Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans en prison

 | 
James A. Beckford
, 
Danièle Joly
, 
Farhad Khosrokhavar

Chapitre 5. Islam, relations raciales et discrimination en prison

Texte intégral

Introduction

1L'un des thèmes récurrents de ce livre est la différence importante qui existe entre la France, l'Angleterre et le pays de Galles en ce qui concerne la façon dont ces différents pays ont cherché à intégrer leurs immigrés puis les générations successives de leurs descendants. La France privilégie un modèle de citoyenneté républicaine basé sur des lois destinées à offrir une égalité de droits et de protection à tous les individus sans tenir compte de leur appartenance ethnique, de leur "race" ou de leur religion. La Grande- Bretagne a fait quelques pas vers une intégration de certains éléments liés à une notion de citoyenneté basée sur les droits des individus mais elle accorde également une grande importance aux identités communautaires. En conséquence, les institutions publiques et légales d'Angleterre et du pays de Galles reconnaissent la nécessité de protéger les communautés ou de les exempter de certaines obligations devant normalement s'appliquer à tous. Cela est particulièrement clair dans les lois concernant les relations raciales. Dans ces circonstances, ce chapitre insistera sur le cadre administratif et légal gouvernant les relations raciales et les autres aspects de ce qui est désormais appelé "diversité" au sein du système carcéral d'Angleterre et du pays de Galles. L'absence d'un tel cadre en France a pour conséquence de limiter notre analyse aux expériences de racisme évoquées par les détenus Musulmans et sur lesquelles s'expriment les surveillants de prison.

  • 1 Dans cette partie, notre analyse est largement basée sur les travaux pionniers de McDermott (1989) (...)

2La première partie du chapitre est consacrée à l'accueil réservé aux lois successives relatives aux relations interraciales dans les prisons anglaises et galloises1 ; nous attacherons une importance spéciale aux incidents qui ont suscité un intérêt public ainsi qu'aux effets de ces lois successives sur la position des minorités religieuses au sein des prisons. Les points de vue des surveillants et des détenus Musulmans constitueront la deuxième partie de ce chapitre. Enfin, nous étudierons les témoignages des détenus Musulmans incarcérés dans les prisons françaises, témoignages relatant leurs expériences en matière de discrimination raciale.

I. Racisme et mise en œuvre des politiques liées aux relations raciales en Angleterre et au pays de Galles

  • 2 Signalons que le texte du Prison Service exclut certaines confessions : il ne reconnaît pas l'Égli (...)

3L'une des conséquences inattendues de l'introduction de lois et règlements antiracistes au sein de la société britannique fut l'accroissement de la sensibilité vis-à-vis de la diversité religieuse et ethnique au sein des prisons. Bien que la religion n'ait pas figuré parmi les critères de discrimination interdits par le Race Relation Act de 1976 (RRA) ni non plus dans les lois du même type qui suivirent en Angleterre et au pays de Galles jusqu'à l'adoption du Anti-terrorism, Crime and Security Act de 2001 – lequel venait amender le Crime and Disorder Act de 1988 en faisant figurer une nouvelle catégorie de délits "avec circonstances aggravantes liées à la religion" – la mise en œuvre de politiques antiracistes au sein du système carcéral a indirectement offert une protection considérable ainsi qu'une reconnaissance officielle au christianisme et aux confessions minoritaires. Au début, deux minorités religieuses, les juifs et les sikhs, étaient définies en tant que groupes ethnique et, en tant que tels, ils bénéficiaient de la protection du RRA. Par la suite, le Prison Service a englobé un nombre beaucoup plus important de confessions dans son propre texte visant à interdire toute discrimination illégale2. De récentes initiatives visant à protéger la "diversité" au sein du Prison Service ont également renforcé le degré de reconnaissance officielle des différences ethniques et religieuses. De plus, le Employment Equality Regulations qui a pris effet en décembre 2003 sera probablement mis à contribution pour faire évoluer certaines pratiques du Prison Service relatives au recrutement, à la rémunération et à l'avancement du personnel issu des minorités religieuses.

  • 3 Voir Solomos, 1986 ; Benyon & Solomos, 1987 ; Waddington, 1992 ; Keith 1993.

4Alors que les prisons étaient placées sous la responsabilité directe du Home Office et par conséquent en première ligne lorsqu'a été voté le Race Relations Act en 1976, il demeurait une "incertitude considérable en ce qui concernait la façon dont les dispositions du texte de 1976 allaient être appliquées au sein du système pénitentiaire" (Genders & Player, 1989 : 15). De plus, le Prison Service n'avait pas eu le temps de mettre au point ses propres procédures de gestion des relations raciales lorsque des minorités ethniques ont commencé à manifester au début des années 1980 dans les rues des quartiers pauvres de grandes villes comme Bristol, Londres (Brixton et Southall), Birmingham (Handsworth), Liverpool (Toxteh) et Manchester (Moss side)3. Le rapport Scarman de 1981 sur les émeutes de Brixton jugea la police coupable de racisme et fit des recommandations afin de remédier à cette situation. Durant la même année, le Prison Service fit parvenir aux directeurs des établissements pénitentiaires ses premières instructions (Circular Instruction 28/81) relatives aux relations raciales et appelait à la création de postes de Race Relations Officers (préposés aux relations raciales). La circulaire informait le personnel du fait qu'une "sensibilité potentielle en ce qui concerne la question des relations raciales ajoutait une nouvelle dimension au professionnalisme dont devait faire preuve le Prison Service" (McDermott, 1989 : 216).

5Le fait qu'il existait du racisme au sein du Prison Service est devenu évident avec, en 1983, le cas de John Alexandre, un prisonnier noir d'origine antillaise. La cour du comté de Southampton a jugé que le Home Office avait fait preuve de discrimination illégale à son encontre en rejetant sa demande d'emploi dans la cuisine de la prison HMP Parkhurst. Étant donné qu'un travail en cuisine était considéré comme l'un des meilleurs emplois possibles – très recherché par les détenus – il était très probable que les commentaires défavorables figurant dans les rapports accompagnant la demande d'embauche de M. Alexandre allaient réduire ses chances d'obtenir cet emploi. Dans le cas de ce détenu, à la fois le rapport initial d'évaluation et le rapport qui suivit, lesquels contribuèrent largement à la décision défavorable, présentaient des traits très clairs de discrimination raciste :

"Il possède les traits habituels des personnes ayant les mêmes origines ethniques : il est arrogant, se méfie des surveillants, il est réfractaire à l'autorité, il est retors et il est particulièrement aigri ; il aura du mal à changer s'il continue de la sorte" (Assessment Report, cité dans le Circular Instruction 56/1983). "Il a été décrit comme un homme violent qui est très aigri et qui aura beaucoup de difficultés pour changer. Il fait preuve d'arrogance et se montre réfractaire à l'autorité, ce qui semble être un trait habituel chez la plupart des détenus de couleur" (Induction Report, cité dans le Circular Instruction 56/1983).

6Le jugement rendu par la cour fut une étape importante dans la réponse tardive apportée par le Prison Service au RRA. De plus, il montre que la politique anti-discrimination a pu évoluer grâce à l'action en justice de personnes issues de minorités ethniques et de leurs défenseurs. Le résultat de l'affaire Alexander fut une mauvaise publicité pour le Prison Service ; cette affaire fut directement à l'origine d'une déclaration du directeur général et son adjoint, déclaration qui attirait l'attention sur "l'engagement absolu de l'administration pénitentiaire envers une polique d'égalité raciale et une élimination de toute forme de discrimination au sein de ses services" (Circular Instruction 56/1983, Addendum I). Cette déclaration affirmait sans équivoque "la nécessité d'éviter tout propos raciste ainsi que toute remarque péjorative dans les rapports sur les détenus" (Circular Instruction 56/1983, Addendum I). De plus, la circulaire insistait sur le fait qu'il fallait recruter des Race Relations Liaison Officers (RRLOs, agents chargés de gérer les relations raciales), agents issus des échelons supérieurs de la hiérarchie afin d'asseoir davantage leur autorité. Exactement vingt ans plus tard, la Formal Investigation into the Prison Service (enquête formelle sur l'administration pénitentiaire) dirigée par la Commission for Racial Equality (CRE 2003a, 2003b + commission pour l'égalité raciale) réaffirma la même chose, à savoir que les RRLos devaient être des agents issus des échelons supérieurs de la hiérarchie. Il ne fait aucun doute que le texte de la première circulaire était une mesure symbolique destinée à démontrer que le Prison Service prenait au sérieux les questions raciales. De nouvelles procédures visant à enregistrer l'origine ethnique des détenus furent mises en place en 1984 (Circular Instruction 25/1984) puis les différentes catégories furent modifiées de façon à ce qu'elles correspondent à celles figurant dans le recensement de 1991 (HM Prison Service, 1997 : Chapitre 4 : 2).

7Le Prison Service finit par faire une déclaration à propos des relations raciales à destination du "personnel, des détenus et des personnes" qui auraient à mettre en œuvre la politique sur le plan pratique (Circular Instruction 32/1986). Ceci se produisit à la suite des émeutes – plus graves et plus étendues que les troubles de 1981 – qui éclatèrent dans de nombreuses grandes villes britanniques en 1985. Ces émeutes eurent un impact important sur la société britannique, ce qui conduisit certaines grandes institutions à mettre en œuvre des politiques qui n'existaient jusque là que sur le papier (Joly, 2001). A la suite de sa déclaration, le Prison Service fit des efforts pour recruter un plus grand nombre d'agents issus des minorités ethniques à partir de 1990 et publia son premier document d'ensemble en 1991 – le Race Relations Manual (il venait remplacer les Circular Instructions 25/1981,56/1983,25/1984 et 39/1990). L'administration pénitentiaire publia également un livre de formation ainsi qu'un livret à destination du personnel carcéral. Voici quelques-unes des dispositions qui figurent dans le Manual :

"1. Le Prison Department s'engage résolument envers une politique d'égalité raciale et aussi envers une élimination de toute forme de discrimination au sein de son administration. Il s'oppose également à toute forme de préjugé raciste, qu'il s'agisse de paroles ou d'actes émanant d'un membre du personnel à l'égard d'une autre personne.
2. Tous les prisonniers doivent être traités avec humanité et respect. Tous les détenus doivent être traités de façon impartiale et sans qu'il y ait une quelconque discrimination basée sur la couleur, la race ou la religion. Les insultes ainsi que les propos injurieux et péjoratifs envers les détenus ne seront pas tolérés.
3. Les relations raciales concernent tous les membres du Prison Service. Il est de la responsabilité de chacun des membres du personnel de s'assurer que la politique de l'administration centrale soit mise en œuvre à destination des autres membres du personnel et des détenus.
4. Les personnes appartenant à une confession minoritaire ont les mêmes droits que celles appartenant à la confession majoritaire. Lorsque cela est possible en univers carcéral, des aménagements sont réalisés afin que tous les détenus puissent pratiquer leur culte dans les mêmes conditions.
5. Tous les détenus doivent avoir les mêmes possibilités d'accès aux dispositifs mis en place en prison, y compris les emplois. La répartition des détenus au sein de l'établissement pénitentiaire et des dispositifs mis en place par ce dernier doit se faire, dans la limite du possible et du raisonnable, en fonction de la mixité ethnique qui existe dans la prison.
6. Aucun groupe racial en particulier ne doit être autorisé, au détriment des autres, à occuper une place prépondérante dans une quelconque activité mise en œuvre au sein de la prison" (HM Prison Service, 1991).

8Le Manual comporte aussi des définitions en rapport avec les relations raciales, une description détaillée des politiques mises en œuvre, des propositions d'audits et de plans d'action ainsi qu'une liste détaillée des responsabilités du personnel.

9À la date de l'écriture de cet ouvrage, le Prison Service Order on Race Relations (PSO 2008), publié en 1997 afin de remplacer le F2116, puis amendé en 2002, comporte les plus récentes dispositions prises par le Prison Service en matière de relations raciales : "Le Prison Service s'engage envers l'égalité raciale. Toute discrimination fondée sur la couleur, la race, la nationalité, les origines ethniques ou nationales ou encore la religion est inacceptable tout comme l'est toute conduite ou propos raciste de la part d'un membre du personnel, d'un détenu ou d'un visiteur et de tels écarts ne seront pas tolérés" (HM Prison Service, 1997). Dans une certaine mesure, le Prison Service est en avance par rapport à d'autres institutions publiques dans la mesure où l'administration a déjà mis en place le type de mesures dont le rapport de l'Open Society Institute sur les Musulmans recommandait l'application au gouvernement britannique : "une tâche positive pour les autorités publiques visant à éliminer toute discrimination religieuse illégale en rapport avec leur fonction et afin de promouvoir une égalité des chances et de bonnes relations entre personnes de confessions religieuses différentes" (Open Society Institute 2002 : 440). Deux éléments sont particulièrement importants dans la déclaration du Prison Service. Tout d'abord, le texte interdit clairement "tout langage injurieux d'un point de vue racial" (ceci provient clairement de l'affaire Alexander). En deuxième lieu, et ce dernier point est plus important pour notre enquête, le texte stipule que toute forme de discrimination fondée sur des critères religieux est interdite en prison. Bien qu'il y ait eu des discussions portant sur l'éventuelle inclusion de la religion durant la préparation du RRA 1976, le document final ne l'a pas retenue. Le Prison Service justifie l'inclusion de la religion par le fait qu'il existe un chevauchement important "dans le contexte carcéral" entre religion et appartenance ethnique. L'autre argument mis en avant est le fait que la religion est un "facteur de mise en œuvre pratique de la politique de relations raciales" : "A strictement parler, la religion n'est pas une question liée aux relations raciales [...] ; néanmoins, dans le contexte carcéral, l'hindouisme, la religion sikh, l'Islam, le judaïsme et les autres confessions ont une dimension ethnique liée à des minorités, ce qui fait de la religion un important facteur quant à la mise en œuvre pratique de la politique de relations raciales" (HM Prison Service, 1997 : 5.6.1.).

10Il est important de préciser que cette interprétation large de l'appartenance ethnique et des relations raciales fut également mise en œuvre par l'Inspecteur en Chef des Prisons de Sa Majesté à la fin des années 1990. Sir David Ramsbotham a dû reporter des plans prévus de longue date et visant à dresser une thématique des inégalités au sein des prisons parce que la Commission for Racial Equality préparait sa propre enquête sur le racisme au sein du Prison Service (HM Chief Inspector, 2000 : 16-17). Mais la volonté de l'Inspecteur en Chef était d'enquêter, sous l'appellation "racisme", sur toutes les formes d'inégalité et de discrimination à l'encontre des minorités. Son rapport décrit les minorités comme suit : "minorités culturelles ou ethniques, les femmes, les personnes âgées, les handicapés et les personnes souffrant de troubles mentaux". Il justifiait cette approche par le fait que le terme "race", dans ce contexte, ne se résumait pas simplement à opposer les blancs et les noirs mais qu'il s'agissait d'inclure d'autres cultures, comme par exemple celle des supporters de football ou d'autres encore qui avaient été à l'origine de différents désordres publics en Grande-Bretagne. Cette approche correspond à l'attitude actuelle du Prison Service vis-à-vis de la "diversité" en tant que valeur devant être développée au sein des prisons. Le premier Conseiller Musulman auprès du Prison Service pensait également que les questions de "race" et de religion ne pouvaient pas être séparées si on les envisageait du point de vue du quotidien. Il souhaitait que les questions liées à la diversité et à l'égalité soient traitées de façon holistique, en particulier lorsqu'il s'agissait d'enquêter sur des plaintes de discrimination injuste. L'étude publiée par le Home Office (Edgard 1 Martin, 2004 : 14) portant sur les perceptions des prisonniers et des détenus sur les "races" et les conflits soutient également cette approche qui consiste à considérer que les questions de "race" et de religion sont liées. Cette étude qui a porté sur 273 détenus hommes appartenant à des minorités ethniques et incarcérés dans quatre établissements a établi que "l'accès à la religion et sa pratique" était le deuxième point le plus fréquemment cité par les détenus lorsqu'on leur demandait dans quel domaine ils avaient le sentiment que le traitement dont ils faisaient l'objet de la part des surveillants était lié à un parti–pris basé sur la race.

11La deuxième partie du rapport de la Commission for Racial Equality sur l'"égalité raciale en prison" (CRE, 2003 b) vient elle aussi conforter cette approche liant la religion à l'appartenance ethnique ou à la "race". La justification de cette association est la suivante : "Étant donné que de très importants aspects de la vie d'un détenu sont déterminés par la religion de ce dernier (comme la nourriture, les personnes vers lesquelles elles peuvent se tourner en toute confiance afin de discuter de leurs problèmes personnels ou pour obtenir de l'assistance pour une lettre adressée à leur famille – l'aumônier de la prison ou l'imam, par exemple), tout refus du personnel de prendre en compte positivement certaines confessions peut nuire immédiatement à la relation entre l'établissement et le détenu et également aux perspectives d'évolution positive du détenu durant son incarcération" (CRE, 2003b : 84).

12À nouveau, le pragmatisme caractérise l'insistance du CRE de traiter la discrimination pour motifs religieux comme étant une manifestation du racisme en milieu carcéral. En particulier, le rapport soutient que "le fait de ne pas prendre en compte les besoins religieux des Musulmans en prison a un impact disproportionné sur les détenus appartenant à une minorité ethnique par rapport aux détenus blancs" (CRE, 2003b : 88).

13En prenant appui sur la Chambre des Lords pour justifier l'imbrication de l'appartenance ethnique avec des différences religieuses et culturelles de même qu'avec des différences de race et de couleur, le PSO 2800 (HM Prison Service, 1997 : Chapter 2 : 3) décrit deux caractéristiques particulières comme étant des traits fondamentaux de l'identité ethnique : "une longue histoire partagée et une tradition reconnaissable" à l'intérieur de laquelle "une religion commune différente de celle des groupes voisins" joue un rôle. Ceci amène la question suivante : pourquoi cet argument ne s'applique-t-il qu'aux prisons anglaises et galloises ? Il y a eu, de façon certaine, des tentatives visant à interdire sur le plan légal toute forme de discrimination fondée sur des critères religieux en dehors des prisons – la réponse à l'islamophobie n'est pas la moindre de ces tentatives. La recherche universitaire a également étudié "la discrimination religieuse" (Weller, Feldman & Pudman, 2001) et la possibilité d'introduire une législation qui l'interdirait (Hepple & Choudhury, 2001). Les inquiétudes liées à l'islamophobie (Commission on British Muslims and Islamophobia) n'ont pas réussi à convaincre le législateur d'inclure la religion dans le Race Relations (Amendment) Act de 2000. En outre, l'hostilité dirigée vers les Musulmans à la suite du 11 septembre 2001 a également fait renaître le débat sur cette question mais cela ne s'est pas traduit par un changement de la loi.

14En d'autres termes, l'administration pénitentiaire du pays de Galles et de l'Angleterre étend à la religion la protection largement accordée aux minorités ethniques à l'intérieur comme à l'extérieur des prisons. Il ne fait pas de doute qu'il existe des raisons pratiques à cette attitude, raisons qui ont trait à la sécurité et à l'ordre, mais le Prison Service met l'accent sur le fait qu'il "a depuis longtemps accepté son obligation de consentir des aménagements destinés à la pratique religieuse au sein de ses établissements" (HM Prison Service, 1991. 6.5 ; 62). L'administration pénitentiaire s'est également engagée à s'assurer que "la vie religieuse de la communauté carcérale et des détenus pris sur un plan individuel soit empreinte de liberté et de dignité". En d'autres termes, il existe une heureuse coïncidence entre le devoir moral d'un traitement égalitaire de tous les détenus et le risque pratique qu'implique le refus de les traiter ainsi. Dans l'atmosphère tendue des prisons, lieux dans lesquels les minorités religieuses et ethniques sont surreprésentées, le risque de désordre serait élevé si seulement les juifs et les sikhs bénéficiaient d'une protection (accordée par le RRA) contre toute forme de discrimination religieuse et que les autres, comme les Musulmans, n'en bénéficiaient pas.

15Le PSO 2800 définit des normes vis-à-vis des obligations légales et des mesures prises par le Prison Service, des structures de gestion et de l'évaluation des performances, de la prise en compte des minorités, des dispositifs et services proposés, des plaintes et incidents raciaux, des contacts extérieurs ainsi que vis-à-vis de la formation et de l'information. Il attribue la place d'honneur aux Race Relations Management Teams (Equipes de Gestion des Relations Raciales) ainsi qu'à la prise en compte des minorités, prise en compte qui doit s'étendre aux domaines de l'hébergement, du travail, de l'éducation et de la formation, des décisions, de la liberté temporaire, du placement en isolement, des demandes et des plaintes. L'équipe RRMT de chacun des établissements a la responsabilité de mettre en place des stratégies de gestion des relations raciales sur le plan local et également de contrôler l'adéquation avec la politique nationale en matière de relations raciales. Un élément qui indique l'importance accordée aux RRMT est le fait que ces équipes doivent être présidées par le directeur ou son adjoint ; habituellement, chaque équipe comporte le RRLO, un aumônier, des représentants des différents secteurs de la prison, les personnes chargées de la liberté surveillée et de l'enseignement et, dans certains cas, un aumônier à temps plein (plus vraisemblablement à temps partiel) appartenant à une confession minoritaire (Leech & Cheney, 1999). En outre, un RRLO recruté par le directeur est chargé de développer de bonnes relations raciales et de gérer les problèmes quotidiens ; il ou elle doit s'assurer que les minorités ethniques sont prises en compte, que le personnel est formé sur les problèmes de relations raciales et que les plaintes sont bien enregistrées. Toutes ces mesures ont considérablement transformé la situation des relations raciales en prison et ont souligné l'importance de la mise en œuvre des structures et des procédures adéquates.

16L'amélioration de la situation des confessions minoritaires en prison est en partie due à la reconnaissance qu'une prise en charge à la fois robuste et empreinte de sensibilité des problèmes liés à la "race", à l'appartenance ethnique et à la diversité est de plus en plus nécessaire afin d'avoir des prisons saines. Les discussions et le contrôle de ces questions au plus haut niveau sont du ressort du groupe de conseil pour les questions raciales auprès du directeur général qui, depuis 1999, comporte un Race Equality Adviser (Conseiller pour l'égalité entre les races) à temps plein ainsi que des représentants du CRE, du NACRO et d'autres groupes de soutien des détenus. Il est important d'ajouter que la plupart des rapports publiés par par l'Inspecteur en Chef des prisons anglaises et galloises de Sa Majesté contiennent également une analyse précise de l'état des relations raciales dans chacun des établissements et de l'efficacité relative des nombreuses procédures visant à enregistrer les plaintes pour "incidents raciaux" et à les traiter. Tandis que les rapports reconnaissent, depuis 2000, que les relations raciales font dorénavant l'objet d'une plus grande attention, certaines faiblesses continuent à être critiquées. Le rapport annuel de l'Inspecteur en Chef pour 2001–2002 (HM Chief Inspector, 2002 : 18), par exemple, critique le fait que le personnel chargé des questions de relations raciales "manque souvent de temps, de formation ou de compréhension" afin de résoudre efficacement les problèmes. Ce rapport précise en outre qu'il existe "une grande confusion" au sein du Prison Service en ce qui concerne la façon de gérer des détenus de nationalité étrangère "qui sont susceptibles d'avoir ou non des besoins spécifiques en termes de langue ou de religion" (idem : 20). Ceci vient illustrer un engagement fort envers des politiques et des pratiques qui prennent pleinement en compte la diversité des origines culturelles des détenus.

17Un nouvel élan visant à repenser les relations raciales dans le cadre du Prison Service est venu indirectement d'une enquête officielle menée par Lord Macpherson (1999) et portant sur la façon dont la police avait traité le meurtre d'un adolescent noir, Stephen Lawrence, en avril 1993. Le fait qu'une telle enquête ait eu lieu montre la détermination des parents de l'adolescent et des minorités ethniques pour combattre le racisme au sein de la police. Le rapport Macpherson (1999) a identifié une influence pernicieuse du racisme non seulement au sein de la police urbaine mais aussi dans d'autres institutions britanniques. L'administration pénitentiaire de l'Angleterre et du pays de Galles a réagi en partie en créant le programme RESPOND4 (Racial Equality for Staff and Prisoners ; égalité raciale pour le personnel et les détenus) et aussi en recrutant son premier conseiller pour l'égalité entre les races (REA : Race Equality Adviser) en août 1999, conseiller qui avait pour responsabilité de mener à bien le programme RESPOND et d'installer dans ses locaux le Diversity and Equality Group nouvellement formé. L'un des objectifs du programme est de faire en sorte que le Prison Service soit plus représentatif de l'ensemble de la communauté et d'assurer une égalité des chances pour le personnel et les détenus par le biais de l'adoption de cinq stratégies-clés au niveau de chaque établissement pénitentiaire : "faire face au harcèlement racial et à la discrimination ; s'assurer qu'il y ait équité en matière de recrutement, d'évaluation, de promotion et de sélection ; développer et soutenir le personnel issu des minorités ethniques ; s'assurer de l'égalité des chances pour les détenus ; recruter du personnel issu des minorités ethniques. Il s'agit là d'un programme ambitieux et d'une remise en question importante de préjugés et d'une ignorance profondément enracinée mais il pourrait bel et bien parvenir à transformer les relations raciales au sein des prisons s'il atteint ses objectifs. La promulgation en 2000 du Race Relations (Amendment) Act, lequel étendait à toutes les institutions de service public l'obligation de promouvoir activement l'égalité des chances, a permis de franchir un pas supplémentaire vers une attitude résolument anti-discriminatoire. En ce sens, la loi amendée était en avance sur celle de 1976 qui ne s'appliquait pas de façon claire aux prisons.

18Une nouvelle étape importante de la stratégie mise en place par le Prison Service pour faire face au racisme et à toute forme de discrimination ethnique ou religieuse consista en le lancement de RESPECT, le réseau de soutien à destination du personnel issu des minorités ethniques (Minority Ethnic Staff Support Network5), en dépit d'inquiétudes qu'il pourrait s'agir d'un mouvement politique. Il a pour objectif de créer des groupes de soutien dans chaque établissement pour les membres du personnel issus des minorités ethniques. De plus, tout un chapitre du Prisons Handbook (Leech 1 Cheney, 1999 : 344) traite du signalement des incidents racistes et cite le rapport Macpherson en définissant ces incidents comme suit : "tout incident qui est perçu comme étant de nature raciste par la victime ou toute autre personne", ce qui enlève toute ambiguïté potentielle. La victime supposée est délivrée de la charge d'avoir à apporter la preuve. Le Handbook donne aussi des exemples de discrimination et de comportements inacceptables : plaisanteries dirigées vers des groupes spécifiques, graffiti, utilisation de termes déplacés, traitement injuste basé sur des préjugés, suppositions et opinions stéréotypées, refus de laisser une personne accéder à un travail, à des locaux etc. parce que cette personne appartient à un certain groupe ethnique, national ou religieux (Leech 1 Cheney, 1999 : 344).

19Un tel arsenal anti-discrimination pourrait laisser croire que les relations raciales sont exemplaires au sein du Prison Service. Cela pourrait également signifier, au contraire, que le racisme est si profondément enraciné qu'il exige une intervention musclée et/ou que les mesures sont régulièrement ignorées de sorte qu'elles doivent être accompagnées de nouvelles stratégies. Néanmoins, il ne fait aucun doute que le Prison Service a été forcé de réagir à la suite de scandales de grande envergure impliquant des allégations de racisme, de discrimination ethnique ainsi qu'un échec dans la protection des détenus appartenant à des minorités vulnérables.

20Certains des premiers travaux à avoir été publiés sur ce sujet affirmaient que la discrimination raciale était intrinsèque à l'organisation sociale des prisons anglaises et galloises dans les années 1980 (Genders 1 Player, 1989). L'étude réalisée par Mc Dermott (1989 : 219) et portant sur des détenus incarcérés dans quatre prisons des Midlands (région du centre de l'Angleterre) a confirmé que "presque trois Noirs sur cinq, la moitié des Asiatiques et un tiers des blancs" pensaient que le personnel était raciste et que le racisme était plus répandu dans les établissements de haute sécurité. Les stéréotypes semblaient être endémiques : les Noirs étaient étiquetés "non travailleurs, seulement intéressés par leur corps" alors que les Asiatiques, au contraire, étaient qualifiés de personnes "ne posant pas de problèmes et travaillant dur" (Mc Dermott, 1989 : 221). Les membres du personnel carcéral semblaient ne pas bien comprendre le problème de la discrimination et avaient tendance à attribuer l'origine des problèmes de relations raciales non à eux-mêmes mais à l'attitude des minorités. Ceci a été confirmé par une récente étude réalisée par NACRO (2000), étude qui cite un surveillant et un détenu, le premier affirmant que "la prison n'a pas de problème avec les races" et le deuxième que "tous les membres du personnel sont extrêmement racistes. J'ai personnellement entendu des surveillants, des employés, des enseignants et même des personnes de l'aumônerie faire des commentaires racistes" (NACRO, 2000 : 15).

21Les études ont également démontré qu'il n'était pas inhabituel que le personnel carcéral se plaigne du fait que les détenus appartenant aux minorités ethniques exploitent le système afin d'obtenir des avantages non justifiés tandis que les Blancs sont laissés de côté (McDermott, 1989 ; NACRO, 2000). L'élément qui n'est pas pris en compte dans l'équation, c'est la relation de pouvoir qui existe entre la majorité blanche et les minorités ethniques. Par exemple, des détenus pourraient hésiter à se plaindre au sujet des relations raciales par peur de représailles et de sanctions, comme par exemple la perte d'un statut amélioré (Leech 1 Cheney, 1999 : 345). L'un des principaux problèmes qu'a identifiés McDermott en ce qui concerne les mesures anti-discrimination, c'est leur manque de consistance : pas de responsabilité, pas de mécanismes pour les faire appliquer, pas de sanctions disciplinaires... tout ceci l'a conduite à conclure que "dans le pire des cas, ces mesures pourraient n'être qu'un texte juridique grâce auquel le Home Office peut se défendre face aux critiques" (McDermott, 1989 : 225).

22Des preuves des manquements graves du Prison Service dans le cadre du traitement des problèmes de "race" et de diversité apparaissent clairement dans les conclusions d'une enquête qui était très attendue, la Formal Investigation conducted by the Commission for Racial Equality into HM Prison Service of England and Wales (CRE, 2003a, 3003b) (l'enquête officielle réalisée par la commission pour l'égalité entre les races sur l'administration pénitentiaire d'Angleterre et du pays de Galles). La partie 1 du rapport, rapport ayant été publié 3 ans après le meurtre d'un jeune délinquant à HM YOI Feltham, Zahid Mubarek, par son compagnon de cellule raciste en mars 2000 conclut qu'il existe "une discrimination raciale illégale" en infraction aux articles 1(1)(a) et aux articles 20 et 21 du Race Relations Act de 1976. En particulier, le rapport a conclu que le Prison Service "avait fait preuve de discrimination envers des détenus placés sous sa responsabilité parce que, d'une part, il n'avait pas mis en place un système qui eût été à même d'assurer une protection complète des détenus face à un traitement préjudiciable, par acte ou par omission, de la part d'autres détenus, traitement infligé pour des motifs raciaux et que, d'autre part, il n'avait pas mis en place de politique de protection totale en ne prenant pas les mesures de protection suivantes : répartition adéquate du personnel, formation appropriée du personnel, systèmes adéquats pour recueillir les plaintes et conduire les enquêtes, également surveillance suffisante des discriminations raciales au sein de ses prisons" (CRE, 2003a : 172).

  • 6 Par comparaison, le pourcentage de membres du personnel du Home Office issus de minorités ethnique (...)
  • 7 Voir en particulier les enquêtes de Burnett & Farrel (1994) et également Association of Probation (...)

23Depuis le meurtre de Zahid Mubarek, on a pu assister à plusieurs avancées importantes. En plus de la mise en place des programmes RESPOND et RESPECT, programmes que nous avons évoqués plus haut, le Prison Service a également cherché à combattre le racisme en augmentant, par exemple, le taux de représentation des minorités ethniques au sein du personnel, taux qui est passé de 2,9 % à 5 %6 ; en précisant que les RRLOs devaient au moins réserver 8 heures par semaine pour leurs tâches liées aux relations raciales ; en demandant aux directeurs ou à leurs adjoints d'assumer personnellement la responsabilité de la mise en œuvre des mesures liées aux relations raciales ; en interdisant aux membres du personnel d'appartenir à des organisations racistes ; en ajoutant au Prison Discipline Manual quatre nouveaux délits "aggravés pour motif de racisme" ; en publiant un Race Equality Scheme (plan pour l'égalité entre les races) comme l'exigeait le Race Relations (Amendment ) Act de 2000 ; en mettant sur pied un Diversity and Equality Group (groupe pour la diversité et l'égalité) au sein de l'administration centrale ; en instaurant de nouvelles procédures pour porter plainte pour comportement raciste et en publiant en 2003 le PSO 8010 on Equal Opportunities (texte sur l'égalité des chances). En outre, le Home Office a commandé des enquêtes portant sur la façon dont étaient perçues les questions de conflits entre races au sein des prisons (Edgard 1 Martin, 2004). Ces réalisations montrent que des progrès importants ont été réalisés ; néanmoins, ce serait une erreur d'oublier qu'elles avaient pour objet de traiter de graves manquements du système dans un passé récent7.

24En effet, de nombreux problèmes et autres manquements apparaissaient dans le rapport d'enquête conduite par le Race Equality Advisor (2000) concernant les relations raciales au sein de l'établissement HMP Brixton en mai 2000. Le rapport a montré que : "De nombreux détenus issus des minorités ethniques parlaient de harcèlement et de discrimination de la part du personnel et évoquaient leur manque de confiance dans les procédures dont ils disposaient pour porter plainte. Ceci était dû au grand nombre de plaintes qui n'aboutissaient pas. Nous n'avons trouvé aucune preuve qui aurait pu montrer que chaque plainte était suivie d'une enquête minutieuse.... Il était assez simple de conclure que l'administration de la prison de Brixton faisait preuve d'un racisme institutionnel et qu'un petit nombre de membres du personnel soutenait et encourageait un comportement ouvertement raciste" (Race Equality Advisor, 2003).

25Le grand nombre de recommandations faites par le REA (Race Equality Advisor) pour que des changements aient lieu en matière de pratiques et de politiques et pour qu'il y ait une nouvelle enquête à la prison de Brixton montrent que les problèmes de relations raciales étaient particulièrement sérieux dans cette prison. Le directeur général du Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles a admis qu'elle faisait preuve d'un racisme institutionnel.

26La prison HMP Brixton, comme les établissements HMP Parc et HMPYOI Feltham, était également l'une des prisons où la Commission for Racial Equality (VRE, 2003a, 2003b) avait mené une enquête d'une durée de trois ans sur l'égalité entre les races en prison avant 2000. Cette enquête menée au sein du Prison Service était basée sur la "nécessité d'éliminer toute forme de discrimination illégale et de promouvoir l'égalité des chances et de bonnes relations entre les personnes appartenant à différents groupes raciaux" (CRE, 2003b : 210). Le rapport d'enquête a identifié quatorze domaines de la vie carcérale où apparaissait une discrimination illégale et a découvert dix-sept incidents spécifiques où ce type de discrimination apparaissait. Le rapport se termine par un regroupement de tous les domaines dans lesquels des manquements avaient été observés au sein de deux "omnibus findings" (Voir l'annexe A du rapport). L'enquête s'est concentrée sur de nombreux incidents de discrimination raciale envers des détenus Musulmans, incidents jugés "racistes" dans la mesure où les détenus Musulmans incarcérés en Angleterre et au pays de Galles sont soit noirs soit asiatiques. Le Prison Service a été reconnu coupable de discrimination envers les Musulmans pour, entre autres, les motifs suivants : avoir limité délibérément le nombre d'heures qu'un imam était autorisé à passer auprès des détenus Musulmans ; ne pas avoir mis en place des renforts de personnel qui auraient permis aux détenus Musulmans d'assister aux prières du vendredi ; ne pas avoir mis à disposition un local de prière adéquat ou encore pris des mesures pour les ablutions avant les prières ; ne pas avoir proposé une alimentation halal à un détenu mulsuman. Parmi les incidents spécifiques à caractère discriminatoire figurent le fait d'avoir contraint un détenu mulsuman à rester debout, nu, face aux surveillants pendant quinze minutes à l'issue d'une fouille intégrale et le fait d'avoir demandé à une femme musulmane venue rendre visite à un détenu de soulever son voile de façon à ce qu'elle puisse être identifiée.

27Le rapport du CRE présente les arguments les plus solides visant à faire entrer la discrimination pour motifs religieux dans le cadre des questions d'égalité des chances entre les races. Notre propre enquête a également mis à jour une relation complexe entre "race", appartenance ethnique et religion dans le cas des détenus Musulmans ; les éléments que nous avons recueillis montrent que cette façon d'aborder ces questions n'est pas largement partagée par le personnel carcéral.

II. Points de vue des surveillants à propos des relations raciales et de la religion

28Afin de déterminer dans quelle mesure ces avancées concernant la politique et les pratiques du Prison Service en matière de relations raciales ont eu un impact sur les détenus Musulmans, nous allons maintenant exposer les éléments que nous avons rassemblés lors de notre enquête de terrain dans trois prisons pour hommes et deux prisons pour femmes en Angleterre et au pays de Galles. Nous avons tenu compte, parmi les différents facteurs, de la part des membres du personnel issus d'une minorité ethnique dans le système global ainsi que de leur répartition au sein de chacun des sites de notre enquête. Tout d'abord, nous constatons que les personnes appartenant à un minorité ethnique ou de confession musulmane sont assez peu nombreuses au sein du Prison Service. Selon celui-ci, à la date du 30 septembre 20028, seulement 1,31 % de l'ensemble des membres du personnel était d'origine asiatique9. Certains d'entre eux sont chrétiens, sikhs ou hindous ou encore appartiennent à une autre confession, ce qui signifie que la proportion de Musulmans parmi le personnel ne dépasse probablement pas les 1 %, y compris les Musulmans qui ne sont pas d'origine asiatique. La répartition au sein du personnel des personnes appartenant à des minorités ethniques entre les différentes prisons est inégale, ce qui reflète la concentration de migrants en provenance d'Asie du Sud, d'Afrique de l'Est et des Caraïbes dans certaines régions. Ceci permet de comprendre pourquoi la prison employait 56 personnes issues de minorités ethniques sur un total de 212 (soit 26,4 %) à l'époque de notre enquête alors que, dans la Prison 3, seule une poignée de personnes étaient noires ou appartenaient à des minorités ethniques.

29Plusieurs surveillants de prison ont reconnu qu'ils "essayaient de conserver une mixité ethnique en matière de recrutement" (Prison 1, Surveillant 5). Néanmoins, en ce qui concerne l'Islam, le problème ne se résume pas uniquement à l'emploi de personnel issu de minorités ethniques. Le fait d'appartenir à une minorité ethnique ne signifie pas automatiquement que l'on est à même de comprendre les pratiques des Musulmans. En fait, il y a une pénurie de personnel musulman qui pourrait permettre de mieux comprendre les besoins spécifiques des détenus Musulmans. L'imam de la Prison 1 affirmait sans équivoque "qu'il n'y avait aucun surveillant musulman" dans sa prison en dépit du nombre important de détenus Musulmans. En fait, son affirmation s'est révélée fausse mais il avait le sentiment que des initiatives positives étaient nécessaires dans la mesure où une carrière dans l'administration pénitentiaire ne semblait pas présenter beaucoup d'attrait aux yeux des personnes issues des communautés musulmanes.

30Le directeur de la Prison 1 a reconnu à ce sujet que ce serait un avantage d'avoir un cuisinier musulman et que "si nous avions davantage de surveillants musulmans, ces derniers seraient mieux à même de comprendre les choses, particulièrement à des moments comme le Ramadan qui peut amener toute une série de problèmes". Il a également exprimé le souhait de faire un pas en direction des communautés musulmanes de façon à ce que leurs "campagnes de publicité atteignent ces groupes communautaires". Il avait l'intention de demander l'aide de l'imam pour cela. En effet, depuis le recrutement, fin 2001, d'aumôniers musulmans à temps plein au sein de 12 prisons, différentes initiatives ont été prises de façon à améliorer les relations entre les prisons et les communautés locales. L'un des objectifs est de communiquer les postes à pourvoir au sein des mosquées locales et de faire prendre conscience de l'intérêt qu'il y a à recruter davantage de surveillants de prison musulmans.

31Dans une autre des prisons où nous avons enquêté, le RRLO avait été spécialement chargé de promouvoir le recrutement de personnel issu des minorités ethniques et il essayait de cibler sa communication sur ces communautés (Prison 3, RRLO). Mais il est trop tôt pour pouvoir affirmer qu'à la suite de cette initiative davantage de musulmans ont rejoint les rangs du personnel carcéral. Tandis que des progrès avaient été réalisés en termes d'égalité des chances en ce qui concerne le recrutement de surveillants de prison, la plupart des membres du personnel de l'aumônerie appartenant aux minorités ethniques souffraient d'une discrimination effective parce que, à cette époque, ils étaient classés sous la catégorie "visiteurs religieux" ; c'est ce que nous a signalé un aumônier bouddhiste de la Prison 1 : "Les aumôniers à temps partiel comme l'imam et moi-même, ne sont pas, de fait, protégés par la loi sur l'emploi ; nous n'avons pas de droits en matière de retraite et une sécurité d'emploi limitée ; il faut que cette situation soit étudiée".

  • 10 Lord Falconer, Hansard, Chambre des Lords, 6 novembre 2002.

32La formation aux questions de relations raciales est obligatoire conformément au PSO 2800 bien que ce dernier ne précise pas quel volume de formation est nécessaire. Selon le ministre d'État auprès du Home Office, une nouvelle formation à la "diversité" avait été mise en place en 2002 mais il avait également reconnu que "davantage devait être fait" et que le Prison Service "allait continuer à développer le programme qui était déjà en place"10. La formation est potentiellement en mesure d'influencer le comportement vis-à-vis des détenus issus des minorités ethniques, c'est ce qui la rend importante. Dans les prisons de notre échantillon, une formation avait été effectivement dispensée aux surveillants que nous avons interrogés mais, alors que certains d'entre eux évoquaient une formation régulière, d'autres avaient peine à se souvenir de la dernière séance de formation à laquelle ils avaient assisté. Par exemple, il pouvait s'agir "d'une simple formation de base d'un jour sur la religion, il y a cinq ans" selon les termes du Surveillant 7 de la Prison 1. Nous avons également recueilli des propos contradictoires émanant du personnel à l'intérieur d'une même prison. Par exemple, le Surveillant 7 de la Prison 3 a assisté à "une formation annuelle dispensée sur place par le RRLO" et avait passé "cinq jours à Newbold Revel dans le cadre d'une formation sur les RRMT". Pourtant, le RRLO de cette même prison a admis qu'il n'avait reçu qu'une petite formation de base. Par contraste, les Surveillants 5 et 6 de la Prison 2 ont évoqué leur formation portant sur les relations raciales de "la semaine dernière", formation s'inscrivant dans le cadre d'une formation hebdomadaire qui couvrait différents aspects de la diversité.

33Il existe un domaine où il semble y avoir eu des progrès substantiels : le langage utilisé par le personnel carcéral lorsqu'ils évoquent les détenus ou quand ils s'adressent à eux. Ceci fait partie d'un effort plus large visant à renforcer à la fois le professionnalisme et l'auto-critique. Cela peut signifier qu'il faut rejeter ses sentiments personnels au profit d'une discipline professionnelle : "En ce qui concerne le racisme, vous ne pouvez pas changer les opinions des personnes mais vous pouvez guider leurs points de vue professionnels. Si vous êtes raciste, vous n'allez pas changer mais, d'un point de vue professionnel, nous avons davantage pris conscience des effets que cela pouvait avoir et du caractère injuste d'une telle attitude" (Prison 2, Surveillant 2).

34Dans la même ligne d'idées, les surveillants de prison reconnaissent qu'ils ne peuvent désormais plus se permettre d'avoir ce type de comportement raciste, comportement qui était auparavant plus répandu :

"Vous voyez, même les commentaires sont plutôt rares car on ne peut plus être ouvertement raciste. C'est illégal, vous pouvez aller en prison pour ça ; c'est un délit. Vous pouvez perdre votre boulot, en tout cas c'est vrai au sein du Prison Service. Si vous pouvez prouver que quelqu'un vous a dit quelque chose de raciste, les responsables perdront leur boulot, il n'y a pas de mais, ni de si ou de peut-être. Ce qui est dommage dans tout ça, c'est que ça a amené les gens à agir de façon souterraine ; en fait, le racisme est devenu beaucoup plus subtil et vous ne pouvez pas affirmer avec certitude que tel ou tel propos était raciste. Ce n'est plus possible maintenant. Les gens, même ceux qui sont des racistes éhontés, à moins qu'ils ne soient complètement idiots, ne peuvent plus se le permettre" (Prison 2, Surveillant 4).

35L'enquête de Edgar & Martin (2004) a également montré que les actes de racisme délibérés n'étaient pas quelque chose de répandu, même si 44 % des personnes de leur échantillon de 105 détenus appartenant à des minorités ethniques leur ont affirmé qu'ils avaient été victimes de discrimination raciale. Des entretiens avec un sous-échantillon de 73 détenus ont fait ressortir que seulement 12 d'entre eux avaient été victime d'au moins un acte de racisme délibéré de la part des surveillants.

36Il faut également ajouter que cette question a une autre facette. De nombreux surveillants insistent sur le fait qu'il existe une grande différence entre eux et les détenus, ces derniers ne semblant pas s'embarrasser des mêmes scrupules à propos du racisme. Cela peut revenir à jouer "la carte de la race" :

"Évidemment, la couleur de peau d'un homme ou sa confession n'a pas d'importance pour moi mais les détenus sont des détenus. Vous les entendez s'interpeller avec des mots qui, vous le savez aussi bien que moi, sont réprimés par la loi : Paki, Nègre ou métèque – tous ces mots, les détenus les utilisent entre eux" (Prison 2, Surveillant 4). "Nous travaillons uniquement avec des groupes multiconfessionnels. La majeure partie du racisme vient de l'autre côté "Vous dites ceci uniquement parce que je suis noir". Ils usent et abusent de la carte de la race" (Prison 1, Surveillant 3). "Mais si vous dites "non" à quoi que ce soit, il est probable qu'ils vous traitent de raciste. Maintenant, il faut faire davantage attention aux mots que vous employez par rapport au moment où j'ai débuté, il y a neuf ans" (Prison 3, Surveillant 1).

37"Ça m'est arrivé deux fois qu'une personne me dise : "ah, c'est parce que je suis..." et j'ai répondu "je suis désolé mais je trouve cela blessant et vous savez que ça l'est car je vous ai traité comme n'importe quelle autre personne" et, après leur avoir dit ça, ils sont les premiers à dire "Oui, bon, je suis désolé" (Prison 2, Surveillant 5).

38Il ne peut dès lors plus avoir aucun doute sur le fait que les gardiens de prison ont davantage pris conscience du caractère inacceptable d'une attitude ou de propos racistes et du fait qu'ils encouraient des sanctions s'ils transgressaient les règles. Voici ce que nous a dit l'aumônier chrétien adjoint de la Prison 1 : "Je n'ai pas connaissance d'un quelconque racisme émanant d'un quelconque aumônier. Je présume que le climat politique est tel que si quelqu'un avait des préjugés, ceux-ci ne feraient pas surface car personne ne veut perdre son emploi".

39Néanmoins, certains gardiens de prison continuent à se débattre au milieu des questions des stéréotypes racistes tels qu'ils ont été identifiés par McDermott en 1989. Par exemple :

"Je n'ai pas le sentiment que le racisme soit un gros problème mais je crois qu'il existe toujours, mais pas sous une forme flagrante. Les choses se sont améliorées et les gardiens ont évolué. En ce qui concerne les stéréotypes liés aux Noirs, j'ai moi-même évolué. À l'intérieur de la chapelle, les Noirs ont tendance à être plus bruyants et je crois que les Noirs sont comme ça ; et j'intériorise aussi ce stéréotype" (Prison 1, Surveillant 11).

40"De temps en temps, vous tombez sur un fruit gâté", tel était le point de vue du RRLO de la Prison 3 en ce qui concerne les signes d'une persistance du racisme parmi les gardiens de prison. Beaucoup d'entre eux, à leur tour, ont confirmé cette interprétation. Selon Edgar 1 Martin (2004 : 16), "des actes de racisme délibérés (leur) ont été rarement rapportés", bien que des détenus "aient laissé entendre que certains gardiens avaient l'impression qu'ils pouvaient ouvertement se comporter de cette manière".

41Une autre évolution dans le discours des gardiens de prison sur le racisme consiste à attribuer ce dernier à des formes d'humour dépassées ou non comprises plutôt qu'à une volonté délibérée de blesser ; c'est ce qu'a observé McDermott dans son enquête (1989) : ainsi, "J'avais l'habitude de blaguer à propos de détenus asiatiques regroupés dans les douches ; je disais "qu'est- ce que c'est que ce bordel ? L'Internationale du Pakistan ?", tout ce que je faisais, c'était blaguer" (Prison 1, Surveillant 1). Il est inutile de préciser que les détenus appartenant à des minorités ethniques ne perçoivent pas toujours le côté amusant de ce type de railleries. Il n'est alors pas surprenant de constater que les gardiens de prison ont appris à raconter leurs plaisanteries racistes en privé. Par exemple n'y a pas de preuve de racisme de gardien à gardien ; il peut y avoir une blague de temps à autre, mais rien de grave" (Prison 3, Surveillant 9). Néanmoins, certains gardiens nous ont fait part de choses plus sérieuses qui dépassent "la blague de temps à autre" :

"En ce qui concerne le racisme, oui, il y en a – mais ça n'a pas de commune mesure avec ce que les gens pensent ou ce dont ils nous accusent. Les gardiens plaisantent entre eux. De nombreuses fois par jour, il y a un petit commentaire d'un membre du personnel sur les détenus. Ce n'est pas méchant, il n'y a pas de méchanceté cachée. Les gardiens parlent uniquement de certaines choses aux personnes avec lesquelles ils savent qu'ils peuvent en parler sans risque. D'une façon globale, le racisme est en baisse depuis qu'ils ont pris des mesures de répression. Ils sortent la carte de la race et de cette façon, ils sont mieux traités que les Blancs" (Prison 3, Surveillant 1). "En ce qui concerne le racisme, il y a beaucoup de racisme verbal et de sexisme derrière le rideau. Ça se passe entre les gardiens et les détenus n'en sont jamais les témoins. Ceux qui voudraient donner l'impression qu'ils sont racistes ne le laisseraient pas transparaître dans leur travail. Ça m'a choqué parce que j'étais au courant de la formation sur les relations raciales et le harcèlement et ça, c'était choquant... Il n'y a pas de racisme manifeste mais il existe un racisme caché... C'était dans le cadre d'une conversation générale ; le langage utilisé était choquant mais je n'ai pas vu ce type de langage être utilisé envers des détenus" (Prison 3, Surveillant 6).

42Comme nous le verrons plus loin, ce gardien de prison en particulier se trompait lorsqu'il affirmait que les détenus n'étaient pas au courant du racisme verbal de ses collègues.

43Une stratégie proche de celle-ci consiste, pour les gardiens, à nier que le racisme est un "vrai" problème au sein de leur prison tout en admettant que certains individus sont racistes. Par exemple :

"Le racisme n'a jamais atteint le niveau auquel il poserait un problème. Il est impossible de changer les individus. Je ne pense pas que ça soit un problème. Parfois, il y a des gardiens et des détenus qui sont racistes mais c'est au niveau individuel" (Prison 3, Surveillant 10).

44Une variante de cette stratégie visant à écarter les accusations de racisme consiste à dire que le racisme est endémique ou bien qu'il est seulement présent dans d'autres établissements. Le gardien de prison suivant est parvenu à combiner ces deux affirmations dans une seule et unique déclaration :

"L'humour raciste est évidemment jugé déplacé mais il est endémique au sein du Prison Service. Il existe un humour sexiste et raciste. Mais pourquoi doit-on faire preuve de respect envers les Noirs ? Je ne me rappelle aucun événement raciste spécifique. On a beaucoup de personnel plus jeune et le racisme chevillé au corps n'est pas arrivé jusqu'à [la Prison 3] mais si vous allez à Leeds ou à Durham, vous pourriez en trouver. Ils utilisent l'humour comme un bouclier, mais ce n'est pas grave" (Prison 3, Surveillant 11).

  • 11 Le rapport de l'Inspecteur en Chef concernant une visite dans cette même prison peu de temps avant (...)

45La juxtaposition dans cette déclaration de l'incapacité de ce gardien à comprendre pourquoi il devait faire preuve de respect à l'égard des Noirs et de son inaptitude à se souvenir d'un quelconque incident raciste est quelque chose d'alarmant. Les points de vue sur le racisme de deux aumôniers de la Prison 1 étaient également troublants. Le premier le rejetait : "Je pense que le racisme, c'est juste pour faire diversion. Les gens aiment tout simplement se détester les uns les autres. Il ya des différences qui sont visibles et c'est dans ce contexte qu'on joue la carte de la race". Le deuxième en faisait porter la responsabilité aux victimes présumées : "les détenus, dans leur immense majorité, disent que le racisme est proche de zéro ici"11 et d'ajouter que lorsque les détenus portaient des accusations de racisme, c'était "davantage dû à une attitude qu'à du racisme".

46Certains gardiens ont aussi évoqué les complications posées par le "racisme inversé" – le fait de se démener pour apparaître non-raciste de peur d'être accusé de comportement discriminatoire : "Je pense que [les détenus] sont légèrement mieux traités par peur d'allégations potentielles d'incidents racistes ou de discrimination" (Prison 3, Surveillant 1). La tentation d'avoir recours au racisme inversé n'était néanmoins pas limitée aux seuls gardiens blancs. Un gardien asiatique de la Prison 1 nous a rapporté qu'il avait été victime de racisme de la part de ses collègues lorsqu'il avait débuté sa carrière et qu'il avait subi des pressions de leur part pour qu'il ne favorise pas les détenus asiatiques. Un gardien noir, pour sa part, nous a confié : "J'ai le sentiment d'avoir à surmonter ma peur de favoriser parfois les détenus noirs. Certains gardiens pensent que je suis raciste envers les gardiens blancs parce que je ne leur parle pas, mais ça vient de leur personnalité" (Prison 1, Surveillant 11).

47Le tableau concernant la façon dont les gardiens conçoivent la catégorie "Musulmans" et dont ils traitent les détenus appartenant à cette dernière est très différent. Cela est en partie dû au fait que les gardiens éprouvent davantage de difficultés à identifier les "Musulmans" par rapport à d'autres membres d'une catégorie raciale ou ethnique comme, par exemple, les "Asiatiques". En effet, les gardiens nous ont fréquemment dit qu'il leur était impossible de savoir quels étaient les détenus Musulmans à moins de consulter les dossiers individuels. Mais il existe une autre raison qui explique pourquoi le classement religieux des détenus pose moins de problèmes qu'un classement ethnique ou racial : la formation qui a été dispensée a contribué à éradiquer l'ignorance en ce qui concerne la pratique de l'Islam ; très peu des personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenus ont émis des objections vis-à-vis du principe consistant à faciliter la pratique de cette religion. Il ne semblait pas non plus être une chose courante que les gardiens s'autorisent des plaisanteries, même en privé, à propos des Musulmans en tant que catégorie religieuse. Au contraire, ils insistaient sur l'importance de traiter les membres de toutes les confessions de façon équitable et de soutenir le droit des détenus de pratiquer leur religion en prison. Néanmoins, certains gardiens ont émis des réserves à propos de deux aspects spécifiques de leur travail avec les Musulmans : la quantité de travail impliquée et la mise en doute de l'authenticité de l'engagement envers l'Islam de certains détenus.

48La première réserve prend la forme d'une plainte des gardiens : alors que ceux-ci considèrent que leurs conditions normales de travail sont déjà exigeantes, ils doivent se mettre en quatre pour permettre aux détenus Musulmans de remplir leurs devoirs religieux, par exemple la participation aux prières du vendredi ou les ablutions rituelles avant les prières. Pour l'un d'eux,

"[Les gardiens] considèrent que le Ramadan génère une charge de travail supplémentaire ; ils considèrent également qu'ils doivent faire diverses autres choses – non pas pour apaiser les Musulmans – mais pour leur permettre de pratiquer leur religion comme il se doit et que tout ceci génère davantage de travail" (Prison 2, Surveillant 4).

  • 12 "Je pense que le christianisme doit passer en premier. Je ne veux pas me montrer raciste mais j'im (...)

49Ce type de plainte fait référence à des mesures lourdes mises en place par certains établissements afin d'aller chercher les Musulmans et de les escorter pour les prières du vendredi et les fêtes de l'Eid de la fin du Ramadan. Qu'il s'agisse de rassembler les détenus dont les noms figurent sur une liste ou d'un système où les détenus déclenchent une sonnerie s'ils souhaitent assister aux prières, les gardiens doivent mettre en place des procédures spécifiques. En hiver, les prières du vendredi ont parfois lieu à la même heure que la pause déjeuner des gardiens, ce qui n'arrange rien. Cela génère une part d'amertume chez certains gardiens, en particulier chez ceux qui doutent que de tels aménagements seraient mis en place pour des chrétiens dans des pays à prédominance musulmane12. Dans certaines prisons, les aumôniers musulmans à qui des clefs ont été confiées se chargent de regrouper eux-mêmes les musulmans mais, dans d'autres établissements, ce travail échoit aux gardiens. Il est important de faire remarquer que les gardiens se plaignent rarement d'avoir à rassembler les détenus chrétiens afin de les emmener à la chapelle.

50Le second type de plainte citée parfois par les surveillants à propos des détenus Musulmans concerne les abus des "privilèges" dont ils bénéficient dans le cadre du Ramadan et aussi en ce qui concerne la nourriture halal. Un fort sentiment d'indignation semble amener certains surveillants à surveiller la pratique du jeûne durant le mois du Ramadan. Par exemple :

"Beaucoup de Musulmans, en particulier les plus jeunes, assistent à la prière non pas pour prier mais pour y rencontrer leurs copains et leur faire la causette. Ce n'est pas comme s'ils étaient vraiment religieux ; ils veulent juste faire un brin de causette. Je le sais parce que il y en a qui connaissent l'arabe et les gestes qu'il faut faire alors que d'autres se contentent de regarder et de copier ce que font les autres. Et s'ils y vont toutes les semaines, c'est juste une excuse pour bavarder. S'il y en a qui bavardent durant un office chrétien, ils font ça discrètement ; ce n'est pas le cas lors de la prière des Musulmans. Je pense que, dans leur majorité, ils prient et considèrent ça vraiment comme un office religieux mais il y a des fauteurs de trouble" (Prison 1, Surveillant 1).

51Une accusation plus sérieuse d'abus a été citée par le Surveillant 4 de la Prison 2 : "Si quelqu'un me dit "bon, je vais à la chapelle", je n'y vois aucun problème. Mais après, on découvre qu'il y a des Musulmans qui disent aller à la chapelle mais qui n'y vont pas ; c'est juste histoire de se rassembler. Ça se passe le vendredi après-midi, ils ont tous leurs cartes, ils ont mangé à la cantine et ils retrouvent leurs copains et se mettent à faire des échanges, à payer leurs dettes et à en contracter de nouvelles".

52Dans certains cas, les surveillants attendent beaucoup des détenus Musulmans en ce qui concerne l'observance de leurs rites religieux. En voici un exemple : "Si quelqu'un vient me voir et me dit "Je suis Musulman", c'est très bien. Mais, en tant que Musulmans, je m'attends à ce qu'ils aient une conduite digne des Musulmans ; je m'attends à ce qu'ils récitent leurs prières, à ce qu'ils lisent le Coran, à ce qu'ils jeûnent durant le Ramadan, etc... Bon. Maintenant, si un type vient me voir et déclare "Je suis Musulman" pour avoir le type de nourriture qui convient aux Musulmans et que, quand arrive le Ramadan, je le vois partir prendre son petit déjeuner, son déjeuner et son dîner alors qu'il fait encore jour ; si je le vois en train de manger ou de faire la cuisine en pleine journée, alors je commence à me poser de sérieuses questions. Bon, mon père était Musulman et si des gens qui n'étaient pas de cette religion se convertissent – d'ailleurs, ça ne me pose aucun problème – je m'attends à ce qu'ils pratiquent cette religion en bonne et due forme, pas à mi–temps. Vous ne pouvez pas être Musulman à temps partiel" (Prison 2, Surveillant 4).

  • 13 Les détenus Musulmans peuvent se porter volontaires pour observer le jeûne du Ramadan. Ce n'est pa (...)

53Dans des termes plus crus, "le Ramadan, c'est parfois quelque chose de très emmerdant. Il faut tous les regrouper au même endroit et surveiller le jeûne du Ramadan. Si on les pince en train de rompre leur jeûne, on les fait sortir et après on passe pour les méchants" (Prison 1, Surveillant 4). Dans cette prison, un détenu qui est surpris en train de manger ou de boire pendant ses visites alors qu'il devrait être en train de jeûner perd le "privilège" de figurer sur la liste du Ramadan13 et doit à nouveau se contenter du régime alimentaire normal. La combinaison des sensibilités en matière de "race" et de religion peut s'avérer provocatrice comme nous l'avons constaté dans le discours du Surveillant 5 de la Prison 2 : "Ce n'est pas tout à fait vrai avec les Musulmans asiatiques, mais, parfois, le plus gros problème, c'est quand les détenus utilisent l'Islam comme une arme pour obtenir des choses. Les Afro-Antillais nous accusent d'être racistes et ils ajoutent la question de la religion et ils le manifestent très bruyamment. Nous connaissons les Musulmans qui pratiquent régulièrement. C'est embêtant parce que, avant, je pensais qu'ils se protégeaient derrière une barrière, derrière le drapeau de la conversion.... en fait, c'était simplement pour des questions alimentaires et ils voulaient utiliser ça comme une nouvelle arme absolue pour combattre l'institution. Le problème que pose une personne qui se retranche derrière la religion pour justifier une plainte, c'est qu'elle ne donne pas la véritable image des authentiques Musulmans présents au sein de la prison".

54Il est important de faire remarquer que dans aucun de nos entretiens nous n'avons détecté un quelconque signe montrant que les surveillants se sentiraient obligés de retirer le "privilège" de se rendre à la chapelle à un détenu chrétien si ce dernier n'observait pas scrupuleusement, par exemple, les commandements du Sermon sur la Montagne. Ce type de "partialité informelle" (Edgar 1 martin, 2004) dont peuvent faire preuve les surveillants est perçu par certains Musulmans comme une forme de racisme. Ceci est une bonne illustration des tentatives mises en place par les surveillants pour définir des limites, tentatives s'inscrivant à l'intérieur d'une stratégie plus large visant à contrôler les détenus ; néanmoins, ces derniers peuvent interpréter ceci comme étant une attitude discriminatoire dans la mesure où ils ne voient jamais les surveillants en train de juger qui est un "bon" chrétien et qui ne l'est pas.

55L'indignation morale exprimée par certains surveillants vis-à-vis des Musulmans imparfaits semble provenir d'une crainte que les détenus prêts à utiliser la religion pour en retirer des avantages ne soient en train de les duper. Ceci en a fait un problème de relations de pouvoir. La crainte d'être dupé est reliée à une question plus générale, celle de l'incertitude quant à qui est "réellement" Musulman et qui ne l'est pas parmi les détenus : "Nous ne savons pas toujours qui sont les détenus Musulmans car de nombreux Afro-antillais se sont convertis à l'Islam, certains de façon tout à fait honnête et d'autres dans le but d'obtenir un régime alimentaire spécifique... Si j'ai l'impression qu'un détenu cherche à me rouler, alors je vais voir un autre détenu dont je sais qu'il est Musulman et je lui pose la question suivante "Voilà la situation. Est-ce que c'est normal ?" et s'il me dit "Non", alors je lui pose une question plus directe "Tu penses que ce bonhomme se fout de moi ? Qu'il cherche à me rouler ou d'utiliser la religion dans le seul but d'en retirer des avantages ?" (Prison 2, Surveillant 4). Ce surveillant utilise également un autre critère afin de déterminer si un détenu est réellement Musulman ou non : le fait de parler l'arabe et de connaître le Coran. L'un de ses collègues se fie aux prénoms typiques des Musulmans pour se prononcer alors qu'un autre estimera que la présence d'un tapis de prière à l'intérieur d'une cellule est une preuve suffisante que le détenu est Musulman. Par contraste, les surveillants de la Prison 1 où le renouvellement des détenus est plus rapide se fient davantage à la liste officielle des détenus Musulmans plutôt qu'à leur propre intuition ou qu'à un quelconque critère. Les surveillants de la Prison 3, un établissement dans lequel la population des détenus se renouvelle moins rapidement, trouvent que le moyen le plus facile de déterminer qui sont les Musulmans consiste à observer les détenus qui assistent régulièrement aux prières du vendredi.

  • 14 Selon l'enquête de Burnett &Farrel (1994 : 53), "presque les trois quart des surveillants qualifia (...)

56En résumé, nos entretiens avec les membres du personnel nous ont donné la claire impression que la discrimination raciste envers les détenus appartenant à des minorités ethniques, raciales ou religieuses avait la plupart du temps diminué en fréquence mais qu'elle continuait à exister dans certaines conversations privées ou qu'elle pouvait refaire surface à l'occasion d'une rencontre ponctuelle entre un surveillant et un détenu14. Il existait un sentiment fort que le racisme était quelque chose de pratiquement inévitable en prison mais que relativement peu de surveillants n'avaient pas suffisamment de professionnalisme pour en contrôler l'expression. Les programmes de formation et de contrôle semblent avoir développé une nouvelle sensibilité parmi les membres les plus jeunes du personnel, en particulier en ce qui concerne la question de la diversité. Néanmoins, certaines accusations persistaient : les détenus seraient susceptibles d'agir de façon raciste et certains membres des minorités ethniques "joueraient la carte de la race" afin d'en retirer des bénéfices. Cette dernière accusation pourrait être interprétée comme l'expression type d'un préjugé.

III. Points de vue des Musulmans à propos de l'appartenance ethnique, de la religion et du racisme

57La question que nous souhaitons aborder maintenant est la suivante : les détenus que nous avons interrogés dans leurs prisons anglaises ou galloises partagent-ils les points de vue du personnel carcéral ? Au contraire, leur perception des relations raciales et de leur traitement en tant que membres d'une minorité ethnique et/ou religieuse est–elle très différente ? D'autres chercheurs ont affirmé que les perceptions des détenus appartenant à des minorités ethniques en matière de relations raciales sont assez différentes de celles de leurs homologues blancs ou encore de celles des surveillants (Burnett & Farrell, 1994 ; NACRO, 2000). L'enquête NACRO a aussi mis en évidence que les surveillants noirs avaient moins d'opinions positives en ce qui concerne l'état des relations entre surveillants et détenus que leurs collègues blancs.

58En premier lieu, plusieurs prisonniers qui étaient incarcérés depuis longtemps ont reconnu que des améliorations avaient eu lieu. Par exemple, "les matons ont changé, en mieux" (Prison 1, Prisonnier 2). Un petit nombre de détenus ont simplement répondu "non" lorsqu'on leur a demandé si des surveillants avaient eu un comportement raciste envers eux. Certains détenus nous ont également rapporté qu'ils avaient compris que les sanctions consécutives à tout comportement raciste avaient été relevées et que des surveillants avaient été effectivement punis pour avoir, par exemple, enfreint les règles relatives aux propos racistes. Voici ce qu'ont rapporté deux détenus de la Prison 3, "il y a deux ans, un surveillant m'a traité de quelque chose comme "sale nègre" ; il a été transféré" (Prisonnier 15) ; et "en ce qui concerne le racisme, certains surveillants ont certainement raconté des choses derrière mon dos ; l'un d'eux a été viré" (Prisonnier 14). Ceci peut en partie expliquer la confiance affichée par un des détenus de la Prison 1 : "il n'y a pas de racisme formel, ces temps-là sont révolus" (Prisonnier 7). Le langage raciste n'est pas le seul domaine dans lequel des améliorations ont été signalées. La discrimination injuste avait également baissé en ce qui concerne les pratiques relatives au recrutement des détenus afin de pourvoir les postes disponibles. Par exemple, voici ce que relate un détenu : "Il y a deux ans, un Asiatique n'aurait pas pu avoir le boulot que j'ai aujourd'hui" (Prison 1, Prisonnier 19) ; en outre, l'imam de la Prison 2 a affirmé ceci : "je dois faire l'éloge de cette prison... le directeur a mis à pied des membres du personnel, même des cadres, pour motif de discrimination raciale".

59D'un autre côté, de nombreux détenus s'accordaient pour dire que le racisme se manifestait dorénavant de façon plus subtile : "Ils ne vont jamais vous dire quoi que ce soit en face" (Prison 1, Prisonnier 4) ; "Je sais que c'est là. Il y en a une bonne dose qui est dissimulée mais vous pouvez le voir sous la surface" (Prison 1, Prisonnier 2) ; ou encore "il y a du racisme partout. Tout ça, c'est des racistes. Les matons sont racistes. Ils vous parlent tout gentiment mais par derrière ils disent des choses qui montrent qu'ils ne nous aiment pas" (Prison 2, Prisonnier 12). Ces soupçons relatifs à une forme de racisme latent ou indirect doivent être mis en parallèle avec le fait que peu des détenus interrogés nous ont signalé avoir été les témoins d'incidents de discrimation raciale ou d'injures racistes. Nous avons recueilli de nombreuses allégations de discrimination émanant de 25 % des détenus interrogés. Il était assez courant pour les détenus de faire des déclarations du type "A mon avis, les Asiatiques ne sont pas traités comme les autres, on leur manque de respect et on ne les prend pas au sérieux. J'ai entendu d'autres personnes dire ça et, de mon point de vue, c'est vrai" (Prison 1, Prisonnier 23). Un détenu de la Prison 2 qui avait affirmé être capable de "sentir" le racisme a apporté un éclairage intéressant sur le thème du racisme que l'on soupçonne mais qui demeure invisible : "Non, je n'ai pas été témoin [d'un quelconque incident de discrimination raciale]. J'en ai entendu parler parce que les détenus discutent de ça, mais je n'ai évidemment rien constaté de tel. Les gens qui disent ce genre de choses, ils ont un problème de toute façon parce que c'est toujours à eux qu'il arrive des choses ; pour eux, il y a du racisme partout. Certaines personnes l'affirment un peu trop souvent" (Prison 2, Prisonnier 16). Il est également intéressant de faire remarquer que les détenus avaient tendance à relater davantage d'incidents racistes qui se seraient produits dans la prison où ils se trouvaient précédemment que dans l'établissement où nous les avons interrogés.

60Néanmoins, les détenus ont largement confirmé les propos des surveillants de prison qui avaient affirmé que les plaisanteries et autres taquineries avec un parfum de racisme étaient monnaie courante lorsqu'ils discutaient entre eux, et que ces plaisanteries étaient toujours aussi peu appréciées. En voici un exemple : "Les surveillants m'ont traitée de Paki assez souvent. L'un me disait "pas de sport pour les Pakis, pas d'associations pour les Pakis, seulement pour les Blancs". Il plaisantait mais je ne l'ai pas pris comme une plaisanterie (Prison 1, Prisonnier 10). D'autres détenus répondaient du "tac au tac" quand ils étaient la cible de taquineries racistes ; à titre d'exemple, citons cette perle d'un détenu asiatique : "Tous les surveillants avaient l'habitude de m'appeler "le magasin du coin" en blaguant et moi je leur répondais "enfoiré de sandwich au bacon"" (Prison 2, Prisonnier 10).

61En dépit d'une certaine convergence entre les récits des surveillants et ceux des détenus, convergence évoquant une amélioration des relations raciales, il persiste des différences marquées entre leurs approches. Chez certains détenus, le sentiment d'être victime d'un puissant racisme demeure très fort. C'est le cas dans les propos qui suivent : "Je crois fermement qu'il y a du racisme en prison. Les Blancs n'aiment pas les personnes d'une autre nationalité. Beaucoup d'entre eux, la majorité, sont racistes. On ne voit pas les Noirs travailler dans les ateliers principaux. Je me suis renseigné. Les Noirs gagnent une misère et ont les sales boulots, comme par exemple dans les cuisines" (Prison 2, Prisonnier 1). D'autres détenus de la même prison ont rapporté divers incidents. Par exemple : "J'ai essayé d'être libéré sur parole. Ils m'ont dit "d'aller me faire foutre" sans raison. Je pense que c'était parce que j'étais pakistanais" (Prison 1, Prisonnier 21). Et aussi "il m'a injurié en me disant "va te faire foutre" alors qu'il y avait un gorah juste à côté et il lui a parlé très poliment" (Prison 1, Prisonnier 12). Un détenu chypriote turc a même mis au point son propre test : il s'est mis d'accord avec un détenu blanc pour qu'ils soumettent tous les deux la même demande à une surveillante. La sienne a été rejetée alors que celle du détenu blanc a été acceptée : "Je suis allé voir une surveillante. Elle m'a dit que c'était trop tard et je lui ai répondu que c'était ok. Je suis retourné à ma cellule et j'ai demandé au détenu anglais qui partageait ma cellule de remplir une fausse demande et je lui ai dit d'aller trouver la surveillante en question ; elle a accepté sa demande. Je l'ai interpellée et elle a nié avoir des préjugés raciaux. Mais c'était clairement le cas. Ils chopent les Musulmans pour des bricoles ; ils sont beaucoup plus durs avec les Musulmans et les Noirs" (Prison 3, Prisonnier 17).

  • 15 Ceci correspond aux conclusions de l'enquête d'Edgar 1Martin, 2004 : 20-3 à propos du sentiment ré (...)

62La discrimination peut se manifester sous différentes formes. Selon le Head of Regimes and Resettlement Programmes (cadre qui s'occupe notamment des questions de réinsertion) de la Prison 3, les statistiques montrent que les détenus issus des minorités ethniques ont moins de chance d'être acceptés dans un programme de réinsertion et, s'ils sont acceptés, ils ont davantage de chance d'être renvoyés de ce même programme. Beaucoup des détenus de nos échantillons ont affirmé être victimes de préjugés tenaces, ce qui pouvait se traduire par un refus de donner suite à des demandes d'emploi ou de formations15. Il y a également eu des allégations selon lesquelles les surveillants rejetaient parfois les demandes des détenus pour assister aux prières du vendredi ou pour obtenir des livres ou des objets religieux en raison de préjugés anti-Musulmans. En voici deux exemples :

"C'est une forme sournoise de discrimination. Par exemple, je n'ai pas pu avoir des cassettes sur l'Islam ; il faut passer par un fournisseur agréé pour obtenir certaines des choses que vous voulez. Je sais pourquoi ils font tarder les choses. J'ai déjà connu cette attitude dans [une autre prison] : "tu n'auras rien ; on n'aime pas les Pakis"" (Prison 3, Prisonnier 5). "Les détenus et, dans certains cas les surveillants ont des préjugés. Il y a de bons surveillants ici mais, c'est un fait, il existe du racisme. Ça se perçoit dans la façon dont on est traité, dans l'attitude et le comportement. Vous pouvez le sentir. Pourquoi est-ce que l'on vous traite différemment ? Vous, vous attendez certaines choses depuis trois mois et, en fin de compte, c'est un autre qui parvient à obtenir les mêmes choses plus rapidement que vous. Bien entendu, vous vous posez la question : "elle est où, la différence ?". La seule différence, c'est la religion et la couleur de peau" (Prison 3, Prisonnier 8).

63Bien que de nombreux détenus aient reconnu qu'ils n'étaient plus, par rapport à ce qui se produisait dans le passé, les victimes d'un racisme patent, tant en actes qu'en paroles, nous avons recueilli un très grand nombre d'exemples d'une expression plus subtile du racisme. Par exemple, un détenu n'avait pas réussi à obtenir des patches à la nicotine auprès du médecin de la prison malgré des demandes répétées alors que "beaucoup d'Anglais en obtenaient" (Prison 3, Prisonnier 4). Un autre détenu asiatique s'est vu refuser l'autorisation d'assister aux funérailles de sa mère alors que "les Blancs ont le droit d'aller à l'église et aux funérailles" (Prison 1, Prisonnier 7) ; il aurait apparemment appris de la bouche d'un surveillant que sa demande aurait été refusée en raison des émeutes de Bradford et Oldham. Les allégations de discrimination portaient sut toutes sortes de choses, y compris la musique : "Dans [une certaine] aile, il y avait un groupe de détenus noirs. Les surveillants n'aimaient pas trop avoir trop de détenus noirs dans la même aile. Certains Blancs mettent leur musique à fond et ça ne dérange pas les surveillants ; quand des Noirs mettent du reggae, ils nous disent de baisser. Un des Noirs a été transféré ; ils l'avaient repéré ; ils ont transféré trois ou quatre Noirs" (Prison 3, Prisonnier 11).

  • 16 Pas une seule des 20 détenues avec lesquelles nous nous sommes entretenus dans les prisons pour fe (...)
  • 17 Depuis la fin de nos entretiens, les Board of Visitors ont été renommés "Independent monitoring Gr (...)

64Il faut préciser que toutes les personnes que nous avons interrogées ne partageaient pas les mêmes idées, mais nous avons rencontré peu de détenus qui niaient qu'il existait du racisme, des préjugés et de la discrimination envers les Musulmans. Il était en fait assez courant pour eux de se borner à exprimer un sentiment de résignation à propos du caractère inévitable de la discrimination qu'ils ressentaient. Ceci était, dans certains cas, associé à une volonté de "se tenir à carreau", de "faire leur temps en taule" puis d'être libéré en ayant perdu la plus petite part possible d'estime de soi. Cela est peut-être aussi lié au fait que seulement 29 % des détenus hommes de nos échantillons nous ont dit savoir qui était leur RRLO16. En outre, une proportion similaire d'entre eux ont nié avoir reçu une quelconque information à propos des questions de relations raciales et des procédures à appliquer, le cas échéant, lorqu'ils sont arrivés en prison. Il n'est alors pas surprenant de constater que très peu d'entre eux nous ont dit avoir signalé un incident raciste ou un autre fait lié à de la discrimination que ce soit à leur RRLO, au directeur ou au Board of Visitors (Conseil des Visiteurs de Prison)17. Ceux qui avaient signalé de tels faits avaient pour la plupart retiré un sentiment de découragement de leur expérience ; il nous faut toutefois ajouter que nous n'avons aucun moyen de vérifier la véracité des récits qui nous ont été faits, récits dont certains sont plus complexes encore que le suivant :

"J'ai eu un problème avec plusieurs surveillants. Un surveillant avait l'habitude de s'en prendre aux Noirs. On m'a pincé parce qu j'avais dit "ne lui adresse pas la parole, il couvre les autres". On m'a dit que je racontais aux autres détenus que le personnel était raciste. On m'a jugé et je n'ai pas reçu l'appui ni du RRLO ni du Surveillant en Chef. J'ai fait appel au médiateur et il a étudié ma plainte. Je traîne derrière moi une longue histoire de problèmes avec des plaintes falsifiées. Je suis allé en justice et j'ai obtenu gain de cause ; un jugement a été annulé. Ils ont essayé de me pincer il y a quelques mois. J'étais en train de travailler dans les ateliers... ils chipotaient sur l'argent. J'ai été condamné pour ne pas avoir travaillé ; j'avais dit que je ne voulais pas travailler parce que le salaire était fixe et ils m'ont inculpé parce que j'incitais les autres détenus à ne pas travailler. On m'a accusé à tort et le jugement a été annulé" (Prison 3, Prisonnier 14).

65Les accusations relatives à des refus de prendre des plaintes au sérieux pouvaient prendre la forme suivante : "J'ai porté plainte pour discrimination raciale et je n'ai jamais reçu de réponse" (Prison 2, Prisonnier 17). D'autres émettaient l'hypothèse que de telles plaintes n'étaient tout bonnement pas retenues : "ils ne les prennent pas au sérieux ; dès qu'on a déposé plainte, ça part direct à la poubelle" (Prison 2, Prisonnier 20). Certains détenus semblaient craindre une sanction potentielle et douter que leur plainte soit examinée de façon impartiale : "En résumé, si tu ne veux pas être transféré, ne te plains pas. Si tu veux qu'on te transfère, dépose une plainte pour racisme" (Prison 3, Prisonnier 1). Il n'est alors guère étonnant qu'un des détenus ait conclu, sur un ton cynique : "Vous ne pouvez pas vous plaindre en prison. Mon credo, c'est : je ne me plains pas" (Prison 1, Prisonnier 3).

66Nous avons déjà mentionné le "racisme inversé" évoqué par certains surveillants dans le cadre d'un prétendu empressement du Prison Service de vouloir faire trop de concessions aux minorités ethniques. Il n'est pas étonnant qu'aucun détenu ne se soit fait l'écho de ce point de vue. Mais cette opinion était néanmoins partagée par un aumônier adjoint de la Prison 2 : "Les Chrétiens ont l'impression que c'est plus dur pour eux que pour les Musulmans parce que le gouvernement soutient davantage les minorités ethniques que les groupes de blancs". Beckford & Gilliat (1998) ont rapporté des sentiments similaires d'amertume chez plusieurs aumôniers interrogés vers le milieu des années 1990. Par contraste, aucun des trois imams que nous avons interrogés n'a signalé un quelconque signe de "racisme inversé". Sans utiliser l'expression "racisme institutionnel", deux d'entre eux nous ont dit qu'ils avaient été systématiquement désavantagés et marginalisés. L'étude de Spalek & Wilson (2001 : 8) portant sur neuf imams comportait des allégations plus graves. Ils avançaient l'idée suivante : "il se peut que le racisme manifeste et un sentiment anti-Musulman soient des traits répandus dans un environnement pénal". Nous évoquerons à nouveau ce point dans le Chapitre 7.

67En raison de l'époque où a eu lieu notre enquête, nous avons eu la possibilité d'enquêter afin de savoir si les attentats du 11 septembre 2001 sur New York et le Pentagone avaient eu un impact sur la façon dont étaient traités les détenus Musulmans. Les détenus comme les surveillants ont signalé qu'il y avait eu une vague de réactions négatives immédiatement après ces attentats, comme si tous les Musulmans étaient tenus pour responsables :

"Après le 11 septembre [tous les surveillants] ont changé. On pouvait voir qu'ils étaient choqués et ils voulaient vous le faire payer. Les détenus comme les surveillants vous disaient : "vous êtes tous pareils" (c'est-à-dire vous, les Musulmans)" (Prison 3, Prisonnier 10). "J'étais à Armley le 11 septembre. On a eu droit à toutes sortes de commentaires grossiers ; les matons ont commencé à m'appeler "Bin Laden" ou des trucs du même genre et, quand je passais devant eux, ils lançaient "Voilà Bin Laden" et "ils viennent de commencer à attaquer" (Prison 3, Prisonnier 18).

68Les détenus ont clairement dénoncé le rôle des mass media dans ce retour de manivelle dirigé contre les Musulmans : "J'ai le sentiment que c'est la couverture médiatique très négative de l'événement qui a été à l'origine du mauvais comportement [d'un surveillant envers moi]. L'atmosphère était très tendue. J'ai dit : "Je suis Musulman et je suis du côté des Musulmans". Le surveillant a été très choqué, même les types blancs ; tout le monde l'était. Ils s'attendaient à la Troisième Guerre Mondiale" (Prison 3, Prisonnier 11). Néanmoins, détenus et surveillants s'accordent pour dire que les réactions initiales à ces événements furent de courte durée et qu'il n'y a pas eu de répercussions à long terme quant aux relations entre les gardiens et les prisonniers

IV. Racisme au sein des prisons françaises

69Dans la mesure où le concept de "minorité" – qu'elle soit raciale, ethnique ou religieuse – tient relativement peu de place que ce soit dans la Constitution française ou le système de lois, le dispositif officiel pour répondre au racisme ou aux atteintes à la religion consiste à invoquer deux principes généraux. Le premier est le suivant : tous les citoyens de la République sont égaux aux yeux de la loi et, par conséquent, il n'y a pas lieu de tenir compte ni de l'appartenance ethnique ni des différences religieuses dans le cadre de la sphère publique. L'accent est davantage mis sur la nécessité de préserver l'unité et la solidarité de la République, laquelle devant être "une et indivisible". Le second principe est que la notion de "discrimination" est adéquate en tant que moyen d'identifier toutes les actions ou structures jugées illégales parce qu'elles traitent leurs victimes différemment et de façon arbitraire par rapport aux autres personnes. Cette insistance sur à la fois la valeur positive de l'égalité et la valeur négative de la discrimination est à la base des lois françaises depuis le 1er juillet 1972, date à laquelle il a été pour la première fois déclaré illégal de faire preuve de discrimination dans l'offre de biens, de services et d'emplois. Le racisme et les atteintes à la religion sont des éléments rattachés à la discrimination dans le cadre des lois françaises et de l'administration. Ceci pare au besoin de lois spécifiques pour les minorités et a également pour conséquence qu'il est difficile, voire inutile pour les organisations de la sphère publique de recueillir des renseignements sur la "race", l'appartenance ethnique ou la religion. Le principe de laïcité – ou laïcisme républicain – tel que nous l'avons présenté dans le chapitre 3 vient renforcer l'idée selon laquelle la prise en compte des minorités en tant que source de valeurs, croyances ou identités spécifiques n'a pas de raison d'être dans le domaine public. Toutefois, la loi française protège le droit de chaque citoyen à pratiquer la religion de son choix dans le cadre de sa vie privée.

  • 18 Le Président Chirac avait commandé en juillet 2003 un rapport sur la laïcité auprès d'un comité de (...)

70Le cadre administratif et législatif visant à combattre le racisme de façon indirecte est très développé ; parmi les textes figure le premier article de la constitution de 1958 qui stipule que "la France assure l'égalité de tous les citoyens devant la loi sans distinction d'origine, de race ou de religion". A titre d'exemple, la réponse législative de novembre 2001 à la Directive de l'Union Européenne sur l'Égalité de Traitement fut la mise en place d'une nouvelle loi qui interdisait la discrimination pour différents motifs parmi lesquels l'appartenance ethnique, la "race" et la religion. Le Code Pénal et les autres Codes dressent également l'échelle des sanctions pour les actes discriminatoires mais la France ne s'est toujours pas dotée d'une agence centrale destinée à surveiller toutes les formes de discriminations religieuse et ethniques et à mener des enquêtes. En outre, la loi n'accorde pas de droits spécifiques que ce soit aux minorités religieuses, ethniques ou même linguistiques. Qui plus est, la Commission Stasi sur la Laïcité18 a recommandé en décembre 2003 que soit votée une nouvelle loi afin d'interdire le port ostentatoire de symbole religieux dans les institutions de l'État comme les écoles, les hôpitaux et les bureaux d'aide sociale. Si une telle loi était votée, cela constituerait un nouveau refus des autorités françaises de reconnaître que certaines minorités éprouvent le besoin de symboliser leur identité religieuse au sein de la sphère publique. Il est certes vrai que le gouvernement français a mis sur pied le Haut Conseil à l'Intégration et qu'il a encouragé la création en 2003 de Conseils Français du Culte Musulman au niveau national et régional mais le rôle de ces organismes est en grande partie consultatif et il est par conséquent peu probable qu'ils puissent changer quoi que ce soit dans la façon dont les doléances des minorités sont prises en compte au sein des tribunaux et dans des institutions publiques comme les prisons. L'objectif est clair : il s'agit de renforcer l'unité nationale, d'en faire la priorité, en intégrant tous les citoyens et ceux qui sont appelés à le devenir au sein de la République indivisible sans faire aucune "concession" vis-à-vis des demandes des "minorités" pour que soient prises en compte leurs différences culturelles et sociales.

71Les débats sur le racisme sont nombreux en France, en particulier en réaction aux succès enregistrés par le Front National lors d'élections nationales ou locales. Néanmoins, il n'existe pas véritablement de statistiques officielles sur les "races", les minorités ethniques ni même la religion, ce qui alimente l'alarmisme et la xénophobie de certains groupes de personnes au sein de la population. Le fait que les quelques données statistiques qui sont disponibles concernent principalement les étrangers a pour conséquence d'aggraver la situation, ce qui nourrit l'inquiétude publique face à l'immigration. Dans la mesure où les quatre ou cinq millions de Musulmans présents en France sont, dans leur immense majorité, d'origine nord-africaine, y compris ceux qui sont nés en France et qui jouissent de la nationalité française, il est difficile d'obtenir des estimations fiables quant au degré de la discrimination illégale dont sont victimes les Musulmans. Néanmoins, un rapport faisant autorité sur la "situation des Musulmans en France" (Amiraux, 2002 : 80) affirmait que la France avait "hérité d'attitudes ambivalentes envers les Musulmans en particulier de la part des autorités publiques, attitudes qui se nourrissent, tout en les renforçant, d'un mépris et d'une méfiance plus large envers l'Islam et d'une haine à l'encontre des Arabes en général et des Nord-Africains en particulier". Ce même rapport résume les conclusions de nombreux sondages d'opinion réalisé en France, sondages qui témoignent d'un niveau relativement élevé d'attitudes racistes et xénophobes même si l'ampleur de la défiance vis-à-vis de l'Islam semble avoir baissé entre 1994 et les événements qui ont suivi le 11 septembre 2001.

  • 19 En 1989 et 1995, de nombreuses filles portant un foulard islamique ont été exclues des écoles publ (...)
  • 20 Voir Loch (1995) ; Khosrokhavar (1997).

72En France, le racisme a principalement pour cible les "Arabes", c'est-à-dire les personnes qui sont dans leur grande majorité d'origine nord-africaine. L'Islam, en tant que tel, est peu à peu devenu à son tour une cible importante du racisme. Mais depuis les "affaires du foulard"19 d'abord durant les années 1990 puis à nouveau en 2003 et aussi depuis les actes de "terrorisme islamique" en 1995, actes impliquant certains jeunes issus des banlieues défavorisées qui avaient rejoint les rangs du GIA (Groupe Islamique Armé), les soupçons à l'encontre de l'Islam n'ont fait que s'accroître20. Nous en fournirons la preuve à la fin de cette partie. Néanmoins, le racisme, même quand il est dirigé contre les Musulmans, est d'abord principalement dirigé contre les "Arabes". Les Turcs et les Musulmans originaires d'Afrique Noire sont beaucoup moins fréquemment les cibles d'un racisme qui assimile les Musulmans soit à des terroristes soit à des intégristes. Dans les prisons où nous avons enquêté, les habitants originaires d'Afrique du Nord des banlieues défavorisées sont perçus comme des personnes à problèmes. Même les surveillants de prison ainsi que d'autres personnes qui ont des rapports avec elles dans le contexte carcéral déclarent qu'elles peuvent poser des problèmes en raison de leur agressivité et de leur manque de respect vis-à-vis des autres. C'est la raison pour laquelle l'étude du racisme envers les Musulmans est essentiellement centrée sur les attitudes discriminatoires à l'encontre des jeunes des cités.

73Le racisme au sein des prisons françaises a fait l'objet de très peu de rapports officiels mais il a été abordé dans un chapitre traitant de la violence en prison du rapport de Jean-Jacques Hyest et Guy-Pierre Cabanel (2001) intitulé "Combattre le racisme et la xénophobie : 2000". Ce rapport publié par la Commission Consultative Nationale des Droits de l'Homme fait la distinction entre la violence entre détenus, le racisme de la part des détenus envers les surveillants et le racisme des surveillants à l'encontre des détenus. D'autres distinctions sont faites entre les différents types de violence entre détenus (par exemple le viol, le racket, et les règlements de comptes) et dans le cadre de la violence exercée par les surveillants sur les détenus, violence qui, selon les auteurs, est très rare. Il n'en demeure pas moins que des sanctions disciplinaires ont été prises à l'encontre de 260 personnes appartenant au personnel carcéral sur un total de 23 000.

74Le rapport donne une image détaillée des différents types de détenus et de leurs problèmes spécifiques ainsi que des insuffisances de l'administration pénitentiaire : manque de personnel, manque d'espace, mauvaises conditions sanitaires et autres imperfections du milieu carcéral. Le rapport de 700 pages analyse le problème des juges qui travaillent en prison (beaucoup d'entre eux seraient soit-disant "indifférents" aux mauvaises conditions de vie des prisonniers), les conditions de travail difficiles en prison, les problèmes relatifs aux détenus souffrant de déficiences mentales ou ceux des personnes atteintes d'une maladie mortelle, les questions des alternatives potentielles aux courtes peines d'emprisonnement ainsi que l'inefficacité de la surveillance que ce soit à l'intérieur des prisons ou des cellules. Il propose des solutions à long terme et à court terme pour ces problèmes et pour les difficultés qui émergent des relations entre les directeurs de prison et la magistrature. Le rapport aborde ces problèmes et encore bien d'autres avec minutie mais, curieusement, le racisme sous ses différentes formes concrètes semble être ignoré. Le racisme dirigé contre les Arabes, l'Islam, les Juifs ou les Noirs disparaît pratiquement.

75Toutefois, notre étude montre qu'il existe des types spécifiques de racisme liés à l'appartenance ethnique ou à la religion des détenus. Si le rapport Hyest-Cabanel, bien qu'il soit minutieux et instructif par d'autres aspects, écarte ou ignore les signes de racisme au sein des prisons, c'est principalement dû au fait que la culture institutionnelle dominante en France est aveugle vis-à-vis de toute forme spécifique de racisme dirigée à l'encontre des expressions des "particularismes". La reconnaissance de l'antisémitisme est de plus en plus répandue et, parmi les formes de racisme dirigées contre un "particularisme", l'antisémitisme est le seul à être officiellement reconnu. Les autres formes de racisme – beaucoup d'entre elles se résument à de l'islamophobie ou à un racisme envers les minorités – sont tout simplement ignorées. Les éléments que nous avons recueillis lors de nos entretiens font apparaître un énorme fossé entre le racisme tel qu'il existe dans le milieu carcéral réel et l'impression donnée par le rapport. Nos données nous amènent à nous interroger sur la façon dont le racisme est traité en prison dans la mesure où à la fois les expériences vécues par les détenus et leurs sentiments sont tout bonnement ignorés au nom de la laïcité et d'un modèle spécifique de citoyenneté.

76Le rapport de la Commission de réflexion sur l'application du principe de laïcité dans la République dirigée par Bernard Stasi (2003) a davantage fait parler de lui à travers le monde, envisageait le racisme et la xénophobie dans le contexte du principe de la laïcité. Il s'est penché sur les problèmes de racisme et de xénophobie en soulignant, par exemple, que les actes ouvertement hostiles à l'encontre des Musulmans : "... qui peuvent aller jusqu'à des profanations de tombes et des violences physiques traduisent une forme de haine contre l'Islam. Ce racisme à l'encontre des Musulmans vient relayer les actes de racisme anti–maghrébin connu jusqu'alors. Dans le regard de certains, les personnes d'origine étrangère, qu'elles soient maghrébines ou turques notamment, sont renvoyées et réduites à une identité religieuse supposée, faisant l'impasse sur toutes les autres dimensions de leur appartenance culturelle. Cet amalgame se double d'une assimilation entre Islam et radicalisme politico–religieux, oubliant ainsi que la grande majorité des Musulmans confesse une foi et une croyance parfaitement compatibles avec les lois de la République" (3.3.3.2).

77Un paragraphe du rapport Stasi évoque les prisons dans ces termes : "Dans les prisons, chaque détenu doit pouvoir profiter d'une assistance spirituelle. La liberté de culte, conformément à la loi de 1905, y est particulièrement protégée : les pratiques religieuses y sont prises en compte dans la mesure du possible et la présence d'aumôniers indemnisés et agréés y joue un rôle non-négligeable. La commission, inquiète des pressions, voire des actes de prosélytisme, tant vis-à-vis des détenus que de leurs familles, considère qu'il est essentiel que les espaces collectifs soient préservés de toute appropriation communautaire. Elle forme le souhait que soient recrutés des aumôniers musulmans" (4.2.2.4).

78Le communautarisme semble être l'inquiétude la plus grande de la Commission. Le fait que les prisons françaises emploient un si petit nombre d'aumôniers musulmans est une considération secondaire. Bien qu'actuellement, dans de nombreuses prisons, le nombre de détenus catholiques au sein des prisons soit probablement inférieur à celui des Musulmans, on continue à dénombrer environ 500 aumôniers catholiques contre moins de 70 aumôniers musulmans.

79Certains surveillants français ont également été victimes de racisme au sein de la société. L'un d'entre eux nous a expliqué qu'il n'avait rejoint l'Administration Pénitentiaire que parce qu'il n'avait pas pu faire une carrière juridique alors qu'il avait les qualifications requises. Il avait émis l'hypothèse que ses chances d'être accepté au sein de l'Administration Pénitentiaires seraient plus grandes car le recrutement avait lieu sur la base d'un concours anonyme. Pourtant, en tant que l'un des rares surveillants de prison d'origine étrangère, il a rencontré une forme de racisme institutionnel en prison, racisme qui prenait la forme de doutes latents quant à sa capacité à effectuer correctement son travail. L'aumônier musulman de la Prison C a lui aussi déclaré qu'il avait été victime de racisme de la part de ses collègues et d'autres catégories de personnel.

80Néanmoins, très peu de surveillants, indépendamment de leur origine ethnique ou de leur religion, ont exprimé explicitement un racisme à l'encontre des détenus musulmans. Au contraire, ils nous ont donné l'impression que, pour eux, le racisme était quelque chose dont faisaient seulement preuve les personnes appartenant à une catégorie inférieure envers les catégories supérieures. Ils préféraient par conséquent s'exprimer à propos des insultes et autres incivilités dont ils étaient victimes de la part des jeunes Musulmans issus des banlieues défavorisées. Le terme "racisme" a rarement été employé mais les sentiments exprimés s'apparentaient à des préjugés ethniques, préjugés portant principalement sur les banlieusards indisciplinés. A titre d'exemple, voici les reproches qu'a formulé un des Directeurs de la Sécurité à leur encontre :

"Il n'y a pratiquement que des Arabes ici. Il n'y a plus aucun respect pour l'autorité, que ce soit envers leurs pères ou leurs frères aînés... Ces lascars n'ont que des insultes à la bouche. Je suis désolé, mais les Robeux [Arabes en verlan] sont ok quand ils sont seuls mais, dès qu'ils sont en groupe, ça commence. Quand ils sont quatre ou cinq, ils changent du tout au tout.
Vous savez ce qu'on entend ici pendant la nuit ? Des insultes et des disputes... Ils qualifient les surveillants de "fils de pute, trou du cul, bâtard, sale race, connard" et c'est très dur de supporter ça jour et nuit. Certains d'entre eux sont gentils mais on ne peut pas leur faire confiance".

81Il a ajouté que ces jeunes banlieusards cherchaient toujours la confrontation et une occasion de désobéir aux ordres.

V. L'expérience du racisme vécue par les détenus français

82Si l'on met de côté les quatre cas exceptionnels que nous examinerons ensuite, tous les détenus ont évoqué le racisme au sein de la société française dans son ensemble. Racisme dirigé contre les étrangers en général et les maghrébins en particulier (que ces derniers soient ou non des citoyens français), y compris le racisme émanant des surveillants et celui qui existe entre les détenus.

83Dans le premier des quatre cas exceptionnels, un détenu de 33 ans provenant de la Côté d'Ivoire n'a pas nié l'existence du racisme mais il n'estimait pas que le racisme existant en prison eût quoi que ce soit de spécifique. Il a déclaré : "Non, c'est comme dehors. Je ne pense pas qu'il y ait une forme de racisme [différente de celle qui existe à l'extérieur]". Un autre détenu qui avait atteint le niveau des études universitaires durant ses fréquentes incarcérations, ne pensait pas que le racisme était quelque chose de particulier à la prison mais qu'il s'agissait d'une question d'individus :

"Le racisme n'est pas lié à la prison mais aux individus. Ici, dans la Prison A, il ne relève pas d'une politique explicite, il n'est pas avéré ou flagrant ; mais le racisme existe. Il dépend du niveau de culture des étrangers. Le racisme naît d'une mauvaise compréhension mutuelle qui débouche sur de l'agressivité et des conflits".

84Amali, un Algérien de 51 ans, n'était pas un cas typique parmi les détenus Musulmans. D'autres ont une approche du racisme qui relève d'une sorte de marxisme simplifié. Yacine, un détenu français d'origine algérienne et âgé de 32 ans, tenait le raisonnement suivant : "Le racisme est quelque chose qui existe plutôt entre les riches et les pauvres, sinon, il n'y a pas vraiment de racisme [au sein de la Prison A]". Pour Habib, le racisme est le fruit de l'attitude insolente des "Arabes" des banlieues défavorisées qui dépassent les bornes et se conduisent de façon irrespectueuse envers les surveillants. Le racisme est, de son point de vue, la conséquence tout à fait compréhensible de l'arrogance des habitants des quartiers défavorisés même si, de son propre aveu, ils n'ennuient pas les autres si ces derniers ne les ennuient pas.

85Habib n'avait pas lui même fait l'expérience du racisme même s'il était convaincu qu'il existait au sein de la prison :

"Je ne dis pas que [le racisme] n'existe pas mais je ne l'ai personnellement pas rencontré. Ici, il ne fait aucun doute qu'il y en ait parmi les surveillants. Beaucoup d'entre eux me disent bonjour. Mais il y a des jeunes issus des banlieues défavorisées qui vont trop loin. Les jeunes ont la haine et ils l'expriment ; ils récoltent ce qu'ils ont semé. Mais si on les fait pas chier, ils ne font pas chier les autres. Mais certains jeunes dépassent les bornes. Bon, le racisme est présent dans la société mais ce n'est pas grave ; la haine est toujours là. Ici, il y a un grand nombre de personnes différentes ; il y a de nombreuses nationalités même si ce sont les Arabes ou les Noirs qui rencontrent les problèmes les plus importants"

86Ces quatre détenus, en raison de la spécificité de leur situation, n'étaient pas aussi sensibles au racisme que la grande majorité des détenus qui, eux, le dénonçaient. L'un de ces quatre détenus, Amali, était reconnu en prison en tant qu'intellectuel possédant des diplômes universitaires (il était responsable de la bibliothèque de la prison) ; Yacine avait quant à lui et selon ses propres termes un caractère "diplomate" et souffrait bien davantage des mauvais traitements proprement dit que du fait d'être emprisonné ; le troisième, M.P., était un détenu noir originaire de Côte d'Ivoire et avait probablement souffert du racisme autant à l'extérieur qu'à l'intérieur de la prison. Il ne niait pas l'existence du racisme au sein des prisons ; il affirmait simplement que ce racisme n'était pas différent de celui que l'on trouvait à l'extérieur. Habib était en bons termes avec les surveillants qui le saluait dans sa cellule ; quant à sa vision du racisme, il pensait que c'était l'interaction entre les surveillants et les jeunes des banlieues qui lui donnait naissance. Selon lui, cela était dû au fait que ces derniers n'étaient pas respectueux et que les premiers "les faisaient chier". Les autres détenus, quand ils évoquaient le racisme, se référaient à des expériences concrètes qu'ils avaient vécues avec la justice (des juges ou d'autres acteurs de la justice), avec la police, avec l'administration pénitentiaire (les surveillants) ou avec d'autres détenus.

87En ce qui concerne la justice ou les surveillants, leurs expériences étaient toujours placées dans un contexte : les détenus évoquaient l'injustice, les différences entre Arabes et non-Arabes et les différences de traitement entre les personnes par la justice en fonction de leur origine ethnique. Ils évoquaient simultanément leur propre impatience et parfois également leurs propres réactions qui ne faisaient qu'accroître leurs chances d'être condamnés à une peine plus lourde du fait de leur propre attitude. Selon Kamel, un français d'origine maghrébine :

"Je me suis souvent retrouvé en prison et je connais très bien le système judiciaire ; je pète vite les plombs à cause de ceux qui portent un uniforme, leur façon de parler et tout et tout. Je ne peux pas les supporter. L'un d'eux, un surveillant de merde, m'a dit par exemple : "Lève-toi, tu te prends pour qui, sale bougnoule ?" Ils ont fait de ma vie un enfer. Ils m'ont traité de "sale bicot, sale race, et m'ont dit : "Retourne dans ton pays". C'est exactement ça, c'est ce qu'ils m'ont dit. C'est du racisme. C'est ce qu'ils m'ont dit au commissariat de Roubaix. J'étais furieux contre ce policier raciste. Il y avait un policier arabe [c'est à dire d'origine maghrébine] et je lui ai raconté ce qui s'était passé. Il m'a dit de me calmer ; il savait que je disais la vérité ; je me suis calmé. Si un policier est cool, alors je suis cool".

88Le dernier cas est celui de Nordine qui pensait que le principal problème provenait des jeunes des banlieues qui étaient agressifs et créaient des tensions à l'intérieur de la prison. Il affirmait : "Il n'y a pas de racisme. Nous respectons [les surveillants] mais les jeunes générations [issues des balieues] ne font plus preuve de respect comme avant. Ils se bagarrent pour un oui ou pour un non".

89A l'opposé du premier groupe de détenus, Nabil, un Algérien de 31 ans, pensait quant à lui qu'il existait une forme de racisme spécifique en prison :

"Je ne pensais pas qu'il y avait du racisme avant d'être jeté en prison. Mais depuis, ah ça oui ! Quelque chose de grave m'est arrivée au début de mon incarcération. C'était ici, en prison ; j'ai été malade un matin. Je me suis levé avec quatre grammes de sucre dans le sang à cause de ma glycémie. J'étais vraiment mal en point à cause de mon diabète et c'est normal de se montrer nerveux quand ça arrive. J'ai appelé le surveillant parce que j'avais vraiment besoin d'une piqûre à 8 heures et le surveillant ne s'est pas pointé avant 9 heures ; et pendant tout ce temps-là, je tapais de plus en plus violemment contre la porte. Il m'a dit qu'il était en retard à cause des horaires de promenade. Je lui ai répondu que ma santé était plus importante que ça. J'ai crié et j'ai agité les mains ; je n'ai pas pigé ce qui s'est passé ensuite... Je me suis retrouvé encerclé par dix surveillants, ils gueulaient comme des malades. C'est vraiment de l'injustice. Ils m'ont mis les menottes et, quand ça a été fait, un des surveillants m'a donné un coup de poing dans le cou. J'ai crié : "Pourquoi est-ce que vous faites ça ?" Il m'a répondu : "C'est pour ce que tu as fait quand tu étais dehors". Le Surveillant Chef l'a retenu parce qu'il voulait continuer à me taper ; et voilà, j'étais menotté, face au mur et tout nu. J'avais la hachouma (le déshonneur) d'être tout nu comme ça devant ce surveillant qui mesurait deux mètres. A cause de ça, on m'a mis au mitard ; c'est le docteur qui m'a tiré de là. Si ce surveillant s'excuse, je lui pardonnerai ; mais s'il ne le fait pas, il le paiera lourdement le jour du Jugement dernier. Il n'y a pas beaucoup de surveillants comme lui – aussi méchants".

90Tous les détenus n'ont pas fait l'expérience du racisme de la part des surveillants. Selon les détenus, il y a des bons et des mauvais surveillants, il y a ceux qui sont prêts à rendre service et ceux qui refusent de tenir compte de la situation des détenus. En tout cas, la présence de surveillants arabes a pour effet de dissuader les autres surveillants de se montrer ouvertement racistes. Il convient de préciser que l'augmentation du nombre des surveillants d'origine maghrébine n'est pas la conséquence d'une politique officielle visant à promouvoir la "diversité", comme c'est le cas dans les prisons britanniques ; c'est simplement lié au fait qu'ils ont des difficultés à trouver d'autres emplois.

91Certains ont ressenti du racisme de la part de leur juge. Par exemple, Abdellah, un Marocain de 30 ans domicilié aux Pays-Bas nous a confié ceci :

"Quelqu'un du Consulat des Pays-Bas était venu me rendre visite ; le consulat ne pouvait rien faire pour moi au niveau de la justice mais ils m'ont aidé pour les papiers, pour recevoir l'aide d'un traducteur et pour prévenir mes parents. Quelqu'un venait une fois par mois... J'habite la Hollande depuis 20 ans et dans ce pays il y a de nombreuses lois en faveur de la liberté. Je voulais un traducteur parlant le néerlandais quand j'étais en garde à vue. Je voulais un interprète néerlandais parce que je parle mieux cette langue que l'arabe mais j'ai finalement parlé arabe pour montrer ma bonne foi à la police et ils m'ont amené un Maghrébin qui ne parlait pas le néerlandais. Mais pendant le procès, j'ai eu un interprète néerlandais et le juge m'a demandé : "Pourquoi avez-vous accepté de parler arabe quand vous étiez en garde à vue alors que maintenant vous souhaitez vous exprimer en néerlandais ?" C'était du racisme. Pourquoi est-ce qu'il m'a posé ce genre de questions ? Il avait l'esprit dérangé et il était raciste. La première fois, j'ai parlé arabe pour régler les problèmes avec la police. C'est la France, ça ! Le racisme s'est développé au sein de la loi et la loi n'existe pas pour nous. La loi ne nous respecte pas et nous sommes tentés de ne pas la respecter. Même les policiers ne se comportent pas correctement. Ils déforment intentionnellement ce que nous disons. Je n'ai rien signé du tout pendant ma garde à vue mais, même dans ce cas, selon eux, ça a quand même de la valeur et à ce niveau, c'est différent de ce qui se passe en Hollande : si vous ne signez pas, ça n'a aucune valeur. Ici, il n'y a pas de justice. Il y a du racisme dans ce pays. J'ai été condamné à deux ans de prison sans aucune preuve. Je les déteste vraiment !".

92Dans ce cas précis, le racisme était associé à un sentiment d'extrême injustice dû aux différences au niveau des règles de droit entre la France et les Pays-Bas. Mais il faut également prendre en considération le fait qu'Abdellah était marocain et il soupçonnait les autorités françaises de faire preuve de discrimination envers lui en raison de ses origines nord-africaines. Néanmoins, des cas comme celui-ci ne sont pas fréquents. La plupart des cas ne sont pas liés à l'Islam mais au fait que les Nord-Africains sont des "Arabes" et qu'ils habitent dans des banlieues défavorisées.

93Les détenus vivent quotidiennement le racisme au sein des prisons. Ceux qui viennent des banlieues accusent les surveillants de racisme. Les autres, principalement des détenus provenant du Maghreb ou d'autres anciennes colonies françaises, trouvent des choses à redire quant au comportement des personnes travaillant pour les HLM ainsi que tout ce qui concerne la façon dont les surveillants réagissent face à leur comportement rebelle. Voici ce que nous a confié Abdelhakim, un Algérien de 34 ans : "Dans le bâtiment 4, il y a plein de toxicos. Les surveillants sont durs mais ils ne sont pas racistes. Mais, parfois, ça ressemble à du racisme. Par exemple, ça fait deux mois que j'ai demandé à aller chez le coiffeur mais on ne m'a pas encore appelé. Ce n'est pas du racisme, ça ? Les surveillants n'agissent pas de façon juste : si l'un d'entre eux est en colère vis-à-vis d'un détenu, tous les détenus seront traités comme lui. Il y a des détenus à problèmes et les surveillants en ont marre".

"Les jeunes des banlieues sont fiers ; ils se sentent abandonnés par les autres ; Ils cultivent une haine [de la société] ; et ils ne respectent personne. Ils sont violents parce qu'ils ont vécus des situations difficiles. Moi, je leur parle du respect et ils comprennent un peu. Il faudrait que l'on s'occupe d'eux, sinon ça va mal se terminer... Il faudrait parler à ces jeunes et leur donner des emplois. Ils sont oubliés par les autres Français. Ils sont allés à l'école ici, leur vie est ici et ils n'ont pas de boulot : c'est du racisme. C'est dur de monter dans la société française, pour un Arabe, c'est dur ; ce n'est pas possible même avec des qualifications. Bien sûr, il existe des exceptions à cette règle".

94Le racisme, selon Abdelhakim, trouve ses racines dans la haine que nourrissent les jeunes des banlieues vis-à-vis du reste de la société qu'ils accusent de faire preuve de racisme et d'irrespect envers eux, que ce soit dans les relations quotidiennes qu'ils ont avec d'autres Français ou au niveau du marché du travail, marché dont ils sont exclus même s'ils ont les qualifications requises. Abdelhakim applique ces idées au contexte de la prison, où, selon lui, le manque de respect affiché par ces jeunes hommes rend les surveillants agressifs vis-à-vis de l'ensemble des détenus. Aït Faska, un détenu marocain âgé de 28 ans, pensait également que le racisme stigmatisait les "Arabes" au niveau du marché du travail même si les postulants avaient des qualifications et un haut niveau de compétence :

"C'est la même chose pour les jeunes des quartiers : ils n'ont pas de boulot. Même au niveau du marché du travail, il y a du racisme. Quand vous voyez des ingénieurs [arabes] qui n'ont pas de boulot, ça ne vous donne pas envie d'étudier".

95Pour Mehdi également, le problème du racisme n'avait pas qu'une face : il ne provenait pas uniquement des préjugés des Français envers les Arabes, il était également attribuable au mauvais comportement des "Robeux" [les Arabes en verlan]. Ce Français de 22 ans d'origine maghrébine nous a dit ceci : "Le racisme existe mais les Arabes se font trop remarquer. Il y a des problèmes avec les Robeux... Je fais des conneries et ça m'amène des problèmes ; et en plus de tout cela, je sais que ça ne fait qu'empirer le racisme". Cela témoigne d'une reconnaissance de la relation étroite qui existe entre le racisme et les infractions commises par certains "Arabes". D'une façon générale, un grand nombre de maghrébins se rendent compte que le racisme n'est pas un problème à sens unique mais qu'il est la conséquence d'un antagonisme entre les surveillants et les jeunes des banlieues. Pour beaucoup de personnes, même celles qui proviennent des cités, le racisme n'est pas un problème simpliste, attribuable uniquement aux prisons ; il s'agit d'un problème dans lequel l'action réciproque de deux groupes aboutit la plupart du temps à des tensions et à de la violence.

96Certains détenus maghrébins estiment néanmoins que le racisme est la conséquence d'une généralisation injustifiée que font les Français entre les quelques Arabes qui se conduisent mal et les Arabes en général. À ce propos, pour Abdelrahman, un Marocain de 24 ans : "Le racisme existe au sein de la Justice. Mais il y a également du racisme envers tous les Arabes. On les déteste parce que l'un d'entre eux a volé une voiture. La majorité des Français ne sont pas comme ça mais certains d'entre eux le sont".

97Pour les détenus qui ne sont ni maghrébins ni issus des banlieues défavorisées, le racisme existe dans le vocabulaire péjoratif qu'emploient non seulement les surveillants envers les détenus mais également les détenus entre eux. Ce sont souvent des Musulmans qui séparent des prisonniers lorsqu'ils se battent ; ce sont des "barbus" qui sont respectés par les autres et qui peuvent réduire la violence entre les détenus. Voici ce qu pense Hassan, un Libanais âgé de 40 ans : "Le racisme... existe également entre les détenus ; mais c'est nous qui le gérons. S'il y a une bagarre, la plupart du temps c'est ceux qui prient et portent la barbe qui interviennent pour séparer les gens et empêcher la violence". Les Musulmans fervents jouent un rôle essentiel. Ils interviennent en tant que membres importants d'une communauté implicite et ils sont non seulement reconnus par les détenus mais également par les surveillants qui sollicitent leur aide lorsque des tensions émergent parmi des personnes d'origine musulmane. Par exemple, l'aumônier musulman de la Prison B (là où est incarcéré Abdelrahman) déclare que c'est lui qui intervient en cas de querelle au sein de la communauté musulmane. La réalité est plus complexe : il joue certes un rôle mais d'autres Musulmans, les "barbus", entrent en compétition avec lui et servent de médiateur entre les Musulmans.

98Il existe différentes opinions en ce qui concerne le racisme chez les détenus. L'une de ces opinions, comme nous l'avons déjà mentionné à de nombreuses reprises, prend en compte l'existence du racisme entre les détenus. Mais il en existe une autre qui est basée sur la ségrégation entre les groupes et la gestion des relations au sein de ces groupes selon des critères fondés sur les règles de l'origine ethnique. Il est vrai que dans les prisons où la majorité des détenus sont des Musulmans, les deux groupes – Musulmans et non– Musulmans – ne se mélangent pas entre eux. Ceci entraîne des problèmes spécifiques qui peuvent notamment survenir lorsqu'un détenu appartenant à l'un des groupes est placé dans le quartier de l'autre groupe. C'est ce que nous a expliqué Yassine, un Algérien de 31 ans :

"Le racisme n'existe pas ici car nous ne nous mélangeons pas ; c'est comme ça et c'est mieux pour tout le monde. Une fois, ils ont mis un petit Français avec les Arabes... Il était tout le temps dans son coin, il avait peur de tout le monde. Il s'appelait Germain. Il tremblait de peur. Nous sommes allés lui parler, j'avais pitié de lui, il avait peur... Après ça, il n'a plus voulu nous quitter, nous nous entendions si bien".

99Cette observation a été faite lors de réunions informelles sur les prisons dans le sud de la France et à Lyon où les détenus sont plus ou moins séparés entre groupes ethniques. Le fait qu'ils "ne se mélangent pas", selon les propres termes de Yacine, est contraire à l'esprit de la citoyenneté française mais les dures lois de la réalité sont celles qui gouvernent en prison – ce n'est pas l'idéal d'une société totalement homogène qui sous-tend l'utopie des pères fondateurs de la République française.

100Pour de nombreux détenus, le racisme est enraciné, ils ont le sentiment qu'il existe une injustice au niveau des peines que leur infligent les juges ; ils pensent aussi que les policiers et les surveillants ont une attitude dédaigneuse à leur encontre. Fathi, un citoyen français âgé de 24 ans et d'origine maghrébine s'exprimait au nom de beaucoup d'autres lorsqu'il nous a fait part de ses protestations :

"J'ai été condamné à quatre mois de prison. Il y a de l'injustice ou du racisme dans cette peine. Le juge a prononcé une peine de deux mois et quand je suis arrivé ici on m'a dit qu'il s'agissait de quatre mois... Tous les surveillants sont des klebs, seulement deux ou trois font preuve de compréhension et tous les autres sont racistes".

101Un système judiciaire complexe qui délivre des peines que les détenus ne comprennent pas – en plus du soupçon de l'existence d'une haine envers les "Arabes" – aboutit à un rejet total de la part de ce citoyen français qui voit de l'injustice (pas, dans ce cas précis, à propos de la condamnation elle-même) dans le doublement mystérieux de la peine (de deux mois à quatre mois) qu'il doit purger.

102Pour les ex-délinquants, la police et ceux qui décident des poursuites (les policiers considèrent suspect tout individu ayant un casier lorsqu'un crime ou un délit est commis dans le voisinage de cette personne et ils cherchent automatiquement des indices ; ensuite son casier et ses déclarations sont examinés afin de découvrir les preuves de son implication constituent une menace permanente vis-à-vis de leur tranquillité même s'ils ont renoncé à la criminalité et qu'ils s'efforcent de devenir des citoyens respectables. Qui plus est, le fait d'être un Arabe vis-à-vis de tous ces surveillants qui votent pour le Front National (le parti politique français d'extrême droite) rend la vie encore plus difficile pour les détenus et certains d'entre eux sont suffisamment paranoïaques au point de surestimer le nombre réel de ces surveillants. D'une façon plus générale, l'absence d'un organisme indépendant chargé d'enquêter sur les cas de discrimination raciale au sein des prisons laisse les surveillants totalement libres d'agir de façon raciste envers les détenus ; c'est l'opinion de Youssef, un Français de 25 ans d'origine maghrébine.

103C'est l'un des défauts de l'administration pénitentiaire française par rapport au Prison Service britannique où un Race Relations Officer est formé pour enregistrer les plaintes des détenus et en référer aux autorités supérieures. La description que fait Yacine du racisme lie ensemble plusieurs choses : les penchants politiques des surveillants qui sont considérés comme racistes s'ils votent pour le Front National (ces deux attitudes ne sont pas nécessairement liées) ; le fait que les prisonniers n'ont aucun droit au sein du système carcéral et le fait que les récidivistes sont suspects aux yeux de la police et du système de justice criminelle, ce qui accroît encore la difficulté de redevenir un citoyen respectueux des lois. Cette toile complexe composée de différents systèmes est centrée sur ce que Youssef qualifie de "racisme". Il ne fait référence qu'à un seul aspect du racisme au sens strict du terme, c'est-à-dire l'attitude des surveillants qui ont des préjugés envers les détenus "arabes". Les autres composantes affectent la vie de l'ensemble des détenus quelle que soit leur origine ethnique. Voici comment Youssef explique le racisme :

"Le racisme, il y en a ici, en prison. Il y a des surveillants qui sont au Front national. Vous devriez les voir faire la fouille des cellules... Beaucoup de choses arrivent en prison. Un prisonnier qui n'avait plus que deux mois à purger avant sa libération écope de deux mois supplémentaires pour motif disciplinaire et se suicide. C'est logique, ça ?... De toute façon, un détenu a toujours tort. On a une justice à deux vitesses. Nous, ils nous assassinent. Je sais que mon dossier est plutôt lourd mais je n'ai jamais utilisé d'armes à feu et les inspecteurs le savent parfaitement... Une fois, j'ai tout arrêté et ça se passait bien. Ils [la police et la justice criminelle] ont fait de ma vie un enfer et j'ai replongé".

104Allal résume sa situation avec amertume : il se retrouve injustement condamné à purger une peine de prison et se retrouve exposé au racisme au sein d'un établissement pénitentiaire où les détenus Musulmans et les surveillants ont des préjugés les uns envers les autres. Ce citoyen français âgé de 23 ans et d'origine maghrébine se plaint en ces termes : "Je me retrouve ici mais je n'ai rien fait de mal ; je suis complètement stressé. Dans ma famille, personne n'a jamais eu de problèmes avec la loi. Mais avec les Français et les Musulmans, il y a du racisme des deux côtés. Les surveillants me coupent volontairement l'arrivée d'eau pour m'embêter [quand je prends une douche]... S'ils veulent que je réagisse, je vais le faire. Il ne faudra pas qu'ils viennent pleurer ensuite !". Benamar, un autre citoyen français d'origine maghrébine et âgé de 26 ans affirmait qu'il existait un double système de justice – un pour les Arabes et un autre pour les autres citoyens : "En France, les Droits de l'Homme, ça n'existe pas. Si vous êtes français ou arabe, on ne vous juge pas de la même façon ; le racisme entre en ligne de compte. Nous voulons nous défendre mais nous n'en avons pas la possibilité".

105Des événements récents, en particulier les attentats aux USA le 11 septembre 2001, ont créé une nouvelle situation qui favorise une nouvelle forme de racisme qui mélange à la fois l'Islam et le fait d'être arabe au sein du même stéréotype, celui du Musulman fanatique doublé d'un terroriste arabe. C'est ce que nous a expliqué Ryad, un Palestinien de 26 ans :

"Les policiers m'ont demandé : "Tu aimes Bin Laden ?" et ils ont fait de ma vie un enfer dans la prison de Fresnes. C'est intolérable. J'ai dit que je faisais mes prières et ils m'ont répondu : "Alors, tu es du côté de Bin Laden !" et ça n'a fait qu'aggraver ma situation.... C'est du racisme... Ici, machallah [merci, mon Dieu] il y a une solidarité parmi les Musulmans ; ils s'entraident, il y a une confiance mutuelle".

106Cette même personne, pleine d'amertume parce que sa santé avait été négligée, a jugé fautif le comportement des surveillants et des médecins qui ne lui ont pas prêté attention la plupart du temps. D'une façon plus générale, les détenus qui présentent des problèmes psychiatriques peuvent se retrouver dans des situations difficiles. Ils peuvent se blesser eux-mêmes et voir leur état s'aggraver si l'on ne prend pas soin d'eux. Dans la mesure où les prisons ont des problèmes de surpopulation, en particulier au sein des ailes réservées aux soins médicaux, beaucoup de détenus se sont plaints du manque de soins. Ils ont vu du racisme dans le fait qu'ils ne recevaient pas un traitement sérieux. De nouveau, racisme et injustice étaient liés dans l'interprétation que faisaient les détenus de leur sort en milieu carcéral. Par exemple, Ryad, un Palestinien de 26 ans, nous a confié ceci :

"75 % des surveillants qui travaillent ici sont racistes. Dehors, au sein de la police et par rapport à ce que j'en ai vu, je dirais 100 % d'entre eux. Ici, en prison, les surveillants m'ont insulté à de nombreuses reprises ou bien ils m'ont frappé. Regardez mes cicatrices [il montre ses bras et son cou]. Ils profitent du fait que je ne parle pas [bien] le français et que je ne peux pas me défendre. J'ai écrit de nombreuses lettres pour qu'on me change de cellule et ils m'ont envoyé à la prison de Fresnes parce que j'avais eu un déboîtement de l'épaule ; je voulais aller à Fresnes pour que l'on s'occupe de moi. Je pensais que c'était mieux à Fresnes parce que c'est plus autoritaire et qu'il y a plus de respect envers nous. Je leur ai écrit pour faire un test sanguin et ils ne m'ont jamais répondu. Je leur ai dit : "on n'est pas des chiens ni des cochons". Ils m'ont fermé la porte au nez. Je suis nerveux depuis mon entrée en prison ; je n'ai pas de nouvelles de ma famille. Ils m'ont rendu nerveux ; j'ai pris une chaise et je l'ai balancée contre le mur. Douze surveillants sont arrivés pour me calmer. Je les ai vus arriver, j'ai pris une lame de rasoir et je me suis lacéré. Ils m'ont emmené à l'hôpital et j'ai dit au docteur que je lui avais écrit trois fois pour aller à Fresnes à cause de mon épaule. Ils m'ont changé de cellule en rechignant. Le surveillant chef de la prison m'a dit de me calmer, c'est un type bien. Mais un surveillant lui a dit : "Qu'il crève". Soit dit en passant, il ne sait pas que je suis prêt à mourir. Le fils d'Adam meurt si telle est la volonté de Dieu. Je mourrai si c'est mon destin et la mort ne me fait pas peur. C'est ce qui nous attend tous... Mes problèmes de santé ont continué. J'avais une rage de dent à cause d'un mauvais plombage pour lequel je n'avais pas reçu de traitement. Pendant deux mois j'ai écrit pour obtenir un rendez–vous chez le dentiste pour que l'on m'arrache cette dent. Si vous n'avez pas de carte de résident ou une carte qui atteste de votre citoyenneté, vous n'existez pas à leurs yeux en prison. C'est du racisme et une grave injustice. Ça ne devrait pas se passer comme ça, mais Dieu voit la façon dont ils se conduisent".

107Mamadou, un détenu âgé de 24 ans et originaire du Mali, est un de ceux qui nous a fait part de l'existence d'un racisme envers l'Islam et les Noirs– africains :

"Il y a beaucoup [de racisme] ici. C'est le cas pour 90 % des policiers et des surveillants de prison. Le jour de la perquisition, les policiers ont piétiné mon matelas et ils ont jeté le Coran à terre ; peut-être qu'ils ne savaient pas ce qu'ils étaient en train de faire mais ils ont dit des choses racistes comme : "Pourquoi est-ce que tu ne restes pas dans ton pays d'Afrique ?". Pendant ma garde à vue, ils ne m'ont rien donné à manger. C'est différent par rapport à l'Afrique : les parents apportent de la nourriture à leur fils pour chaque repas. Les policiers m'ont dit : "Retourne dans ton pays".

108Le manque de respect envers le Coran et le fait de piétiner le matelas sont deux choses qui montrent que racisme religieux et ethnique se juxtaposent. Une autre forme de racisme liée au manque de respect vis-à-vis de l'Islam a été fréquemment citée par les détenus : ils se plaignaient du fait que les surveillants les interrompaient durant leurs prières quotidiennes. Voici le témoignage de Mamadou :

"[Le racisme] existe. Mon compagnon de cellule était en train de prier et un surveillant est arrivé et a interrompu ses prières, il n'a pas attendu qu'il ait fini. Je l'ai retenu et je l'ai empêché de continuer à gêner mon compagnon. C'est sérieux. C'est pareil à l'extérieur. Le racisme existe au sein de la société parce que nous sommes d'origine arabe. Les gens nous regardent comme si nous venions de la lune. Il faut voir comment ils nous parlent dans les transports, les écoles et d'autres lieux encore. En ce qui me concerne, j'essaie de rester tout le temps poli, de me taire et d'être le moins visible possible. Avec Le Pen, c'est sérieux... C'est vrai qu'il y a des jeunes qui cassent des choses. Mais les gens confondent violence et délinquance. Certaines personnes volent pour survivre. Je comprends ces gens-là ; ils sont en galère. C'est dur d'être dans la galère, en particulier si vous avez échoué à l'école et si vous n'avez pas de boulot. Beaucoup de jeunes comme moi sont dans cette situation, en particulier les Musulmans maghrébins".

109Le récit que nous fait Mamadou du racisme débute par l'incident avec un surveillant qui perturbe la prière quotidienne. Mais ensuite, le facteur "arabe" a été introduit de même que les causes sociales expliquant le taux élevé de délinquance chez les jeunes issus des banlieues défavorisées et la galère qui est à l'origine de leur criminalité ; il s'agit de la combinaison d'un faible niveau d'éducation, du chômage et des conditions sociales des jeunes. Dans cette vision, les préjugés envers l'Islam et la criminalité parmi les habitants des banlieues vont de pair. En fait, Mamadou a fait une étude sociologique remarquable des conditions difficiles des populations des banlieues qui sont sujets à des préjugés sociaux et qui, dans le même temps, contribuent à les perpétuer en en faisant un cercle vicieux.

110La présence de Le Pen au second tour de l'élection présidentielle française de 2002 est un symptôme d'un racisme profondément enraciné en France aux yeux de certains Maghrébins. C'est le cas de Lofti, un Marocain de 31 ans qui était absolument convaincu qu'il y avait du racisme en prison : "Ça existe même entre nous, les Arabes. Il y a du racisme dirigé contre nous de la part des surveillants et aussi du racisme entre les détenus. Personnellement, je m'entends avec tout le monde mais, c'est vrai, le racisme existe réellement dans la société française. Regardez le FN [le Front National, un parti d'extrême-droite]. Si Le Pen devient Président de la République, je laisserai tout ce que j'ai ici et je quitterai la France. Au Maroc, les gens sont pauvres mais c'est mille fois mieux qu'ici avec Le Pen".

111Pour les personnes qui sont pour moitié françaises et pour moitié nord– africaines, le problème de l'identité recoupe celui du rejet des Arabes par les Français et des Français par les Arabes. A titre d'exemple, nous avons demandé à Karim, un français de 22 ans d'origine algérienne s'il y avait du racisme en prison ; il a ri avant d'ajouter :

"S'il y a du racisme ? Bien sûr qu'il y en a ! Il y a des surveillants racistes. Ils m'ont dit : "[Ferme ta gueule, bougnoule !". J'ai menacé de porter plainte. J'ai écopé de quatre jours au mitard. Les surveillants plus âgés sont plus sympathiques. Maintenant, quand il y a du racisme, je ne réagis pas. Dans la mesure où je suis à moitié arabe et à moitié français, j'ai des problèmes des deux côtés. J'ai eu aussi des problèmes en Algérie et je n'y mets plus les pieds. Avec mon nom de famille français, c'est plus facile pour moi en France ; mais avec mon prénom arabe, j'ai des problèmes de racisme".

112Selon Karim, le racisme n'existe pas seulement en prison mais aussi au sein de la société française toute entière. D'une certaine façon, la prison est le miroir de la société. Comment les gens peuvent-ils se défendre face à ce racisme ? On ne peut rien y faire en dehors de l'accepter et de ne pas réagir. Sinon, il y aura sanction comme pour Karim qui a écopé de quatre jours d'isolement. Allal, un Français de 23 ans d'origine nord-africaine, a rencontré le même genre de problèmes en raison de sa double identité française et arabe, identité qui n'était pas reconnue par les gens, qu'ils habitent au nord comme au sud de la Méditerranée :

"Ils devraient remplacer ces méchants surveillants qui se vengent sur nous à coup d'insultes et d'injustices. J'ai été battu par des policiers dans un commissariat et, alors qu'ils étaient en train de me frapper, ils ont dit : "Alors, petit Arabe, t'aimes ça ? Retourne dans ton pays !" Et en prison, la première semaine, le premier mois, c'est dur. On n'a pas de parloir, pas de virement [en provenance de la famille]. Ils font de notre vie un enfer, ils gardent notre courrier, on a le droit de ne rien dire, de ne rien faire. Moi, petite crotte marocaine, je ne peux rien faire. Il y a des racistes ici comme là-bas. Au Maroc, ils me critiquent. Il y a de l'hypocrisie. On est comme des balles de ping-pong et la France et le Maroc jouent avec nous. Au Maroc, ils font des blagues sur nous, ils nous traitent comme des Français ; moi, je les traite comme des Marocains. Parfois, ils rigolent – ils ne prennent pas ça mal – mais parfois c'est plus grave".

113Nous avons aussi découvert que le racisme, en plus d'être une force dans la société dans son entier, était également actif dans les politiques de recrutement et sur les lieux de travail. Par exemple, la dichotomie raciste entre Français et Arabes trouve une application directe dans les deux comportements différents qu'auraient, selon les détenus, les surveillants vis-à-vis de chacun des groupes. Lorque les groupes étaient mélangés, les surveillants faisaient davantage preuve de souplesse ; mais avec des groupes comportant seulement des "Arabes", ils devenaient intransigeants. Lamara, un Algérien de 29 ans, a fait le témoignage suivant : "Il y a du racisme ici. En 1995, je l'ai ressenti dans mon travail : les Maghrébins étaient rejetés. Moi, j'ai l'air différent physiquement et les Français me disent : "Tu n'es pas arabe, tu es kabyle". Les Français sont racistes. En prison, il y a beaucoup de racisme de la part des surveillants. Il y en a deux ou trois avec lesquels je ne parle plus. Ils ne s'en cachent même pas. Mais, la plupart du temps, il y a un racisme sournois, même s'il y a des surveillants noirs ou arabes... Quand il y a des Français avec nous, les surveillants acceptent tout ; mais si c'est un groupe d'Arabes, ils refusent tout en bloc comme la douche. Même les chefs sont racistes. L'un d'eux a été insulté et traité de raciste et le détenu a écopé de quinze jours de mitard". Lamara a fait cette distinction entre racisme délibéré et racisme sournois parce qu'il pouvait sentir les différences qui existaient dans la façon de traiter les détenus français et arabes. Ce soupçon d'un racisme rampant peut aboutir à une paranoïa ; l'attitude des surveillants est systématiquement interprétée, avec obsession, de façon comparative. Cela élargit le fossé entre le Soi (l'Arabe) qui est censé être persécuté par le racisme des surveillants et les Autres (les Français) qui sont avantagés par ces mêmes surveillants. Il est important d'insister sur le fait que le racisme ne s'applique pas uniquement aux étrangers ou aux Maghrébins mais aussi aux Français d'origine maghrébine qui sont étiquetés comme étant seulement des "Français sur le papier", une expression attribuée à Le Pen, le leader du parti d'extrême droite Front National qui nie que ces personnes soient authentiquement françaises. L'expression a ensuite été reprise par les "Arabes" eux-mêmes afin de dénoncer le racisme et l'attitude hostile des Français enves eux. Pour Kamel, si un Arabe commet un crime, les gens traitent ce cas particulier comme un cas général devant s'appliquer à tous les Arabes alors que, lorsque c'est un Français qui commet un crime similaire, il est traité en tant qu'individu et non pas comme le représentant d'une catégorie collective. Pour Kamel, un Français de 34 ans :

"Il existe un racisme envers les Maghrébins. J'ai moi-même la nationalité française. Je suis "Français sur le papier", mais ça n'apporte rien de bon. Nous, les Français d'origine Maghrébine, nous respectons [les autres], nous nous efforçons de faire preuve de respect [envers les autres]. Il y a des Français qui sont bien et qui ne sont pas racistes, mais ils sont minoritaires. Si un Français fait une connerie, quelque chose d'illégal, personne n'en parle ; ils ne disent pas que tous les Français commettent des crimes. Mais quand il s'agit de nous [les Arabes], ils généralisent, ils disent, "ils sont tous comme ça". L'attitude devrait être la même pour tout le monde, que ce soit Pierre, Mohammed ou Ali".

  • 21 Une petite brindille utilisée pour se nettoyer les dents et les gencives.

114Aït Faska, un marocain de 28 ans membre de la communauté Tabligh qui portait la barbe et avait un siwak21 partageait la même opinion à propos de cette stigmatisation. Il pensait que c'était le racisme qui l'empêchait de trouver un travail et de se rendre au Maroc pour y trouver une épouse. D'autres ont trouvé dans le sentiment d'être stigmatisé une raison d'admirer ceux que les gens normaux détestent, comme Osama Bin Laden. Omar, un Français de 40 ans d'origine algérienne nous a dit ceci :

"Il y a beaucoup de racisme en ce qui concerne les emplois pour ceux qui n'ont pas de qualifications. Je suis en prison pour braquage. Je n'ai pas de projet pour l'avenir, je suis grillé en France. Je pourrais finir n'importe où, en habss (un mot arabe désignant la prison) pour quelque chose que je n'aurais pas fait et ça, ça n'est pas acceptable. C'est ça, la justice ? Pour moi, quelqu'un comme Bin Laden est un grand homme. Le jihad, c'est d'abord un effort que l'on fait sur soi-même, et c'est ce qu'il a fait. C'est le seul à avoir défié l'Occident. Tous les jours, on nous endort avec des mots, mais, sur le terrain, les choses se passent différemment. Pour moi, l'injustice vis-à-vis des Musulmans est intolérable. Bush, en tant que personne anti-arabe, ne mérite aucune pitié – tout comme il n'a eu aucune pitié envers nous. Il devrait être jugé aux côtés de Sharon dans un Tribunal International, mais qui oserait le faire de nos jours ?".

115Dans le cas d'Omar, le sentiment d'injustice et d'humiliation était compensé par la figure héroïque de Bin Laden qui était perçu comme quelqu'un qui avait répondu à l'arrogance occidentale et l'avait défiée d'égal à égal. Les humiliations quotidiennes que subissait Omar se projetaient sur la figure mythique de Bin Laden, lequel vengeait soit-disant le racisme que les "Arabes" devaient endurer quotidiennement sut le territoire français.

116Selon Fitzgerald & Marshall (1996 : 156), "il est très probable que le discours français n'envisage la problématique des Nord-Africains que sous l'angle de la religion plutôt que de la couleur de peau et les classe sous l'étiquette "Musulmans" comme c'est le cas pour les Turcs en Allemagne". Néanmoins, nos recherches dans les prisons françaises indiquent que l'Islam est en train de devenir une cible privilégiée de la discrimination raciale. En fait, le racisme spécifiquement religieux n'a pas été fréquemment mentionné lors des entretiens même si de nombreux détenus Musulmans se sont plaints du manque de respect dont faisaient preuve les surveillants vis-à-vis des détenus qui faisaient leurs prières quotidiennes dans leur cellule. Un détenu algérien de 42 a en effet qualifié ceci de racisme et y a vu la preuve d'une volonté d'empêcher les Musulmans de réciter leurs prières :

"Le racisme existe ici. Il y a une discrimination en ce qui concerne la pratique de l'Islam parce que j'ai rencontré beaucoup de Maghrébins à la prison des Baumettes et ce ne sont généralement pas des idiots. Ils les empêchent de pratiquer leur religion. Mais ils ne parviendront pas à faire cela car l'Islam est une religion transcendante ! Le danger, c'est que la violence risque de devenir le moyen de faire entendre votre opinion. Certains membres de la communauté musulmane se sont radicalisés. Ici, en prison, les juifs peuvent apporter la nourriture de leur choix pour le jour du sabbat. Ils ont même des produits cascher au magasin de la prison [mais les Musulmans n'ont pas de nourriture halal] et n'en reçoivent pas pour la fête de l'Eid el Kabir]".

117Pour l'aumônier musulman de la Prison B, le racisme provenait des différences qui existaient dans la façon dont étaient traitées les différentes religions. "Le racisme existe ici. Moi-même, quand je suis venu ici la toute première fois, j'ai fait connaissance avec lui : ils ne m'ont pas donné les clefs des cellules contrairement à ce qui se passe pour les aumôniers chrétiens et le rabbin. Il y a aussi l'absence de viande halal et les cadeaux que reçoivent les chrétiens pour Noël alors que les Musulmans n'ont rien pour leur fête sainte, l'Eid el Kebir".

118Dans une société égalitaire, société dans laquelle la hiérarchie peut au mieux être basée sur la compétence ou sur un autre critère explicite, le manque d'équité des autorités pénitentiaires envers l'Islam équivaut à du racisme ; la discrimination perceptible qu'opèrent les surveillants entre les "Arabes" et les autres détenus est également du racisme. Beaucoup des plaintes des détenus relatives à un racisme de la part des surveillants et des juges ne rentreraient peut-être pas dans une définition étroite du racisme. Mais les soupçons d'un traitement injuste et la certitude d'une stigmatisation des Musulmans accroissent le sentiment subjectif de racisme qu'éprouvent de nombreux détenus maghrébins. En dernière analyse, l'accusation de racisme devient une façon d'exprimer sa colère ou son insatisfaction à l'encontre des autorités. Mais, ironiquement, les soupçons d'une stigmatisation sont encore plus forts chez certains "Arabes" parce qu'ils pensent que les non-arabes pourraient justifier leur racisme en dénonçant la violence dont font preuve des jeunes de banlieue et leur soi-disant manque de respect vis-à-vis des autres, en particulier les surveillants pénitentiaires.

119La longue liste des formes de racisme s'allonge : le racisme envers l'Islam, comme l'ont évoqué certains des détenus que nous avons reçu en entretien et comme l'a confirmé un rapport de l'Open Society qui affirme qu'en France "la violence raciste a souvent une dimension religieuse ; elle est la plupart du temps associée à de l'antisémitisme ou un sentiment anti–arabe" (Amiraux, 2002 : 110). Étant donné que cette religion croît en tant que moyen d'expression de la culture des groupes dominés et exclus de la société française, en particulier dans les banlieues défavorisées, l'Islam gagne du terrain au sein des prisons françaises. Il y a 20 ans, le "racisme religieux" au sein des établissements pénitentiaires français était soit inexistant, soit partagé tant par les surveillants que par les détenus eux-mêmes. De nos jours, cependant, le racisme envers l'Islam (ou islamophobie) est en train de prendre le dessus dans les mass media et les institutions comme les prisons où les Musulmans sont nombreux. En prison, l'Islam peut parfois être considérée comme la religion des "Arabes" (même si les Français d'origine turque et les Noirs de nationalité française ne sont pas des Arabes) et comme la religion des "terroristes". C'est pour cela que l'Islam génère un sentiment de peur et provoque des attitudes répressives de la part des autorités.

Conclusion

120Bien que notre échantillon de trois prisons anglaises et galloises ne comporte pas d'établissement ayant une mauvaise réputation en matière de racisme, notre enquête a néanmoins mis à jour deux choses. Premièrement, de nombreux détenus Musulmans se sont plaints de discriminations de la part des surveillants. Ces plaintes combinaient souvent des éléments de "race", d'appartenance ethnique et de religion. En comparaison, les plaintes de la part d'autres détenus envers les Musulmans étaient beaucoup moins fréquentes. Deuxièmement, les surveillants de prison ont répondu des choses très différentes par rapport à ces allégations de racisme mais aucun d'entre eux n'a nié qu'il s'agissait là de quelque chose qui existait en prison. D'autres personnels pénitentiaires, parmi lesquels figurent des aumôniers, considéraient également que le racisme était bien réel mais ils avaient moins tendance à l'expliquer que les surveillants.

121Les explications du racisme que nous avons rencontrées avaient au moins quatre formes différentes. Certains surveillants se décrivaient comme étant "daltoniens" dans le sens où ils ne faisaient pas attention à la couleur de peau des détenus et, par extension, à leur appartenance ethnique ou à leur religion. Cela allait souvent de pair avec l'affirmation selon laquelle le comportement des autres membres du personnel était dicté par des considérations "raciales". Une autre forme de justification était la suivante : les inégalités raciales et la discrimination étaient pour certains simplement un aspect de la "nature humaine" et étaient par conséquent inévitables. Ceci impliquait que les prisons n'étaient alors pas différentes par rapport à d'autres secteurs de la vie sociale et que par conséquent il n'y avait pas lieu d'intervenir spécialement. En troisième lieu, le racisme était évoqué soit comme un résidu appartenant au passé, soit comme une forme de plaisanterie ou comme étant le fait de quelques "brebis galeuses". Chacune de ces approches suggérait que le racisme avait tendance à être exagéré. La quatrième forme de justification consistait à interpréter les allégations de racisme en tant que preuve d'une volonté des détenus de "jouer la carte de la race", ce qui revenait à accuser la victime elle-même. Même quand cette forme de justification s'accompagnait de l'aveu que la discrimination raciste était une réalité en prison, l'emphase portait souvent sur le fait que l'importance du racisme était souvent exagérée.

122Aucune de ce ces quatre formes d'explication n'est spécifique à la prison : chacune d'entre elles a une longue histoire dans de nombreux aspects de la vie humaine. Mais elles ont une importance spéciale dans le contexte carcéral, précisément parce que le Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles, comme nous l'avons expliqué au début de ce chapitre, a mis beaucoup d'énergie pour combattre le racisme. Une façon d'interpréter nos conclusions quant à la persistance d'allégations de racisme et aux réponses des surveillants face à ces allégations consiste à voir en elles des signes que la mise en place de politiques et de règles anti-racistes ont au moins permis de modérer la virulence du racisme. La plupart du temps, dans les prisons de notre échantillon, le racisme revêt une forme atténuée et il est plus subtil qu'il ne l'était auparavant. Néanmoins, un ancien Directeur Général du Prison Service et le propre conseiller en relations raciales de celui-ci ont tous les deux admis que le Prison Service est "institutionnellement raciste" ; Un ancien Inspecteur en Chef des prisons et la Commission for Racial Equality sont arrivés à la conclusion qu'une culture raciste continue à "infecter" certains établissements ; et la recherche a continué à mettre en évidence des comportements calqués sur des préjugés racistes (Burnett & Farrel, 1994 ; NACRO, 2000 ; CRE, 2003a, 2003b ; Edgar & Martin, 2004) dans les prisons anglaises et galloises.

123Une façon alternative d'interpréter nos conclusions consiste à voir en elles la preuve que la mise en œuvre des politiques et procédures pour combattre le racisme par le Prison Service (ceci découlait d'un "nouveau management" dans les services publics (Law, 1996)) a été relativement une réussite mais que cette mise en œuvre a aussi eu tendance à donner la priorité aux procédures bureaucratiques par rapport aux stratégies anti-racistes. De plus, ces procédures pouvaient être décrites comme du "management ethnique" (Law, 1999) dans la mesure où leur but est de remédier aux inégalités qui existent parmi les catégories ethniques de détenus sans nécessairement chercher à s'attaquer aux croyances, structures et autre pratiques qui donnent naissance à ces inégalités. Le Prison Service a, c'est certain, mis en place toute une gamme de politiques, de règles, d'initiatives, de structures mais aussi des moyens humains, des programmes de formation, des manuels, des procédures pour recueillir les plaintes et enquêter ainsi que des outils de surveillance et de comptabilisation. On attend des directeurs qu'ils mettent en place toute cette gamme de mesures et qu'ils fournissent des preuves que le système fonctionne au niveau de chaque établissement. Les preuves relatives à la compétence du personnel pour suivre les procédures exactes revêtent une importance spéciale. Mais la nature gigantesque de cet appareil pourrait s'avérer contre-productive si elle masque une incapacité à se débarrasser d'un personnel raciste et à sanctionner les détenus racistes ou s'il décourage à la fois les détenus et le personnel à avoir foi dans l'efficacité du système. Ces deux éventualités entretiennent le cynisme.

124Il n'en reste pas moins que le Prison Service of England and Wales s'est officiellement engagé envers la défense de la diversité et de l'"égalité raciale". Maintenant que les actes de racisme les plus flagrants et les plus violents sont devenus, de façon explicite, illégaux, les doléances des détenus Musulmans concernent principalement des "carences relatives". C'est-à-dire que, lorsqu'ils se comparent à des détenus appartenant à d'autres groupes ethniques ou religieux, ils peuvent aboutir à la conclusion qu'ils sont injustement désavantagés. Ceci explique pourquoi bon nombre des doléances concerne des demandes auxquelles il n'a pas été répondu favorablement, par exemple pour la prière du vendredi, pour la nourriture halal ou encore pour des visites. Les détenus Musulmans affirment que leurs demandes sont plus fréquemment rejetées que celles formulées par des détenus blancs et/ou chrétiens. L'ironie dans tout cela, c'est que, comme le Prison Service essaie de permettre aux minorités ethniques de profiter davantage d'aménagements et de services, les attentes de ces mêmes minorités deviennent plus grandes. Leur sentiment d'être désavantagé est par conséquent relatif à des normes qui s'améliorent et à des attentes qui s'accroissent. Étant donné que l'État britannique finance depuis longtemps des écoles chrétiennes ou juives, les Musulmans ont fait, et c'est compréhensible, campagne pour obtenir le financement d'écoles musulmanes pour des motifs d'égalité. Cette campagne a abouti à la création d'écoles musulmanes au sein du système éducatif financé par l'État.

125La situation est différente au sein des prisons françaises en partie en raison du plus grand pourcentage de détenus Musulmans et des souvenirs toujours douloureux de la guerre d'indépendance de l'Algérie dans les années 1950 mais aussi en partie parce que, en l'absence de plan visant à promouvoir la diversité, il y a un sentiment plus fort d'exclusion sociale parmi les Musulmans. Certes, l'insistance officielle sur la notion selon laquelle les détenus ont tous les mêmes droits offre un certain degré de protection juridique contre les discriminations illégales, mais la politique qui consiste à ne pas recueillir de statistiques relatives aux différences ethniques ou religieuses – et nous ne dirons rien quant à la surveillance des désavantages et des inégalités en fonction de l'appartenance ethnique – mine toute volonté de changement politique. Résultat : des formes de discrimination raciales grossières sont relevées plus fréquemment dans les prisons françaises que dans celles de Grande-Bretagne et l'arsenal français pour combattre le racisme semble faible comparativement à ce qui a été mis en place outre¬ Manche

126La question qui doit être posée est la suivante : pourquoi un racisme aussi réel au sein des prisons a-t-il été aussi systématiquement négligé dans une enquête aussi sérieuse que la rapport Hyest-Cabanel (2001) ? La raison n'en est pas la mauvaise foi ou une conspiration du silence. Elle réside plutôt dans les normes culturelles qui dominent tout le cadre institutionnel et constitutionnel de la société française : ces normes ignorent tout bonnement ce que signifie le racisme en termes concrets parce qu'elles refusent de prendre en compte les données réelles, la réalité de la société française afin de préserver un idéal légué par le Siècle des Lumières et mis en œuvre par la Révolution française et la Troisième République. La France est de facto une société multiculturelle – ou, du moins, diverse d'un point de vue ethnique ou religieux – qui choisit délibérément d'ignorer ce fait au nom de l'idéal de l'homogénéité culturelle qui l'a caractérisée jusqu'aux années 1970.

127Les politiques publiques sont, en France, également enracinées dans l'hypothèse philosophique selon laquelle le rationalisme est la clef des vérités universelles et que la sphère publique doit par conséquent être étanche aux valeurs particulières associées à des communautés religieuses qui ne représentent qu'une fraction de la nation. Les prisons, en tant qu'institutions de la nation auxquelles on ne choisit pas d'"adhérer", doivent gérer au quotidien la tension entre universalisme et particularisme. Elles s'efforcent de trouver des moyens de permettre l'expression des identités culturelles, religieuses ou ethniques sans donner l'impression de compromettre les idéaux universalistes et la position neutre de l'État. Ceci a pour conséquence que la notion même de "minorité" trouve bien peu de protection dans la loi française. A la place de cela, la notion des droits et obligations universels, tels qu'ils sont définis par l'État, tient la place d'honneur à la fois dans la loi et les pratiques des institutions publiques. La mise en œuvre de ces principes soi-disant universels au sein des prisons dans lesquelles la majorité des détenus provient de minorités "non reconnues", fait courir le risque de faire naître de forts sentiments d'injustice, d'exclusion et d'aliénation. Tristement, l'ironie veut que les accusations de discrimination raciste émanant des détenus ne peuvent pas être prises au sérieux dans un système qui ne reconnaît pas la réalité des minorités. Le fait que les accusations de racisme au sein des prisons françaises impliquent de plus en plus fréquemment une discrimination pour cause de religion vient encore aggraver les choses. Ceci est dû au fait que l'effet à long terme de la laïcité est d'entretenir l'idée que la religion ne peut fonctionner légitimement que dans le cadre de la vie privée et qu'elle doit être isolée de la sphère publique au nom de l'unité de la République. En outre, le fait que la religion dont il s'agit est l'Islam, religion dont de nombreux adeptes considèrent qu'elle est un mode de vie à part entière, vient jeter de l'huile sur le feu en brandissant le spectre non seulement du particularisme mais aussi du fanatisme et du fondamentalisme, c'est-à-dire la négation même du rationalisme universel.

Notes

1 Dans cette partie, notre analyse est largement basée sur les travaux pionniers de McDermott (1989) et Genders & Player (1989).

2 Signalons que le texte du Prison Service exclut certaines confessions : il ne reconnaît pas l'Église de Scientologie, le rastafarianisme et Nation of Islam.

3 Voir Solomos, 1986 ; Benyon & Solomos, 1987 ; Waddington, 1992 ; Keith 1993.

4 http/www.hmprisonservice.gov.uk/corporate/dynpage.asp?page=104.

5 http://www.hmprisonservice.gov.uk/corporate/dynpage.asp?page=260.

6 Par comparaison, le pourcentage de membres du personnel du Home Office issus de minorités ethniques s'élevait à 18,2 % en avril 2002. Parmi les fonctionnaires ayant un statut de cadre au sein du Prison Service, on dénombrait 26,4 % de personnes issus de minorités ethniques
(http://www.civil–service.gov.uk/statistics/documents/pdf/ethnic02.pdf.
Consultable en ligne. consulté le 26/9/03).

7 Voir en particulier les enquêtes de Burnett & Farrel (1994) et également Association of Probation Officers & Assocciation of Black Probation Officers (1996).

8 Disponible en ligne :
http://www.hmprisonservice.gov.uk/statistics/dynpage.asp?Page=17 [consulté le 26/9/03].

9 Les statistiques publiées par le site internet du Prison Service indiquent que le nombre total de fonctionnaires s'élève à 45 328 mais 10,33 % du personnel carcéral correspond aux catégories "divers", "autres", "non renseigné" ou "données non disponibles". Il est par conséquent possible que le nombre de Musulmans soit supérieur à notre estimation de 1 %.

10 Lord Falconer, Hansard, Chambre des Lords, 6 novembre 2002.

11 Le rapport de l'Inspecteur en Chef concernant une visite dans cette même prison peu de temps avant que notre enquête ne débute, avait également précisé que les détenus noirs et issus des minorités ethniques avaient évoqué un racisme "modéré" et "souterrain".

12 "Je pense que le christianisme doit passer en premier. Je ne veux pas me montrer raciste mais j'imagine mal Dubaï faisant la même chose pour des chrétiens" (Prison 1, Surveillant 4).

13 Les détenus Musulmans peuvent se porter volontaires pour observer le jeûne du Ramadan. Ce n'est pas automatique avec le fait de se déclarer de religion musulmane. Nous n'avons trouvé aucune preuve montrant que les détenus subiraient des pressions pour qu'ils s'inscrivent sur la liste.

14 Selon l'enquête de Burnett &Farrel (1994 : 53), "presque les trois quart des surveillants qualifiaient les relations entre surveillants et détenus de "généralement bonnes", ce que souligne également notre enquête.

15 Ceci correspond aux conclusions de l'enquête d'Edgar 1Martin, 2004 : 20-3 à propos du sentiment répandu chez les détenus suivant lequel il existerait une "partialité informelle" en ce qui concerne l'accès aux équipements, aux ressources et aux activités.

16 Pas une seule des 20 détenues avec lesquelles nous nous sommes entretenus dans les prisons pour femmes n'a signalé connaître l'identité de son Race Relation Officer.

17 Depuis la fin de nos entretiens, les Board of Visitors ont été renommés "Independent monitoring Groups" (Groupes de Surveillance Indépendants).

18 Le Président Chirac avait commandé en juillet 2003 un rapport sur la laïcité auprès d'un comité de vingt personnes parmi lesquelles figuraient des intellectuels connus et des hommes politiques mais aucun représentant d'une quelconque communauté religieuse. Sous la présidence de Bernard Stasi, médiateur et ancien homme politique, le comité s'est penché sur l'histoire de la laïcité, son statut actuel et son avenir probable.

19 En 1989 et 1995, de nombreuses filles portant un foulard islamique ont été exclues des écoles publiques parce qu'elles arboraient un symbole religieux "ostentatoire". Le problème posé par ces filles musulmanes a perduré durant quelques années mais avec moins d'animosité. Voir Gaspard et Khosrokhavar (1995).

20 Voir Loch (1995) ; Khosrokhavar (1997).

21 Une petite brindille utilisée pour se nettoyer les dents et les gencives.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540