Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Deuxième section. La vie, le politique, l'esthétique, le théologique

« La vie à l’œuvre » : le Kandinsky de Michel Henry

Pierre Rodrigo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’art est la résurrection de la vie éternelle. » Telle est, on l’aura reconnue, la dernière phrase de l’étude que Michel Henry a consacrée en 1988 à Wassily Kandinsky1. Cette formule frappante a assurément reçu, dans l’esprit de son auteur, une signification et une portée décisives, mais il est néanmoins fort difficile de déplier à partir d’elle le motif du phénoménologique comme tel dans l’art. Nous savons, certes, que depuis que Michel Henry a livré le tout premier exposé de sa philosophie, en 1963, dans L’essence de la manifestation, il a conçu la phénoménalité en général, et donc en particulier celle de l’œuvre d’art, comme l’œuvre de la vie elle-même dans son auto-affection2. Mais nous n’en restons pas moins livrés, en abordant le commentaire de la proposition « l’art est la résurrection de la vie éternelle », au soupçon, voire à l’accusation, d’avoir à sacrifier sans doute la phénoménologie de l’art à ce que nous pourrions appeler — en référence à l’ouvrage célèbre de Domini...

Auteur

Université de Bourgogne

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540