Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un enseignement démocratique de masse

 | 
Marianne Frenay
, 
Xavier Dumay

La construction de l'employabilité des chômeurs

Un ordre négocié

Jean-François Orianne et Thibauld Moulaert

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au départ de notre recherche, la définition de « jeunes faiblement qualifiés » renvoyait aux deman (...)

1Cet article s’appuie sur une recherche, menée au GIRSEF (UCL), qui interroge les modalités de mise en œuvre locales des politiques « actives » d’emploi et leurs effets auprès de jeunes demandeurs d’emploi faiblement qualifiés1.

2À partir de l’analyse du travail, des outils, des adaptations techniques et éthiques par lesquelles des organisations et des professionnels tentent de concrétiser les nouvelles orientations des politiques d’emploi, – dont on résume la nouvelle teneur en parlant « d’activation » de l’État social (Orianne et al., 2004), nous soutenons la thèse d’un traitement clinique du chômage (Orianne, 2005). Nous la complétons par une attention aux usages que font des jeunes de ce traitement qui leur est proposé afin de gérer leur employabilité. C’est en ce sens que l’on parlera d’un ordre négocié (Strauss, 1992) pour rendre compte du rôle actif que jouent les professionnels de l’emploi mais aussi leurs clients, en tant que profanes, dans la construction des troubles de l’employabilité.

3Notre travail de terrain s’est déroulé en Région wallonne (Belgique) entre mars 2001 et juin 2003, principalement dans les sous-régions de Liège (contexte urbain) et d’Arlon-Luxembourg (contexte rural). Nous y avons suivi, dans la quotidienneté de leur travail, une cinquantaine de professionnels de l’insertion en Région wallonne issus du Service Public d’Emploi (SPE), du secteur associatif, et de nouvelles structures multi-partenariales. Nous nous sommes principalement centrés sur trois groupes professionnels relativement contrastés, qui présentent néanmoins bon nombre de caractéristiques communes : les conseillers en accompagnement professionnel du FOREM, les conseillers en formation des Carrefours Formation et les travailleurs sociaux des Entreprises de Formation par le Travail (EFT). Nous avons également rencontré une trentaine de jeunes demandeurs d’emploi dans le cadre d’interactions avec ces professionnels.

4Cette recherche a bénéficié d’un financement de la Politique scientifique fédérale dans le cadre du Programme de recherche pluriannuel concernant les problèmes actuels en matière de Cohésion sociale.

1. La mise au travail sur soi : rapports d'évaluation et rapports d'intéressement

5L’analyse tend à montrer que la finalité du travail de ces professionnels vise moins directement la mise à l’emploi, comme le faisait anciennement le « placeur » du SPE, qu’un travail sur l’employabilité du demandeur d’emploi : le travail d’insertion consiste à motiver, intéresser l’individu à se mettre au travail… au travail sur lui-même. Rappelons à cet égard que l’employabilité constitue un des objectifs officiels des politiques actives (européennes, fédérales, régionales) de l’emploi. Notons également que cette finalité semble la seule tenable, viable sur un plan moral pour ces professionnels de première ligne. En effet, les professionnels de l’insertion n’ayant de pouvoir d’action ni au niveau de la création d’emploi, ni au niveau de l’accès à l’emploi, c’est à un autre niveau que doit se situer leur intervention : n’étant pas responsables de l’emploi ou du non-emploi des individus, ils responsabilisent les individus à travailler leur employabilité, leur capacité à trouver un emploi, dans le cadre d’entretiens individualisés ou de séances d’information collectives, de groupes de discussion ou d’ateliers d’écriture de lettres de motivation et de C.V., de simulations d’entretiens d’embauche filmées, de mises en situation professionnelle, etc.

  • 2 Ces auteurs définissent les dispositifs d’intéressement comme la prise en compte de l’intérêt des (...)

6Pour amener le demandeur d’emploi à opérer ce travail sur lui-même, ces agents dosent habilement des rapports d’intéressement et des rapports d’évaluation (Eymard-Duvernay & Marchal, 1994)2 : cette double composante du travail d’insertion (l’aide et le contrôle) est liée à la nature du mandat politique (l’activation d’individus). Mais par quel miracle ces professionnels parviennent-ils effectivement, dans le cadre de dispositifs contraignants d’accompagnement de demandeurs d’emploi, à intéresser l’individu qui cherche un emploi à se mettre au travail sur lui-même ?

