Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Henry

 | 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Première section. Phénoménologie et métaphysique — entre histoire et théorie

La matière vivante, ou la victoire de Berkeley

Jean-François Lavigne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1/ De la question de l’essence de l’être…

La pensée de Michel Henry est phénoménologique. Intégralement, radicalement. En ce sens qu’elle fait sienne la thèse fondamentale qui caractérise, depuis Husserl, toutes les philosophies phénoménologiques : l’identité de l’être et de l’apparaître — ou plus précisément, que l’être a pour origine et pour condition fondamentale l’apparaître. C’est ainsi que, redéfinissant de manière critique, au § 2 d’Incarnation, les principes méthodiques fondamentaux de « la » phénoménologie, Michel Henry commence par établir l’étroite dépendance d’essence qui rattache l’être à l’apparaître, et à fonder sur celle-ci le sens de la célèbre maxime herbartienne « Autant d’apparaître, autant d’être (Soviel schein, soviel sein) » :

Que quelque chose — quoi que ce soit — m’apparaisse, il se trouve être du même coup. Apparaître, c’est être par là-même. […] De l’apparaître dépendent par conséquent toute existence, tout être possible. C’est dans la mesure où l’apparaître...

Auteur

Université de Nice Sophia-Antipolis

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable