Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des polices si tranquilles

 | 
Luc Keunings

Conclusions. La dynamique des forces de l’ordre à la fin du xixe siècle

Texte intégral

1Que retenir, en somme, de l’évolution des forces de l’ordre et du système policier belge qui vient d’être esquissée à grands traits ?

  • 1 Axel Tixhon, "Police and Social Control in the Belgian Country Areas (1840-1885)", dans Maria Ågre (...)

2Une constatation s’impose d’emblée : l’appareil policier n’est pas resté immuable et, contrairement à la première moitié du xixe siècle, l’État central s’y est investi en engageant un triple processus, marqué par la centralisation progressive de la politique du maintien de l’ordre, l’émergence des forces professionnelles au détriment de l’armée et des forces politiques (la garde civique), et le renforcement des moyens spécifiquement policiers (la police et la gendarmerie). Au début du siècle suivant, ces deux dernières composantes du système policier ont bel et bien la mainmise sur le champ pénal et s’arrogent une place essentielle au sein d’un contrôle social qui se transforme, s’étend et se durcit. Remplaçant progressivement à partir des années 1850 les autres acteurs judiciaires - les bourgmestres et les gardes champêtres -, les gendarmes et les commissaires de police des régions industrielles ou des communes suburbaines des grandes agglomérations ne sont en général pas issus des entités qu’ils inspectent. La séparation entre les surveillants et les surveillés s’accentue, ce qui correspond aux aspirations du pouvoir qui entend qu’un bon policier ait des relations minimales avec la population1.

3Les tableaux ci-dessous mettent clairement ces considérations en relief.

  • 2 Données récoltées dans la Statistique générale de la Belgique, Exposés de la situation du Royaume (...)

Tableau 11 : Rapport polices /population/superficie (effectifs réels)2

Tableau 11 : Rapport polices /population/superficie (effectifs réels)2

P. : policiers
Gend. : gendarmes
Gcf. : gardes champêtre et gardes forestiers
Fo : forces de l’ordre
Fo/hab. : ratio agent des forces de l’ordre/habitants
Fo/ha : ratio agent des forces de l’ordre/hectares
Tableau 12 : Part des polices dans l’approvisionnement des parquets au niveau national et dans les grands arrondissements judiciaires

% : pourcentage par rapport au total des PV au niveau national ou de l’arrondissement.
PV : dénonciations, plaintes et procès-verbaux transmis aux parquets

  • 3 S’il ne s’agit ici nullement de réduire les forces de l’ordre à de simples instruments dociles ou (...)

4À l’analyse, ce sont avant tout les troubles sociopolitiques - grèves, manifestations – liés à la révolution industrielle qui rythment cette évolution et donnent l’impulsion à ce mouvement centralisateur et étatisant. A l’instar de certaines de leurs homologues européennes, nos polices apparaissent plus comme un des moyens de l’État moderne de discipliner les couches de population qu’elles ne servent à combattre la criminalité ou à assurer la sécurité des biens et des personnes dans un pays aux bas salaires et aux longues journées de travail3.

  • 4 Annales parlementaires. Chambre. Session 1882-1883.
  • 5 Le Peuple, 5 juin 1912.

5En 1883, le ministre de la Justice, le libéral Jules Bara, présentait au parlement le commissaire de police comme « un fonctionnaire s’appliquant à donner de bons conseils à la classe ouvrière et parvenant à la ramener au respect de l’ordre »4. Vingt ans plus tard, Goron, un ancien chef de la Sûreté parisienne, qui nous enviait les registres de population, soulignera combien nos policiers étaient plus des 'hommes d’ordre' que des 'hommes de justice'. Une formule confirmée à sa façon par le quotidien du Parti Ouvrier Belge, pour qui l’esprit populaire associait dorénavant le « flic » et le « pandore » au curé pour former « la trilogie sainte de notre pauvre Belgique »5

  • 6 Un remarquable travail, abordant l’ensemble de la problématique des polices urbaines et rurales, a (...)

