Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[205] Au début de La maladie à la mort, Kierkegaard définit l’homme comme « synthèse d’infini et de fini, de temporel et d’éternel, de liberté et de nécessité »1. Mais cette synthèse n’est pas donnée, elle est une tâche à accomplir dans le temps. De cette synthèse (même si les termes en sont différents) Le concept de l’angoisse disait : « Ce n’est que dans la foi que la synthèse demeure éternellement et à tout instant possible »2. « C’est la santé de la foi qui résout les contradictions »3. L’ensemble des structures de l’existence étudiées jusqu’ici montre que si Kierkegaard a constamment voulu marquer que « le christianisme n’est pas une doctrine, mais le fait que Dieu a existé »4, il n’écartait pas pour autant de la foi vécue l’exercice de la pensée. Néanmoins, pour le penseur subjectif [206] existant « la foi n’est pas un enseignement pour minus habentes dans la sphère de l’intellectualité, un asile pour têtes faibles. [Elle] est une sphère en soi »5.

Dans cette sphère, la connais...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540