Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des polices si tranquilles

 | 
Luc Keunings

Identification des principaux personnages cités dans le texte et les documents

Texte intégral

1ANDRIEUX Louis (1840-1931) : avocat, ancien procureur de la République et député du Rhône, préfet de police de Paris de 1879 à 1881. Homme d'action, proche de ses commissaires, il déclara un jour qu'« en matière de police, la bataille est de tous les jours ».

2ANSEELE Edouard (1856-1938) : homme politique socialiste. Fondateur à Gand de la boulangerie coopérative Vooruit, il créa le journal du même nom. Conseiller communal puis échevin de sa ville (1889-1917), député de Liège (1894-1900) puis de Gand (1900-1936), il fut ministre des Chemins de fer, de la Marine et des P.T.T. entre 1925 et 1927.

3ANSPACH Jules (1829-1879) : homme politique libéral. Docteur en droit de l'U.L.B. (1851), il devint avocat puis entama une carrière politique en tant que conseiller, échevin puis bourgmestre de la ville de Bruxelles, fonction qu'il occupa de 1863 à sa mort. Libéral, préoccupé par la misère ouvrière, il fut cependant à l'origine des travaux du voûtement de la Senne qui lui valurent de lourdes critiques de la part des progressistes de son propre parti. En qualité de mayeur ou de député, il combattit pour l'enseignement laïque et la défense de ses droits de premier magistrat de la capitale.

4BARA Jules (1835-1900) : homme politique libéral. Représentant de Tournai (1862- 1894) puis sénateur provincial du Hainaut (1894-1900), cet avocat fut ministre de la Justice dans les deux Cabinets Frère-Orban (1864-1870 et 1878-1884). Libéral doctrinaire, il défendit la laïcité et s'opposa à la peine de mort.

5BEERNAERT Auguste (1829-1912) : homme politique catholique, avocat, ministre des Travaux publics (1873-1878), député (1874-1912), ministre de l'Agriculture, de l'Industrie et des Travaux publics (1884), il fut ensuite chef du Cabinet en qualité de ministre des Finances (1884-1894). À la fin de sa vie, son combat pour le désarmement lui valut le prix Nobel de la Paix en 1909.

6BERTILLON Alphonse (1853-1914) : fils d'un anthropologue, ce modeste commis de bureau à la préfecture de police de Paris inventa en 1882 l'anthropométrie en transposant la mensuration des crânes à celle de certaines parties du corps.

7BERTRAND Louis (1856-1943) : homme politique socialiste. Ancien ouvrier marbrier, il participa à la fondation de la Maison du Peuple de Bruxelles (1882) et à celle du Parti Ouvrier Belge en 1885. Directeur du journal Le Peuple (1900-1907), il fut député (1894-1926), conseiller communal et échevin de Schaerbeek. Ce militant qui se doublait d'un écrivain prolifique représentait la frange modérée du parti ouvrier.

8BONNOT Jules (1876-1912) : anarchiste illégaliste français. Fils d'un ouvrier fondeur, il devint très vite chômeur à cause de ses opinions. Révolté, il prit la tête, vers 1910, des « bandits tragiques » qui, à l'aide d'automobiles, perpétrèrent plusieurs casses et coups de mains avec mort d'hommes en Belgique et en France. Il fallut un long siège, une centaine de soldats et policiers, l'intervention d'un régiment de zouaves, une mitrailleuse et des explosifs pour en avoir raison, en avril 1912.

9BOURGEOIS François (1839-1911) : commissaire en chef de la police de Bruxelles (1892-1911). Ancien militaire recommandé par le bourgmestre Anspach, responsable de la division judiciaire (1872-1880) où il s'illustra par quelques arrestations spectaculaires, il contribua à la modernisation de la police de la capitale au début du xxe siècle.

10BULS Charles (1837-1914) : orfèvre et homme politique libéral. Franc-maçon, très intéressé par les questions d'éducation, il fonda avec d'autres frères la Ligue de l'Enseignement (1864) dont il fut le président (1880-1883, 1905-1914). Conseiller communal (1877), échevin de l'Instruction publique (1879) et bourgmestre (1881-1899) de Bruxelles, député (1882-1884 et 1886-1894), il plaida pour l'élargissement du vote, l'enseignement obligatoire et laïque, l'égalité devant le service militaire, et il contribua à la protection et à la rénovation du patrimoine culturel de la capitale.