6Malgré cette dynamique, il convient cependant de noter que le système en tant que tel ne subit pas de révolution copernicienne, ni de réformes radicales et spectaculaires. L’organisation policière ne change pas de nature et en dépit de l’influence accrue du pouvoir central, elle reste plurielle. Même si le roi s’inquiète de la situation à Bruxelles, le bourgmestre demeure en priorité le principal responsable de l’ordre public ; bien que proposée avec régularité depuis 1870, la création de brigades mobiles et nationales, spécialisées dans le maintien de l’ordre et la police judiciaire, n’est pas retenue, et il est encore moins question de renforcer ou d’augmenter les moyens coercitifs de la Sûreté, qui demeure un organe modeste de surveillance attaché à l’État. Que ce soit au niveau du pouvoir central ou des communes, les décisions relatives aux forces de l’ordre restent lentes, limitées et on ne relève, de la part de la classe politique, aucun réel projet d’ensemble sur l’appareil policier6.

7Ce sont des enjeux à la fois idéologiques, financiers et politiques qui expliquent cet état de choses. Au plan idéologique, il paraît à cette époque toujours impossible d’écorner fondamentalement l’autonomie communale, pilier de nos institutions libérales, et dont se réclament tous les partis dans un pays en voie de démocratisation.

  • 7 Jean-Marc Erbes et al., Polices d’Europe, Paris, 1993, p. 23.

8Des raisons économiques entrent également en ligne de compte. « Lorsqu’on observe le développement historique des polices occidentales au xixe et xxe siècles », souligne Jean Claude Monet, « un des phénomènes les plus manifestes et en même temps les plus curieux, c’est la lenteur, l’incohérence, les réticences mêmes que l’on enregistre au niveau des décisions politiques qui président à son développement, et la pingrerie extrême avec laquelle l’Etat traite les agents qui sont supposés constituer le noyau des fonctions régaliennes »7.

9Cette dernière remarque vaut aussi pour la Belgique. En matière budgétaire en effet, les administrations belges, malgré les efforts des grandes villes, continuent globalement à mener une politique de moindre coût. Comme l’a montré avec pertinence la sociologue Pascale Delfosse, l’État central a pour « impératif catégorique » de répondre aux intérêts économiques dominants (le développement industriel, les communications, les travaux publics). Et il n’en va pas autrement des communes. La sécurité reste un thème secondaire et n’est pas encore un enjeu électoral de poids. Le caractère exceptionnel du subside accordé au début du siècle à la police de Bruxelles comme le maintien d’une garde civique peu disciplinée mais dont la charge financière est légère, sont symptomatiques de cette volonté de ne consacrer qu’un budget modéré aux forces de l’ordre.

  • 8 Van Mighem, Etude…, p. 234-245 et Luc Keunings, "Gares entre ordre et désordre. Les incidents d’av (...)

10À cet égard, l’état de la police des chemins de fer offre un exemple tout aussi édifiant. En 1891, le gouvernement semble renforcer considérablement ce secteur organisé depuis 1838. Il décide de conférer des pouvoirs de police aux fonctionnaires qualifiés de gardes voyers (1.528 hommes) et d’inspecteurs (1.060 hommes), ces derniers ayant la qualité d’officier de police judiciaire. En apparence, écrit un policier, « c’est un service très complet, beaucoup mieux organisé que celui de la police communale, rurale et forestière ». En réalité, il fonctionne mal. Les agents de l’État sont avant tout des ingénieurs, des commis ou des chefs de bureaux qui n’accordent qu’un temps très limité à leur tâche policière. En outre, les relations sont très tendues entre les officiers des gares, susceptibles et jaloux de leurs prérogatives, et les policiers communaux, imprégnés d’un complexe de supériorité vis-à-vis de ces « simples employés de bureau déguisés en flics ». D’aucuns invoquent d’ailleurs ces tensions pour expliquer les problèmes de maintien de l’ordre qui surgissent ça et là dans les stations, mais aussi et surtout la liberté dont semblent profiter les escarpes pour, s’il faut en croire la presse de l’époque, réduire en coupe réglée les gares des grandes agglomérations8.

Tableau 13 : Part du maintien de l’ordre (en %) dans les budgets de l’État et de la Ville de Bruxelles (dépenses ordinaires)

Tableau 13 : Part du maintien de l’ordre (en %) dans les budgets de l’État et de la Ville de Bruxelles (dépenses ordinaires)

C0. : budget des communications, chemins de fer, postes, télégraphes, marine
I.P. : budget de l’instruction publique
Pomp. : pompiers et forces auxiliaires (gardes du parc, etc.)

