Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espérer

 | 
Jean Leclercq
, 
Jean-François Lavigne

L’espérance, le temps, la fin : remarques sur l’événement antérieur

Jean Leclercq

Note de l’auteur

Je dédie cette contribution à mon ami Farshad, dans le ravissement partagé de ce que l’affranchissement des Écritures a procuré comme bienheureuses illuminations et espérances qui enfin ne seraient plus vaines.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Préliminaires : Espérer (en) ce qui a été — aimer ce qui vient

Que ce soit sur le plan de la pratique ou de la théorie, comment l’espérance et l’acte qui la caractérise pourraient-ils permettre de penser, en une perspective existentielle, un rapport libre et ultime à l’authenticité de notre inévitable mortalité ? Pourrait-on trouver dans la finitude apparente les ressources d’un vivre ? Comment pourrait-on assumer le tragique et le comique de nos vies, tout en prenant la posture de l’homme capable et responsable de sa propre finitude ? Devant ces questions, on rappellera que l’on peut sans doute penser l’exister sur le fond de la mortalité, et envisager l’homme comme cet « être-en-vue-de-la-mort », en tenant qu’il existe comme temporalité finie, cette temporalité finie constituant elle-même le temps originel. Ainsi, Fr. Dastur a remarquablement montré comment, dans Être et Temps, Heidegger a, par cette voie, thématisé la succession des temporalités, le rapport du Dasein à l’être, et ...

Auteur

Université Catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540