Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Troisième chapitre. Paradoxe absolu et béatitude éternelle

II. L’instant paradoxal : l’existence de Dieu dans le temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[141] Dans le rapport socratique à la vérité — que nous avons appelé le premier degré du paradoxe — le paradoxe résulte de la rencontre du sujet existant et de la vérité éternelle. L’étude du paradoxe absolu suppose que l’on a présent à l’esprit ce qui a été dit dans le deuxième chapitre du Post-scriptum, à savoir les allusions au paradoxe chrétien, à l’absurde qui ne figuraient dans ce chapitre que « par anticipation »1. Il faut donc reprendre l’examen du second mode d’accentuation de la structure paradoxale fondamentale, à savoir la modification des données du problème ex parte veritatis aeternae. Il va de soi que cette étude du paradoxe absolu ne peut être isolée de celle de la subjectivité comme non-vérité. Comment pourrait-on séparer ces deux points de vue puisque la dialectique concrète de l’existence résulte précisément de leur [142] rencontre ? Le paradoxe concerne à la fois le sujet et l’être mais non pas au point de constituer une identité, car lorsque Kierkegaard dit que ...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540