Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Troisième section. Michel Henry et l'histoire de la philosophie

« Distincts non séparés » Michel Henry lecteur de Maine de Biran

Anne Devarieux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

D’une égologie transcendantale à une théorie de l’Ipséité, de celle-ci à une phénoménologie du christianisme, la pensée de Michel Henry a, comme celle de Maine de Biran, « évolué ». Il serait bon de comprendre ce qui se joue dans cette évolution et quel rôle l’intuition « inouïe » de Maine de Biran a pu y tenir. Deux remarques s’imposent : d’une part, si le premier livre de M. Henry est une exégèse (libre, ô combien !) de l’analyse biranienne de l’ego, il est un « commencement jamais perdu » tant Biran, le « prince de la pensée »1, apparaît, dans le panthéon philosophique henryen, comme une figure magistrale, et son héritage jamais démenti : le phénoménologue de la vie ne cesse de s’en inspirer — reprenant jusqu’à son dernier opus ses concepts majeurs, et au premier chef celui de « continu résistant » —, et de lui rendre systématiquement hommage comme au découvreur du dualisme ontologique. Le point de départ chronologique donc — si l’on excepte la maîtrise sur Spinoza — est l’émotio...

Auteur

Normandie Université, UCBN, Identité et Subjectivité, EA 2129

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540