Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kierkegaard et la philosophie française

 | 
Joaquim Hernandez-Dispaux
, 
Grégori Jean
, 
Jean Leclercq

Deuxième section. Perspectives thématiques

Kierkegaard et les figures phénoménologiques de l’appropriation et du rapport à soi

Jacques Colette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1/ Kierkegaard et la phénoménologie

Le terme de phénoménologie n’apparaît que quatre fois dans les œuvres publiées par Kierkegaard de son vivant, qu’elles soient pseudonymes ou autonymes. La mention la plus précise est la question posée quinze ans après la mort de Hegel, dans le Post-scriptum : La Phénoménologie de l’esprit « est-elle l’introduction au Système ou est-elle en dehors ?1 » Question qui reste sans autre réponse que quelques pointes ironiques visant des commentateurs. En revanche, bien avant la dissertation inaugurale de 1841, les cahiers de notes indiquent clairement où, pour le jeune étudiant, se trouve la pierre d’achoppement : l’acheminement d’une science de la conscience vers la Science, vers le savoir absolu n’est possible et n’a de sens que pour le penseur spéculatif qui peut tabler d’emblée sur « ce qui se passe dans le dos de la conscience »2. À ce qui, selon Hegel, peut et doit être de notre fait (unsre Zuthat) pour que la série des expériences s’élève à la scie...

Auteur

Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540