Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Les forces de l’ordre sont sur leurs traces

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Des individus suspects

La Bande noire a passé six ans à commettre des vols dans plusieurs arrondissements avant qu’elle n’ait pu enfin être arrêtée. Cependant, si elle n’a pas été découverte, c’est surtout grâce à l’intelligence et l’astuce de ses acteurs qui sont parvenus à éloigner les soupçons qui ont pesé sur eux. Toutes les astuces ont été utilisées pour ne pas se faire identifier : faux alibi, mensonges, caches, etc. Or, des soupçons, la police en a eu. Et ce, relativement tôt.

Les premiers indices qui sont trouvés dans le dossier d’instruction ou dans l’acte d’accusation (pour les crimes commis entre mai 1856 et novembre 1858, dont, rappelons-le, le dossier d’instruction est exempt) datent déjà de 1857, soit plus de trois ans avant que la bande ne soit arrêtée. Mais ces informations témoignent d’épisodes ponctuels de surveillances qu’il est intéressant de détailler. Par contre, les sources ne permettent pas de retracer une datation exacte quant à l’évolution de ce contrôle p...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540