Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et absolu

 | 
Jacques Colette

Premier chapitre. Le rapport absolu à l'Absolu

II. La religiosité A, dialectique de l’intériorisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

[47] La conscience religieuse, et elle seule, met en relation l’expérience de la faute et le rapport de l’individu à la béatitude éternelle. C’est pour cette raison, avec tout ce qu’elle implique du point de vue de la souffrance (thème essentiel de la philosophie de l’existence), que le religieux représente un approfondissement existentiel par rapport à l’esthétique et à l’éthique pure et simple. Le rapport absolu à l’Absolu passe par le religieux comme structure de l’existence humaine. Il faut donc considérer ce que dit Kierkegaard de la religiosité ainsi comprise.

1/ L’humour et la première éthique

[48] L’humour est la catégorie la plus proche du religieux1. Dès 18372, Kierkegaard avait opposé l’humoriste au penseur systématique, car à la différence du second, le premier a le regard fixé sur l’incommensurable, alors que « la philosophie hégélienne culmine dans le jugement affirmant que l’extérieur est l’intérieur »3 et réciproquement. Ce principe « esthético-métaphysique »4 est infr...

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540