7Les travaux de Divay (1996) et de Demazière (2003) mettent en évidence la dimension « magique » du traitement individualisé du chômage, insistant sur l’autorité charismatique du conseiller en recherche d’emploi, sur la puissance symbolique que recouvrent ses gestes, sa voix, ses techniques, sa conviction …

À travers la description de sa pratique, ce conseilleur s’apparente tour à tour à un guérisseur ou désorceleur, mais également à un devin qui prédit généralement des réussites. […] Son approche produit un effet de fascination sur les conseillés qui pensent découvrir des facettes inconnues d’eux-mêmes. Il se trouve ainsi pourvu d’une autorité charismatique à laquelle son public se soumet parce qu’il est parvenu à instaurer une croyance collective. […] (Divay, 1996 : 182-183) Le chômage […] est une situation anormale qui engendre douleurs et souffrance, qui est vécue en termes affectifs, qui lézarde un système interprétatif où tout se tenait. Des professionnels, sortes de chamanes contemporains, vont alors intervenir auprès des chômeurs pour inscrire cette expérience dans une conception cohérente du monde à laquelle l’individu pourra adhérer et qui permettra sa guérison. Toute l’efficacité symbolique tient dans les croyances collectives mobilisées et le rapport des individus à ces croyances. (Demazière, 2003 : 137)

8Selon nous, la « magie » n’est autre qu’un « savoir ésotérique » que détient et développe la profession : une capacité collective (technique et morale) à transformer, traduire de la souffrance en « troubles » de l’employabilité (citons à titre d’exemples : le manque de confiance en soi, la maîtrise insuffisante des techniques de recherche d’emploi, l’absence de projet professionnel, le manque d’expérience professionnelle, divers « troubles » de l’orientation professionnelle ou de la motivation, « problèmes » familiaux, etc.). Ces pratiques professionnelles s’alimentent d’une croyance commune en l’existence de troubles individuels de l’employabilité indépendante de leur construction sociale, comme en témoigne cet extrait.

Est-ce que ça se dessine clairement, pour toi, la spécificité du CAP dans l’ensemble de cette structure ? C’est un peu le médecin généraliste qui va renvoyer à des spécialistes. […] Tu sais, c’est vraiment rattaché au corps médical ; je trouve que l’image n’est pas si mauvaise que ça. […] Donc, on va faire tout un travail de visualisation, de relevé de tout… – enfin si on parle le langage médical –, le relevé de toute la symptomatologie qui nous permet d’établir à terme un diagnostic. (Conseiller en Accompagnement Professionnel, FOREM de Libramont.)

2. Professionnels de l’employabilité et profession consultante

9Les travaux de Freidson (1984) nous invitent à envisager ce travail apparemment « neutre » de pose de diagnostics (caractéristique principale d’une profession consultante), qu’opèrent généralistes et spécialistes de l’employabilité, comme un travail « positif » de construction de troubles de l’employabilité. L’émergence d’une profession consultante dans le champ de l’insertion, comme accomplissement pratique de politiques « actives » d’emploi, oriente le traitement du chômage dans une voie résolument « clinique ».

10La thèse selon laquelle les maladies sont des inventions, des catégories construites par un corps professionnel, et les malades les produits d’institutions sociales, n’est pas récente. En 1946, après neuf ans d’internement en asile psychiatrique, Antonin Artaud nous rappelait déjà que « s’il n’y avait pas eu de médecins, il n’y aurait jamais eu de malades ». Cette thèse a été largement développée par la seconde génération de sociologues de l’école de Chicago (Hughes, Becker, Freidson, Goffman). Notons qu’en France, les travaux de Foucault (1963 ; 1975) et de Deleuze & Guattari (1972-1973) ont largement contribué à son essor.

11Pour Hughes (1996), il est clair que si les douleurs et les plaintes sont le lot de l’espèce humaine, les maladies quant à elles sont bien des inventions dans la mesure où elles procèdent d’une définition des conditions et des situations. En d’autres termes, la déviance biologique ne constitue une maladie que lorsqu’elle est construite comme déviance sociale. Cette thèse s’appuie explicitement sur l’approche « situationnelle » de la déviance défendue par Becker (1985).

