Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Islam belge au pluriel

 | 
Brigitte Maréchal
, 
Farid El Asri

Biographie des auteurs

Texto completo

1Akodad Ikram a obtenu une licence en langues et littératures modernes (Université Libre de Bruxelles, 2008), pour laquelle elle a réalisé un mémoire sur l’analyse du discours de Tariq Ramadan à travers le prisme du CDA (Critical Discourse Analysis). Au CISMOC, elle participé à la coordination de la formation continue en « Sciences religieuses : islam » (Université catholique de Louvain, 2009).

2El Asri Farid est philologue et historien oriental, judaïsant et docteur en anthropologie (UCL). Assistant de recherches à l'Université catholique de Louvain (CISMOC), ses recherches concernent les dynamiques de l'islam belge et européen, où se croisent notamment les aspects identitaires, théologiques, artistiques et de pratiques d'islam au quotidien. Sa thèse doctorale a porté sur l'expression musicale de musulmans européens comme indicateur des transformations des subjectivités contemporaines ainsi que des représentations de l’islam européen. Farid El Asri est également directeur scientifique de la formation continue en « sciences religieuses : islam » et membre-fondateur du réseau « Religious Innovation and Pluralism in 21st-Century Europe (RIPE) ». Parmi ses publications : « Le contenu scientifique et pédagogique et la formation des cadres religieux musulmans », Islam en Europe : formation des cadres, éducation religieuse et enseignement du fait religieux, Rabat, Marsam, 2011, pp. 233-249 ; « Les défis d’une pédagogie de l’accompagnement. Analyse d’un processus à la lumière des intellectuels musulmans », Intellectuel engagé. Patrimoine islamique d’Europe, Paris, IIIT, 2009, pp. 151-162 ; avec N. Fadil « Islam in Belgium : Cartography on Emerging Scholarship », J. Cesari (ed), Handbook of European Islam, Oxford University Press, à paraître en 2012 ; Islam en musiques, structurations identitaires d'artistes musulmans européens, PUL, à paraître en 2012.

3Fadil Nadia est sociologue, chercheuse post-doctorale FWO au Centre de Recherche Sociologique (CeSO) de la Katholieke Universiteit Leuven. Elle travaille sur les questions liées à la présence de l'islam en Belgique (et en Europe), la notion du sujet, l’individualisation religieuse, le libéralisme et la problématique de la sécularisation à partir d'une approche théorique critique. Parmi ses publications : « Individualizing Faith, Individualizing Identity : Islam and Young Muslim Women in Belgium », J. Césari, S. MC Loughlin (eds), European Muslims and the Secular State, Aldershot, Ashgate, 2005, pp. 143-154 ; « Managing Affects and Sensibilities : The Case of Not-Hand-Shaking and Not-Fasting », Social Anthropology, 17 (4), pp. 439-354.

4Foblets Marie-Claire est professeur de droit et d’anthropologie à la Katholieke Universiteit Leuven et directeur de recherches, associée à la Max Planck Society, où elle dirige depuis mars 2012 le Département d’Anthropologie Juridique au sein de l’Institut für Ethnologische Forschung. Elle s'intéresse à la question de l’application du statut personnel musulman en Europe continentale. Voyez notamment : avec J.-Y. Carlier, Le Code marocain de la famille. Incidences au regard du droit international privé en Europe, Bruxelles, Bruylant, 2005, 391 p ; avec S. Rutten, « De toelaatbaarheid van de verstoting : recente ontwikkelingen in Nederlands, Frans en Belgisch internationaal privaatrecht », P. Van Der Grinten, T. Heukels (eds), Crossing Borders. Essays in European and Private International Law, Nationality Law and Islamic Law in Honour of Frans van der Velden, Deventer, Kluwer, 2006, pp. 195-214 ; « The Admissibility of Repudiation : Requirements in Private International Law. Recent Developments in France, Belgium and The Netherlands » R. Mehdi (ed), Integration & Retsudvikling, Copenhagen, Juristog Oknomforbindets Forlag, 2007, pp. 151-170 ; « Moroccan Women in Europe : Bargaining for Autonomy », Washington & Lee Law Review, 64, 2007, pp. 1 385-1 415.

5Haddou Aicha est diplômée en théologie islamique de l'Institut Islamique Européen de Belgique et titulaire d'un Master en Sciences des Religions (Université catholique de Louvain). Active sur le champ national et international du dialogue interreligieux, Aicha Haddou est représentante et consultante du réseau European Women Of Faith Network ainsi que Co-Présidente du réseau Femmes de Foi Belgique. Elle enseigne la religion musulmane à l'Institut Decroly, tout en s'occupant au sein de l'asbl Pièces à Conviction dont elle est co-fondatrice, d'un projet à caractère thérapeutique à l’adresse d'enfants abandonnés au Maroc. Elle a notamment écrit « Le féminisme à l’épreuve de l’islam », La Revue Nouvelle, Bruxelles, septembre 2007, pp. 40-45.

6Husson Jean-François est secrétaire général du Centre de Recherche en Action Publique, Intégration et Gouvernance (CRAIG). Coordinateur de l’Observatoire des Relations Administratives entre les Cultes, la Laïcité organisée et l’État (ORACLE) et chercheur associé au Centre de Recherche et d'Interventions Sociologiques (CRIS-ULg), il est l’auteur de nombreuses publications sur le financement des communautés convictionnelles et a dirigé l’ouvrage Le financement des cultes et la laïcité : comparaison internationale et perspectives, Presses Universitaires de Namur, 2006.

7Lechkar Iman vient d’achever une recherche doctorale en anthropologie de la religion à la Katholieke Universiteit Leuven sur les néo-sunnites et néo-shiites, envisagés à partir d’une analyse critique de la littérature existante sur l’anthropologie de la conversion et d’une étude concrète sur le terrain belge. Ses deux questions principales y sont les suivantes : comment pouvons-nous comprendre les conversions à l’islam dans un contexte belge sécularisé ? Et comment pouvons-nous comprendre les transformations liées à la recomposition du soi ? Voir notamment : avec J. Leman, C. Stallaert, « Conversion and Agency : Tradition Transition and Intensification as Autonomous Acts in Religious Conversion to and Within Islam », Islam and Autonomy, Leuven, Peeters-Leuven University Press, 2011 ; avec J. Leman, C. Stallaert, « Ethnic Dimensions in the Discourse and Identity Strategies of European Converts to Islam in Andalusia and Flanders », Journal of Ethnic and Migration Studies, 36 (9), 2010, pp. 1 483-1 497 ; avec J. Leman, C. Stallaert, « Crossing Boundaries : Ethnicity and Islamic Conversion in Belgium », Ethnoculture, 2, pp. 27-44.

8Manço Ural est professeur invité à la Faculté des Sciences Économiques, Sociales et Politiques des Facultés Universitaires Saint-Louis (FUSL) à Bruxelles. Il est promoteur de recherches de l’axe « Migrations, multiculturalité et appartenances ethno-religieuses » au Centre d’Études Sociologiques de la même université. Il est également conseiller scientifique de la Faculté Ouverte en Religions et Humanismes Laïques à Charleroi. Ses travaux portent essentiellement sur la sociologie de l'immigration et des identités ethniques et religieuses. Voyez notamment : « The Islamic Federation of Belgium : Belgian Branch of the Milli Görüs Movement », F. Peter, R. Ortega (eds), A Manual on Islamic Movements in Europe, Madrid, Casa Árabe, (in press) ; Reconnaissance et discrimination. Présence de l’islam en Europe Occidentale et en Amérique du Nord, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Voix et voies musulmanes de Belgique, Bruxelles, Publications des Facultés Universitaires Saint-Louis, 43, 2000.

9Maréchal Brigitte est professeur à l’Université catholique de Louvain (UCL), où elle enseigne la sociologie de la religion et la socio-anthropologie de l’islam contemporain. Elle y dirige le Centre Interdisciplinaire d'Études de l'Islam dans le Monde Contemporain (CISMOC). Parmi ses ouvrages : Les Frères musulmans en Europe, racines et discours, Paris, PUF, 2009 ; avec J. De Changy, F. Dassetto, Relations et co-inclusion. Islam en Belgique, Paris, L’Harmattan, 2007. Elle a aussi édité, avec F. Dassetto, P. Muraille, Adam et l’évolution – Islam et christianisme confrontés aux sciences, Louvain-la-Neuve, Académia-Bruyant, 2009 ; avec S. Zemni, The dynamics of sunni-shia relationships-Doctrine, Transnationalism, Intellectuals and the Media, Cordon, Hurst & Company, 2012 ; avec J. Nielsen et al., depuis 2009, Yearbook of Muslims in Europe, Leiden, Brill.

10Pędziwiatr Konrad est un chercheur post-doctorant au Centre de Recherches sur les migrations à l’Université de Varsovie et Professeur Assistant à la Tischner European University. Il est membre du comité de recherches sur les migrations à l’Académie Polonaise des Sciences et membre de la Société Internationale de la Sociologie de la Religion. Il est l’éditeur du site Arabia.pl, Euro-islam.info and PDSC.pl (Peace and Development Studies Community). Parmi ses plus récentes publications : The New Muslim Elites in European Cities : Religion and Active Social Citizenship Amongst Young Organized Muslims in Brussels and London, VDM Saarbrücken, Verlag Dr. Müller, 2010, VDM ; From the Islam of Immigrants to the Islam of Citizens : Muslims in the Countries of Western Europe, Nomos, 2007.

