Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Présentation de quelques échelles d’évaluation

Jan Degryse

Texte intégral

La vraie jeunesse ne s’use pas.
On a beau l’appeler souvenir,
On a beau dire qu’elle disparaît,
On a beau dire et vouloir dire que tout s’en va,
Tout ce qui est vrai reste là.
Quand la vérité est laide,
c’est une bien fâcheuse histoire,
Quand la vérité est belle, rien ne ternit son miroir.
Les gens très âgés remontent en enfance
Et leur cœur bat
Là ou il n’y a pas d’autrefois.
Jacques Prévert

1Le choix des outils présentés dans ce chapitre a été effectué selon deux critères :

  1. Ils ont un intérêt clinique, alors que d’autres outils ont plutôt leur intérêt en recherche.
  2. Il s’agit d’outils disponibles, sans être protégés par un copyright, et qui peuvent être utilisés librement.

2Les échelles présentées ici interviennent dans l’évaluation des troubles cognitifs, de l’état fonctionnel et de la dépression. Il est fondamental de distinguer les échelles d’évaluation des instruments à visée diagnostique. Les échelles d’évaluation ont pour objectif de fournir une quantification de l’intensité de la symptomatologie ou de « l’état clinique » alors que les instruments diagnostiques fournissent des critères opérationnels permettant la classification des patients.

3Un exemple de chacune des échelles est présenté en fin de volume, par ordre alphabétique.

Les échelles d’évaluation des troubles cognitifs

Le Mini Mental State Exam (MMSE)

  • 1 Folstein M. F., Folstein S. E., McHugh P. R., "Mini-mental state". A practical method for grading (...)
  • 2 Tombaugh T. N., McIntyre N. J. The mini-mental state examination : a comprehensive review. J Am. G (...)
  • 3 Anthony j. C., LeResche L., Niaz U., von Korff M. R., Folstein M. F., Limits of the ‘Mini-Mental S (...)
  • 4 Grober E., Hall C., Lipton R. B., Teresi J. A., Primary care screen for early dementia. J Am. Geri (...)
  • 5 Crum R. M., Anthony J. C., Bassett S. S., Folstein M. F., Population-based norms for the Mini-Ment (...)
  • 6 Kraemer H. C., Moritz D. J., Yesavage J., Adjusting Mini-Mental State Examination scores for age a (...)

4Le MMSE a été introduit il y a plus de 30 ans pour identifier les troubles cognitifs en évaluant les capacités mentales. Il inclut des questions de mémoire, d’orientation, de langage et d’attention, pour un total de 30 points1. Il s’agit d’un outil largement utilisé dans des études épidémiologiques ainsi que dans le suivi de l’évolution du déficit cognitif chez des patients avec un diagnostic de démence bien établi2. Le MMSE n’est cependant pas un bon outil de dépistage : sa fiabilité à cet égard a été discutée, tout autant que sa validité3,4. Les analyses contextuelles montrent que le MMSE surestime le déclin cognitif chez les personnes ayant un faible niveau d’éducation, et sous-estiment ce déclin chez ceux qui ont une formation poussée5,6. À la base, le MMSE a été conçu non comme un instrument unidimensionnel, mais comme un instrument destiné à balayer différents aspects de la cognition. Le score total ne doit donc pas être considéré comme un chiffre qui exprime le « taux » global du déficit cognitif. Toujours est-il que le MMSE reste à ce jour un des instruments le plus souvent utilisé et le plus utile dans le suivi des patients souffrant d’une démence existante (2).

Le test de l’horloge (The Clock Drawing Test)

  • 7 Freedman M., Leach L., Kaplan E., Clock Drawing : A Neuropsychological Analysis. New York : Oxford (...)

5Ce test est très simple et très bien accepté par les patients, est facile d’exécution et rapide (2 minutes), est très sensible et devrait être une aide au diagnostic le plus tôt possible7.

  • 8 Tuokko H., Hadjistavropoulos T., Miller J. A., The Clock Test : Administration and Scoring Manual. (...)

6Les performances sur le test de l’horloge ne semblent pas êtres liées à l’âge ni au niveau d’éducation. Cependant, Tuokko et autres8 ont suggéré d’utiliser différents scores cut off afin d’optimiser sa sensibilité et sa spécificité c’est-à-dire un score de 8 dans le groupe de 65 à 79 ans et un score de 5 pour des sujets de plus de 80 ans. Il faut le compléter par d’autres tests neuropsychologiques si des anomalies sont constatées. Bien que le test de l’horloge soit un outil de screening cognitif assez efficace, il n’implique pas directement les capacités cognitives particulières qui sont affectées dans les premiers stades de la maladie d’Alzheimer, tels que la mémoire épisodique ou la fluence verbale. Donc, un déficit cognitif subtil mais cliniquement significatif dans la démence débutante peut ne pas être détecté dans ce test.

L’ADAS-COG (Alzheimer Disease Assessment – Cognitive scale)

  • 9 Rosen W. G., Mohs R. C., Davis K. L., A new rating scale for Alzheimer’s disease. Am. J Psychiatry (...)
  • 10 Mohs R. C., Rosen W. G., Davis K. L., The Alzheimer’s disease assessment scale : an instrument for (...)

7L’ADAS-Cog est une échelle conçue par Rosen et al. (1984)9, qui permet d’évaluer la sévérité des troubles cognitifs des patients atteints de démence de type Alzheimer (DTA). Elle représente un outil de quantification utile pour la recherche et les essais pharmacologiques mais ne doit pas être utilisée comme outil diagnostique10. Elle comprend 11 sous-tests précédés d’un entretien de 10 minutes : intelligibilité du langage oral, compréhension, manque du mot, rappel de mots, dénomination, orientation, exécution d’ordres, praxies, praxies constructives, reconnaissance de mots et rappel des consignes. Elle permet d’évaluer la mémoire, le langage et les praxies. Les tests doivent toujours être présentés dans le même ordre. Le système de cotation reflète le degré de sévérité du trouble selon une échelle de 0 à 5 points. La note 0 correspond à l’absence du déficit dans une tâche. La note 5 est réservée pour le degré le plus sévère du déficit. Une note de 1 signifie un déficit très léger. Les cotations 2, 3 et 4 correspondent respectivement à un déficit léger, modéré et sévère. Le score total est sur 70.

IQ COD (Informant Questionnaire on Cognitive decline in the Elderly) : questionnaire d’évaluation du déclin cognitif d’un proche âgé auprès d’un informateur

  • 11 Jorm A. F., Jacomb P. A., The Informant Questionnaire on Cognitive Decline in the Elderly (IQCODE) (...)
  • 12 Jorm A. F., The Informant Questionnaire on cognitive decline in the elderly (IQCODE) : a review. I (...)

8L’IQ COD est un questionnaire destiné aux proches de patients âgés de plus de 70 ans, évaluant avec eux le statut cognitif de la personne concernée. Il a été proposé par l’équipe australienne de Jorm en 198911 et est depuis lors très utilisé dans le monde entier. L’outil initial comportait 39 ou 26 questions. Un IQ COD court à 16 questions fut validé en 1994. Les questions portent sur l’acquisition de nouvelles informations, la restitution d’un savoir préexistant, et la compréhension (verbale et performance). Une note de 1 à 5 est attribuée, le score global étant la somme des scores à chaque question divisée par le nombre de questions. Les scores cut off du questionnaire varient selon les études mais certains auteurs recommandent le chiffre de 3,4412. Des études ont montré l’intérêt du questionnaire alors que l’on ne dispose pas de données cliniques (sensibilité pour un diagnostic de maladie d’Alzheimer de 73 % à 97 % et spécificité de 33 % à 75 %). Des corrélations sont retrouvées (à la différence du MMSE) avec le niveau d’anxiété ou de dépression des proches et leur degré de connaissance et d’implication auprès du patient. L’IQ COD est un questionnaire utile en pratique surtout pour des patients ne pouvant pas bénéficier de tests ou de faible niveau d’éducation ayant un entourage dont on a évalué l’anxiété, la dépression et l’implication dans les soins au patient.

Le ZARIT Burden Interview

  • 13 Zarit S. H., Reever K. E., Bach-Peterson J., Relatives of the impaired elderly : correlates of fee (...)
  • 14 Zarit S. H., Diagnosis and management of caregiver burden in dementia. Handb.Clin Neurol. 2008 ; 8 (...)
  • 15 Hébert R., Bravo G., Girouard D., Fidélité de la traduction française de trois instruments d’évalu (...)

9Le Zarit Burden Interview permet d’évaluer la détresse manifestée par les personnes qui procurent des soins informels aux patients souffrant de démence13,14. Il tente d’évaluer de façon globale le fardeau associé aux détériorations fonctionnelles et comportementales de l’aidé ainsi qu’à la situation de soins à domicile. Une échelle ordinale en cinq paliers (variant de jamais à presque toujours) est utilisée pour les 22 items de l’inventaire. Un résultat élevé indique un fardeau sévère. La version française de l’instrument montre un coefficient de cohérence interne de 0,85 et une fidélité test – retest de 0,8915.

Les échelles d’évaluation de l’état fonctionnel

IADL Lawton

  • 16 Lawton M. P., Brody E. M., Assessment of older people : self-maintaining and instrumental activiti (...)
  • 17 Israël L., Waintraub L., Autonomie ou capacité fonctionnelle ? Revue critique de quelques échelles (...)
  • 18 Gallo J. J., Paveza G. J., Activities of daily living and instrumental activities of daily living (...)

10L’échelle IADL de Lawton est essentiellement axée sur le comportement habituel de la personne et évalue essentiellement le niveau de dépendance d’un patient à travers l’appréciation des activités de la vie quotidienne16. Elle se compose de deux parties : 1- une échelle d’autonomie physique issue des travaux de Katz, appréciant la capacité à faire sa toilette, s’alimenter, s’habiller, se mouvoir(IADL) ; 2 -une échelle estimant les activités instrumentales (IADL-E). L’aspect « instrumental » fait référence à ces activités quotidiennes essentiellement gouvernées par des fonctions cognitives, telles que faire des achats, utiliser des transports en commun, cuisiner, faire son ménage ou sa lessive, utiliser le téléphone, prendre des médicaments, gérer son budget. Ces activités sont complexes dans le sens où elles nécessitent une certaine habileté, une certaine autonomie, un bon jugement et la capacité de structurer des tâches. Plutôt que d’apprécier directement et isolément des capacités telles que la mémoire ou d’autres fonctions cognitives, cette échelle les évalue d’une façon indirecte à travers un ensemble d’activités courantes de la vie quotidienne. Cette échelle dépeint une dimension qui est celle d’un fonctionnement physique, mental et social, et par conséquent s’applique à toutes les catégories cliniques et peut être utilisée auprès de l’ensemble de la population âgée. Cet instrument a été traduit en français en 1986 par L. Israël et L. Waintraub17, et est utilisée pour l’inclusion dans de nombreux essais thérapeutiques. Le temps de cotation n’excède pas cinq minutes, mais un entraînement préliminaire d’une demi-journée est nécessaire pour former l’évaluateur à cette cotation. La dépendance est évaluée sur un gradient de un à cinq pour l’échelle de soins personnels IADL, et de un à quatre pour l’lADL-E. Un score élevé traduit une dépendance et le score le plus bas correspond au niveau d’autonomie le plus élevé18.

L’indice de Barthel

  • 19 Mahoney F. I., Barthel D. W., Functional evaluation : The Barthel index. Md State Med J 1965 ; 14  (...)
  • 20 Khaoulani N., Calmerls P., Évaluation fonctionnelle par l’indice de Barthel. Ann Med Phys Réadapt (...)

11À l’origine, ce test était utilisé pour évaluer l’état fonctionnel de tout patient ayant un diagnostic de pathologie chronique19. Aujourd’hui il est utilisé plus volontiers dans les pathologies neurologiques et comme indicateur de capacité pour les personnes à mobilité réduite. Il existe une version française validée20. D’utilisation aisée, l’indice de Barthel est utile pour 1- mesurer des conséquences fonctionnelles des incapacités observées, 2- vérifier la pertinence des soins ou techniques mises en œuvre et 3- la mesure de l’évolution fonctionnelle dans le temps. Il existe plusieurs versions de cette échelle, la version la plus utilisée est composée de dix items. La fiabilité et la validité de cette échelle ont été étudiées en détail (coefficient de consistance interne entre 0,87 et 0,92).

