Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Deuxième chapitre. La connaissance historique

II. Le temps et l’éternité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[95] Alors que l’être est une catégorie de la logique, le devenir est la catégorie de l’existence. Alors que le domaine de la logique est caractérisé par la continuité du quantitatif ; l’existence est le théâtre de la discontinuité exprimée par le saut. Il n’y a de nouveauté réelle que par le saut ; oublie-t-on cela, « le passage avec sa quantité l’emportera sur le saut avec son élasticité »1. C’est pourquoi « il ne faut pas comprendre logiquement, mais au sens de la liberté historique, le mot d’Aristote que le passage de la possibilité à la réalité est une kinésis »2. Lorsque Kierkegaard parle de devenir, de mouvement, de passage, il s’agit toujours de la sphère de la temporalité réelle, c’est-à-dire de la liberté. Les déterminations temporelles n’ont pas à intervenir dans les considérations logiques ou logico-ontologiques.

[96] Si l’on a présent à l’esprit ce qui a été dit plus haut concernant l’impossibilité d’élaborer un « système de l’existence », comme le voulait Hegel, il appa...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540