Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Troisième chapitre. Paradoxe absolu et béatitude éternelle

III. Le temps discontinu et la contemporanéité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[193] Un maître non socratique, une condition reçue et non pas d’ores et déjà possédée à la manière d’un a priori, telle est la présupposition, non récupérable par la pensée, d’une ontologie du christianisme au sens kierkegaardien du terme. Le croyant vient du non-être à l’être, et il ne cesse d’y venir, car ce qu’il apprend, c’est qu’il n’est pas, de naissance, dans l’élément divin du vrai. La rupture et le saut déchirent la tunique sans couture du quantitatif ; de l’Histoire et de la Logique. Le qualitatif, c’est le champ de la liberté au sein d’un monde dont la finalité est marquée par la finitude. Le saut qualitatif désigne l’entrée dans la sphère de l’existentiel. Celle-ci est marquée non par un manque, mais par un excès de dialectique, s’il est vrai qu’il n’y a point de dialectique sans négativité, ou encore, s’il s’agit « d’avoir sa vie quotidienne dans la dialectique de l’infini »1, de mettre en œuvre cet art de vivre qui [194] laisse être les contradictions, sans viser l’un...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540