Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cours sur la volonté

 | 
Jean-Luc Marion

Avant-propos

Jean-Luc Marion

Texte intégral

1C’est bien volontiers, quoiqu’un peu surpris, que je cède à la volonté de Christophe Perrin de publier ce Cours sur la volonté. Mais en précisant qu’il s’agit d’un cours, retranscrit par ses soins — et grâce à d’autres aussi, que je remercie —, cours effectivement tenu en Sorbonne, relu par moi sans correction de style, ni de fond, tel qu’il fut prononcé.

2Pourquoi publier un cours ? Peut-être d’abord parce que, comme me le disait mon bon maître et Dissertationsvater — deux termes qui tombent en désuétude, comme tout ce qui menace ruine dans l’Université, aujourd’hui oublieuse de son essence et ravalée au rang sans gloire ni efficacité des écoles commerciales et assimilées —, « un professeur se juge sur trois choses : les livres qu’il écrit, les gens qu’il fait entrer dans l’Université et ses cours ». Les deux premières marques sont patentes dans mon cas. Voici désormais un échantillon de la dernière. On jugera.

3Ensuite, parce que le cours se distingue des livres en plusieurs points. Dans un livre, on ne cherche pas à expliquer, mais à s’expliquer : on écrit pour convaincre les doctes et vaincre les opinions reçues ; on utilise tous les arguments de raison, sans renoncer aux plus obscurs, aux plus ardus ; on ne songe en fait souvent qu’à quelques interlocuteurs proches ou opposants, tous admirés, car très savants et très compétents, mais parfois un peu retors ; on n’hésite donc pas à un style soutenu, technique, lourd éventuellement et, même quand on voudrait atteindre l’élégance, crypté et hermétique. Dans un cours, c’est l’inverse : on veut expliquer des thèmes et des textes difficiles à des encore jeunes gens, qui manquent souvent de bases suffisantes, sans manquer pourtant ni de talent, ni d’ambition. Ceux en particulier qui préparent le difficile concours français de l’agrégation n’ont pas de temps à perdre et n’ont donc pas d’état d’âme : ils sélectionnent les cours qui paraissent à la rumeur publique les plus utiles, les plus informés et les plus nets. Ils imposent ainsi au professeur, qui se risque à donner le sien, l’épreuve de convaincre son auditoire et même de le garder jusqu’au terme dans l’amphithéâtre — ce qui ne va pas de soi. Il faut donc à la fois maîtriser la question proposée, bien connaître les textes, et savoir les rendre intelligibles, donc les actualiser — en recourant même aux exemples les plus inattendus. Bref, il faut respecter l’intelligence de ceux qu’on expose et l’intelligence de ceux à qui on les expose. C’est pourquoi le cours d’agrégation, cette petite grand-messe de l’Université française, reste une épreuve pour le professeur, autant que le concours pour les étudiants. On verra, sur un exemple pris parmi des dizaines d’autres, si nous y sommes, parfois, parvenu.

4Enfin, publier ce cours me permet de faire un dernier salut à ceux qui m’ont fait travailler, moi, paresseux contrarié, et qui, ainsi, m’ont gardé vivant plus longtemps : mes étudiants. Que grâce leur soit rendue.

Auteur

De l’Académie française

© Presses universitaires de Louvain, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540