Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cours sur la volonté

 | 
Jean-Luc Marion

19 février 2003

Texte intégral

2. Kant

1Venons-en à Kant. Pour concevoir la façon dont la volonté se met en place en termes kantiens, il importe d’abord de donner une définition générale de la puissance de désirer. Cette définition se trouve dans la Préface de la Critique de la raison pratique, lorsque Kant soutient que la faculté de désirer doit se penser à partir de la vie :

  • 1 Kant, Critique de la raison pratique, Pl. II, p. 616, note — AK V, p. 9 (trad. mod).

La faculté de désirer est le pouvoir qu’il [sc. l’esprit] a d’être par ses représentations cause de la réalité des objets de ces représentations. Le plaisir est la représentation de l’objet ou de l’action avec les conditions subjectives de la vie, c’est-à-dire avec le pouvoir de causalité d’une représentation relativement à l’effectivité de son objet.1

2Si l’on pose que la vie est le pouvoir qu’a un être d’agir d’après les lois de la faculté de désirer, la faculté de désirer est donc un pouvoir d’action et le vivant est celui qui peut agir suivant les lois de la faculté de désirer. Il y a là une reprise de la thèse de la définition du vivant par Aristote : le vivant est ce qui a en lui-même le principe de son mouvement. Pour Kant, le vivant est ce qui a le pouvoir d’agir d’après les lois de la faculté de désirer — agir est le principe du mouvement. Si la faculté de désirer se met en œuvre par des représentations, nous arrivons au cas où la faculté de désirer se déploie comme volonté et, dans ce cas, la faculté de désirer est le pouvoir d’être cause seulement par ses représentations de la Wirklichkeit, de l’effectivité des objets de la représentation — notons que Wirklichkeit ne doit pas être traduit par “réalité”, mais par “effectivité” : wirken, c’est “effectuer” en allemand.

3La thèse de Kant consiste à dire que, dans le cas de la volonté, le pouvoir de désirer revient au pouvoir qu’accompagne la représentation des objets du désir de produire l’effectivité des objets du désir. Il s’agit là d’un pouvoir de causalité : en désirant, mieux, en voulant, nous serions cause efficiente de l’effectivité des objets de la représentation par la représentation des objets elle-même. En ce sens, la volonté serait une représentation qui va devenir une cause efficiente des objets. La volonté serait l’utilisation d’une cause formelle comme cause efficiente, la représentation d’un objet qui devient la cause de l’effectivité des objets de la représentation. Confirmons cette définition par quelques autres textes de Kant.

  • 2 Ibid., p. 661 — AK V, p. 44-45 (trad. mod).

4Dans sa seconde Critique, dans l’« Analytique de la raison pure pratique », plus précisément dans la « Déduction des principes de la raison pure pratique », Kant distingue deux problèmes bien différents : savoir, d’une part, comment la raison pure peut connaître a priori les objets et, de l’autre, comment elle peut être un principe qui détermine la volonté. Car il y a deux usages de la raison pure : fixer la possibilité et les limites de la connaissance a priori de l’objet et motiver la volonté. D’où suit que la raison pure a une fonction théorique, mais aussi une fonction pratique. Or, comment la raison pure peut être « un principe déterminant de la volonté, c’est-à-dire de la causalité de l’être raisonnable relativement à l’effectivité des objets »2 ? Il est bien clair ici que la volonté est une causalité du Wesen rationnel, de l’essence rationnelle : l’être rationnel est cause par rapport à l’effectivité des objets du simple fait qu’il se les représente.

  • 3 Ibid., p. 662 — AK V, p. 45.

Le second problème […] ne requiert pas qu’on explique comment sont possibles les objets de la faculté de désirer, car cette question reste du ressort de la critique de la raison spéculative, comme problème relatif à la connaissance théorique de la nature, mais seulement qu’on explique comment la raison peut déterminer la maxime de la volonté, si c’est simplement au moyen d’une représentation empirique […] ou si la raison pure est aussi pratique et forme une loi d’un ordre naturel possible.3

  • 4 Ibid. (trad. mod).

5La question est donc de savoir si l’on peut déterminer la volonté non seulement par une représentation empirique, mais aussi par une représentation non empirique, une représentation formelle, la représentation d’une loi. « La possibilité d’une telle nature suprasensible, dont le concept puisse être en même temps le fondement de l’effectivité de cette nature par notre libre volonté, n’a pas besoin d’une intuition a priori »4 note Kant — la volonté est donc bien le fondement de l’effectivité de ce que la volonté se représente, en l’occurrence ici une nature suprasensible —, qui poursuit :

  • 5 Ibid. (trad. mod.).

Quant à la question de savoir si la causalité de la volonté suffit ou non à l’effectuation des objets, c’est encore aux principes théoriques de la raison qu’il appartient d’en décider, car c’est une enquête qui concerne la possibilité des objets du vouloir dont l’intuition ne constitue donc pas, dans le problème pratique, un moment de ce problème.5

6La question de la puissance effective de réaliser l’objet de la représentation n’étant pas un problème de la raison pratique comme telle, on comprend que le propre de la volonté est d’être le pouvoir, le fondement, la cause, de l’effectivité des objets qu’elle se représente.

7Un peu plus loin, Kant écrit encore :

  • 6 Ibid., p. 674-675 — AK V, p. 55.

La réalité objective d’une volonté pure, ou, ce qui est la même chose, d’une raison pure pratique est donnée a priori dans la loi morale en quelque sorte par un fait ; car on peut appeler ainsi une détermination de la volonté, qui est inévitable, quoiqu’elle ne repose pas sur des principes empiriques. Mais, dans le concept d’une volonté est déjà contenu celui de la causalité, par conséquent, dans le concept d’une volonté pure, celui d’une causalité avec liberté.6

8La volonté est une causalité de l’effectuation de ce qu’elle se représente, et si ce qu’elle se représente est un objet suprasensible, ce sera une volonté pure, sans détermination empirique, et la causalité en question sera une causalité avec liberté.

  • 7 Ibid., p. 623 — AK V, p. 15.

9L’autre texte décisif se trouve dans l’Introduction de la seconde Critique. Il s’agit de l’usage pratique de la raison : « la raison s’occupe des principes déterminants de la volonté, qui est un pouvoir soit de produire des objets correspondant aux représentations, soit de se déterminer du moins soi-même à réaliser ses objets […], c’est-à-dire de déterminer sa causalité. »7 Ainsi, ou bien la volonté est le pouvoir de produire effectivement les objets, ou bien, si ce pouvoir lui manque, elle est au moins le pouvoir de se déterminer, de prendre la décision de les effectuer. Kant reprend manifestement à Descartes l’idée selon laquelle la volonté est un pouvoir de se décider indépendant du pouvoir d’effectuer ce que l’on décide. Dès lors, la volonté est bien pour lui un pouvoir de connaissance, une représentation, mais une représentation dont le but n’est pas de connaître l’objet mais de permettre son effectuation.

10On le voit : Kant se donne une définition de la volonté dans laquelle la volonté est un pouvoir de transformer la représentation d’un objet en effectivité de cet objet, et le philosophe veut savoir si la volonté peut utiliser ce pouvoir d’effectuer sur des objets qui ne sont pas déterminés empiriquement, c’est-à-dire si l’on peut instaurer dans l’effectivité la représentation de ce qui n’a pas de contenu empirique. La question se pose : y a-t-il une effectivité du non-empirique ? Question paradoxale. La volonté est le pouvoir d’être par ses seules représentations la cause de l’effectivité des objets de ses représentations. Peut-on motiver cette faculté avec la représentation d’objets non-empiriques, c’est-à-dire de non-objets ? Est-ce que la volonté peut se motiver quand il n’y a pas d’objets empiriques à vouloir effectuer ? Et qu’est-ce que cela pourrait signifier ? Comment vérifier l’effectivité de l’objet de la représentation si cet objet n’est pas déterminé empiriquement ? Kant indique :

  • 8 Ibid., p. 624 — AK V, p. 15-16.

si nous pouvons maintenant trouver des moyens de prouver que cette propriété [la causalité] appartient effectivement à la volonté humaine […], il sera démontré par là non seulement que la raison pure peut être pratique, mais qu’elle seule, et non la raison bornée empiriquement, est pratique de façon inconditionnée. Par conséquent, nous n’aurons pas à élaborer une critique de la raison pure pratique, mais seulement de la raison pratique en général. Car la raison pure, quand on a démontré qu’elle existe, n’a pas besoin de critique. C’est elle qui contient en elle-même la règle pour la critique de tout son usage. La critique de la raison pratique en général a donc pour tâche d’éloigner la raison conditionnée empiriquement de la prétention de vouloir constituer seule et exclusivement le principe déterminant de la volonté. L’usage de la raison pure, quand il est établi qu’elle existe, est seul immanent.8

11Dans ces conditions, la question est de savoir si, dans les faits, la raison pure peut être pratique, c’est-à-dire si la volonté humaine est libre, inconditionnée, étant bien clair qu’elle ne peut l’être que si ce qu’elle met en œuvre n’est pas un objet empirique. L’objet que se représente la volonté ne peut en effet être empirique pour que la volonté ne soit pas déterminée par l’empirie, c’est-à-dire par la causalité des phénomènes entre eux. Si tel est le cas, la volonté rend effectif les objets de représentation, qui eux-mêmes sont enchaînés selon les règles de la causalité des phénomènes. Ainsi, la volonté n’est pas libre, puisqu’elle effectue à l’intérieur de l’enchaînement causal les objets de sa représentation. Dans ce cas, la volonté n’est qu’un maillon de l’effectuation des phénomènes les uns par rapport aux autres. La volonté ne fait que ratifier l’enchaînement causal des phénomènes entre eux. Pour que la volonté soit une effectuation libre, il faut que cette effectuation ne doive rien à l’enchaînement causal des phénomènes entre eux. Il faut que la volonté soit déterminée par la raison pure, sans expérience. Il faut que l’on ait une effectivité qui ne doive rien à l’enchaînement entre une cause phénoménale et un effet phénoménal. Pour cela, il faut qu’il y ait une effectivité d’un objet qui ne soit pas lui-même pris dans la chaîne de l’effectivité. Cette effectivité sans inscription dans la chaîne causale qui lie les phénomènes entre eux est appelée par Kant un fait. Considérons à présent la nature de ce fait.

12Pour ce faire, revenons à la définition générale de la volonté comme la faculté d’être la cause de l’effectivité des objets de la représentation. Il s’agit de voir la nature de cette curieuse effectivité qui ne doit pas être prise dans l’enchaînement phénoménal, en sorte que la volonté, ne voulant l’effectivité d’aucun objet empirique, mais une effectivité liée à la raison pure comme telle, puisse être une cause libre, et non pas une cause nécessitée par l’enchaînement causal des objets. Quelle est la nature de cette effectivité, de cette effectivité pratique, de la représentation directement inspirée non pas par le contenu empirique de la raison mais par la raison pure ? Apparemment, la notion d’effectivité suppose toujours la causalité qui lie les phénomènes entre eux. L’effectivité est liée à la relation de cause à effet. En ce sens, l’effectivité causale est toujours liée à la seconde des catégories de la relation : elle porte toujours sur des phénomènes. Comment envisager une effectivité qui ne soit pas directement liée à la phénoménalité de la catégorie de la relation causale ?

13Faisons une remarque sur la notion d’effectivité à partir d’une citation d’un texte de la Préface de la Critique de la raison pratique :

  • 9 Ibid., p. 610 — AK V, p. 3-4 (trad. mod).

[l]e concept de la liberté, en tant que la réalité en est prouvée par une loi apodictique de la raison pratique, forme la clef de voûte de tout l’édifice d’un système de la raison pure, y compris de la raison spéculative, et tous les autres concepts (ceux de Dieu et de l’immortalité), qui, en tant que simples idées, restent sans appui dans la raison spéculative, se rattachent maintenant à ce concept et acquièrent avec lui et par lui consistance et réalité objective ; autrement dit, leur possibilité est prouvée par le fait que la liberté est effective ; car cette idée se manifeste par la loi morale.9

14Le concept de liberté suppose l’immortalité de l’âme, parce que s’il y a liberté, il y a la possibilité d’une progression infinie vers la perfection morale. D’autre part, il faut une rétribution, donc il faut l’existence de Dieu. La question est de savoir comment se forme le concept de liberté lui-même. Comment est-il fondé et comment a-t-il une réalité objective ? Cette réalité objective qui, correspondant à la catégorie de la quantité, indique que le concept n’est pas vide, cette réalité objective, c’est-à-dire cette possibilité, c’est l’effectivité de la liberté qui la prouve pour Kant.

  • 10 Ibid., p. 719 — AK V, p. 91.

15Deux autres textes valident cette formule. Dans la conclusion de l’« Analytique de la raison pure pratique » qu’est l’« examen critique » de celle-ci, Kant déclare, à propos de l’usage pratique de la raison : « Il fallait d’abord établir et justifier la pureté de son origine, […] avant que la science pût s’en emparer pour s’en servir en quelque sorte comme d’un fait antérieur à toute argumentation subtile qu’on pouvait faire sur sa possibilité. »10 De quoi parle Kant ? Kant parle de la possibilité d’un usage pratique de la raison pure, c’est-à-dire de la possibilité que la raison, ne représentant aucun objet empiriquement déterminé, ne représentant rien en un sens, puisse néanmoins offrir ainsi une représentation qui motive la volonté.

16Le deuxième texte se trouve dans la « déduction des principes de la raison pratique » de l’Analytique :

  • 11 Ibid., p. 664-665 — AK V, p. 47.

Aucune déduction ne peut donc démontrer la réalité objective de la loi morale […]. Mais, à la place de cette déduction vainement cherchée du principe moral, nous trouvons quelque chose d’autre et de tout à fait paradoxal : c’est qu’inversement il sert lui-même de principe à la déduction d’un pouvoir insondable, qu’aucune expérience ne peut prouver, mais que la raison spéculative (afin de trouver, parmi ses idées cosmologiques, l’inconditionné dans l’ordre de la causalité, et éviter par là de tomber en contradiction avec elle-même) devait du moins admettre comme possible ; je veux parler du pouvoir de la liberté, dont la loi morale, qui elle-même n’a besoin d’être justifiée par aucun fondement, ne prouve pas seulement la possibilité, mais la réalité dans des êtres qui reconnaissent cette loi comme étant pour eux une source d’obligation. La loi morale est bien en effet (in der Tat) une loi de la causalité par liberté.11

17Ce texte est tout à fait extraordinaire. Kant affirme que l’on ne peut pas justifier rationnellement le pouvoir de la liberté. On ne peut pas déduire de la raison elle-même l’effectivité de la liberté, c’est-à-dire le pouvoir de notre volonté d’agir sans être déterminée par la représentation du moindre objet empirique. Mais s’il n’y a pas de possibilité de déduction de la liberté de la volonté, il y a au contraire l’effectivité de cette causalité établie elle-même dans les faits. Le fait est qu’il y a des volontés qui reconnaissent l’énoncé de la loi morale, c’est-à-dire un énoncé de la raison pure, sans contenu empirique, comme l’objet de leur volonté. C’est un fait (Faktum) que, en effet (in der Tat), certains esprits se sentent liés par la loi abstraite, vide et formelle de la raison pure. De cette effectivité, de ce fait de la raison consistant en ce que la raison se constitue comme un fait, le fait d’une loi morale qui s’impose à tout esprit rationnel fini comme objet devant être effectué, la raison s’impose de fait comme une représentation déterminant la volonté. Il y a un fait, un fait que nul ne peut nier, puisqu’il est impossible d’ignorer que l’on transgresse la loi morale quand on la transgresse — même le plus grand des gredins sait très bien qu’il n’est pas innocent quand il agit mal.

18Ce fait de la raison consiste donc en ce que, sans détermination d’objet, la raison pure comme pur impératif en impose assez à la volonté pour tenir le rôle d’objet de la représentation. Le passage à l’effectivité, c’est-à-dire le fait que la loi morale vaille comme objet pour une représentation, ce fait de la raison est ou se produit in der Tat, soit stricto sensu dans l’acte. Tout repose ici sur une analyse que Kant n’a pas encore faite et qui, en un sens, est une doctrine qui ne prouve rien : la doctrine du respect, qui intervient à la fin de l’Analytique, dans la section intitulée « Des mobiles de la raison pure pratique ». Dans le cas particulier où c’est la raison pure qui se fait pratique, c’est-à-dire qui se fait l’objet de la volonté, la représentation de l’objet que la volonté va pouvoir rendre effectif, dans ce cas-là on ne part pas de la possibilité pour ensuite passer à l’effectivité ; on part d’un fait qui, d’une certaine manière, n’est même pas effectif, qui est au-delà de l’effectivité et qui est le fait de la raison.

19En somme, ce qui rend possible le caractère pratique de la raison, c’est son effectivité, qui est elle-même le résultat du fait de la raison. La loi morale en impose assez à la volonté pour s’imposer comme un objet de la représentation pour la volonté, donc pour mettre en œuvre la volonté, donc pour nous faire effectuer ou, à tout le moins, décider d’effectuer la loi morale. Ainsi, puisque la loi morale est un fait de la raison que nous effectuons, elle est possible. La raison pure est pratique. Cette possibilité est établie à travers et en conséquence de son effectivité ; cette effectivité elle-même est soumise au fait de la raison. L’effectivité de l’acte de la loi morale est ici le résultat du pouvoir qu’a la volonté d’effectuer l’objet de la représentation. Mais le caractère pratique de la raison pure n’est pas d’effectuer l’objet de la représentation : c’est que la loi morale comme raison pure puisse être considérée comme un objet de la représentation. Il faut du coup que la loi morale soit considérée comme un objet possible pour la volonté. La possibilité de la raison pratique ne peut alors pas être établie avant l’effectivité de l’acte moral. L’effectivité de la loi morale dépend lui-même du fait de la raison pure, à savoir que la raison comme telle s’impose comme objet, bien qu’elle soit pure. Donc la possibilité résulte de l’effectivité. Dans l’ordre pratique, l’effectivité précède la possibilité.

20Ce qui est décisif ici, c’est que l’on peut dès lors très bien opposer l’ordre théorique à l’ordre pratique de la raison, l’ordre théorique pour lequel la condition de possibilité d’effectivité est la possibilité et l’ordre pratique pour lequel la condition de possibilité de la possibilité est l’effectivité. Dans l’ordre pratique par conséquent, on inverse l’ordre des modalités : on n’a pas d’abord la possibilité, puis l’effectivité, puis la nécessité — dans l’ordre du postulat de la raison empirique en général, c’est-à-dire dans le cas des catégories. Ici, le fait de la raison permet l’effectivité, qui donc prouve, elle, la possibilité de la raison pure. L’effectivité est première. Or, que l’effectivité soit première, c’est là la définition de l’événement. Entendu au sens large de phénomène saturé, l’événement est le cas où l’effectivité s’impose dans la présence sans passer par le stade antérieur de la possibilité. Qu’est-ce qu’un événement ? C’est une effectivité qui n’a jamais été possible. Un événement individuel comme historique, se caractérise par le fait qu’il est indiscutablement effectif bien avant que l’on sache comment quelque chose de pareil a pu être possible. Un événement est ce devant quoi on se pose cette question étrange : “comment cela a-t-il pu être possible ?”. Généralement en effet, on commence par connaître ou reconnaître la possibilité d’une chose, avant de s’interroger sur les moyens de la réaliser. Dans le cas de l’événement, c’est tout l’inverse. L’événement ne peut être discuté, puisqu’il est déjà là. Que ce soit la guerre de 1914 ou l’attentat du 11 septembre 2001, l’événement est là, déjà fait, déjà effectué. La question est alors de savoir en quel sens cela était possible et si, même, cela l’était. Toute la difficulté est centrée sur la découverte de la possibilité, de la non-contradiction de ce qui pourtant est effectif. Car l’événement est une effectivité qui n’est pas possible, une effectivité qui apparemment se contredit elle-même.

21C’est exactement ce qui se produit dans le cas de la volonté chez Kant. Il y a des actions où l’effectivité est le point de départ de l’analyse de la possibilité. Ici l’effectivité de la loi morale, qui est la conséquence du fait de la raison, précède sa possibilité. Il n’est peut-être pas possible qu’une volonté soit déterminée par un objet non empirique ; néanmoins, effectivement, le fait de la raison se produit. Donc l’action libre est possible. Tel est l’objet véritable de la seconde Critique : ce retournement.

  • 12 Ibid., p. 610, note — AK V, p. 4.
  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid. (trad. mod).

22Afin de se repérer dans ce paradoxe, voici d’autres références. Tout à fait éclairante est une autre note de la Préface : « Pour qu’on ne s’imagine pas rencontrer ici des inconséquences, si j’appelle maintenant la liberté la condition de la loi morale, et si je soutiens par la suite dans ce traité que la loi morale est la condition sans laquelle nous ne pouvons prendre conscience de la liberté. »12 Est-ce l’effectivité de la liberté qui est la condition de la loi morale ou la loi morale, comme contenu théorique, comme objet de la représentation, qui est la condition de la liberté ? On peut penser qu’il y a un cercle ici. Kant introduit alors aussitôt une distinction en disant : « je ferai seulement remarquer que la liberté est sans doute la ratio essendi de la loi morale, mais que la loi morale est la ratio cognoscendi de la liberté. »13 La liberté est ce par quoi la loi morale est, l’être de la loi morale est attesté par la liberté. Pourquoi est-ce que le contenu théorique de la loi morale est attesté par la liberté ? Parce que la liberté est effectivité. L’effectivité de la liberté, qui est un acte, prouve qu’il y a bien une loi morale. Dans le langage de Descartes, on dirait que la liberté est ici l’effet de la loi morale : il y a des lois morales puisqu’il y a de la liberté. La liberté est l’aspect d’effectivité de la loi morale. La liberté est le lieu de l’effectivité — Kant n’écrit-il pas, rappelons-le, que « leur possibilité [celle de ces deux concepts que sont Dieu et l’immortalité de l’âme] est prouvée par le fait que la liberté est effective »14 ? Pour Kant, la liberté est possible a priori parce qu’elle est effective, et cela même si nous ne la comprenons pas.

23Car nous ne la comprenons pas :

  • 15 Ibid., p. 614 — AK V, p. 7.

[le] concept de la liberté, à propos duquel on doit constater avec étonnement que bon nombre d’hommes se vantent de le connaître parfaitement et de pouvoir en expliquer la possibilité en le considérant du point de vue psychologique, tandis que, s’ils l’avaient d’abord examiné soigneusement du point de vue transcendantal, ils auraient reconnu non seulement qu’il est indispensable comme concept problématique pour l’usage complet de la raison spéculative, mais aussi qu’il est totalement incompréhensible ; et, en passant ensuite à l’usage pratique de ce concept, ils auraient pu parvenir d’eux-mêmes à cette même détermination du concept relativement à ses principes que, sans cela, ils mettent tant de mauvaise grâce à admettre.15

24Voilà le propre du concept de liberté : être indispensable et incompréhensible. Cette incompréhensibilité ne veut pas dire qu’il est absurde, mais que c’est lui qui rend effective la rationalité même de la loi morale. Le concept de liberté est incompréhensible en ce sens qu’on ne peut pas le comprendre avant qu’il ne soit devenu effectif. Par suite, il est premier.

25Dans le cas de la définition de la volonté comme cause, par représentation, de l’effectivité des objets de la représentation, lorsque la volonté est la cause de l’effectivité d’objets de la représentation qui sont empiriquement déterminés, la représentation précède l’effectivité. Tel est le cas normal. En revanche, dans le cas de la liberté, c’est-à-dire dans le cas d’une action de la volonté déterminée par la raison pratique en tant qu’elle est pure, c’est-à-dire sans objet déterminé empiriquement, curieusement c’est l’effectivité qui précède la possibilité. La volonté est alors cause de l’effectuation d’un objet qu’elle ne peut pas se représenter comme compréhensible et qui est la loi morale. En vérité, la seule manière de se représenter la loi morale est de la faire.

26C’est cela que veut dire la liberté comme ratio essendi de la loi morale. La liberté est une effectivité qui prouve dans le fait que la loi morale existe. La liberté elle-même est un fait incompréhensible et un fait indispensable à ce qui est compréhensible et qui est à connaître dans la liberté, à savoir la loi morale. La loi morale au contraire, elle, est la ratio cognoscendi de la liberté, c’est-à-dire que l’effectivité de la liberté n’aurait aucun sens et ne pourrait même pas être reconnue comme liberté s’il n’y avait la loi morale. La loi morale a une réalité objective. Cette réalité objective est non seulement l’énoncé de la loi morale comme telle — faire en sorte que la maxime de son action puisse être érigée en loi universelle —, mais le fait que cet énoncé-là s’impose à moi volonté. Comment savons-nous en effet que la loi morale a un contenu, puisqu’elle n’a pas de détermination empirique ? Pourquoi est-ce que l’énoncé purement formel — « agis de telle manière que la maxime de ton action puisse être érigée en loi universelle » — a un sens ? Pourquoi signifie-t-il quelque chose ? Réponse : parce qu’il signifie quelque chose pour nous, parce qu’il nous dit quelque chose, parce qu’il nous en impose. En réalité, lorsque cela m’est dit, cela me dit quelque chose. Cela, je le sais très bien : je sais ce que cela veut dire, je sais ce que cela implique. Tel est le fait de la raison.

27Nous voyons donc bien que, entre la liberté et la loi morale, il y a un rapport qui est assez proche de ce que Descartes indiquait sur le rapport entre la cause et l’effet dans le Discours de la méthode, l’effet prouvant la cause et la cause expliquant l’effet. Dans le dispositif kantien, la loi morale devient ce qu’il y a à connaître dans et de l’acte libre, ce qu’il faut comprendre, ce par quoi il faut expliquer l’acte libre. Il y a donc une cause libre, puisqu’elle n’a aucun contenu empirique.

Notes

1 Kant, Critique de la raison pratique, Pl. II, p. 616, note — AK V, p. 9 (trad. mod).

2 Ibid., p. 661 — AK V, p. 44-45 (trad. mod).

3 Ibid., p. 662 — AK V, p. 45.

4 Ibid. (trad. mod).

5 Ibid. (trad. mod.).

6 Ibid., p. 674-675 — AK V, p. 55.

7 Ibid., p. 623 — AK V, p. 15.

8 Ibid., p. 624 — AK V, p. 15-16.

9 Ibid., p. 610 — AK V, p. 3-4 (trad. mod).

10 Ibid., p. 719 — AK V, p. 91.

11 Ibid., p. 664-665 — AK V, p. 47.

12 Ibid., p. 610, note — AK V, p. 4.

13 Ibid.

14 Ibid. (trad. mod).

15 Ibid., p. 614 — AK V, p. 7.

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540