11La logique 'répressive' de l’État est également conditionnée par des mobiles politiques qui n’autorisent aucun changement en profondeur. De puissants intérêts électoraux rendent en effet inévitable la conservation de la milice citoyenne laquelle, pour l’État catholique, peut faire obstacle au service militaire personnel malgré la pression de Léopold II, des militaires et des gauches, qui y voient un gage de paix sociale ou de justice. Des considérations politiques équivalentes impliquent aussi le maintien des gardes champêtres dans les campagnes, dont la plupart sont davantage des créatures attachées aux bourgmestres et aux grands propriétaires que des agents au service de la collectivité.

12A l’évidence, les conflits de pouvoir sont au cœur du dispositif policier belge. Les ministres de la Guerre avec la gendarmerie, les maïeurs avec leur police, défendent farouchement leurs prérogatives et freinent certaines velléités de changement.

13À la fin du xixe siècle, la Belgique ne se transforme donc pas en un État policier ou en un État ‘surpolicé’. Malgré ses dysfonctionnements de plus en plus apparents, le pays ne fait qu’aménager son système policier par des réformes ou des compromis ‘à la belge’ qui, du reste, se révèlent 'efficaces' pour 'l’essentiel' : lors des grandes commotions sociopolitiques (1886, 1893, 1902), les forces de l’ordre ne manquent pas à l’appel et participent activement à la conservation des privilèges et à la défense des institutions libérales et bourgeoises.

14Cela n’exclut cependant pas le souci des autorités d’amender la qualité des forces de l’ordre. En témoignent l’amélioration relative des conditions de vie des gendarmes et des policiers, le recrutement plus ciblé des officiers de la garde civique, la volonté de renforcer les entraînements de la milice citoyenne ou encore le souci de professionnaliser les polices dans les grandes villes.

  • 9 Malgré les traits dominants déjà soulignés, les polices communales demeurent contrastées à la fin (...)
  • 10 Voir les documents 67, 68 et 71.

15Mais en dépit de ces avancées qualitatives, l’appareil policier, dont la réalité est éclatée et hétéroclite9, prête le flanc, au parlement, dans l’opinion publique et en son sein même10 à des critiques récurrentes auxquelles les autorités ne sont pas insensibles et qui soulèvent essentiellement quatre questions :

  • 11 Voir les documents 87 à 98 et 130 à 145.
  • 12 L’asymétrie entre le nombre très élevé de blessés graves parmi les civils, dont les archives polic (...)
  • 13 Alors que dans le Borinage par exemple, la présence des socialistes dans les conseils communaux co (...)

161. L’intransigeance, voire le durcissement du maintien de l’ordre11. Même si, globalement, la volonté des responsables tend à affiner les techniques en la matière en optant pour la dissuasion, en codifiant quelque peu les pratiques, en assurant une meilleure coordination et en évitant tout choc frontal avec l’armée, la répression reste dure, disproportionnée, sanglante et n’est pas étrangère à l’escalade de certaines violences collectives12. Autant que l’inadaptation de l’équipement (notamment l’usage des armes à feu), la faiblesse des moyens, le manque de sang-froid et l’état d’esprit agressif des forces de l’ordre, en particulier de la gendarmerie, c’est la conception même de l’ordre public qui y participe, en baissant le seuil de tolérance vis-à-vis des désordres ‘incontrôlés’ et en grossissant les menaces ‘inhérentes’ notamment aux meneurs du P.O.B., assimilés, du moins par les autorités centrales et catholiques, à d’irréductibles révolutionnaires jusqu’au début du xxe siècle13.

  • 14 Ces chiffres ne concernent que les opérations de maintien ou de rétablissement de l’ordre lors des (...)

Tableau 14 : La violence d’État dans le maintien de l’ordre14

Tableau 14 : La violence d’État dans le maintien de l’ordre14
  • 15 Lire l’approche historique de C. Janssen et J. Vervaele, Le ministère public et la politique de cl (...)

172. L’impossibilité pour les polices professionnelles de répondre de façon optimale à l’inflation des tâches administratives et judiciaires qui leur incombent. Même si leurs effectifs s’accroissent de manière significative, elles restent surchargées par l’ampleur et la diversification accélérées de leurs missions, ce qui contribue, au cours du xixe siècle, à une croissance spectaculaire des abandons de poursuites qui affecte sensiblement le moral des forces de l’ordre.15

  • 16 Les chiffres relatifs aux arrondissements représentent les moyennes annuelles pour les périodes in (...)

Tableau 15 : Evolution de l’activité des parquets sur le plan national et dans les grands arrondissements judiciaires16

Tableau 15 : Evolution de l’activité des parquets sur le plan national et dans les grands arrondissements judiciaires16

Affaires transmises aux parquets : total des dénonciations, plaintes, procès-verbaux transmis aux parquets
I.C. : indice de croissance

  • 17 Voir les documents 104 et 105.
  • 18 E. De Le Court, "La police judiciaire près les parquets", dans La police judiciaire près les parqu (...)
  • 19 Documents parlementaires, Chambre (1896-1897), n°7, (1907-1908), nos 27 et 81.
  • 20 Ces textes permettaient aux officiers du parquet d’exercer des missions de police des étrangers et (...)
  • 21 Voir les documents 103, 106, 126.

183. L’absence de police criminelle spécifique17. Dans un dispositif orienté vers le maintien de l’ordre et le contrôle social, le volet judiciaire de l’activité policière connaît des difficultés d’adaptation de plus en plus aiguës. Certes, comme l’écrit Axel Tixhon, l’augmentation spectaculaire des procès-verbaux transmis au parquet peut traduire un accroissement constant du rendement policier en la matière et, par extension, une amélioration quantitative et qualitative du personnel policier. Toutefois, le défaut d’unité de la police judiciaire, en particulier dans les grandes agglomérations, et la maigreur des effectifs réellement affectés aux enquêtes laissent aussi penser qu’en la matière, la Belgique n’est pas en avance sur son époque. En fait, les policiers ont pour tâche prioritaire de s’occuper du maintien de l’ordre quotidien, et n’ont guère le temps de se livrer à la chasse aux criminels. Pour remédier à une situation qui la contraint à requérir systématiquement les officiers de Bruxelles au risque d’en désarticuler la police, la magistrature réclame la création d’un service national directement rattaché au parquet qui réglerait la question des frontières administratives, résoudrait les rivalités entre polices et serait plus efficace qu’une maréchaussée par trop militarisée18. Mais les projets déposés timidement par le gouvernement (1896, 1907, 1912)19 ne recueillent pas les suffrages d’une opposition qui y entrevoit le spectre d’une police politique d’État, dangereuse pour nos libertés, et des conflits potentiels avec des policiers locaux, favorables quant à eux à des brigades intercommunales subsidiées par le ministère20. Affligée par un certain archaïsme, la police judiciaire belge accuse ainsi un retard notoire, entre autres en matière scientifique.21 Bien qu’un casier judiciaire national soit prévu dès 1889, il faut attendre 1908 pour que s’organise un premier et modeste service de dactyloscopie, technique adoptée depuis un certain temps par les polices anglaises, françaises ou allemandes. En l’espèce, un changement de mentalité ne s’ébauche qu’à la veille de la Grande Guerre, lorsque la fédération des officiers de police accepte l’idée de polices judiciaires cantonales dirigées par les parquets.

  • 22 Dont certains firent une brillante carrière internationale après la guerre, comme Florent Louwage, (...)
  • 23 Ce policier célèbre se proposa dans les années 1830 de fonder une société privée de recherches à B (...)
  • 24 Idem.

19À la Belle Époque, et en dépit des hauts faits d’arme de fins limiers issus des grands centres urbains22, les policiers belges traînent encore une réputation de gardes ville bonhommes mais malhabiles et poussifs. Comme tétanisés par le syndrome des carabiniers d’Offenbach, ils s’accommodent d’ailleurs fort mal de l’engouement grandissant pour les feuilletons et autres romans policiers dont le génie investigateur des Rouletabille en goguette tranche singulièrement avec leur image peu charismatique auprès d’un public friand d’aventures. Et l’installation à grands coups de publicité des agences de détectives privés n’arrangera pas leurs affaires. Aux alentours de 1900, à Bruxelles, Liège ou Anvers, la police officielle est confrontée à la concurrence, certes relative mais qui ne flatte guère leur ego, de ces anciens enquêteurs de services belges ou étrangers qui suivent les traces de Vidocq23 et dont certains, comme Calchas et Debisschop, deux ex-inspecteurs du quai des Orfèvres, entretiennent un réseau international de correspondants et disposent d’automobiles rapides, alors que les judiciaires belges se déplacent en tramways, au mieux en train, à un moment où les brigades du Tigre, motorisées, récoltent déjà de beaux succès et où les chauffeurs de la bande à Bonnot sèment l’effroi dans l’Hexagone.24

  • 25 Voir les documents 68, 119 et 123.
  • 26 Cette fonction gagne en stabilité à la fin du xixe siècle, où il n’était plus rare de voir des off (...)
  • 27 Jean-Marc Berlière, "La professionnalisation de la police en France : un phénomène nouveau au débu (...)
  • 28 Keunings, "Les bras armés de Thémis" ; Brose, Histoire…
  • 29 Voir le document 146.
  • 30 Sous la IIIe République, les lois militaires réservaient plus de 80 % des places dans les polices (...)
  • 31 En Belgique, les premières femmes ne purent entrer dans ce « métier d’hommes » qu’après 1945, soit (...)

204. L’hétérogénéité et la médiocrité de la formation et du recrutement des polices professionnelles25. Si, au début du siècle en particulier, un effort est entrepris à cet égard, il est quasi l’exclusivité des grandes villes et d’une gendarmerie qui a l’avantage de bénéficier d’un « dépôt » national où toutefois l’on enseigne surtout l’équitation, l’instruction militaire, le respect de la hiérarchie, les techniques de défense (comme l’escrime) et les tactiques de maintien de l’ordre. Dans les polices de Bruxelles, Anvers ou Gand, la qualité des officiers s’améliore26 ; s’inspirant des modèles parisien, londonien ou berlinois, ces fonctionnaires fidèles et autoritaires s’échangent désormais leurs savoirs et contribuent par là à conférer au métier de policier un contour spécifique. Aussi la formation devient-elle une préoccupation en tant que telle ; des cours pratiques sont prévus, mais ils n’ont pas l’envergure des écoles parisienne (1883) ou romaine (1902) qui dispensent des brevets exigeants27. En Belgique, la plupart des hommes de terrain estiment toujours que « les affaires de police » doivent s’apprendre sur le tas et ne pas s’embarrasser de l’’intellectualisme encombrant’ que pourraient contenir des cours de droit ou de psychologie28. On est très loin à cet égard de la Hollande où des commissaires sont choisis parmi des juristes. Quant au recrutement, il constitue une question toujours délicate en raison de la faiblesse du statut du policier ou du gendarme, et du peu de considération du public à leur endroit29. En 1914, le salaire d’un agent subalterne équivaut encore à celui d’un concierge ou, au mieux, d’un employé municipal de deuxième classe. Les examens pour agents restent très simples et même s’ils ne se résument plus à des « concours de binettes », c’est l’allure ou la prestance physique qui continue à prédominer. Pour compenser la médiocrité de ce recrutement, les polices sont soumises à une militarisation bien dans l’air du temps, censée contribuer à un processus de ‘civilisation des mœurs policières’ qui ne fait pas l’unanimité. Bien que le monde des polices ne forme pas un bloc monolithique, l’esprit militaire imprègne les forces de l’ordre en cette fin du xixe siècle30, avec des effets durables sur une culture professionnelle en gestation, marquée par le corporatisme, les valeurs de virilité31, de soumission et de prestige qui ne riment pas nécessairement avec la tolérance, le sens de l’initiative et l’ouverture au public.

  • 32 Il va de soi que ces chiffres n’indiquent pas la totalité des outrages et rébellions réprimés par (...)

21À l’évidence, comme en témoigne le tableau ci-contre, mentionnant, pour les principaux tribunaux correctionnels, la moyenne annuelle du nombre de prévenus d’outrages et de rébellions contre la force publique, la Belgique ne semble pas se distinguer par son respect immodéré pour ses gardiens de l’ordre auxquels le ‘petit peuple’ mais aussi le bourgeois de Bruxelles assènent régulièrement des qualificatifs signifiants sur le plan anthropologique, comme « zat » (ivre), « loorik » (fainéant) ou encore « prosper verboel ».32.

22Il ne fait aucun doute aussi que l’augmentation spectaculaire de ce type de délits procède de la présence accrue des forces de l’ordre dans la vie urbaine et de la multiplicité des réglementations touchant les classes populaires.

Tableau 16 : Outrages et rébellions contre les agents de la force publique devant les principaux tribunaux correctionnels

Tableau 16 : Outrages et rébellions contre les agents de la force publique devant les principaux tribunaux correctionnels

I.C. : indice de croissance

23D’une manière générale, la dynamique policière belge est ainsi animée par des tendances majeures qui s’affirmeront après le chaos de la Première Guerre mondiale.

  • 33 Rappelons qu’en 1920, la garde civique disparut tandis que plusieurs réformes conçues avant la gue (...)

24À la veille de 1914, il s’agit bien d’un appareil policier en voie de centralisation, de militarisation et de professionnalisation dont la Belgique dispose désormais, où l’armée apparaît en retrait en tant qu’organe répressif, et où la garde civique s’efface définitivement au profit de la gendarmerie et de polices finalement plus ‘si tranquilles’ qui, face à la modernité, suscitent des débats s’articulant autour de questions fondamentales encore d’actualité un siècle plus tard : la violence institutionnelle, le contrôle externe et interne des forces publiques, la nécessité d’un organe judiciaire national et spécialisé, la surcharge administrative, la coordination des polices…33

Chasseur volontaire de la garde civique de Bruxelles en 1830

Agent de police de Bruxelles en 1880, par James Thiriar

Policier bruxellois à cheval en 1914, par James Thiriar

Charge de cavalerie contre les grévistes de la verrerie Monseu à Roux, en 1886

Grève sanglante de Comblain-au-Pont en 1894

Caricature de la garde civique, fin du xixe siècle

Procession encadrée par la gendarmerie au xixe siècle

L’attentat contre le prince de Galles, à Bruxelles en 1881

Léonard Pourbaix, agent provocat eur au service de la Sûreté (Le Peuple, 26 juin 1889 )

Funérailles de deux gendarmes tués lors d’un cambriolage à Meise en 1913

Notes

1 Axel Tixhon, "Police and Social Control in the Belgian Country Areas (1840-1885)", dans Maria Ågren, Asa Karlsson et Xavier Rousseaux, Guises of Power. Integration of society and legitimisation of power in Sweden and the Southern Low Countries ca 1500-1900, Uppsala, 2001, p. 151-177.

2 Données récoltées dans la Statistique générale de la Belgique, Exposés de la situation du Royaume et dans les Recensements généraux pour les années indiquées. Ce tableau rectifie, pour 1856, celui publié dans Keunings, Majerus et Rousseaux, "L’évolution de l’appareil policier…", p. 297. On notera la situation privilégiée du Brabant, notamment par rapport au Hainaut, région endurant pourtant une criminalité et une délinquance plus élevées.

3 S’il ne s’agit ici nullement de réduire les forces de l’ordre à de simples instruments dociles ou des « bras armés » au service ou inféodés au pouvoir, je pense que, dans cette société profondément inégalitaire qu’était la société belge du xixe siècle, le concept de ‘police de classe’ reste opérant et traduit bien une certaine réalité sociale.

4 Annales parlementaires. Chambre. Session 1882-1883.

5 Le Peuple, 5 juin 1912.

6 Un remarquable travail, abordant l’ensemble de la problématique des polices urbaines et rurales, avait pourtant été rédigé fin des années 1880 par le commissaire de police de Tournai Utimar Van Mighem. Publié en 1893, ce livre relevait avec pertinence les atouts et faiblesses des différents organes policiers et prônait notamment l’uniformisation de l’organisation, du recrutement et des traitements sous le contrôle de l’État. Véritable code de déontologie, il prodiguait aussi des conseils judicieux sur l’attitude légale, égalitaire et sereine à tenir par les forces de l’ordre, qui conservent encore aujourd’hui toute leur actualité. (Van Mighem, Etude…).

7 Jean-Marc Erbes et al., Polices d’Europe, Paris, 1993, p. 23.

8 Van Mighem, Etude…, p. 234-245 et Luc Keunings, "Gares entre ordre et désordre. Les incidents d’avril 1902 à Bruxelles", dans Les Cahiers de la Fonderie, n°24, octobre 1998, p. 23-29.

9 Malgré les traits dominants déjà soulignés, les polices communales demeurent contrastées à la fin du xixe siècle. Des comparaisons éclairantes pourraient être faites entre la police débordée de Charleroi et celle très organisée de Gand, ou encore entre la police sèche et rigide de Bruxelles et la police populaire de Molenbeek (Keunings, "La police de Molenbeek…"

10 Voir les documents 67, 68 et 71.

11 Voir les documents 87 à 98 et 130 à 145.

12 L’asymétrie entre le nombre très élevé de blessés graves parmi les civils, dont les archives policières n’indiquent quasi jamais les traces, et celui assez réduit des forces de l’ordre lors des troubles de rue, est éloquente à cet égard. Voir, par exemple, la prochaine publication de Luc Keunings, Le maintien de l’ordre à Bruxelles (1830-1914), à paraître aux A.V.B.

13 Alors que dans le Borinage par exemple, la présence des socialistes dans les conseils communaux constitua « un facteur d’ordre relatif déterminant » lors de la grève générale d’avril 1902 (Puissant, L’initiative , p. 605).

14 Ces chiffres ne concernent que les opérations de maintien ou de rétablissement de l’ordre lors des troubles sociopolitiques (grèves, manifestations, etc.). Ils recensent les civils tués en ces circonstances et ont été obtenus grâce au dépouillement systématique des archives policières, judiciaires et de la presse de l’époque. Les sources fiables signalent trois tués du côté des forces de l’ordre entre 1830 et 1914. Le bilan de la période 1871-1914 est lourd, même si l’on considère la fréquence croissante et le nombre très élevé de manifestations qui se déroulèrent sans déchaîner de violences physiques à cette époque. La France qui connut de nombreuses secousses (2.000 tués en 1848, au moins 18.000 en 1871) n’enregistre, après la Commune, ‘que’ 37 tués, dont 3 agents de l’ordre (Georges Carrot, Le maintien de l’ordre en France depuis la fin de l’ancien régime jusqu’à 1968, II, 1830-1968, Toulouse, s.d., p. 865). On retiendra aussi le prix payé par les Hainuyers dans les luttes sociales, ce qui peut jeter un éclairage sur leur sympathie pour le moins contenue à l’égard des gendarmes de ce temps.

15 Lire l’approche historique de C. Janssen et J. Vervaele, Le ministère public et la politique de classement sans suite, Bruxelles, 1990, p. 65-176.

16 Les chiffres relatifs aux arrondissements représentent les moyennes annuelles pour les périodes indiquées.

17 Voir les documents 104 et 105.

18 E. De Le Court, "La police judiciaire près les parquets", dans La police judiciaire près les parquets (1919-1969), ouvrage jubilaire, Nivelles, 1970, p. 12 et suivantes.

19 Documents parlementaires, Chambre (1896-1897), n°7, (1907-1908), nos 27 et 81.

20 Ces textes permettaient aux officiers du parquet d’exercer des missions de police des étrangers et de maintien de l’ordre, et les habilitaient à accéder à tous les documents recueillis par les agents de police communaux dans le cadre de leurs fonctions administratives (Keunings, "L’initiative publique...", p. 506-507 et Keunings, "L’évolution…", p. 24).

21 Voir les documents 103, 106, 126.

22 Dont certains firent une brillante carrière internationale après la guerre, comme Florent Louwage, officier de police adjoint à Bruxelles, qui fut promu ensuite inspecteur général de la Sûreté puis membre d’Interpol.

23 Ce policier célèbre se proposa dans les années 1830 de fonder une société privée de recherches à Bruxelles (voir Keunings, "Veilleurs…").

24 Idem.

25 Voir les documents 68, 119 et 123.

26 Cette fonction gagne en stabilité à la fin du xixe siècle, où il n’était plus rare de voir des officiers accomplir une carrière longue de plus de trente ans.

27 Jean-Marc Berlière, "La professionnalisation de la police en France : un phénomène nouveau au début du xxème siècle", dans Déviance et Société, vol. 11, 1987, n°1, p. 67-104.

28 Keunings, "Les bras armés de Thémis" ; Brose, Histoire…

29 Voir le document 146.

30 Sous la IIIe République, les lois militaires réservaient plus de 80 % des places dans les polices d’État et à Paris à d’anciens soldats, ce qui marqua durablement « un corps policier caractérisé, de façon caricaturale, par des traits physiques, des comportements, un vocabulaire, des mentalités issues du monde militaire » dont « tout le monde se plaignit » (Berlière, Le monde…, p. 71).

31 En Belgique, les premières femmes ne purent entrer dans ce « métier d’hommes » qu’après 1945, soit bien plus tard que dans d’autres pays, dans la section jeunesse de la police communale d’Anvers (Marc Bloyaert (prom), Les femmes dans la police, s.l., 1990, p. 41-52). En 1910 pourtant, le royaume comptait déjà près de trente veilleuses de nuit et gardiennes particulières de bois et de chasse. Sur les dangers de la femme, et le rôle éventuel que certains policiers ‘éclairés’ imaginaient de lui faire remplir au sein des forces de l’ordre, voir les ‘savoureux’ documents 76 et 79.

32 Il va de soi que ces chiffres n’indiquent pas la totalité des outrages et rébellions réprimés par la Justice. Un important processus de contraventionnalisation s’est produit à cet égard au cours du xixe siècle (Keunings, "Du garde ville…", p. 22). Des recherches récentes ont aussi montré que l’accroissement de ces délits pouvait aussi être lié à une baisse du seuil de tolérance vis-à-vis de ce type de violence (voir Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, Constructions et transformations des sensibilités à la violence à la fin du xixème siècle, et Axel Tixhon, "La poursuite et la répression de la "violence" en Belgique (1830-1900) Le discours de la statistique criminelle", dans Kurgan-Van Hentenryk, Un pays si tranquille…, p. 41-60, et p. 61-86).

33 Rappelons qu’en 1920, la garde civique disparut tandis que plusieurs réformes conçues avant la guerre furent réalisées après 1918, comme la police judiciaire des parquets (1919) et l’école de criminologie (1921).

Table des illustrations

Titre Tableau 11 : Rapport polices /population/superficie (effectifs réels)2
Légende P. : policiersGend. : gendarmesGcf. : gardes champêtre et gardes forestiersFo : forces de l’ordreFo/hab. : ratio agent des forces de l’ordre/habitantsFo/ha : ratio agent des forces de l’ordre/hectaresTableau 12 : Part des polices dans l’approvisionnement des parquets au niveau national et dans les grands arrondissements judiciaires
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende % : pourcentage par rapport au total des PV au niveau national ou de l’arrondissement.PV : dénonciations, plaintes et procès-verbaux transmis aux parquets
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Tableau 13 : Part du maintien de l’ordre (en %) dans les budgets de l’État et de la Ville de Bruxelles (dépenses ordinaires)
Légende C0. : budget des communications, chemins de fer, postes, télégraphes, marineI.P. : budget de l’instruction publiquePomp. : pompiers et forces auxiliaires (gardes du parc, etc.)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableau 14 : La violence d’État dans le maintien de l’ordre14
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Tableau 15 : Evolution de l’activité des parquets sur le plan national et dans les grands arrondissements judiciaires16
Légende Affaires transmises aux parquets : total des dénonciations, plaintes, procès-verbaux transmis aux parquetsI.C. : indice de croissance
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Tableau 16 : Outrages et rébellions contre les agents de la force publique devant les principaux tribunaux correctionnels
Légende I.C. : indice de croissance
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Chasseur volontaire de la garde civique de Bruxelles en 1830
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Agent de police de Bruxelles en 1880, par James Thiriar
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Policier bruxellois à cheval en 1914, par James Thiriar
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Charge de cavalerie contre les grévistes de la verrerie Monseu à Roux, en 1886
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Grève sanglante de Comblain-au-Pont en 1894
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Légende Caricature de la garde civique, fin du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Procession encadrée par la gendarmerie au xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende L’attentat contre le prince de Galles, à Bruxelles en 1881
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Légende Léonard Pourbaix, agent provocat eur au service de la Sûreté (Le Peuple, 26 juin 1889 )
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Funérailles de deux gendarmes tués lors d’un cambriolage à Meise en 1913
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1622/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540