Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Troisième chapitre. Paradoxe absolu et béatitude éternelle

I. La rupture avec l’immanence

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[133] La religiosité B représente dans le Post-scriptum le dernier stade de la dialectique existentielle. Le religieux B représente un type d’existence qui échappe à l’immédiateté de l’esthétique, à l’universalité de l’éthique, à la profondeur de l’humour et à l’immanence de la religiosité A. Il marque la rupture avec l’immanence. Les trois signes de l’immanence de la religiosité A sont : l’intériorisation dialectique du rapport à la béatitude éternelle, la conscience de la faute en totalité et l’absence de point de départ temporel. Faisant abstraction du problème de la culpabilité, ce chapitre considère d’abord le premier et le troisième aspect de cette rupture.

La religiosité B est en rapport avec l’historique et, par le fait même, elle est engagée dans une dialectique autre que celle de l’intériorisation qui caractérise la religiosité A. Dans le chapitre III de la deuxième section du Post-scriptum, Kierkegaard oppose l’idéalité [134] esthétique et intellectuelle à la réalité éthiq...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540