Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Troisième section. Michel Henry et l'histoire de la philosophie

Michel Henry lecteur de Kierkegaard

Jacques Colette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Avant Heidegger, Kierkegaard était de l’ordre de l’essai, de la psychologie, de l’esthétique, ou de la théologie ou de la littérature, après Heidegger, il est devenu de l’ordre de la philosophie ». Faire ce constat en 1937, c’était considérer « qu’il n’y a qu’un seul existentialiste ou philosophe de l’existence et que c’est Heidegger lui-même, celui qui récuse le terme »1. C’était aussi suggérer que devaient passer au filtre de l’analytique existentiale non seulement l’idée même d’existence, mais encore bien d’autres catégories kierkegaardiennes, et singulièrement les tonalités affectives. Par une stratégie sans faille faite de distance critique à l’égard de Heidegger, M. Henry est le phénoménologue qui aura le plus explicitement reconnu sa dette à l’égard du penseur danois ; preuve en est la place faite dans sa phénoménologie de l’affectivité aux Stimmungen (en danois : Stemningen), à l’angoisse et au désespoir.

Dans son œuvre maîtresse2, les deux auteurs les plus présents et les ...

Auteur

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540