Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Quatrième Partie. Les bandits en images et en mémoire

La presse en 1860

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La presse bourgeoise ou la multiplication du fait divers

Alors qu’elle n’est encore qu’un produit de luxe au début du XIXe siècle, la presse d’après l’indépendance de la Belgique, va jouir d’une publication bien plus importante grâce à la suppression du droit de timbre en 1848, l’arrivée d’une petite et moyenne bourgeoisie ainsi que grâce à des techniques de production plus développées, diminuant ainsi les couts de production447. Les journaux paraissent à une plus grande échelle et à cette plus grande production répond un public sans cesse plus large. Le journal n’est plus considéré comme étant un produit réservé aux riches mais désormais également à la classe moyenne voire à une partie de la basse classe de la société belge. Les nouvelles politiques sont généralement placées en première page et des rubriques variées sont insérées à la suite. Quant aux journalistes du XIXe siècle, ils sont souvent plus des sensationnalistes n’ayant pas peur de pratiquer la satire plutôt que de fai...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540