Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Progression et transversalité

 | 
Ghislain Carlier
, 
Myriam De Kesel
, 
Jean-Louis Dufays
, 
et al.

Chapitre 7. Progression et transversalité en sciences

Avant-propos

Texte intégral

Intervenants

1Atelier thématique coordonné par Myriam De Kesel, Jim Plumat et Bernard Tinant

Myriam De Kesel Professeure de didactique des sciences naturelles à l’UCL
Jean-Luc Pieczynski Conseiller pédagogique, secteur « Sciences » de la FESeC
Jim Plumat Professeur de didactique de la physique à l’UCL et aux FUNDP
Bernard Tinant Professeur de chimie en 1re année de bachelier à l’UCL

Introduction

2Certains mots utilisés couramment dans le quotidien peuvent parfois, dans un contexte scientifique, soit induire des difficultés inhérentes au sens qu’on leur confère habituellement, soit limiter la compréhension des concepts auxquels ces mots sont associés. Ces mots pour lesquels, le quotidien ne retient souvent qu’un sens, où l’étymologie est souvent ignorée, ne sont pas sans conséquence sur la motivation des apprenants... Les connaissances initiales n’étant pas reliées à celles présentées en classe.

3Dans ce qui suit, nous développerons des exemples pour les trois disciplines scientifiques que sont la biologie, la chimie et la physique. Ainsi, en biologie, le concept de division cellulaire n’est pas sans faire difficultés pour les élèves. Pour les biologistes, le concept de division cellulaire englobe un processus où plusieurs phases se succèdent et, parmi celles-ci, une phase de multiplication du matériel génétique suivie par une phase de division pour obtenir des cellules filles possédant un matériel génétique identique à la cellule mère. Dans l’esprit des élèves, l’usage récurrent du mot lié à la division induit inévitablement l’idée d’une réduction de matériel génétique, comme dans les cellules sexuelles. En chimie, l’exemple qui sera traité est celui relatif à l’équilibre chimique. Si pour les chimistes, l’équilibre d’une équation chimique est inévitablement lié un processus dynamique relié à la notion de constante d’équilibre, pour les élèves, il risque d’en être autrement. De fait, autant dans le quotidien que dans le cours de physique, l’équilibre d’un corps, par exemple, est presque inévitablement lié à la statique des corps, l’équilibre n’est presque jamais vu comme dynamique. En physique, le concept qui illustrera notre propos est celui de travail. En physique, le travail est lié au travail d’une force. Malheureusement, dans certaines situations quotidiennes issues du quotidien, liées à la fatigue, celles-ci ne sont pas reliées au concept de travail introduit dans le cadre de la classe. Ainsi en est-il du travail de la force pesanteur qui apparait paradoxalement nul lors du déplacement horizontal.

4Ces mots tels que division cellulaire, équilibre chimique et travail d’une force sont des termes que l’on pourrait qualifier de « mots iceberg ». De la même manière que pour un iceberg où la partie émergée, la seule visible, reste très faible par rapport à la masse totale, le sens des mots usité au quotidien est également souvent limité et ne montre qu’une partie seulement de la polysémie des sens possibles.

© Presses universitaires de Louvain, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540