Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Test mental

Luc Périno

Texte intégral

Habitude
Le seul danger serait en effet de se réveiller un jour
Avec une âme qui n'aurait jamais servi,
Une âme ensevelie de précautions,
Soigneusement amidonnée,
Repassée et pliée en quatre,
Mais qui tombe en poussière faute d'usage.
Car ce qu’il y a de pire,
C’est d'avoir une âme habituée,
Une âme tellement encroûtée,
Tellement imperméabilisée,
Que la grâce roule sur elle sans rien mouiller,
Comme des gouttes d’eau sur la toile cirée.
Paul Baudiquey, Pleins signes

  • 1 Mini Mental Test avec l’invasion anglo-saxonne. En français : mini test mental. Les langues vivant (...)

1Le « MMS1 » est une méthode très simple pour dépister et diagnostiquer la démence sénile et la maladie d’Alzheimer avec une bonne précision. Il consiste en une série de questions et de tests faciles dont le total se note sur trente.

  • 2 En disant ceci, j’ai la certitude de m’attirer les foudres des neurologues et gériatres et de me s (...)

2Je me souviens avec émotion d’une anecdote avec une patiente presque nonagénaire à qui je faisais passer ce test mental, probablement à tort, étant donné que la perte ou la diminution des facultés cognitives à cet âge signifie plus souvent déclin naturel que réelle maladie2. Elle était en train d’échouer à une question sur trois et commençait à paniquer à l’idée d’être recalée. Son mari, déjà nonagénaire, souffrait pour elle et tentait parfois discrètement de l’aider, se doutant que ce soutien, peu académique, ne devait pas être propice à un bon diagnostic. Elle, de son côté, souriait radieusement à chaque bonne réponse fournie avec ou sans aide conjugale. Ce couple totalisait soixante-sept ans de mariage, chiffre qui m’imposait un affectueux respect. Je décidai alors de les laisser continuer de répondre à deux et les y encourageai même. Ils en furent ravis, d’autant plus, que malgré quelques autres réponses inexactes, ils furent officiellement admis au MMS et évitèrent ainsi, de justesse, le couperet d’un diagnostic terrible de maladie d’Alzheimer ou plus horrible encore de démence sénile. J’espérais secrètement qu’aucun de leurs six enfants, quinze petits-enfants et vingt et un arrière-petits-enfants, n’irait leur suggérer une consultation chez un neurologue moins indulgent que moi. Permettre à la conjugalité d’éviter un diagnostic solitaire est un bonheur qu’il faut savoir offrir.

3Attention.

  • 3 Somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, neuroleptiques.
  • 4 Abbott RD et al. La marche améliore la maladie, JAMA 2004 ; 292 : 1447-53. Weuve J. L’exercice phy (...)
  • 5 Les autorisations de mise sur le marché des médicaments prétendus innovants exigent souvent un dia (...)

4Maintenant, je souhaite réellement mettre fin au romantisme de l’évocation de ce vieux couple. Je souhaite ici mettre un terme brutal à cette poésie et profiter de mes essais littéraires pour proposer une thèse à l’université, preuves à l’appui, dans la plus traditionnelle démarche scientifique dont voici l’argumentation. L’expérience de terrain montre qu’à cet âge, aucun médicament n’est efficace sur les facultés mentales. Il est même bénéfique de supprimer tous les médicaments et plus particulièrement les psychotropes3. Les seules méthodes thérapeutiques ayant apporté leurs preuves sur l’Alzheimer sont les caresses, l’exercice, les stimulations et l’affection de l’entourage4. Un diagnostic de certitude n’est pas indispensable à obtenir avant ce genre de prescriptions5. La neurophysiologie et les sciences cognitives nous enseignent que les vieux couples constituent une entité à part entière ; le métabolisme, les facultés intellectuelles, l’immunité et le système endocrinien de chaque individu étant irréversiblement empreints de ceux du conjoint. Enfin, la définition consensuelle de la vieillesse donnée par les collèges de gériatres est « la perte d’autonomie ». Ainsi, au-delà d’un certain nombre d’années de mariage ou de vie commune, que nous pourrions (arbitrairement pour commencer) fixer à soixante, il devient licite de mesurer la cognition au niveau du couple et d’en valider le résultat dans la démarche diagnostique. Plus prosaïquement, il suffira d’un (ou une) seul conducteur pour la voiture, un seul cuisinier pour les œufs sur le plat, un seul lecteur pour le journal, une seule mémoire pour les clefs, un seul auditeur pour le téléphone, pour que le couple soit jugé apte pour ces tâches quotidiennes. Mieux, nous pouvons considérer que l’autonomie et la cognition, évaluées sur un seul individu du couple, sont des valeurs inexactes, biaisées par l’amputation de son co-effecteur métabolique, endocrinien et cognitif. Je demande donc officiellement que soit labellisé et validé le « MMS à deux » après soixante ans de mariage. Qui oserait encore parler de poésie ?

5Texte extrait du livre « Humeurs médicales », Éditions du Félin, Paris, 2006, et paru dans la revue « Médecine », octobre 2006, p. 384.

Notes

1 Mini Mental Test avec l’invasion anglo-saxonne. En français : mini test mental. Les langues vivantes ont fait passer MMS dans les mœurs, et comme souvent, on finit par oublier la signification exacte du sigle.

2 En disant ceci, j’ai la certitude de m’attirer les foudres des neurologues et gériatres et de me situer hors de la pensée dominante où la vieillesse naturelle est une notion violemment refusée. N’étant pas systématiquement rebelle à ma faculté et au paradigme dominant, je propose parfois ce test à des nonagénaires pour être un bon élève.

3 Somnifères, tranquillisants, antidépresseurs, neuroleptiques.

4 Abbott RD et al. La marche améliore la maladie, JAMA 2004 ; 292 : 1447-53. Weuve J. L’exercice physique aussi, JAMA 2004 ; 292 : 1454-61.

5 Les autorisations de mise sur le marché des médicaments prétendus innovants exigent souvent un diagnostic certain avant prescription. C’est pourquoi toutes les publications de l’industrie pharmaceutique poussent « très éthiquement » plus au diagnostic qu’à la prescription.

Auteur

Luc Perino est médecin généraliste à Lyon, et tropicaliste. Militant de la médecine clinique, il est également passionné d’anthropologie, écrivain, essayiste.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540