Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Troisième section. Michel Henry et l'histoire de la philosophie

La vie du sujet. Michel Henry lecteur de Descartes

Kim-Sang Ong-Van-Cung

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans Généalogie de la psychanalyse, Michel Henry donne une puissante interprétation du cogito cartésien. Le cogito n’est pas la représentation du Je pense, mais un sentir pur et immédiat du sujet qui s’auto-apparaît. Michel Henry prétend trouver chez Descartes la thèse selon laquelle le soi ne s’atteint qu’en se ressentant. On peut mettre en valeur la singularité du cogito cartésien, en envisageant son sens par contraste avec celui qu’il a chez Husserl. Selon Henry, bien que Husserl envisage le cogito comme le commencement de la phénoménologie, il en a néanmoins manqué la signification, car il ne reconnaît pas la vérité du cogito comme pur sentir et il l’envisage plutôt comme une représentation. C’est en effet parce que la phénoménologie husserlienne s’intéresse au mode de donation des objets, que la pensée est selon lui un vécu intentionnel. Tout cogito porte en lui son cogitatum comme un objet visé néanmoins et non comme un contenu réel, ou une image mentale ou encore un contenu c...

Auteur

Université Michel de Montaigne, Bordeaux III

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540