11Timmerman Christiane est sociologue et professeur à la Faculté de Sciences Politiques et Sociales à l’Université d’Anvers. Elle est aussi actuellement directrice du Centrum voor Migratie en Interculturele Studies (CeMis). Parmi ses publications : avec J. Wets, Marriage Migration and the Labour Market : The Case of Migrants of Turkish Descent in Belgium, Nordic Journal of Migration Research, 1 (2), 2011, p. 69-79 ; avec I. Lodewyckx, J. Wets, « Marriage at the Intersection Between Tradition and Globalization : Turkish Marriage Migration Between Emirdag and Belgium from 1989 to Present », The History of the Family, 14 (2), 2009, pp. 232-244 ; avec E. Piqueray, W. Nonneman, « Een opleiding in « Islamitische studies » », Antwerpen, Universiteit Antwerpen, Centrum voor Migratie en Interculturele Studies, 2009 ; avec D. Hutsebaut, S. Mels, W. Nonneman, W. van Herck (eds), Faith-Based Radicalism : Christianity, Islam and Judaism Between Constructive Activism and Destructive Fanaticism, Bruxelles, PIE-Lang, 2007.

12Torrekens Corinne est docteure en Sciences Politiques et Sociales de l'Université Libre de Bruxelles, chargée de recherches au FNRS et chercheuse au Groupe de Recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité (GERME). Elle a publié en 2009, L'Islam à Bruxelles, Bruxelles, Presses de l'Université de Bruxelles.

13Touag Hanifa est diplômée de l’Institut d’Études Politiques de Paris et doctorante à l’Université catholique de Louvain, au CISMOC (Centre Interdisciplinaire d’Études de l’Islam dans le Monde Contemporain) rattaché à IACCHOS, et à l’IEP de Paris, au CERI (Centre d’Études et de Recherches Internationales). Ses travaux portent sur les dynamiques du salafisme quiétiste et politique en Belgique, mais aussi sur les pratiques économiques des musulmans en France et en Belgique. Elle a notamment publié « Consommer islamique en Europe : évolutions de la religiosité musulmane dans des sociétés de consommation en mutation », in J. P. Delville et al. (dir.), Mutations des religions et identités religieuses, Paris, Mame-Desclée, 2012, pp. 317.329.

14Vanderwaeren Els est licenciée en Études Arabes et Sciences de l'Islam de l'Université catholique de Louvain (KULeuven). Elle a obtenu un doctorat en sciences sociales sur les musulmanes en Flandre et leurs manières d'utiliser les sources religieuses ; sa thèse, défendue en 2010, s’intitule : Vrouwen doen aan'ijtihad : hybriditeit als creatieve ruimte bij interpretaties van islam. Elle est collaboratrice de recherche au Centre pour la Migration et les Études Interculturelles (CeMIS, Université d'Anvers). Parmi ses publications : « Musulmanes à l'horizon : interprétation islamiques, leviers de l'émancipation des musulmanes », C. Gilly et al. (eds), Liberté contre tradition ? Les paradoxes du débat sur le féminisme et le multiculturalisme, Bruxelles, Lang, 2010, pp. 109-132 ; avec C. Timmerman (eds), Diversiteit in islam : over verschillende belevingen van het moslim zijn, Leuven, Acco, 2008, 206 p.

15Yardim Müserref est licenciée en langues et littératures orientales. Elle a passé 2 ans à Paris à l'INALCO et à l'EPHE avant d'entamer une thèse de doctorat portant sur Les idées politiques et religieuses de Said Nursi, auteur ottoman du 20ème siècle et fondateur du mouvement « nurçu ». Elle a également réalisé un séjour de 2 ans à Istanbul dans le cadre de sa recherche doctorale et a obtenu son doctorat en cotutelle (Université de Liège et Université de Strasbourg) en 2010. Elle poursuit ses recherches dans les domaines du renouveau islamique et des communautés religieuses en Belgique et en Europe, avec notamment une recherche postdoctorale sur La citoyenneté féminine spirituelle en Belgique.

16Zibouh Fatima est diplômée en Sciences Politiques (ULB) et est titulaire d’un Master Spécialisé en Droits de l’Homme (UCL). Depuis 2007, elle est chercheuse au Centre d’Études de l’Ethnicité et des Migrations (CEDEM) et elle est actuellement doctorante en Sciences Politiques et Sociales (ULG). Ses domaines de recherche sont liés à la participation politique des personnes d’origine étrangère, au droit de vote, aux politiques d’intégration, à la gestion de la diversité ethnoculturelle. Elle a notamment publié La participation politique des élus d’origine maghrébine. Élections régionales bruxelloises et stratégies électorales, Academia-Bruylant, 2010.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540