Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espérer

 | 
Jean Leclercq
, 
Jean-François Lavigne

L’espérance nue : espérer contre toute espérance

Jean-François Lavigne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

ἐὰν µὴ ἔλπηται, ἀνέλπιστον οὐκ ἐξευρήσει, ἀνεξερεύνητον ἐὸν καὶ ἄπορον.
Sans l’espérance, vous ne trouverez pas l’inespéré, qui est introuvable et inaccessible.
Héraclite, Fragment 18 in Clément d’Alexandrie, Stromates, II, 24, 5
(Trad. P. Tannery)

L’espérance est la vertu des forts. C’est-à-dire de l’homme faible qui, sachant et éprouvant au plus haut point sa faiblesse, ose encore pourtant ne pas s’y résigner. Parce qu’on ne peut pactiser avec la finitude lorsqu’elle atteint son degré authentique — le véritable, c’est-à-dire l’extrême. Le propre de l’espérance est en effet de se manifester — ne serait-ce que sous la forme, inchoative ou virtuelle, d’un espérer souhaité ! — lorsque apparaît dans toute sa force implacable l’impuissance radicale de l’homme à repousser les limites de l’existence : L’espérance est la dernière vertu, celle de la faiblesse à son extrême, de la faiblesse pleinement manifestée dans la vérité de son exposition extrême, c’est-à-dire dans l’exposition au danger s...

Auteur

(Université de Nice)

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540