Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Grilles de dépendance : quelle vision de l’homme, quelle visée des soins1 ?

Natalie Rigaux

Texte intégral

  • 1 La réflexion qui suit a été conçue à la demande des services de Médecine gériatrique des Cliniques (...)

Se contentera-t-on de parler avec les médecins de notre temps d’un « déficit cognitif » lié à la dégénérescence de certaines cellules nerveuse ? Réduira-t-on du même coup la mémoire à une fonction de « stockage de l’information » dont les performances dépendent de certains événements physiques et chimiques qui ont leur siège dans le cerveau ? On connaîtra peut-être ainsi le mal par ses causes, mais on en méconnaîtra entièrement le sens. De même, en effet, qu’il y a un esprit distinct de la machine cérébrale, il y a une personne irréductible à l’esprit conçu comme une unité de traitement de l’information divisée en départements et en fonctions spécialisées. Montaigne le sait : « L’homme marche entier vers son croît et son décroît. » Les difficultés cognitives sont toujours des difficultés personnelles ; elles se traduisent toujours pour la personne par une certaine impuissance à vivre. Il n’y aurait pas de différence, sans cela, entre l’expérience humaine du vieillissement et l’usure des pièces du moteur d’une automobile.
Jérôme Porée, Il y a tant de défauts en la vieillesse, tant d'impuissance (Montaigne)

1Parmi les innombrables grilles d’évaluation mises au point en gériatrie, les grilles de dépendance occupent une place particulière. En ce qui concerne la recherche, dès que l’on se soucie de décrire une population âgée, une mesure de la dépendance est faite, sorte de plus grand dénominateur commun de tout portrait, individuel ou de groupe, des individus vieillissants. En matière d’orientation des populations et de financement des soins, leur place est même plus exclusive, constituant souvent le seul critère d’évaluation retenu. Les choisir pour cible d’une analyse critique, parmi l’ensemble plus vaste de toutes les échelles d’évaluation utilisées, se justifie donc bien.

2On situera d’abord le questionnement à un niveau épistémologique. Ces grilles établissent une mesure à propos d’une personne, attribuant une valeur numérique à celle-ci, afin de pouvoir la comparer aux autres et à un étalon, une norme. Pourquoi faire une mesure ? Ce sera notre première question.

3Et pourquoi une mesure de l’homme ? Pour élaborer cette interrogation, il faudra passer du registre épistémologique au registre politique, situant l’usage des grilles de dépendance dans le contexte des sociétés assurantielles, cherchant à ségréguer des groupes à risque pertinents en vue d’un traitement différencié. Ce sera le deuxième temps de notre questionnement.

4Pourquoi, voulant faire une mesure de l’homme, se focalise-t-on ainsi sur la dépendance ? Une réflexion anthropologique sera nécessaire pour comprendre le consensus non interrogé qui s’établit autour d’une certaine vision de l’homme, associée à une visée des soins particulière.

5Pour conclure, on s’interrogera sur ce qu’il y a lieu de faire de l’ensemble des trois critiques proposées, épistémologique, politique, anthropologique, entre utopie et réalisme.

6Afin de concrétiser notre propos, des illustrations issues de quatre grilles de dépendance

  • 1 La grille de Katz (Katz, S., 1983 « Assessing self-maintenance : Activities of daily living, mobil (...)

71, fréquemment utilisées au plan national et international seront proposées.

Pourquoi une mesure ?

  • 2 Verbo “mesure” in « Les notions philosophiques. Dictionnaire », 2 tomes, PUF, dir. A. Jacob, Paris (...)

8Les grilles de dépendance sont développées par une spécialité d’apparition relativement récente dans le champ médical et en quête de légitimité scientifique : la gériatrie. Pourquoi donc celle-ci prend-elle autant de soin à vouloir tout mesurer, de la dépression au bien-être en passant par la dépendance ? Un court flash historique2 va nous permettre de mieux le comprendre.

  • 3 Stengers, I., (dir.), « D’une science à l’autre. Les concepts nomades. », Seuil, Paris, 1987

9La mesure apparaît dans le champ scientifique par la géométrie, puis les mathématiques. Dans un second temps, la physique de Galilée systématise l’usage de la mesure dans la démarche expérimentale. Deux sciences « dures », « exactes », « positives » mesurent : à partir de là va se produire une bifurcation culturelle fondamentale, la mesure devenant un attracteur permettant de « durcir » les sciences les plus « molles »3. Ce qui est mesuré, mesurable va apparaître, par la magie du chiffre, comme plus vrai, plus sûr, plus objectif. Le chiffre peut être vu comme un opérateur méta-scientifique, capable de faire passer du subjectif à l’objectif, du mou au dur, du flou au sûr.

Quelles disciplines vont se laisser prendre par cet attracteur ?

10Toutes vont en subir la pression, en particulier les plus fragiles dans la hiérarchie scientifique, les sciences humaines.

En quoi cela est-il problématique ?

  • 4 Gould, St.J., « La mal mesure de l’homme », Éd. Lansay, Paris, 1983

11Un premier risque est que les chercheurs sélectionnent les problèmes dignes d’être traités en fonction de leur mesurabilité4, par exemple, davantage les problèmes physiques que psychiques, réputés plus difficiles à objectiver par une mesure, ou, pour nous rapprocher encore davantage de ce qui nous intéresse, plus la dépendance que l’autonomie ou le bien-être, pour la même raison.

12Deuxième risque : voulant tout mesurer, même ce qui ne l’est pas intrinsèquement, les chercheurs se leurrent sur le statut exact de la mesure faite. Prenons le cas qui nous intéresse, la dépendance. Si l’on définit celle-ci comme le besoin d’aide de tiers pour effectuer telle tâche, on ne peut pas considérer que la nature même de la dépendance puisse être ramenée à un chiffre, sauf à considérer celui-ci comme un code, une convention permettant de classer les personnes dans des catégories liées par un ordre (selon qu’ils sont plus ou moins dépendants). C’est ce que l’on appelle en statistique une mesure ordinale, qui n’a que deux propriétés mathématiques : la relation d’identité (permettant de ranger les individus dans une même classe d’équivalence) et la relation d’ordre, permettant de ranger ces classes selon qu’elles sont plus ou moins (ici : dépendantes) que les autres. Par contre, une mesure ordinale ne permet pas d’utiliser les propriétés de l’addition et de la soustraction. Dès lors, si je prends l’exemple de l’échelle de Katz, pour l’item « se laver », je ne peux savoir si l’écart qui sépare les niveaux 1 (indépendance), 2 (aide partielle pour se laver le dessus ou le dessous de la ceinture), 3 (aide partielle pour se laver le dessus et le dessous de la ceinture) et 4 (dépendance totale) sont ou non comparables. Je ne peux pas non plus établir de différence/d’équivalence entre les mêmes niveaux de dépendance pour des items différents (par exemple entre le niveau 2 de la toilette et le niveau 2 de l’habillage). Je ne peux donc pas additionner les niveaux de dépendance obtenus pour les différents items afin d’obtenir un score global de dépendance. La grille de Katz évite cet écueil, mais on le retrouve très fréquemment dans les échelles de mesure ordinale, par exemple le SEGA, additionnant les niveaux (de 0 à 2) obtenus pour des items aussi différents que l’humeur, l’indépendance dans les activités de la vie quotidienne, ou l’état des fonctions cognitives. De même, l’usage de tous les indicateurs statistiques supposant les propriétés de l’addition (telle la moyenne ou la variance) est abusif lorsque l’on travaille avec une mesure ordinale comme une grille de dépendance.

13Le deuxième risque de la fascination pour la mesure est donc de ne pas réfléchir aux propriétés des objets mesurés, leur attribuant abusivement des propriétés mathématiques qu’ils n’ont pas, le simple usage du chiffre – sa magie – faisant croire à l’accès automatique aux propriétés mathématiques les plus fortes.

14Troisième risque lié à l’attraction opérée par la mesure : tendre à une standardisation de la manière de traiter tous les problèmes, en vertu de l’adage populaire suivant : « quand on n’a qu’un marteau, tous les problèmes ressemblent à des clous ».

15Illustrons ce risque à partir de l’exemple d’un des items explorant la cognition dans le RAI.

16Illustration 1. RAI

17D. Cognition

181. FACULTÉS COGNITIVES POUR PRENDRE LES DÉCISIONS COURANTES

19Prendre les décisions concernant les tâches de la vie quotidienne par ex. quand se lever ou prendre ses repas, quels vêtements porter ou quelles activités faire.

  1. Indépendant – décisions logiques raisonnables et sûres.
  2. Indépendance relative – quelques difficultés seulement dans les situations nouvelles.
  3. Déficience minime – dans des situations particulières, les décisions deviennent de faible qualité ou dangereuses, a besoin d’indications/supervision à certains moments.
  4. Déficience modérée – décisions constamment de faible qualité ou dangereuses, a besoin d’indications/supervision en permanence.
  5. Déficience sévère – ne prend rarement ou jamais de décision.
  6. Pas de conscience décelable, coma.

20À lire l’explicitation qui suit le titre 1 (« prendre les décisions (…) »), on s’attend à une exploration de l’autonomie de la personne. Or, l’autonomie est bien une valeur reconnue à tout homme, et ne pouvant se vivre qu’en situation, autrement dit, une capacité nécessairement relationnelle. Pour reprendre les exemples de décision donnés sous le titre 1, « quand se lever ou prendre ses repas », ne dépend – hélas – pas que de vous lorsque vous vivez en institution mais de la latitude qui vous est ou non laissée pour prendre ces décisions. Or, mesurée par une échelle d’évaluation, l’autonomie tend à devenir la performance d’un individu (non la caractéristique d’une relation liée à une situation), étalonnée à partir d’une norme (ici : « indépendance – décision logiques, raisonnables et sûres »). La singularité de l’individu, son insertion dans un réseau de relations ne peuvent être prises en compte par la mesure. L’autonomie s’en trouve déformée (en « clou », pour reprendre mon adage) par la mesure qui en est faite.

Pourquoi une mesure de l’homme ?

  • 5 Ewald, F. « L’État providence », Grasset, Paris, 1987

21L’homme a résisté plus longtemps que les choses à l’attracteur du chiffre, mais il a fini par céder. Et le postulat que suppose la mesure, à savoir que l’homme est mesurable, s’est imposé. Ces modifications du régime de savoir ont permis la mise en place, à partir du xixe siècle, d’un nouveau système de régulation sociale, celui des sociétés assurantielles5. Ces sociétés définissent leurs problèmes et imaginent leurs solutions à travers les catégories de l’assurance : face à un risque, qui doit être calculable et collectif, est prévue une compensation par l’État. Il y a dès lors la nécessité d’identifier les groupes à risque, définis par l’écart différencié qu’ils présentent par rapport à la norme et de prévoir une prise en charge considérée comme juste, une prise en charge par l’État.

22Pour que ce type de régulation soit possible, il faut un certain type de savoir, définissant une norme et les écarts par rapport à celle-ci. Une commune mesure va donc à la fois permettre d’objectiver les différences et d’individualiser les prises en charge.

23Au sein de la gériatrie, les grilles de dépendance vont jouer ce rôle-clé, définissant des groupes à risques (les catégories de dépendance) parmi les personnes âgées, pour chacun desquels est fixé l’accès à certains type de structure/de ressources.

24Illustration 2. La grille de Katz

25Dans le cas de la Belgique, la grille de Katz joue ici un rôle fondamental, permettant de distinguer 5 catégories de personnes âgées (de la catégorie 0 « Totalement indépendant physiquement et psychiquement » à la catégorie C, dépendant (score 3 ou 4) physiquement pour tous les items à l’exception éventuelle de l’incontinence et/ou de la dépendance pour manger, avec l’ajout de la catégorie C dément (dépendance psychique – désorientation dans le temps et l’espace et physique pour 4 à 6 items).

26Sur la base de ces catégories, l’accès différencié à des ressources est prévu : forfait MR ou MRS en institution, paiement à l’acte (catégorie 0) ou forfait infirmier A, B ou C au domicile.

27On a vu dans un premier temps comment un souci de légitimité scientifique pouvait mener la gériatrie à privilégier un mode de connaissance par la mesure ; on vient de découvrir comment le type de sociétés où s’est développée la gériatrie conduisait, pour des raisons de mode de régulation sociale, au même résultat, la production d’une commune mesure à partir de laquelle pouvoir définir une norme et des écarts par rapport à celle-ci. Ce qui nous reste à comprendre, c’est l’origine du consensus sur la norme – l’indépendance – et le type de « prise en charge » des a-normaux (les dépendants) qui va être conçu à partir de là.

Pourquoi une mesure de l’(in)dépendance ?

28Ce que le mode de régulation assurantiel demande, c’est de pouvoir identifier, puis mesurer les problèmes, en fonction d’une vision de l’homme normal. En ce qui concerne la personne âgée, au vu de la multiplication des grilles de dépendance et des items de dépendance dans les grilles d’évaluation plus générales (pour nos exemples, le SEGA et le RAI), le consensus est massif : la norme (confondue avec l’idéal) est l’indépendance, le problème est la dépendance, celle-ci pouvant être déclinée en indépendance physique (en particulier, dans les activités de la vie quotidienne) et psychique (orientation dans le temps et l’espace, plus largement, performances des fonctions cognitives). L’homme accompli est indépendant, la dépendance est vue comme un poids, une charge (on parle par exemple facilement de la « lourdeur » d’un service pour l’estimation qui y est faite de la dépendance de ses patients, ou du « fardeau » des aidants). Un glissement s’opère ainsi de la norme statistique à la norme sociale, de l’apparente neutralité de la mesure au jugement de valeur quant aux conditions d’une humanité pleine et entière.

29Autre caractéristique des grilles de dépendance (et des discours qui l’accompagnent) : la confusion récurrente entre le concept de dépendance (comme besoin de l’aide d’autrui pour accomplir certaines tâches) et l’autonomie (comme possibilité d’être maître des choix qui concerne sa vie, des plus élémentaires aux plus fondamentaux).

30Illustration 3. SEGA et RAI

31Le SEGA, pour les 4 items évaluant la dépendance dans les activités de la vie quotidienne (« se lever, marcher ; continence ; manger ; repas, téléphone, médicaments ») nomme le niveau 0 « autonome », alors que les 2 autres niveaux renvoient très clairement à la question de la dépendance (avec des termes comme « aide », « soutien », « assistance »…).

32Le RAI, pour l’item repris dans l’illustration 1, mêle lui aussi l’autonomie que semble viser l’explicitation sous le titre 1 et la dépendance dans la façon de nommer les différents niveaux (niveau 0 « indépendant ») ou de les expliciter (« a besoin d’indications/ supervision »).

33Deux caractéristiques liées sont donc à comprendre : la dévalorisation de la dépendance comme problème, et la confusion entre indépendance et autonomie.

34Au-delà d’une approche purement gestionnaire (cherchant à savoir combien de personnes/d’heures de travail sont nécessaires à la « prise en charge » ( !) des personnes dépendantes, la vision de l’homme qui fonde ces grille renvoie à une conception anthropologique très ancrée dans la culture occidentale : l’indépendance (voire parfois même, l’isolement) y apparaît comme une garantie de l’autonomie et de la liberté, l’intervention d’autrui n’étant pas considérée comme constitutive du moi mais comme toujours potentiellement menaçante, aliénante.

  • 6 Taylor, C., « Les sources du moi. La formation de l’identité moderne », Seuil, Paris, 1998

35La quintessence du sujet est censée se trouver en lui-même, dans ses profondeurs intimes (selon St Augustin, analysé par Charles Taylor6), d’où l’idéal de déliaison d’avec le monde social et ses appartenances communautaires.

  • 7 Castel, R., Laroche, Cl., « Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi », Fayard, Paris (...)

36Pour ne prendre qu’un autre exemple, bien plus tard, dans le contexte de la pensée politique se développant en Angleterre aux xviie et xviiie siècles, un philosophe comme John Locke (analysé par R. Castel7) va définir l’homme par la propriété : du monde, qu’il s’approprie par son travail et de son propre corps, lui évitant de dépendre de quiconque. Dépendre d’autrui, dans le contexte de ce monde ayant encore la mémoire du servage et contemporain de l’esclavage, apparaît nécessairement comme incompatible avec la conscience de soi et l’expression de sa souveraineté.

37On comprend mieux, dans ce contexte culturel, que la dépendance puisse à ce point être confondue avec l’hétéronomie, non par ce qui serait une curieuse non maîtrise du vocabulaire, mais parce que la dépendance semble nécessairement destituer le sujet de son autonomie. Si la dépendance compromet l’autonomie, on comprend comment, du même coup, dans le contexte de l’individualisme occidental valorisant au premier chef l’autonomie du sujet, la dépendance est dévalorisée.

38Quelle visée du soin est associée à cette mesure de la dépendance ?

39En fonction de la définition de la dépendance comme « besoin d’aide d’autrui », la compensation prévue pour répondre à la situation de dépendance fait partie de l’identification même de celle-ci.

40Illustration 4. Barthel et RAI

41La grille Barthel, qui définit le plus souvent deux niveaux d’in/dépendance distingue par exemple pour l’alimentation : « Indépendant (capable de se servir des couverts, mange en un temps raisonnable) ; A besoin d’aide (par exemple pour couper les aliments) » ; ou pour l’habillement : « Indépendant (noue les lacets de ses chaussures, attache ses agrafes, met ses bretelles) ; A besoin d’aide (mais fait au moins la moitié du travail en un temps raisonnable) » ;

42Le RAI prévoit de manière plus fine à quelle tâche, pour le soignant, correspond la dépendance de la personne en prévoyant huit niveaux de dépendance pour chaque item des AVQ (activités de la vie quotidienne). Pour ne prendre que quelques exemples parmi ces 8 niveaux on a « 1. Indépendant, aide à la préparation seulement- article procuré ou placé à proximité sans supervision ou assistance physique lors de tout l’épisode ; 2. Supervision – surveillance/stimulation (…) ; 5. Assistance maximale – aide (y compris mobiliser les membres) nécessitant la participation de deux personnes ou + – ou aide nécessitant de la force physique pour plus de 50 % des tâches ; 6. Dépendance totale – activité entièrement accomplie par d’autres durant la période.

43La définition même des niveaux de dépendance se confond à un type de « prise en charge » spécifique par autrui – on parle parfois aussi de charge de travail associée à chaque niveau de dépendance. Arrêtons-nous sur cette locution si familière qu’on risque d’en méconnaître la portée. Une « charge » : on retrouve bien la dévalorisation allant de pair avec l’objectivation de la personne dépendante. Si elle est une charge à « prendre », c’est bien effectivement que l’on considère qu’étant dépendante, elle est nécessairement hétéronome. Aucune place n’est laissée à l’idée que chaque personne pourrait choisir la meilleure façon, à ses yeux, de répondre à sa dépendance : est-ce en demandant à l’aidant de tout faire à sa place (quand bien même elle pourrait physiquement faire certaines choses seule), ou en prenant tout son temps (là où le Barthel évoque un « temps raisonnable ») de façon à pouvoir faire tout seule,… La dépendance étant confondue avec l’hétéronomie, il n’y a par définition plus de place pour le choix d’un sujet, en relation à un aidant particulier, dans un contexte spécifique. C’est bien parce que la prise en compte de l’autonomie du sujet et de sa singularité n’est pas possible dans le type d’anthropologie qui fonde ces grilles que l’on peut considérer qu’à chaque niveau de dépendance correspond un même niveau de ressource requise (les groupes « iso-ressources » dans la grille française AGGIR, des forfaits soins identiques avec la grille de Katz).

  • 8 Weber, M., « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme », Plon, paris, 1964 (1ère édition, (...)

44Si le point de vue de la personne dépendante n’est pas à prendre en compte, c’est qu’un savoir expert, celui des soignants, peut déterminer le type d’aide requise (et par là même, prendre la mesure de la dépendance) : « supervision », aide partielle ou aide totale (cf. illustration 4), par exemple. Il le fait sans interroger la finalité de l’acte en question pour la personne dépendante, le sens qu’il a pour elle. Son problème est technique, focalisé sur le « comment » la tâche va pouvoir être accomplie : avec quelle rapidité (« temps raisonnable » du Barthel), quelle durée (« 50 % de la tâche », RAI et Barthel), quel poids (« deux personnes ou plus », force physique, RAI),… Ce type de rationalité correspond précisément à ce que M. Weber appelle une rationalité instrumentale, visant la maîtrise par la prévision (cf. titre du SEGA : « facteurs de déclin fonctionnel et de séjour prolongé »), et produisant des « spécialistes sans vision »8.

« Changez tout » ?

45Reprenons rapidement les critiques faites aux grilles de dépendance. Abusés par la magie du chiffre, nous risquons de leur attribuer un pouvoir excessif à dire le vrai. Fortes de cette légitimité scientifique (en partie usurpée), les grilles sont utilisées dans le contexte d’un régime de régulation assurantiel. Ce régime n’est pas en cause, mais bien la façon dont sont définies les catégories à risque (par leur dépendance, celle-ci étant dévalorisée comme charge, et associée nécessairement à un défaut d’autonomie) et à partir de cette définition, le type de soins auxquels elles peuvent prétendre (une prise en charge ne laissant pas de place aux choix de la personne aidée).

Quelle voie pourraient prendre des alternatives ?

46En se fondant sur un savoir toujours fragmentaire car concernant des humains reconnus comme autonomes, quelle que soit leur dépendance, une autre approche serait de voir la personne non à travers le prisme exclusif de sa dépendance mais en se préoccupant de son bien-être et du respect de son autonomie. Le soignant, alors, aurait à sans cesse rouvrir la question du sens pour autrui de son activité, nourri par les échanges avec ceux dont il prend soin.

47Quelle place donner à ce regard alternatif ? Dans la mesure où « changer tout » n’est pas d’emblée accessible, (aussi bien les modes de connaissance que la gestion des populations par l’État-providence), veiller au moins à ce que notre vision de la personne âgée ne soit pas réduite à ce que les grilles nous en disent, que des espaces-temps soient préservés pour définir un projet de soin soucieux de l’autonomie de la personne aidée, interrogeant le sens, pour elle, de l’aide apportée. Contribuer à démystifier le chiffre en élaborant d’autres modes de connaissance, plus modestes, s’aventurant à faire le récit de l’expérience humaine dans sa singularité.

Notes

1 La réflexion qui suit a été conçue à la demande des services de Médecine gériatrique des Cliniques Universitaires de Mont Godinne pour la XIème journée de Gériatrie (27 mai 08). Dans ce contexte, elle a bénéficié des conseils d’Anne Lahaye pour l’identification des grilles utilisées dans la pratique gériatrique belge.

Notes de fin

1 La grille de Katz (Katz, S., 1983 « Assessing self-maintenance : Activities of daily living, mobility and instrumental activities of daily living », JAGS, 31 (12), 721-726), utilisée en Belgique pour fixer le montant des forfaits-soins remboursés servira de première illustration. On reviendra également à plusieurs reprises sur le Resident Assessment Instrument (RAI) (Morris, J.N. et al., 1990, « Designing the National Resident Assessment Instrument for Nursing Home », The Gerontologist, 30 (3), 293-307) grille développée aux USA dans le contexte des Nursing homes dans un premier temps, puis élargi pour le domicile et les soins aigus, à des fins de financement et d’évaluation de la qualité. Le Short Emergency Geriatric Assessment (SEGA), utilisé pour évaluer le profil de risque des patients de plus de 70 ans entrant aux urgences sera aussi cité (D. Schoevards et al., « Identification précoce du profil gériatrique en salles d’urgences : présentation de la grille SEGA », 2004, La revue de Gériatrie, 29 (3), 169-178). Enfin, un outil développé par des infirmières anglaises, le Barthel Index (Mahoney, FI, Barthel DW, 1965, « Functional Evaluation ; The Barthel Index », Maryland State Medical Journal, 14, 61-65), actualisé et abondamment discuté depuis (Collin, C., Wade, D., 1988 « The Barthel Index : a reliability study », Int Disabil. Stud., 10, 61-63 ; Sainsbury, A. et al., « Reliability of the Barthel Index when used with older people », 2005, Age and Ageing, 34 (3), 228-232) sera proposé à titre d’illustration.

2 Verbo “mesure” in « Les notions philosophiques. Dictionnaire », 2 tomes, PUF, dir. A. Jacob, Paris, 1990

3 Stengers, I., (dir.), « D’une science à l’autre. Les concepts nomades. », Seuil, Paris, 1987

4 Gould, St.J., « La mal mesure de l’homme », Éd. Lansay, Paris, 1983

5 Ewald, F. « L’État providence », Grasset, Paris, 1987

6 Taylor, C., « Les sources du moi. La formation de l’identité moderne », Seuil, Paris, 1998

7 Castel, R., Laroche, Cl., « Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi », Fayard, Paris, 2001

8 Weber, M., « L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme », Plon, paris, 1964 (1ère édition, 1922)

Auteur

Natalie Rigaux est professeur de sociologie aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Elle travaille depuis de nombreuses années sur les questions éthiques et politiques soulevées par les démences et la dépendance.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540