Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des polices si tranquilles

 | 
Luc Keunings

1870-1914. Le renforcement et la militarisation d’un appareil policier controversé, focalisé sur le maintien de l’ordre, la surveillance des populations industrielles et le contrôle des nouvelles classes dangereuses

Texte intégral

  • 1 Daniel PECTOR, Etienne Fourier et Jean Puissant, 1886 - La révolte des damnés de la terre, Charler (...)
  • 2 Pour les cléricaux, en particulier ultramontains, il convenait de mener une véritable croisade met (...)
  • 3 Deneckere, Sire…, t. II, p. 612-832.
  • 4 Lire notamment l’analyse, sous cet angle, de la première grève générale, en 1893 à Bruxelles, dans (...)

1A partir des années 1870, la situation change. Le royaume commence en effet à subir de profondes mutations et, pour reprendre une expression de l’époque, « l’état moral » de la société se détériore. Sur le plan économique, la conjoncture se dégrade subitement et la dépression s’installe, provoquant un malaise social profond qui atteint son paroxysme lors des violentes jacqueries de 18861. En parallèle, les conflits sociopolitiques s’exacerbent. Les querelles éthico-religieuses entre catholiques et libéraux se radicalisent avec la guerre scolaire (1879-1884). D’une intensité sans précédent, celles-ci se traduisent par des rixes entre écoliers, des agressions de prêtres, de fréquents troubles électoraux et des démonstrations de masse houleuses déclenchées par la « politique de grande voirie », dont les quelques victimes impressionnent beaucoup plus les élites que les morts bien plus nombreux des agitations ouvrières2. L’influence de l’Internationale, la montée du mouvement ouvrier et les premiers succès du socialisme viennent se greffer sur cette effervescence politique. Le rude combat pour le suffrage universel est engagé, canalisé par le Parti Ouvrier Belge (1885) qui utilise la pression de la rue et l’arme suprême, la grève générale (1893, 1902, 1913)3. Dans un contexte troublé, voire électrique, certaines manifestations dégénèrent en affrontements physiques très intenses, reflétant bien la dureté de ce temps et mettant en lumière les interactions et le rapport dialectique entre les violences politiques, sociales et institutionnelles4.

  • 5 Axel Tixhon, "La statistique de la peur : les enquêtes sur la criminalité e n Belgique (1830-1914) (...)

2L’entrée à la Chambre des députés socialistes (1894) et l’institutionnalisation progressive de leur parti dans la société belge n’apaisent pas la peur du rouge et des foules, solidement ancrée dans l’imaginaire de nos gouvernants. De plus, et malgré l’embellie économique qui se profile à partir de 1895, un sentiment d’insécurité se répand, renforcé par l’extension présumée d’une prétendue « armée du crime » surdimensionnée par les multiples débats au parlement, les discours des milieux judiciaires et de la presse, ou l’interprétation des statistiques5.

  • 6 Exposé de la situation du royaume (1851-1860) et (1876-1900).

Tableau 3 : Évolution du nombre de condamnés par les tribunaux6

Tableau 3 : Évolution du nombre de condamnés par les tribunaux6

3Dans un pays carrefour en matière de banditisme international, les perfectionnements de la « science criminelle » affectent d’abord la bourgeoisie des villes, où les effets de l’industrialisation se font de plus en plus sentir et où règne peu ou prou la crainte du cambrioleur, du récidiviste et de l’anarchiste. A la fin du siècle, ces peurs s’étendent aussi aux campagnes en proie à l’afflux des populations flottantes, des bandes de maraudeurs ou des vagabonds professionnels. En même temps, les chiffres relatifs à l’impunité des criminels flambent littéralement et ne cessent d’alerter l’opinion publique.

  • 7 Keunings, "Du garde ville à l’agent de police. Les débuts de la professionnalisation de la police (...)

Tableau 4 : Affaires jugées par les tribunaux. Proportion de crimes (cr.) et délits (d.) impunis7

Tableau 4 : Affaires jugées par les tribunaux. Proportion de crimes (cr.) et délits (d.) impunis7
  • 8 Expression du radical Georges Lorand, plusieurs fois énoncée dans son journal La Réforme, à la fin (...)
  • 9 Des poursuites pénales protégeaient désormais explicitement les agents de police en cas de délit d (...)
  • 10 Françoise Tulkens (éd.), Généalogie de la défense sociale en Belgique (1880-1914), Bruxelles, 1988 (...)

4C’est dans cette atmosphère que l’État belge réagit de manière à la fois préventive et sécuritaire pour protéger les institutions et les « honnêtes gens ». Dans le champ pénal, les bouleversements sont spectaculaires. Une « législation de la peur »8 se met en place. Tout en atténuant la sévérité des peines prévues dans le Code pénal napoléonien (1810), le Code de 1867 crée de nouveaux illégalismes, témoigne de la baisse du seuil de tolérance vis-à-vis de la violence et de la volonté d’assurer un contrôle plus systématique sur les comportements humains9. La « défense sociale », théorisée par le juriste de l’Université Libre de Bruxelles, Adolphe Prins, et mise en pratique après 1886 par le ministre de la Justice Jules Le Jeune, implique une double stratégie de prévention/répression dans le plus pur style paternaliste en mettant à la fois l’accent sur la protection sociale des « faibles » (l’enfant malheureux, le bon ouvrier productif) et la répression accrue des « mauvais sujets »10. Stigmatisés pour leur dangerosité potentielle, ces derniers traînent dans leur sillage toutes les angoisses de la société belge de l’époque et constituent autant de figures aux antipodes des valeurs morales dominantes : le vagabond, dont la mobilité et le nomadisme inquiètent, l’alcoolique, qui gaspille les revenus du travail, ou encore le meneur, en particulier étranger, prêchant la révolution et l’insoumission.

5Face à ces menaces, une série de lois et de mesures administratives resserre le contrôle sur ces nouvelles cibles et en criminalise les comportements. L’ivresse publique (1887) et le vagabondage (1891) sont désormais sévèrement punis, tandis qu’on entend réprimer les provocations « non suivies d’effet » (1887) et que sont aggravées les pénalités prévues par l’article 310 du Code pénal contre les atteintes à la liberté du travail (1892).

6De son côté, la politique de la Sûreté à l’égard des immigrés se fait de plus en plus sévère, en particulier vis-à-vis des indigents et des réfugiés politiques remuants. Après 1870 et 1886, les expulsions se multiplient à l’encontre des « indésirables » pour l’économie du pays, et des « séditieux » dont la moindre participation politique active et publique doit entraîner un renvoi immédiat.

7Le mot d’ordre est clair :

  • 11 Lettre de la Sûreté à la gendarmerie, 1887 (A.G.R., Police des étrangers, d.g. n°223). Sur la poli (...)

« La liberté accordée aux citoyens d’exercer leur opinion en toute matière ne peut autoriser les étrangers à venir s’immiscer dans nos affaires intérieures pour exciter nos populations industrielles à la grève et à la révolte »11.

8Dans un pays où la misère continue à sévir, l’appareil répressif étend ainsi ses tentacules et apparaît de plus en plus comme le « bras armés » de l’État combattant une barbarie susceptible de briser les progrès de la civilisation.

  • 12 Ce qui, selon cet auteur, aurait déterminé, en matière de police judiciaire, le passage dans la se (...)

9A la fin du xixe siècle, écrit Axel Tixhon, il ne suffit plus à la police de surveiller les propriétés ou les populations industrielles, mais bien de « protéger la société contre le Mal ».12

  • 13 Voir, notamment, le document 66.
  • 14 Édouard Vandersmissen, Léopold II et Beernaert d’après leur correspondance inédite, de 1884 à 1894(...)
  • 15 Voir le document 127.
  • 16 Deneckere, Sire…, t. I., p. 290-305 ; Van Kalken, Commotions…, p. 53-63 et Philippe John Van Tigge (...)
  • 17 Lire Deneckere, Sire…, t. I, p. 335-370 et Luc Keunings, "Le maintien de l’ordre en 1884. Les mani (...)

10Rien d’étonnant donc à ce que la problématique des forces de l’ordre interpelle avec une certaine acuité les autorités belges13, lesquelles abandonnent leur relative inertie en la matière. L’efficacité et la fiabilité des polices retiennent désormais l’attention du pouvoir central et d’un souverain qui s’estime moralement responsable de l’ordre dans son royaume, juge que « la politique de grande voirie est un danger intérieur et extérieur qu’il est nécessaire d’écarter » et surtout a la conviction que « le manque de vigilance est le danger mortel de la Belgique »14. À deux reprises en effet, des gouvernements catholiques reculent devant la colère des contestataires « gueux », facilitée selon eux par la « duplicité » des autorités libérales des villes et de leurs forces favorites, la police et la garde civique15. En 1871, les émeutes qui font suite au scandale financier Langrand-Dumonceau emportent le ministère d’Anethan16 ; treize ans plus tard, de très violents désordres bourgeois provoqués par une loi scolaire partisane précipitent la chute d’un cabinet d’« athlètes cléricaux », celui de Woeste et Malou17.

  • 18 G. Van Schoenbeek, "Leger en socialisme voor de Eerste Wereldoorlog", dans Belgisch Tijdschrift vo (...)
  • 19 Jean Puissant, "L’initiative des communes belges. Les bourgmestres et le maintien de l’ordre en Wa (...)
  • 20 Sur les moyens utilisés pour « sauver l’État libéral » et combattre le socialisme, lire la synthès (...)

11Les forces communales ne sont du reste pas les seules à faire problème. Tirant les leçons de la « bourrasque » de 1886, les élites s’interrogent sur la loyauté des prolétaires formant notre armée, travaillés de surcroît par la propagande socialiste18. Enfin, la percée des ‘rouges’ dans de nombreuses communes wallonnes à la fin du siècle ne laisse d’inquiéter quant à leur influence sur les forces de l’ordre19. Pour mieux l’endiguer, les gouvernements catholiques, au pouvoir pendant trente ans (1884-1914) et résolus à mener la guerre contre l’hydre socialiste20, appliquent une politique interventionniste qui débouche sur une évolution en triptyque : le regain de la surveillance politique, la centralisation progressive du maintien de l’ordre et le renforcement des polices professionnelles (la gendarmerie et la police), qui se substituent peu à peu à une garde civique neutralisée et militarisée ainsi qu’à une armée demeurant toutefois omniprésente en tant qu’instrument dissuasif.

12Après l’épreuve de 1886, une conception du maintien de l’ordre plus prévoyante, intimidante et sévère s’affirme ainsi, tandis que des premiers projets sur une police judiciaire nationale sont déposés régulièrement, mais en vain, sur les bureaux du parlement pour remédier à une organisation obsolète qui ne satisfait plus aux exigences d’une société beaucoup plus mobile et complexe.

1. L’activité fébrile des polices secrètes marquées par les scandales

  • 21 Voir le document 44. Il faudrait cependant nuancer ce constat et distinguer quelque peu l’attitude (...)
  • 22 Keunings, "Les grandes étapes...", p. 18-30.

13Confrontés aux communards, aux socialistes et aux anarchistes, perçus au même titre comme un danger international, la Sûreté, les parquets, les polices des grandes villes et la gendarmerie vont s’enquérir des pérégrinations souterraines de ceux que les autorités centrales surtout assimileront longtemps, sans grande distinction ou nuance, à de sinistres buveurs de sang ou de vulgaires terroristes21. L’organisation et les méthodes de la police secrète connaissent un certain développement à partir des années 1870. Cette époque sera marquée par un regain d’activité de la Sûreté et des parquets, la confection de nouveaux fichiers et l’utilisation systématique d’indicateurs ; elle se signalera aussi par les initiatives des polices urbaines qui créent des sections spécialisées et, à la fin du siècle, par l’accroissement du rôle de la maréchaussée et l’intensification de la collaboration internationale. Cependant, dans un pays libéral où toute surveillance politique paraît illégitime, le déploiement de ces polices secrètes, malgré tout restreint au regard d’autres pays voisins, subira de nombreux aléas et manquera pour le moins de coordination22.

  • 23 Ibidem, p. 20-23. Voir le document 117.

14Si la Sûreté ne bénéficie, pour l’ensemble de la période, que d’un seul crédit extraordinaire voté en août 1870 pendant la guerre franco-allemande, cette somme lui permet malgré tout d’engager des mouchards professionnels dont certains s’infiltrent dans les milieux de gauche non seulement pour y glaner des informations mais pour y jeter aussi la démoralisation ou la confusion et user même de manoeuvres provocatrices. Avec un résultat inégal pour le pouvoir, comme le démontre un scandale inédit en Belgique, qui éclabousse nos institutions jusqu’aux plus hautes instances de l’État. Le procès du Grand Complot (1889), intenté contre le parti socialiste républicain dissident d’Alfred Defuisseaux, donnera de notre police secrète une image se rapprochant bien plus d’un instrument d’attaque et de combat que de celle d’un simple outil d’observation. Il révèle en effet, avec fracas, que les principaux instigateurs de cette ‘conspiration’ sont des auxiliaires de la Sûreté, dont un certain Laloi (!) qui fournissait la dynamite et un nommé Pourbaix qui prêchait la révolte dans la région du Centre et était connu du chef de cabinet Beernaert en personne23.

