Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Pour nous servir en l'armée »

 | 
Quentin Verreycken

Troisième partie. Les moyens de traitement de la violence

Chapitre 7. Pardonner la violence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme le résume Pascal Texier, la lettre de rémission est à la fois un acte de justice criminelle et un acte de gouvernement : elle offre au justiciable un moyen d’échapper à une condamnation ou à une peine et, en même temps, elle renforce le processus de sujétion de l’individu à son souverain ainsi qu’à la norme de comportement qu’il impose1. Les possibilités d’analyse des lettres de rémission peuvent donc se faire à différents niveaux2. Le plus évident est probablement celui des faits narrés dans le récit, qui sont susceptibles de nous renseigner sur la vie politique et sociale de l’époque, ainsi que sur la nature des violences pardonnées. C’est ce que nous avons tenté de mettre en évidence au chapitre 4. Mais les lettres sont également une source précieuse pour l’étude des pratiques pénales et institutionnelles, à commencer par celles qui relèvent du droit de grâce. On peut ensuite considérer la rémission comme le résultat d’une supplication, s’intéresser aux stratégies narrative...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540