les carrés de la grille. Bien que cette dernière présente un ensemble de carrés pour faciliter la perception des points, la visibilité est établie depuis le centre des différents carrés. Une fois la grille posée sur le plan, l’étape de sélection de la zone à analyser intervient. Les espaces qui seront analysés apparaissent en grisé sur le plan (fig. 10). De manière générale, dans le cadre des nos recherches, l’espace étudié correspondra toujours à l’espace intérieur global (toutes portes ouvertes sauf celles menant vers l’extérieur) à l’exception des zones n’entretenant aucune connexion visuelle avec le reste du bâtiment18. De plus, un point proche de chaque entrée (ou du débouché des escaliers aux étages) sera sélectionné (il apparaît en jaune sur la figure précédente) afin de procéder à une analyse particulière.

  • 19 Par défaut, dans nos recherches, les points sélectionnés correspondront aux entrées des bâtiments, (...)

43L’analyse préliminaire du plan comprend deux étapes : l’élaboration du graphe de visibilité et le calcul des étapes de profondeur (step depth). Depthmap procède d’abord à l’élaboration du graphe de visibilité. En réalité, le logiciel n’affiche pas ledit graphe mais un résultat de la construction de ce dernier : la connectivité de chaque point (souvent appelé nœuds - nodes), c’est-à-dire le nombre d’autres nœuds que chaque point peut voir. En résulte un plan au sein duquel apparaît une échelle croissante de couleurs allant d’un magenta teinté de bleu (pour les valeurs les plus basses) en passant par le bleu (et le cyan), le vert (et le jaune) jusqu’au rouge et finalement au magenta teinté de rouge (pour les valeurs les plus hautes) (fig. 11). En d’autres termes, plus un nœud peut voir d’autres nœuds plus la couleur du carré au sein duquel il se trouve tendra vers le rouge, moins il peut en voir plus elle tendra vers le bleu. Il est important de préciser qu’en tant que telle, cette matérialisation de la connectivité n’est qu’une étape de l’analyse visuelle (et ne correspond par exemple en aucun cas à des mesures plus complexes telle que l’intégration même si elle présente également une palette de couleurs sur l’écran). Consécutivement, on ne procédera à aucune interprétation de cette connectivité. Au contraire, le calcul des étapes de profondeur fournira les premières données utilisables dans le cadre de l’analyse visuelle. Malheureusement, Depthmap ne permet pas de calculer le champ de vision (isovist) depuis un emplacement particulier, c’est-à-dire qu’il ne permet pas d’obtenir le polygone qui contient toute la zone visible depuis un point particulier. Malgré tout, on peut obtenir une approximation de celui-ci si l’on choisit de calculer les étapes de profondeur (step depth) depuis un point. En effet, un ou plusieurs points peuvent être sélectionnés sur le plan (grâce à la grille) : tous les points directement visibles depuis cette position sont de profondeur 1, les nœuds visibles depuis les points de profondeur 1 sont de profondeur 2 et ainsi de suite dans tout le bâtiment. On obtient ainsi ce que l’on appelle la profondeur visuelle (visual depth) (fig. 12). Plus le quadrillage de la grille est serré, plus la profondeur visuelle est une approximation des champs visuels depuis les points sélectionnés19.

  • 20 Il est important de noter que si le graphe (le plan) est divisé en deux sections qui ne peuvent se (...)
  • 21 Voir asymétrie relative et valeur d’intégration dans le chapitre concernant l’analyse de la syntaxe (...)

44Une fois ces étapes accomplies, l’analyse visuelle proprement dite peut avoir lieu. En termes d’informatique, il s’agit d’une analyse extrêmement lourde et nécessitant un ordinateur puissant ou à défaut, un temps relativement long. En effet, la grille sélectionnée pour l’analyse présente des carrés assez petits afin d’obtenir la meilleure approximation possible des champs visuels et l’ensemble des analyses disponibles est exécuté même si toutes les données produites n’ont pas une utilité directe dans le cadre de nos recherches. L’analyse visuelle rendue possible par Depthmap permet d’obtenir des mesures globales et locales (Turner 2005 : 14-17). Les mesures globales sont toutes basées sur la recherche des chemins les plus courts (shortest paths) depuis chaque nœud vers tous les autres, à travers le graphe de visibilité. Les mesures locales sont basées sur les relations entre chaque nœud et les nœuds qui y sont directement connectés. Parmi les mesures globales, la profondeur moyenne (mean depth) et l’intégration (integration) seront retenues. La profondeur moyenne est calculée pour chaque nœud un peu à la manière des étapes de profondeur. Le chemin le plus court (c’est-à-dire le nombre de tournants le plus faible) à travers le graphe de visibilité est calculé vers chaque autre nœud dans le graphe. Ces données sont additionnées et le résultat divisé par le nombre de nœuds que contient le graphe (moins le nœud envisagé)20. L’intégration, notion définie par Hillier et Hanson, est essentiellement une version normalisée de la profondeur moyenne. La normalisation est une procédure permettant de rendre comparables différents systèmes entre eux21, généralement en aboutissant à des valeurs comprises dans une échelle prédéfinie (par exemple entre 0 et 1). Depthmap permet donc d’obtenir l’intégration des différents nœuds d’un plan. Pour être plus précis, le logiciel permet d’obtenir les valeurs d’asymétrie relative de chaque point et ne va pas jusqu’à l’étape de la valeur d’intégration. Le contrôle et la contrôlabilité (controllability) sont des mesures locales. Le contrôle est à nouveau une mesure établie dans le cadre de l’analyse de la syntaxe spatiale (Hillier et Hanson 1984 : 109 et 153-54). Cette variable permet de définir les zones visuellement dominantes. Pour la calculer, chaque point se voit assigner un indice (index) de ce qu’il peut voir, il s’agit en fait de la réciproque de sa connectivité. Ensuite, pour chaque point, les indices de tous les points qu’il peut voir sont additionnés. Ainsi, il apparaît évident que si un nœud dispose d’un champ visuel large, il va disposer d’un grand nombre de points à additionner et semblera donc avoir un fort potentiel de contrôle. Néanmoins, si les points qu’il peut voir disposent également de grands champs visuels, ils contribueront très peu à la valeur de contrôle. Consécutivement, pour avoir un potentiel de contrôle fort, un point doit voir un grand nombre d’espaces mais ces espaces doivent chacun en voir relativement peu. La contrôlabilité permet d’épingler les zones qui peuvent être facilement dominées visuellement. En termes d’analyse, il s’agit simplement, pour un point particulier, de diviser le nombre total de nœuds jusqu’au rayon 2 par la connectivité (c’est-à-dire le nombre total de nœuds de rayon 1). Le rayon (radius) définit simplement l’étendue de la zone envisagée. Un rayon de 2 correspond donc à tous les points qui sont à une étape visuelle du nœud initial (les espaces que l’on peut voir depuis l’espace initial) ainsi que ceux qui se trouvent à une étape de ces nœuds de rayon 1 (les espaces visibles depuis les espaces visibles à partir du point initial). Chacune de ces variables donne lieu à un plan au sein duquel s’applique également l’échelle de couleur précédemment évoquée.

