Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des échelles pour prendre soin

 | 
Isabelle Dagneaux
, 
Marie-Pierre Vercruysse
, 
Jean-Marie Degryse
, 
et al.

Introduction

Christian Swine

Texte intégral

Sens et utilité des échelles

1Rien de plus difficile et de plus complexe que de mesurer l’humain. Comment mesurer et évaluer ce qui ne se réduit pas à un chiffre ou un score ?

2Malgré cette insurmontable difficulté, les sciences humaines ont relevé le défi d’utiliser les instruments des sciences exactes en mesurant, en évaluant, en classant, en comparant des moyennes. Il y a une sorte d’attrait pour la mesure, un besoin de savoir. Dans le domaine de la recherche, les mesures et les évaluations ont été nécessaires pour comprendre et expliquer des phénomènes propres à l’être humain et aux populations. La mesure sert aussi à comparer des situations entre elles ou des personnes entre elles, ou la même personne dans des situations différentes.

3Pour passer de la mesure à l’évaluation, il y un nouvel élément : la référence à une norme ou à un standard. Mais qu’est la norme dans le domaine des sciences humaines, et existe-t-il des normes lorsqu’il s’agit d’individus âgés, voire très âgés et fragiles ?

4Dans le domaine de l’évaluation des patients âgés fragiles, la norme est l’indépendance, terme plus approprié que le terme « autonomie » qui induit des confusions. Cette norme d’indépendance met nécessairement l’accent sur son contraire, la dépendance, et donc tous les aspects négatifs qui s’expriment en termes de déficits, de pertes, de limitations, ou de restrictions.

5Les nouveaux modèles à la base de la classification internationale du fonctionnement et du handicap de l’OMS insistent sur les compétences autant que sur les déficits. Ce modèle, beaucoup plus systémique, met en relation l’ensemble des facteurs complexes qui déterminent le fonctionnement et les activités de la personne. Parmi ces déterminants complexes, les facteurs contextuels, l’environnement (ex : offre locale de soins à domicile) et les caractéristiques de la personne (ex : niveau d’éducation), prennent une place importante dans les interactions entre santé, maladies et fonctionnement de la personne. Ce modèle est satisfaisant pour expliquer la santé d’une personne âgée, dans la mesure où avec l’avance en âge et le statut de personne âgée, les facteurs contextuels jouent un rôle croissant tant comme facilitateurs (ex : revenus) que comme obstacles (ex : logement non adapté). Ce regard sur la compétence est essentiel pour servir de levier à la réadaptation et pour accompagner la récupération en mobilisant les ressources propres de la personne à laquelle on n’impose pas un schéma d’assistance prédéterminé.

6Que mesure-t-on pour évaluer l’indépendance ? Mesure-t-on ce que la personne devrait pouvoir faire du point de vue de l’évaluateur ou observe-t-on ce que la personne réalise d’elle-même de manière autonome (parce qu’elle l’a décidé ainsi) ? C’est toute la différence entre la capacité (ce que la personne fait dans un environnement artificiel et avec stimulation) et la performance (ce que la personne réalise réellement et habituellement à sa manière).

7Dans le domaine des soins gériatriques, ce sont évidemment les performances qui sont analysées pour calibrer l’assistance et les aides à la vie journalière.

8Les mesures et les évaluations en référence à une norme comportent de nombreux caveat. Elles sont bien incapables d’abord de rendre compte de la diversité et de la complexité des situations et des histoires de vie. Sans doute la mesure et l’évaluation donnent-elles l’illusion d’une maîtrise sur des situations complexes dans un environnement mobile, et ce sentiment de maîtrise risque d’être renforcé par la capacité des évaluations à prédire l’évolution (évaluation des risques), et donc le sentiment d’une maîtrise sur la situation non seulement actuelle, mais aussi la situation à venir.

9Dans la pratique clinique auprès des personnes âgées, l’utilisation des mesures et des échelles d’évaluation réside dans la nécessité d’un langage commun sur la situation d’une personne donnée. Ce langage commun facilite le travail interdisciplinaire dans un contexte donné, celui du domicile, de la maison de repos ou de l’hôpital, et permet la communication d’un lieu à l’autre lorsque la personne transite d’un contexte de soins à l’autre. Les professionnels en gériatrie reconnaissent l’utilité des échelles, leur efficacité et leur rapidité pour la description de la situation d’une personne à un moment donné par différents professionnels, et pour le domaine qu’ils explorent. La mise en commun interdisciplinaire de ces différents regards permet d’avoir une vue synthétique sur une situation et d’élaborer avec la personne un projet qui tienne compte à la fois de ses compétences, de ses zones de fragilité et de ses possibilités propres.

10L’interdépendance qui nous lie dans la société humaine doit-elle être appelée indépendance pour les uns et dépendance pour les autres ? Ne s’agit-il pas d’interactions entre individus qui sont dépendants les uns des autres, les professionnels pour exercer leur métier et gagner leur vie, les personnes en demande de soins pour recevoir de ces derniers l’assistance dans les domaines où ils demandent à être aidés ? La mesure et l’évaluation permettent alors d’ajuster et d’opérationnaliser cette relation.

Auteur

Christian Swine est médecin gériatre hospitalier, responsable du service de gériatrie des cliniques UCL de Mont-Godinne, chargé de cours à l’Université catholique de Louvain.

© Presses universitaires de Louvain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable