Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Deuxième partie. L'instruction de l'affaire de la Bande noire

Identité et structure de la Bande noire

Un bande familiale : quand le banditisme devient une tradition

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une des particularités de la Bande noire est de faire intervenir parmi ses acteurs des membres de deux familles différentes249. Il apparaît que parmi les quatorze accusés, onze d’entre eux sont « unis par les liens de la plus proche parenté, de la plus intime alliance250 ».

D’un côté, il y a la famille Boucher. Le plus illustre représentant est Jean-Baptiste Boucher qui est considéré comme le chef de la bande et qui est, rappelons-le, avec Auguste Leclercq, à l’origine du lien entre les deux familles. Jean-Baptiste a 43 ans en 1861. Il est marié à Hortense Préyat qui est elle-même la cousine germaine de Léopold Rabet. Philippe Boucher – 36 ans en 1861 – est le frère de Jean-Baptiste. Il a également eu un rôle important dans l’association de malfaiteurs. L’entièreté de la famille Boucher est originaire de Gembloux. Ils y ont vécu toute leur enfance et Philippe y est encore domicilié en 1861.

De l’autre côté, il y a la famille Leclercq, pour ne pas parler d’un réel « clan Leclercq ». Ce...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540