Les échelles d’évaluation de la dépression

La Geriatric Depression Scale (GDS)

  • 21 Sheikh J. L., Yesavage J. A., Geriatric Depression Scale : recent evidence and development of a sh (...)

12Il s’agit de l’échelle de dépression gériatrique la plus connue et sans doute la plus utilisée21. Elle peut être remplie directement par le patient ou être passée par un soignant. Il faut rappeler que, si cette échelle à elle seule ne permet pas de faire un diagnostic de dépression, elle fournit toutefois des indications précieuses sur l’état psychoaffectif du patient. Le GDS n’a pas de validité avec une population de personnes ayant des troubles cognitifs. Par contre, c’est un excellent outil de suivi de la dépression si l’on respecte cette condition. Le score normal est de 3 ± 2, un sujet moyennement déprimé a un score d e 7 ± 3 et un sujet très déprimé atteint un score de 12 ± 2.

Le GDS à 30 items

  • 22 Yesavage J. A., Brink T. L., Rose T. L., Lum O., Huan V., Adey M., Development and validation of a (...)

13Il s’agissait de réaliser un outil facile à utiliser et demandant peu d’effort au sujet âgé, tout en essayant de ne pas inclure d’items somatiques22. Conçu comme un auto questionnaire, le sujet doit répondre à 30 items par oui ou par non. Vingt des 30 items indiquent la présence de dépression si le sujet donne une réponse positive. Dix items indiquent la présence de dépression si le sujet donne une réponse négative, valant chacun un point. Lorsque l’on additionne les notes obtenues aux différents items, on obtient un score : plus il est élevé et plus la personne a de risque d’être dépressive. Les normes d’après les travaux de Yesavage et al. sont les suivantes : 0

1410 : absence de dépression ; à partir de 11 : probabilité de dépression. En fait, la GDS a pour intérêt majeur d’avoir été conçue et validée auprès de personnes âgées et d’éviter l’écueil des items somatiques. Il en existe une version abrégée en 15 items.

Le mini-GDS à 4 items

  • 23 D’Ath P., Katona P., Mullan E., Evans S., Katona C., Screening, detection and management of depres (...)
  • 24 Clément J-P., Preux P-M., Fonatnier D., Léger J-M., Mini-GDS chez les patients âgés suivis en méde (...)
  • 25 Ouango J. G., Léger J. M., Prévention du deuil pathologique du sujet âgé. In Trivalle C., ed. Géro (...)

15Une version courte à 4 items a été également élaborée23,24. Cette échelle consiste à poser 4 questions au patient en lui précisant que, pour répondre, il doit se resituer dans le temps qui précède, au mieux une semaine, et non pas dans la vie passée ou dans l’instant présent. Si le score est égal à 1 ou plus, il y a une très forte probabilité de dépression ; si le score est égal à 0, il y a une très forte probabilité d’absence de dépression. Une démarche préventive des deuils pathologiques qui consiste à dépister systématiquement les personnes confrontées à des pertes, à l’aide de la mini-GDS à 4 items a été préconisée par Quang et Léger25.

Le QD2A de Pichot

  • 26 Pichot P., Boyer P., PULL C. B., Un questionnaire d’évaluation de la symptomatologie dépressive, l (...)

16Parfois le clinicien se trouve devant la difficulté d’évaluer les symptômes de la dépression chez le sujet âgé qui dira plutôt éprouver des difficultés à se concentrer, ne pas avoir le moral, avoir des problèmes physiques. Dans ces cas une autre échelle encore peut-être utile. L’échelle de Pichot26 permet de déterminer la part qu’occupe l’affect dépressif dans l’éventuel déficit cognitif. Les patients ayant un score > 7 sont considérés comme potentiellement dépressifs. Parfois le syndrome dépressif cache aussi une détérioration cognitive bien réelle que nous démontrent les autres tests, mais cette détérioration ne peut être mesurée de manière précise tant que le syndrome dépressif ne s’est pas amélioré. On ne doit pas utiliser cette échelle lorsque le score sur le MMS (cf. supra) est inférieur à 15.

L’échelle de Cornell

  • 27 Alexopoulos G. S., Abrams R. C., Young R. C., Shamoian C. A., Cornell Scale for Depression in Deme (...)
  • 28 Camus F., Schmitt L., Dépression et démence : contribution à la validation française de deux échel (...)

17Il existe une échelle spécifique adaptée aux démences. Elle peut-être utilisée lorsque l’on se trouve face à des patients dont le syndrome démentiel est déjà installé (avec un MMS < 15)27,28. Le clinicien, l’infirmière ou le psychologue doit essayer de la poser en interrogatoire direct avec le patient pendant une dizaine de minutes, mais également en hétéro-évaluation avec sa famille pendant une vingtaine de minutes. Les évaluations doivent être basées sur les symptômes et les signes présents pendant la semaine précédant l’entretien. L’investigateur consultera si besoin l’équipe soignante s’occupant habituellement du patient.

18C’est une échelle peu sensible à la détérioration cognitive, elle a donc une fiabilité également dans les démences sévères. Le score seuil pour penser à un syndrome dépressif est de 10.

L’inventaire Neuropsychiatrique (NPI)

  • 29 Cummings J. L., Mega M., Gray K., Rosenberg-Thompson S., Carusi D. A., Gornbein J., The Neuropsych (...)
  • 30 Robert P., Medecin I., Vincent S., Staccini P., Cattelin F., Goni S., L’inventaire neuropsychiatri (...)

19Face à des patients dont les troubles du comportement sont au premier plan, on peut utiliser le NPI (Neuropsychiatric inventory)29,30 qui permet de cerner la place qu’occupe le syndrome dépressif devant le tableau dominé par les troubles du comportement du patient. Le NPI a été mis au point pour être utilisé chez des patients présentant une maladie d’Alzheimer ou un autre type de démence, mais il peut se révéler utile dans l’évaluation des modifications du comportement survenant dans d’autres pathologies. Douze domaines comportementaux sont pris en compte dans le NPI. Il se base sur les réponses d’un aidant informé, de préférence vivant avec le patient. La gravité, la fréquence des problèmes comportementaux ainsi que leur retentissement sur l’aidant sont répertoriés.

Notes

1 Folstein M. F., Folstein S. E., McHugh P. R., "Mini-mental state". A practical method for grading the cognitive state of patients for the clinician. J Psychiatr Res 1975 ; 12 : 189-98.

2 Tombaugh T. N., McIntyre N. J. The mini-mental state examination : a comprehensive review. J Am. Geriatr. Soc. 1992 ; 40 : 922-35.

3 Anthony j. C., LeResche L., Niaz U., von Korff M. R., Folstein M. F., Limits of the ‘Mini-Mental State as a screening test for dementia and delirium among hospital patients. Psychol Med. 1982 ; 12 : 397-408.

4 Grober E., Hall C., Lipton R. B., Teresi J. A., Primary care screen for early dementia. J Am. Geriatr. Soc. 2008 ; 56 : 206-13.

5 Crum R. M., Anthony J. C., Bassett S. S., Folstein M. F., Population-based norms for the Mini-Mental State Examination by age and educational level. JAMA 1993 ; 269 : 2386-91.

6 Kraemer H. C., Moritz D. J., Yesavage J., Adjusting Mini-Mental State Examination scores for age and educational level to screen for dementia : correcting bias or reducing validity ? Int. Psychogeriatr. 1998 ; 10 : 43-51.

7 Freedman M., Leach L., Kaplan E., Clock Drawing : A Neuropsychological Analysis. New York : Oxford University Press, 1994.

8 Tuokko H., Hadjistavropoulos T., Miller J. A., The Clock Test : Administration and Scoring Manual. Toronto : Multi-Health Systems, 1995.

9 Rosen W. G., Mohs R. C., Davis K. L., A new rating scale for Alzheimer’s disease. Am. J Psychiatry 1984 ; 141 : 1356-64.

10 Mohs R. C., Rosen W. G., Davis K. L., The Alzheimer’s disease assessment scale : an instrument for assessing treatment efficacy. Psychopharmacol. Bull. 1983 ; 19 : 448-50.

11 Jorm A. F., Jacomb P. A., The Informant Questionnaire on Cognitive Decline in the Elderly (IQCODE) : socio-demographic correlates, reliability, validity and some norms. Psychol Med. 1989 ; 19 : 1015-22.

