Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Troisième section. Michel Henry et l'histoire de la philosophie

La vie perdue ? Michel Henry lecteur de Kant

François Calori

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peut-on jamais perdre la vie ? Ou bien l’impossibilité de la perte est-elle constitutive de la vie même ? Tout au long de son œuvre, Michel Henry n’a eu de cesse d’insister sur « l’incoercibilité du lien qui livre la vie à elle-même » et qui fait du Soi ce qui ne saurait jamais se défaire de soi1. Mais peut-on entendre en un autre sens la possibilité de cette perte ? Une pensée peut-elle aller si loin dans la méconnaissance de la vie qu’elle n’en saurait plus rien, à tel point qu’elle pourrait s’exposer sous ce titre : « la vie perdue » ? Ou bien cette pensée ne peut-elle entièrement empêcher que se fasse entendre en elle cette vie dont elle émane toujours et qu’aucune mécompréhension ne saurait absolument recouvrir ?

C’est en effet sous ce titre, « la vie perdue », que se déploie, au chapitre IV de Généalogie de la psychanalyse, l’un des principaux volets de la lecture de Kant par Michel Henry. La compréhension kantienne de la subjectivité et de l’ipséité y est interrogée, essentiel...

Auteur

Université de Rennes

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540