Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Premier chapitre. Le rapport absolu à l'Absolu

III. Le premier degré du paradoxe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[65] Toutes les déterminations jusqu’ici mentionnées pour cerner la pensée kierkegaardienne de l’existence ont été prises du point de vue du sujet ou du rapport absolu à l’Absolu qui est le fait de la subjectivité de l’intérêt absolu. Si cet intérêt infiniment passionné atteint son sommet dans la religiosité A, il reste qu’un accroissement de cet intérêt est cependant possible, et donc qu’une nouvelle catégorie doit apparaître, si une détermination nouvelle affecte le sujet dans son rapport à la béatitude. C’est une telle détermination qu’envisage Kierkegaard lorsqu’il traite de la condition concrète du sujet existant dans son rapport à la vérité éternelle. C’est de ce point de vue, qu’instituant une confrontation entre Socrate et le chrétien, il propose une conception du péché inséparable, d’ailleurs, de celle de la foi.

1/ Socratisme et christianisme

[66] L’étude de l’attitude socratique est, aux yeux de Kierkegaard, le meilleur moyen de mettre en relief ce qu’a de propre le christi...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540