Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kierkegaard et la philosophie française

 | 
Joaquim Hernandez-Dispaux
, 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Deuxième section. Perspectives thématiques

Kierkegaard. Petite phénoménologie de la donation ?

Jérôme de Gramont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ange qui viens, je te connais comme la mer,
comme la gravité des temples et la jeunesse des colombes,
je me dresserai contre toi. Je serai fort.
Et peu m’importe ma défaite si je viens
au jardin d’avenir, les bras chargés de fruits naissants.
(J-Y. Masson, Onzains de la nuit et du désir,
Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne éd., 1998, p. 106)

« L’homme a deux mains ». Sous cette remarque d’allure triviale se cache l’une des enquêtes les plus endurantes de Platon pour s’emparer d’une figure proprement insaisissable, celle du sophiste. Pour saisir celui qui vient chercher refuge dans l’obscurité du non-être, force est bien de s’y prendre à deux mains, note Théétète1. Mais peut-être en va-t-il de même là où il s’agit cette fois de recevoir le plus précieux. Nous lisons dans l’Épître de Jacques ce verset que Kierkegaard aura commenté bien des fois — quatre en tout, qui semblent encadrer toute son œuvre orthonyme2 : « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut » (Jc 1, 17). Mais...

Auteur

Institut Catholique de Paris

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540