Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Annexes – Échelles par ordre alphabétique

Texte intégral

La vieillesse est comparable à l'ascension d'une montagne. Plus vous montez, plus vous êtes fatigué et hors d'haleine, mais combien votre vision s'est élargie !
Ingmar Bergman

ADAS-COG

1L’ADAS-Cog est une échelle conçue aux USA par Rosen et al. en 1984. Elle permet d’évaluer la sévérité et l’évolution des troubles cognitifs. La version française a été adaptée par le Groupe de Réflexion sur les Évaluations Cognitives (GRECO). Ce groupe est composé d’experts cliniciens chercheurs dans le domaine de la neuropsychologie du vieillissement normal et pathologique.

2L’Adas-Cog comprend 11 épreuves qui permettent d’évaluer différentes fonctions cognitives telles que la mémoire, le langage, les praxies. Cette échelle est indiquée à chaque fois qu’il est nécessaire d’évaluer la progression ou la détérioration des capacités cognitives. Une valise au format 37 x 27 x 8 cm contient les différents matériels nécessaires à la passation de cette échelle ainsi qu’un livret individuel de passation de 26 pages qui permet de noter les scores du patient à chacune des épreuves.

3Afin d’éviter l’effet d’apprentissage dans les situations de retest, il existe trois versions parallèles de listes de mots pour les subtests de mémoire verbale (subtests 4 et 10 de l’échelle). L’utilisation de ces trois versions (A, B et C) est nécessaire soit en clinique courante lorsque l’on teste un sujet à moins d’un mois d’intervalle, soit dans les situations répétées lors de recherches cliniques conduites dans le cadre d’essais thérapeutiques. La version de base de l’ADAS-Cog comprend le matériel pour la passation de la version A.

Barthel (indice de -)

Présentation

4Il s’agit de la version de Colin et Wade de l’index de Barthel. La version de Granger est devenue la MIF (FIM en anglais). L’index de Barthel s’applique en premier lieu aux patients hémiplégiques.

5D’utilisation aisée, l’indice de Barthel est utile pour vérifier :

  • L’efficacité de soins ou techniques mises en œuvre ;
  • La mesure des conséquences fonctionnelles des incapacités observées ;
  • La vérification d’un pronostic d’évolution ;
  • La mesure de la charge de travail dans un service ;
  • La mesure de l’évolution fonctionnelle dans le temps.

Critères d’inclusion

6À l’origine (Mahoney et Barthel, 1965), le test était utilisé pour évaluer l’état fonctionnel des patients chroniques, quel que soit leur diagnostic. Aujourd’hui il est utilisé plus volontiers pour les cas neurologiques et comme indicateur de capacités pour les personnes à mobilité réduite. Il est aussi utilisable comme indice d’autonomie dans le grand âge.

Critères d’exclusion

7Pathologies orthopédiques.

Critères de péjoration (diagnostic associé)

8Co-morbidités importantes (artérite, diabète).

Évolution du score

9Ce score est attribué par des professionnels, en décrivant ce que le patient devrait faire. On doit le comparer avec ce que le patient pense qu’il peut faire (Auto-test de Barthel).

10L’évolution du score pendant un séjour, ou au décours d’une série de traitements, permet de mettre en valeur les progrès accomplis dans le domaine de l’autonomie.

11La valeur 0 indique une dépendance totale du patient.

12La valeur 100 correspond à une complète autonomie.

Collin C, Wade OT, Davis S et al. The Barthel AOL Index : a reliability study, Int Disabil Studies 1988 ;10 :61-63.

13À titre de comparaison, les valeurs suivantes sont proposées :

14Valeurs-seuil indicatives.

15Ces valeurs permettent une comparaison de benchmarking : est-ce que je fais aussi bien que d’autres ? Sinon, pourquoi ?

16Khaoulani N, Calmels P. Évaluation fonctionnelle par l’indice de Barthel. Ann Med Phys Réadapt 1991 ; 34 :129-136

Cornell (échelle de -)

17(Cornell scale for depression in dementia. Biol Psych 1988 ; 23 :271-84.)

18Cette échelle a été élaborée pour faciliter le dépistage de la dépression chez des personnes dont le syndrome démentiel est déjà installé, avec un MMS < 15.

19L’examinateur interroge le patient pendant une dizaine de minutes, puis sa famille(vingt minutes).

20Prénom :.................................... Nom :.........................................

21Date de naissance :...............................

22Date du test :.................................

23Nom et statut de l’accompagnant........................................................

24Les évaluations doivent être basées sur les symptômes et les signes présents pendant la semaine précédant l’entretien. Aucun point ne devra être attribué si les symptômes sont secondaires à une infirmité ou à une maladie somatique.

25Il faut coter chaque item et en faire l’addition selon le score suivant :

26a = impossible à évaluer 0 = absent 1 = modéré ou intermittent 2 = sévère

http://www.sommeil-mg.net (copyleft sous réserve de mentionner la source)

27TOTAL : ………..sur 38 – Nombre de a : ………....

28Le score seuil pour penser à un syndrome dépressif est de 10.

GDS 30 items

29Nom :....................................................................... Date :..................................

30Instructions : Encerclez la réponse exprimant le mieux comment vous vous sentiez au cours de la semaine passée.

311. Êtes-vous fondamentalement satisfait(e) de la vie que vous menez ? oui non

322. Avez-vous abandonné un grand nombre d’activités et d’intérêts ? oui non

333. Est-ce que vous sentez un vide dans votre vie ? oui non

344. Vous ennuyez-vous souvent ? oui non

355. Êtes-vous optimiste quand vous pensez à l’avenir ? oui non

366. Êtes-vous préoccupé(e) par des pensées dont vous n’arrivez pas à vous défaire ? oui non

377. Avez-vous la plupart du temps un bon moral ? oui non

388. Craignez-vous qu’il vous arrive quelque chose de grave ? oui non

399. Êtes-vous heureux/heureuse la plupart du temps ? oui non

4010. Éprouvez-vous souvent un sentiment d’impuissance ? oui non

4111. Vous arrive t-il souvent de ne pas tenir en place, de vous impatienter ? oui non

4212. Préférez-vous rester chez vous au lieu de sortir pour faire de nouvelles activités ? oui non

4313. Êtes-vous souvent inquiet(e) au sujet de l’avenir ? oui non

4414. Avez-vous l’impression d’avoir plus de problèmes de mémoire que la majorité des gens ? oui non

4515. Pensez-vous qu’il est merveilleux de vivre à l’époque actuelle ? oui non

4616. Vous sentez-vous souvent triste et déprimé(e) ? oui non

4717. Vous sentez-vous plutôt inutile dans votre état actuel ? oui non

4818. Le passé vous préoccupe-t-il beaucoup ? oui non

4919. Trouvez-vous la vie très excitante ? oui non

5020. Avez-vous de la difficulté à entreprendre de nouveaux projets ? oui non

5121. Vous sentez-vous plein(e) d’énergie ? oui non

5222. Avez-vous l’impression que votre situation est désespérée ? oui non

5323. Pensez-vous que la plupart des gens vivent mieux que vous ? oui non

5424. Vous mettez-vous souvent en colère pour des riens ? oui non

5525. Avez-vous souvent envie de pleurer ? oui non

5626. Avez-vous de la difficulté à vous concentrer ? oui non

5727. Êtes-vous heureux/heureuse de vous lever le matin ? oui non

5828. Préférez-vous éviter les rencontres sociales ? oui non

5929. Prenez-vous facilement des décisions ? oui non

6030. Vos pensées sont-elles aussi claires que par le passé ? oui non

61Score

62: /30

63Compter 1 si la réponse est non aux questions 1, 5, 7, 9, 15, 19, 21, 27, 29, 30 et oui aux autres.

64* Tous droits réservés en totalité ou en partie. Traduction de Bourque. Blanchard L. Rev Can Vieil 1990 ; 9 : 348-55. Yesavage JA et al. Geriatric depression screening scale. J Psych Res 1983 ; 17 : 37-49.