2.3. Les limites de Depthmap

  • 22 Même si nous en connaissons quelques exemples en archéologie minoenne, nous sommes loin de pouvoir (...)

45Depthmap sera utilisé conjointement aux méthodes d’analyse susmentionnées dans le cadre de l’étude archéologique de l’espace bâti minoen et, par conséquent, sera sujet aux mêmes remarques et limitations méthodologiques. L’espace visuel envisagé dans nos recherches est de nature assez abstraite. Il fait l’économie de tout le mobilier22, du concept d’éclairage et de transparence (fenêtres, claire-voie, etc.), il est réduit à son expression la plus simple : les zones ouvertes délimitées par les parois des murs. Comme évoqué précédemment, les portes seront laissées ouvertes à l’exception de celles qui donnent sur l’extérieur. Néanmoins, le caractère malléable des plans réalisés sur AutoCAD dans le cadre de Depthmap nous permet de recréer diverses circonstances spatiales en ouvrant ou fermant des portes et/ou d’éventuelles cloisons. L’utilisation du logiciel dans le chapitre concernant l’analyse spatiale du corpus architectural néopalatial nous offrira l’opportunité de revenir sur ce sujet et d’en détailler les modalités.

46Outre les limitations propre au sujet d’étude, Depthmap reste un logiciel en version beta (c’est-à-dire qu’il est toujours en cours de développement) ; ce qui fait sa force et sa faiblesse. Dans la conclusion du manuel d’utilisation du programme, Turner s’interroge sur le potentiel réel de la VGA et admet qu’elle nous informe probablement plus sur les relations entre espaces et les principes sous-jacents de ces derniers qu’elle ne permet de prédire les mouvements des gens. En d’autres termes, Depthmap a un fort potentiel mais reste la proie de nombreuses interrogations et peut prêter le flanc à de nombreuses critiques. Ce fort potentiel découle du fait que l’utilisation du logiciel n’est pas clairement délimitée : « It is always a joy to a programmer to see their program abused and used in a way it was not intended for. I hope that there is enough freedom within Depthmap to produce many more phenomena, and perhaps, to understand them too. » (Turner 2005 : 42).

  • 23 Il fait même plus que partager le côté théorique étant donné qu’il produit également des valeurs ch (...)

47L’application de Depthmap dans le cadre de recherches archéologiques en architecture se heurte évidemment à des conditions particulières, des circonstances que n’avait pas prévues le créateur du logiciel. Néanmoins, le fait que le programme partage le socle théorique de l’analyse de la syntaxe spatiale23 et qu’il offre une grande malléabilité rendent son utilisation possible même au prix de quelques libertés méthodologiques.

3. Outils connexes : la proxémique comme angle d’étude du rapport entre le facteur humain et son environnement spatial

  • 24 Pour Hall, la proxémie (un néologisme de son invention) regroupe les observations et les théories l (...)
  • 25 « On ne peut pas échapper au fait que des individus élevés au sein de cultures différentes vivent é (...)
  • 26 Hamilakis aborde malgré tout brillamment la sensation de manger et de boire dans la culture minoenn (...)
  • 27 Dans le cadre de cette démarche, l’approche perceptive s’étoffera de quelques considérations concer (...)

48Les différentes méthodes qui viennent étoffer les apports de l’analyse de la syntaxe spatiale et de l’utilisation de Depthmap, relèvent toutes, dans une certaine mesure, de la proxémie telle que définie par Hall comme étant l’étude de la perception que l’homme a de l’espace ainsi que l’usage qu’il en fait24. Ce dernier met en avant l’idée qu’une large majorité des comportements humains sont liés à l’expérience de l’espace. Cette perception, ce sentiment de l’espace est la synthèse d’un ensemble de données sensorielles (visuelles, olfactives, tactiles, thermiques, auditives). Chaque sens constitue un système d’appréhension complexe d’autant plus qu’il est invariablement « modelé et structuré »25 par la culture et par les affects de l’observateur. Hall jetait donc là les bases d’une réflexion nouvelle résolument orientée sur l’étude de la perception spatiale comme biais de la compréhension comportementale. Évidemment, une telle démarche n’a réellement de sens que si elle est appliquée sur des exemples observables et concrets. Cependant, un pan entier de cette approche proxémique peut se révéler très fécond en informations dans le cadre de l’étude archéologique des vestiges architecturaux minoens. Comme le faisaient déjà remarquer Hillier et Hanson, la vision constitue l’interface principale entre l’homme et l’espace (Hanson 1998 : 123 ; Hillier 1996 : 313). Il se trouve également qu’en terme de perception, le témoignage le plus éloquent dont nous disposons en ce qui concerne les Minoens est leur cadre architectural (et dans une certaine mesure topographique). En effet, il nous est difficile d’appréhender les dimensions olfactives, tactiles, auditives ou thermiques des crétois de l’Âge du Bronze26. Néanmoins, nous conservons des traces de leur bâti et par extension d’une partie de leur domaine visuel. Pour cette raison et dans l’espoir d’affiner notre compréhension de l’espace minoen, l’architecture crétoise sera également abordée sous l’angle de la perception visuelle, de ses limitations et de l’impact particulier qu’elle pouvait avoir. À cette fin, quelques auteurs et concepts théoriques sont brièvement évoqués ci-dessous. La pleine mesure de ces méthodes d’approche de la perception visuelle ne se mesurera malgré tout réellement que dans le cadre de leur application aux exemples concrets. De manière générale, les édifices sont envisagés sous deux angles différents. D’une part, ils sont abordés comme domaine passif et l’on s’interroge sur la perception visuelle qu’en avaient les Minoens. Cette démarche est essentiellement liée aux limitations physiques de la perception et l’éventuel impact visuel d’une architecture est envisagé. À l’inverse, l’architecture est également étudiée en tant que théâtre ou scène de diverses activités et interactions sociales. En tant que domaine actif, le bâti minoen forme une partie intégrante des représentations (performances) dans lesquelles le dialogue entre espace architectural et société est crucial27.

3.1. La vision et ses modalités : l’architecture en tant que domaine passif

  • 28 10° pour une personne debout, 15° pour une personne assise.

49Dans une étude sur l’analyse visuelle du paysage japonais (Higuchi 1983), Higuchi Tadahiko définit une série de variables qui peuvent se révéler très utiles pour étudier, en terme d’impact visuel, la manière dont les Minoens percevaient leur environnement bâti. En ce qui concerne ces variables, il faut garder à l’esprit que le champ visuel maximal humain s’étend de 50-55° au dessus de l’horizontale à 70-80° sous l’horizontale. La zone de vision optimale (optimum viewing zone) - qui correspond à la zone visible en bougeant uniquement les yeux et pas la tête - s’étend de 25° au dessus de l’horizontale à 30° en dessous (Higuchi 1983 : 40, fig. 4.4). L’angle d’élévation quant à lui équivaut à la différence entre l’horizontale et la ligne de vision allant de l’œil à l’objet sur lequel se porte le regard. La vision vers le haut est fortement limitée dans la mesure où le fait même d’élever son regard vers un objet tend à limiter la mobilité du corps humain et à couper sa ligne de vision à un point au dessus de l’horizontale. Si l’on considère, comme tendent à le prouver certaines recherches, que la ligne de vision la plus stable pour une personne lambda est de 10 à 15° sous l’horizontale (Higuchi 1983 : 38)28, il paraît évident que le fait même de regarder vers le haut implique une certaine quantité de stress. En d’autres termes, focaliser sa vision vers le haut, qu’on regarde quelque chose ou quelqu’un, requiert un certain effort visuel. Ladite règle de Märtens (adoptée par Higuchi) est un développement de cette idée (Higuchi 1983 : 46-48). En résumé, Märtens estime que l’impression esthétique générale d’un objet est à relier aux caractéristiques de la portée de la vision humaine (qui se présente sous la forme d’un cône elliptique) (Märtens 1890). Cela signifie, dans le cadre de l’étude de l’architecture, que la hauteur absolue d’un édifice ne détermine pas à elle seule la perception visuelle que l’on en a. En effet, la position relative de l’observateur joue un rôle considérable dans ce processus. C’est pour cette raison que différents seuils de vision sont évoqués. Lorsqu’on s’approche d’un objet, telle qu’une structure architecturale, ce dernier va progressivement remplir le champ de vision de l’observateur. Selon la règle de Märtens, la perception change à 18° quand l’objet commence à acquérir un certain impact visuel, une monumentalité que l’on pourrait qualifier de verticale et à 27° quand l’objet emplit le champ visuel et que ses détails commencent à être visibles. De plus, l’observateur est idéalement placé pour apercevoir les plus petits détails quand son angle de vision est de 45°. On comprend donc aisément en quoi l’angle d’élévation constitue un indice intéressant de l’impact visuel d’un édifice.

50Une théorie complémentaire concernant l’expérience humaine de l’architecture a été développée par Jean Cousin dans L’espace vivant (Cousin 1980). Cousin souligne la capacité qu’a l’être humain de s’identifier à, et de se projeter sur les volumes et espaces qui l’entourent (Cousin 1980 : 15). Cette capacité est inhérente à la spatialité du corps humain et intimement liée à la vision, considérée comme intermédiaire principal entre le corps humain et l’espace (Cousin 1980 : 16). Deux caractéristiques du corps humain influencent la perception qu’une personne a de l’espace : la bulle et les axes dynamiques. La bulle est une sorte d’espace personnel avec une forte réalité physique (Cousin 1980 : 28 ; Hall 1971 : 150 ; Moles et Rohmer 1972). Sans relation à un espace spécifique, cette bulle équivaut à la sphère que peut occuper un être humain en étendant ses bras et en écartant ses jambes. Cette bulle définit également la première caractéristique spatiale de Cousin : sa nature positive ou négative. Confrontée à un espace particulier (ou à un agencement d’espaces), la bulle a la propriété d’étendre ses propres limites et de faciliter l’identification de l’observateur avec l’espace. Ce type d’espace est appelé ‘espace positif’. Un espace positif est intégré au champ visuel limité et peut être considéré comme une extension de notre propre bulle avec une frontière claire. C’est une zone fermée et englobante. Cet aspect est le contraire de l’espace environnant, à l’extérieur de notre bulle étendue. Au sujet de ce dernier, on parle d’un ‘espace négatif’. Un espace négatif est essentiellement indéterminé, sans limites claires et peut être qualifié d’aire ouverte sans champ visuel précis. Selon Cousin, ces propriétés de l’espace contribuent à notre perception intime de l’architecture (Cousin 1980 : 46). D’autre part, le corps humain est également sous l’influence de trois axes dynamiques : l’axe vertical symbolisant la conscience d’un dessus et d’un dessous renforcé par la gravité, l’axe arrière-avant représentant l’axe de la marche, du mouvement dans l’espace en dehors de la présence d’inclinaisons ou de pentes et enfin, l’axe transversal ou axe gauche-droite intimement lié au concept de symétrie (Cousin 1980 : 36). Ces trois axes jouent un rôle décisif dans notre perception de l’espace, tout particulièrement en ce qui concerne le mouvement. Ils donnent à l’espace son caractère statique ou dynamique. En fait, en ce qui concerne la perception de l’espace à travers la vision, l’existence de ces axes est moins importante que les entraves qu’ils rencontrent. En effet, un axe bloqué crée un arrêt dans cette direction particulière, tandis qu’un axe favorisé engendre une possibilité de mouvement. L’architecture ‘vit’ consécutivement à la nature de notre perception de l’espace qui est tantôt négatif ou positif, tantôt statique ou dynamique. Comme évoqué, la vision est l’interface privilégiée de cette perception spatiale. Selon Cousin, le champ visuel humain à la forme d’une ellipse (aux proportions du rectangle d’or). Cette ellipse de vision nous permet de percevoir l’espace d’une manière confortable (et non maximale) et de comprendre celui-ci sans avoir à trop bouger les yeux ou à adopter une posture inconfortable (par exemple du cou). Bien qu’elle puisse varier d’une personne à l’autre, cette ellipse est considérée comme ayant un angle de 54° horizontalement et de 37° verticalement (23° en dessous de l’horizontale et 14° au dessus). En fait, l’ellipse de vision diffère en termes de degrés de la zone de vision optimale mais il s’agit néanmoins d’un concept similaire. C’est donc à la lumière de ces différentes constatations que certains exemples architecturaux minoens seront envisagés en tant que domaines passifs.

3.2. Scénographie spatiale : l’architecture en tant que domaine actif

51L’architecture n’est pas seulement perçue visuellement, elle est également ‘visitée’ et ‘utilisée’ et en tant que telle, devient partie intégrante, acteur physique d’une représentation où des sens, autres que la vision, sont impliqués. La définition que donne Schechner du terme performance (que nous traduisons systématiquement ici par représentation) - c’est-à-dire « comportement humain organisé présenté devant témoins » - n’est bien entendu pas suffisante (Schechner 1977 ; Pearson et Shanks 2001 : xiii). Il est nécessaire d’attirer l’attention sur la toile de fond sociale et physique de tels comportements humains organisés. De manière générale, une représentation est « un mode de production culturel qui fonctionne sur base de ressources matérielles et intellectuelles pour créer une signification » (Pearson et Shanks 2001 : 27) et c’est à travers son impact émotionnel et communicatif qu’elle devient signifiante (Coben 2005). Dans le cadre de sociétés préhistoriques, où les relations de pouvoir et la cohésion sociale doivent être continuellement maintenues ou manipulées, des représentations rituelles ou même séculaires devaient probablement permettre de délivrer avec efficience un message compréhensible à un grand nombre de personnes (Mann 1987 ; Tomaszkiewicz 1999). Ce type de message ne peut être étudié sans considérer l’endroit où il a été délivré. C’est la raison pour laquelle l’approche archéologique peut être d’une aide inestimable en la matière. Le désavantage évident de l’archéologie est que la présence des acteurs et des spectateurs, tout autant que des informations sur la représentation en elle-même font souvent défaut. En fait, les archéologues ne sont pas réellement capables d’expliquer les représentations (performance) minoennes - même si quelques fresques ont été utilisées avec succès pour les commenter (Davis 1987) - mais ils peuvent se concentrer sur les espaces physiques au sein desquels elles se déroulaient. Il apparaît donc important de comprendre la relation entre une représentation et la scène qui l’accueille, entre la production culturelle et son contexte (Pearson et Shanks 2001 : xviii). Le lien entre une représentation et son contexte spatial est tellement important que Barrett suggère qu’on puisse inférer la première du second (Barrett 1994). Il met en évidence le fait que l’implantation architecturale de certains monuments européens de l’Âge du Bronze créait des opportunités formelles de bouger, d’être en relation avec les autres et de voir d’une manière particulière. L’espace architectural est socialement signifiant car, comme nous l’avons détaillé ci-dessus, il est la matérialisation d’exigences et de normes culturelles tout en influençant simultanément, au quotidien, les comportements de par son contexte physique (Hillier et Hanson 1984 ; Hillier 1996 ; Hanson 1998 ; Tschumi 1990). Il devient donc évident qu’une représentation, son effet dramatique sur l’audience et la séquence de ses évènements constitutifs, ne peuvent être déterminés sans étudier leurs contextes physique et architectural. Sur base de cette constatation, notre attention se porte, dans le chapitre adéquat, sur certains facteurs physiques d’édifices minoens tels que la forme générale, la localisation des entrées et des sorties, les points focaux ou ‘scènes’ ainsi que leur contexte global, tous ces éléments pouvant contribuer à favoriser l’aspect sensoriel inhérent à toute représentation.

52Qualifier et disséquer les structures architecturales, étudier leurs caractéristiques physiques et se concentrer sur leurs modèles spatiaux serait inutile sans envisager la dimension humaine. Si l’architecture peut favoriser ou contraindre une représentation, la physiologie humaine doit également être prise en considération. L’audience et les acteurs sont aussi contraints et influencés par leurs propres limitations corporelles ainsi que par leurs sens. De nombreux spécialistes s’accordent à reconnaître l’importance de la physionomie humaine dans l’appropriation, la perception et l’utilisation de l’espace, qu’il soit architectural ou non (Cousin 1980 ; Hall 1971 ; Higuchi 1983 ; Tschumi 1990 ; Gibson 1962 ; Moore 1996). Nous avons déjà abordé la vision dans le cadre des théories d’Higuchi et Cousin, reste à aborder les autres sens plus que probablement impliqués dans les représentations bien que nettement plus difficiles à cerner d’un point de vue archéologique. Ces différentes capacités humaines ont tout particulièrement retenu l’attention de Hall (Hall 1971). Ses quatre seuils de communication interpersonnelle (intime/personnel, social, public - portée restreinte, public - portée étendue) sont basés sur la distance entre les personnes impliquées et leur aptitude consécutive à se comprendre mutuellement (Hall 1971 : 143-160). Ces seuils sont essentiellement basés sur le son et la vision mais impliquent aussi régulièrement l’odorat et le toucher. De seuil en seuil, la distance physique entre l’audience et les ‘acteurs’ augmente et la communication devient plus stylisée et moins subtile (Moore 1996 : 154).

Tableau 1 : Les quatre seuils de communication interpersonnelle (Hall 1971, d’après Moore 1996 : 154).

  • 29 La nature de ces ‘acteurs’ et spectateurs’ restant foncièrement peu connue.

53En appliquant ces concepts, nous tenterons d’aborder l’architecture en tant que domaine actif. Nous étudierons les volumes et restriction des sphères d’influence des spectateurs et des acteurs des représentations29. En pratique, le contexte spatial et la physionomie humaine seront étudiés comme deux dimensions étroitement imbriquées.

4. Réflexions critiques sur le cadre théorique et méthodologique

  • 30 Bien qu’à première vue la théorie de la syntaxe spatiale paraisse conceptuellement positiviste et t (...)

54Bien que le terme ait été, à dessein, presque passé sous silence jusqu’ici, la méthode d’analyse de la syntaxe spatiale et les considérations proxémiques précédemment évoquées s’inscrivent, d’une certaine manière, dans une réflexion de type phénoménologique qui a connu un succès non négligeable dans l’archéologie anglosaxonne30. Récemment, Joanna Brück se pencha sur les modalités d’application et les apports précieux d’une archéologie phénoménologique tout en mettant l’accent sur les écueils auxquels une telle démarche pouvait être confrontée (Brück 2005). De manière générale, la phénoménologie tend à décrire la nature de l’expérience humaine et plus particulièrement, la façon dont le monde matériel est appréhendé par l’intermédiaire de notre implication en son sein. Tentant de sortir du dualisme rationaliste sujet-objet malgré son intérêt pour la conscience dans la perspective du premier, la phénoménologie défend l’idée que l’engagement corporel avec le monde matériel est constitutif de l’existence, comme l’évoque Brück : « […] it is through the performance of actions that have an effect in the world that we realize our being. Things make us, just as we make things. » (Brück 2005 : 46).

55On retrouve évidemment dans cette considération un écho manifeste à la relation bipolaire qu’Hillier et Hanson prêtent à l’espace bâti et à la société. De nombreux chercheurs, fondateurs de ladite mouvance postprocessuelle (Tilley et Thomas étant des précurseurs en la matière), s’engagèrent donc dans une démarche expérimentale relevant de la phénoménologie et se confrontèrent aux structures monumentales dont ils faisaient l’étude, arguant que leurs propres expériences pouvaient constituer un angle d’approche révélateur sur les pratiques et ressentis du passé (Thomas 2002 ; Tilley 1994). La gageure restant continuellement de savoir si les traits particuliers et jugés révélateurs des monuments ou paysages envisagés lors de ces études par les archéologues l’étaient également aux yeux des anciens : « Perhaps the most important question here is wether contemporary encounters with landscape - wether achieved using virtual reality modelling or acquired via embodied engagement with the landscape itself - can ever approximate the actual experience of people in the past. » (Brück 2005 : 54).

56Brück attire donc l’attention sur une notion que l’on retrouvait également en filigrane dans le concept d’ambiguïté de Hanson. Elle souligne le fait que les éléments jugés comme porteurs de signification par les archéologues doivent être envisagés avec précaution avant d’être érigés en tant que tels. Brück préconise donc de ne pas perdre de vue la différence fondamentale qui existe entre causalité (causation) et association (association). Une association pouvant être accidentelle, produit de l’intervention de facteurs involontaires (Brück 2005 : 51). On constate donc que le concept d’ambiguïté, qui érigeait le milieu bâti en entité plus déterminée ou figée, gagne également à être réexaminé à la lumière de cette notion. En effet, d’une part, comme le soulignait déjà Amos Rapoport, l’espace architectural n’est pas simplement le résultat de forces physiques ou de tout autre facteur causal unique, mais est la conséquence de toute une série de facteurs socioculturels considérés dans leur extension la plus large (Rapoport 1977 : 65). D’autre part, il est fondamental d’admettre que l’association de structures architecturales avec le paysage environnant, tout comme certaines matérialisations du bâti, peuvent échapper au concept de causalité ou simplement renvoyer à des notions, valeurs et considérations dont nous avons bel et bien perdu l’écho. Cette ambiguïté tient à différents facteurs qui sont autant de critiques formulées à l’encontre de certaines approches phénoménologiques. Par exemple, dans le cadre de telles recherches, le corps humain et le paysage physique sont souvent considérés comme des constantes qui contraignent le mouvement physique aujourd’hui comme dans le passé. Cette position, malgré les pistes de réflexion qu’elle offrait, fut extrêmement critiquée (Meskell 1996 ; Hamilakis et al. 2002). En effet, outre le fait que les attributs physiques peuvent considérablement varier d’une personne à l’autre (selon l’âge, le sexe, d’éventuelles tares etc.), le fait de penser le corps humain comme un universel est également mis à mal par le concept même du corps en tant que produit de relations sociales et de valeurs culturelles (Brück 2005 : 55). Le corps constitue bel et bien le point focal de la construction identitaire et de la médiation de la relation entre individu et société. Il est donc touché, en termes de signification, par le principe d’ambiguïté. L’expérience corporelle est façonnée par un certain nombre de principes culturels et à son tour, fonde les interprétations particulières que l’on se fait du monde. Sans verser dans le relativisme, cela signifie que l’expérience de conditions matérielles identiques peut varier d’une culture à l’autre ou au sein d’une même culture. Comme le souligna Bourdieu, les pratiques corporelles, y compris certaines façons de bouger et certains gestes particuliers, sont appris et dans de nombreuses sociétés, intimement associés à certaines catégories de personnes (Bourdieu 2000 : 321-337). Il apparaît donc peu probable que nos propres contacts corporels avec les monuments anciens correspondent parfaitement à ceux du passé. Le fait que le milieu physique soit également envisagé comme une constante pose problème. En effet, il est plus que vraisemblable que la forme et les caractéristiques de ce milieu (qu’il soit paysager ou architectural) aient évolué au cours des millénaires. De plus, au même titre que le corps, le milieu physique n’est reconnu culturellement que dans un contexte social et idéologique particulier. La perception que nous avons des choses est culturellement construite, l’acte de perception en lui-même étant un acte d’interprétation (Brück 2005 : 56 ; Jones1998). Les propriétés du milieu physique ne sont donc pas des attributs essentiels, elles sont culturellement et historiquement ancrées. Pour ces raisons, l’expérience phénoménologique de l’archéologue ne peut être considérée comme un reflet infaillible du vécu des anciens mais tient plutôt d’une démarche réflexive sur les propres motivations, fondements culturels et jugements de l’interprétation archéologique (Shanks et Tilley 1992 ; Shanks 1992 ; Pearson et Shanks 2002). Loin de n’être qu’une tentative vaine, la phénoménologie forme un élément important d’une archéologie herméneutique. En effet, si l’on admet que les objets, les monuments et le paysage ont plus qu’un simple impact sur nous dans la mesure où ils font de nous ce que nous sommes, l’engagement archéologique prend automatiquement la forme d’un dialogue dans lequel l’archéologue tout comme les données qu’il aborde sont créés et transformés (Brück 2005 : 65).

  • 31 Autant de conceptions que l’on retrouve majoritairement dans les théories d’Hillier and Hanson.

57En ce qui concerne nos recherches, le développement d’approches phénoménologiques souleva également une question primordiale : celle de la place de l’individu dans la recherche archéologique (voir par exemple Barrett 2001). Se focaliser sur l’individu (comme ce fut le cas avec l’avènement de l’archéologie post-processuelle-Hodder 1986) en tant qu’agent principal dans le changement social, politique et économique ne fait, selon Thomas, qu’appliquer au passé une conception du moi héritée de la pensée rationaliste, produit de la philosophie du siècle des Lumières (Thomas 2004). L’individualisme libéral des XVIIIème et XIXème siècles a érigé l’individu en une entité limitée et homogène clairement distincte des autres et possédant sa volonté propre. Évidemment, dans le cadre de recherches archéologiques, se focaliser sur l’individu ouvre la porte à une homogénéisation de l’expérience humaine et érige uniquement certaines personnes en agents actifs en limitant l’importance des relations interpersonnelles pourtant fondamentales au sein d’une société (Brück 2005 : 58). Brück attire donc l’attention sur l’étude de la manière dont l’architecture peut être utilisée pour contrôler le mouvement des gens dans l’espace (ce qui constitue un des fondements de l’analyse de la syntaxe spatiale et par extension, de nos recherches - Brück 2005 : 60-61). Dans les différentes recherches relevant de cette démarche, on suggère par exemple que la segmentation de l’espace facilitait la structuration de la société, qu’une restriction d’accès vers l’intérieur de monuments maintenait les différences interpersonnelles ou encore que la différentiation en espaces multiples ancrait le social dans l’ordre spatial et favorisait la circonscription de la signification31. De cette manière, la confrontation corporelle des individus à l’architecture et/ou au paysage reproduirait des idéologies dominantes. Brück met habilement en évidence certaines critiques qui peuvent être formulées à l’égard de cette conception et qui gagneront à être envisagées dans le cadre de l’application de l’analyse de la configuration (Brück 2005 : 60-61). L’idée même que des êtres humains puissent être contrôlés, ordonnés et catégorisés en restreignant leurs mouvements dans l’espace réduit l’individu à un objet qui peut être manipulé par les autres (souvent une élite, dans le cadre plus particulier de l’analyse de la syntaxe spatiale, les résidents). Cette conception, réduisant certaines catégories de personnes en objets manquant de potentiel actif (agency) et en en élevant d’autres en sujets actifs et autonomes, est considérée par Brück comme une reproduction de la dichotomie occidentale moderne entre corps et esprit, objet et sujet (Brück 2005 : 60). Reproduction qui, comme nous l’avons déjà énoncé, transpose dans le passé une conception de la personne héritée de l’individualisme libéral des XVIIIème et XIXème siècles. D’autres chercheurs, comme Hamilakis, attirèrent également l’attention sur cet état de fait. Il souligna que le concept même de personnes dont le mouvement pourrait être contraint à travers l’espace et d’individus puissants contrôlant l’ordonnancement de cet espace et les significations y étant associées, repose sur un modèle de l’individu en tant qu’entité statique et limitée (Hamilakis 2002b : 122). Or, comme le souligne Brück, de nombreuses études anthropologiques prouvent le contraire :

Many societies possess a sociocentric or relational model of the person that constructs the self in terms of interpersonal relationships rather than in terms of the essential characteristics of a bounded individual. This means that those who exercise social power are themselves subject to the demands of others. Agency is not an intrinsic attribute of the bounded individual but a product of the network of social relationships that constitute the person (Brück 2005 : 61).

58De plus, l’individu (self) ne se limite pas au produit de relations interpersonnelles. Souvent, des objets, des lieux et des évènements extérieurs au corps humain sont également autant d’éléments constitutifs de l’individu (voir par exemple Tuan 1977 ; Pearson et Shanks 2002).

[…] it is never possible to control fully the experience and interpretation of space. People carry with them cultural values and attitudes, constructed outside of the monumental [or architectural] context, that provide them with the resources to produce alternative interpretations of place. This also underlines the fluidity of social identity. Because the boundary between self and other is constantly shifting, identity can be reconstituted so that those who hold positions of authority at one moment may be challenged and undermined at other times (Brück 2005 : 61).

  • 32 C’est dans une démarche de ce type qu’Hitchcock a récemment proposé une étude de l’architecture min (...)

59On retrouve à nouveau ici un parallèle au concept d’ambiguïté de Hanson et comme nous le verrons, ces considérations se devront d’être d’application dans le cadre de l’analyse de la syntaxe spatiale. Cependant, avant d’en venir aux implications que cette réflexion sur la phénoménologie suggère dans le cadre de nos recherches, il peut être intéressant d’évoquer le point sur lequel Brück clôture sa talentueuse analyse. Comme nous l’avons évoqué, la façon dont le facteur humain et le facteur architectural sont confrontés l’un à l’autre implique un contexte culturel souvent complexe qui dépasse de loin la sphère de l’individu restreint et du spatial figé. Étudier le rapport bilatéral qui unit ces deux éléments ne pourrait donc raisonnablement se faire sans considérer le contexte dans lequel il s’inscrit. Néanmoins, il apparaît, particulièrement dans le cadre de l’archéologie minoenne, que le contexte en question demeure la proie d’interrogations récurrentes. Un des moyens d’envisager ce contexte, à défaut de le saisir dans son ensemble, est d’en considérer les différentes facettes dont nous gardons les traces à ce jour sous forme de données archéologiques. Ainsi, étudier conjointement le facteur humain, les objets et le milieu physique est nécessaire pour saisir réellement le réseau de liens qui les rendent significatifs32.

60À la lumière de ces différentes constatations, l’application de l’analyse de la syntaxe spatiale et des méthodes connexes devra donc être menée à bien en ne perdant pas de vue un certain nombre d’éléments :

  • Le concept d’ambiguïté de Hanson gagne à être étoffé par les considérations et remarques de Brück ;

  • Consécutivement les notions mêmes de résidents et de visiteurs ne devront pas être érigées en réalités figées dichotomiques ;

    • 33 Cette préoccupation se retrouve également chez Hillier : « Spatial form, I argue, creates the field (...)

    Au même titre, la configuration et l’existence d’un éventuel génotype ne seront pas d’avantage présentées le jour d’un ordre spatial absolu ou de modèles architecturaux fixes33 ;

    • 34 À ce sujet, il convient néanmoins de reconnaître l’existence de propriétés spatiales premières, c'e (...)

    Les méthodes proxémiques (cf. Cousin, Higuchi et Hall) devront également faire l’économie d’une généralisation ou d’une universalisation abusive en ce qui concerne le facteur humain et son rapport à l’espace34.

  • 35 En enrichissant la description architecturale des bâtiments d’Akrotiri par de multiples réflexions (...)

61Il apparaît donc que l’étude de l’architecture minoenne par le biais des méthodologies précédemment évoquées se doit de faire preuve de prudence tant au point de vue de la manière dont elle aborde son sujet d’étude qu’en ce qui concerne le concept de réalités humaine et architecturale. Évidemment, étant résolument focalisées sur l’architecture, nos recherches font la part belle au domaine du spatial mais tentent, autant que faire se peut, d’intégrer une perspective plus globale, une mise en contexte intégrant différentes facettes du monde matériel et de la sphère culturelle au sens large35.

Notes

1 De manière générale la prise en compte de cette bipolarité n’est certainement pas uniquement le fait de l’analyse de la syntaxe spatiale et découle d’un courant de pensée (centré sur les liens entre comportements et environnement) que l’on peut qualifier de modèle sociologico-écologique qui « defines the relationship between the environment and behavior as interdependent and mutually determinative. The model stresses the dynamic interaction within a people-built environment, involving both change and adaptation. Human behavior influences the organization of the built environment, and the built environment influences behaviors ; each can be modified by the other » (Sanders 1990 : 44 ; voir également de nombreuses autres contributions dans Kent 1990 ; ou encore Lawrence et Low 1990).

2 Le chapitre consacré à l’interprétation des données produites par l’analyse reviendra sur ce concept de programme.

3 Le terme ‘cellule’ (cell) est ici emprunté à Preziosi (voir notamment Preziosi 1983 : 197-211).

4 « In most, but by no means all cases […] the distributed system is the set of spaces through wich the visitor, subject to more or less control, may pass ; while the nondistributed system, (that is, the set of trees connected to each other only through the distributed system) is the domain of the inhabitants, with stronger sanctions against penetration by the visitor. » (Hillier et Hanson 1984 : 167) ; « […] the inhabitant is in the deeper, often nondistributed parts of the building, and interfaces with the visitor through the shallower, often distributed parts of the building that forms its principal circulation system. » (Hillier et Hanson 1984 : 183-184). Une exception à cette constatation se retrouve dans ce qu’Hillier et Hanson qualifie de « reversed buildings » (on retrouve parmi ces derniers des édifices ayant un caractère public institutionnel comme les prisons et les hôpitaux) : « […] the is a very fundamental building genotype that is characterised exactly by the reversal of positions of inhabitants and visitors, in the sense that visitors - those who do not control the knowledge embodied in the building and its purposes - come to occupy the deeper primary, usually nondistributed cells ; while inhabitants - those who do control the knowledge embodied in the building and its purposes - or their representatives come to occupy the distributed circulation system. For convenience this species could be called the reversed building - reversed in the sense that patients and prisoners occupy the primary cells, while guards and doctors occupy the distributed system and move freely in it. » (Hillier et Hanson 1984 : 184).

5 Ainsi, entre deux cellules distinctes, un mur percé d’une simple porte crée plus d’isolation qu’une succession de colonnes ou un changement de niveau de sol ou de plafond.

6 Il convient toutefois de préciser que le seul examen des types topologiques et des données quantitatives qu’on peut en inférer ne suffit pas à appréhender la perméabilité. En effet, elle est également fonction de l’existence d’autres éléments tels que les portes (maintenues ouvertes ou fermées) ou encore des prescriptions culturelles particulières relatives à l’utilisation d’un édifice (Hanson 1998 : 123-124).

7 C’est à cause de ces exigences si différentes que faire coexister mouvement et occupation pose parfois problème.

8 Hillier 1996 : 153 : « [A] group will collectively define a space in which all the people the first person can see can see each other, and this is a mathematical definition of convexity in space, except that a mathematician would say points rather than people. », 317 : « In particular, any activity that involves the interaction and co-presence of several people is by definition likely to be convex, since it is only in a convex space that each person can be aware of all the others. ».

9 Le trajet rappelle alors un trajet au sein d’un complexe de type b malgré le fait qu’on ne retrouve pas l’exigence d’un trajet de retour répétant la même séquence inversée.

10 Les différentes valeurs chiffrées présentées dans cet ouvrage ont essentiellement été obtenues grâce au logiciel JASS créé par le S (patial) A (nalysis and) D (esign) Center de la KTH School of Architecture de Stockholm (http://www.arch.kth.se/sad/).

11 « The measure of control is calculated by a simpler, but perhaps more laborious procedure. Each space has a certain number n of immediate neighbours. Each space therefore gives to each of its immediate neighbours 1/n, and these are then summed for each receiving space to give the control value of that space. In effect, each space is partitioning one unit of value among its neighbours and getting back a certain amount from its neighbours. […] Note that control is a local measure, since it only takes into account relations between a space and its immediate neighbours, whereas integration is a global measure since it takes into account the relation of a space to every other space in the system. » (Hillier et Hanson 1984 : 109). Dans le cadre de cette étude, cette mesure, plus simple, sera utilisée de manière préférentielle à l’annularité relative (Relative Ringiness - RR), mesure proposée par Hillier et Hanson et faisant le pas à l’asymétrie relative dans le cadre de l’étude des bâtiments (Hillier et Hanson 1984 : 153-154).

12 À ce titre, nous reviendrons, dans un chapitre ultérieur, sur le fait que l’architecture peut - voir doit - être perçue dans une perspective moins figée.

13 À plus forte raison si l’on considère que les données dont nous disposons sont issues de la fouille, de l’enregistrement des données produites lors de cette dernière et, éventuellement, de restaurations, trois étapes ayant indubitablement leur part de subjectivité (Palyvou 1997 : 155).

14 Il convient toutefois de préciser que l’analyse de la syntaxe spatiale tend à se développer de plus en plus dans le domaine de l’archéologie, à ce sujet, voir Thaler 2005 ; Cutting 2006.

15 De manière générale, Cutting souligne l’efficience de l’analyse de la syntaxe spatiale pour peu qu’elle demeure une approche qualitative, « a tool to think with », et émet de sérieuses réticences quant à son application quantitative (Cutting 2003 : 17-18).

16 Examen des plans, des rapports de fouilles, des publications et, dans une moindre mesure, observation in situ.

17 On entend par ‘simplification’ le fait que les plans proposés ne comportent que le tracé des murs formant les pièces et les ouvertures qui les relient. Leur revêtement au sol, l’existence de dispositifs mobiliers ou de trouvailles n’étant généralement pas manifestés.

18 Notre application de Depthmap n’intégrera pas le mobilier et ne donnera donc qu’un aperçu biaisé d’une réalité visuelle et spatiale (voir Limites de Depthmap).

19 Par défaut, dans nos recherches, les points sélectionnés correspondront aux entrées des bâtiments, comme si l’on y représentait un visiteur venant de l’extérieur. Néanmoins, Depthmap offre la possibilité de placer un observateur n’importe où au sein d’un bâtiment ce qui peut se révéler utile pour aborder diverses situations spatio-architecturales.

20 Il est important de noter que si le graphe (le plan) est divisé en deux sections qui ne peuvent se voir mutuellement, le nombre de nœuds est simplement celui du nombre contenu dans la section envisagée.

21 Voir asymétrie relative et valeur d’intégration dans le chapitre concernant l’analyse de la syntaxe spatiale.

22 Même si nous en connaissons quelques exemples en archéologie minoenne, nous sommes loin de pouvoir reconstituer la manière dont il s’agençait au sein des bâtiments.

23 Il fait même plus que partager le côté théorique étant donné qu’il produit également des valeurs chiffrées propres à l’analyse de la syntaxe spatiale comme évoqué ci-dessus.

24 Pour Hall, la proxémie (un néologisme de son invention) regroupe les observations et les théories liées au rapport entre l’homme et l’espace en tant que produit culturel (Hall 1971 : 13). À ce titre, cette partie de notre étude tient de ce que Sanders qualifie de « behaviour-environment studies » (Sanders 1986 : 496-497, n. 9). Pour des réflexions critiques concernant la proxémique, voir Sanders 1990 : 47-49.

25 « On ne peut pas échapper au fait que des individus élevés au sein de cultures différentes vivent également dans des mondes sensoriels différents. » (Hall 1971 : 222)

26 Hamilakis aborde malgré tout brillamment la sensation de manger et de boire dans la culture minoenne (Hamilakis 2002b)

27 Dans le cadre de cette démarche, l’approche perceptive s’étoffera de quelques considérations concernant les autres sens.

28 10° pour une personne debout, 15° pour une personne assise.

29 La nature de ces ‘acteurs’ et spectateurs’ restant foncièrement peu connue.

30 Bien qu’à première vue la théorie de la syntaxe spatiale paraisse conceptuellement positiviste et trouve son fondement, au moins partiellement, dans un courant de pensée structuraliste (Seamon 1994 ; Seamon 2000 ; Cutting 2003 : 3), Hillier insista récemment sur le fait que la syntaxe spatiale offre un paradigme qui rencontre les objectifs des fondateurs de la phénoménologie : « to show that there is a common framework to subjects and objects which unifies them […] » (Hillier 2005 : 11) ; un aspect de la syntaxe spatiale que Seamon détecta également (Seamon 1994 ; Seamon 2000) ; à ce sujet, voir Stahle et al. 2005 : 133 : « The morphological descriptions developed within space syntax, the ‘axial line’, the ‘convex space’ and the ‘isovist’ all have their rationale from the point of view of human experience ; visibility in respect of movement, visibility in respect of co-presence and visibility per se, respectively. In short they are all representations of the phenomenological bottom-line of being in the world. ».

31 Autant de conceptions que l’on retrouve majoritairement dans les théories d’Hillier and Hanson.

32 C’est dans une démarche de ce type qu’Hitchcock a récemment proposé une étude de l’architecture minoenne (Hitchcock 2000).

33 Cette préoccupation se retrouve également chez Hillier : « Spatial form, I argue, creates the field of probable - though not all possible - encounter and co-presence within which [people] live and move ; and whether or not it leads to social interaction […] » (Hillier 1989 : 13).

34 À ce sujet, il convient néanmoins de reconnaître l’existence de propriétés spatiales premières, c'est-à-dire que l’on peut considérer comme ontologiques, comme l’exprima Hillier : « […] since many have denied the existence of space, and most deny its autonomy - how can human space be autonomous when it depends for its creation on physical objects such as partitions, boundaries and so on, and these in turn depend on human intentions ? - we begin by showing that as soon as space is seen relationally it can be shown to ‘really exist’ in some sense. If space b is between space a and space c then this relational complex is real in at least as strong a sense as that an object with a planar surface resting on four legs is real (and so legitimizes the common description ‘table’), since we must pass either through b or some other intervening space to get to c from a. We can say that the arrangement has structure (Popper’s objective logical contents), through the relation of betweenness, and agency, in that we have to go through this space to get to that one, and therefore it exists. We then show that merely placing objects in space leads to configurational properties emerging in the ambient space through the operation of simple mathematical laws - for example, an object placed centrally in a space obstructs movement and intervisibility from all points in the ambient space to all others more than if the object is placed peripherally. We argue that from an early age people seem to acquire an intuitive feel for these laws […] Through intuitive knowledge of these laws, even young children learn to manipulate space for social ends, and this manipulation depends on space behaving in a predictable and lawful way. Certain laws of space are then common to mind and world. » (Hillier 2005 : 11-12). Cette conception se retrouve évidemment chez Cousin qui mit également en avant le fait que les propriétés premières de l’espace renvoient à la relationnalité (avec des concepts tels que la proximité, la séparation, la succession, la continuité, la fermeture, voir Cousin 1980 : 23).

35 En enrichissant la description architecturale des bâtiments d’Akrotiri par de multiples réflexions sur différentes facettes de leur matérialité (par ex. en ce qui concerne les fresques), Palyvou illustre parfaitement cette démarche (Palyvou 2005 : 161-70) ; voir également le cadre théorique de Michailidou (Michailidou 1990).

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 4
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 6
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-7.png
Fichier image/png, 1,3k
Légende a = valeur d’intégration maximale.b = valeur d’intégration moyenne.c = valeur d’intégration minimale. t = somme des valeurs d’intégration moyenne, minimale et maximale.H * = facteur de différence.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-9.png
Fichier image/png, 1,1k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-10.png
Fichier image/png, 1017 octets
Légende Tableau 1 : Les quatre seuils de communication interpersonnelle (Hall 1971, d’après Moore 1996 : 154).
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/2646/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540