Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Quatrième Partie. Les bandits en images et en mémoire

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans cette affaire de la Bande noire, l’image des bandits qui est véhiculée par la presse revêt un caractère propre à l’époque qui la voit naître. La presse bourgeoise va profiter de l’engouement pour les récits criminels pour fournir une nouvelle leçon de morale à ses lecteurs chaque jour plus nombreux. De mauvais, laids et sanguinaires, ils vont passer, sous le couvert de la justice et de la presse, à des individus calmes et repentants.

L’image de la Bande noire est utilisée dans des grands débats du siècle tels que la peine de mort. Les militants de son abolition usent de cette représentation d’individus appartenant au « commun des mortels » pour plaider leur cause. Et il en est de même, à la même époque, pour les militants en faveur d’un enseignement accessible à tous.

Plus tard, le crime de Couillet et le dualisme entre Flamands et Wallons qu’il induit va être repris par le mouvement flamand dans sa cause. Coucke et Goethals ne vont plus être les individus dangereux qu’ils sont e...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540