Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Histoire d’un « géronte » : une équipe multidisciplinaire de première ligne cherche à améliorer le suivi et l’accompagnement des personnes âgées

Bernard Vercruysse

Texte intégral

Ils ne savaient pas où ils étaient, ils ne savaient pas où ils allaient mais ils discutaient encore sur leur itinéraire.
Geoffroy Chaucer, Les contes de Canterbury

Le contexte : l’équipe de la Maison Médicale du Nord

1Notre équipe multidisciplinaire travaille dans un quartier populaire de Bruxelles près de la Gare du Nord depuis 1975 et se compose actuellement de :

  • six médecins (cinq équivalents temps plein) et un médecin assistant en formation ;
  • -un infirmier ;
  • deux kinésithérapeutes ;
  • une assistante sociale ;
  • cinq personnes pour l’accueil et l’administration ;
  • une diététicienne ;
  • un psychiatre.

2Chaque membre de l’équipe, en dehors de sa fonction spécifique, s’occupe également de tâches de santé communautaire ou d’actions collectives. Une réunion commune se tient tous les jeudis à 13h30. Lors de cette rencontre hebdomadaire, nous abordons tant des problèmes de fonctionnement de la Maison Médicale que certains problèmes spécifiques des patients. Une cellule « Assurance qualité » a également été mise sur pied, réunissant quelques volontaires de l’équipe qui sont chargés d’analyser des questions plus complexes évoquées en réunion d’équipe et de finaliser des propositions d’action pour améliorer la qualité de notre travail. Une autre réunion se tient également un soir tous les deux mois, avec une plage horaire plus souple, afin d’évoquer les projets en cours, leur évolution et le futur de notre Maison Médicale.

3Enfin, nous travaillons en lien étroit avec un réseau de collaborateurs, sur le plan médical, hospitalier, de la santé mentale et sur le plan social.

La question

4Dans notre métier de généraliste, nous sommes en relation durable avec des personnes âgées dont l’état de santé a tendance à se dégrader doucement au cours des années.

5Bien souvent, petit à petit, une dépendance de plus en plus grande s’établit vis-à-vis de l’entourage et des aides nécessaires à domicile.

6La rencontre régulière de ces personnes âgées avec leur médecin généraliste, outre notre action plus strictement médicale, crée souvent un climat de confiance fait aussi bien d’affectivité que de routine. Au fond, nous vieillissons doucement ensemble.

7La dégradation progressive de l’un comme de l’autre peut passer inaperçue et il arrive parfois que, quand la personne âgée doit faire appel à des services professionnels d’aide à domicile, elle n’ait plus la capacité d’adaptation nécessaire pour les intégrer, les supporter, en bénéficier. Et nous ne nous en rendons pas toujours compte à temps.

8Nous avons ainsi découvert dans notre pratique une facette d’un concept qui s’est fort développé : la fragilité, cet état d’équilibre précaire où le moindre incident fait basculer la personne âgée, apparemment autonome et peu dépendante, dans un état de dépendance majeure qui lui fait perdre son autonomie. Il s’ensuit souvent une dégradation rapide, une hospitalisation puis un placement en urgence. La personne âgée perd la maîtrise de son devenir, avec trop souvent comme conséquence une fin rapide et un peu malheureuse de cette personne et une frustration du soignant qui se dit : « J’aurais dû faire autre chose, j’aurais pu intervenir plus tôt. »

9Notre volonté est de permettre à la personne âgée de rester le plus longtemps possible maître de ses choix et de pouvoir continuer à élaborer avec elle un plan de vie et d’avenir, le plus souvent dans son milieu habituel de vie.

10Nous avons aussi été frappés du fait que ces mêmes personnes, si elles sont victimes d’un accident de santé quand elles ont encore une bonne capacité d’adaptation, acceptent facilement une aide professionnelle. Par la suite, ayant intégré ces intervenants dans leur vie et leurs habitudes, elles les acceptent plus facilement quand la situation se dégrade doucement.

11Ainsi, le devenir d’un senior qui s’est cassé le poignet à 75 ans, a bénéficié d’aide familiale et de soins infirmiers nous parait plus favorable que celui de la personne qui se dégrade paisiblement, sans incident.

12Cet évènement subi a-t-il été, pour les soignants, une occasion pour réévaluer la situation ou est-ce uniquement l’adaptabilité de la personne âgée avant fragilisation, qui a permis l’acceptation de l’aide ?

13Devant ces constatations, nous nous sommes dit qu’il était nécessaire de prendre un temps d’arrêt, d’évaluation régulière des patients très âgés pour tenter d’intervenir avant que leur capacité d’adaptation n’ait trop diminué.

14L’évaluation des conditions de vie, de l’entourage, de la relation aux personnes soignantes aussi bien que de l’état psychophysiologique de nos seniors nous est apparue comme une question opérationnelle importante.

La stratégie

15Pour essayer d’éviter, tant que faire se peut, ces impasses et cette fin de vie un peu triste, de mieux respecter l’autonomie et les souhaits des nos patients âgés tout en améliorant la satisfaction et donc le bien-être des soignants, nous avons voulu réagir et tenter de prévenir ces situations.

16Nous avons donc décidé en équipe d’évaluer, si possible tous les ans, toutes nos personnes âgées de plus de 70 ans et de déterminer les stratégies possibles dans les cas où une action proactive nous parait utile.

17Comment trouver un outil applicable et performant pour évaluer et repérer les personnes à risque dans les limites de nos capacités d’analyse et d’intervention ?

18En effet, dans notre travail, les consultations et les visites nous occupent beaucoup et nous n’avons qu’un temps limité pour réaliser ces évaluations et pour rechercher, collectivement, des solutions.

19Les contraintes liées aux investissements possibles en temps et en énergie nous ont poussés à adopter une échelle d’évaluation courte, fonctionnelle et qui puisse être remplie par le médecin en dehors d’un contact (consultation ou visite) avec la personne âgée.

20À cette époque (1999), nous avons réalisé une recherche des échelles existantes. Aucune ne répondait à nos attentes opérationnelles spécifiques. Nous avons donc décidé, à partir des échelles existantes, de créer un outil qui corresponde spécifiquement à nos besoins et à nos attentes.

Une grille

21Cette grille est complétée par le médecin référent de la personne âgée, tous les ans, et encodée par l’infirmier, responsable de la gestion de ce projet pour la Maison Médicale du Nord. Celui-ci est également chargé de rappeler à l’ordre les médecins distraits afin d’arriver à établir un « score » pour un maximum de personnes âgées.

22L’infirmier sélectionne ensuite les patients à mauvais score et les présente en réunion d’équipe à raison de deux patients par réunion hebdomadaire.

231. Santé

241.1. Diagnostic principal = niveau de gravité de la pathologie

251.2. Médicaments = manière dont le patient gère ses médicaments (seul, aide) et dangerosité en cas d’erreur (anticoagulants, hypoglycémiant, insuline…)

261.3. Facteurs aggravants = problèmes pécuniaires, alcoolisme, décès d’un proche, hospitalisation, tendance suicidaire, dépression, toxicomanie,…

272. Degré d’isolement Est-il entouré ou complètement isolé ? Est-il entouré par des gens qui ne s’occupent pas de la personne âgée – Est-il seul, mais a-t-il autour de lui un cercle social actif … ?

283. Degré d’autonomie

293.1. Hygiène = pour se laver, le patient est-il indépendant ? A- t-il besoin d’une aide partielle, totale… ?

303.2. Tâches domestiques = est-il capable d’entretenir son habitat, de faire les courses, de cuisiner… ?

313.3. Mouvements = peut-il sortir dans la rue, prendre les escaliers, se déplacer dans son habitat… ?

324. Situation logement

334.1. Adapté ou non-adapté à la vie du patient (ex. : escaliers multiples pour un

34patient à mobilité réduite, exiguïté des lieux, absence de matériel pour le maintien à

35domicile (chaise percée, lit adapté),…)

365. Contacts

375.1. Famille : le patient a-t-il des contacts avec sa famille ? Peut-il, ou peut-on envisager une collaboration avec cette famille ?

385.2. Ami(e)s : le patient a-t-il encore un cercle social ? Peut-il, ou peut-on envisager une collaboration avec ce même cercle ?

395.3. Service professionnel de soins : y a-t-il un autre service d’aide qui intervient au domicile du patient ? Si oui, comment la collaboration se passe-t-elle-t-elle ? Comment cela est-il vécu par le patient ?

40Score indicatif, à nuancer en réunion d’équipe.

415.4. Adéquation entre le service d’aide et les besoins du patient : le service d’aide correspond-il bien aux besoins et aux attentes du patient et de la maison médicale ? L’essai de mise en place de nos services a-t-il échoué ?

425.5. Téléphone : le patient a-t-il accès facile à un téléphone ? Dispose-t-il d’un service de télé vigilance, quelqu’un à appeler en cas d’urgence ?

43Chaque rubrique est composée de sous-rubriques qui sont évaluées de 0 à 9.

44Pour améliorer sa convivialité, sa visibilité pour les autres soignants, et y ajouter une petite touche de fantaisie et de plaisir, la grille est ensuite rapportée sur un « géronte », colorié avant d’être discuté en équipe. D’abord à la main, puis, progrès oblige, électroniquement.

45Pour chaque item, la situation est considérée comme :

  • Optimale, si le score se situe entre 1 et 3. La case correspondante du géronte se colorie en vert.
  • Moyenne, si le score se situe entre 4 et 6. La case correspondante du géronte se colorie en orange.
  • Mauvaise, si le score se situe entre 7 et 9. La case correspondante du géronte se colorie en rouge.

46Ce score est valable pour l’ensemble des items, à l’exception du point 5.4. : « Adéquation entre le service d’aide et les besoins du patient ».

47Les points de cet item sont doublés, car au niveau de la pertinence, il a semblé être, au regard de l’expérience acquise par l’ensemble de l’équipe, un des points cruciaux pour l’avenir de la personne âgée.

48Les scores sont additionnés en bas de page et comparés à ceux de l’année précédente. L’équipe de la Maison Médicale du Nord s’efforce, lors des réunions hebdomadaires, de parler, une fois par année de chaque patient ayant un score ≥ à 70.

49- Exemple dans le tableau ci-après :

50Nous avons décidé d’aborder deux situations par semaine, en réunion d’équipe, en fonction de la sévérité du score d’évaluation. « Deux par semaine » représente un postulat pour nous opérationnel, réalisable en fonction de la charge de travail de chacun et du temps disponible lors de ces réunions.

51Cette présentation en équipe permet un nouveau regard sur la personne âgée, et élargit l’éventail d’actions possibles, par le regard des autres médecins de l’équipe et par l’approche multidisciplinaire,

52Dans une première étape, nous nous sommes attachés à déterminer si une action était possible et souhaitable pour ces patients.

53Les interventions proposées étaient très variables : introduire le passage de l’infirmier, parfois sous un prétexte de soins (injection vitaminée ou autre) pour pouvoir s’orienter ensuite vers une aide à la compliance au traitement (semainier …) ou à l’hygiène (toilette, incontinence cachée), faire passer l’assistante sociale, évoquer un déménagement, voire préparer un placement volontaire. Parfois l’assistante sociale menait un véritable travail de relations publiques avec les voisins pour permettre une cohabitation plus harmonieuse, voire un soutien mutuel.

54Pour un certain nombre de personnes cependant, nous n’avons rien pu proposer, et avons ressenti un important sentiment d’impuissance à modifier la situation existante.

55Actuellement, suite à l’évolution de notre réflexion et devant les problèmes rencontrés, nous essayons davantage de nous situer en termes d’objectifs que d’actions, certains objectifs nécessitant bien sûr des actions.

56Pour certains, l’objectif sera de maintenir l’équilibre actuel, pour d’autres, ce seront des objectifs de changements médicaux, psychologiques, sociaux ou environnementaux.

57Les décisions par objectifs sont plus dynamisantes pour les soignants que les actions qui, menées au coup par coup, peuvent rester sans lendemain, car isolées de perspectives réalistes pour la personne.

Résultats

58À titre d’exemple, voici le relevé d’une campagne, qui, en fin de compte, s’est déroulée sur deux années plutôt qu’une seule comme prévu au départ

5917 % des patients étudiés présentent un score qui parait justifier une analyse plus poussée de l’intervention mise en place par l’équipe. 20 % des évaluations ne sont pas conformes, le plus souvent parce que le patient consulte peu et uniquement à la Maison Médicale, éventuellement sans sa famille ce qui rend l’évaluation des conditions de vie difficile. Le médecin le plus âgé est celui qui soigne le plus de personnes âgées….

Problèmes rencontrés

60Lassitude et routine : poursuivre durant des années cette action, débutée en 1998, a entraîné une routine, une certaine lassitude des soignants, surtout quand les changements apportés par les évaluations ne sont pas toujours très visibles ou très satisfaisants sur le long terme. La poursuite de ce travail dans le temps nous semble cependant essentielle de par la conception même du projet. L’évaluation du projet lors de réunions plus longues tous les deux ou trois ans permet de se remobiliser mais la lassitude persiste parfois. Communiquer vers l’extérieur le travail accompli, améliorer la convivialité de l’outil, entre autres via l’informatisation des résultats, évaluer et demander une évaluation extérieure, sont des éléments qui ont remotivé l’équipe lors des périodes moins dynamiques. La facilité d’un outil, conçu par nous et pour nous, facilite aussi la continuité.

61Méconnaissance : nous nous sommes rendu compte du fait que certains patients étaient en fait fort méconnus et que certains aspects de leur vie étaient complètement passés sous silence, rendant l’évaluation non pertinente pour un pourcentage non négligeable d’entre eux. Plus particulièrement, le logement et l’environnement familial et social de plusieurs personnes âgées qui viennent à la consultation et ne demandent jamais de visites à domicile nous sont quasiment inconnus, mais ont probablement une grande importance pour le devenir des patients. Plusieurs personnes ont, dans ce contexte, accepté la visite de l’assistante sociale de la Maison Médicale du Nord à leur domicile mais la disponibilité n’est pas toujours suffisante. Une personne introduite par le médecin de famille a permis, dans notre expérience, de dépasser la méfiance souvent grande de certaines personnes âgées vis-à-vis d’intervenants nouveaux. Faut-il systématiser cette visite chez tous nos patients âgés, quitte à insister un peu lourdement ? N’est-ce pas une intrusion intempestive dans l’espace privé ?

Suivi des analyses et des propositions

62Lors de nos réunions d’équipe, quand nous abordons en groupe la situation de la personne âgée à « mauvais score », des interventions nous paraissant possibles sont proposées, mais pas toujours mises en œuvre pour plusieurs raisons : refus de la personne âgée, priorité donnée aux nombreux problèmes intercurrents, remise au lendemain, etc. Déterminer en termes d’objectifs plutôt qu’en termes d’actions les changements à apporter chez certains patients nous paraît plus efficace et laisse au soignant une marge d’imagination dans les moyens à mettre en œuvre et les actions à entreprendre.

Investissement en temps, énergie et financement

63Dans la vie du médecin généraliste et des autres soignants, il est parfois difficile de dégager du temps pour prendre du recul par rapport aux patients. Les pathologies aiguës et chroniques à soigner et accompagner nous paraissent souvent prioritaires et ne nous laissent pas toujours le temps ou l’opportunité d’aborder des problèmes plus sociaux et environnementaux avec les patients. Le temps de réunion est lui aussi compté. Il faut vraiment un porteur de projet pour garantir la rigueur des analyses et le temps consacré à chaque présentation. Financièrement, le financement au forfait nous permet de fonctionner dans une dynamique qui nous laisse l’opportunité de ne pas faire de différence trop grande entre temps « rentable » (actes) et temps « non payé » (prévention, réunions, analyse et recherche, administration). Il n’en reste pas moins évident que ce temps représente, in fine, un temps « bénévole » et qu’un mode de rémunération spécifique devrait être envisagé si ce type de travail devait être encouragé.

Cas particuliers

64Deux types de patients ont présenté des difficultés inattendues, les solutions et les plans classiques ne répondant que très imparfaitement à leurs problèmes et nous obligeant à trouver des pistes nouvelles.

Cas 1 – Personne âgée d’origine allochtone

65Dans notre quartier, de nombreuses personnes issues de la première génération de l’immigration deviennent tout doucement dépendantes et fragiles. Elles donnent d’ailleurs l’impression d’un vieillissement global plus précoce par rapport à la population autochtone, mais il s’agit sans doute d’un problème de classe sociale et de pénibilité de la profession antérieure. La plupart des structures d’aide aux personnes âgées, que ce soit l’aide à domicile ou l’hébergement temporaire ou définitif, semblent inadaptées à leurs demandes. Les essais de placement, d’aide professionnelle à domicile, de soutien aux familles sont généralement mal acceptés et rapidement arrêtés.

66Une réflexion spécifique s’est tenue à ce sujet à la Maison Médicale du Nord. Une étude de type psychosocial dans le quartier nous a poussés, en regard de notre impuissance lors de propositions aux personnes âgées fragiles, à nous lancer dans un projet spécifique d’hébergement et de soutien aux personnes âgées d’origine allochtone et à leurs familles, tout en évitant que cela ne devienne un « ghetto ». Il s’agit là d’un autre projet, mais qui découle des évaluations gériatriques présentées ici.

Cas 2 – Présence d’un aidant principal

67Pour les personnes âgées ayant un aidant principal, l’équipe a parfois été confrontée à une difficulté particulière. Certains aidants principaux se plaignent en effet amèrement du poids que représentent pour eux leur relation et leur aide à une personne âgée et son ingratitude. Mais dans ces cas, paradoxalement, toute aide professionnelle est systématiquement rejetée ou sabotée. Avec le recul, il apparaît clairement désormais que pour ces personnes, aider un « vieux » était devenu petit à petit un des éléments constitutifs de leur identité et que mettre ces « souffrances identifiantes » en péril était invivable pour elles. Nous essayons depuis de proposer plutôt une aide et un soutien à l’aidant que directement à la personne âgée.

68Dans certains cas, malheureusement assez fréquents, nous avons été amenés à soutenir, voire défendre une personne âgée vis-à-vis de son entourage ou de sa famille, qui n’acceptaient pas l’autonomie et les décisions, somme toute assez raisonnables, de la personne âgée.

Vécu des personnes âgées

69Paradoxalement peut-être, l’outil ainsi mis en place par la Maison Médicale du Nord ne s’est pas donné les moyens de mesurer l’impact sur les soignés. Aucune évaluation de type « avant/après » n’a pu être réalisée suite à la mise en place de l’utilisation systématique de notre grille.

70Nous ne pouvons donc rien quantifier ici, et nous nous attachons davantage au vécu des soignants et à leurs témoignages. Nous sommes, au décours de ce travail, persuadés qu’introduire le soignant dans une dynamique de réflexion, d’évaluation, de recherche de qualité améliore ses soins. Une impression également partagée par tous est que ce travail permet à chacun de se sentir nettement plus à l’aise pour garder au domicile des patients dans des situations difficiles et en période palliative.

Et les soignants ?

71En fin de compte, c’est surtout pour les soignants que ce travail s’est révélé le plus enrichissant avec une répercussion probable sur la qualité de nos soins aux personnes âgées.

A Voir les patients autrement

72L’habitude prise d’évaluer nos personnes âgées, d’en parler régulièrement et systématiquement en réunion, de faire des bilans de nos interventions et des difficultés rencontrées, d’avoir créé une grille qui nous est spécifique et d’y faire des adaptations selon nos observations, nous a amenés à les voir autrement. Cela nous incite aussi à inclure, de façon plus spontanée, un regard plus global sur leur problématique ainsi qu’une meilleure expertise en ce qui concerne les actions possibles et chances de réussite. Et ceci d’autant plus que l’évaluation en équipe permet une complémentarité analytique par rapport au seul regard du médecin attitré de la personne âgée qui a (trop ?) l’habitude de la suivre au quotidien.

73Ces mises en commun accentuent aussi l’individualisation de ces personnes pour les différents intervenants de l’équipe.

B Mieux connaître les actions possibles

74Évaluer systématiquement chaque semaine deux personnes âgées et discuter des actions possibles, en équipe pluridisciplinaire, nous a apporté à tous une meilleure connaissance des services existants et des actions possibles pour soigner et soutenir une personne âgée fragile.

75De plus, cette analyse nous a amenés à imaginer de nouvelles interventions, voire à créer de nouvelles structures pour répondre aux besoins ainsi analysés. C’est dans cette optique que nous développons le projet d’un lieu d’accueil, de soutien et d’hébergement pour personnes âgées issues de l’immigration, ainsi qu’une action « prévention de la déshydratation en période de canicule », ou encore le passage d’une diététicienne au domicile des personnes très âgées. Notre travail a aussi permis le lancement d’un service d’aide à domicile pour tout ce qui n’est pas pris en charge par les structures professionnelles classiques. Analyser les problèmes rencontrés pousse à imaginer de meilleurs moyens pour y répondre.

C Envie de chercher plus loin et de mieux évaluer (MMS, Nutrition)

76Notre petite échelle construite sur le tas nous a sensibilisés à la valeur ajoutée d’une évaluation systématique et globale d’une personne âgée, à la valeur ajoutée majeure d’un arrêt systématique programmé pour évaluer une évolution et réorienter une prise en charge. Des grilles plus globales d’évaluation nous tentent maintenant davantage, pour essayer de mieux déterminer les objectifs possibles et les actions à entreprendre.

77Dans le même temps, la difficulté importante de systématiser cette évaluation nous fait craindre qu’un outil plus complexe et plus exigeant en temps soit rapidement délaissé par manque de temps, d’énergie, de moyens.

D Valorisation d’un travail parfois routinier (surtout infirmier et kinésithérapeutique)

78Prendre du recul, se donner des objectifs, réfléchir ensemble au sens de nos soins et à leur finalité, est certainement le côté le plus positif de notre expérience. Le travail un peu routinier d’une visite programmée chez une personne âgée a parfois tendance à ne plus avoir d’autre sens qu’un contact humain, un petit café avec elle. Sans du tout dévaloriser l’importance de ce travail comme repère temporel et social pour la personne âgée, qui améliore aussi sa santé, notre travail de soignant exige une rigueur pour éviter de manquer des occasions de prévention et d’interventions pertinentes en matière de santé. Bref, cette expérience améliore notre dynamisme et aiguise notre regard, pour donner un nouveau sens aux soins à la personne âgée.

E Augmenter la tolérance des soignants

79Ce type d’analyse et de travail permet aussi de rendre les soignants plus à l’aise pour envisager un maintien à domicile de patients présentant une pathologie lourde et augmente la tolérance vis-à-vis de personnes âgées au caractère parfois difficile, aggravé par des troubles de la mémoire. Elle facilite également la prise en charge de patients en phase palliative.

Poursuivre ?

80Deux axes s’ouvrent à nous pour la poursuite de notre travail.

81Un axe plus strictement médical : il est frappant que notre échelle attribue une grande importance aux facteurs environnementaux de la personne âgée, qui nous étaient apparus comme les facteurs clefs pour permettre la poursuite d’une vie autonome. Les facteurs plus strictement médicaux nous paraissaient moins sujets à amélioration et plus naturellement réévalués régulièrement. Médecins, infirmiers, kinésithérapeutes et autres travailleurs de santé, nous nous efforçons d’être attentifs et performants dans notre travail de soins. Peut-être qu’une grille plus médicale plus fouillée serait nécessaire pour relever les améliorations encore possibles dans les soins.

82Un axe plus sociétal : il est probablement nécessaire de faire aussi un travail plus large, en réseau, pour pouvoir faire connaître les problèmes des personnes âgées dans des champs de compétences sociales que la maison médicale ne peut solutionner seule et qui nécessitent une action de type politique et d’organisation sociale.

Conclusions

83Dans une démarche d’équipe de terrain, confrontée chaque jour à une demande de soins qui prennent du temps, un outil de réflexion et d’analyse est certainement intéressant et utile, mais en fin de compte, c’est surtout la démarche de l’équipe qui amène un « plus » qualitatif. Repérer un problème, se donner le temps de l’analyser, établir un constat, créer des outils adaptés à la réalité et aux contraintes journalières, évaluer cette démarche : c’est tout ce processus qui est porteur d’assurance de qualité.

84Utiliser une grille « validée » souvent complexe et non adaptée au terrain particulier de chaque pratique de médecine générale n’aurait probablement pas entraîné l’adhésion de toute l’équipe et surtout la continuité dans son utilisation. Les difficultés rencontrées pour prendre en charge certains problèmes complexes dans des pratiques de première ligne sont souvent tellement multifactorielles et tellement différentes d’une pratique à l’autre, que les outils doivent être réfléchis et adaptés à chaque pratique pour être porteurs de sens et de valeur ajoutée. C’est toute la réflexion qui a amené à la création de cet outil et de cette démarche qui est porteuse d’avenir pour une pratique.

85La chance de travailler en équipe multidisciplinaire rend cette expérience plus aisée et plus riche, la confrontation de plusieurs regards et analyses sur une même problématique, dans un même environnement, est porteuse de plus de potentialités. Comme valeur ajoutée majeure, ce type de réflexion commune améliore la cohésion d’une équipe, la satisfaction et le plaisir d’y travailler pour chacun.

86Des moyens devraient-ils être imaginés pour permettre aux acteurs de première ligne intéressés par ce genre de démarche de s’y investir ? Dans cette optique, le type de financement de la première ligne de soins en Belgique favorise principalement l’acte curatif et risque de le faire au détriment d’une prise en charge plus large des problèmes de santé. C’est principalement sur le terrain que les spécificités, si différentes pour chaque pratique, doivent être intégrées dans des processus de recherche et de réflexion pour que des outils d’assurance de qualité puissent recevoir une adhésion réelle et indispensable des acteurs de soins.

Auteur

Bernard Vercruysse est médecin généraliste et président de la Chaire de médecine générale de l’Université catholique de Louvain (UCL).

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540