Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans en prison

 | 
James A. Beckford
, 
Danièle Joly
, 
Farhad Khosrokhavar

Conclusions

Texte intégral

1La question des Musulmans incarcérés ne faisait pas partie des grandes priorités gouvernementales lorsque nous avons commencé l'enquête sur laquelle s'appuie notre ouvrage. Que ce soit en France ou en Grande– Bretagne, ni les hommes politiques, ni les journalistes ou encore les universitaires ne se posaient de questions sur le sort réservé aux détenus musulmans. Les aumôniers pénitentiaires exerçant en Angleterre ou au pays de Galles se préoccupaient certainement de cette question mais, dans le reste de la société britannique, cela ne figurait pas au premier plan des préoccupations des gens. Même au sein des organisations musulmanes ainsi que dans la presse musulmane du Royaume-Uni, seul un petit groupe de militants faisait des efforts pour faire connaître le sort des détenus musulmans. La situation en France était encore plus claire : au niveau public, pratiquement personne ne se souciait de la question des détenus musulmans.

2Les attentats perpétrés par Al-Qaeda aux États-Unis en septembre 2001 ont changé la situation en France et en Grande-Bretagne de façon importante, et ceci à deux égards. Les attentats ont attiré l'attention sur le fait que les prisons françaises et britanniques pouvaient éventuellement héberger des terroristes islamiques ou des Musulmans extrémistes et ceci a mené à l'adoption de lois votées en urgence, lois qui allaient sans doute conduire à un accroissement du nombre de musulmans détenus au motif de soupçons pesant sur eux quant à leur potentielle implication dans des activités terroristes. En outre, les conditions très dures de détention au Camp Delta américain de Guantanamo Bay, camp dans lequel sont principalement regroupés les Musulmans suspectés d'attaques anti-américaines en Afghanistan, ont attiré l'attention du monde entier sur le sort réservé aux Musulmans incarcérés. Il n'est alors pas surprenant que les questions relatives au sort réservé aux détenus musulmans aient rapidement commencé à susciter un intérêt public massif en France comme en Grande– Bretagne à la fin de l'année 2001 – ce qui est toujours vrai en 2004, c'est-à-dire à l'époque de la rédaction du présent ouvrage.

3Néanmoins, notre enquête n'est pas principalement axée sur les conséquences des événements spectaculaires qui sont survenus en Afghanistan, aux États-Unis le 11 septembre 2001 ou encore à Cuba. De toute manière, des personnes identifiées en tant que terroristes Islamiques étaient déjà incarcérées en France de nombreuses années avant ces tragiques événements. En outre, le nombre de détenus musulmans purgeant des peines pour des délits et des crimes n'ayant aucun rapport avec le terrorisme avait augmenté régulièrement en France et en Grande-Bretagne durant les années 80. En d'autres termes, il existait de bonnes raisons d'enquêter sur la question de l'incarcération des Musulmans bien avant la guerre contre les Talibans en Afghanistan et les événements du 11 septembre. Il est important de garder ceci à l'esprit afin d'éviter le piège qui consisterait à penser que les questions relatives aux détenus musulmans ne sont liées qu'aux seuls terroristes et aux combattants pro-Talibans. L'attention du public est actuellement concentrée sur le scénario spectaculaire et, occasionnellement apocalyptique, d'une confrontation entre les civilisations musulmane et occidentale mais les sociologues et les observateurs ayant un peu de recul sont bien conscients que la France et la Grande-Bretagne ont d'autres raisons qui les poussent à essayer de comprendre la place occupée par les Musulmans au sein de leurs prisons. Deux considérations principales entrent en ligne de compte.

4La première est le fait que la France et la Grande-Bretagne sont les deux pays d'Europe occidentale qui ont la plus nombreuse et la plus ancienne population de Musulmans. Il n'est pas surprenant que ce soit la population de détenus musulmans qui ait augmenté plus que toute autre catégorie ethnique ou religieuse dans les prisons françaises et britanniques depuis les années 1980. Ce qu'il faut remarquer, c'est le fait que les jeunes hommes Musulmans sont surreprésentés au sein des prisons françaises et britanniques et également le fait qu'il existe une aussi grande diversité chez les détenus musulmans. Les Musulmans qui habitent en France proviennent principalement d'Afrique du Nord alors qu'en Grande-Bretagne ils sont majoritairement issus d'Asie du sud. Néanmoins, le nombre de détenus musulmans originaires d'Europe centrale et d'Europe de l'Est, de l'Afrique subsaharienne et – c'est surtout vrai pour les convertis – d'Europe occidentale est en augmentation. Qui plus est, la catégorie "Musulmans" masque de grandes différences entre les personnes issues d'une même région du globe et émigrant en Europe occidentale, différences en ce qui concerne les raisons qui les ont poussés à émigrer tant sur un plan économique, culturel, social ou encore spirituel. Les Musulmans nés en France ou en Grande-Bretagne présentent également de grandes différences en ce qui concerne leur niveau de fortune, leur statut, leur niveau d'études ou encore leur attitude vis-à-vis de l'Islam. Nos conclusions mettent en lumière la tension qui existe entre la grande diversité des détenus musulmans et les forces qui entrent en jeu au sein des prisons pour standardiser la catégorie "Musulmans" dans le cas de l'Angleterre et du pays de Galles et la catégorie "Arabes" en France.

  • 1 Selon le Head of the Faith Communities Office in the Home Office (Chef du service des communautés (...)

5La deuxième raison qui nous a poussés à nous pencher sur la situation des détenus musulmans dans ces deux pays est le fait qu'ils ont tous deux des histoires modernes totalement différentes en ce qui concerne la politique et la religion. Les chemins différents qu'ont empruntés ces deux pays pour aboutir à la modernité expliquent le fait que leurs institutions religieuses respectives occupent une place complètement différente dans chacun d'entre eux. Plus particulièrement, le statut juridique des organisations religieuses, les relations entre les religions et l'État ainsi que le rôle joué par la religion dans le domaine de la politique sont non seulement très différents en France par rapport à ce que l'on peut observer en Grande-Bretagne mais, sous certains aspects, ils sont également contradictoires. En effet, alors que les gouvernements britanniques ont cherché à intégrer les communautés religieuses dans de nombreux domaines de la vie publique, le principe de laïcité qui prévaut en France a eu pour effet d'exclure la religion de la sphère publique. Le contraste pourrait en effet être difficilement plus marqué entre, d'une part, la politique actuelle de la Grande-Bretagne qui cherche à établir des liens plus étroits entre les ministères et les communautés religieuses (O'Beirne, 2004)1 et, d'autre part, la détermination dont fait preuve le gouvernement français afin de renforcer le cadre juridique de la laïcité, en particulier dans les écoles publiques et les hôpitaux (Stasi, 2003).

6Parallèlement aux différentes places occupées par la religion au sein des sphères publiques britannique et française, il existe toute une série de différences entre ces pays en ce qui concerne les minorités ethniques. Ces contrastes tournent autour des notions respectives de ces deux pays en ce qui concerne la citoyenneté, la solidarité sociétale et le statut des minorités. Comme certains commentateurs l'ont remarqué (Lapeyronnie, 1993 ; Wieviorka, 2001 ; Benbassa, 2003), l'idée universaliste selon laquelle la République française est une et indivisible a tendance à signifier que la loi et les institutions publiques de la France tiennent très peu compte des différences ethniques. L'égalité de tous les citoyens devant la loi l'emporte sur les différences qui existent entre les minorités, ce qui a pour conséquence de favoriser les politiques d'assimilation, politiques qui renvoient les différences ethniques ainsi que d'autres différences collectives vers la sphère privée. Par contraste, le Royaume-Uni n'a jamais été une entité hautement centralisée et indivisible et fonctionne actuellement avec des niveaux relativement élevés de décentralisation nationale et régionale du pouvoir. De façon plus importante, l'intégration sociétale repose au moins autant sur des identités communautaires croisées que sur l'idée d'une nation unique. Par conséquent, de nombreuses politiques sociales favorisent le développement de communautés sous-nationales basées sur la géographie, l'appartenance ethnique ou la religion.

  • 2 Bien entendu, il ne s'agit pas de nier qu'en fin de compte les détenus apprendront à limiter leurs (...)

7Le traitement des détenus musulmans au sein des prisons françaises et britanniques doit être appréhendé dans le contexte des différences qui existent entre ces pays en ce qui concerne les politiques relatives au traitement des minorités ethniques et religieuses. En fait, les différences affichées par ces deux pays sont mises en relief de façon inhabituellement aigüe dans le contexte carcéral car les prisons sont des institutions qui obligent des personnes issues de milieux sociaux et culturels très divers à vivre en promiscuité les uns avec les autres – dans certains cas pour des durées très longues. En effet, les conditions de vie en milieu carcéral imposent généralement aux détenus des interactions bien plus fréquentes par rapport à ce que l'on pourrait observer dans d'autres institutions publiques comme les écoles, les hôpitaux ou les casernes militaires2. À cet égard, les prisons offrent un aperçu exceptionnellement clair des politiques d'État en ce qui concerne la diversité culturelle des personnes dont elles ont la responsabilité. Plus particulièrement, les prisons montrent jusqu'à quel point les organismes d'État sont prêts à reconnaître et à prendre en compte la diversité. Il doit y avoir des règles qui s'appliquent à tous les détenus quelles que soient leurs origines mais certains systèmes carcéraux autorisent des pratiques et octroient des droits qui reflètent certaines différences entre des catégories de détenus. Par exemple, la plupart des systèmes pénitentiaires considèrent les facteurs âge, sexe, santé et vulnérabilité comme des motifs valables qui justifient une catégorisation des détenus et un traitement différent de ceux-ci. La question de savoir comment – et aussi à quel point – la religion et l'appartenance ethnique sont reconnus d'un point de vue institutionnel en tant que motifs valables justifiant un traitement différent des détenus est au cœur de notre enquête.

8Nous avons enquêté afin de savoir dans quelle mesure les prisons françaises et britanniques traitent les détenus musulmans différemment par rapport aux autres prisonniers. En plus d'étudier les grandes différences et similitudes qui existent entre ces pays, il nous fallait nous pencher sur les différences en matière de politiques et de pratiques mises en œuvre. Nous avons dû également distinguer pratiques officielles et pratiques officieuses. Il fallait comparer les points de vue des détenus, des surveillants, des directeurs de prison, des aumôniers et des autres catégories de personnel ainsi que ceux des responsables des administrations pénitentiaires des deux pays et que celui des représentants des organisations musulmanes. En outre, nous avons cherché à savoir comment ces approches différentes et ces points de vue avaient évolué au fil du temps. En bref, la comparaison entre prisons françaises et prisons britanniques impliquait de nombreux aspects différents et appelait des distinctions analytiques. Nos conclusions sont variées et complexes mais nous allons maintenant tenter de les résumer pour chaque pays.

I. L'Angleterre et le pays de Galles

9La longue et importante histoire de l'aumônerie chrétienne au sein des prisons britanniques a généré toute une série d'opportunités que les Musulmans ont su exploiter – avec ou sans l'aide des aumôniers chrétiens. Le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles a graduellement mis en place des politiques, des dispositions et des pratiques qui permettent aux détenus musulmans d'avoir le sentiment que bon nombre de leurs obligations religieuses sont en mesure d'être respectée. Depuis la fin des années 1990, des améliorations remarquables ont eu lieu en ce qui concerne les possibilités de pratique religieuse et les aménagements qui vont de pair ; citons, par exemple, la nomination d'un Conseiller Musulman (Muslim Adviser) à plein temps rattaché au Prison Service et le recrutement d'au moins quinze aumôniers musulmans à plein temps. Les niveaux d'auto-identification en tant que Musulmans et de participation à des activités religieuses sont probablement plus élevés au sein des prisons britanniques qu'à l'extérieur de celles-ci même si des identités transversales basées sur la nationalité, la couleur de peau, la langue et l'appartenance ethnique peuvent également avoir un impact négatif sur la solidarité entre Musulmans. Dans le même temps, le niveau de racisme explicite envers les détenus musulmans semble avoir chuté même si des incidents de violence raciste ainsi que des formes plus subtiles de discrimination anti-musulmane restent des choses relativement courantes.

  • 3 Commission on British Muslims and Islamophobia (Commission sur les Musulmans Britanniques et l'isl (...)

10L'attention croissante dont jouit l'Islam dans le cadre de la vie publique britannique ainsi que la croissance relativement élevée du nombre de détenus musulmans ont donné du poids à des tentatives formelles ou informelles visant à améliorer les aménagements religieux qui leur sont destinés. Ceci s'est produit dans un contexte dans lequel il existait un intérêt soutenu pour les questions relatives aux relations raciales, à l'injustice, à la discrimination, aux inégalités ainsi qu'à l'islamophobie3. La mobilisation d'organisations musulmanes, d'associations de bénévoles et de groupes de pression contribue à garder ces questions à l'ordre du jour du gouvernement à une époque où le soutien électoral pour des candidats représentant des partis d'extrême-droite s'amplifie. Sous certains aspects, le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles s'est montré plus déterminé que d'autres institutions publiques pour traiter ces questions en mettant en œuvre des politiques qui rendent illégales la discrimination pour motif religieux, en formant son personnel aux questions religieuses et en incluant le respect pour la pluralité religieuse parmi les valeurs que cette institution tente de promouvoir.

  • 4 Cela ne signifie pour autant pas que les aumôniers cautionnent le placement en détention de person (...)

11De l'aveu général, la situation dans certaines prisons ne reflète pas toujours ces politiques ambitieuses. Nous avons montré que les attitudes individuelles des surveillants, des directeurs, des aumôniers et des détenus avaient toutes un impact important sur l'importance du respect accordé aux Musulmans ainsi qu'à leurs obligations religieuses. De plus, en raison de l'ascendant qu'exerce toujours l'Église anglicane sur les aumôneries carcérales, les attitudes des aumôniers vis-à-vis de l'introduction de principes multicultuels au sein de l'aumônerie ainsi qu'envers des formes d'organisation intégrant les nouveaux aumôniers ont eu un impact déterminant quant au succès des tentatives visant à traiter l'Islam sur un pied d'égalité avec le Christianisme. Néanmoins, la présence d'aumôniers musulmans à temps plein dans un nombre croissant de prisons contribue à faire en sorte que le respect de l'Islam soit moins dépendant de l'attitude des aumôniers chrétiens. En effet, le processus visant à l'intégration des Musulmans et de leurs obligations religieuses dans la vie carcérale quotidienne a connu des avancées importantes dans les prisons où exercent des aumôniers musulmans à temps plein. Ces aumôniers estiment que le niveau d'extrémisme islamique et de militantisme est très bas au sein des prisons britanniques et que même les détenus musulmans incarcérés au motif du terrorisme islamique n'ont pas la possibilité d'exercer une influence significative sur les autres détenus4.

12Néanmoins, la situation des Musulmans incarcérés dans les prisons britanniques est loin d'être idyllique. Les problèmes qui persistent ont trois origines principales. Ils sont en partie dus à un niveau certes assez bas de discrimination et de racisme mais dont de nombreux détenus continuent à être les victimes ; ils sont également en partie dus à l'incapacité des organisations musulmanes à offrir un soutien plus important aux détenus, aux aumôniers ainsi qu'aux personnes qui ont été libérées ; ils sont aussi dus – et ceci est inattendu – aux progrès qui ont été réalisés en ce qui concerne les conditions d'accès à la pratique religieuse et au soutien spirituel.

13Les solutions aux problèmes de discrimination dont souffrent les détenus musulmans consistent en une mise en avant agressive et une défense des valeurs qui sont au coeur de la politique relative aux relations raciales du Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles. Ceci signifie qu'il doit non seulement y avoir des programmes éducatifs méthodiques, des formations ainsi qu'une évaluation du dispositif mais également des procédures disciplinaires et des sanctions. Néanmoins, il convient de reconnaître que le Prison Service ne peut pas résoudre des problèmes qui trouvent leurs origines dans les inégalités, les injustices et les rancunes qui alimentent l'hostilité envers les Musulmans au sein de la société britannique toute entière. En outre, dans la mesure où environ 11 % de l'ensemble des détenus sont des étrangers ; il est raisonnable de supposer – en l'absence de statistiques officielles – que la proportion d'étrangers parmi les détenus musulmans doit être encore plus élevée. Par conséquent, les problèmes auxquels doivent faire face ces derniers ne se limitent pas à ceux qui trouvent leurs origines au sein de la société britannique.

  • 5 À l'époque de la rédaction du présent ouvrage, les musulmans étaient particulièrement actifs dans (...)

14Les organisations musulmanes comme l'Islamic Cultural Centre de Londres, l'Iqra Trust et le National Association for the Welfare of Muslim Prisoners ont fourni des efforts importants pour faire connaître au public le sort difficile des Musulmans incarcérés. Ils ont reçu un encouragement et un soutien de la part des principaux représentants des communautés musulmanes, par exemple Lord Ahmed of Rotherham. Mais le combat pour l'amélioration des conditions de détention des Musulmans n'est pas quelque chose de populaire chez les Musulmans britanniques et ne bénéficie pas d'un financement important. Il est possible que le développement d'une aumônerie communautaire vienne à l'avenir renforcer le soutien apporté par les communautés musulmanes aux Musulmans détenus dans les villes où elles sont implantées5. Mais il existe probablement un besoin plus important (et aussi plus urgent) : la prise d'initiatives en ce qui concerne la réinsertion des détenus. Le défi que doivent relever ces communautés musulmanes consiste à soutenir cette démarche à un moment où leur temps et leurs ressources sont sollicités par de nombreux autres domaines ; elles sont par ailleurs préoccupées par des problèmes plus urgents, ceux de l'Afghanistan, de la Palestine, de l'Irak, de la Tchétchénie, etc... et ceci sans même évoquer l'islamophobie et la menace d'émeutes urbaines dans certaines villes britanniques.

15Un défi particulièrement difficile concerne les aménagements religieux et la mise en place d'un soutien spirituel à destination des Musulmanes incarcérées. Les dispositions actuelles sont, de l'aveu général, inégales d'un établissement à l'autre, voire parfois inexistantes. Au moins trois des dix– huit établissements pour femmes n'ont pas d'aumônier musulman féminin. Beaucoup de choses dépendent de la bonne volonté de certaines femmes qui se portent volontaires pour rendre visite aux détenues musulmanes en qualité de professeure, de conseillère ou tout simplement en amie. Mais les organisations qui représentent les Musulmans reconnaissent qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour subvenir aux besoins spécifiques des femmes musulmanes incarcérées. Rappelons que beaucoup d'entre elles sont des étrangères et/ou des converties à l'Islam.

  • 6 Selon Ansari (2002 : 31), "L'espace public a été 'élargi' afin d'y insérer l'Islam et il existe dé (...)

16Les améliorations apportées par le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles en ce qui concerne la satisfaction de nombreux besoins des détenus musulmans hommes ont cependant relevé les normes de référence ainsi que les attentes des détenus. Étant donné que la présence d'aumôniers musulmans à temps plein ou à temps partiel a contribué à améliorer à la fois les possibilités de pratiquer l'Islam et la qualité des aménagements, les comparaisons qui sont faites avec les dispositions dont jouissent les chrétiens – lesquels constituent toujours la plus grande communauté religieuse – revêtent dorénavant une plus grande importance. Les Musulmans ne se considèrent plus comme étant simplement une minorité tolérée : ils veulent un traitement et un respect égal à ceux dont jouit la communauté chrétienne et le revendiquent comme un droit6. La tolérance et les concessions constituaient les mots d'ordre lorsque les visiteurs religieux musulmans ont commencé à mettre le pied dans les prisons britanniques durant les années 1980 mais le discours actuel est davantage centré sur les droits – et également sur la fierté relative à ce qui a déjà été accompli. Parmi d'autres choses, les demandes se font insistantes pour un processus rigoureux d'authentification de la nourriture halal, la possibilité de prendre des douches plus fréquemment, la levée des obstacles pour que soient organisées les prières du vendredi au moment adéquat, la mise à disposition de "cloisons destinées à préserver la pudeur" dans les cellules partagées et les douches collectives et également pour passer davantage de temps avec l'aumônier musulman. Le fait que ces demandes concernent toutes l'extension ou encore l'amélioration de dispositions préexistantes pour les Musulmans vient confirmer notre analyse selon laquelle les carences qu'ils signalent ont pour origine un niveau d'attente plus élevé. D'autres chercheurs devront se pencher sur la question suivante : l'amélioration des aménagements dont jouissent les Musulmans donnera-t-elle naissance à une amertume de la part des détenus appartenant à d'autres communautés religieuses ? Il existe déjà certains signes qui attestent que les représentants des détenus chrétiens et bouddhistes se montrent déjà mécontents par rapport aux ressources qui sont affectées – de façon disproportionnée, selon eux – aux besoins religieux et spirituels des détenus musulmans.

17En outre, nos conclusions soulèvent la question suivante : dans la mesure où le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles a fourni un grand nombre d'aménagements et de services à destination des détenus musulmans – et a également multiplié les possibilités de pratiquer leur religion –, n'existe-t-il pas un risque d'institutionnalisation de l'Islam au sein des prisons britanniques, voire même d'une cooptation des représentants de ce culte ? Cette question doit être soulevée en partie parce que les prisons continuent à être régies par le Prison Act 1952, lequel attribuait la responsabilité de la religion en milieu carcéral à la fois à l'Église anglicane et aux directeurs des prisons. Il y a certes eu par la suite des amendements aux règles carcérales, aux règlements et aux circulaires adressés aux directeurs des différents établissements pénitentiaires, amendements qui ont en grande partie redistribué cette responsabilité mais toujours est-il que les aumôniers musulmans continuent à travailler au sein d'un système sur lequel, d'un point de vue juridique, ils n'exercent qu'un contrôle très limité. Il est important de noter que le Muslim Adviser to the Prison Service (Conseiller Musulman auprès du Prison Service) n'est pas du tout un Assistant Chaplain General (Aumônier en Chef Adjoint) même s'il a, d'un point de vue hiérarchique, le même grade que les Assistant Chaplains General actuellement en poste. De plus, même s'il est théoriquement possible pour un aumônier musulman d'acquérir le statut de Co-ordinating Chaplain (aumônier coordinateur), ceci reste, dans les faits, quelque chose de rare. Nous n'avons pas décelé un quelconque signe qui laisserait présager que des postulants musulmans puissent être, dans un avenir proche, nommés à un poste d'Assistant Chaplain General et encore moins à celui de Chaplain General. La remarque que nous avons faite concernant la cooptation n'est par conséquent pas dénuée de fondements.

18Enfin, il nous semble que les décideurs politiques ainsi que les autres personnes impliquées dans les questions relatives au traitement des détenus musulmans devraient à l'avenir tenter de relever les trois défis suivants. Bien entendu, ces défis ou objectifs sont liés les uns aux autres mais nous avons souhaité les présenter séparément pour la clarté de l'analyse.

19Le premier des défis à relever consiste à travailler sur un front large afin de combattre toutes les formes d'exclusion sociale, de discrimination et de racisme dont sont victimes les Musulmans, que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur des prisons. Il s'agit de faire davantage que de mettre simplement en œuvre des programmes destinés à développer le respect pour la diversité ethnique ou religieuse. De tels programmes sont justifiés mais la priorité numéro un, c'est une action ayant pour but d'éliminer les causes des carences, des discriminations et des malentendus qui expliquent en partie pourquoi de plus en plus de Musulmans sont incarcérés. Le sort des étrangers et des femmes requiert une attention toute particulière.

20Le deuxième de ces défis consiste à continuer à étudier les avancées qui – c'est une évidence – ont été réalisées en ce qui concerne les aménagements destinés aux Musulmans incarcérés dans les prisons anglaises et galloises depuis la fin des années 1990 et aussi de maintenir la pression pour que les choses continuent à évoluer, ce qui permettra une intégration totale des aumôniers musulmans et des autres principaux représentants de l'Islam au sein des aumôneries carcérales. Ceci pourrait éventuellement nécessiter l'adoption de nouvelles lois mais les progrès réalisés durant ces dernières années montrent clairement qu'il est possible d'obtenir des améliorations conséquentes en se basant sur le cadre juridique existant. À ce titre, des décisions ont été prises pour que les aumôniers musulmans puissent bénéficier des mêmes formations que les aumôniers des autres cultes et qu'ils aient la possibilité de postuler à tous les postes proposés dans le cadre de l'aumônerie carcérale (aumônier coordinateur, responsable de zone ainsi que les postes du bureau central de l'aumônerie). S'il s'avérait impossible de recruter un aumônier musulman – ou bien un membre d'une communauté religieuse non-chrétienne – au poste de Chaplain General (Aumônier en Chef) – un remaniement plus important du Prison Service pourrait alors être nécessaire. Il s'agit là d'un des enjeux qui seraient au centre d'une remise à plat des relations qu'entretiennent actuellement l'Église anglicane et l'État britannique.

21Le troisième et dernier de ces défis a trait aux organisations musulmanes. Il apparaît clairement d'après les résultats du Home Office Citizenship Survey (O'Beirne, 2004) (sondage réalisé par le ministère de l'intérieur britannique et relatif à la citoyenneté) que les Musulmans sont bien moins impliqués que d'autres groupes dans des associations de bénévoles – les carences et l'exclusion dont ils sont victimes en sont certainement la cause. Certaines organisations musulmanes donnent l'impression qu'elles ont du mal à coopérer entre elles et à se mettre d'accord sur les formes adéquates de représentation au sein de la sphère publique. Ces difficultés sont un frein en ce qui concerne la défense de la cause des détenus musulmans. Elles nuisent également à la prise de conscience chez les Musulmans des problèmes auxquels doivent faire face les détenus musulmans. Nous avons découvert des signes d'une méfiance mutuelle et de récrimination entre certains organismes musulmans parmi les plus importants et aussi entre certains individus dans le domaine de l'assistance aux détenus. Le défi consiste à dépasser certaines de ces rivalités ou entraves et à présenter un front uni vis-à-vis des communautés musulmanes et du Prison Service. Les expériences qui sont actuellement menées dans le domaine de l'aumônerie communautaire dans certaines prisons pourraient annoncer une nouvelle ère de coopération entre les organismes musulmans locaux et les aumôniers musulmans qui exercent au sein des prisons des localités où ces organismes sont implantés. Il serait particulièrement positif de voir des organismes musulmans assumer en partie la responsabilité de la réinsertion des détenus libérés.

II. France

22Même si personne ne connaît le nombre exact de détenus musulmans au sein des prisons françaises, il existe des signes clairs qui indiquent que la proportion de Musulmans est probablement supérieure à celle relevée dans les prisons anglaises et galloises. Selon les estimations, jusqu'à 80 % des détenus de certains quartiers des prisons urbaines françaises seraient des Musulmans. En dépit de leur nombre important, les détenus musulmans incarcérés en France n'ont jamais – loin s'en faut – pu jouir de la considération dont font preuve les prisons britanniques envers les besoins religieux et spirituels des Musulmans. La principale raison en est que l'Administration Pénitentiaire française, comme tous les organismes d'État de la République française, considère la religion comme une chose relevant essentiellement du domaine privé et qui ne jouit donc pas d'une place officielle au sein des institutions publiques. Les principes de la laïcité sont respectés avec autant de rigueur au sein des prisons, des écoles, des établissements de santé ou encore des armées. En outre, étant donné que l'aumônerie n'a jamais occupé une place importante au sein des prisons françaises dans l'histoire moderne, ce contexte n'a pas permis aux Musulmans de tirer un grand profit des aménagements et des dispositions qui sont offerts – principalement de façon bénévole – aux détenus chrétiens.

23Ce qui rend les choses encore plus difficiles pour les Musulmans, c'est le fait que l'administration pénitentiaire française fasse preuve d'ambiguïté et de manque de cohérence dans la façon dont elle traite la religion des détenus, prétendument en accord avec les principes de la laïcité. Par exemple, certaines prisons proposent de la viande cascher – mais pas de viande halal – dans leur magasin. Et ceci bien que les détenus juifs soient moins nombreux que les détenus musulmans. D'un autre côté, les cuisines des prisons prennent en compte les obligations religieuses des Musulmans lorsqu'elles proposent des mets alternatifs si du porc est au menu. De façon similaire, les détenues musulmanes n'ont pas le droit de porter un voile ou un foulard en dehors de leur cellule alors que les religieuses catholiques qui travaillent en prison ont, elles, habituellement le droit de se couvrir la tête selon leurs propres traditions. En outre, les prisons de la région Alsace-Moselle, région où un Concordat a toujours cours entre l'État français et les religions reconnues, ne sont pas liées par les principes de la laïcité. Il n'est pas facile de concilier ces incohérences avec l'affirmation pleine d'assurance du rapport Stasi (2003) selon lequel la laïcité, en tant que l'une des pierres angulaires des valeurs fondatrices de la République française, repose sur trois valeurs inséparables dont la deuxième est l'égalité devant la loi des choix religieux et spirituels. Le rapport insiste également sur la réaffirmation des règles strictes de la laïcité dans le but d'assurer la vie collective au sein d'une société pluraliste. L'une de ces règles exige des institutions publiques qu'elles abolissent les pratiques discriminatoires. Il y a de bonnes raisons de penser que les prisons françaises font preuve de discrimination à l'égard des Musulmans ; et le projet d'une nouvelle loi à l'horizon 2004 qui interdit tout symbole religieux ostentatoire au sein des institutions publiques est susceptible d'enflammer encore davantage l'opinion publique musulmane.

24Ainsi, bien que le contrôle de l'État français soit extrêmement centralisé et normé, le traitement des détenus musulmans est, de façon surprenante, variable en fonction des établissements et manque de cohérence. Les directeurs des établissements pénitentiaires jouissent d'une grande liberté en ce qui concerne les réponses apportées aux demandes des Musulmans, ce qui a pour effet d'aboutir, dans la pratique, à des écarts considérables. Les différences d'approche qui existent entre un directeur "conservateur" et un directeur "à l'esprit large" auront des répercussions importantes en ce qui concerne le traitement des détenus musulmans. En l'absence d'instructions et de critères explicites régissant le recrutement d'imams en qualité de visiteurs religieux, beaucoup de choses dépendent de l'attitude spécifique de chaque directeur et de chaque imam. Le souci principal des directeurs – vraisemblablement éviter des complications administratives inutiles ainsi que tout risque lié à la sécurité – les dissuadent d'embaucher des imams à un poste d'aumônier. Dans certains cas, cela peut également signifier que leur préférence ira à des imams qui ont une approche mystique de l'Islam au détriment de ceux qui prônent un Islam plus orthodoxe. Cette préférence se base sur le sentiment selon lequel les Suffis, par exemple, n'encourageront probablement pas – ni ne toléreront – les activités des Islamistes radicaux.

25Ces ambiguïtés en ce qui concerne la signification et la mise en œuvre de la laïcité se reflètent également dans la préférence exprimée à l'époque par le ministre de l'Intérieur, Dominique de Villepin, pour un "plan consistant à commencer à former les ecclésiastiques musulmans à un Islam modéré qui respecte les droits de l'homme et le code républicain" (Guardian, 23 avril 2004). L'on peut se demander comment il est possible de concilier de tels sentiments avec les principes de la laïcité tels qu'ils ont été énoncés par la Commission Stasi, en particulier avec la notion de la neutralité de l'État français en matière de religion. En fait, il existe en France une longue histoire d'initiatives gouvernementales visant à créer un "Islam français". Le Nouvel Observateur a par exemple révélé le 1er mars 2004 que le Garde des Sceaux avait approuvé un projet visant à former les surveillants pénitentiaires pour qu'ils détectent les signes d'un "prosélytisme islamiste" et de "fondamentalisme religieux" chez les détenus.

26La réticence dont font preuve les directeurs de prison lorsqu'il s'agit de recruter des imams – et les conséquences de cette réticence, à savoir une pénurie d'aumôniers musulmans dans de nombreuses prisons françaises – a produit un effet inattendu. Le manque d'imams crée un vide spirituel que certains détenus à l'idéologie radicale s'empressent de combler. Ceci a pour résultat que les tentatives des directeurs visant à empêcher le développement des idées radicales ou extrémistes chez les détenus accroissent en fait le risque que les détenus musulmans radicaux n'attirent l'attention des autres Musulmans ; qui plus est, ces radicaux auront des raisons valables pour affirmer que les prisons françaises sont hostiles à l'Islam dans la mesure où elles se montrent incapables – voire refusent – de recruter des imams. De plus, certaines prisons découvrent qu'elles doivent se "fermer les yeux" vis-à-vis des activités de détenus musulmans radicaux en retour de la coopération de ces derniers dans le cadre du maintien de l'ordre chez les détenus musulmans. Cet accord tacite peut certes s'avérer pratique pour les deux parties mais cela semble constituer une base bien fragile pour assurer le calme au sein des prisons sur le long terme, en particulier si la proportion de détenus musulmans continue à croître au rythme actuel.

27Il est vain de chercher une quelconque intervention effective d'organisations représentatives des Musulmans en France en ce qui concerne les conditions de détentions ou encore des tentatives émanant de groupes de pression visant à obtenir de meilleures conditions de pratique religieuse. Ni le Conseil Français du Culte Musulman, organisme soutenu par l'Etat, ni les associations musulmanes bénévoles n'ont réussi à mettre le problème du traitement des détenus musulmans sur le devant de la scène. En outre, les imams – ils sont relativement peu nombreux – qui interviennent au sein des prisons soit à temps plein soit à temps partiel manquent, aux yeux de l'Administration pénitentiaire, de coordination et ne dépendent pas d'une autorité représentative. En conséquence, les plaintes des détenus relatives au manque d'imams, à leur incapacité à organiser les prières collectives, au racisme anti–islamique de certains surveillants et à la rareté de la nourriture halal ne trouvent pas d'écho dans la vie publique. C'est comme si les prisons françaises reproduisaient – et peut-être bien amplifiaient – le sentiment d'exclusion et d'impuissance qui est si caractéristique des jeunes Musulmans mécontents des banlieues défavorisées. L'image d'un cercle vicieux n'est pas très éloignée de la vérité.

28En ce qui concerne les politiques publiques, le principal défi que devront relever l'Administration Pénitentiaire française et les organismes qui défendent les intérêts des musulmans sera de trouver un point d'équilibre entre le respect du principe de la laïcité et une prise de conscience selon laquelle la liberté de pratiquer l'Islam au sein des prisons remet en question la distinction entre sphère publique et sphère privée qui prédomine dans de nombreuses sociétés occidentales depuis la fin du 18ème siècle. Aussi longtemps que la pratique de la religion sera cantonnée à la seule sphère privée par les autorités carcérales, les Musulmans éprouveront le sentiment que leur religion n'est pas respectée mais aussi qu'elle est rejetée.

29Un deuxième défi qu'il conviendra de relever consistera à mettre sur pied un plan plus équitable et plus transparent visant à recruter des imams qualifiés pour occuper des postes d'aumôniers musulmans. Il est possible que cela nécessite une initiative coordonnée au niveau national ; il sera en tout cas nécessaire d'établir une procédure qui réduise les éléments arbitraires et limitent le pouvoir discrétionnaire des directeurs lorsqu'il s'agit de décider si oui ou non il est souhaitable de recruter un aumônier musulman. Un tel plan devrait également être assorti de mesures visant à allouer des fonds pour la rémunération de ces aumôniers.

30Le troisième défi consistera à s'assurer que tous les aumôniers, quelle que soit leur religion, aient toutes les aptitudes requises pour ce poste, qu'ils reçoivent une formation adéquate et que leur travail soit supervisé dans de bonnes conditions. Ceci nécessitera une volonté politique et un financement approprié. Les surveillants et les responsables de l'administration pénitentiaire devraient également recevoir une formation relative aux spécificités de la religion musulmane et des pratiques qui l'accompagnent. Ceci présenterait un avantage évident pour des responsables qui sont préoccupés par les menaces pour la sécurité qui sont fréquemment attribuées aux Musulmans mais nous recommandons également une telle formation car elle constitue un prérequis pour des relations harmonieuses entre détenus musulmans et personnel carcéral.

III. Perspectives

31La façon dont le système carcéral de chaque pays traite les détenus musulmans dans les États membres de l'Union Européenne est soumise à tous les traités et accords internationaux sur les Droits de l'Homme. La protection de la liberté de culte est, en particulier, une obligation qu'acceptent tous les États européens mais l'interprétation de la notion de "liberté de culte" ainsi que la mise en œuvre de mesures pour garantir celle-ci varient énormément d'un État à l'autre. Il est également habituel que les constitutions garantissent la liberté de culte sous condition du maintien de l'ordre et de la sécurité publique. Une autre des caractéristiques habituelles des constitutions nationales – même s'il s'agit là d'une caractéristique qui est loin d'être universelle – consiste à affirmer la neutralité de l'État en ce qui concerne la religion. Dans le même temps, bien entendu, continuent à exister des Concordats entre Église catholique et État dans certains pays d'Europe du sud. En outre, le Royaume-Uni, la Grèce et certains états scandinaves ont maintenu des religions "d'État" ou "nationales" tandis que d'autres États conservent des relations spéciales avec une ou plusieurs religions spécifiques. En bref, il n'existe pas de référence unique en ce qui concerne la protection juridique de la liberté de culte mais les Musulmans et d'autres groupes religieux finiront sans aucun doute par faire pression sur le corps législatif et les tribunaux pour en clarifier la signification. La Cour Européenne des Droits de l'Homme s'est déjà penchée sur un petit nombre d'affaires relatives à l'action de certains États envers des membres d'organisations chrétiennes minoritaires et l'on s'attend à ce que le traitement des Musulmans incarcérés donne lieu à de nouveaux arrêts de cette cour. Les conclusions de notre enquête montrent que les détenus musulmans se sentent particulièrement dépossédés de leurs droits si on leur refuse la possibilité de prier collectivement, l'accès à de la nourriture halal, la protection de leur intimité ainsi qu'un soutien spirituel assuré par des imams qualifiés.

32Il existe une école de pensée qui se montre réticente à l'idée de pourvoir aux besoins des communautés religieuses tels qu'ils sont définis par leurs principaux représentants. Selon cette approche, les questions relatives à la liberté de culte ne devraient faire aucune référence aux prétendus besoins de telle ou telle communauté. Au lieu de cela, le problème devrait être abordé dans le cadre des droits individuels et de l'égalité des droits sans tenir compte d'une appartenance à une quelconque communauté religieuse. Ce raisonnement est certes louable mais, comme nous l'avons démontré dans le chapitre 2, il a tendance à faire l'impasse sur le fait que les définitions de la liberté de culte varient énormément d'une religion à une autre. Tout aussi fréquents sont les arguments selon lesquels les droits individuels doivent se concentrer uniquement sur ce qui est admissible au sein de la sphère privée sans prendre en compte le fait que certaines religions ont également un impact quant à la conduite de ses adeptes dans la vie publique. En effet, la ligne de démarcation entre privé et public n'est pas définie de la même manière selon les religions. Il existe par conséquent un risque qu'une défense de la liberté de culte basée uniquement sur les droits individuels n'en vienne à exclure la protection des pratiques collectives si celles-ci ont une implication dans la sphère publique. N'oublions pas que certaines traditions religieuses impliquent – il s'agit là d'obligations religieuses – la participation des individus à des activités collectives, le fait d'être habillé de façon spécifique lors d'une rencontre avec d'autres personnes, le fait de porter un couvre-chef ou de s'exprimer dans une langue particulière. Bref, la défense du droit individuel de pratiquer une religion est nécessaire mais insuffisant en tant que tel pour garantir toutes les libertés religieuses.

33Le raisonnement qui consiste à traiter la liberté de culte en tant que question qui implique, tout en les transcendant, les droits individuels vis-à-vis de la croyance et des pratiques religieuses au sein de la sphère privée trouve une résonance particulièrement forte dans le cadre des prisons. En effet, étant donné que les prisons font par définition partie de la sphère publique, elles ne possèdent par conséquent aucun espace qui soit à strictement parler privé. Les responsables pénitentiaires pourraient donc éventuellement décider d'interdire toute pratique religieuse dans la mesure où l'institution est entièrement publique et qu'elle doit par conséquent refuser toute activité religieuse. C'est un scénario improbable mais il permet de mettre en relief la distinction problématique entre privé et public et le caractère potentiellement arbitraire des décisions relatives aux droits individuels des détenus à pratiquer leur religion. Certes, il n'existe aucune garantie que les décisions relatives à l'autorisation de cérémonies collectives et d'autres rituels ne soient pas tout aussi arbitraires mais, tout au moins, les perspectives d'une pression ou d'une protestation collective seront meilleures si, d'une part, les droits des groupes et, d'autre part, des comparaisons entre ces groupes semblent faire partie de l'enjeu.

34Il existe un autre problème qui soulève la controverse et qui a un rapport direct avec notre enquête : était-il judicieux que nous nous attardions autant sur la question de l'incarcération et, par voie de conséquence, de la criminalité des Musulmans ? Le sujet même de notre enquête a-t-il contribué à renforcer la façon dont sont perçus les jeunes Musulmans en France et en Grande-Bretagne, à savoir des jeunes qui posent problème dans ces pays ? N'aurions-nous pas dû employer notre énergie et nos ressources pour étudier les causes sous–jacentes et les conditions du taux apparemment élevé d'incarcération chez les Musulmans ? Il ne fait aucun doute qu'il est en effet important de comprendre le contexte général et deux des chercheurs ayant réalisé la présente étude y ont apporté leur propre contribution (Khosrokhavar, 1997 ; Joly, 1995). D'autres chercheurs ont également enquêté de façon approfondie sur ces questions (Lewis, 1994 ; Boyer, 1998 ; Cesari, 1998). De plus, il existe un large consensus en ce qui concerne le fait qu'il est urgent pour les organismes gouvernementaux britanniques de "se préoccuper sérieusement des problèmes de pauvreté, d'exclusion et de discrimination qui ont fait des Musulmans britanniques la communauté la plus pauvre du pays" (Nahdi, 2004). En outre les communautés musulmane et sikh représentaient la plus forte proportion des personnes ayant répondu, lors du Home Office Citizenship Survey de 2001, que le gouvernement ne faisait pas suffisamment de choses afin de protéger les droits des personnes appartenant à des groupes religieux (O'Beirne, 2004 : 24). Le même sondage a aussi révélé que les Musulmans ayant été sondés étaient ceux qui étaient proportionnellement les moins nombreux à être propriétaires de leur logement et les plus nombreux à vivre dans des quartiers défavorisés. Il n'est pas alors surprenant que le Director of the Minority Rights Group (directeur du groupe pour les droits des minorités) ait affirmé que "la situation des Musulmans est un des problèmes les plus urgents auxquels doit faire face aujourd'hui la société britannique" (Ansari, 2002 : 3). En fait, un nombre de jeunes Musulmans en augmentation constante se retrouvent incarcérés au sein de prisons françaises et britanniques, prisons dans lesquelles il existe d'énormes disparités en ce qui concerne la façon dont les besoins religieux, les demandes et les intérêts des Musulmans sont satisfaits. Une des possibilités consiste à tout bonnement ignorer cette réalité en attendant que la situation sociale des Musulmans s'améliore suffisamment au point que la probabilité d'une incarcération baissera pour eux. Néanmoins, dans la mesure où rien ne permet d'affirmer qu'une telle baisse se produira, même à long terme, il serait peu judicieux de renoncer à enquêter sur l'Islam en prison par peur de potentiellement renforcer les perceptions négatives des Musulmans dans l'opinion publique.

35Mais, ce qui est plus important, c'est le fait que le traitement des détenus musulmans peut servir d'indicateur permettant de connaître leur statut en dehors de la prison. Ceci pourrait également permettre aux Musulmans de connaître dans quelle mesure ils sont exclus des processus sociaux et autres gratifications sociales, ou, au contraire, dans quelle mesure ils y sont rattachés. Bref, la façon dont sont traités les détenus est précisément l'un des aspects sociaux qui nécessite une étude approfondie. Nous étions conscients que notre enquête présentait un risque, celui de renforcer des stéréotypes relatifs aux Musulmans (par exemple, ceux qui les assimilent à des criminels ou encore à des victimes de leur condition) mais nous avions également confiance dans le fait que nous pouvions réduire ce risque en exposant clairement nos objectifs et en montrant dans quelle mesure une enquête portant sur les Musulmans incarcérés pouvait apporter un éclairage sur les conditions sociales difficiles dont souffrent l'écrasante majorité de citoyens musulmans respectueux de la loi que ce soit en Grande-Bretagne ou en France.

36Idéalement, notre enquête sera suivie d'études sur la place qu'occupe l'Islam dans la vie des Musulmans après leur libération. Nous savons que de nombreux Musulmans acquièrent pour la première fois une bonne connaissance de l'Islam au sein des prisons britanniques. Les hommes et les femmes qui sont nés dans des familles musulmanes ne se familiarisent pas nécessairement avec les enseignements et les pratiques de l'Islam durant les années les plus importantes de leur parcours éducatif mais l'incarcération dans les prisons anglaises ou galloises leur donnent la possibilité de pratiquer leur religion (et les encouragent à pratiquer celle-ci) de façon plus approfondie et en disposant de meilleures connaissances. Néanmoins, personne n'a à ce jour réalisé d'enquête portant sur les conséquences à long terme d'un engagement avec l'Islam en prison. Cela vaut également pour les détenus qui se sont convertis à l'Islam, que ce soit avant, pendant ou après leur incarcération. Là aussi, une enquête approfondie s'avère nécessaire pour déterminer dans quelle mesure ces convertis peuvent maintenir leur foi en dehors de l'univers très structuré des prisons.

37Dans le cas des Musulmans libérés des prisons françaises, il serait particulièrement intéressant de découvrir si leur expérience en univers carcéral a des conséquences à long terme sur leurs croyances religieuses, leurs pratiques ou encore leur engagement au sein d'organisations musulmanes. Il semble peu probable, dans un contexte où les prières collectives et les études coraniques sont quasiment inexistantes dans de nombreuses prisons françaises, que des détenus libérés pourront facilement débuter ou renouer des relations avec des mosquées ou des organisations musulmanes. Mais une hypothèse alternative pourrait suggérer que l'exclusion – ou, dans le meilleur des cas, la marginalisation – de l'Islam au sein des prisons françaises pourrait inciter certains détenus ou ex-détenus à embrasser un Islam qui prendrait la forme d'une hostilité et d'un ressentiment envers la société qui les avait apparemment rejetés. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un programme de recherche qui puisse étudier ces hypothèses de façon méthodique et, de cette façon, aboutir à des conclusions qui remplaceraient les récits à sensation, peu fondés qui ont trait à l'Islam en milieu carcéral et qui sont largement diffusés par les mass media (Open Society Institute, 2002 : 379-81). Il ne s'agit pas de nier que certains détenus musulmans cultivent des points de vus extrémistes qui peuvent être liés au terrorisme : il s'agit simplement d'appeler à ce que soient réalisées des études qui replaceraient les éléments extrémistes dans un contexte prenant en compte tous les autres points de vue exprimés par les Musulmans incarcérés.

Notes

1 Selon le Head of the Faith Communities Office in the Home Office (Chef du service des communautés religieuses au Ministère de l'intérieur britannique) "les politiques visant à bâtir une cohésion communautaire, à promouvoir un renouveau civique et à construire une citoyenneté active ne peuvent pas être complètement efficaces si elles ne tiennent pas compte des besoins spécifiques et des perspectives des communautés religieuses" (O'Beirne, 2004 : i).

2 Bien entendu, il ne s'agit pas de nier qu'en fin de compte les détenus apprendront à limiter leurs rapports sociaux autant que possible aux personnes envers lesquelles ils éprouvent de la sympathie ou qui partagent des intérêts communs.

3 Commission on British Muslims and Islamophobia (Commission sur les Musulmans Britanniques et l'islamophobie), 1997, 2001, 2004 ; Cantle, 2001 ; Weller, Feldman and Purdam, 2001 ; Hepple and Chaudhury, 2001 ; Open Society Institute, 2002 ; Ansari, 2002.

4 Cela ne signifie pour autant pas que les aumôniers cautionnent le placement en détention de personnes sans chef d'accusation et pour des durées indéterminées.

5 À l'époque de la rédaction du présent ouvrage, les musulmans étaient particulièrement actifs dans le domaine de l'aumônerie communautaire dans les prisons suivantes : HMP Leeds et HMP YOI Feltham

6 Selon Ansari (2002 : 31), "L'espace public a été 'élargi' afin d'y insérer l'Islam et il existe désormais des aménagements en Grande-Bretagne qui permettent de pratiquer l'Islam de façon variée", mais la Commission on British Muslims and Islamophobia (2001 : 23) continue à insister sur le fait que "la loi doit être modifiée afin de faire en sorte que les membres de communautés religieuses non-chrétiennes jouissent de la même reconnaissance que les chrétiens" dans les prisons et les hôpitaux.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540