Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette première partie a été l’occasion, dans un premier temps, de détailler les cinquante-cinq actions criminelles commises par la bande de malfaiteurs dans les arrondissements de Dinant, Namur, Nivelles et Charleroi entre 1856 et avril 1861. Ces actes ont fait appel à énormément de témérité, de violence et d’astuce pour être perpétrés pendant une si longue période sans que les auteurs n’aient été arrêtés malgré les soupçons. Pour ce faire, les bandits ont fait appel à un mode opératoire bien rôdé, qui a d’ailleurs été considéré comme étant leur « marque de fabrique » par les journaux qui, déjà à partir de 1860, parlent d’une association de malfaiteurs. Bien que certains aspects de leur organisation leurs soient aujourd’hui reconnus comme étant spécifiques – l’usage du chemin de fer étant de ceux-là – leur mode opératoire compte bon nombre de caractéristiques communes à d’autres bandes de voleurs agissant à la même époque. Les bandes de malfrats de l’époque sont généralement organis...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540