Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Première partie. Contexte d'un fait divers en Wallonie au milieu du XIXe siècle

La Belgique, une terre de criminalité ?

Criminalité et réponse judiciaire au milieu du XIXe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le désordre rencontré après l’indépendance et le renforcement des inégalités sociales dues en grande partie au libéralisme économique n’arrangent en rien la situation de criminalité aux antécédents français déjà lourds. En outre, la Belgique a toujours été connue pour être, au XIXe siècle, un refuge apprécié par les criminels et les repris de justice qui profitent du caractère perméable de la frontière avec la France pour passer de l’autre côté. Beaucoup de contestataires politiques des pays voisins se réfugient également en Belgique70. Dès la moitié du XIXe siècle, la criminalité est en augmentation suite à la catastrophe qui assaillit la Flandre. Les villes sont touchées par une délinquance importante. Il en est de même pour les campagnes où le vagabondage, la mendicité, les délits forestiers et ruraux, ainsi que les délits de chasse y constituent le principal des affaires allant au pénal. Cette augmentation est qualifiée par Frédéric Vesentini comme une « criminalité de crise »71...

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540