12Si les médecins construisent des maladies ou les professionnels de l’insertion construisent des troubles de l’employabilité, c’est par instinct de survie : si l’on en croit Freidson, pour qu’une profession consultante puisse mettre en pratique ses idées sur la maladie (exercer son pouvoir), il faut impérativement que les profanes se rendent compte qu’ils sont malades et s’en remettent à leurs soins. En clair, « les membres des professions ne se bornent pas à offrir un service, mais ils définissent les besoins même qu’ils servent » (Hughes, 1996 : 131). Ainsi, dans le cadre de dispositifs contraignants d’accompagnement de chômeurs, la construction des troubles de l’employabilité, l’organisation de l’expérience de ces « troubles » et la socialisation au rôle de « malade » fondent la légitimité professionnelle de l’agent, rendant ainsi praticable la responsabilisation du chômeur.

13Le diagnostic et le traitement apparaissent comme les deux actes fondamentaux de la pratique des travailleurs de l’insertion. Il va sans dire que ces activités sont le résultat d’une construction professionnelle, et non de l’application mécanique d’une quelconque « science de l’insertion ». Baszanger (1986) retient trois étapes clés de production du savoir « clinique » : le diagnostic, la construction du contenu des catégories cliniques et le traitement. Si le diagnostic est central dans l’activité médicale, comme dans l’activation de chômeurs, c’est parce qu’il « permet l’organisation des interventions à venir. Il est aussi central dans ses conséquences sociales puisqu’il introduit une nouvelle situation : celle de malade, reconnue sur des bases communément admises (le savoir médical) » (Baszanger, 1986 : 13). Pour l’auteur, le diagnostic apparaît invariablement comme un « consensus normatif » auquel parviennent le malade et le médecin (processus de négociation et contraintes normatives). En clair, pour éviter toute dérive « médico-centriste », Baszanger nous invite constamment à replacer l’usager (le chômeur, le malade, etc.) comme faisant partie intégrante de la division du travail, en particulier du travail de catégorisation. En effet, les troubles de l’employabilité ne constituent pas des données intangibles, ils ne se construisent pas une fois pour toutes : ils sont négociés et résultent d’une succession d’interactions dans le temps.

14À l’image des maladies chroniques, les troubles de l’employabilité apparaissent comme une pathologie dominante (de masse) et incertaine (cause, durée, issue), qu’il convient de gérer, plus que de guérir. L’incertitude des catégories cliniques des travailleurs de l’insertion renforce le poids des négociations incessantes. Cependant, bien que le diagnostic résulte d’une négociation, il convient de rappeler que les deux intervenants n’ont pas le même poids dans la décision finale : « la différence entre le malade et le médecin est que ce dernier a davantage d’expérience en matière de recherche diagnostique d’une part, et qu’il dispose d’autre part d’un meilleur jugement par rapport à la fiabilité des moyens d’établir son diagnostic » (STRAUSS, 1992 : 163).

15Les marges de manœuvre de l’usager, sa place dans la division du travail « clinique », varient fortement d’un territoire professionnel à l’autre : au FOREM, les marges sont relativement étroites et principalement balisées par des règles administratives (énoncés des politiques et traductions organisationnelles : le vade-mecum) ; à Carrefour Formation, les marges sont incertaines et se stabilisent essentiellement sur un plan identitaire (les procédés de territorialisation de l’identité professionnelle : le rapport sacré à l’espace) ; en EFT, la place de l’usager nous apparaît au centre de la division sociale du travail d’insertion ou d’activation.

16Indépendamment du cadre organisationnel ou du territoire professionnel, les marges de manœuvre de l’usager dépendent de compétences communicationnelles dont il doit impérativement faire preuve, ou qu’il doit acquérir rapidement, pour prendre place effectivement dans la division sociale du travail de catégorisation : la production négociée de catégories cliniques est avant tout une activité langagière (qui produit un ensemble d’effets « réels » ou non langagiers), qui implique, dans le chef des acteurs ou membres à part entière de cette activité, la maîtrise de codes, d’énoncés, de styles d’énoncés. Plus que le projet professionnel de l’usager, c’est la manière dont il en parle qui importe, qui compte pour le professionnel de l’employabilité ; plus que les compétences techniques, que ces agents ne sont souvent pas en mesure d’apprécier à leur juste valeur, c’est bien leurs mises en mots qui orientent la mise en œuvre de l’action.

3. L'ordre négocié de l’employabilité

17Face à cette forme de violence symbolique, contenue dans la construction professionnelle de troubles de l’employabilité, les jeunes chômeurs faiblement qualifiés n’ont d’autre choix que de répondre à cet appel au travail sur soi ; le type de réponse dépendra fortement de leur capacité à saisir et à se réapproprier le sens du travail d’insertion et la croyance en l’existence de troubles individuels de l’employabilité (indépendante de leur construction sociale) que leur imposent les professionnels.

La violence symbolique, c’est cette violence qui extorque des soumissions qui ne sont même pas perçues comme telles en s’appuyant sur des « attentes collectives », des croyances socialement inculquées. Comme la théorie de la magie, la théorie de la violence symbolique repose sur une théorie de la croyance, ou mieux, sur une théorie de la production de la croyance, du travail de socialisation nécessaire pour produire des agents dotés des schèmes de perception et d’appréciation qui leur permettront de percevoir les injonctions inscrites dans une situation ou dans un discours et de leur obéir. (Bourdieu, 1994 : 190)

18L’ordre négocié de l’employabilité suggère que les réponses que produisent les jeunes aux injonctions des professionnels s’inscrivent dans des interactions continues. Chacun des acteurs (professionnels et usagers) participent à la mise en forme de cet ordre. Cependant, il est possible de distinguer empiriquement différents types d’usages du dispositif, différentes manières d’interagir auprès des professionnels.

19Comment de jeunes chômeurs se représentent-ils les professionnels qu’ils rencontrent, les organisations qu’ils pénètrent, le dispositif intégré qu’ils sont censés faire tenir ? Quels usages font-ils de ce dispositif et quels effets perçoivent-ils ?

20Partant de divers travaux sur l’insertion des jeunes en France et au Québec (Dubar 1987 & 1994, Trottier et al., 1999 et Nicole-Drancourt, 1991 & 1994), nous avons construit une typologie d’usage du Parcours d’insertion en Région wallonne.

21Nous avons sélectionné huit dimensions pertinentes dans le cadre de notre recherche :

  • L’état du projet du jeune (planifié, émergent, absent) ;
  • L’origine de la démarche d’insertion (le jeune, l’agent, un tiers) ;
  • Le degré d’engagement dans le dispositif (fort, moyen, faible) ;
  • La relation aux agents du dispositif ;
  • Le centre de l’initiative (le jeune, l’agent, un tiers, centre mouvant) ;
  • Les effets perçus par le jeune (utilité, espoir, désillusion, rien) ;
  • Le rapport aux agents et au dispositif (aide - contrôle) ;
  • L’identification du dispositif (en général et de ses composantes).

22Il en découlait trois formes d’usage : un usage « coopératif », un usage « conformiste » et un usage « anomique ». Aujourd’hui, nous dépassons ce stade initial d’une typologie à trois usages (Moulaert, 2003) à partir de deux inflexions. D’une part, nous précisons notre vocabulaire en introduisant la notion de pratique. En effet, « l’usage renvoie à la simple utilisation – fut-elle d’une machine complexe – tandis que la pratique intègre à cette dimension, les comportements, les attitudes et les représentations, voire les mythologies, suscités par l’emploi des techniques. » (Jacquinot-Delaunay & Monnoyer, 1999 : 12) Ceci permet de prendre en compte les rapports à la croyance dans l’employabilité. Loin de désorganiser notre typologie, ce terme en restructure les dimensions autour de deux pôles que sont les usages et les représentations.

23D’autre part, nous proposons de dédoubler la pratique anomique en lui ajoutant une pratique qualifiée d’apathique. Cette différenciation s’inspire des travaux d’Hirschman (1977) et de Bajoit (1988) pour suggérer une précision salutaire de la typologie. En effet, elle distingue alors plus clairement ce qui se cachait au cœur de l’anomie ; d’un côté un usage passif du dispositif, annonciateur d’un probable exit de l’accompagnement en signe de découragement ou d’incompréhension totale. De l’autre côté, un usage relativement plus actif de jeunes qui restent, malgré tout, dans les réseaux d’insertion en signe de mobilisation minimale.

TABLEAU 1 : TYPOLOGIE DES PRATIQUES D'UN DISPOSITIF D'INSERTION.

TABLEAU 1 : TYPOLOGIE DES PRATIQUES D'UN DISPOSITIF D'INSERTION.

24La pratique négociée met en avant une implication forte du jeune, des relations basées sur une négociation bien comprise et dans laquelle il n’est pas rare de voir le bénéficiaire prendre les devants. Fonctionnant sur le mode actif, elle renvoie au projet explicite, au projet concret et évaluable. Impliquant un travail réflexif du bénéficiaire et un rapport positif aux agents de l’insertion, cette pratique implique toutefois de ne pas s’arrêter aux relations avec les professionnels du service public mais d’élargir sa quête d’employabilité en ouvrant toutes les portes possibles que représentent les bureaux d’intérims, les réseaux de connaissances (Granovetter, 2000) voire dans certains cas les « pistons ». Vu comme un moyen parmi d’autres de « travailler son employabilité », le dispositif d’insertion et ses professionnels rencontrent bien des représentations positives.

25Renvoyant comme le premier cas à des représentations positives du dispositif, l’usage suiviste s’en écarte sur le point de l’usage concret. À l’inverse d’un usage actif, la pratique suiviste ferait davantage référence à une certaine passivité, à des relations de type réactif (le centre de l’initiative se déplace du jeune vers le professionnel), bref à un engagement plus formel dans le dispositif. Il nécessite l’existence d’un autrui important qu’il s’agisse d’un ami, d’un membre de la famille ou d’un autre professionnel. Cet autrui initie l’action, le projet. Pour cette raison, on parle aussi de mode réactif pour signifier l’engagement du jeune sur le mode du conformisme, de la réaction à une sollicitation : l’initiative n’est pas à l’ordre du jour et il suffit de « faire ce qu’il faut », de « s’y tenir ». Dans certains cas, on assiste même à la mobilisation du référentiel scolaire à travers les figures du « bon élève », du « professeur » à propos des professionnels, voir même de la « classe » ou de la « cours » pour évoquer les espaces organisationnels.

26En écho aux représentations positives du dispositif dans le chef du jeune, ce type fait bonne figure auprès des professionnels. Néanmoins, la forme d’intervention qu’il implique rappelle l’ancienne action du SPE qui mettait en œuvre une logique de placement alors qu’aujourd’hui, c’est la logique de l’accompagnement qui est mobilisée. Bref, la pratique suiviste signerait la persistance « d’anciennes formes » d’intervention publique.

  • 3 Si l’on admet que la pratique apathique peut faire écho à la passivité de l’usage suiviste, l’axe (...)

27La pratique apathique3 se réfère à des situations où le discours semble installé dans des conceptions partagées entre le professionnel et le jeune, alors qu’en réalité l’un comme l’autre s’interrogent sur l’orientation de l’action. Tous les deux participent à la logique de l’activation : l’un active l’autre qui s’active lui-même en suivant les démarches proposées. Forme de pratique active, ce type fait cependant écho à des représentations négatives du dispositif, à des rapports aux professionnels marqués par une certaine distance comme si l’usager acceptait le marché proposé (la contractualisation) tout en sachant que ses chances d’accès à l’emploi restent minimes. En d’autres mots, les croyances ne seraient pas totalement partagées et il existerait toujours un non-dit qui se repère dans l’attitude des bénéficiaires (dépit, tristesse) ou lors des relances des professionnels (la situation s’explique par des facteurs extérieurs sur lesquels personne n’a de poids).

28Les ressources mises à disposition par les professionnels pour travailler son employabilité participent à la croyance collective que l’employabilité mènerait à l’emploi. Dans sa version négative, cette croyance se conçoit comme l’orientation hautement normative inscrite dans l’activation de l’État Social Actif : « mieux vaut activer des personnes que les indemniser passivement à ne rien faire ». Or, la pratique apathique montre les limites de cette optique : le professionnel a beau « activer » un jeune qui « s’active » lui-même… Dans certains cas, il n’y a guère de solution en termes de mise à l’emploi et le bénéficiaire est renvoyé à lui-même (chercher un autre métier, ouvrir ses choix, etc.) ou vers d’autres professionnels (spécialiste en orientation, spécialiste en formation, etc.).

29En faisant référence à l’anomie, c’est-à-dire à une absence de normes sociales et à une perte de sens chez les individus d’une société, la pratique anomique renvoie à un ensemble de comportements qui témoignent d’une déconnexion entre l’usager, les professionnels et le dispositif. Nous observons des situations vides de sens où le jeune ne parvient pas à se situer dans des organisations dont il ne saisit pas les objectifs, où il n’est pas capable de repérer l’origine de sa démarche d’insertion ou ne le souhaite pas ; face à lui, des professionnels tentent de l’aider à moins qu’ils ne se découragent en prenant soin de réorienter l’usager vers un service d’aide plus soutenu. Tant du côté du bénéficiaire que du côté du professionnel, on observe des individus qui éprouvent les pires difficultés à travailler ensemble sur un projet dont le sens n’est que rarement perçu par le jeune. Usage passif et représentations négatives s’allient. L’individu est « incapable de faire ce qu’il faut » tandis que les mots et les phrases attendues laissent la place aux silences et aux incompréhensions. Un peu comme si l’image que le miroir (le professionnel) lui renvoyait restait floue ou inexistante.

30Plus qu’une simple intériorisation des normes de l’employabilité, on préfèrera parler d’ordre négocié pour signifier la réappropriation active que font les jeunes du traitement qui leur est proposé pour « gérer » leur « carrière d’insertion » et qui peut difficilement se réduire à une forme unique de réaction.

Conclusion

31Notre thèse relative au traitement clinique du chômage est la suivante : une fois que le chômeur pénètre l’univers, le territoire professionnel des travailleurs de l’insertion, la profession impose une organisation de l’expérience de troubles de l’employabilité ainsi qu’une socialisation au rôle de « malade ». La progression de l’usager à travers les différentes catégories de déviance ou de troubles de l’employabilité gagnerait alors à être envisagée comme une carrière (Goffman, 1968 : 177-225 ; Freidson, 1984 : 246), un travail sur soi à temps plein, à durée indéterminée. Cependant, l’usager n’intègre pas son rôle de manière unique et nous avons souligné la diversité des pratiques pour rappeler que face à la mise au travail sur soi, les individus réagissent en fonction d’une multiplicité d’attentes et de représentations.

Bibliographie

Bibliographie

Bajoit, G. (1988). Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement. Revue Française de Sociologie, 29, 325-345.

Baszanger, I. (1986). Les maladies chroniques et leur ordre négocié. Revue française de sociologie, 27, 3-28.

Becker, H. S. (1985). Outsiders, Études de sociologie de la déviance. Paris : Métaillé.

Bourdieu, P. (1977). La production de la croyance : contribution à une économie des biens symboliques. Actes de la recherche en sciences sociales, 13, 3-43.

Bourdieu, P. (1994). Raisons pratiques. Paris : Seuil.

Deleuze, G. & Guattari, F. (1972-1973). L’Anti-Oedipe, Capitalisme et schizophrénie. Paris : Les Éditions de Minuit. Demazière, D. (2003). Le chômage. Comment peut-on être chômeur ? Paris : Belin.

Divay, S. (1996). L’aide à la recherche d’emploi. Des conseils pour sauver la face. Paris : L’Harmattan.

Dubar, C. (1987). L’autre jeunesse. Jeunes stagiaires sans diplôme. Lille : Presses Universitaires de Lille.

Dubar, C. (1994). L'insertion comme articulation temporelle du biographique au structurel. Revue Française de Sociologie, 35, 283-291.

Eymard-Duvernay, F. & Marchal, E. (1994). Les règles en action : entre une organisation et ses usagers. Revue française de sociologie, 35, 5-36.

Foucault, M. (1963). Naissance de la clinique. Paris : PUF.

Foucault, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris : Gallimard.

Freidson, E. (1984). La profession médicale. Paris : Payot.

Goffman, E. (1968). Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux. Paris : Les Éditions de Minuit.

Granovetter, M. (2000). Le marché autrement : les réseaux dans l’économie. Paris: Desclée De Brouwer.

Hirschman, A. O. (1977). Exit, Voice and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States. Cambridge, Massachusetts & London, England: Harvard University Press.

Hughes, E. C. (1996). Le regard sociologique. Paris : Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Jacquinot-Delaunay, G. & Monnoyer L. (1999). Avant-propos. Genèse du numéro : Le dispositif : entre usage et concept. Revue Hermès, 25, 9-14.

Moulaert, T. (2003). Jeunes et dispositif, Présentation d’une typologie des usages d’un dispositif d’insertion. Journée d’étude sur l’État Social Actif, Service d’Étude et de la Statistique de la Région wallonne, 5 décembre 2003.

Nicole-Drancourt, C. (1991). Le labyrinthe de l’insertion, Paris : La Documentation française.

Nicole-Drancourt, C. (1994). Mesurer l'insertion professionnelle. Revue Française de Sociologie, 35, 37-68.

Orianne, J.-F. (2005). Le traitement clinique du chômage. Thèse de doctorat en sociologie (s/d Maroy C.). Louvain-la-Neuve : Université Catholique de Louvain.

Orianne, J.-F., Maroy, C., Moulaert, T., Vandenberghe, V. & Waltenberg, F. (2004). Mises en œuvre locales des formules d’activation des politiques d’emploi. Gent :Academia Press.

Strauss, A. (1992). La trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme. Textes réunis et présentés par Baszanger, I., Paris : L’Harmattan.

Trottier, C., Laforce, L., Cloutier, R., Perron, M. & Diombomba, M. (1999). Planifier ou explorer ? Les projets de formation et les stratégies d'insertion professionnelle de diplômés universitaires québécois. In A. Degenne, M. Lecoutre, P.Lièvre, P. & P. Werquin (Eds.), Insertion, transition professionnelle et identification des processus. Documents, Séminaires, 142, CEREQ, Marseille.

Notes

1 Au départ de notre recherche, la définition de « jeunes faiblement qualifiés » renvoyait aux demandeurs d’emploi âgé de 25 ans maximum que nous allions rencontrer dans les différents organismes d’insertion. Rapidement, cette définition s’est avérée trop étroite pour rendre compte de la diversité des publics jeunes côtoyés au quotidien par les professionnels.

2 Ces auteurs définissent les dispositifs d’intéressement comme la prise en compte de l’intérêt des personnes que l’on cherche à mobiliser dans le cadre d’une négociation, et les dispositifs d’évaluation comme l’évaluation de la conformité des conduites en référence à des principes généraux (Eymard-Duvernay & Marchal, 1994 : 15).

3 Si l’on admet que la pratique apathique peut faire écho à la passivité de l’usage suiviste, l’axe des représentations et des références valorielles permet de les distinguer. Ensuite l’existence d’une dynamique entre les usages d’une part et la gradation des représentations chez les professionnels d’autre part, confirment la pertinence d’une distinction analytique entre pratiques.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1 : TYPOLOGIE DES PRATIQUES D'UN DISPOSITIF D'INSERTION.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteurs

Jean-François Orianne, docteur en sociologie, est chercheur au GIRSEF (UCL) et à l’Observatoire social européen, professeur à l’ICHEC, et membre associé de l’IDHE (ENS-Cachan). Il mène diverses recherches dans le champ des politiques d’emploi et de formation professionnelle. Ses travaux récents, réalisés dans le cadre du réseau européen CAPRIGHT, portent sur les services publics d’emploi en Europe et sur le dialogue social européen.
GIRSEF, Université catholique de Louvain

Thibauld Moulaert est doctorant en sociologie de l'Université catholique de Louvain. Après avoir participé à une recherche sur les mises en œuvre locales des politiques d'activation à destination de jeunes faiblement qualifiés avec Jean-François Orianne et Christian Maroy au Girsef, il poursuit sa thèse à l'Institut des Sciences du Travail sur l'activation des travailleurs âgés. En 2005-2006 il a publié deux numéros du Crisp sur le Débat sur la fin de carrière (n°1882 et n°1906-1907) et différents articles sur le vieillissement actif. Enfin, il est membre du comité de rédaction de la Revue Nouvelle.
GIRSEF, Université catholique de Louvain

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540