GDS 15 items

65Nom :................................................. Date :...................................................

66Instructions : Encerclez la réponse exprimant le mieux comment vous vous sentiez au cours de la semaine passée.

671. Êtes-vous satisfait(e) de votre vie ? oui non

682. Avez-vous renoncé à un grand nombre de vos activités ? oui non

693. Avez-vous le sentiment que votre vie est vide ? oui non

704. Vous ennuyez-vous souvent ? oui non

715. Êtes-vous de bonne humeur la plupart du temps ? oui non

726. Avez-vous peur que quelque chose de mauvais vous arrive ? oui non

737. Êtes-vous heureux(se) la plupart du temps ? oui non

748. Avez-vous le sentiment d’être désormais faible ? oui non

759. Préférez-vous rester seul(e) dans votre chambre plutôt que de sortir ? oui non

7610. Pensez-vous que votre mémoire est plus mauvaise que celle de la plupart des gens ? oui non

7711. Pensez-vous qu’il est merveilleux de vivre à notre époque ? oui non

7812. Vous sentez-vous une personne sans valeur actuellement ? oui non

7913. Avez-vous beaucoup d’énergie ? oui non

8014. Pensez-vous que votre situation actuelle est désespérée ? oui non

8115. Pensez-vous que la situation des autres est meilleure que la vôtre ? oui non

82Score :

83/15

84Compter 1 si la réponse est non aux questions : 1, 5, 7, 11, 13, et oui aux autres.

GDS 4 items

Fiche de passation

851 A. Vous sentez-vous souvent découragé(e) et triste ? oui non

862 B. Avez-vous le sentiment que votre vie est vide ? oui non

873 C. Êtes-vous heureux (se) la plupart du temps ? oui non

884 D. Avez-vous l’impression que votre situation est désespérée ? oui non

Cotation

89À la question A, oui = 1 – non = 0

90À la question B, oui = 1 – non = 0

91À la question C, oui = 0 – non = 1

92À la question D, oui = 1 – non = 0

Horloge (test de l’-)

  • L’examinateur présente au patient une feuille sur laquelle un cercle d’environ 10 cm est dessiné et lui dit : « Ce dessin représente un cadran d’une horloge, il manque les chiffres indiquant les heures, à vous de les disposer sur le cadran… Ensuite je vais vous demander de dessiner les aiguilles et de les disposer pour indiquer 4H moins 20, ou 16h40, ou 10h10 ».
  • Une alternative plus sensible est de faire dessiner le cercle.
  • Il n’y a pas de temps limite : le patient doit s’abstenir de regarder sa montre ou une pendule.
  • La cotation de 1 à 10 (10 correspondant au meilleur score sensibilité/spécificité)

9310 = Dessin normal (si cercle fait par le patient), chiffres et aiguilles en position approximativement correcte. Les aiguilles des heures étant clairement distinctes de celles des minutes.

949 = Légère erreur dans le placement des aiguilles (pas exactement sur 8 et 4) mais pas franchement sur un autre chiffre, ou un chiffre manquant sur l’horloge.

958 = Erreurs plus notables dans le placement des heures et des minutes (moins de un chiffre), l’espace entre les chiffres montre un trou.

967 = Placement des aiguilles de façon significativement fausse (plus d’un chiffre).

976 = Usage inapproprié des aiguilles (par exemple, affichage digital ou entoure les chiffres des heures malgré des instructions répétées). Accumulation des chiffres d’un côté de l’horloge ou chiffres à l’envers.

985 = Persévération ou arrangement inapproprié des chiffres (ex : chiffres indiqués par des points). Les aiguilles peuvent être représentées, mais ne pointent pas forcément des chiffres.

994 = Chiffres absents ou écrits en dehors de l’horloge, ou séquence fausse. Aiguilles non clairement représentées.

1003 = Chiffres des heures plus connectés au dessin du cadran. Aiguilles pas présentes de façon reconnaissable.

1012 = Ce qui est dessiné a un rapport avec les consignes, mais l’organisation spatiale des chiffres est inappropriée,

1021 = Tout est faux ou ininterprétable ou il n’y a pas eu d’essai.

103Interprétation

104L’examinateur vérifie les quatre critères suivants :

  • L’emplacement des nombres correspondant à chaque heure.
  • L’ordonnancement des heures.
  • La bonne représentation des deux aiguilles (petite et grande).
  • L’emplacement des deux aiguilles correspondant à l’heure demandée.

105En revanche, une ou plusieurs erreurs lors du dessin spontané, indiquent la présence d’un trouble de fonctions exécutives, et lors de la copie de troubles visio-spatiaux. Interprétation de la cotation sur 10.

  • Scores entre 7 et 10 : Normal.
  • Score de 6 : limite (13 % de normaux seulement)
  • Score de 5 et moins : détérioration pathologique (83 % de maladie d’Alzheimer)

106Intérêt : Ce test est très simple et très bien accepté par les patients, il est facile d’exécution et rapide (2 min), il est très sensible et devrait être une aide au diagnostic le plus tôt possible.

107À compléter par d’autres tests neuropsychologiques si des anomalies sont constatées.

IADL (Lawton)

Échelle de soins personnels – 1ère partie

108Nom

109Prénom

110Sexe

111Age

112Date

113Examinateur

Continence

114Va aux toilettes tout seul et n’est pas incontinent.

115A besoin d’être aidé pour demeurer propre, d’être souvent sollicité à veiller à son hygiène, ou a de rares accidents (une fois par semaine maximum).

116Se souille pendant son sommeil, plus d’une fois par semaine.

117Se souille alors qu’il est éveillé et plus d’une fois par semaine.

118Aucun contrôle sphinctérien, anal ou vésical.

Alimentation

119Mange sans assistance.

120Mange avec une légère assistance pendant les repas et avec une préparation particulière de la nourriture et/ou a besoin d’aide pour s’essuyer après les repas.

121Est souvent négligé et a souvent besoin d’assistance pour se nourrir.

122A besoin d’une assistance importante à tous les repas.

123Ne parvient pas du tout à se nourrir et s’oppose aux tentatives des autres pour le nourrir.

Habillement

124S’habille, se déshabille, choisit ses vêtements dans la garde-robe.

125S’habille et se déshabille avec une assistance légère.

126A besoin d’une assistance modérée pour s’habiller et choisir ses vêtements.

127A besoin d’une assistance importante pour s’habiller, mais coopère aux efforts des autres.

128Est complètement incapable de s’habiller et s’oppose aux efforts des autres pour l’aider.

Soins personnels (apparence nette et soignée, mains, visage, vêtements, etc.…)

129Toujours habillé proprement et bien soigné sans assistance.

130Se soigne convenablement avec une assistance légère et occasionnelle, par exemple pour se raser.

131A besoin d’une assistance modérée et régulière ou d’une surveillance pour ses soins personnels.

132A besoin qu’on s’occupe totalement de ses soins personnels mais peur se maintenir propre après cela.

133Réduit à néant tous les efforts des autres pour lui conserver une bonne hygiène personnelle.

Mobilité

134Va se promener dans les parcs ou en ville.

135Se déplace à l’intérieur de sa résidence ou autour du pâté de maison.

136Se déplace avec l’aide :

  • d’une canne,
  • d’une béquille,
  • d’une chaise roulante,

137y sort et y entre sans aide,

138a besoin d’aide pour y rentrer et en sortir.

139S’assied sans assistance sur une chaise ou une chaise roulante, mais ne peut se lever et en sortir sans aide.

140Grabataire plus de la moitié du temps.

Toilette

141Se lave tout seul sans aide (bain, douche, gant de toilette)

142Se lave tout seul si on l’aide à entrer ou à sortir de la baignoire.

143Ne se lave que le visage et les mains, mais ne peut se baigner.

144Ne se lave pas seul, mais coopère quand on le lave.

145Ne se lave pas tout seul t résiste aux efforts déployés pour le maintenir propre.

Activités instrumentales de la vie quotidienne (IADL E –2ème partie)

146Consigne : Cette échelle doit être remplie par un membre du personnel médicosocial en utilisant une ou plusieurs des sources d’informations suivantes : le malade, sa famille, ses amis.

147Donner la réponse « ne s’applique pas » lorsque le patient n’a eu que rarement ou jamais l’occasion d’effectuer l’activité dont il s’agit (par exemple, un patient homme peut n’avoir jamais fait la lessive). Lorsque vous n’avez pas d’informations ou des informations peu sûres, notez « ne peut pas être coté ».

Utiliser le téléphone

148Se sert du téléphone de sa propre initiative. Recherche les numéros et les compose, etc.

149Compose seulement quelques numéros de téléphone bien connus.

150Peut répondre au téléphone, mais ne peut appeler.

151Ne se sert pas du tout du téléphone.

152* ne peut pas être coté, n’a pas du tout l’occasion de se servir du téléphone.

Faire ses courses

153Peut faire toutes les courses nécessaires de façon autonome.

154N’est indépendant que pour certaines courses.

155A besoin d’être accompagné pour faire ses courses.

156Est complètement incapable de faire ses courses.

157* ne peut pas être coté, ne s’applique pas.

Préparer des repas

158Peut à la fois organiser, préparer, et servir des repas de façon autonome.

159Peut préparer des repas appropriés si les ingrédients lui sont fournis.

160peut réchauffer et servir des repas précuits ou préparer des repas, mais ne peut pas suivre le régime qui lui convient.

161Ne participe à aucune tâche ménagère.

162* ne peut pas être coté, ne s’applique pas.

Faire le ménage

163Fait le ménage seul ou avec une assistance occasionnelle (par exemple, pour les gros travaux ménagers).

164Exécute des tâches quotidiennes légères, comme faire la vaisselle, faire son lit.

165A besoin d’aide pour tous les travaux d’entretien de la maison.

166Ne participe à aucune tâche ménagère.

167* ne peut pas être coté, ne s’applique pas.

Faire la lessive

168Fait sa propre lessive.

169Peut faire le petit linge, mais a besoin d’une aide pour le linge plus important tel que draps ou serviettes.

170Nettoie et rince le petit linge, chaussettes, etc.

171La lessive doit être faite par des tiers.

172* ne peut pas être coté, ne s’applique pas.

Utiliser les transports

173Voyage tout seul en utilisant les transports publics, le taxi, ou bien en conduisant sa propre voiture.

174Utilise les transports publics à condition d’être accompagné.

175Ses déplacements sont limités au taxi ou à la voiture, avec l’assistance d’un tiers. Ne se déplace pas du tout à l’extérieur.

176* ne peut pas être coté, ne s’applique pas, n’a pas l’occasion de voyager.

Prendre des médicaments

177Prend ses médicaments tout seul, à l’heure voulue et à la dose prescrite.

178Est capable de prendre tout seul ses médicaments, mais a des oublis occasionnels.

179Est capable de prendre tout seul ses médicaments s’ils sont préparés à l’avance.

180Est incapable de prendre ses médicaments.

181* ne peut pas être coté, ne s’applique pas, aucun médicament prescrit ou autorisé, n’a aucune responsabilité concernant son traitement.

Gérer ses finances

182Gère ses finances de manière indépendante (tient son budget, libelle des chèques, paie son loyer et ses factures, va à la banque).

183Perçoit et contrôle ses revenus.

184Gère ses finances de manière indépendante, mais oublie parfois de payer son loyer ou une facture, ou met son compte bancaire à découvert.

185Parvient à effectuer des achats journaliers, mais a besoin d’aide pour s’occuper de son compte en banque ou pour des achats importants.

186Ne peut pas rédiger des chèques ou suivre en détail l’état de ses dépenses.

187Est incapable de s’occuper d’argent.

188* ne peut pas être coté, ne s’applique pas, n’a pas l’occasion de manier de l’argent.

Bricoler et entretenir la maison

189Peut réaliser tout seul la plupart des travaux et bricolage (réparer la tuyauterie, un robinet qui fuit, une gouttière, entretenir les radiateurs,…)

190A besoin d’aide ou de directives pour réaliser quelques réparations domestiques.

191Peut uniquement réaliser des travaux de bricolage élémentaires, ou des travaux tels que suspendre un cadre ou tondre la pelouse.

192Est incapable de bricoler ou d’entretenir sa maison.

193* ne peut pas être coté, ne s’applique pas, n’a pas l’occasion de bricoler.

IQ COD

194Il s’agit d’une hétéro-anamnèse :

195Souvenez-vous de votre ami ou de votre parent tel qu’il était il y a dix ans, cela veut dire en 1999-200… Pour chaque situation faisant appel à son intelligence ou à sa mémoire, estimez-vous qu’il y a eu amélioration, stagnation ou détérioration au cours des dix années passées. Nous insistons sur l’importance de la comparaison entre aujourd’hui et il y a dix ans. Par exemple si, il y a dix ans, cette personne oubliait régulièrement où elle avait rangé les choses, et si tel est toujours le cas, indiquez « sans grand changement ». Nous vous serions reconnaissants d’indiquer les changements observés en entourant la réponse adéquate.

196À dix ans d’intervalle, comment se comporte cette personne dans les situations suivantes :

1971. Reconnaître les visages des parents et amis Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

1982. Se souvenir des noms des parents et amis Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

1993. Se souvenir de ce qui concerne les parents et amis (métiers, anniversaires, adresses…) Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2004. Se souvenir des événements récents Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2015. Se souvenir de conversations quelques jours après Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2026. Oublier ce qu’elle voulait dire au beau milieu d’une conversation Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2037. Se souvenir de son adresse et de son numéro de téléphone Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2048. Se souvenir de la date (jour, mois) Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

2059. Se souvenir de l’endroit où les choses sont habituellement rangées Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

20610. Retrouver des choses qui ont été rangées dans un endroit inhabituel Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

20711. S’adapter à un changement dans sa routine quotidienne Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

20812. Savoir faire fonctionner des appareils familiers dans la maison Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

20913. Apprendre à utiliser un nouveau gadget ou un nouvel appareil dans la maison Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21014. Apprendre de nouvelles choses en général Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21115. Se souvenir de ce qui lui est arrivé quand elle était jeune Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement Pire

21216. Se souvenir de ce qu’elle a appris quand elle était jeune Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21317. Comprendre la signification de mots inusités Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21418. Comprendre des articles de journaux ou de magazines Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21519. Suivre une histoire dans un livre ou à la télévision Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21620. Écrire une lettre à des amis ou une lettre d’affaires Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21721. Connaître les événements historiques importants Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21822. Prendre des décisions sur les affaires quotidiennes Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

21923. Savoir se servir de l’argent pour faire les courses Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

22024. Savoir traiter les questions financières (allocation-retraite, rapports avec la banque) Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

22125. Savoir traiter les problèmes de calcul quotidiens (quelle quantité de nourriture acheter, la fréquence des visites des parents et amis) Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

22226. Utiliser son intelligence pour comprendre ce qui se passe, et être capable de raisonnement Beaucoup mieux Un peu mieux Sans grand changement Légèrement pire Nettement pire

MMSE : Mini Mental State Examination (MMSE) (Version consensuelle du GRECO)

Orientation / 10

223Je vais vous poser quelques questions pour apprécier comment fonctionne votre mémoire.

224Les unes sont très simples, les autres un peu moins. Vous devez répondre du mieux que vous pouvez.

225Quelle est la date complète d’aujourd’hui ?

226Si la réponse est incorrecte ou incomplète, posées les questions restées sans réponse, dans l’ordre suivant :

2271. En quelle année sommes-nous ?

2282. En quelle saison ?

2293. En quel mois ?

2304. Quel jour du mois ?

2315. Quel jour de la semaine ?

232Je vais vous poser maintenant quelques questions sur l’endroit où nous trouvons.

2336. Quel est le nom de l’hôpital où nous sommes ?

2347. Dans quelle ville se trouve-t-il ?

2358. Quel est le nom du département dans lequel est située cette ville ?

2369. Dans quelle province ou région est situé ce département ?

23710. À quel étage sommes-nous ?

Apprentissage / 3

238Je vais vous dire trois mots ; je vous voudrais que vous me les répétiez et que vous essayiez de les retenir car je vous les redemanderai tout à l’heure.

23911. Cigare Citron Fauteuil

24012. Fleur ou Clé ou Tulipe

24113. Porte Ballon Canard

242Répéter les 3 mots.

Attention et calcul / 5

243Voulez-vous compter à partir de 100 en retirant 7 à chaque fois ?

24414. 93

24515. 86

24616. 79

24717. 72

24818. 65

249Pour tous les sujets, même pour ceux qui ont obtenu le maximum de points, demander :

250Voulez-vous épeler le mot MONDE à l’envers ?

Rappel / 3

251Pouvez-vous me dire quels étaient les 3 mots que je vous ai demandés de répéter et de retenir tout à l’heure ?

25211. Cigare Citron Fauteuil

25312. Fleur ou Clé ou Tulipe

25413. Porte Ballon Canard

Langage / 8

255Montrer un crayon. 22. Quel est le nom de cet objet ?

256Montrer votre montre. 23. Quel est le nom de cet objet ?

25724. Écoutez bien et répétez après moi : « PAS DE MAIS, DE SI, NI DE ET »

258Poser une feuille de papier sur le bureau, la montrer au sujet en lui disant : « Écoutez bien et faites ce que je vais vous dire :

25925. Prenez cette feuille de papier avec votre main droite,

26026. Pliez-la en deux,

26127. Et jetez-la par terre. »

262Tendre au sujet une feuille de papier sur laquelle est écrit en gros caractère : « FERMEZ LES YEUX » et dire au sujet :

26328. « Faites ce qui est écrit ». Tendre au sujet une feuille de papier et un stylo, en disant :

26429. « Voulez-vous m’écrire une phrase, ce que vous voulez, mais une phrase entière. »

Praxies constructives / 1

265Tendre au sujet une feuille de papier et lui demander :

26630. « Voulez-vous recopier ce dessin ? »

NPI (Inventaire Neuropsychiatrique)

267Il s’agit d’une échelle remplie par un proche et répertoriant douze classes de problèmes neuropsychiatriques et comportementaux : idées délirantes, hallucinations, agitation/agressivité, dépression/dysphorie, anxiété, exaltation de l’humeur, comportements moteurs aberrants, sommeil, troubles de l’appétit et de l’alimentation. Il existe une page par type de problème. Il faut d’abord poser une question générale afin de savoir si le problème est présent ou non chez le patient. Si la réponse est NON, on passe à la page suivante. Si la réponse est OUI, il faut poser les questions de précision à réponse oui/non, déterminer la fréquence du trouble, le degré de gravité pour le patient et le caractère éprouvant pour le proche. Lorsque les différents domaines ont été passés en revue, on peut compléter la feuille récapitulative, et dégager un score individuel pour chaque type de problème en multipliant la fréquence par le degré de gravité. On calcule également un score global en additionnant les scores obtenus pour chaque problème. On peut également obtenir un score total du caractère éprouvant en additionnant les points obtenus pour chaque type de difficulté.

268NPI – Version Française / Centre Mémoire de Ressources et de Recherche – Nice – France

INVENTAIRE NEUROPSYCHIATRIQUE NPI

269GRILLE RÉCAPITULATIVE

270Nom : Age : Date de l’évaluation :

271Items NA Absent Fréquence Gravité F x G Retentissement

272Idées délirantes X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

273Hallucinations X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

274Agitation/Agressivité X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

275Dépression/Dysphorie X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

276Anxiété X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

277Exaltation de l’humeur / Euphorie X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

278Apathie/Indifférence X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

279Désinhibition X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

280Irritabilité/Instabilité e l’humeur X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

281Comportement moteur aberrant X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

282Sommeil X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

283Appétit/Troubles de l’appétit X 0 1 2 3 4 1 2 3 [____] 1 2 3 4 5

284NA = question inadaptée (non applicable) F x G = Fréquence x Gravité

285The Neuropsychiatric Inventory : Comprehensive assessment of psychopathology in dementia, J.L. Cummings, 1994 Traduction Française P.H.Robert. Centre Mémoire de Ressources et de Recherche – Nice – France 1996

286Le NPI est protégé par un copyright.

A. Idées délirantes (NA)

287« Le patient/la patiente croit-il/elle des choses dont vous savez qu’elles ne sont pas vraies ? Par exemple, il/elle insiste sur le fait que des gens essaient de lui faire du mal ou de le/la voler. A-t-il/elle dit que des membres de sa famille ne sont pas les personnes qu’ils prétendent être ou qu’ils ne sont pas chez eux dans sa maison ? Je ne parle pas d’une simple attitude soupçonneuse ; ce qui m’intéresse, c’est de savoir si le patient/la patiente est vraiment convaincu(e) de la réalité de ces choses »

288NON Passez à la section suivante

289OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

2901. Le patient/la patiente croit-il/elle être en danger ou que les autres ont l’intention de lui faire du mal Oui Non

2912. Le patient/la patiente croit-il/elle que les autres le/la volent ? Oui Non

2923. Le patient/la croit-il/elle que sa conjointe/son conjoint a une liaison ? Oui Non

2934. Le patient/la patiente croit-il/elle que des hôtes indésirables vivent sous son toit ? Oui Non

2945. Le patient/la patiente croit-il/elle que sa conjointe/son conjoint ou d’autres personnes ne sont pas ceux qu’ils prétendent être ? Oui Non

2956. Le patient/la croit-il/elle qu’il/elle n’est pas chez lui/elle dans la maison où il/elle habite ? Oui Non

2967. Le patient/la patiente croit-il/elle que des membres de sa famille ont l’intention de l’abandonner ? Oui Non

2978. Est-ce que le patient/la patiente croit-il/elle que des personnes que l’on voit à la télévision ou dans des magazines sont réellement présentes dans sa maison ? (essaie-t-il/elle de leur parler ou de communiquer avec elles ? Oui Non

2989. Croit-il/elle en d’autres choses inhabituelles sur lesquelles je ne vous ai pas interrogé ? Oui Non

299Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de ces idées délirantes.

FRÉQUENCE

300« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

301Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

302Assez souvent : environ une fois par semaine 2

303Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

304Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

305« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

306Léger : les idées délirantes sont présentes mais elles semblent inoffensives et sont peu éprouvantes pour le patient/la patiente. 1

307Moyen : les idées délirantes sont éprouvantes et perturbantes pour le patient/la patiente. 2

308Important : les idées délirantes sont très perturbantes et représentent une source majeure de trouble du comportement (l’utilisation de médicaments « à la demande » indique que les idées délirantes ont un degré de gravité important). 3

RETENTISSEMENT

309À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

310Pas du tout 0

311Minimum 1

312Légèrement 2

313Modérément 3

314Sévèrement 4

315Très sévèrement, extrêmement 5

B. Hallucinations (NA)

316« Le patient/la patiente a-t-il/elle des hallucinations ? Par exemple, a-t-il/elle des visions ou entend-il/elle des voix ? Semble-t-il/elle voir, entendre ou percevoir des choses qui n’existent pas ? Je ne parle pas du simple fait de croire par erreur à certaines choses par exemple affirmer que quelqu’un est encore en vie alors qu’il est décédé. Ce que je voudrais savoir, c’est si le patient/la patiente voit ou entend vraiment des choses anormales ? »

317NON Passez à la section suivante

318OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

3191. Le patient/la patiente dit-il/elle entendre des voix ou se comporte-til/ elle comme s’il/elle entendait des voix ? Oui Non

3202. Le patient/la patiente parle-t-il/elle à des personnes qui ne sont pas là ? Oui Non

3213. Le patient/la patiente dit-il/elle voir des choses que les autres ne voient pas ou se comporte-t-il/elle comme s’il/elle voyait des choses que les autres ne voient pas (des personnes, des animaux des lumières, etc…) ? Oui Non

3224. Le patient/la patiente dit-il/elle sentir des odeurs que les autres ne sentent pas Oui Non

3235. Le patient/la patiente dit-il/elle ressentir des choses sur sa peau ou semble-t-il/elle ressentir Oui Non

3246. Le patient/la patiente dit-il/elle avoir des goûts dans la bouche dont on ne connaît pas la cause ? Oui Non

3257. Le patient/la patiente décrit-il/elle d’autres sensations inhabituelles ? Oui Non

326Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de ces hallucinations.

FRÉQUENCE

327« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

328Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

329Assez souvent : environ une fois par semaine 2

330Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

331Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

332« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

333Léger : les hallucinations sont présentes mais semblent inoffensives et sont peu éprouvantes pour le patient/la patiente. 1

334Moyen : les hallucinations sont éprouvantes et perturbantes pour le patient/la patiente. 2

335Important : les hallucinations sont très perturbantes et représentent une source majeure de trouble du comportement. Il peut se révéler nécessaire d’administrer des médicaments « à la demande » pour les maîtriser. 3

RETENTISSEMENT

336À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

337Pas du tout 0

338Minimum 1

339Légèrement 2

340Modérément 3

341Sévèrement 4

342Très sévèrement, extrêmement 5

C. Agitation / Agessivité (NA)

343« Y-a-t-il des périodes pendant lesquelles le patient/la patiente refuse de coopérer ou ne laisse pas les gens l’aider ? Est-il difficile de l’amener à faire ce qu’on lui demande ? »

344NON Passez à la section suivante

345OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

3461. Le patient/la patiente est-il/elle agacé(e) par les personnes qui essayent de s’occuper de lui/d’elle ou s’oppose-t-il/elle à certaines activités comme prendre un bain ou changer de vêtements ? Oui Non

3472. Le patient/la patiente est-il/elle buté(e), exige-t-il/elle que tout soit fait à sa manière ? Oui Non

3483. Le patient/la patiente est-il/elle peu coopératif(ve) et refuse-t-il/elle l’aide qu’on lui apporte Oui Non

3494. Le patient/la patiente a-t-il/elle d’autres comportements qui font qu’il n’est pas facile de l’amener à faire ce qu’on lui demande ? Oui Non

3505. Le patient/la patiente crie-t-il/elle ou jure-t-il/elle avec colère ? Oui Non

3516. Le patient/la patiente fait-il/elle claquer les portes, donne-t-il/elle des coups de pieds dans les meubles ou lance-t-il/elle des objets ? Oui Non

3527. Le patient/la patiente essaie-t-il/elle de frapper les autres ou de leur faire du mal ? Oui Non

3538. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’une autre façon son agressivité ou son agitation ? Oui Non

354Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette agitation.

FRÉQUENCE

355« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

356Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

357Assez souvent : environ une fois par semaine 2

358Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

359Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

360« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

361Léger : ce comportement est perturbant pour le patient/la patiente mais il est possible de le contrôler en attirant l’attention du patient/de la patiente vers autre chose ou en le/la rassurant. 1

362Moyen : ce comportement est perturbant pour le patient/la patiente et il est difficile d’attirer l’attention du patient/de la patiente vers autre chose ou de le/la contrôler. 2

363Important : l’agitation est très perturbante pour le patient/la patiente et représente une source majeure de difficultés ; il est possible que le patient/la patiente ait peur qu’on lui fasse du mal. L’administration de médicaments est souvent nécessaire. 3

RETENTISSEMENT

364À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

365Pas du tout 0

366Minimum 1

367Légèrement 2

368Modérément 3

369Sévèrement 4

370Très sévèrement, extrêmement 5

371D. Dépression / Dysphorie (NA)

372« Le patient/la patiente semble-t-il/elle triste ou déprimé(e) ? Dit-il/elle qu’il/elle se sent triste ou déprimé(e) ? »

373NON Passez à la section suivante

374OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

3751. Le patient/la patiente dit-il/elle entendre des voix ou se comporte-t il/elle comme s’il/elle entendait des voix ? Oui Non

3762. Le patient/la patiente parle-t-il/elle à des personnes qui ne sont pas là ? Oui Non

3773. Le patient/la patiente dit-il/elle voir des choses que les autres ne voient pas ou se comporte-t-il/elle comme s’il/elle voyait des choses que les autres ne voient pas (des personnes, des animaux des lumières, etc…) ? Oui Non

3784. Le patient/la patiente dit-il/elle sentir des odeurs que les autres ne sentent pas Oui Non

3795. Le patient/la patiente dit-il/elle ressentir des choses sur sa peau ou semble-t-il/elle ressentir Oui Non

3806. Le patient/la patiente dit-il/elle avoir des goûts dans la bouche dont on ne connaît pas la cause ? Oui Non

3817. Le patient/la patiente décrit-il/elle d’autres sensations inhabituelles ? Oui Non

382Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cet état dépressif.

FRÉQUENCE

383« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

384Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

385Assez souvent : environ une fois par semaine 2

386Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

387Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

388« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

389Léger : l’état dépressif est éprouvant pour le patient/la patiente mais il est généralement possible de l’atténuer en attirant l’attention du patient/de la patiente vers autre chose ou en le/la rassurant. 1

390Moyen : l’état dépressif est éprouvant pour le patient/la patiente ; les symptômes dépressifs sont exprimés spontanément par le patient/la patiente et sont difficiles à soulager. 2

391Important : l’état dépressif est très éprouvant et représente une source majeure de souffrance pour le patient/la patiente. 3

RETENTISSEMENT

392À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

393Pas du tout 0

394Minimum 1

395Légèrement 2

396Modérément 3

397Sévèrement 4

398Très sévèrement, extrêmement 5

E. Anxiété (NA)

399« Le patient/la patiente est-il/elle très nerveux(se), inquiet(ète) ou effrayé(e) sans raison apparente ? Semble-t-il/elle très tendu(e) ou a-t-il/elle du mal à rester en place ? Le patient/la patiente a-t-il/elle peur d’être séparé(e) de vous ? »

400NON Passez à la section suivante

401OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

4021. Le patient/la patiente dit-il/elle se faire du souci au sujet des événements qui sont prévus ? Oui Non

4032. Y-a-t-il des périodes pendant lesquelles le patient/la patiente se sent mal à l’aise, incapable de se relaxer ou excessivement tendu(e) ? Oui Non

4043. Y-a-t-il des périodes pendant lesquelles le patient/la patiente a (ou se plaint d’avoir) le souffle coupé, il/elle cherche son souffle ou soupire sans autre raison apparente que sa nervosité ? Oui Non

4054. Le patient/la patiente se plaint-il/elle d’avoir l’estomac noué, des palpitations ou le coeur qui cogne du fait de sa nervosité ? (Symptômes non expliqués par des problèmes de santé) Oui Non

4065. Le patient/la patiente évite-t-il/elle certains endroits ou certaines situations qui le/la rendent plus nerveux(se) comme par exemple circuler en voiture, rencontrer des amis ou se trouver au milieu de la foule ? Oui Non

4076. Le patient/la patiente est-il/elle nerveux(se) ou contrarié(e) lorsqu’il/elle est séparé(e) de vous (ou de la personne qui s’occupe de lui/d’elle) ? (S’agrippe-t-il/elle à vous pour ne pas être séparé(e)) ? Oui Non

4087. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’autres signes d’anxiété ? Oui Non

409Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette anxiété.

FRÉQUENCE

410« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

411Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

412Assez souvent : environ une fois par semaine 2

413Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

414Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

415« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

416Léger : l’état d’anxiété est éprouvant pour le patient/la patiente mais il est généralement possible de l’atténuer en attirant l’attention du patient/de la patiente vers autre chose ou en le/la rassurant. 1

417Moyen : l’état d’anxiété est éprouvant pour le patient/la patiente ; les symptômes d’anxiété sont exprimés spontanément par le patient/la patiente et sont difficiles à soulager. 2

418Important : l’état d’anxiété est très éprouvant et représente une source majeure de souffrance pour le patient/la patiente. 3

RETENTISSEMENT

419À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour

420vous, en tant que soignant, entourage) ?

421Pas du tout 0

422Minimum 1

423Légèrement 2

424Modérément 3

425Sévèrement 4

426Très sévèrement, extrêmement 5

F. Exaltation de l’humeur / Euphorie (NA)

427« Le patient/la patiente semble-t-il/elle trop joyeux(se) ou heureux(se) sans aucune raison ? Je ne parle pas de la joie tout à fait normale que l’on éprouve lorsque l’on voit des amis, reçoit des cadeaux ou passe du temps en famille. Il s’agit plutôt de savoir si le patient/la patiente présente une bonne humeur anormale et constante, ou

428s’il/elle trouve drôle ce qui ne fait pas rire les autres ». ? »

429NON Passez à la section suivante

430OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

4311. Le patient/la patiente semble-t-il/elle se sentir trop bien ou être trop heureux(se) par rapport à son état habituel ? Oui Non

4322. Le patient/la patiente trouve-t-il/elle drôle ou rit-il/elle pour des choses que les autres ne trouvent pas drôle ? Oui Non

4333. Le patient/la patiente semble-t-il/elle avoir un sens de l’humour puéril et une tendance à rire sottement ou de façon déplacée (lorsqu’une personne est victime d’un incident malheureux par exemple) ? Oui Non

4344. Le patient/la patiente raconte-t-il/elle des blagues ou fait-il/elle des réflexions qui ne font rire personne sauf lui/elle ? Oui Non

4355. Fait-il/elle des farces puériles telles que pincer les gens ou prendre des objets et refuser de les rendre juste pour s’amuser ? Oui Non

4366. Le patient/la patiente se vante-t-il/elle ou prétend-il/elle avoir plus de qualités ou de richesses qu’il/elle n’en a en réalité ? Oui Non

4377. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’autres signes révélant qu’il/elle se sent trop bien ou est trop heureux ? Oui Non

438Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette exaltation de l’humeur/euphorie.

FRÉQUENCE

439« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

440Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

441Assez souvent : environ une fois par semaine 2

442Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

443Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

444« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

445Léger : l’humeur joyeuse est perçue par les amis et la famille mais ne perturbe pas le patient/ la patiente 1

446Moyen : l’humeur joyeuse est nettement anormale 2 Important : l’humeur joyeuse est très prononcée ; le patient/la patiente est euphorique et pratiquement tout l’amuse. 3

RETENTISSEMENT

447À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

448Pas du tout 0

449Minimum 1

450Légèrement 2

451Modérément 3

452Sévèrement 4

453Très sévèrement, extrêmement 5

G. Apathie / Indifférence (NA)

454« Le patient/la patiente a-t-il (elle perdu tout intérêt pour le monde qui l’entoure ? N’a-t-il/elle plus envie de faire des choses ou manque-t-il/elle de motivation pour entreprendre de nouvelles activités ? Est-il devenu plus difficile d’engager une conversation avec lui/elle ou de le/la faire participer aux tâches ménagères ? Est-il/elle apathique ou indifférent(e) ? »

455NON Passez à la section suivante

456OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

4571. Le patient/la patiente semble-t-il/elle moins spontané(e) ou actif(ve) que d’habitude ? Oui Non

4582. Le patient/la patiente est-il/elle moins enclin(e) à engager une conversation ? Oui Non

4593. Par rapport à son état habituel, le patient/la patiente se montre-til/elle moins affectueux(se) ou manque-t-il/elle de sentiments ? Oui Non

4604. Le patient/la patiente participe-t-il/elle moins aux tâches ménagères (corvées) ? Oui Non

4615. Le patient/la patiente semble-t-il/elle moins s’intéresser aux activités et aux projets des autres ? Oui Non

4626. Le patient/la patiente a-t-il/elle perdu tout intérêt pour ses amis et membres de sa famille ? Oui Non

4637. Le patient/la patiente est-il/elle moins enthousiaste par rapport à ses centres d’intérêt habituels ? Oui Non

4648. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’autres signes indiquant qu’aucune activité nouvelle ne l’intéresse ? Oui Non

465Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette apathie / indifférence.

FRÉQUENCE

466« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

467Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

468Assez souvent : environ une fois par semaine 2

469Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

470Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITÉ

471« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

472Léger : l’apathie est perceptible mais a peu de conséquences sur les activités quotidiennes ; la différence est légère par rapport au comportement habituel du patient/de la patiente ; le patient/la patiente réagit positivement lorsqu’on lui suggère d’entreprendre des activités. 1

473Moyen : l’apathie est flagrante ; elle peut être surmontée grâce aux persuasions et encouragements de la personne s’occupant du patient/de la patiente : elle ne disparaît spontanément qu’à l’occasion d’événements importants tels que la visite de parents proches ou de membres de la famille. 2

474Important : l’apathie est flagrante et la plupart du temps aucun encouragement ni événement extérieur ne parvient à la faire disparaître. 3

RETENTISSEMENT

475À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

476Pas du tout 0

477Minimum 1

478Légèrement 2

479Modérément 3

480Sévèrement 4

481Très sévèrement, extrêmement 5

H. Désinhibition (NA)

482« Le patient/la patiente semble-t-il/elle agir de manière impulsive, sans réfléchir ? Dit-il/elle ou fait-il/elle des choses qui, en général, ne se font pas ou ne se disent pas en public ? Fait-il/elle des choses qui sont embarrassantes pour vous ou pour les autres ? »

483NON Passez à la section suivante

484OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

4851. Le patient/la patiente agit-il/elle de manière impulsive sans sembler se préoccuper des conséquences de ses actes ? Oui Non

4862. Le patient/la patiente parle-t-il/elle à des personnes qui lui sont totalement étrangères comme s’il/elle les connaissait ? Oui Non

4873. Le patient/la patiente dit-il/elle aux gens des choses déplacées ou blessantes ? Oui Non

4884. Le patient/la patiente dit-il/elle des grossièretés ou fait-il/elle des remarques d’ordre sexuel, chose qu’il/elle n’aurait pas faite habituellement ? Oui Non

4895. Le patient/la patiente parle-t-il/elle ouvertement de questions très personnelles ou privées dont on ne parle pas, en général en public ? Oui Non

4906. Le patient/la patiente prend-il/elle des libertés, touche-t-il/elle les gens ou les prend-il/elle dans ses bras d’une façon qui lui ressemble peu ? Oui Non

4917. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’autres signes indiquant une perte de contrôle de ses impulsions ? Oui Non

492Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette désinhibition.

FRÉQUENCE

493« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

494Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

495Assez souvent : environ une fois par semaine 2

496Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

497Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

498« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

499Léger : l’impulsivité est perceptible mais il est généralement possible de l’atténuer en attirant l’attention du patient/de la patiente vers autre chose et en le/la conseillant. 1

500Moyen : l’impulsivité est flagrante et peut difficilement être surmontée par la personne s’occupant du patient/de la patiente. 2

501Important : l’impulsivité est insensible à toute intervention de la personne s’occupant du patient/ de la patiente et est une source de gène ou d’embarras en société. 3

RETENTISSEMENT

502À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

503Pas du tout 0

504Minimum 1

505Légèrement 2

506Modérément 3

507Sévèrement 4

508Très sévèrement, extrêmement 5

I. Irritabilité / Instabilité de l’humeur (NA)

509« Le patient/la patiente est-il/elle irritable, faut-il peu de choses pour le/la perturber ? Est-il/elle d’humeur très changeante ? Se montre-t-il/elle anormalement impatient(e) ? Je ne parle pas de la contrariété résultant des trous de mémoire ou de l’incapacité d’effectuer des tâches habituelles. Ce que je voudrais savoir, c’est si le patient/la patiente fait preuve d’une irritabilité, d’une impatience anormales, ou a de brusques changements d’humeur qui ne lui ressemblent pas ».

510NON Passez à la section suivante

511OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

5121. Le patient/la patiente a-t-il/elle mauvais caractère ? Est-ce qu’il/elle « sort de ses gonds » facilement pour des petits riens ? Oui Non

5132. Le patient/la patiente a-t-il/elle des sautes d’humeur qui font qu’il/elle peut être très bien l’espace d’un moment et en colère l’instant d’après ? Oui Non

5143. Le patient/la patiente a-t-il/elle de brusques accès de colère ? Oui Non

5154. Est-il/elle impatient(e), supportant mal les retards ou le fait de devoir attendre les activités qui sont prévues ? Oui Non

5165. Le patient/la patiente est-il/elle grincheux(se) et irritable ? Oui Non

5176. Le patient/la patiente cherche-t-il/elle les disputes et est-il/elle difficile à vivre ? Oui Non

5187. Le patient/la patiente montre-t-il/elle d’autres signes d’irritabilité ? Oui Non

519Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de cette irritabilité / instabilité de l’humeur.

FRÉQUENCE

520« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

521Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

522Assez souvent : environ une fois par semaine 2

523Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

524Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

525« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

526Léger : l’irritabilité ou l’instabilité de l’humeur est perceptible mais il est généralement possible de l’atténuer en attirant l’attention du patient/de la patiente vers autre chose et en le/la rassurant. 1

527Moyen : l’irritabilité ou l’instabilité de l’humeur sont flagrantes et peuvent difficilement être surmontées par la personne s’occupant du patient/de la patiente. 2

528Important : l’irritabilité ou l’instabilité de l’humeur sont flagrantes ; elles sont généralement insensibles à toute intervention de la personne s’occupant du patient/de la patiente et sont très éprouvantes. 3

RETENTISSEMENT

529À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

530Pas du tout 0

531Minimum 1

532Légèrement 2

533Modérément 3

534Sévèrement 4

535Très sévèrement, extrêmement 5

J. Comportement moteur aberrant

536« Le patient/la patiente fait-il/elle les cent pas, refait-il/elle sans cesse les mêmes choses comme ouvrir les placards ou les tiroirs, ou tripoter sans arrêt des objets ou enrouler de la ficelle ou du fil ? »

537NON Passez à la section suivante

538OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

5391. Le patient/la patiente tourne-t-il/elle en rond dans la maison sans but apparent ? Oui Non

5402. Le patient/la patiente farfouille-t-il/elle un peu partout, ouvrant et vidant les placards ou les tiroirs ? Oui Non

5413. patient/la patiente n’arrête-t-il/elle pas de mettre et d’enlever ses vêtements ? Oui Non

5424. Le patient/la patiente a-t-il/elle des activités répétitives ou des « manies » qu’il recommence sans cesse ? Oui Non

5435. Le patient/la patiente a-t-il/elle des gestes répétitifs comme par exemple tripoter des boutons ou des choses, enrouler de la ficelle, etc. ? Oui Non

5446. Le patient/la patiente a-t-il/elle trop la bougeotte, semble-t-il/elle incapable de rester tranquillement assis(e) ou lui arrive-t-il fréquemment de balancer les pieds ou de tapoter des doigts ? Oui Non

5457. Y-a-t-il d’autres activités que le patient/la patiente ne cesse de répéter ? Oui Non

546Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de ce comportement moteur aberrant.

FRÉQUENCE

547« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

548Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

549Assez souvent : environ une fois par semaine 2

550Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

551Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

552« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

553Léger : le comportement moteur aberrant est perceptible mais il a peu de conséquences sur les activités quotidiennes du patient/de la patiente. 1

554Moyen : le comportement moteur aberrant est flagrant mais il peut être maîtrisé par la personne s’occupant du patient/de la patiente. 2

555Important : le comportement moteur aberrant est flagrant. Il est généralement insensible à toute intervention de la personne s’occupant du patient/de la patiente et est très éprouvant. 3

RETENTISSEMENT

556À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

557Pas du tout 0

558Minimum 1

559Légèrement 2

560Modérément 3

561Sévèrement 4

562Très sévèrement, extrêmement 5

K. Sommeil (NA)

563« Est-ce que le patient/la patiente a des problèmes de sommeil (ne pas tenir compte du fait qu’il/elle se lève uniquement une fois ou deux par nuit seulement pour se rendre aux toilettes et se rendort ensuite immédiatement) ? Est-il/elle debout la nuit ?

564Est-ce qu’il/elle erre la nuit, s’habille ou dérange votre sommeil ? »

565NON Passez à la section suivante

566OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

5671. Est-ce que le patient/la patiente éprouve des difficultés à s’endormir ? Oui Non

5682. Est-ce que le patient/la patiente se lève durant la nuit (ne pas tenir compte du fait que le patient se lève uniquement une fois ou deux par nuit seulement pour se rendre aux toilettes et se rendort ensuite immédiatement) ? Oui Non

5693. Est-ce que le patient/la patiente erre, fait les cent pas ou se met à avoir des activités inappropriées la nuit ? Oui Non

5704. Est-ce que le patient/la patiente vous réveille durant la nuit ? Oui Non

5715. Est-ce que le patient/la patiente se réveille la nuit, s’habille et fait le projet de sortir en pensant que c’est le matin et qu’il est temps de démarrer la journée ? Oui Non

5726. Est-ce que le patient/la patiente se réveille trop tôt le matin (plus tôt qu’il/elle en avait l’habitude ? Oui Non

5737. Est-ce que le patient/la patiente dort de manière excessive pendant la journée ? Oui Non

5748. Est-ce que le patient/la patiente a durant la nuit d’autres comportements qui vous préoccupent et dont nous n’avons pas parlé ? Oui Non

575Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de ces troubles du sommeil.

FRÉQUENCE

576« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

577Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

578Assez souvent : environ une fois par semaine 2

579Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

580Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

581« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

582Léger : des comportements nocturnes se produisent mais ne sont pas particulièrement perturbateurs. 1

583Moyen : des comportements nocturnes se produisent, perturbent le patient et le sommeil du caregiver. Plus d’une sorte de comportement nocturne peut être présente. 2

584Important : des comportements nocturnes se produisent. Plusieurs types de comportements peuvent être présents. Le patient est vraiment bouleversé durant la nuit et le sommeil (du caregiver) de son compagnon est nettement perturbé (de façon importante). 3

RETENTISSEMENT

585À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

586Pas du tout 0

587Minimum 1

588Légèrement 2

589Modérément 3

590Sévèrement 4

591Très sévèrement, extrêmement 5

L. Appétit / Troubles de l’appétit (NA)

592« Est-ce qu’il y a eu des changements dans son appétit, son poids ou ses habitudes alimentaires (coter NA si le patient est incapable d’avoir un comportement alimentaire autonome et doit se faire nourrir) ? Est-ce qu’il y a eu des changements dans le type de nourriture qu’il/elle préfère ? »

593NON Passez à la section suivante

594OUI Posez les questions complémentaires indiquées ci-dessous

5951. Est-ce que le patient/la patiente a perdu l’appétit ? Oui Non

5962. Est-ce que le patient/la patiente a plus d’appétit qu’avant ? Oui Non

5973. Est-ce que le patient/la patiente a maigri ? Oui Non

5984. Est-ce que le patient/la patiente a grossi ? Oui Non

5995. Est-ce que le patient/la patiente a eu un changement dans son comportement alimentaire comme de mettre par exemple trop de nourriture dans sa bouche en une seule fois ? Oui Non

6006. Est-ce que le patient/la a eu un changement dans le type de nourriture qu’il/elle aime, comme de manger par exemple ? Oui Non

6017. Trop de sucreries ou d’autres sortes de nourritures particulières ? Oui Non

6028. Est-ce que le patient/la patiente a développé des comportements alimentaires comme par exemple manger exactement le même type de nourriture chaque jour ou manger les aliments exactement dans le même ordre ? Oui Non

6039. Est-ce qu’il y a eu d’autres changements de son appétit ou de sa façon de manger sur lesquels je ne vous ai pas posé de questions ? Oui Non

604Si la réponse à la question préliminaire se trouve confirmée, déterminez la fréquence et le degré de gravité de ces changements de son appétit ou de sa façon de manger.

FRÉQUENCE

605« Maintenant je voudrais savoir avec quelle fréquence se produisent ces choses (utilisez le comportement qui pose le plus de problèmes). Diriez-vous qu’elles se produisent… »

606Quelquefois : moins d’une fois par semaine 1

607Assez souvent : environ une fois par semaine 2

608Fréquemment : plusieurs fois par semaine mais pas tous les jours 3

609Très fréquemment : tous les jours ou pratiquement tout le temps 4

GRAVITE

610« Maintenant je voudrais connaître le degré de gravité de ces comportements. Par gravité, je veux dire : à quel point ces comportements sont-ils perturbants ou invalidants pour le patient/la patiente ? Diriez-vous que leur degré de gravité est… »

611Léger : des changements dans l’appétit ou les aliments sont présents mais n’ont pas entraîné de changement de poids et ne sont pas perturbants. 1

612Moyen : des changements dans l’appétit ou les aliments sont présents et entraînement des fluctuations mineures de poids. 2

613Important : des changements évidents dans l’appétit et les aliments sont présents et entraînent des fluctuations de poids, sont embarrassants et d’une manière générale perturbent le patient. 3

RETENTISSEMENT

614À quel point ce comportement est perturbant pour vous au plan émotionnel (pour vous, en tant que soignant, entourage) ?

615Pas du tout 0

616Minimum 1

617Légèrement 2

618Modérément 3

619Sévèrement 4

620Très sévèrement, extrêmement 5

QD2A de Pichot

621L’échelle de Pichot permet de déterminer la part qu’occupe l’affect dépressif dans l’éventuel déficit cognitif.

622Les patients ayant un score > 7 sont considérés comme dépressifs. Parfois, un traitement antidépresseur à lui seul fera disparaître la plainte mnésique. Parfois également, le syndrome dépressif cache aussi une détérioration bien réelle que nous démontrent les autres batteries de tests, mais nous ne pouvons la mesurer de manière précise tant que le syndrome dépressif n’est pas traité. On ne doit pas utiliser cette échelle lorsque le MMS est inférieur à 15.

623En ce moment, ma vie me semble vide vrai faux

624J’ai du mal à me débarrasser de mauvaises pensées qui me passent par la tête vrai faux

625Je suis sans énergie vrai faux

626Je me sens bloqué(e) ou empêché(e) devant la moindre chose à faire vrai faux

627Je suis déçu(e) et dégoûté(e) par moi-même vrai faux

628Je suis obligé(e) de me forcer pour faire quoi que ce soit vrai faux

629J’ai du mal à faire les choses que j’avais l’habitude de faire vrai faux

630En ce moment, je suis triste vrai faux

631J’ai l’esprit moins clair que d’habitude vrai faux

632J’aime moins qu’avant faire les choses qui me plaisent ou m’intéressent vrai faux

633Ma mémoire me semble moins bonne que d’habitude vrai faux

634Je suis sans espoir pour l’avenir vrai faux

635En ce moment, je me sens moins heureux(se) que la plupart des gens vrai faux

636TOTAL

ZARIT Burden Interview

637Instructions pour les entrevues sur le « fardeau » que constitue l’aide à un parent. Voici une liste d’énoncés qui traduisent parfois les sentiments d’une personne aidante envers la personne dont elle s’occupe.

638À la suite de chaque énoncé, indiquez le chiffre qui indique la fréquence du sentiment.

6390 = jamais, 1 = rarement, 2 = parfois, 3 = très souvent, 4 = presque toujours

640Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses.

6411. Avez-vous l’impression que le parent dont vous vous occupez demande plus d’aide qu’il en a besoin ? 0 1 2 3 4

6422. Trouvez-vous que vous manquez de temps pour vous-même du fait du temps que vous devez consacrer à ce parent ? 0 1 2 3 4

6433. Vous sentez-vous tiraillé entre les soins de votre parent et vos autres responsabilités envers votre famille ou votre travail ? 0 1 2 3 4

6444. Vous sentez-vous gêné par le comportement de votre parent ? 0 1 2 3 4

6455. Vous sentez-vous en colère quand vous êtes autour de votre parent ? 0 1 2 3 4

6466. Trouvez-vous que votre parent nuit à votre relation avec les autres membres de la famille ? 0 1 2 3 4

6477. Avez-vous peur de ce que l’avenir réserve à votre parent 0 1 2 3 4

6488. Avez-vous l’impression que votre parent dépend de vous ? 0 1 2 3 4

6499. Vous sentez-vous tendu quand vous êtes près de votre parent ? 0 1 2 3 4

65010. Avez-vous l’impression que votre état de santé s’est détérioré à cause de votre engagement auprès de votre parent ? 0 1 2 3 4

65111. Avez-vous l’impression que votre vie privée a souffert de votre engagement auprès de votre parent ? ? 0 1 2 3 4

65212. Avez-vous l’impression que votre vie sociale a souffert de votre engagement auprès de votre parent ? 0 1 2 3 4

65313. Vous sentez-vous gêné de recevoir des amis à cause de votre parent ? 0 1 2 3 4

65414. Avez-vous l’impression que votre parent s’attend à ce que vous vous occupiez de lui comme si vous étiez la seule personne sur qui il peut compter ? 0 1 2 3 4

65515. Avez-vous l’impression que vous n’avez pas assez d’argent pour subvenir aux besoins de votre parent ? 0 1 2 3 4

65616. Avez-vous l’impression qu’il vous sera impossible de continuer à vous occuper de votre parent pendant longtemps encore ? 0 1 2 3 4

65717. Avez-vous l’impression que vous n’êtes plus maître de votre vie depuis la maladie de votre parent ? 0 1 2 3 4

65818. Souhaiteriez-vous pouvoir confier les soins de votre parent à quelqu’un d’autre ? 0 1 2 3 4

65919. Vous sentez-vous inquiet par rapport à ce que vous devez faire pour votre parent ? 0 1 2 3 4

66020. Sentez-vous que vous devriez en faire davantage pour votre parent ? 0 1 2 3 4

66121. Avez-vous l’impression que vous pourriez mieux vous occuper de votre parent ? 0 1 2 3 4

66222. Dans l’ensemble, sentez-vous que l’aide que vous donnez à votre parent constitue un fardeau pour vous ? 0 1 2 3 4

663Résultats :

6640 – 20 = Pas un fardeau ou petit fardeau

66541 – 60 = Fardeau, moyen à gros

66621 – 40 = Fardeau, petit à moyen

66761 – 88 = Gros fardeau

668Élaboré par Zarit, S.H., Reever, K.E., Bach-Peterson, J., The burden interview, The gerontologist, 20 :649-655,1980, Traduction libre.

Table des illustrations

Légende Collin C, Wade OT, Davis S et al. The Barthel AOL Index : a reliability study, Int Disabil Studies 1988 ;10 :61-63.
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1603/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1603/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende http://www.sommeil-mg.net (copyleft sous réserve de mentionner la source)
URL http://books.openedition.org/pucl/docannexe/image/1603/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540