12 Jorm A. F., The Informant Questionnaire on cognitive decline in the elderly (IQCODE) : a review. Int. Psychogeriatr. 2004 ; 16 : 275-93.

13 Zarit S. H., Reever K. E., Bach-Peterson J., Relatives of the impaired elderly : correlates of feelings of burden. Gerontologist 1980 ; 20 : 649-55.

14 Zarit S. H., Diagnosis and management of caregiver burden in dementia. Handb.Clin Neurol. 2008 ; 89 : 101-6.

15 Hébert R., Bravo G., Girouard D., Fidélité de la traduction française de trois instruments d’évaluation des aidants naturels de malades déments. La Revue Canadienne du Vieillissement 1993 ; 12 : 324-37.

16 Lawton M. P., Brody E. M., Assessment of older people : self-maintaining and instrumental activities of daily living. Gerontologist 1969 ; 9 : 179-86.

17 Israël L., Waintraub L., Autonomie ou capacité fonctionnelle ? Revue critique de quelques échelles actuellement utilisées en gériatrie pour l’évaluation des activités de la vie quotidienne. Psychol Med. 1986 ; 18 : 2225-31.

18 Gallo J. J., Paveza G. J., Activities of daily living and instrumental activities of daily living assessment. In Gallo JJ, Bogner HR, Fulmer T, Paveza GJ, eds. Handbook of Geriatric Assessment, pp 193-240. Jones and Bartlett Publishers, 2006.

19 Mahoney F. I., Barthel D. W., Functional evaluation : The Barthel index. Md State Med J 1965 ; 14 : 61-5.

20 Khaoulani N., Calmerls P., Évaluation fonctionnelle par l’indice de Barthel. Ann Med Phys Réadapt 1991 ; 14 : 61-5.

21 Sheikh J. L., Yesavage J. A., Geriatric Depression Scale : recent evidence and development of a shorter version. Clin Gerontol 1986 ; 5 : 165-72.

22 Yesavage J. A., Brink T. L., Rose T. L., Lum O., Huan V., Adey M., Development and validation of a geriatric depression screening scale : a preliminary report. J Psychiatr Res 1994 ; 17 : 37-49.

23 D’Ath P., Katona P., Mullan E., Evans S., Katona C., Screening, detection and management of depression in elderly primary care attendees. I : The acceptability and performance of the 15-item Geriatric Depression Scale (GDS15) and the development of short versions. Fam. Pract. 1994 ; 11 : 260-6.

24 Clément J-P., Preux P-M., Fonatnier D., Léger J-M., Mini-GDS chez les patients âgés suivis en médecine générale. L’Encéphale 2001 ; XXVII : 329-37.

25 Ouango J. G., Léger J. M., Prévention du deuil pathologique du sujet âgé. In Trivalle C., ed. Gérontologie préventive, pp 426-31. Masson, 2002.

26 Pichot P., Boyer P., PULL C. B., Un questionnaire d’évaluation de la symptomatologie dépressive, le questionnaire QD2A. Rev Psychol Appl 1984 ; 34 : 323-40.

27 Alexopoulos G. S., Abrams R. C., Young R. C., Shamoian C. A., Cornell Scale for Depression in Dementia. Biol. Psychiatry 1988 ; 23 : 271-84.

28 Camus F., Schmitt L., Dépression et démence : contribution à la validation française de deux échelles de dépression "Cronell Scale for Depression in Dementia" et "Dementia Mood Assessment Scale". L’Encéphale 1995 ; XXI : 201-8.

29 Cummings J. L., Mega M., Gray K., Rosenberg-Thompson S., Carusi D. A., Gornbein J., The Neuropsychiatric Inventory : comprehensive assessment of psychopathology in dementia. Neurology 1994 ; 44 : 2308-14.

30 Robert P., Medecin I., Vincent S., Staccini P., Cattelin F., Goni S., L’inventaire neuropsychiatrique, validation de la version Française destinée à évaluer les troubles du comportement chez les sujets déments. L’année Gérontologique 1998 ; 5 : 63-86.

Auteur

Jean-Marie Degryse est professeur à la Faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain et responsable du service de recherche du Centre académique de médecine générale de l’UCL. Il enseigne également à l’Akademisch centrum voor huisartsgeneeskunde de la KULeuven.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable