Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des polices si tranquilles

 | 
Luc Keunings

Bibliographie sommaire

Texte intégral

Ce livre est essentiellement fondé sur l’analyse des archives politiques - ministères de la Justice, de l’Intérieur, personnalités politiques -, judiciaires - tribunaux correctionnels, cours d’assises, parquet général- et policières - Sûreté, gendarmerie, polices communales, garde civique - reposant à Bruxelles (Archives Générales du Royaume, Archives du Musée Royal de l’Armée, Archives de la Police Fédérale et Archives de la Ville de Bruxelles), et sur la lecture systématique de nombreuses sources imprimées (presse, revues professionnelles, littérature).

Sur les forces de l’ordre au xixe siècle, on ne dispose à ce jour, faute de monographies locales, d’aucun ouvrage de synthèse sur base de dépouillements d’archives ou de sources normatives éparpillées dans les dépôts du pays. A défaut, on peut consulter le livre, qui comporte malheureusement de nombreuses erreurs, de Lode Van Outrive, Yves Cartuyvels et Paul Ponsaers, Les polices en Belgique. Histoire socio - politique du système policier de 1794 à nos jours, Bruxelles, 1991 et les études de Pascale Delfosse, Ordre public et conflits sociaux dans la société belge (1830-1914), 2 vol., Louvain, 1980 et Idem, Répression, ordre social et développement de la société belge (1848-1914), dans Généalogie de la défense sociale en Belgique (1880-1914), Bruxelles, 1988, p. 211-229.

Un article de synthèse, fondé sur des dépouillements d’archives, a été publié récemment : Luc Keunings, Benoît Majerus et Xavier Rousseaux, L’évolution de l’appareil policier en Belgique (1830-1902), dans Dirk Heirbaut, Xavier Rousseaux, Karel Velle (eds), Histoire politique et sociale de la justice en Belgique de 1830 à nos jours, Bruges, 2004, p. 271-317.

Sur le maintien de l’ordre dans les grandes villes, la thèse de Gita Deneckere, Sire het volk mort. Collectieve actie in de sociale geschiedenis van de Belgische staat, 1831-1940, 2 vol, Gand, 1994, publiée en partie (Sire, het volk mort. Sociaal protest in Belgïe (1831-1918), Anvers-Gand, 1997 et Geuzengeweld. Antiklerikaal straatrumoer in de politieke geschiedenis van Belgïe 1831-1914, Bruxelles, 1998), apporte des renseignements utiles.

L’exercice de la police secrète a fait l’objet d’un article général écrit par Luc Keunings, "Les grandes étapes de l’évolution de la police secrète en Belgique au xixème siècle", dans Bulletin trimestriel du crédit communal de Belgique, n°169, 1989, p. 3-30. Le même auteur s’est penché sur l’évolution de la police communale au niveau national dans "Du garde ville à l’agent de police. Les débuts de la professionnalisation de la police en Belgique (1880-1914)", dans L’officier de police, 1988, n°7, p.1-96.

La problématique générale de la sécurité, de l’ordre public, des polices et de l’initiative privée dans ces domaines a été traitée pour Bruxelles par Luc Keunings dans son mémoire de licence : Histoire de la police de Bruxelles (1831-1914), 2 t., ULB, 1980, et dans plusieurs articles dont les plus importants sont : "L’évolution d’un corps de police urbain : la police de Bruxelles (de 1831 à 1914)", dans Bulletin trimestriel du crédit communal de Belgique, n°145, juillet 1983, p. 168-175 ; "The Secret Police in Nineteenth-Century Brussels", dans Intelligence and National Security, 4, 1989, n°1, p. 59-85 ; "Ordre public et peur du rouge au xixème siècle.

La police, les socialistes et les anarchistes à Bruxelles (1886-1914)", dans Revue belge d’histoire contemporaine, XXV, 1994-1995, 3-4, p. 329-396 et "La dynamique des manifestations violentes à Bruxelles au xixe siècle. Une analyse des troubles d’avril 1893", dans Ginette Kurgan-Van Hentenryk (ed), Un pays si tranquille. La violence en Belgique au xixème siècle, Bruxelles, 1999, p. 197-240.

Cet auteur a publié récemment deux livres dans les collections des A.V.B. : Les forces de l’ordre à Bruxelles au xixe siècle. Données biographiques illustrées sur les officiers de la police, de la garde civique et de la gendarmerie (1830-1914), Bruxelles, Studia Bruxellae, 2007 ; Polices secrètes et secrets de polices à Bruxelles au xixe siècle, Bruxelles, Historia Bruxellae, 2007.

Pour sa part, l’historienne Margo De Koster analyse avec pertinence les pratiques et les stratégies quotidiennes de la police d’Anvers, dans "Routines et contraintes de la police urbaine à Anvers, 1890-1914", dans Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa, Vincent Milliot (eds.), Métiers de police. Être policier en Europe, xviiième-xxème siècle, Rennes, 2008, p. 345-362.

En ce qui concerne la gendarmerie, on ne trouve, à côté de quelques études ponctuelles et descriptives, que des publications hagiographiques provenant de l’institution elle-même. Une étude critique reste à écrire à ce sujet. Les seuls ouvrages de référence restent les livres édités par le corps : Histoire de la gendarmerie, t. I : des origines à 1914, Bruxelles, 1979, et Guido Denis, Deux cents ans de gendarmerie, histoire de la gendarmerie sur le territoire belge, Bruxelles, 1996. Les travaux d’Axel Tixhon, spécialiste de la statistique judiciaire, tentent peu à peu de combler ce vide : "L’essor de la gendarmerie belge et la mesure de la criminalité au xixème siècle", dans Jean Noël Luc (dir), Gendarmerie, État et société au xixème siècle, Paris, 2002, p. 459-472. et "Les acteurs de la police judiciaire belge au xixème siècle : de la patrouille à l’enquête", dans Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa et Jean-Noël Luc, L’enquête judiciaire en Europe au xixème siècle, Paris, 2007, p. 85-95. Quant à la garde civique, objet d’une littérature trop souvent apologétique et lénifiante, on consultera avec intérêt un ouvrage fouillé et critique qui fournit une bibliographie abondante : Peter Heyrman, Rudi Hoekx, Piet Veldeman, Bart Willems., Leve het algemeen Stemrecht ! Vive la garde civique ! De strijd voor algemeen stemrecht Leuven 1902, Louvain, 2002.

La problématique de la police des campagnes a été très bien abordée, dans un cadre général, par Axel Tixhon dans sa thèse de doctorat Le pouvoir des nombres. Une histoire de la production et de l’exploitation des statistiques judiciaires belges (1795-1870), 5t., Louvain, 2001 et dans un article récent "Police and Social Control in the Belgian Country Areas (1840-1885)", dans Maria Ågren, Asa Karlsson et Xavier Rousseaux (eds), Guises of Power. Integration of society and legitimation of power in Sweden and the Southern Low Countries ca 1500-1900, Upsala, 2001, p. 151-177 ; on peut consulter également Filip Bastiaen, De veldwachter in het spanningsveld van autoriteit en solidariteit (het arrondissement Gent-Eeklo, 1830-1914), mémoire inédit de licence en Histoire, KUL, 2t., 1983-1984.

Enfin, sur l’armée en tant que force du maintien de d’ordre, on peut se référer à Luc Keunings, "L’armée et le maintien de l’ordre au xixème siècle. L’affaire Capiaumont (1857)", dans Revue belge d’histoire militaire, 30-7, 1994, p. 493-540, ainsi qu’à deux mémoires de licence inédits : G. Flameng, Het leger in ordehandhaving in Belgïe, KUL, 1982 et Frank Segers, Het leger in de ordehandhaving in Belgïe 1886-1902, KUL, 1984.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540