  • 24 Lire l’analyse de Gautier après 1886 dans le document 45.
  • 25 Un service qui ne se composait plus que de six espions en 1889 (voir le document 46)

15Aux assises, l’administrateur de la Sûreté, le libéral Gautier, le reconnaîtra luimême : la division du parti ouvrier en deux clans opposés était une « excellente chose » pour l’ordre sociopolitique dominant !24 A l’issue des débats en justice, tous les accusés sont relaxés, tandis que socialistes et progressistes réclament avec vigueur la suppression de cette Sûreté « fondée sur le mystère et l’intrigue » et que les catholiques exigent la tête de son responsable, coupable à leurs yeux « d’avoir tendu un piège au cabinet ». In fine, le gouvernement, en position délicate, ne supprime pas cette administration mais remplace Gautier, diminue sensiblement ses crédits et l’ampute de son service d’agents secrets25.

  • 26 Les gestes de ce que les anarchistes appelaient « la propagande par le fait » eurent un retentisse (...)
  • 27 Keunings, "Les grandes étapes…", p. 26-29.

16Il n’empêche que le nouveau chef de la Sûreté, rabaissé au rang de simple directeur général, exercera encore par la suite des pouvoirs discrétionnaires assez vastes pour arrêter, emprisonner ou expulser des étrangers dont la présence « compromet » l’ordre public. A la fin du siècle, son budget retrouve d’ailleurs son niveau initial, après la déferlante anarchiste à Paris et l’attentat contre le président Sadi Carnot en 189426. Il réussit ainsi à tisser des relations étroites et suivies avec la préfecture de police de Paris, la Special Branch de Londres et l’Okhrana du tsar. Et c’est encore lui qui représente la Belgique en 1898 à Rome où l’on prône l’organisation d’une ‘Internationale des polices’ contre les anarchistes, parmi lesquels se mêlent doux idéalistes, vrais « dynamitards » et faux-monnayeurs27.

  • 28 Voir les documents 44 et 47.
  • 29 Luc Keunings, "L’initiative des communes en Belgique...", dans L’initiative des communes..., t. II (...)
  • 30 Voir sur cette affaire Colette Huberty et Luc Keunings, "La prostitution à Bruxelles au xixème siè (...)
  • 31 A cet égard, la collaboration entre la police de Bruxelles et les agents du pouvoir central contin (...)

17Toutefois, la Sûreté n’est pas la seule à s’intéresser aux « subversifs ». De leur côté, les parquets s’échinent, au gré des perquisitions et des procès politiques, à alimenter leurs dossiers et, pour ce faire, sollicitent les polices locales28 qui, dans les grands centres, font preuve d’une vigilance plus soutenue dès l’annonce de la Commune (1871)29. À Liège, le commissaire Mignon met sur pied une section spéciale pour mieux surveiller les meneurs alors qu’à Bruxelles, son collègue Lenaers parvient, par le biais d’une brigade des passeports et d’une division judiciaire très entreprenantes, à étoffer un véritable dépôt d’archives concernant aussi bien les militants « socialeux » que les personnalités bourgeoises. Dans les villes, les agents spéciaux en civil multiplient ainsi les filatures et les rapports confidentiels. Mais là aussi, l’efficacité de la police est altérée par le scandale et le discrédit. En 1881, Lenaers est révoqué après une retentissante affaire de traite de Blanches entre Londres et Bruxelles qui révèle que cet officier non seulement fournissait en spiritueux divers les maisons closes qu’il était censé inspecter, mais qu’il disposait à son domicile de plus de 2 000 dossiers détaillés sur le Tout Bruxelles de l’époque30. Ensuite, les langues se délient : le responsable du bureau des étrangers, l’inspecteur Wilmet, affirme sans ambages que « si les autorités cessaient de payer des indicateurs, les sociétés révolutionnaires disparaîtraient d’elles-mêmes ». Échaudé, le bourgmestre Buls entend alors « extirper de sa police l’espionnage politique », renvoie les mouchards et interdit même pendant un temps à ses agents de surveiller les meetings socialistes, mais ces décisions seront vite modifiées durant l’agitation pour le suffrage universel31.

  • 32 Voir les documents 48 et 75. Quelques policiers belges tomberont sous les coups des anarchistes ou (...)

18D’une manière générale cependant, l’entrée des socialistes au parlement et dans les conseils communaux entraîne un relâchement de leur contrôle de la part des autorités locales. Les polices des grandes villes se targuent alors d’exercer leurs missions « à ciel ouvert » sans se livrer à la moindre pratique occulte. En réalité, les regards se tournent désormais plus volontiers vers les anarchistes qui, dans les années 1890, défrayent la chronique par leurs « exploits » à l’étranger ou en Belgique, qui atteignent des policiers et leur inspirent une véritable aversion pour les libertaires32.

  • 33 Histoire de la gendarmerie..., p. 306-307.
  • 34 Keunings, "L’évolution d’un corps de police...", p. 177-178.

19Aussi cette évolution et ces tergiversations incitent-elles la Sûreté et le parquet à se tourner vers un auxiliaire loyal, plus constant et sûr, dont les structures se renforcent : la maréchaussée. Cette dernière va en effet peu à peu se spécialiser dans la récolte d’informations politiques même si ses opérations clandestines n’iront pas sans mal. En 1881, des attentats contre les souverains d’Europe conduisent à la naissance d’une brigade de sûreté composée de quinze gendarmes en bourgeois, tenus de veiller à la protection du roi et d’épier les « ennemis de l’ordre »33. Si la création de cette unité passe inaperçue, son intervention dans la capitale en 1884, à l’insu du maïeur et en pleine agitation républicaine et anticléricale, débouche sur une campagne très virulente contre les pandores en bourgeois, appuyée avec fermeté par le libéral Charles Buls qui prend la décision extraordinaire d’enjoindre à ses policiers de verbaliser contre eux34. L’âpre controverse qui s’ensuit fait grand bruit et exacerbe pendant de longs mois le contentieux clérico-libéral. Pour l’opinion libérale, ces gendarmes ‘d’un nouveau genre’ incarnaient les abus du pouvoir catholique et représentaient en quelque sorte l’alliance du sabre et du goupillon. Toutefois, le bourgmestre récalcitrant adoptera bientôt une attitude plus conciliante. Dès la fin de 1884, le service en civil est officialisé dans la maréchaussée, et la décennie suivante, une soixantaine de gendarmes armés de revolvers sont affectés spécialement à l’identification des miliciens fréquentant les maisons du peuple ou à la répression de la propagande ouvrière dans les gares.

20Le rôle politique dévolu aux pandores se confirme au début du xxe siècle.

  • 35 Voir le document 49.
  • 36 Keunings, "Les grandes étapes...", p. 25.

21La grande grève de 1902, qui fait parler la dynamite, et l’attentat manqué la même année contre Léopold II déterminent la brigade de sûreté à tendre une oreille plus attentive dans les cercles d’anarchistes qu’au contraire de certaines de ses homologues policières, elle continue à confondre avec les socialistes. Il faut dire que l’antisocialisme notoire de leur commandant Selliers de Moranville35 encourage les gendarmes à pénétrer dans les réunions privées du P.O.B. et à prendre la température dans les meetings organisés vers 1912 par le cartel des gauches unissant libéraux et socialistes dans les grandes villes36.

  • 37 Victor Hugo, Œuvres complètes. Histoire. III. Histoire d’un crime, Paris, 1884, p. 246. On se souv (...)

22Si l’on excepte le « miracle de 1848 », jamais autant qu’à la Belle Époque la presse de gauche ne déplorera l’attitude louche et provocatrice des créatures occultes du pouvoir catholique dans les manifestions populaires. L’historien doit-il pour cela, comme Victor Hugo, assimiler les polices secrètes belges à des polices jésuites redoutables, mélanges de police russe et de police autrichienne, dont les secrets une fois dévoilés évoqueraient des « effets de soutanes déboutonnées » ?37

23La réponse à cette question complexe doit être nuancée.

  • 38 Au grand dam de certains policiers, il ne fut jamais question en Belgique ni de les investir de po (...)
  • 39 Annales parlementaires, Chambre. Session 1899-1900, p. 583.
  • 40 Dans une enquête portant sur la manière dont la police française couvrit le Hainaut troublé de la (...)
  • 41 Mais ici aussi, il convient de ne pas verser dans l’angélisme et de se rappeler que face aux obstr (...)

24Visiblement, leurs moyens sont très limités38, leurs services extrêmement cloisonnés, et leur production inégale et fluctuante. Quant à leurs agents, ils sont sujets à de fréquents mécomptes ou carrément ridiculisés comme à la Chambre, lorsque le bouillant Jules Destrée regrette bien haut leur absence dans certaines réunions du parti ouvrier, ce qui empêchait ses militants ... de les convertir39. Mais il est tout aussi indéniable que ces mêmes faiblesses, conjuguées au manque de professionnalisme, au défaut de culture politique et à l’obsession de la détection des discours incendiaires et séditieux renforceront, à des degrés divers, l’angoisse ambiante, la surévaluation des menaces de la part des autorités40 et la diabolisation d’un P.O.B. dont la rhétorique révolutionnaire sera bien plus retenue par les ‘hommes d’ordre’ que la pratique fondamentalement réformiste41.

25Cet état de choses ne sera pas sans incidence sur la philosophie et les méthodes du maintien de l’ordre, où l’armée continue à jouer un rôle essentiel.

2. L’armée, le roc de granit de l’ordre bourgeois ?

  • 42 Voir Frank Segers, Het leger en de ordehandhaving in Belgïe 1886-1902, Louvain, 1984 (KUL, mémoire (...)
  • 43 Entre 1902 et 1913, ses effectifs sur pied de guerre passeront de 180.000 à 340.000 hommes.
  • 44 Voir les documents 50 à 58. Lire en particulier l’avis d’un officier de l’armée sur les dangers de (...)
  • 45 Keunings, "Le maintien de l’ordre en 1884…"
  • 46 Idem.

26Dans le domaine du maintien de l’ordre, l’armée s’affirme de fait comme une force nationale face à l’intensification des conflits internes42. Composée, sur pied de paix, de 3.500 officiers pour 46.000 sous-officiers et soldats au début du xxe siècle43, elle constitue un outil nécessaire au gouvernement, aussi bien dans les troubles politiques que dans les secousses sociales44. Évolution révélatrice : désormais ce ne sont plus les administrations locales mais bien les autorités centrales qui y font appel en priorité. Dans ces années cruciales de 1884-1886, celles-ci précisent en effet leurs pouvoir devant le parlement45 et proclament, malgré la doctrine alors en vigueur, leur droit à recourir à la troupe préventivement, avant toute atteinte à l’ordre public et sans attendre le bon vouloir des maïeurs. L’enjeu est important : il leur faut tout d’abord engager les bourgmestres libéraux des villes à faire preuve de fermeté dans la répression des désordres anticléricaux. Cet impératif amène un gouvernement catholique à poser un acte sans précédent lorsqu’en 1884, le cabinet Malou se départit de la réserve coutumière affichée par ses prédécesseurs en la matière pour faire circuler l’armée, à l’insu de Charles Buls, dans les rues de Bruxelles en pleine effervescence contre sa loi scolaire. Vilipendé par l’opposition libérale, ce « geste d’autorité » s’avère rentable pour le ministère conservateur. Tel une épée de Damoclès au-dessus du bourgmestre, il participe de fait à l’intransigeance dont témoigne ce dernier pour disperser les manifestations républicaines qui s’ensuivent et, d’une manière générale, à la grande prudence qui caractérisera ce maïeur « sous influence » en tant que responsable de l’ordre.46

  • 47 Jan Verhaeghe, "De Ordehandhaving bij de sociale onlusten in maart-april 1886 in Luik en Charleroi (...)
  • 48 175 Avant ces événements, de forts contingents avaient déjà été appelés à Bruxelles ou à Gand, not (...)
  • 49 Sur les directives concernant l’armée dans les émeutes, à comparer avec celles des autres forces d (...)
  • 50 Sur la détermination de Vander Smissen, lire les documents 52 à 54, 56 et 57.
  • 51 A.M.R.A., Fonds maintien de l’ordre, farde A 24 et Pector et al., 1886…, p. 24-54.

27C’est ensuite au général Vander Smissen et à plus de 45.000 soldats que le gouvernement confie en 1886 le soin de réprimer les grèves et les pillages dans les provinces de Liège et du Hainaut, dont de nombreuses localités sont dépourvues de garde civique47. Ces contrées subissent alors un véritable état de siège orchestré par une armée pour la première fois réquisitionnée en masse48 et dirigée par un officier résolu à appliquer froidement et méthodiquement la stratégie militaire « globale » qui consiste, à l’échelle d’une région entière, à dissiper et détruire les bandes pour qu’elles ne puissent se former ailleurs. Ne tolérant aucune ingérence de l’autorité civile dans les opérations militaires, cet officier intransigeant édicte une série de directives dont certaines feront école et resteront célèbres : l’usage des armes sans sommation préalable, l’interdiction de tirer en l’air, l’invitation aux particuliers de s’armer contre les grévistes, l’arrestation immédiate de tout « anarchiste » connu49... Ces ordres sévères et en partie illégaux50 suscitent des conflits avec des administrations locales qui, souvent affolées, éprouvent toutefois un soulagement évident à l’arrivée des troupes. Ponctué par les fusillades de Roux, le bilan de ce choc frontal est très lourd : 24 morts selon le rapport officiel de Vander Smissen, au moins 30 dans la réalité. Cette conduite de main de fer dans un gant d’acier scelle pourtant la victoire de l’armée dans l’ordre public. Au parlement, députés et sénateurs bourgeois déploreront d’ailleurs moins le caractère brutal et illégal de la répression que l’imprévoyance et le manque de rapidité du gouvernement51.

  • 52 Voir le document 55.
  • 53 Les débats aux assises, ponctués parfois par des acquittements, et les désordres provoqués par l’i (...)

28Après 1887 cependant, l’intervention de la troupe ne fait plus de victimes, bien qu’elle soit régulièrement mobilisée. C’est que son action change de nature et devient essentiellement dissuasive. Les dirigeants sont préoccupés en effet par l’influence de la propagande antimilitariste sur les conscrits et leur éventuelle défection, et pour résoudre cette épineuse question, plusieurs voix s’élèvent en faveur du service militaire personnel et obligatoire que Léopold II appelle de ses voeux52. De surcroît, et il faut y insister, l’opinion publique accepte de plus en plus mal le caractère implacable de la répression militaire. Cependant, le fléau de la justice s’abat sur les jeunes gardes socialistes qui appellent à l’insoumission dans Le Conscrit ou Le Combat53, alors que les gendarmes à cheval ou les agents de police en bourgeois encadrent ou dispersent leurs cortèges et meetings en plein air contre l’infâme impôt du sang. Quant aux militants trop bruyants qui s’infiltrent dans les casernes, ils sont, avec les recrues ‘contaminées’, renvoyés en conseil de guerre ou incorporés dans des compagnies de discipline.

  • 54 Marie-Rose Thielemans, Albert Ier. Carnets et correspondance de guerre 1914-1918, Louvain, 1991, p (...)
  • 55 Voir les documents 92 à 98.
  • 56 A.M.R.A., Fonds Selliers de Moranville et du maintien de l’ordre.

29Toujours est-il que jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale, l’armée va continuer à assumer un rôle important sous les ordres du ministre de la Guerre qui, dès 1890, fait élaborer des plans destinés à la maintenir en alerte, à faciliter le rappel des classes de miliciens et à concentrer ses forces dans les endroits les plus menacés. Pour nos souverains, la troupe constitue en effet toujours « la base et la garantie la plus sûre de l’ordre public et de la conservation des institutions »54. En concertation avec les autorités civiles, les militaires prescrivent ainsi un ensemble de mesures coordonnant l’action des forces de l’ordre et prévoyant, notamment à Bruxelles, la subordination de la garde civique à l’armée en cas de troubles étendus ; ils décrivent aussi les tactiques répressives à adopter, qui insistent sur les méthodes propres à la « guerre des rues », intransigeantes, promptes et « salvatrices » contre les bâtisseurs de barricades... Ces dispositions sont censées rationaliser le maintien de l’ordre et éviter toute panique. Mais fondamentalement empreintes de la ‘logique du pire’55, elles distillent une certaine agressivité et sont d’autant moins anodines qu’elles se verront bientôt imposées à la garde civique et à la gendarmerie56.

  • 57 Le pays fut très loin de connaître l’équivalent des mutineries de 1907 dans le Midi viticole où 50 (...)
  • 58 Voir Deneckere, Sire…, II, p. 682-823.

30Lors des grèves générales impressionnantes de la fin du xixe et du début du xxe siècle - de 200 à 350.000 chômeurs -, le pays entier est ainsi couvert de soldats qui, tantôt sont consignés dans leurs casernes, tantôt patrouillent et surveillent les lignes de chemin de fer, les ponts, les tunnels, les usines à gaz ou les poudrières. En l’occurrence, on enregistre peu de cas graves d’indiscipline parmi les miliciens, auxquels le ministre de la Guerre interdit les maisons du peuple et que les gendarmes épient de près, en particulier lors de la grande grève de 191357. La présence des militaires a un double effet bénéfique pour le pouvoir. Si ces quadrillages préparés avec minutie intimident les « perturbateurs » et instaurent « cette atmosphère spéciale qui décourage tout ouvrier », ils exercent en outre une pression suffisante sur les autorités civiles, libérales ou même socialistes, pour qu’elles sauvegardent la paix publique avec énergie et « efficacité »58.

31Peu à peu aussi, les soldats sont mobilisés pour remplacer les travailleurs en grève dans les services publics ou les transports, comme en 1907 à Anvers.

  • 59 On n’oubliera pas ici de mentionner les pompiers communaux, dont l’intervention dégénéra en fusill (...)

32Par son déploiement, son utilisation préventive mais puissante, qui laisse planer une menace permanente sur les « pêcheurs en eau trouble », l’armée contribue ainsi à la « pacification » des conflits durant la Belle Époque. Néanmoins, les tâches spécifiques de rétablissement de l’ordre et de répression deviennent progressivement l’apanage de la gendarmerie, chargée de disperser les rebelles en assistant les polices locales et une garde civique que le pouvoir central tente de remodeler et sur laquelle il table pour éviter le service personnel59.

3. Une milice citoyenne 'neutralisée', militarisée mais mise en retrait

  • 60 Robert Darquenne, Les Warocqué et la garde civique, Mariemont, 1987 ; Van Kalken, "L’armée ..." et (...)
  • 61 Van Kalken, Commotions..., p. 61.
  • 62 Formule faisant référence aux tambours arrachés des mains des catholiques (voir Keunings, "Le main (...)

33En raison de la fréquence des manifestations de rue, la garde civique accroît sa présence dans les grandes villes à partir de 1870. Son intervention apparaît cependant très problématique dès lors qu’elle participe plus largement encore à une vie publique qui ne cesse de se politiser, et qu’elle constitue de manière flagrante pour les maïeurs libéraux une milice privée dont ils disposent pour contenir les mouvements de foule anticléricaux sans vraiment les étouffer et surtout, sans recourir à l’armée et le dessaisissement de pouvoirs qui en découle60. En 1871, des gardes bruxellois offrent ainsi un spectacle surréaliste lorsque, la crosse en l’air, ils revendiquent sous le balcon du roi la démission d’un cabinet catholique61, tandis que le 7 septembre 1884, c’est encore la milice bourgeoise de la capitale qui se montre passive et « contemple » la débandade des 80.000 catholiques dispersés à coups de cannes, de parapluies ou de cartels par autant de libéraux lors d’une brutale et hallucinante « Saint Barthélemy des grosses caisses »62.

  • 63 Voir les documents 59 à 62, et 130.
  • 64 L’application de cette loi du 10 Vendémiaire an IV fut une des causes majeures des ennuis financie (...)
  • 65 Dénomination des gardes de l’infanterie de la milice citoyenne.
  • 66 A.G.R., Papiers Schollaert-Helleputte, n°372.
  • 67 La Chronique, 24-27 août 1887.
  • 68 Léon Fourmanoit, Quatre-vingt-treize, avenue de Jemappes, Cuesmes, 1983.
  • 69 Voir le document 59. En 1893, pour la première fois à Bruxelles, le gouvernement investit le chef (...)

34Bien que les critiques pleuvent du côté catholique contre cette « armée bâtarde » sujette à la raillerie, les troubles sociaux amènent toutefois le pouvoir central à reconsidérer l’importance de cette force dans le maintien de l’ordre63. Les difficultés rencontrées lors des émeutes de 1886, en révélant ou confirmant l’inadéquation de l’armée dans la répression, relancent en effet la question du service personnel que repousse la majorité des cléricaux. Depuis cette « explosion » aussi, de nombreuses communes, hainuyères surtout, réclament la mise en activité d’une garde pour mieux se défendre et éviter désormais les dégâts matériels dont une vieille loi datant du régime français les rend responsables64. A la fin du siècle, l’influence des socialistes en Wallonie et à Bruxelles préoccupe également le pouvoir : les nombreux cris de « Vive le suffrage universel! » hurlés en 1892 par des « bleus »65 et des membres des corps spéciaux lors du discours du trône font grand effet66. Enfin, les fusillades sanglantes et maladroites de la grève des pêcheurs à Ostende en 1887 - deux morts67 - et surtout de la grève générale de 1893 près de Mons - sept tués68 - soulèvent l’urgence d’une profonde restructuration de cette milice citoyenne dont le manque d’expérience et de sang froid semble flagrant mais dont on a aussi conscience qu’elle peut, par son nombre, faire office d’utile outil préventif, voire répressif69. Dans ce contexte, ces lignes, de la plume d’un fin analyste de nos régions industrielles, le commissaire spécial de Jeumont - Nord de la France – font froid dans le dos et mériteraient une thèse :

  • 70 Extrait d’un rapport de 1888, cité dans Michel et Puissant, "Le Hainaut…", p. 781.

« La petite bourgeoisie belge, bien différente de la petite bourgeoisie française est l’ennemie acharnée de l’ouvrier qu’elle considère comme un danger pour son existence. Le moindre bourgeois belge fait partie de la garde civique et cette institution serait plus dure pour la répression que l’armée active elle-même. L’armée est en effet entièrement recrutée dans le peuple »70.

  • 71 A. De Neeff, "De la réorganisation de la garde civique", dans La Revue Générale, 33, 1897, p. 72-9 (...)
  • 72 Documents parlementaires. Chambre, (1896-1897), nos21 et 101.

35Quoiqu’un projet ait été élaboré dès 1887, il faut attendre dix ans pour qu’une nouvelle loi soit promulguée, dont l’objectif officiel est « d’assurer le maintien de l’ordre et de resserrer la coopération de la milice avec l’armée pour conserver l’indépendance nationale et l’intégrité du territoire ». En réalité, le dessein du gouvernement est d’éviter le service personnel et de contrôler le maintien de l’ordre dans les villes libérales et les centres industriels, atteints par la montée des socialistes, et où il n’a pas de forces locales à sa disposition. Par cette réorganisation, il entend neutraliser politiquement la garde afin d’en assurer la fiabilité, la solidité et l’esprit de corps71. Cela nécessite plusieurs mesures ‘révolutionnaires’, votées en 1897 : son encadrement par des officiers militaires brevetés par l’État, non plus élus par les gardes mais nommés par le roi ; la création de quatre commandements supérieurs, dirigés par des gradés de l’armée ayant autorité directe sur la garde dans toutes les communes du ressort de deux ou trois provinces ; l’octroi explicite, au ministère et à ses gouverneurs dans les provinces, du droit de requérir la milice citoyenne sans se soucier des bourgmestres ; enfin, le rajeunissement de ses effectifs (l’âge limite est abaissé à 40 ans) et le durcissement de la discipline et de l’entraînement des jeunes miliciens, astreints à une période de stage d’une année lors de leur incorporation, pour y apprendre le maniement du fusil et l’école du soldat, et susceptibles encore d’être soumis à dix exercices annuels pendant une période de dix ans72.

  • 73 Ibidem, n°101, p. 123 (rapport de Ligy).

36En totale contradiction avec l’esprit de la milice citoyenne de 1830, cette centralisation et mise sous tutelle de la garde civique par l’État et en partie aussi par l’armée correspondent à la philosophie du pouvoir catholique quant au maintien de l’ordre, fondée sur l’idée que « l’ascendant moral de la troupe dérive non de l’expérience que ses membres individuellement peuvent posséder, mais de sa cohésion, de sa discipline et de l’autorité de ses chefs. Les hommes jeunes ne se laisseront pas entraîner plus que les plus anciens, s’ils savent obéir à leurs officiers »73.

  • 74 Annales parlementaires, Chambre, 16 juillet 1897, p. 1989. Voir le documents 130.
  • 75 Voir les documents 62 et 63.
  • 76 Les commandants supérieurs des gardes des grands centres (Bruxelles, Anvers, Gand, Liège) avaient (...)

37Il s’agit bien ici d’une tentative de « décommunalisation » et de militarisation qui, d’emblée, sera repoussée par les familles libérale et socialiste car « elle remettait aux mains du pouvoir une arme qui devait être la sauvegarde de la Nation contre les empiètements du pouvoir »74. Cependant, lente et mal conçue, très mal acceptée par les administrations des grandes villes75 et entravée par des conflits entre autorités civiles et militaires, cette réforme aura des répercussions diverses et d’inégale portée76.

  • 77 Chiffres provenant des volumes de la Statistique générale de la Belgique. Exposés de la situation (...)

Tableau 5 : Effectifs des gardes civiques du royaume77

Tableau 5 : Effectifs des gardes civiques du royaume77

(1) : ratio garde civique/habitants

  • 78 Peter Heyrman, Rudi Hoekx, Piet Veldeman et Bart Willems, Leve het algemeen stemrecht ! Vive la ga (...)
  • 79 Voir les documents 64, 87, 88, 130, 131, 143 à 145.
  • 80 Cyrille Van Overbergh, La grève générale de 1902 en Belgique, Bruxelles, 1902.
  • 81 Heyrman et al, Leve…. Voir document 131.
  • 82 Luc Keunings, "Une étape dans l’histoire de l’appareil policier belge : les troubles de juin 1899 (...)

38Certes, elle affermit la cohésion de la garde dans la capitale en assurant une milice à toutes les communes de l’agglomération, renforce les effectifs des corps spéciaux, surtout dans le Hainaut, province très industrialisée, et contribue à cléricaliser davantage certaines gardes et à inculquer un esprit plus ferme et militaire78. L’action de la milice citoyenne prête aussi de moins à moins à sourire79 : lors de la très violente agitation de 1902, elle prend figure de « boulevard des institutions »80 ou d’« odieux instrument de la réaction », c’est selon, lorsque les bourgeois accourent pour défendre leurs propriétés et que la milice cléricale de Louvain, en ouvrant le feu à deux reprises, tue six personnes81. Mais le gouvernement lui-même doit bien admettre l’évidence : la garde dans son ensemble n’est pas une arme fiable ; elle conserve son esprit frondeur, son manque de discipline, et ne répond pas toujours à son attente. En 1899 et 1912, par exemple, en pleine agitation anticatholique, on aperçoit des groupes de gardes de Bruxelles, Liège et d’autres villes entonner la Marseillaise, participer aux meetings de l’opposition et fraterniser avec les socialistes dans les maisons du peuple, où l’on crie à la cantonade « Vive la garde civique ! ». Aussi doit-on se contenter de mettre la milice citoyenne en réserve en la concentrant dans les écoles, les manèges ou les musées82.

39Les lois de 1909 et de 1913, qui établissent le service militaire personnel, annoncent d’ailleurs inéluctablement le crépuscule de cette force politique que les polices professionnelles, la gendarmerie et la police, ont déjà supplantée, depuis la fin du xixe siècle, dans les opérations actives du maintien de l’ordre.

4. Le développement des polices urbaines et le déclin des polices rurales

  • 83 Une loi de 1887 confiait au seul bourgmestre la responsabilité de l’exécution des lois et règlemen (...)
  • 84 Voir Brose, Histoire…, Van de Walle, "Een onderzoek…", et Keunings, Histoire de la police…, t. II, (...)

40À partir des années 1870 en effet, et surtout au début du xxe siècle, les polices des grandes villes se développent et voient leur champ d’action considérablement élargi avec la mise en oeuvre de la « défense sociale » et les retraits progressifs de l’armée et de la garde civique. Les bourgmestres, dont le rôle de patron de droit divin est confirmé83, sont soumis avec acuité à la pression du pouvoir central et d’une bourgeoisie exigeante et peu rassurée qui demande une protection plus étroite. Ils sont désormais confrontés à des phénomènes nouveaux : l’intensification de la circulation, l’augmentation des incivilités dans des agglomérations à la population sans cesse croissante, les transformations d’une criminalité devenue plus astucieuse, mobile et mieux armée - la vente des armes à feu augmente à partir de 1890 -, ou encore l’influence des partis politiques de gauche sur leur police, où se font jour des premières velléités de contestation collective contre la dureté du métier et ses nombreuses servitudes84.

  • 85 Luc Keunings, "Du garde ville...", p. 1-96.

41Face à ces défis, les maïeurs des principaux centres urbains (Bruxelles, Gand, Anvers, Liège) opèrent des choix et se donnent pour priorité de veiller à la cohésion de leur police afin d’assurer avant toute chose la tranquillité et la sécurité de la rue, où se multiplient les manifestations et les entraves à la circulation, et pour défendre le prestige et la prospérité de leur cité en écartant les éléments nuisibles à la marche des affaires (colporteurs, mendiants ou vagabonds) et en privilégiant la protection des lieux de pouvoir et de concentration de la richesse publique. En matière de police, leur ambition est moins de garder la confiance de la population ou de s’en faire aimer, que de la rendre performante, visible, ferme et « légale »85.

42Dans cette perspective, ils adoptent une stratégie pragmatique en trois temps, dont la mise en oeuvre progressive est accélérée par les troubles sociopolitiques de la fin du siècle.

43Il s’agit tout d’abord d’améliorer l’équipement et surtout, sans oublier les services administratifs, d’augmenter les effectifs ostensibles propres à assurer l’ordre sur la voie publique et à rassurer les classes moyennes et nanties. Comme l’illustre ce tableau, nos grandes villes se rapprochent à cet égard des métropoles étrangères.

  • 86 Chiffres récoltés dans les sources précitées sur la police et dans R. Fosdick, European Police Sys (...)

Tableau 6 : Effectifs policiers des grandes villes86

Tableau 6 : Effectifs policiers des grandes villes86

( ) = ratio policier par habitants

  • 87 Ce qui permit au Policeman, l’organe de la police de la capitale, de présenter cette dernière comm (...)

44Grâce à un subside de l’État obtenu après les incidents sanglants d’avril 1902, Bruxelles est, en 1914 et toute proportion gardée, la capitale la mieux pourvue d’Europe en effectifs policiers. Ses agents disposent du télégraphe (1873), de camisoles de force (1883), de casques solides (1897), de revolvers pour les rondes de nuit et en cas de désordres (1902), de bicyclettes (1901) et du fameux bâton blanc de la circulation (1910), d’une brigade canine réputée (1907), imaginée pour la première fois au monde par la police de Gand (1899), et même de breaksautomobiles (1914)87.

45En corollaire, des signes de professionnalisation apparaissent, processus soutenu par un mouvement policier en gestation qui s’engage dans une lutte pour la revalorisation de la police. Les rouages s’affinent. Des services spécialisés (brigades des jeux, de sûreté, de la prostitution ou de la circulation, services administratifs) sont mis sur pied, et un intérêt croissant est porté sur la formation et le recrutement : inauguration des premiers cours et écoles pratiques à Bruxelles, où des sports, comme l’escrime ou la gymnastique, font une timide incursion (1883 et 1905), publication de manuels et de guides, élaboration de programmes d’examens, obligation de passer par tous les degrés de la hiérarchie pour devenir officier...

  • 88 Voir le document 74.
  • 89 On était alors encore à une époque où certaines autorités désignaient des itinéraires fixes aux ro (...)
  • 90 C’est vers 1900 que les commissaires des centres urbains, régulièrement cités dans la presse, atte (...)
  • 91 Voir la Revue belge de police administrative et judiciaire, 1881 et suivantes.
  • 92 À Bruxelles, le Guide du commissaire en chef stipulait que « l’agent raisonneur ne pouvait être to (...)

46Tout cela s’accompagne d’une militarisation des esprits et des comportements88, basée sur un contrôle très serré des agents subalternes89 et assortie d’un paternalisme accru, reposant sur des officiers autoritaires issus de l’armée dont les traitements sont sensiblement augmentés90 et qui consolident le corporatisme en s’associant à la fondation de fédérations nationales à partir de 188191. La mentalité du temps veut qu’une discipline stricte, une soumission aveugle et absolue envers les supérieurs soient les meilleures garanties de l’efficacité de la police et de son honneur dans une société qui « bouge » et « n’accepte plus l’autorité ». Le but avoué est de faire de l’agent, provenant de la troupe ou des classes populaires, un modeste mais docile soldat du pavé, protégé des atteintes de l’extérieur par une grande famille solidaire, mais excluant toute syndicalisation, et surtout entièrement dévoué à son maître, le bourgmestre92.

47Si cette politique contribue à la modernisation des polices urbaines, elle ne parvient cependant pas à effacer des carences criantes, et produit même des effets pervers de plus en plus apparents.

  • 93 Keunings, "Rondes de nuit. La surveillance nocturne à Bruxelles à la Belle Epoque", dans Les Cahie (...)
  • 94 Keunings, "Veilleurs et détectives privés à Bruxelles, de l’Indépendance à 1914", dans Le folklore (...)

48Favorisant la surveillance diurne et des lieux publics, elle participe à Bruxelles à l’inégalité des moyens policiers entre quartiers riches et pauvres ou plus reculés, ce qui se retourne contre les plus démunis et permet à des premières sociétés de veilleurs privés, au profil parfois équivoque et dont la police se méfie, de s’implanter dans l’agglomération (la Ronde de Nuit, qui compte 130 hommes en 1910)93 comme c’est également le cas à Anvers (Waak en Sluit)94.

  • 95 Voir les documents 101 et 102.
  • 96 Keunings, L’initiative publique..., p. 502-505.

49Au plan judiciaire, bien que continuant à être investie de la quasi totatilité des enquêtes sur son territoire, la police de Bruxelles éprouve de sérieuses difficultés à s’adapter à l’évolution de la société. Consacrant son énergie avant tout au contrôle de la rue et aux tâches administratives d’intérêt local, elle se trouve également submergée par des devoirs judiciaires en très nette croissance95 : pendant près de dix ans (1872-1881), la capitale a bien réussi à organiser une remarquable brigade qui, calquée sur le modèle français et composée d’une soixantaine de limiers, mène des enquêtes dans toute l’agglomération et sème la hantise chez les malfrats. Mais cette innovation est exceptionnelle et temporaire. La parcimonie financière de l’État conduit la Ville à la supprimer au grand dam d’un parquet qui en faisait sa succursale, et trente ans plus tard, le chef du service judiciaire de la capitale doit avouer l’impuissance de sa section, ‘forte’ d’une petite dizaine d’hommes, par ailleurs peu soutenus par un public qui n’a pas entièrement confiance dans la police et n’est guère enclin à collaborer avec elle!96

  • 97 Voir les documents 67, 121, 122, 140a et 143.
  • 98 Keunings, "Ordre public et peur du rouge..." et Keunings, "La dynamique…". Voir aussi les document (...)
  • 99 Voir les documents 48, 73, 75, 140a et 145. Il convient ici d’être nuancé. Avec l’arrivée des soci (...)
  • 100 Luc Keunings, "Ordre public et justice. Aux origines de la zone neutre", dans Les Cahiers de la Fo (...)
  • 101 Les « bienfaits » du revolver en maintien de l’ordre n’étaient pas partagés par tous les policiers (...)
  • 102 Gita Deneckere, "La violence dans le mouvement ouvrier à Gand au xixème siècle", dans Kurgan-Van H (...)
  • 103 Le Soir, 8-9 février 1904.
  • 104 Le Peuple, 1er juin 1913.
  • 105 Voir le document 124.

50Il est vrai que le discours officiel et le souci des bourgmestres d’éviter les « bavures » - le terme apparaît à l’époque – ne parviennent pas à dissimuler la violence structurelle des polices des grandes villes, laquelle se voit à présent sérieusement médiatisée et stigmatisée dans leurs tâches quotidiennes et surtout dans le maintien de l’ordre97. Bien que moins redoutés et plus appréciés que les gendarmes, et mus par des directives qui insistent en général sur le sang froid, la modération et une riposte ‘graduée’ face aux désordres, de nombreux policiers, en première ligne et souvent malmenés, se comportent de manière agressive lors des grandes grèves et autres manifestations turbulentes (1887, 1893, 1902)98. La peur et l’animosité envers les ‘rouges’, comme l’aversion pour tout rassemblement de foule, semblent gagner leurs rangs99. À Bruxelles en particulier, des exactions que l’on compare à celle des sergots parisiens - passages à tabac, bourrades systématiques, chasses à courre - sont désormais fustigées par des observateurs modérés qui les attribuent à la maladresse, à la nervosité et au surmenage mais aussi à la mentalité militaire, peu souple, de ces policiers ainsi qu’aux « ukases » sévères et impopulaires édictés par les maïeurs (interdiction des meetings en plein air, des drapeaux rouges (surtout en province), des attroupements ou des manifestations, création de la zone neutre à Bruxelles en 1892100) et qu’il est difficile d’imposer sans provoquer des remous. L’inadaptation de leur équipement pour le maintien de l’ordre est également soulignée, l’usage du revolver en particulier, qui se généralise dans les grandes villes et étonne les spécialistes étrangers, alors que certains officiers de police belges en reconnaissent eux-mêmes la dangerosité dans les mains d’agents inexpérimentés101. Au début du siècle, de premières victimes succombent ainsi aux balles des pistolets d’agents gantois (1900)102, bruxellois (1904)103 et brugeois (1912)104. Les conséquences de ces débordements devraient faire l’objet d’études complémentaires sur le plan local. Mais à Bruxelles en tout cas, ceux-ci ne manqueront pas de ternir la réputation de la police dans le public, et surtout au sein des milieux populaires où, malgré le discours conservateur105, la silhouette peu joviale du flic musclé, pourchassant impitoyablement les petites gens, se superpose à celle, plus traditionnelle, du garde ville un peu maladroit et laxiste mais paternel et bienveillant.

  • 106 Voir le document 120.

51Pour les autorités centrales cependant, là n’est pas l’essentiel. D’une manière générale, les polices des grandes agglomérations gagnent en fermeté et en cohésion, si on les compare avec celles des années 1870 dont la « libérale mollesse », la doctrine du « laisser faire, laisser passer » et le recrutement maçonnique avaient été vertement condamnés lors des troubles bourgeois anticléricaux106. Face aux agitations socialistes notamment, ces corps dirigés à la baguette leur apparaissent ainsi comme des polices efficientes et parfaitement organisées.

  • 107 La faiblesse de leurs moyens fut un des facteurs majeurs qui incitèrent les autorités locales à éd (...)

52En revanche, certaines villes peu riches ne suivent pas le mouvement. Au début du xxe siècle, Charleroi dispose de moins de cinquante policiers et continue à les recruter principalement parmi les « sans travail ». En 1890, une entité comme Lokeren, habitée par près de 20.000 habitants et recouvrant une superficie de plus de 4.000 ha, est protégée par un officier de police, neuf agents et huit gardes champêtres107.

  • 108 Voir le document 101.
  • 109 Idem.
  • 110 Idem.
  • 111 Ce constat ne fit pas l’unanimité parmi les policiers (voir le document 77).
  • 112 Il n’était pas exceptionnel qu’un collège ou un bourgmestre catholique offre à son garde champêtre (...)
  • 113 Commission parlementaire sur la police rurale, Bruxelles, 1904 ; M. Terlinden, "Le projet de loi s (...)

53Dans les petites communes et à la campagne, la situation des polices locales ne semble guère évoluer108. Certes, le nombre de commissaires de police s’y accroît quelque peu, mais la précarité de la condition sociale des officiers de police persiste. Incapables de se pourvoir d’un uniforme trop cher, certains d’entre eux suscitent les sarcasmes de la foule en portant gravement l’écharpe et un énorme sabre de cavalerie, coiffés d’un képi d’officier ou de général français. Malgré le nouveau code rural (1886) qui étend leurs responsabilités, nombre de gardes champêtres, dont les effectifs stagnent109, cumulent toujours leurs fonctions avec d’autres occupations lucratives et ne s’adonnent que rarement à une besogne judiciaire dont le rendement devient carrément dérisoire et que leur maïeur ‘gère’ en sélectionnant les procèsverbaux110. En 1904, une commission d’étude brosse un sombre tableau de cette police folklorique, délabrée et débraillée111, où règnent les compromissions politiques.112 Pour y remédier, elle ne propose toutefois aucun changement structurel mais préconise l’engagement de gardes ou veilleurs particuliers, qui sont déjà plus de 7.500 dans le pays en 1914, et surtout le renforcement d’une institution en pleine ascension et à laquelle les autorités centrales et urbaines ont recours avec régularité dans les moments délicats : la gendarmerie.113

  • 114 Chiffres puisés dans les Recensements généraux de la population, aux dates indiquées.

Tableau 7 : Evolution du secteur privé de la sécurité114

Tableau 7 : Evolution du secteur privé de la sécurité114

Veilleurs : veilleurs de nuit non attachés à un service public.
Gardes part. : gardes particuliers de biens, de chasse, de pêche, etc.

5. La croissance irrésistible d’une garde prétorienne : la gendarmerie

  • 115 Voir les documents 45, 78 et 84.
  • 116 Ce renforcement était plaidé aussi par les commissaires d’arrondissement, les parquets, les élus d (...)
  • 117 Lire les discussions du budget de la gendarmerie dans les Annales parlementaires.
  • 118 Il ne faudra pas attendre 1886 pour voir augmenter les effectifs du corps. Entre 1875 et 1885, ils (...)
  • 119 Gendarmerie nationale. Recueil des lois, Règlements, Instructions, Ordres, Circulaires, etc. se ra (...)

54Afin de répondre aux insuffisances de la police, et aux incertitudes qui planent sur la coopération de la garde civique et de l’armée, l’État, soutenu par son roi, va en effet s’appuyer sur la seule institution qui lui paraît réellement solide115 et qui profitera directement des crises sociopolitiques et de l’imminence de la guerre pour étendre son emprise et resserrer son action dans tout le pays116. L’essor de cette police obéissante et loyale, dirigée désormais exclusivement par son chef après la suppression de fait de l’inspecteur général (1871), se caractérise par un développement continu fortement accéléré à la veille du premier conflit mondial et dont les orientations principales sont le maintien de l’ordre dans les villes et les régions industrielles « turbulentes », le contrôle social et la sécurité des campagnes déstabilisées par l’arrivée des populations flottantes, et enfin, la préparation de la mobilisation face aux menaces de guerre117. Dotée d’un budget national depuis 1875, elle voit ses dépenses quadrupler entre 1877 et 1913. Ses effectifs, qui passent de 1.540 hommes en 1875 (1 gendarme pour 3.508 habitants) à 4.325 en 1914 (1 gendarme pour 1.800 habitants), assurent un maillage du territoire plus dense quoique inégal : le choix prioritaire dès les années 1870 sera de renforcer la présence des gendarmes le long des routes et aux frontières, où sévissent les vagabonds « d’habitude » et les contrebandiers armés, les fameuses « longues pennes », mais aussi dans l’agglomération bruxelloise, la banlieue anversoise et les communes industrielles wallonnes.118. Programmé selon un plan charpenté au début du siècle par le commandant du corps, le nombre de brigades dépasse les 450 unités en 1914, tandis que l’organisation territoriale se trouve modifiée et divisée en groupes, compagnies et districts plus nombreux (de 54 en 1909 à 63 en 1913) pour mieux exercer le contrôle des régions les plus sensibles. En 1910, des détachements de marche sont créés, prélevés dans les brigades paisibles, prêts à embarquer par chemins de fer dans les endroits troublés. Trois ans plus tard, trois forces mobiles sont installées à Bruxelles (102 hommes), Gand (61 hommes) et Liège (31 hommes) dans le but de soutenir les unités territoriales en cas de désordres à grande échelle. L’équipement fait aussi l’objet de transformations importantes : pour accélérer la mobilité tout en réduisant les coûts, les brigades à cheval sont progressivement remplacées par des brigades à pied munies de bicyclettes modern style et reliées entre elles par le téléphone (1910). De nouvelles casernes plus fonctionnelles sont construites par l’État, qui en a repris la charge (1899), et l’armement se modernise : les pistolets Browning (1900) et les carabines Mauser (1904), armes automatiques à répétition, remplacent les désuets revolvers Nagant et mousquetons Albini à un coup119.

  • 120 Voir le document 137.

55Si les partis politiques conservateurs appuient cet effort en dépit de l’opposition socialiste qui estime plus sain de consacrer ces dépenses à l’enseignement, cette croissance remarquable a pourtant ses revers120.

  • 121 Dans les années 1890, la position des gendarmes semblait cependant encore globalement supérieure à (...)
  • 122 Voir les documents 81 et 82. Dans la police de Bruxelles, le mouvement sera inverse : la taille ex (...)
  • 123 Ces revendications seront relayées également au parlement par les gauches socialiste et chrétienne (...)
  • 124 Voir les documents 80 à 82.
  • 125 A.M.R.A., Fonds Selliers de Moranville.

56Au début du xxe siècle en effet, le corps peine à nouveau à conserver son caractère d’élite. L’amélioration de la position des sous-officiers de l’armée et la concurrence de certaines polices communales, qui payent mieux et dont les exigences sont moins fortes121, entraînent de nombreuses démissions et des problèmes de recrutement qui contraignent le commandant du corps à assouplir sensiblement les critères d’engagement - nouvelle diminution de la taille, qui passe de 1m 70 à 1m 66 - dans une gendarmerie où l’alcoolisme n’est pas encore vaincu et qui est obligée d’accepter des civils « remuants »122. Illustré par quelques publications ‘osées’ de gendarmes et des articles ‘revendicateurs’ dans la presse123, un malaise s’introduit ainsi au sein d’une institution misant pour garder sa notoriété sur le paternalisme - création d’une caisse des veuves et orphelins (1888), allègement de la dot pour les mariés et remplacement de la solde par un salaire fixe pour les non gradés (1902) -, sur le renforcement de la formation - inauguration d’un nouveau « dépôt » d’instruction (1897) puis d’une école (1913) pour les jeunes recrues -, mais surtout sur une discipline de fer. Fondée sur une complète soumission aux chefs, celle-ci est imprégnée de surcroît d’un esprit foncièrement antisocialiste entretenu par les commandants de Coene et surtout Selliers de Moranville qui, très soucieux de supprimer l’influence néfaste de « la politique » au sein de l’arme, tentent d’éviter tout contact trop étroit entre leurs subordonnés et le monde ouvrier,124 et font preuve d’une grande défiance vis-à-vis des Wallons125.

57L’ascension de la gendarmerie aura des répercussions sur le plan judiciaire. Grâce à ses nouveaux moyens, elle s’assure définitivement le monopole de la police des campagnes et affirme sa présence dans certaines villes, comme Namur et Gand. Par rapport aux polices communales, son rendement reste limité dans le Brabant, mais elle rattrape son retard dans le Hainaut, où ses effectifs se sont considérablement accrus, et renverse la situation en sa faveur en Flandre où l’on observe aussi une augmentation sensible du nombre de gendarmes.

  • 126 Données puisées dans les Statistiques judiciaires de la Belgique, aux années indiquées.

Tableau 8 : Activité judiciaire des polices126

Tableau 8 : Activité judiciaire des polices126

2e colonne : nombre de dénonciations, plaintes et procès-verbaux transmis au parquet
( ) : pourcentage par rapport au total des PV
3e colonne : nombre de PV par gendarme, policier ou garde champêtre
Tableau 9 : Effectifs réels de la gendarmerie

Eff. : effectifs totaux
Off. : officiers
Gend. : gendarmes
Cav. : cavaliers
G./hab. : ratio gendarme/habitants
G./ha : ratio gendarme/hectares
Brig. : brigades
Tableau 10 : Activité judiciaire des polices aux niveaux national et provincial

Gcf. : gardes champêtre et gardes forestiers
PV : nombre de dénonciations, plaintes et procès verbaux transmis aux parquets
% : pourcentage par rapport au total des PV en Belgique ou en province

  • 127 « La gendarmerie aux gendarmes » fut revendiquée dès 1913 par le Défenseur de l’ordre, l’organe de (...)
  • 128 Voir le document 105.

58On relève ainsi de nouveaux indices de professionnalisation d’une institution qui choisit de plus en plus ses officiers en son sein127 : des examens spéciaux comportent des épreuves judiciaires pour les candidats officiers (1908), tandis que des manuels pratiques rédigés par des magistrats ou des gradés chevronnés leur sont distribués au début du xxe siècle128. En 1909, après une série de crimes horribles restés impunis, on crée dans la gendarmerie un bureau central de signalements en même temps qu’un service de recherches spécialisé dans les enlèvements d’enfants pour l’agglomération bruxelloise.

  • 129 Voir le document 102.
  • 130 Alexis Callier, La réforme de la police judiciaire, Bruxelles, 1912 ; G. De Prelle de la Nieppe, L (...)

59Toutefois, si en 1910 le corps absorbe déjà plus de 30 % des affaires dénoncées aux parquets, ce ‘score’ ne satisfait pas vraiment la magistrature et le ministre de la Justice, qui jugent que cette force « dévouée et courageuse » devient une « police à tout faire » et délaisse ses missions civiles les plus essentielles au profit d’une militarisation excessive ressemblant à une véritable 'prussianisation', concrétisée par des inspections redoublées, des exercices militaires continuels et une tournure d’esprit peu compatible avec celle d’une bonne police. Ce qui, pour les parquets, nuit à l’image du gendarme dans une opinion publique qui le confond de plus en plus avec un « brutal dresseur de contraventions »129. En l’occurrence, les autorités judiciaires sont en désaccord avec le ministre de la Guerre et le colonel de Selliers, résolus pour leur part à militariser la maréchaussée à la fois dans le cadre de la mobilisation et pour assurer le prestige comme la discipline d’un corps dont le rôle accru dans les troubles de rue exige une cohésion sans faille130.

  • 131 Voir le document 91b. Selliers était, à cette époque, un des rares officiers supérieurs de sensibi (...)
  • 132 Expression reprise en 1961 par le colonel Lorgé devant ses étudiants officiers (« Messieurs, n’oub (...)
  • 133 Deneckere, Sire…, t. II, p. 682-823.
  • 134 Annales parlementaires, Chambre, (1912-1913), p. 75 et suivantes.
  • 135 Keunings, "Une étape dans l’histoire...", p. 730-736.
  • 136 Annales parlementaires. Chambre. Session 1895-1896, p. 1789. Voir notamment le discours très agres (...)

60L’essor de la gendarmerie, en effet, va de pair avec son omniprésence dans le maintien de l’ordre. D’abord limitée surtout aux petites villes et aux campagnes, son action s’étend bientôt aux grands centres urbains où elle est appelée aussi bien par les autorités centrales que par des bourgmestres ne parvenant que difficilement, comme à Bruxelles, à en contrôler les errements. La maréchaussée se comporte à présent comme la colonne vertébrale de l’ordre public. A la tête du corps de 1904 à 1914, le prototype du militaire ferme et conservateur qu’incarne Antonin Selliers de Moranville se méfie des autorités libérales des villes et, comme le général Capiaumont un demi-siècle plus tôt, entend combattre seul ces « révolutionnaires communistes » qui osent contester le souverain et ses gouvernements catholiques que l’inflexible général soutient sans condition131. Aussi voit-on les gendarmes, en vrais « rois de la rue »132, se déployer de plus en plus souvent de leur propre initiative, en toute autonomie, ce qui suscite des tensions entre responsables de l’ordre, et donne lieu à d’autant plus de controverses que les interventions des pandores sont très sèches et que leur simple présence dans certains centres - comme à Bruxelles - est synonyme de provocation et contribue à détériorer le climat. A partir de la fin du xixe siècle, leurs « salves effrayantes » et autres « charges inouïes », qui évoquent dans la presse les moulinets des cosaques à Varsovie, participent ainsi largement au martyrologe de la classe ouvrière133. Entre 1892 et 1914, on ne relève pas moins d’une vingtaine de tués de leur fait lors de grèves et de manifestations politiques, dont trois lors de cette fusillade de Liège, où après la défaite du cartel des gauches en 1912, le café socialiste La Populaire est criblé de balles telle une forteresse assaillie134. En juin 1899, alors que 800 gendarmes sont cantonnés dans la capitale, leur zèle est même à deux doigts, malgré la solidarité de l’uniforme et l’extrême ténacité des manifestants, de provoquer des heurts avec la police et la garde civique bruxelloises.135 Trois ans plus tôt, après quelques drames mortels où la responsabilité de la gendarmerie paraît engagée, l’abbé Daens avait déjà posé la question lancinante de l’intervention de ces militaires dans les agitations politiques en lançant à la Chambre : « dix gendarmes valent mieux que cent gardes civiques pour maintenir l’ordre, mais ces braves ne doivent absolument plus être mêlés aux luttes entre partis ! »136.

  • 137 On s’imagine mal aujourd’hui combien la Chambre fut le théâtre de violences entre les députés. À l (...)
  • 138 Voir les documents 102, 132 à 138.

61Confortée par des débats parlementaires aussi virulents que récurrents137 et par les diatribes de plus en plus acerbes des feuilles de gauche, la ‘pandorophobie’ se répand ainsi dans les grands centres et les communes industrielles, alors que d’aucuns stigmatisent la « cléricalisation » d’une maréchaussée désormais bien plus redoutée que la troupe138.

  • 139 Lire les souvenirs d’anciens gendarmes, dans les documents 36 et 91c.
  • 140 Voir les documents 89 à 91a.

62En cause, on peut relever quatre facteurs majeurs : son état d’esprit, rigide et antisocialiste139 ; sa doctrine de l’ordre public, qui n’aperçoit dans les contestataires que des ennemis, des malfaiteurs ou des révolutionnaires, et prévoit une répression expéditive et inflexible, malgré le souci des chefs d’éviter les brutalités gratuites, préjudiciables au prestige de l’arme et à la défense des « bons ouvriers »140 ; l’envoi systématique et volontaire de contingents plus sûrs du point de vue des autorités centrales, mais détachés totalement des réalités locales (comme ces solides ruraux des Flandres ou du Luxembourg, envoyés dans les grèves wallonnes ou à Bruxelles) ; enfin, la certitude pour les gendarmes d’être couverts par leur chef de corps et un pouvoir politique qui s’en sert comme de véritables prétoriens. En 1894, le catholique Schollaert, futur ministre de l’Intérieur, est vivement applaudi par la droite lorsqu’il n’hésite pas à déclarer dans l’hémicycle parlementaire :

  • 141 Déclaration qui fit suite à un incident violent survenu à Comblain-au-Pont, lors de troubles élect (...)

« Quand un sacrifice de vies humaines est nécessaire, je proclame qu’il vaut mieux voir tomber ceux qui s’insurgent contre l’ordre que ceux qui ont mission de défendre la société. »141

  • 142 Voir la réaction du ministre de la Justice (documents 85 et 86). Pour le maintien de l’ordre, les (...)

63Vingt ans plus tard, peu après l’agression mortelle de deux de ses hommes par des cambrioleurs mais surtout un mois avant la grande grève générale de 1913, Selliers adopte le système anglo-saxon et recommande à ses subordonnés, au nom de la légitime défense, de tirer sur tout « malfaiteur dangereux » avant que ce dernier ne sorte son arme142...

  • 143 Dans le Luxembourg par exemple, véritable vivier pour un corps composé en majorité d’anciens ouvri (...)
  • 144 Pour le procureur général Terlinden, il fallait d’urgence renforcer la maréchaussée « car la crain (...)
  • 145 Les gendarmes tués dans l’exercice de leurs fonctions au xixe siècle le furent par des braconniers (...)

64Si la gendarmerie, sur la sellette en tant que « garde-chiourme du capitalisme clérical », semble désormais cristalliser tous les ressentiments charriés chez les ouvriers par l’injustice sociale, elle progresse au contraire dans l’estime de la bonne société catholique et rurale143, et bénéficie d’une réputation internationale pour l’excellence de son organisation et la fermeté de sa discipline144. Pour cette frange de l’opinion, les pratiques brutales à l’égard des manifestants ne comptent en effet guère plus que les mauvais traitements à l’encontre des « romanichels » et des étrangers sans travail renvoyés à la frontière, enchaînés et garrottés, ou encore que les extraditions déguisées opérées par la gendarmerie grâce à ses contacts avec les postes des pays voisins… La bravoure et l’énergie déployées par ce corps contre les marginaux de l’ordre social sont à présent régulièrement célébrées par les journaux conservateurs, où la dizaine de « victimes du devoir » enregistrée par la gendarmerie à partir de 1870 suscite indignation et respect145.

  • 146 Voir les documents 83 et 105.

65Assurément, c’est bien la maréchaussée, animée, au sein de notre appareil policier, d’un réel sentiment de supériorité, qui a le vent en poupe et sort gagnante à la veille de la guerre146...

Officiers de police de l’agglomération bruxelloise en 1900

Gendarmes agressés lors d’un service d’ordre pendant le tirage au sort à Marcinelle en 1886

Réunion de gendarmes belges et allemands à la frontière

Gendarme cycliste vers 1910

Brigade cycliste de la police de Bruxelles en 1910

Antonin Selliers de Moranville, chef de la gendarmerie de 1904 à 1914

Fusillade de Jolimont par la garde civique durant la grève pour le suffrage universel (avril 1893), lithographie du Petit Journal

Fusillade de la rue Haute par les gendarmes, lors des troubles pour le Suffrage Universel en avril 1902

Intervention d’un chien policier à Saint Gilles

Caricature de la garde civique, fin du xixe siècle

Notes

1 Daniel PECTOR, Etienne Fourier et Jean Puissant, 1886 - La révolte des damnés de la terre, Charleroi - Bruxelles, 1986.

2 Pour les cléricaux, en particulier ultramontains, il convenait de mener une véritable croisade mettant aux prises « la cité de Dieu et la cité de Satan ». Quelques individus laisseront la vie dans ces échauffourées (Deneckere, Sire…, t. I, p. 253-373 et Jean-Philippe Schreiber, "Guerre scolaire ou guerre de religion ? Réflexions sur deux épisodes de l’histoire politique belge contemporaine", dans La pensée et les hommes, n°57, 1999, p. 25-58).

3 Deneckere, Sire…, t. II, p. 612-832.

4 Lire notamment l’analyse, sous cet angle, de la première grève générale, en 1893 à Bruxelles, dans Luc Keunings, "La dynamique des manifestations violentes à Bruxelles au xixème siècle. Une analyse des troubles d’avril 1893", dans Ginette Kurgan-Van Hentenryk (éd), Un pays si tranquille. La violence en Belgique au xixe siècle, Bruxelles, 1999, p.199-240.

5 Axel Tixhon, "La statistique de la peur : les enquêtes sur la criminalité e n Belgique (1830-1914)", dans Fabienne Brion, Andréa Réa, C. Schaut, Axel Tixhon, Mon délit ? Mon origine. Criminalité et criminalisation de l’immigration, Bruxelles, 2001, p. 281-295. Quelques policiers éclairés mettront publiquement en cause le fondement de cet alarmisme, en attribuant le « gonflement » des statistiques à la croissance des lois et règlements, l’augmentation sensible des effectifs policiers et leur meilleure instruction, et à un changement d’attitude de la population vis-à-vis de l’appareil policier et judiciaire en général (voir les considérations très intéressantes de l’officier Delcourt dans le document 77). Tixhon rejoint cette analyse en soulignant que la Belgique avait un taux de poursuite bien supérieur à celui des pays voisins (347 prévenus pour 10.000 habitants en 1900 contre 170 pour la France et 237 pour la Grande-Bretagne) (TIXHON, Les acteurs... p. 93).

6 Exposé de la situation du royaume (1851-1860) et (1876-1900).

7 Keunings, "Du garde ville à l’agent de police. Les débuts de la professionnalisation de la police en Belgique (1880-1914)", dans L’Officier de police, 1988, p. 5. Ces chiffres, émanant de la Statistique judiciaire, indiquent la totalité des affaires jugées par les tribunaux.

8 Expression du radical Georges Lorand, plusieurs fois énoncée dans son journal La Réforme, à la fin du xixe siècle.

9 Des poursuites pénales protégeaient désormais explicitement les agents de police en cas de délit d’outrage.

10 Françoise Tulkens (éd.), Généalogie de la défense sociale en Belgique (1880-1914), Bruxelles, 1988 et Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La Belgique criminelle. Droit, justice, société (xive-xxe siècles), Louvain-la-Neuve, 2006, p. 257-514.

11 Lettre de la Sûreté à la gendarmerie, 1887 (A.G.R., Police des étrangers, d.g. n°223). Sur la politique belge à l’égard des étrangers, lire Nicolas Coupain, "L’expulsion des étrangers en Belgique (1830-1914)", dans Revue belge d’Histoire contemporaine, XXXIII, 2003, 1-2, p. 5- 48, et Frank Caestecker, Alien Policy in Belgium 1840-1940. The Creation of Guest Workers, Refugees and Illegal Aliens, New-York - Oxford, 2000.

12 Ce qui, selon cet auteur, aurait déterminé, en matière de police judiciaire, le passage dans la seconde moitié du xixe siècle du modèle de la patrouille à celui de l’enquête (Tixhon, "Les acteurs…", p. 93).

13 Voir, notamment, le document 66.

14 Édouard Vandersmissen, Léopold II et Beernaert d’après leur correspondance inédite, de 1884 à 1894, t. II, Bruxelles, 1920, p. 53-54 et A.R., Fonds Léopold II, n°2085.

15 Voir le document 127.

16 Deneckere, Sire…, t. I., p. 290-305 ; Van Kalken, Commotions…, p. 53-63 et Philippe John Van Tiggelen, "Les émeutes de novembre 1871 à Bruxelles et la révocation du ministère d’Anethan", dans Revue belge d’histoire contemporaine, XV, 1984, 1-2, p. 165-200.

17 Lire Deneckere, Sire…, t. I, p. 335-370 et Luc Keunings, "Le maintien de l’ordre en 1884. Les manifestations d’août et de septembre à Bruxelles", dans 1884 : un tournant politique en Belgique. Colloque des facultés universitaires St Louis (24/XI/1984), Bruxelles, 1986, p. 99-149. Plus tard encore, des ministères conservateurs céderont devant « la loi de la rue » en acceptant le suffrage universel plural (1893) et en abandonnant un projet électoral qui aurait assuré pour longtemps la majorité aux cléricaux (1899).

18 G. Van Schoenbeek, "Leger en socialisme voor de Eerste Wereldoorlog", dans Belgisch Tijdschrift voor Militaire Geschiedenis, 23, 1979, 3, p. 219-262.

19 Jean Puissant, "L’initiative des communes belges. Les bourgmestres et le maintien de l’ordre en Wallonie", dans L’initiative des communes en Belgique 1795-1940, Actes du 12e colloque international du Crédit Communal de Belgique, Bruxelles, 1986, p. 597-608. Voir aussi les documents 71 et 72.

20 Sur les moyens utilisés pour « sauver l’État libéral » et combattre le socialisme, lire la synthèse de Jean-Pierre Nandrin, "Les mesures antiliberticides en Belgique au xixe siècle ou comment la démocratie s’est transformée et a résisté", dans H. Dumont et al., Pas de liberté pour les ennemis de la liberté? Groupement liberticide et droit. Actes du colloque du 14 février 2000, Bruxelles, 2000, p. 30-39.

21 Voir le document 44. Il faudrait cependant nuancer ce constat et distinguer quelque peu l’attitude des autorités centrales et celle de certaines administrations communales, plus proches des réalités locales et qui, au fil du temps, firent preuve de plus de souplesse et de clairvoyance. À Bruxelles par exemple, le bourgmestre Charles Buls qui considérait pourtant le drapeau rouge comme une « vulgaire loque » accepta à la fin de son mandat, en 1899, de se concerter avec les leaders socialistes pour qu’ils assurent, avec la police communale, le maintien de l’ordre lors de leurs manifestations. Cette collaboration tourna court lors des émeutes d’avril 1902 (voir Luc Keunings, "Ordre public et peur du rouge au xixème siècle. La police, les socialistes et les anarchistes à Bruxelles (1886-1914)", dans Revue belge d’histoire contemporaine, XXV, 1994-1995, 3-4, p. 329-396).

22 Keunings, "Les grandes étapes...", p. 18-30.

23 Ibidem, p. 20-23. Voir le document 117.

24 Lire l’analyse de Gautier après 1886 dans le document 45.

25 Un service qui ne se composait plus que de six espions en 1889 (voir le document 46)

26 Les gestes de ce que les anarchistes appelaient « la propagande par le fait » eurent un retentissement considérable en Belgique comme dans toute l’Europe.

27 Keunings, "Les grandes étapes…", p. 26-29.

28 Voir les documents 44 et 47.

29 Luc Keunings, "L’initiative des communes en Belgique...", dans L’initiative des communes..., t. II, p. 515-517 ; Luc Keunings, ‘‘The Secret Police in Nineteenth-Century Brussels’’, dans Intelligence and National Security, 4, 1989, n°1, p. 59-85 ; Keunings, Polices secrètes…

30 Voir sur cette affaire Colette Huberty et Luc Keunings, "La prostitution à Bruxelles au xixème siècle", dans Les Cahiers de la Fonderie, n°2, avril 1987, p. 16-19.

31 A cet égard, la collaboration entre la police de Bruxelles et les agents du pouvoir central continua cependant à susciter certaines difficultés (voir les documents 47 et 118). Les bourgmestres de Bruxelles considérèrent toujours la Sûreté comme un simple bureau sans compétence.

32 Voir les documents 48 et 75. Quelques policiers belges tomberont sous les coups des anarchistes ou supposés tels. En 1897, un agent bruxellois est très grièvement atteint par les balles d’un anarchiste faux-monnayeur. En 1904, un officier saute avec la bombe destinée au chef de la brigade de sûreté de Liège. En 1909 et 1912, trois agents gantois sont abattus par des libertaires dont un par le célèbre Callemin, dit « Raymond la Science », lié à la bande à Bonnot (Keunings, "Ordre public et peur du rouge…" et Luc Keunings, "La peur du rouge et les forces de l’ordre à la fin du xixème siècle", dans Pascal Delwit et José Gotovitch, La peur du rouge, Bruxelles, 1996, p. 39-52).

33 Histoire de la gendarmerie..., p. 306-307.

34 Keunings, "L’évolution d’un corps de police...", p. 177-178.

35 Voir le document 49.

36 Keunings, "Les grandes étapes...", p. 25.

37 Victor Hugo, Œuvres complètes. Histoire. III. Histoire d’un crime, Paris, 1884, p. 246. On se souviendra que le célèbre écrivain fut expulsé par la Sûreté en 1871.

38 Au grand dam de certains policiers, il ne fut jamais question en Belgique ni de les investir de pouvoirs d’exception comme en France dans les années 1890 contre les anarchistes (les « lois scélérates ») ni de leur permettre de mettre en place des cabinets noirs interceptant les correspondances.

39 Annales parlementaires, Chambre. Session 1899-1900, p. 583.

40 Dans une enquête portant sur la manière dont la police française couvrit le Hainaut troublé de la fin des années 1880, Jean Puissant et Joël Michel insistent sur la supériorité des services français, dont le niveau d’instruction politique était élevé en raison de leur spécialisation, par rapport aux Belges qui confiaient cette tâche à des indicateurs, de simples agents ou des gendarmes, dont les comptes-rendus reproduisaient le discours des classes dirigeantes en noircissant systématiquement la classe ouvrière et les socialistes (Joël Michel et Jean Puissant, "Le Hainaut troublé de la fin du xixème siècle vu de France", dans Recueil d’étude d’histoire hainuyère, offert à M. A. Arnould, Annalectes d’histoire du Hainaut, t. I, Mons, 1983, p. 767-781).

41 Mais ici aussi, il convient de ne pas verser dans l’angélisme et de se rappeler que face aux obstructions du pouvoir, les pompiers - les leaders socialistes - se faisaient parfois pyromanes, qu’une frange radicale du parti en appelait aux actions révolutionnaires et qu’à Bruxelles notamment, le contrôle exercé sur leur base turbulente, les jeunes gardes, laissait parfois à désirer, ce qui ne manquait pas de compliquer l’action des forces de l’ordre.

42 Voir Frank Segers, Het leger en de ordehandhaving in Belgïe 1886-1902, Louvain, 1984 (KUL, mémoire inédit).

43 Entre 1902 et 1913, ses effectifs sur pied de guerre passeront de 180.000 à 340.000 hommes.

44 Voir les documents 50 à 58. Lire en particulier l’avis d’un officier de l’armée sur les dangers de l’Internationale, dans le document 50.

45 Keunings, "Le maintien de l’ordre en 1884…"

46 Idem.

47 Jan Verhaeghe, "De Ordehandhaving bij de sociale onlusten in maart-april 1886 in Luik en Charleroi"’, dans Revue belge d’histoire militaire, 25, 1984, 8, p. 687-724 ; 26, 1985, 1, p. 17-42 ; 27, 1986, 5, p. 435-464 ; 28, 1987, p. 269-298.

48 175 Avant ces événements, de forts contingents avaient déjà été appelés à Bruxelles ou à Gand, notamment en 1834 et 1839, mais leur ampleur n’était pas comparable aux effectifs mobilisés en 1886.

49 Sur les directives concernant l’armée dans les émeutes, à comparer avec celles des autres forces de l’ordre, lire les documents 87 à 100, en particulier 92 à 98.

50 Sur la détermination de Vander Smissen, lire les documents 52 à 54, 56 et 57.

51 A.M.R.A., Fonds maintien de l’ordre, farde A 24 et Pector et al., 1886…, p. 24-54.

52 Voir le document 55.

53 Les débats aux assises, ponctués parfois par des acquittements, et les désordres provoqués par l’interdiction des meetings furent considérés par les militants comme d’excellents moyens de propagande, ce que comprirent progressivement les autorités en limitant les poursuites. En 1902 toutefois, les socialistes devaient bien admettre que les soldats étaient loin d’être gagnés à la cause (Claude Renard, Un aspect du socialisme avant 1914 : les attitudes politiques et idéologiques du P.O.B. dans les débats sur la défense nationale (1885-1913), Bruxelles, 1973 (U.L.B., mémoire inédit)).

54 Marie-Rose Thielemans, Albert Ier. Carnets et correspondance de guerre 1914-1918, Louvain, 1991, p. 83.

55 Voir les documents 92 à 98.

56 A.M.R.A., Fonds Selliers de Moranville et du maintien de l’ordre.

57 Le pays fut très loin de connaître l’équivalent des mutineries de 1907 dans le Midi viticole où 500 fantassins du 17e de ligne s’étaient saisis de fusils pour défendre les grévistes contre les troupiers venus du Nord.

58 Voir Deneckere, Sire…, II, p. 682-823.

59 On n’oubliera pas ici de mentionner les pompiers communaux, dont l’intervention dégénéra en fusillade le 18 avril 1893 à Borgerhout, lors de la grève générale (voir les versions contradictoires, typiques de ce genre d’événements, dans les documents 140b et 140c).

60 Robert Darquenne, Les Warocqué et la garde civique, Mariemont, 1987 ; Van Kalken, "L’armée ..." et José Verschaeren,"De politieke rol van de Burgerwacht (te Antwerpen en Sint-Niklaas), 1830-1914", dans L’initiative publique des communes..., t. II, p. 581-596.

61 Van Kalken, Commotions..., p. 61.

62 Formule faisant référence aux tambours arrachés des mains des catholiques (voir Keunings, "Le maintien de l’ordre en 1884...").

63 Voir les documents 59 à 62, et 130.

64 L’application de cette loi du 10 Vendémiaire an IV fut une des causes majeures des ennuis financiers endurés par Bruxelles après les pillages anti-orangistes non réprimés des années 1830. En 1894, La participation de l’État à cette indemnisation fut prévue par une loi.

65 Dénomination des gardes de l’infanterie de la milice citoyenne.

66 A.G.R., Papiers Schollaert-Helleputte, n°372.

67 La Chronique, 24-27 août 1887.

68 Léon Fourmanoit, Quatre-vingt-treize, avenue de Jemappes, Cuesmes, 1983.

69 Voir le document 59. En 1893, pour la première fois à Bruxelles, le gouvernement investit le chef de la garde de la capitale du commandement des milices citoyennes de l’agglomération. La décision de ce dernier d’interdire tout rassemblement suscita l’opposition du chef de la garde de Molenbeek, qui fut considéré par la suite comme un héros.

70 Extrait d’un rapport de 1888, cité dans Michel et Puissant, "Le Hainaut…", p. 781.

71 A. De Neeff, "De la réorganisation de la garde civique", dans La Revue Générale, 33, 1897, p. 72-97.

72 Documents parlementaires. Chambre, (1896-1897), nos21 et 101.

73 Ibidem, n°101, p. 123 (rapport de Ligy).

74 Annales parlementaires, Chambre, 16 juillet 1897, p. 1989. Voir le documents 130.

75 Voir les documents 62 et 63.

76 Les commandants supérieurs des gardes des grands centres (Bruxelles, Anvers, Gand, Liège) avaient plaidé en faveur d’une bonne partie des mesures contenues dans la loi, qui concernaient en particulier la discipline et l’entraînement des gardes. Ce furent d’ailleurs ces officiers qui en suggérèrent l’application au gouvernement (voir document 61).

77 Chiffres provenant des volumes de la Statistique générale de la Belgique. Exposés de la situation du royaume. (1851-1860) et (1876-1900). Les données relatives à 1897 correspondent à la situation de la garde avant la réorganisation.

78 Peter Heyrman, Rudi Hoekx, Piet Veldeman et Bart Willems, Leve het algemeen stemrecht ! Vive la garde civique ! De strijd voor algemeen stemrecht, Leuven, 1902, Louvain, 2002. Voir également Le Franc Tireur, organe de la garde civique et les nombreux dossiers reposant aux A.M.R.A. et aux A.V.B. sur la réorganisation de la garde.

79 Voir les documents 64, 87, 88, 130, 131, 143 à 145.

80 Cyrille Van Overbergh, La grève générale de 1902 en Belgique, Bruxelles, 1902.

81 Heyrman et al, Leve…. Voir document 131.

82 Luc Keunings, "Une étape dans l’histoire de l’appareil policier belge : les troubles de juin 1899 à Bruxelles", dans Revue belge de philologie et d’Histoire, LXIV, 1986, 4, p. 718-739.

83 Une loi de 1887 confiait au seul bourgmestre la responsabilité de l’exécution des lois et règlements de police. Deux arrêtés royaux de 1897 et 1905 lui assurèrent par la suite le contrôle quasi absolu sur la police locale (Van Outrive et al., Les polices…, p. 68).

84 Voir Brose, Histoire…, Van de Walle, "Een onderzoek…", et Keunings, Histoire de la police…, t. II, p. 238-561.

85 Luc Keunings, "Du garde ville...", p. 1-96.

86 Chiffres récoltés dans les sources précitées sur la police et dans R. Fosdick, European Police Systems, New York, 1915.

87 Ce qui permit au Policeman, l’organe de la police de la capitale, de présenter cette dernière comme une des meilleures polices au monde, n’ayant rien à envier, sur le plan administratif, à celle du préfet Louis Lépine (Keunings, "L’évolution d’un corps de police...", p. 163-182).

88 Voir le document 74.

89 On était alors encore à une époque où certaines autorités désignaient des itinéraires fixes aux rondes et faisaient attacher les patrouilleurs l’un à l’autre à une corde pour éviter qu’ils ne se rendent dans les cabarets. Vers 1900, les grandes villes créèrent un nouveau grade, celui de brigadier, dont la fonction essentielle consistait à inspecter les agents subalternes.

90 C’est vers 1900 que les commissaires des centres urbains, régulièrement cités dans la presse, atteindront une certaine notabilité, ce qui n’était pas encore le cas vingt ans plus tôt (voir le document 65).

91 Voir la Revue belge de police administrative et judiciaire, 1881 et suivantes.

92 À Bruxelles, le Guide du commissaire en chef stipulait que « l’agent raisonneur ne pouvait être toléré dans la police » (Keunings, "Du garde ville..." et Luc Keunings, "Les bras armés de Thémis. Les policiers bruxellois à la Belle Epoque", dans Les Cahiers de la Fonderie, n°27, 2002, p. 17-23).

93 Keunings, "Rondes de nuit. La surveillance nocturne à Bruxelles à la Belle Epoque", dans Les Cahiers de la Fonderie, n°21, 1996, p. 6-13 et Keunings, "Les vigiles à Bruxelles. Origines et Evolution (1830-1934)", dans Revue de la gendarmerie, 102, 1985, n°4, p. 30-35.

94 Keunings, "Veilleurs et détectives privés à Bruxelles, de l’Indépendance à 1914", dans Le folklore brabançon, mars 1982, p. 89-141 et juin 1982, p. 223-231. En 1910, la ville d’Anvers tenait la palme avec 439 veilleurs, suivie par les arrondissements de Bruxelles (262) et de Charleroi (226).

95 Voir les documents 101 et 102.

96 Keunings, L’initiative publique..., p. 502-505.

97 Voir les documents 67, 121, 122, 140a et 143.

98 Keunings, "Ordre public et peur du rouge..." et Keunings, "La dynamique…". Voir aussi les documents 99 et 100.

99 Voir les documents 48, 73, 75, 140a et 145. Il convient ici d’être nuancé. Avec l’arrivée des socialistes dans les conseils communaux des grandes villes libérales, le petit personnel policier trouvera un soutien non négligeable. Sur le cas de Bruxelles, lire Keunings, "Ordre public et peur du rouge…".

100 Luc Keunings, "Ordre public et justice. Aux origines de la zone neutre", dans Les Cahiers de la Fonderie, n°27, 2002, p. 4-9.

101 Les « bienfaits » du revolver en maintien de l’ordre n’étaient pas partagés par tous les policiers (voir le document 69).

102 Gita Deneckere, "La violence dans le mouvement ouvrier à Gand au xixème siècle", dans Kurgan-Van Hentenryk, Un pays si tranquille..., p. 189.

103 Le Soir, 8-9 février 1904.

104 Le Peuple, 1er juin 1913.

105 Voir le document 124.

106 Voir le document 120.

107 La faiblesse de leurs moyens fut un des facteurs majeurs qui incitèrent les autorités locales à édicter des interdictions de rassemblements sur la voie publique, lesquelles furent souvent à l’origine de collisions et d’incidents avec les forces de l’ordre, notamment en Wallonie (Puissant, L’initiative…, p. 603-604).

108 Voir le document 101.

109 Idem.

110 Idem.

111 Ce constat ne fit pas l’unanimité parmi les policiers (voir le document 77).

112 Il n’était pas exceptionnel qu’un collège ou un bourgmestre catholique offre à son garde champêtre un képi de commissaire afin de contrecarrer le pouvoir ou diminuer le prestige du commissaire attitré, dont le seul défaut était d’être libéral.

113 Commission parlementaire sur la police rurale, Bruxelles, 1904 ; M. Terlinden, "Le projet de loi sur la réorganisation de la police rurale", dans La Belgique judiciaire, n°68, octobre 1911, p.1085 et suivantes, et les nombreux articles publiés à ce sujet en 1904, 1908 et 1911 dans la Revue belge de la police administrative et judiciaire.

114 Chiffres puisés dans les Recensements généraux de la population, aux dates indiquées.

115 Voir les documents 45, 78 et 84.

116 Ce renforcement était plaidé aussi par les commissaires d’arrondissement, les parquets, les élus des centres industriels et les sénateurs provenant des campagnes (Voir Tixhon, "L’essor…", Louis Pisart, Histoire et organisation de la gendarmerie, Bruxelles, 1967 ; Louis Sourie, De Belgische rijkswacht. Een geschiedkundig overzicht, Ninove, 1948 ; Histoire de la gendarmerie... ; W.J.D.Van Geet, De gendarmerie te Antwerpen 1830-1977. Een Bijdrage tot de geschiedenis van Antwerpen, Antwerpen, 1978).

117 Lire les discussions du budget de la gendarmerie dans les Annales parlementaires.

118 Il ne faudra pas attendre 1886 pour voir augmenter les effectifs du corps. Entre 1875 et 1885, ils s’accroissent de plus de 35 % (Tixhon, "L’essor de la gendarmerie…" et Tixhon, "Les acteurs de la police…").

119 Gendarmerie nationale. Recueil des lois, Règlements, Instructions, Ordres, Circulaires, etc. se rapportant au Service de l’arme, Gand, 1911, et divers cartons reposant aux A.P.F.

120 Voir le document 137.

121 Dans les années 1890, la position des gendarmes semblait cependant encore globalement supérieure à celle des policiers, car ils avaient à tous les degrés leur avenir assuré par une retraite alors que plus de 60 % des commissaires n’en bénéficiaient pas (Keunings, "Du garde ville…", p. 14).

122 Voir les documents 81 et 82. Dans la police de Bruxelles, le mouvement sera inverse : la taille exigée passe de 1m 66 à 1m 70 entre 1890 et 1912.

123 Ces revendications seront relayées également au parlement par les gauches socialiste et chrétienne qui, plus d’une fois, soulèveront l’impérieuse nécessité d’améliorer la condition sociale des gendarmes de base.

124 Voir les documents 80 à 82.

125 A.M.R.A., Fonds Selliers de Moranville.

126 Données puisées dans les Statistiques judiciaires de la Belgique, aux années indiquées.

127 « La gendarmerie aux gendarmes » fut revendiquée dès 1913 par le Défenseur de l’ordre, l’organe de la maréchaussée.

128 Voir le document 105.

129 Voir le document 102.

130 Alexis Callier, La réforme de la police judiciaire, Bruxelles, 1912 ; G. De Prelle de la Nieppe, La gendarmerie, Bruxelles, 1912 ; Terlinden, "Le projet de loi…".

131 Voir le document 91b. Selliers était, à cette époque, un des rares officiers supérieurs de sensibilité catholique au sein de l’armée.

132 Expression reprise en 1961 par le colonel Lorgé devant ses étudiants officiers (« Messieurs, n’oubliez jamais que vous êtes les rois de la rue ») et citée par l’historien de la gendarmerie, le colonel Van Geet, pour qualifier la période 1815-1970, dans De gewapende lieden. Een historisch-kritische benadering van de Rijkswacht in een evoluerend politielandschap (1795-1995). Van militair politiekorps met civiele en militaire taken naar een civiel politiekorps met een militair karakter, Antwerpen, 1997, p. 17-30.

133 Deneckere, Sire…, t. II, p. 682-823.

134 Annales parlementaires, Chambre, (1912-1913), p. 75 et suivantes.

135 Keunings, "Une étape dans l’histoire...", p. 730-736.

136 Annales parlementaires. Chambre. Session 1895-1896, p. 1789. Voir notamment le discours très agressif des socialistes à l’encontre des gendarmes en pareilles circonstances, dans les documents 134 à 137.

137 On s’imagine mal aujourd’hui combien la Chambre fut le théâtre de violences entre les députés. À la fin du xixe siècle, leurs discussions dégénérèrent parfois en pugilats. Voir document 141.

138 Voir les documents 102, 132 à 138.

139 Lire les souvenirs d’anciens gendarmes, dans les documents 36 et 91c.

140 Voir les documents 89 à 91a.

141 Déclaration qui fit suite à un incident violent survenu à Comblain-au-Pont, lors de troubles électoraux entre catholiques et libéraux durant lesquels l’intervention de deux gendarmes d’Aywaille, requis par le maïeur catholique, entraîna la mort d’un homme (Annales parlementaires. Chambre. Session 1893-1894, p. 859).

142 Voir la réaction du ministre de la Justice (documents 85 et 86). Pour le maintien de l’ordre, les catholiques de Trooz (ministre de l’Intérieur) et Woeste (député) invoqueront aussi en 1902 un droit de légitime défense « d’autrui », autorisant la force publique à tirer « sans sommation » afin d’« éviter » la perpétration d’attentats sur les personnes et les propriétés (Picard et dHoffschmidt, Pandectes…, t. 83, 1906, col. 1522.)

143 Dans le Luxembourg par exemple, véritable vivier pour un corps composé en majorité d’anciens ouvriers agricoles et d’artisans, les gendarmes étaient accueillis à bras ouverts. À la veille de la guerre, on entendit de plus en plus souvent au parlement des voix catholiques revendiquer le droit de vote pour ces « défenseurs de l’ordre et de la propriété ».

144 Pour le procureur général Terlinden, il fallait d’urgence renforcer la maréchaussée « car la crainte du gendarme était le commencement de la sagesse » (cité dans Van Outrive et al., Les polices…, p. 74).

145 Les gendarmes tués dans l’exercice de leurs fonctions au xixe siècle le furent par des braconniers et des cambrioleurs ou lors de querelles de cabarets, dont la surveillance fut une véritable obsession tout au long du xixe siècle.

146 Voir les documents 83 et 105.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 : Évolution du nombre de condamnés par les tribunaux6
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 4 : Affaires jugées par les tribunaux. Proportion de crimes (cr.) et délits (d.) impunis7
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau 5 : Effectifs des gardes civiques du royaume77
Légende (1) : ratio garde civique/habitants
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau 6 : Effectifs policiers des grandes villes86
Légende ( ) = ratio policier par habitants
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Tableau 7 : Evolution du secteur privé de la sécurité114
Légende Veilleurs : veilleurs de nuit non attachés à un service public.Gardes part. : gardes particuliers de biens, de chasse, de pêche, etc.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Tableau 8 : Activité judiciaire des polices126
Légende 2e colonne : nombre de dénonciations, plaintes et procès-verbaux transmis au parquet( ) : pourcentage par rapport au total des PV3e colonne : nombre de PV par gendarme, policier ou garde champêtreTableau 9 : Effectifs réels de la gendarmerie
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Eff. : effectifs totauxOff. : officiersGend. : gendarmesCav. : cavaliersG./hab. : ratio gendarme/habitantsG./ha : ratio gendarme/hectaresBrig. : brigadesTableau 10 : Activité judiciaire des polices aux niveaux national et provincial
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Gcf. : gardes champêtre et gardes forestiersPV : nombre de dénonciations, plaintes et procès verbaux transmis aux parquets% : pourcentage par rapport au total des PV en Belgique ou en province
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Officiers de police de l’agglomération bruxelloise en 1900
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Gendarmes agressés lors d’un service d’ordre pendant le tirage au sort à Marcinelle en 1886
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Réunion de gendarmes belges et allemands à la frontière
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Légende Gendarme cycliste vers 1910
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Brigade cycliste de la police de Bruxelles en 1910
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Légende Antonin Selliers de Moranville, chef de la gendarmerie de 1904 à 1914
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Fusillade de Jolimont par la garde civique durant la grève pour le suffrage universel (avril 1893), lithographie du Petit Journal
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Légende Fusillade de la rue Haute par les gendarmes, lors des troubles pour le Suffrage Universel en avril 1902
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende Intervention d’un chien policier à Saint Gilles
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Caricature de la garde civique, fin du xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1621/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540