11CALCHAS Martial (?-1913) : ancien inspecteur de la Sûreté de Paris, considéré comme un des meilleurs limiers du Quai des Orfèvres, il créa en 1910 avec son collègue Debisschop une « agence mondiale privée de recherches, enquêtes et renseignements » en collaboration avec le plus célèbre détective américain de l'époque, William John Burns. Siégeant à Paris, cette agence disposait de succursales à New York, Londres et Bruxelles. Il fut présenté par le New-York Times comme le « prototype du héros de fiction ».

12CAPIAUMONT Alexis Adolphe (1798-1879) : officier, blessé lors des journées de septembre en tant que lieutenant de l'armée des Pays-Bas, il se distingua dans la campagne des Dix jours et devint une personnalité reconnue du milieu militaire belge. Catholique fervent, il était proche du parti conservateur et méprisait les libéraux qu'il présentait comme des anarchistes férus de désordre. Il termina sa carrière au grade de lieutenant-général.

13CARNOT Sadi (1837-1894) : homme politique français qui succéda à Jules Grévy à la présidence de la République en 1887 et fut assassiné en 1894 par l'anarchiste Caserio.

14CHAZAL Pierre (1808-1892) : militaire et homme politique libéral. Fils d'un conventionnel proscrit et réfugié en Belgique, il s'engagea dès 1830 contre les Hollandais. Après avoir commandé la province de Liège (1832-1837), il devint lieutenant-général (1847) puis ministre de la Guerre (1847-1850 et 1859-1866). Il commanda, lors de la guerre franco-allemande de 1870, l'armée d'observation.

15COURTOIS Alexandre. (1848-…) : ex-sous-officier de l'armée, il fut commissaire-adjoint de la police de Bruxelles de 1877 à 1895. En 1897, la Cour d'assises du Brabant le condamna pour le meurtre d'une vieille rentière à Ixelles alors qu'il s'était reconverti en détective privé. Ce procès, qui fit scandale, révéla au grand public les pratiques brutales et douteuses de cet officier.

16DAENS Adolphe (1839-1907) : prêtre et homme politique. Ancien jésuite, ordonné prêtre, il participa à la fondation du Christene Volkspartij (1893) et il devint député d'Alost en 1894 puis en 1902-1906 malgré son opposition à la droite catholique.

17D'ANETHAN Jules Joseph (1803-1888) : homme politique catholique. Avocat puis magistrat, il fut ministre de la Justice (1843), député (1844-1849), sénateur (1849- 1885), ministre de l'Intérieur, de la Justice, de la Guerre. Il était en 1870-1871 chef de cabinet et ministre des Affaires étrangères.

18DAUFRESNE DE LA CHEVALERIE Auguste (1818-1881) : militaire. Officier des cuirassiers, puis major du 2e régiment des lanciers (1868-1873).

19DE BAVAY Charles Victor (1801-1875) : magistrat et historien catholique. Docteur en droit de l'Université de Liège, il fut promu, par le gouvernement provisoire, substitut du procureur général de la cour supérieure de Justice de Bruxelles (1830). Avocat à la cour d'appel de Gand (1834), puis à celle de Bruxelles, il exerça ensuite les fonctions de procureur général à la cour d'appel de Bruxelles (1844-1870). C'est à ce titre qu'il marqua l'histoire judiciaire de notre pays. Son nom fut étroitement lié à la répression de l'orangisme et des mouvements républicains et socialistes. Chargé de la plupart des procès politiques qui suivirent l'indépendance et la révolution de 1848, il témoigna de ses tendances conservatrices très affirmées.

20DEBISSCHOP William : Ancien inspecteur du Quai des Orfèvres, il créa avec Calchas une agence mondiale de détectives qui, dès 1912, avait une succursale au boulevard Anspach à Bruxelles.

21DE BROUCKÈRE Charles (1796-1860) : militaire et homme politique libéral. Sous-officier de l'armée des Pays-Bas, il démissionna (1819) pour entrer dans l'administration provinciale du Limbourg dont son père était gouverneur. En tant que député, il défendit la liberté de la presse. Après la révolution, il devint ministre de la Guerre puis bourgmestre de Bruxelles de 1848 à sa mort. Il était professeur d'économie à l'U.L.B. et directeur de la Banque de Belgique.

