Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Bande noire (1855-1862)

 | 
Laure Didier

Préface. La « Bande noire » sort de l’ombre

Xavier Rousseaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Produits de « paniques morales » ou réalités conjoncturelles, les vagues de « banditisme » et de criminalité « collective » et « organisée » sont un bon observatoire des rapports entre une société et son État. Nouvel État né en 1830 dans le contexte des révolutions libérales, la Belgique n’échappe pas au phénomène. Les vagues de banditisme surgissent tout particulièrement lors des périodes de troubles politiques et d’insécurité militaire. Ainsi, à la fin de l’Ancien Régime, l’annexion des « départements belges » à la France révolutionnaire est concomitante à l’apparition d’épidémies de brigandage. Ce banditisme demeure endémique sous l’Empire et à la Restauration mais il est largement démantelé par la gendarmerie française, force militaire et territorialisée qui s’exporte dans une partie de l’Europe, comme instrument de lutte contre les brigands1. Dans le Royaume des Pays-Bas, qui succède à l’Empire, ni les soubresauts de Waterloo, ni la révolte contre l’autorité de la maison d’Oran...

Auteur

Directeur de recherche du FRS-FNRS
Professeur extraordinaire à l’Université catholique de Louvain
Responsable du Centre d’histoire du droit et de la justice

© Presses universitaires de Louvain, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540