Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Pour nous servir en l'armée »

 | 
Quentin Verreycken

Deuxième partie. Violence et protagonistes

Chapitre 4. Les violences pardonnées

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On s’étonnera peut-être que nous abordions, dans une partie consacrée essentiellement à l’incrimination primaire, les violences décrites dans les lettres de rémission. Il est vrai que la violence remise est, par définition, une violence ayant déjà été traitée par la justice retenue du prince. Elle est donc le résultat d’une pratique effective du pouvoir. La grâce constitue pourtant, aux mains des autorités, un acte de « politique criminelle » et un instrument de propagande1 : c’est à travers elle que se définit, en premier, la violence licite2. À ce titre, on peut considérer que la pratique de la grâce dispose d’une forte dimension normative, car elle envoie un signal fort au justiciable sur les comportements qui sont excusables et ceux qui ne le sont pas. Étudier la violence remise, c’est donc étudier une certaine forme de violence stéréotypée, vue comme acceptable par le souverain.

Dans la première partie de ce chapitre, nous privilégierons une approche quantitative de la violence ...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540