Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espérer

 | 
Jean Leclercq
, 
Jean-François Lavigne

Du « que m’est-il permis d’espérer ? » de Kant au « comment puis-je espérer ? » : un parcours phénoménologique

Carla Canullo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1/ Sur la possibilité de la question

De Kant à la phénoménologie : est-il vraiment possible d’entamer un parcours de l’un à l’autre ? Le passage, certes, peut se donner mais peut-il aussi se légitimer ? En effet, entre le « que » et le « comment », l’écart est à tel point apparemment irrémédiable qu’il risque de délégitimer — sans appel — tout passage et, donc, ce même parcours. Il s’agit de l’écart entre un « quelque chose (was) » qui, d’après Kant, perce vers un domaine bien cerné et clair, celui du Schluß (conclusion, déduction ou inférence) de l’espoir, donc de la religion et des postulats de la [Critique de la] raison pratique, et un « comment (wie) » visant à atteindre la racine même de l’acte de l’espérer et, en général, de tout acte et vécu du moi, au risque de dépouiller l’acte d’espérer de toute son originalité.

La question de l’espoir s’annonce dans la deuxième section du Canon1, intitulée De l’idéal du souverain bien comme fondement pour la détermination de la fin dernière...

Auteur

Université de Macerata

© Presses universitaires de Louvain, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540