22DE BROQUEVILLE Charles, comte (1860-1940) : homme politique catholique. Représentant (1892-1919) puis sénateur (1919-1936), il occupa de nombreuses charges ministérielles. Il forma tous les cabinets de 1911 à 1918 en qualité de ministre des Chemins de fer et des P.T.T. (1910-1912), et de la Guerre (1912-1919).

23DE BURLET Jules (1844-1897) : homme politique catholique. Juriste, conseiller communal puis bourgmestre de Nivelles, député (1884-1888 et 1892-1894), il fut ministre de l'Intérieur (1891-1894), chef du Cabinet et ministre de l'Intérieur (1894- 1895) puis chef du Cabinet et ministre des Affaires étrangères (1895-1896).

24DE DIETRICHSTEIN Moritz, comte (1801-1852) : diplomate autrichien. Un des plus réactionnaires parmi les plénipotentiaires impériaux, il fut envoyé à Bruxelles, par Metternich, comme chargé d'affaires (1833-1837). Il termina sa carrière en qualité d'ambassadeur à Londres.

25DEFUISSEAUX Alfred (1843-1901) : juriste, franc-maçon, républicain très attaché au suffrage universel, il fut exclu du P.O.B. pour son radicalisme et fonda le parti socialiste républicain (1887-1889) qui avait à son programme la séparation de l'Eglise et de l'État et l'instruction laïque obligatoire.

26DELCOURT Félix (1863-1914) : ancien militaire, il entra dans la police de Tournai et en devint commissaire en 1907 ; il fut vice-président de la Fédération générale des commissaires et officiers de police du royaume, rédacteur en chef du Défenseur de l'Ordre (1901), auteur de L'Encyclopédie des Fonctions de police, rédacteur en chef de la Revue belge de la police administrative de la police judiciaire, à la mort de Van Mighem (1897).

27DEMAN d'ATTENRODE Jean (1801-1879) : juriste, représentant catholique de Saint Nicolas (1833) puis de Louvain (1836-1863), conseiller provincial du Brabant (1836-1837) et bourgmestre d'Hoeilaert (1854-1878).

28DE MOT Emile (1835-1909) : juriste et homme politique libéral. Avocat et bâtonnier de l'ordre, il fut conseiller, échevin du Contentieux puis bourgmestre de Bruxelles (1899-1909) député (1892-1894) et sénateur (1900-1909). Il occupa un très haut grade dans la franc-maçonnerie.

29D'ESPINOIS Georges (1796-1863) : officier. Cavalier des armées de Napoléon, hussard attaché à la Hollande, il rejoignit les rangs belges en octobre 1830 pour y poursuivre sa carrière de militaire. Colonel des cuirassiers depuis 1846, il fut désigné par le roi comme commandant de la gendarmerie en 1852. Il quitta ce poste deux ans plus tard, après avoir été promu général à la tête de la province du Brabant.

30DE STEENHAULT de WAERBEEK Adhémar (1840-1906) : homme politique catholique. Agronome, conseiller communal et bourgmestre de Vollezele (1887), conseiller provincial du Brabant (1880-1894), sénateur de l'arrondissement de Bruxelles (1894-1905).

31DESTRÉE Jules (1863-1936) : homme politique socialiste. Docteur en droit, représentant de Charleroi (1894-1936), ministre des Sciences et des Arts (1919- 1921), considéré comme un des fondateurs du mouvement wallon.

32DE WOELMONT Ferdinand (1815-1875) : homme politique catholique. Sénateur représentant Namur de 1859 jusqu'à sa mort.

33DUCPÉTIAUX Antoine Edouard (1804-1868) : fonctionnaire et criminaliste. Docteur en droit de l'université de Gand (1827), il devint journaliste et s'opposa au régime hollandais, ce qui lui valut des poursuites judiciaires. Dans les années 1830, il participa à la campagne contre les Nassau. Abandonnant ensuite le libéralisme pour rejoindre les rangs des catholiques, il contribua à rassembler ces derniers en prenant part en 1863 à l'organisation de leur Congrès. Conseiller communal à Bruxelles, il fut une des chevilles ouvrières de la réorganisation de la police en 1847. Mais il se consacra avant tout à ses fonctions d'inspecteur général des prisons qu'il occupa de 1830 à 1861. Partisan d'une réforme radicale, il parvint en moins de vingt ans à remanier complètement le système pénitentiaire, qui devait selon lui non seulement punir mais surtout amender moralement le condamné. Ainsi s'efforça-t-il de remplacer l'emprisonnement en commun par celui en cellule, et s'attacha à spécialiser les prisons en fonction de l'âge, du sexe et des antécédents des prévenus. Son action en matière de bienfaisance ne fut pas moins importante : philanthrope convaincu, il organisa des écoles de réforme pour jeunes vagabonds (loi de 1848) et créa des colonies agricoles. Plusieurs de ces idées devançaient son époque : il préconisait la libération et la condamnation conditionnelles, émit la théorie de l'individualisation de la peine, et fut le seul Belge avant 1886 à croire en la nécessité d'un ministère du Travail. Sa préoccupation majeure était le relèvement moral et matériel des classes laborieuses.

34DUGNIOLLE de MEVIUS Alexandre (1790-1879) : homme politique catholique. Secrétaire général du ministère de l'Intérieur (1834-1840). Député d'Ath (1831-1834).

35FLEURY-DURAY Joseph (1801-1874) : officier. Après avoir servi dans l'armée hollandaise, il devint architecte à Bruxelles et participa à l'organisation de la garde bourgeoise en août 1830. Entre 1831 et 1835, il exerca plusieurs commandements dans la garde civique en qualité de chef de l'état-major général, puis il entra dans l'armée en qualité de lieutenant-colonel. Général-major en 1847, il se distingua lors des combats de Risquons-Tout en 1848.

36Il termina sa carrière en 1866 comme lieutenant-général et aide-de-camp du roi.

37FOUCHÉ Joseph (1759-1820) : duc d'Otrante, quatre fois ministre de la police générale du Directoire à la Restauration, il fut à l'origine de la police d'État napoléonienne dont l'organisation et l'efficacité des méthodes servirent par la suite de modèles aux services politiques européens.

38FRANÇOIS Emmanuel (1784-1839) : administrateur de la Sûreté de 1831 à 1839. Avocat à Virton, membre du Congrès National pour le district de Neufchâteau.

39GAUTIER de RASSE Georges (1834-…) : avocat, juge à Arlon puis procureur du roi à Tournai, administrateur de la Sûreté publique de 1879 à 1889 ; libéral. Il fut contraint de quitter ce poste après le scandale provoqué par le procès du Grand Complot.

40GILLARD Victor (1878-1944). Officier de gendarmerie spécialisé dans le maintien de l'ordre, rédacteur en chef du journal Le Gendarme.

41GISQUET Henri (1792-1866) : préfet de police de Paris de 1831 à 1836. « Sentinelle avancée du pouvoir » sous la Monarchie de Juillet, cruellement caricaturé par Daumier, il s'employa à déjouer les complots et à renforcer la police judiciaire en créant notamment la brigade des garnis et un système de fichiers répertoriant les criminels. Très répressif, il fut la hantise des colporteurs et des opposants politiques.

42GORON Marie-François (1847-1933) : chef de la Sûreté parisienne de 1887 à 1894, il fonda en 1896 un cabinet de détectives privés qui connut une renommée européenne.

43HODY Alexis, baron (1807-1880) : magistrat et fonctionnaire catholique. Docteur en droit de l'université de Louvain (1829), il exerça les fonctions de procureur du roi à Bruxelles de 1836 à 1839 et de 1852 à 1870. Appelé à la tête de l'administration de la Sûreté entre 1839 et 1852, il tenta d'organiser et moderniser les services secrets. Les prisons entrant dans ses attributions en 1840, il se révéla, avec Ducpétiaux et Quetelet, un partisan résolu du système cellulaire. Son nom fut pendant plus de quarante ans associé à la répression des mouvements politiques 'subversifs'.

44HUBERT Emile (1851-1924) : homme politique socialiste. Ouvrier typographe dans la région de Huy, il s'occupa très tôt du mouvement syndical. À Bruxelles, il devint le secrétaire de l'Association des typographes. Conseiller communal de Bruxelles (1898-1924), il prit part à toutes les discussions où les intérêts des ouvriers étaient en jeu. Grand propagandiste, il milita souvent en province.

45HUGO Victor (1802-1885) : écrivain et homme politique français. Après avoir siégé dans les assemblées de la IIe république (1848-1851), il s'opposa à Napoléon III. Exilé, il vécut à Jersey, Guernesey et à Bruxelles où il écrivit des pamphlets acides contre « Napoléon le Petit ».

46JANSON Paul (1840-1913) : homme politique libéral progressiste. Après des études de droit, il devint avocat puis représenta Bruxelles à la Chambre. Fervent républicain, pacifiste et anticlérical, il milita pour l'instruction publique obligatoire et l'égalité politique.

47JANSSENS Henri (1866-1911) : ex-officier de l'armée, il entra dans la police de Bruxelles en 1896 où il fut rapidement promu officier, puis responsable de la brigade judiciaire peu avant la guerre.

48KATS Jacques (1804-1886) : ouvrier-tisserand, directeur d'école, marchand de tabac, cet Anversois fut le précurseur du mouvement ouvrier belge. Il se consacra dans les années 1830 à la propagande socialiste par la parole et la presse. Il devint par après directeur du premier théâtre flamand de la capitale.

49LEBEAU Joseph (1794-1865) : homme politique libéral. Député au parlement, il fut chef de cabinet et ministre de la Justice entre 1832 et 1834, et chef de cabinet et ministre des Affaires étrangères entre 1840 et 1841. Il joua un rôle important durant la première décennie de l'Indépendance.

50LE JEUNE Jules. (1828-1911) : homme politique catholique. Juriste, professeur à l'U.L.B., avocat, il fut ministre de la Justice (1887-1894) et à ce titre, attacha son nom à diverses réformes pénales, notamment une loi permettant les libérations conditionnelles et une autre réprimant le vagabondage et la mendicité.

51LEMAIRE Henri (1835- ?) : militaire. Capitaine des lanciers (1867-1871) puis du 2e régiment des guides (1874-1879). Frère d'Octave.

52LEMAIRE Octave (1830-1916) : militaire. Après une carrière d'officier de cavalerie aux régiments des cuirassiers et des lanciers, il fut appelé à la tête de la gendarmerie de 1887 à 1893.

53LENAERS Emile (1833- ?) : commissaire de police à Mouscron, il entra dans la police de Bruxelles en qualité d'adjoint en 1863. Promu commissaire (1867), il fut nommé commissaire en chef en 1872. C'est sous son impulsion que furent créés la division judiciaire, la brigade des mœurs, et un service spécial de surveillance politique. Sa carrière fut écourtée par le scandale de la traite des Blanches qui le contraignit à quitter l'Association libérale de Bruxelles et provoqua sa révocation de la police en 1881.

54LORAND Georges (1860-1918) : avocat, publiciste et homme politique libéral progressiste. Docteur en droit de l'U.L.B., député de Virton (1894-1900) et de Neufchâteau (1900-1918), rédacteur en chef du journal La Réforme, il fut un des fondateurs de l'Association de la presse belge et vice président de la Fédération nationale des sociétés rationalistes belges.

55MALOU (Jules) (1810-1886) : homme politique catholique. Député depuis 1841, il fut gouverneur de la province d'Anvers à partir de 1844, puis ministre des Finances (1845-1847). Après vingt ans de retrait des catholiques dans l'opposition, il devint ministre des Finances et chef de cabinet entre 1871 et 1878. En 1884, il forma un gouvernement qui renversa la loi scolaire libérale de 1879.

56MARX Karl (1818-1883) : économiste, philosophe, homme politique allemand. Auteur du Manifeste du parti communiste et du Capital, il fut le théoricien d'une pensée - le matérialisme historique- dont s'inspireront les plus grandes révolutions du xxe siècle.

57MONVILLE Joseph (1812-1891) : militaire. Officier de cavalerie, il devint capitaine (1856) puis major (1866) de la 1e division territoriale où il participa à la répression des grèves dans le bassin de Charleroi.

58PICARD Edmond (1836-1924) : avocat et polygraphe. Libéral passé au socialisme à la fondation du P.O.B. (1885), il défendit les grandes causes sociopolitiques : le suffrage universel, l'égalité militaire, le droit de grève. Avocat sorti de l'U.L.B., il collabora au Peuple, créa Les Pandectes belges et le Journal des Tribunaux. En 1894, il fut désigné comme sénateur socialiste. Il fonda aussi L'Art moderne, prônant un art engagé et d'inspiration nationale.

59PLAISANT Isidore (1796-1836) : magistrat. Après avoir participé, en qualité d'aide-de- camp du chef de la garde civique, aux journées d'août et de septembre 1830, il fut désigné comme administrateur de la Sûreté publique d'octobre 1830 au 28 mars 1831. Il poursuivit ensuite sa carrière dans la magistrature : avocat général (1832) puis procureur général (1834) à la Cour de cassation. Professeur de droit public à l'U.L.B., ce libéral fut le fondateur de la Pasinomie.

60PONTUS Charles (1829-1907) : militaire. Catholique, il fut ministre de la Guerre de 1884 à 1893 puis devint inspecteur général des gardes civiques du royaume, fonction qu'il assuma jusqu'à sa mort.

61POTVIN Charles (1818-1902) : polygraphe. Juriste sorti de l'Université de Louvain, ce libéral progressiste et franc-maçon laissa une littérature abondante témoignant, sur le plan politique, de son esprit démocrate, pacifiste et porté sur les intérêts des mouvements ouvriers et flamands.

62PRINS Adolphe (1845-1919) : sociologue et criminaliste libéral. Docteur en droit de l'U.L.B., avocat, il occupa entre 1883 et 1917 le poste d'inspecteur général des prisons. A l'U.L.B., Prins enseigna le droit pénal et le droit naturel. Il donna également cours aux officiers de la police de Bruxelles. Criminaliste renommé, il pensait que le droit pénal pouvait trouver d'utiles enseignements dans l'étude de la sociologie. A l'encontre de l'école classique qui jugeait l'infraction comme la manifestation d'une volonté isolée, et la peine la seule arme contre la faute, il considérait le criminel comme le produit du milieu social. Initiateur de la doctrine de la défense sociale, il inspirera trois grandes réformes législatives : la libération et la condamnation conditionnelles (1888), le traitement du vagabondage (1891), la protection de l'enfance (1912).

63RAVACHOL François (1859-1892). Anarchiste français. Ouvrier teinturier. Auteur de nombreux attentats à Paris, et dans le centre de la France, il fut condamné à mort et exécuté.

64SCHOLLAERT François (1851-1917) : homme politique catholique. Docteur en droit, député à la Chambre (1888-1917), ministre de l'Intérieur et de l'Instruction publique (1895-1899), il dirigea trois Cabinets de 1908 à 1911 en occupant également les fauteuils de l'Intérieur (1908), de l'Intérieur et de l'Agriculture (1908- 1910) et des Sciences et des Arts (1910-1911).

65Il fit adopter le service militaire personnel obligatoire. Son projet de bon scolaire favorisant l'enseignement catholique entraîna une opposition violente et provoqua la chute de son gouvernement.

66SELLIERS DE MORANVILLE Antonin (1852-1945) : officier. Attaché aux cabinets des ministres de la Guerre Pontus (1884-1886) et Brassine (1893-1896), il fut un des rares officiers supérieurs de conviction catholique et il défendit avec vigueur les gouvernements qui se succédèrent à partir de 1884. Entre 1904 et 1914, il dirigea la gendarmerie qu'il transforma en profondeur en augmentant ses moyens et en renforçant la discipline.

67TIELEMANS Jean François (1799-1888) : homme politique et magistrat. Docteur en droit de Liège, ami du républicain Louis De Potter, il fut condamné à sept ans de bannissement peu avant les journées de Septembre. Rentré à Bruxelles, il fut successivement désigné membre de la Commission de la Constitution, chef du comité de l'Intérieur et ministre de l'Intérieur dans le premier cabinet du Régent (février 1831). Gouverneur de la province d'Anvers puis de Liège (1832), ce libéral républicain devint conseiller à la cour d'appel de Bruxelles (1834) et participa à la fondation de l'Université Libre de Bruxelles. Il fut également député à la Chambre (1847-1848), conseiller communal de Bruxelles (1855-1877) et membre de l'Académie royale de Belgique (1878).

68VANDENPEEREBOOM Jules (1843-1917) : homme politique catholique. Docteur en droit, conseiller communal à Courtrai, député (1878-1900) puis sénateur (1904- 1917), il fut ministre des Chemins de fer, des Postes, Télégraphes et Téléphones de 1884 à 1899 et occupa le fauteuil de la Guerre (1896-1899). En 1899, il devint chef d'un gouvernement qui chuta sur un projet de réforme du mode de scrutin après des manifestations houleuses à Bruxelles.

69VANDER SMISSEN Alfred Louis (1823-1895) : officier. Fils d'un général condamné au début de l'Indépendance pour complot orangiste, ce soldat courageux mais très sanguin eut une carrière militaire jalonnée de hauts faits d'armes et d'actes d'indiscipline. Après avoir participé aux opérations de l'armée française en Kabylie (1851), il devint commandant de la légion belge au Mexique (1864-1867). Rentré en Belgique, il s'éleva régulièrement dans la hiérarchie et fut appelé, en qualité de lieutenant-général, à réprimer les grèves dans le Hainaut en mars 1886. Il rétablit l'ordre par des mesures extrêmement dures et illégales, mais il ne fut pas désavoué par le gouvernement. Chaud partisan du service personnel à l'armée, il se suicida, désespéré de voir l'âge altérer ses capacités physiques.

70VAN MIGHEM Utimar (1833-1897) : commissaire de police à Nivelles puis à Tilleur, commissaire-adjoint de la division judiciaire à Bruxelles (1872-1874), commissaire de police à Tournai. Franc-maçon, rédacteur en chef et fondateur de la Revue belge de la police administrative et judiciaire, membre fondateur de la Fédération des commissaires et officiers de police judiciaire du royaume, il fut l'auteur de nombreux opuscules de pratique professionnelle concernant la police.

71VAN WESEMAEL Ernest : ex-militaire, entré dans la police gantoise en 1877, il en fut le commissaire en chef de 1888 jusqu'à la veille de la guerre. Il s'évertua à moderniser la police gantoise et eut l'idée originale de créer la première brigade canine du pays.

72VERDUSSEN Edouard : magistrat. Procureur général à Bruxelles (1876-1884).

73VERHEYEN Napoléon-Joseph (1807-1869) : magistrat et fonctionnaire. Docteur en droit de l'université de Gand, procureur du roi à Anvers (1836-1842) puis à Bruxelles (1842-1852), administrateur de la Sûreté et des prisons (1852-1869).

74VERSTRAETE Georges (1839-1910) : officier supérieur de l'armée. Commandant de la 1e circonscription (Anvers-Brabant) de la garde civique et chef de la milice citoyenne de Bruxelles (1898-1907), avant d'être nommé inspecteur général des gardes civiques du royaume (1907-1910).

75VIDOCQ François (1775-1857) : bagnard évadé, il offrit ses services à la police napoléonienne en créant une brigade de malfrats qui devint la principale force de police criminelle dans le Paris de la Restauration. Cet individu dont s'inspira Balzac pour le personnage de Vautrin fut même mis officiellement à la tête de la Sûreté générale en 1832 avant qu'il ne monte un bureau de renseignements privés. Il incarne encore aujourd'hui le père fondateur des détectives privés français.

76VOLDERS Jean (1855-1896) : militant socialiste. Employé de banque, né dans les Marolles à Bruxelles, il devint journaliste après avoir été congédié de sa banque à cause de ses activités militantes. Il fut un des fondateurs du P.O.B. et le premier rédacteur en chef du Peuple. Il devint ensuite l'administrateur de la coopérative de la Maison du Peuple de Bruxelles.

77WILLEMAERS Hector (1835-1907) : magistrat. Procureur du Roi (1879-1899) puis procureur général (1899-1907) à Bruxelles.

78WILMET Constantin : ex-sous-officier dans l'armée et le service des pompiers de Bruxelles, il entra dans la police de Bruxelles en 1868. Il dirigea pendant dix ans la surveillance des étrangers (1872-1882), avant de devenir commissaire divisionnaire.

79WOESTE Charles (1837-1922) : homme politique catholique. Avocat, il fut une des figures emblématiques du conservatisme belge du xixe siècle. Représentant d'Alost à la Chambre (1874-1922), il lutta pendant toute sa carrière contre le suffrage universel et l'intervention de l'État sur le plan social.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable