Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Musulmans en prison

 | 
James A. Beckford
, 
Danièle Joly
, 
Farhad Khosrokhavar

Chapitre 4. La pratique de l'Islam en prison

Texte intégral

Introduction

1La question de savoir comment sont traités les détenus dans les prisons françaises, anglaises est galloises n'a pas la même portée ni la même résonance dans chaque pays. Cette question acquiert une signification à partir des contextes historiques coloniaux et postcoloniaux, des systèmes judiciaires, des cultures politiques et des débats portant sur le terrorisme. Les discours publics sur la question des détenus Musulmans en prison suivent également les contours de ces contextes. Néanmoins, ces considérations ne sont pas les seuls facteurs qui influencent la pratique de l'Islam au sein des prisons. Ce chapitre montrera également que le fonctionnement quotidien des prisons exerce une influence importante sur les conditions dans lesquelles les détenus Musulmans peuvent pratiquer leur culte. Ce chapitre débute par l'évocation d'un point de vue historique des différentes politiques relatives aux Musulmans qui se sont succédées dans les prisons anglaises et galloises. Nous montrerons que la mise en œuvre de ces politiques a subi de nombreuses transformations, ce qui traduit des adaptations de la part à la fois du personnel carcéral et des détenus. Nous porterons une attention particulière à la façon dont ont été perçus les changements relatifs à la mise à disposition de locaux et de ressources spécifiques pour les Musulmans. En outre, nous chercherons à déterminer si ces politiques et ces mesures traduisent un glissement vers une institutionnalisation de l'Islam dans les prisons.

2La deuxième partie du chapitre analyse le contexte institutionnel à l'intérieur duquel les détenus Musulmans des prisons françaises recherchent une reconnaissance de la légitimité de leurs demandes en ce qui concerne des locaux et des ressources spécifiques. Nous avancerons la thèse que le personnel carcéral a recours – souvent de façon incohérente – au principe de laïcité afin de justifier leurs pratiques en ce qui concerne les questions alimentaires, d'hygiène ou encore de jeûne. Le ressentiment que ceci génère parmi les détenus Musulmans est exacerbé par le fait que les possibilités de prière collective et de rencontres individuelles avec des imams sont rares à l'intérieur des prisons françaises. La conséquence est la suivante : les prisons françaises donnent naissance à des expressions de l'Islam hautement individualisées ainsi qu'un contexte dans lequel les "extrémistes" ont littéralement le champ libre pour influencer les autres détenus Musulmans.

I. La place de l'Islam dans les prisons anglaises et galloises

A. Les aumôniers et les autres cultes

3En l'absence de séparation entre Église et État au Royaume-Uni, la religion continue à occuper un espace au sein de la sphère publique britannique. Ceci est par exemple apparent au niveau de l'obligation légale qu'ont les écoles d'État de débuter la journée par une prière collective, de l'existence, dans l'armée, d'aumôneries financées par des fonds publics, mais aussi au niveau des institutions de santé et des services d'urgence et également par le fait que les principaux évêques de l'Église anglicane soient présents au sein de la Chambre des Lords. La visibilité publique de la religion est encore plus manifeste en prison en raison du rôle historique qu'a toujours joué celle-ci dans la mise en avant de l'idée selon laquelle les prisons doivent avoir autant un rôle de pénitence et de réhabilitation qu'un rôle de punition. "Les grandes prisons victoriennes ont été conçues de façon à ce que la religion en soit le cœur [...]. Elles ont été fondées en tant que fabriques de vertu sur les bases philosophiques du christianisme et de l'utilitarisme" ( Potter, 1991, cité dans Beckford & Gilliat, 1998). L'importance accordée à la religion a été renforcée par le Prison Act de 1952 qui considère le poste d'aumônier en tant que poste statutaire à part entière dans toute prison : "dans chaque prison seront affectés un directeur, un aumônier et des gardiens, un médecin ainsi que d'autres fonctionnaires si cela est nécessaire". Cette disposition statutaire a permis de conférer une dimension d'autorité et de stabilité au poste d'aumônier, dimension qui a été reconnue à de nombreuses reprises par l'inspecteur en chef des prisons de Sa Majesté.

4Les aumôniers de prison ont été des personnages-clés des établissements pénitentiaires britanniques durant les xixe et xxe siècle. Leur tâche ne se résumait pas à la seule dimension religieuse ; ils exerçaient également une fonction pastorale aussi bien que sociale. En 1999, l'aumônier, en plus d'assurer les services religieux, avait, entre autres tâches, les différentes responsabilités suivantes, comme il est stipulé dans les règles carcérales1

5Tâches spéciales des aumôniers et visiteurs religieux

614. – (1) L'aumônier ou le visiteur religieux d'une prison devra –

  1. recevoir en entretien individuel tout prisonnier de même confession rapidement après l'incarcération et également peu de temps avant la libération ;
  2. si, en outre, aucune autre disposition n'a été prise, il devra se charger du service funéraire de tout détenu de même confession qui viendrait à mourir au sein de la prison ;

7(2) l'aumônier rendra visite quotidiennement à tous les prisonniers de religion anglicane qui seraient malades, soumis à un régime de restrictions ou consignés dans leurs cellules ; un visiteur religieux pourra faire de même, dans la mesure du possible, pour les détenus de sa confession ;

8(3) s'il le souhaite, un détenu non anglican ne recevant pas de visites régulières de la part d'un visiteur religieux de sa confession et qui en outre serait malade, soumis à un régime de restrictions ou encore consigné dans sa cellule, pourra recevoir la visite de l'aumônier.

9Visites régulières organisées dans le cadre de l'aumônerie

1015.- (1) l'aumônier rendra visite aux détenus de confession anglicane ;

11(2) un visiteur religieux pourra rendre visite aux détenus de sa confession aussi régulièrement que cela est possible ;

12(3) lorsqu'un détenu appartient à une confession pour laquelle aucun visiteur religieux n'a été recruté, le directeur devra, dans la limite de ses possibilités, prendre des dispositions afin que ce détenu puisse, s'il le souhaite, recevoir la visite d'un représentant de sa religion.

13Même si le Prison Act de 1952, législation qui continue à être appliquée, précisait que chaque aumônier devait être un ecclésiastique de l'Église anglicane, les "notes concernant les visiteurs religieux recrutés selon les termes du Prison Act de 1952" ont fini par reconnaître que les prêtres catholiques ainsi que des pasteurs méthodistes pouvaient également assurer cette fonction. En outre, le nombre de femmes aumôniers a augmenté de façon conséquente depuis le début des années 1990.

  • 2 HM Prison Service Order on Religion, PSO 4550, 2002, 1.10

14Un autre article du Prison Act de 1952 qui pose les bases effectives du rôle des aumôniers, stipule qu'"une liste complète des détenus regroupés selon leur confession doit être envoyée selon un accord écrit passé avec chaque visiteur religieux à l'aumônier ou l'ecclésiastique responsable, soit sur une base hebdomadaire, soit à des intervalles qui ont été négociés entre chaque ecclésiastique et l'établissement pénitentiaire"2. Cette disposition d'apparence simple signifie que chaque prison doit garder une trace de l'identité religieuse déclarée par chaque détenu ; elle permet également aux détenus de modifier leur affiliation religieuse de temps en temps ; en outre, elle oblige les surveillants à s'assurer que les détenus puissent assister aux activités religieuses auxquelles ils ont droit. Toutes ces mesures pratiques donnent aux aumôniers une garantie institutionnelle qu'ils auront la possibilité de rendre visite aux détenus ayant déclaré une identité religieuse. En effet, les aumôniers doivent, conformément à leurs responsabilités statutaires et sur une base quotidienne, rendre visite à tous les détenus arrivant en prison, à tous ceux qui se trouveraient en centre de soins ainsi qu'à tous ceux qui seraient sous le coup d'une punition pour non–respect des règles carcérales. Une nouvelle fois, ceci démontre que l'aumônerie n'est pas un simple ajout à l'ensemble des activités des prisons anglaises et galloises mais qu'elle est effectivement incorporée à leurs structures et modes de fonctionnement.

  • 3 HM Prison Service Order on Race Relations, PSO 2800, 1997, Chap. 3.13.2

15Le poids de la religion chrétienne au sein des prisons d'Angleterre et du pays de Galles a permis d'ouvrir une brèche pour les membres de communautés religieuses autres que chrétienne durant le dernier quart du xxe siècle. Au début, c'était l'aumônier chrétien qui prenait la plupart des initiatives visant à inviter tout d'abord des volontaires puis des visiteurs religieux en prison afin qu'ils y assurent des services religieux ou qu'ils y donnent des cours. Ensuite, ce fut autour des principaux représentants bouddhistes, juifs, hindous, Musulmans et sikhs d'assumer la responsabilité à la fois de recruter des personnes susceptibles de devenir des visiteurs religieux et de les former. En 1982, l'aumônier en chef du Prison service of England and Wales (PSEW) a confié de façon formelle la supervision de ces questions à l'un de ses adjoints en lui conférant le titre de conseiller auprès de l'aumônerie pour les cultes des minorités. En 1992 ont en outre commencé à être mises en place des réunions semestrielles de la Chaplain General's Standing Consultation on Religion in Prison (consultation permanente de l'aumônier en chef sur les questions de la religion en prison), réunions auxquelles ont pris part les principaux responsables des autres cultes. Mais jusqu'à la fin des années 1990, toutes les dispositions visant à la pratique des autres cultes passaient par la médiation des aumôniers chrétiens, lesquels se retrouvaient dans une position de courtiers en partie en raison de leur rôle plus large tel qu'il a été mentionné plus haut (Beckford & Gilliat, 1998). Cette responsabilité spécifique a été mentionnée au niveau national : "Un aumônier en chef adjoint a la responsabilité de contacter les représentants des autres cultes et de traiter les demandes relatives à tout aspect de la pratique religieuse au sein des établissements pénitentiaires du Prison Service, ceci incluant les religions non chrétiennes ainsi que les contacts avec les visiteurs religieux3".

16Néanmoins, il existait un fort sentiment de mécontentement vis-à-vis de cette médiation parmi les représentants de certaines communautés religieuses minoritaires qui cherchaient à avoir davantage d'indépendance en ce qui concerne leurs relations avec le Prison Service. Ils insistaient en particulier sur la nécessité d'éviter d'avoir à dépendre de la bonne volonté des aumôniers chrétiens. Selon la Commission on British muslims and Islamophobia (commission sur les Musulmans britanniques et l'islamophobie ; 2001 : 16), cette "dépendance vis-à-vis du bon vouloir d'un aumônier en particulier, des directeurs et des surveillants" est l'une des raisons qui ont été avancées pour expliquer le scepticisme des Musulmans vis-à-vis des éventuels progrès accomplis concernant la question de la diversité religieuse en prison. Les inégalités structurelles demeuraient le principal problème.

  • 4 HM Prison Service ’Prison Service Race Relations Policy Statement’ Prison Service Order on Race Re (...)

17Au passage, il est intéressant de remarquer que le premier aumônier en chef adjoint chargé des autres cultes à avoir été nommé n'avait pas réussi à ce que soit remis en cause – au motif de la non-prise en compte de la religion – la première version du Race Relations Policy Statement (Politique en matière de relations raciales) rédigée par le PSEW ; cependant, par la suite, les modifications du texte ont abouti à ce que la religion y soit incorporée. Ceci illustre le fait que la pensée officielle en ce qui concerne les relations raciales en prison était – et continue à être – sous certains aspects en avance par rapport à la législation anti-discriminatoire en général. Il ne fait aucun doute que la pression exercée par les membres de la Chaplain General's Standing Consultation on Religion a largement contribué à obtenir ces modifications. Ces personnes maintenaient l'administration pénitentiaire bien informée des plaintes émanant à la fois des détenus et des visiteurs religieux en ce qui concerne les obstacles qui les empêchaient de remplir correctement leurs obligations religieuses. Cela vaut néanmoins la peine de faire remarquer que cette politique visait à éliminer la discrimination pour motifs religieux : "L'administration pénitentiaire s'engage à faire en sorte que l'égalité raciale soit respectée. Toute discrimination fondée sur la couleur de peau, la race, la nationalité, les origines nationales ou ethniques ou encore la religion de même que toute injure, insulte ou comportement raciste de la part des membres du personnel, des détenus ou des visiteurs est inacceptable et ne sera pas tolérée4".

  • 5 HM Prison Service Prison Service Order on Race Relations, PSO 2800, 1997, 5.6.4

18Au crédit de certains membres des services du Chaplain General figurent également le fait que la première édition du répertoire et guide des pratiques religieuses au sein des prisons de Sa Majesté) ait été publiée dès 1988. Cette compilation exhaustive de renseignements relatifs aux croyances, pratiques et obligations religieuses du christianisme ainsi que d'autres cultes, compilation qui en est maintenant à sa troisième édition, a reçu des critiques favorables à l'intérieur du pays comme à l'étranger, en particulier parce que les renseignements qui y figurent sont fournis par les communautés religieuses minoritaires elles-mêmes. Le Prison Service Order on Religion (directives de l'administration pénitentiaire à propos de la religion) est un exemple plus récent de textes bien documentés relatifs aux procédures et exigences à appliquer afin d'atteindre les normes de l'administration pénitentiaire en matière de religion. Les textes du Prison Service relatifs à la restauration font preuve d'une prise en compte importante des besoins alimentaires spécifiques des détenus en vue de satisfaire leurs obligations religieuses. En outre, selon le Prison Service Order on Race Relations (directives de l'administration pénitentiaire en matière de relations raciales), "le professionnalisme exige que le personnel soit sensible à l'importance que certains détenus attachent à la croyance religieuse ainsi qu'aux symboles ou objets de nature religieuse"5.

  • 6 Voir en particulier le document intitulé ’Religion in the prisons of England and Wales’ qui a été (...)

19Néanmoins, au milieu des années 1990, la mise en pratique de cette politique laissait grandement à désirer pour les représentants les plus critiques des cultes bouddhiste, Musulman et sikh. Ils se plaignaient vigoureusement des inégalités systématiques qui existaient entre les dispositions prises pour les détenus chrétiens et celles pour les détenus d'une autre confession6. Ces inégalités venaient remettre en doute les assurances qui avaient été données dans certains documents, par exemple dans le Prison Handbook (guide de la prison), lesquels stipulaient que les détenus jouissaient tous du même droit d'assister à un service religieux, d'être exemptés de travail au moment des prières ou des fêtes religieuses importantes, de recevoir une nourriture adaptée à leur culte et également d'être en mesure de participer à des rencontres religieuses même s'ils avaient été séparés des autres détenus pour des motifs disciplinaires.

20Cependant, la situation a commencé à évoluer de façon importante à la fin des années 1990, ce qui a conduit à une reconnaissance plus claire des besoins des détenus issus d'une autre confession ainsi qu'à la mise en place de structures qui n'étaient plus soumises au contrôle direct et exclusif des aumôniers chrétiens. À titre d'exemple, après 1998, la Chaplain’s General Consultation with other faiths (consultation de l'aumônier en chef pour les questions relatives aux autres cultes) ainsi que la Standing Consultation on Religion in Prison ont été remplacées par le Advisory Group on Religion in Prisons (groupe consultatif sur les questions de religion en prison), lequel ne relevait pas des attributions des services du Chapalin General. Ce groupe était présidé par le directeur des régimes de l'administration pénitentiaire et accueillait les représentants des cultes ayant un nombre important de fidèles en prison : bouddhistes, hindous, juifs, mormons, Musulmans, pentecôtistes et sikhs ainsi que le Chaplain General, des membres des services de l'aumônerie, un directeur en poste et des membres du Prisoner Administration Group. En d'autres termes, la liaison avec les communautés religieuses minoritaires n'était plus désormais du seul ressort des services centraux de l'aumônerie. Il s'agissait dorénavant d'une responsabilité partagée avec des hauts fonctionnaires de l'administration pénitentiaire qui n'étaient pas des ecclésiastiques. Certains d'entre eux exerçaient des responsabilités vis-à-vis de certains programmes du Prison Service relatifs à l'égalité "raciale" et ethnique.

21À peu près au même moment, un groupe de travail présidé par le directeur du Prisoner Administration Group a réuni les représentants de différentes communautés religieuses afin de mettre sur pied un nouveau système qui permettrait au Prison Service de consulter ces communautés religieuses d'une façon plus ouverte et plus équitable. L'Advisory Group et le Working Group ont finalement cédé la place en mai 2003 à un organisme entièrement nouveau : le Chaplaincy Council (Conseil de l'Aumônerie). Il est constitué d'un aumônier appartenant aux services généraux de l'aumônerie, du Muslim Adviser (conseiller musulman) et de représentants des principales communautés religieuses, lesquels portent tous le titre de Prison Service Faith Adviser (conseiller cultuel auprès de l'administration pénitentiaire). Certains de ses représentants agissent également en tant que Faith Advisers to the Prison Service ou sous la dénomination Religious Consultative Services. En d'autres termes, ils ont une responsabilité pratique visant à s'assurer que les détenus de même confession qu'eux puissent avoir accès à des services religieux appropriés. Ce Conseil se réunit six fois par an, l'aumônier en chef présidant quatre des six réunions, les deux autres étant présidées par le Director of Resettlement. Sa fonction ne consiste plus simplement en un rôle de guidage et de conseil auprès des services de l'aumônerie de l'administration pénitentiaire, il s'agit également de concourir à l'élaboration de nouvelles politiques et de discuter de sujets présentant un intérêt mutuel. Afin d'éclairer la nouvelle fonction du Chaplaincy Council, le Chaplain General a précisé la chose suivante lors d'un entretien ayant eu lieu aux Prison Service Headquarters (services centraux de l'administration pénitentiaire) le 13 mai 2003 : "Le Chaplaincy Declaration of Purpose (déclaration d'objectifs de l'aumônerie), lequel est sur le point d'être amendé, devra recevoir l'aval du Conseil pour ces amendements. Nous ne souhaitons pas que cette déclaration soit publiée sans avoir reçu cet aval ; cet organisme revêt véritablement une grande importance pour nous. J'estime que ses membres sont au cœur des prises de décision en ce qui concerne les questions relatives à l'aumônerie".

22Parmi les premiers effets de ce nouvel esprit de coopération multiconfessionnelle figurent d'une part la tenue en 2003 de la toute première conférence nationale réunissant 450 aumôniers de tous les cultes et, d'autre part, une semaine de la religion (Faith Week) organisée dans les locaux des services centraux de l'administration pénitentiaire et durant laquelle les représentants des principaux cultes ont tenu des conférences à destination du personnel impliqué dans l'élaboration des politiques relatives à l'égalité et à la diversité.

23Cette série de changements en ce qui concerne les mécanismes de représentation et de consultation a eu lieu à peu près au même moment que deux autres évolutions importantes. La première fut la nomination sur un poste à plein temps d'un conseiller musulman auprès de l'administration pénitentiaire (Muslim Adviser to the PSEW) en septembre 1999. Un lobbying important exercé depuis de nombreuses années par différentes organisations musulmanes et d'autres personnes influentes, dont l'Islamic Cultural Centre at London Central Mosque (centre culturel islamique de la mosquée centrale de Londres), est parvenu à persuader l'administration pénitentiaire en 1998 de la nécessité de créer un poste de conseiller musulman. A l'origine, il avait été question de nommer un conseiller à temps partiel, conseiller détaché depuis une organisation musulmane, ce qui n'aurait pratiquement généré aucun coût pour l'administration pénitentiaire ; ce projet fut abandonné à la suite de protestations émanant des organisations musulmanes. Le poste proposé fut dès lors un poste à plein temps au sein des services du Chaplain General, poste renouvelable après un délai de deux ans. La description du poste ne se limitait pas à des fonctions de conseil ou de consultation. Il prévoyait également que celui qui l'occuperait représenterait les Musulmans au sein de l'Advisory Group on Religion (et, à terme, auprès du Chaplaincy Council), qu'il assurerait la liaison avec les autres communautés religieuses, qu'il participerait à l'élaboration des programmes de formation, qu'il rendrait visite aux imams et qu'il servirait de médiateur entre les communautés musulmanes et l'administration pénitentiaire. Le premier détenteur du poste, Maqsood Ahmed, est devenu le fonctionnaire musulman le plus haut placé du Royaume-Uni. Son contrat fut renouvelé à l'issue des deux premières années ; il a ensuite démissionné pour rejoindre la Faith Communities Section (section des communautés religieuses) du Race Equality Unit (service pour l'égalité entre les races) du ministère de l'intérieur en début d'année 2003.

24La seconde grande évolution consista en la nomination du révérend William Noblett au poste de Chaplain General en juillet 2001. Il avait non seulement acquis de nombreuses années d'expérience en matière d'aumônerie carcérale mais avait également joué un rôle de pionnier en ce qui concerne le cheminement vers une aumônerie multiconfessionnelle. Non seulement son expérience lui avait attiré les bonnes grâces de l'ancienne équipe des services de l'aumônerie carcérale mais elle faisait aussi de lui la personne la plus indiquée pour le poste de Chaplain General dans la mesure où les critères de recrutement spécifiaient pour la première fois que celui qui serait nommé devrait mettre en place un système d'aumônerie multiconfessionnelle au sein du système carcéral d'Angleterre et du pays de Galles. Non seulement le nouveau conseiller musulman avait soutenu la politique d'une aumônerie multiconfessionnelle mais il avait également conseillé l'administration pénitentiaire dans le but de mettre en place une politique de ce type. Ceci constitue à nouveau une preuve que la politique du Prison Service s'orientait vers une amélioration des possibilités pour les détenus appartenant à des communautés religieuses minoritaires de pratiquer leur religion en prison.

25Il n'était pas déraisonnable de supposer que la coexistence entre un conseiller musulman auprès du Prison Service, conseiller exerçant à plein temps, un Chaplain General engagé dans le processus de la création d'une aumônerie multiconfessionnelle et un Chaplaincy Council ouvert à tous les cultes allait pouvoir être en mesure de résoudre la plupart des tensions anciennes qui persistaient au sein de l'aumônerie carcérale d'Angleterre et du pays de Galles. Et, en effet, des avancées énormes furent réalisées en matière d'intégration des autres cultes dans le processus de définition des politiques et dans le fonctionnement d'équipes d'aumônerie ouvertes au niveau de chaque établissement pénitentiaire. Les Musulmans en particulier ont pu bénéficier de la disponibilité d'un conseiller musulman, lequel avait la possibilité de prodiguer des conseils aux visiteurs religieux ainsi qu'aux directeurs des prisons, de tenter d'améliorer les conditions de la tenue des prières du vendredi et également de mener des enquêtes visant à vérifier l'authenticité de la nourriture prétendument halal. En outre, il a pu exercer une supervision jusque-là jamais égalée en ce qui concerne la formation et le recrutement des visiteurs religieux. Ce volet comportait une part de négociations complexes avec toute une série d'organisations musulmanes en dehors du Prison Service. Peu de temps avant qu'il ne quitte son poste, il était parvenu à garantir l'emploi d'imams en tant qu'aumôniers auxiliaires à plein temps dans environ dix établissements pénitentiaires.

  • 7 Selon les termes du Chaplain General, "tout ce qui a trait à la religion devrait être géré au sein (...)

26En dépit de toutes ces réalisations, certaines difficultés perduraient. Par exemple, un représentant d'une autre communauté religieuse minoritaire s'était plaint de l'augmentation substantielle des fonds à destination des Musulmans alors que les ressources restaient maigres pour les autres communautés. Il existait également un autre problème, celui de tensions importantes entre les principaux acteurs au sein et autour des services centraux de l'aumônerie. Un problème de rivalité entre différentes organisations musulmanes sunnites avaient précédé la nomination du conseiller musulman et cette rivalité avait à peine diminué. En outre, il existait également des tensions entre le conseiller et certaines organisations musulmanes en raison des incertitudes relatives à leurs champs respectifs de responsabilité. Enfin, les relations du conseiller avec le Chaplain General n'ont pas toujours été sans difficultés à certains moments parce que le conseiller sentait qu'il y avait des tentatives visant à restaurer la mainmise des services centraux d'aumônerie sur les cultes non chrétiens. Le fait que le Chaplain General soit à la tête du nouveau Chaplaincy Council était en particulier une cause de friction. De l'avis du Chaplain General, il était cohérent vis-à-vis des principes régissant une aumônerie multiconfessionnelle que cette dernière ait la responsabilité de défendre les intérêts de toutes les communautés religieuses7. Mais le conseiller musulman pensait qu'il s'agirait là d'un pas en arrière qui serait susceptible de redonner aux chrétiens le contrôle de l'aumônerie dans son intégralité. Par ailleurs, il a également exprimé son mécontentement vis-à-vis du niveau de soutien financier, administratif et également en matière de secrétariat dont il jouissait au sein des services centraux de l'aumônerie ; il avait l'impression que son poste aurait pu bénéficier d'un soutien plus important s'il avait été rattaché au Prison Administration Group plutôt qu'aux services du Chaplain General.

27Les opinions du conseiller musulman allaient de pair avec sa réticence à n'être considéré que comme un adjoint de plus auprès du Chaplain General. Il aurait préféré un rôle centré sur l'égalité "raciale" et la diversité aussi bien que sur la religion – et ceci avec une équipe administrative et un secrétariat suffisant pour un fonctionnaire devant gérer les 140 établissements pénitentiaires d'Angleterre et du pays de Galles. Il se serait sans doute senti plus à l'aise s'il n'avait pas dû s'intégrer dans une structure conçue pour abriter les représentants des églises chrétiennes et s'il n'avait pas dû justifier l'ensemble de ses décisions et démarches auprès d'un Chaplain General anglican. Une solution plus acceptable aurait pu consister à placer l'aumônerie sous le contrôle d'un directeur laïc, directeur qui aurait été entouré d'une équipe de conseillers représentant les principales communautés religieuses.

  • 8 HM Prison Service Prison Service Order on Religion, PSO 4500, 2000, 3.5

28Comme nous l'avons évoqué dans le chapitre 3, il est ironique de constater qu'alors que le conseiller musulman connaissait des tensions avec les services centraux de l'aumônerie, ses relations étaient également parfois difficiles avec le National Council for the Welfare of Muslim Prisoners (NCWMP) lorsque ce dernier estimait que le conseiller prenait certain décisions sans systématiquement recueillir l'avis du Council. Nous voyons ici la manifestation d'un problème qui était largement prévisible dans la mesure où deux nominations avait eu lieu : d'une part, celle d'un conseiller musulman à plein temps et, d'autre part, celle du NCWMP au titre de Religious Consultative Service for Muslims. Le fait que ces deux nominations aient eu lieu pratiquement au même moment est venu renforcer ces difficultés. Par exemple, le Prison Service Order on Religion précise que tout membre du personnel devant faire face à un problème exceptionnel concernant des détenus Musulmans doit en premier lieu en aviser le conseiller musulman qui, le cas échéant, jugera nécessaire ou non de contacter le NCWMP8. Ce double circuit de communication devait immanquablement conduire à des désaccords. En effet, les relations entre le conseiller musulman et le NCWMP se détériorèrent à tel point que chacune des parties jugea l'autre coupable d'obstruction. Le National Council a particulièrement été vexé lorsque l'administration pénitentiaire a interdit à ses représentants de continuer à effectuer des visites dans l'ensemble des prisons londoniennes sauf une. Le niveau du financement attribué au NCWMP par le Prison Service ne lui permettait pas de satisfaire facilement les attentes importantes du conseiller musulman en matière d'efficacité administrative et politique. Enfin, le conseiller a été déçu par l'attitude de la communauté musulmane britannique dans son ensemble, laquelle n'a pas manifesté un grand intérêt vis-à-vis des conditions de détention difficiles des Musulmans ou des besoins de ceux qui avaient été libérés.

29Les premiers aumôniers musulmans à temps plein ont rejoint leur poste d'aumôniers auxiliaires après la fin de nos travaux d'enquête sur le terrain, en 2003, de sorte que nous n'avons pas pu prendre en compte leur travail au sein des établissements. Il aurait été idéal, de notre point de vue, d'avoir la possibilité d'évaluer la réaction des autres membres du personnel et des détenus musulmans à ces nominations sans précédent. Nous avons pu néanmoins ultérieurement nous entretenir longuement avec six aumôniers musulmans à temps plein afin d'évoquer leur première expérience professionnelle dans le cadre de l'aumônerie carcérale. Leurs points de vue sont relatés dans le chapitre 7.

30Les aumôniers musulmans à temps plein doivent effectuer l'ensemble des tâches qui étaient précédemment réservées aux aumôniers chrétiens, tâches parmi lesquelles figurent les obligations statutaires. De façon plus spécifique, ils doivent animer les prières du vendredi, organiser les fêtes de l'Eid, assurer des cours d'éducation à l'Islam et également offrir un soutien religieux et spirituel aux détenus, aux visiteurs et au personnel. Ils doivent également prendre pleinement part au travail administratif des aumôneries, lequel inclut la rédaction de notes à destination des directeurs, la prévision des budgets, la transmission de rapports, l'élaboration de programmes de financement et de formation. Les aumôniers musulmans doivent également recevoir une formation obligatoire et assumer une part de responsabilité en ce qui concerne les activités religieuses et pastorales à destination des détenus non Musulmans. Dans la pratique, ces aumôniers ont un statut très similaire à celui des aumôniers institutionnels des prisons américaines.

31En résumé, le cadre administratif et organisationnel qui régit la pratique de l'Islam au sein de prisons d'Angleterre et du pays de Galles a évolué rapidement depuis la fin des années 1990. L'avènement quasi simultané du NCWMP, d'un conseiller musulman et d'un Chaplain General qui s'engage sur des principes multiconfessionnels – et, plus récemment, d'aumôniers musulmans à temps plein – a permis de résoudre des problèmes qui étaient enracinés depuis longtemps tout en générant de nouvelles tensions. D'autres transformations sont prévues dans le cadre d'une stratégie visant à réduire le pouvoir des services centraux de l'aumônerie en transférant une partie à des Area Chaplains (aumôniers responsables d'une zone géographique) et en ouvrant les postes de Co-ordinating Chaplains (aumôniers coordinateurs) au sein des établissements à des aumôniers issus des principaux cultes. Toutes ces transformations, qu'elles soient déjà en cours ou bien prévues, génèrent également de nouveaux problèmes qui, ironiquement, trouvent leur source dans la mise en œuvre de principes et de pratiques multiconfessionnelles. La partie qui suit montrera qu'un écart entre politiques et pratiques dans certains domaines de l'aumônerie carcérale continue d'exister.

B. Mise en œuvre des politiques relatives à la pratique l'Islam en prison

32Comme nous l'avons montré plus haut, le PSEW a mis en œuvre durant les dernières décennies un grand nombre de politiques et d'initiatives destinées à faciliter la pratique de l'Islam – et également celle des autres cultes minoritaires en Grande-Bretagne – au sein des prisons. Le cadre des règles et des pratiques tel qu'il existe à l'heure actuelle ouvre de larges possibilités d'activités pour les détenus, les aumôniers, les visiteurs ainsi que les organisations bénévoles. Néanmoins, comme nous tenterons de le montrer dans cette partie, le fait que le PSWE non seulement autorise mais aussi finance toutes ces activités conduit à certains résultats inattendus. Toutefois, comparativement aux détenus des prisons françaises, les détenus Musulmans en Angleterre et au pays de Galles ont de bien plus larges possibilités de remplir leurs obligations religieuses et même d'améliorer leur connaissance de l'Islam. Sans doute les Musulmans pratiquants exercent-ils une influence sur les récidivistes afin que ceux-ci prennent davantage conscience de leurs obligations religieuses, mais nous n'avons trouvé aucune preuve d'une quelconque pression excessive. La situation des Musulmans au sein de prisons françaises sera abordée dans la dernière des principales parties du présent chapitre.

1. Perception des changements

33Durant ces dernières années, la situation relative aux Musulmans incarcérés dans les prisons anglaises et galloises a évolué de façon importante. Nombreux sont ceux parmi les surveillants, les directeurs et également parmi les détenus qui ont remarqué un contraste important entre la situation d'il y a quelques années et l'état des choses actuel. Les questions qui posaient problème par le passé prenaient différentes formes ; il pouvait s'agir de problèmes d'aménagement pratiques, de locaux spécifiques ou encore d'attitudes. Voici comment l'un des responsables de la Prison 3 (il s'agit du Head of Regimes and Resettlement Programme de cette prison) évoquait ces problèmes :

"Il y a deux ans et demi, les Musulmans constituait un groupe isolé et oublié ; ils ne faisaient pas à proprement parler partie de l'équipe d'aumônerie. Le Ramadan posait problème ; la fête de l'Eid signifiait qu'il fallait faire entrer de la nourriture, ce qui parfois n'était pas aisé".

34Dans un autre établissement, les prières collectives avaient lieu le lundi au lieu du vendredi comme l'impose le Coran. Il n'existait aucun espace disponible pour cette prière et l'un des surveillants nous a confié qu'il se souvenait que "tous les Musulmans devaient, il y a tout juste quelques années, s'entasser dans une unique pièce tout au bout de l'aile" (Prison 1, aile C). L'imam temporaire de la Prison 2 décrivait le manque de ressources de la manière suivante : "quand je suis arrivé ici, les détenus n'avaient pas de livres, pas de tapis de prière ni même de magazines ; ils étaient privés de toute ressource". À l'époque où cet entretien a eu lieu, ce même imam mettait en doute que les choses se soient améliorées de façon importante depuis son arrivée au sein de la prison. Même s'il s'agissait d'un point de vue minoritaire comparativement à l'ensemble de nos sources, l'imam de la Prison 1 faisait preuve d'un pessimisme encore plus grand quant aux changements effectifs : "les choses évoluent très lentement ; l'aumônier répète fréquemment la chose suivante : "ici, nous avons deux voies possibles : l'une est extrêmement lente et l'autre sans issue". Nous nous trouvons plutôt sur une voie sans issue plutôt que sur celle qui est extrêmement lente".

35Cependant, les détenus Musulmans qui étaient incarcérés depuis plusieurs années insistaient davantage sur le fait que des améliorations avaient bel et bien eu lieu en ce qui concerne les conditions de leur pratique religieuse. D'autres exemples de ces améliorations en direction des détenus Musulmans et de ceux d'une autre confession figurent dans les rapports annuels de l'inspecteur en chef des prisons de Sa Majesté, rapports rédigés durant les années 1990.

36En outre, le premier conseiller musulman auprès du Prison Service avait un avis catégorique en ce qui concerne les récents changements. Il voyait des signes concrets des progrès accomplis sur un bon nombre de fronts tout en restant néanmoins conscient du grand nombre de problèmes qu'il restait à résoudre. Le secrétaire général du NCWMP se fait l'écho de cette opinion en ce qui concerne la qualité de la nourriture halal. Il a certes émis quelques réserves sur la réalité des améliorations concernant d'autres aspects du traitement des détenus Musulmans ; néanmoins, il a reconnu que des progrès avaient bel et bien eu lieu en ce qui concerne la validation de la nourriture étiquetée "halal" dans bon nombre de prisons. Il a également confirmé que depuis la fin des années 1990, les imams avaient bénéficié d'une augmentation du nombre d'heures rémunérées pour leurs visites.

37En résumé, seul un petit nombre des personnes que nous avons interrogées a mis en doute l'amélioration importante, depuis ces dernières années, des conditions de pratique religieuse en prison pour les détenus Musulmans. Comme nous l'avons évoqué précédemment, trois facteurs ont largement contribué à cette perception d'une amélioration. Le premier de ces facteurs fut la nomination en septembre 1999 d'un conseiller musulman auprès du Prison Service sur un poste à plein temps. Le deuxième fut l'arrivée d'un nouvel Aumônier en chef en juillet 2001, aumônier qui s'est engagé sur la voie d'une aumônerie multiconfessionnelle. Le troisième et dernier de ces facteurs fut le travail accompli par le NCWMP.

38En dépit de ces améliorations, nous avons cependant des raisons de penser que les conditions actuelles de la pratique de l'Islam au sein des prisons d'Angleterre et du pays de Galles continuent à générer toute une série de plaintes et de motifs de mécontentement. Pour commencer, nous résumerons les motifs de mécontentement que nous ont exposés les membres du personnel carcéral et les visiteurs religieux. Dans un deuxième temps, nous nous pencherons sur les critiques émises par les détenus Musulmans. Certaines de ces critiques seront analysées plus en profondeur dans les chapitres suivants.

2. Persistance du mécontentement

(a) Ressources

39En ce qui concerne les questions de financement, nous avons constaté que dans la majorité des établissements, c'était l'aumônier anglican qui avait la responsabilité du budget de l'aumônerie. Même lorsque les Musulmans ou les autres communautés religieuses minoritaires étaient représentés au sein des comités d'aumônerie, les aumôniers anglicans prenaient les décisions en ce qui concerne la distribution des ressources financières. A ce titre, les exceptions que nous avons constatées étaient suffisamment rares pour attirer notre attention, comme lorsque le Head of Regimes and Resettlement de la Prison 3 nous a indiqué que l'aumônier anglican avait délibérément redistribué le budget de l'aumônerie proportionnellement au nombre de détenus appartenant aux principales communautés religieuses. L'aumônier anglican de la Prison 1, lequel était tout à fait conscient du problème, estimait quant à lui qu'il n'était pas en mesure d'opérer de tels ajustements en raison d'une réduction annuelle de 10 % du budget global alloué à l'aumônerie. Ceci avait donné lieu à des frictions récurrentes avec le visiteur religieux musulman en ce qui concerne la question du paiement des heures supplémentaires que celui-ci souhaitait passer avec les détenus afin de dispenser des cours d'arabe ou encore apporter un soutien religieux. L'aumônier anglican adjoint ainsi que l'aumônier méthodiste de cette prison n'estimaient pas que les détenus Musulmans étaient traités injustement. Néanmoins, le visiteur musulman a dressé quant à lui une longue liste d'allégations relatives à un traitement injuste, allégations parmi lesquels figurent son exclusion vis-à-vis des questions de gestion de l'aumônerie ainsi que la redistribution inéquitable du budget. Il est intéressant de faire remarquer que l'aumônier catholique de cette prison a lui aussi émis le souhait d'être plus directement impliqué en matière de décisions budgétaires. L'aumônier adjoint de la Prison 2 a lui aussi émis un jugement critique en ce qui concerne la gestion du budget de l'aumônerie, en particulier dans la mesure où celui-ci doit satisfaire les besoins de détenus appartenant à dix-sept confessions différentes. Ceci vient souligner le fait que les efforts accomplis en vue d'améliorer les conditions de pratique religieuse pour les cultes minoritaires, même dans les prisons qui défendaient ardemment l'idée d'une aumônerie multiconfessionnelle, ont accru la compétition entre les cultes pour avoir accès à des ressources limitées. De fait, la plupart des résistances vis-à-vis de la nomination d'un imam à plein temps au sein de la prison émanaient des aumôniers chrétiens qui s'inquiétaient d'une réduction concomitante de leurs propres ressources. Dans un contexte de réduction des budgets alloués aux aumôneries, la compétition entre les différents groupes religieux était perçue comme un "jeu à somme nulle" À ce titre, il est intéressant de faire remarquer que c'est seulement dans la Prison 3, prison dans laquelle l'aumônier anglican considérait que le budget qui lui était alloué était "généreux", que les tensions entre les groupes religieux en matière de ressources financières semblaient ne pas exister.

(b) Préjugés et discrimination

40En dehors de la question de savoir si les budgets de l'aumônerie étaient oui ou non distribués de façon équitable, beaucoup des détenus que nous avons interrogés étaient convaincus qu'ils étaient victimes de préjugés au sein de la prison en tant que Musulmans. Certains d'entre eux nous ont confié qu'on les empêchait parfois de participer aux prières du vendredi. Cette question était importante dans la mesure où cela pouvait constituer un signe signifiant l'existence d'une différence de traitement entre chrétiens et Musulmans en ce qui concerne l'accès à leurs formes respectives de services religieux. Dans la pratique, au sein de tous les établissements, y compris la Prison 1, tous les détenus qui avaient déclaré être chrétiens avaient automatiquement accès aux services religieux du dimanche (à moins qu'ils ne soient sous le coup d'une sanction) alors que les Musulmans devaient faire une demande écrite afin que leur nom soit inscrit sur une liste avant le vendredi, et ceci chaque semaine. Ce système de listes occasionnait fréquemment des retards, ce qui avait pour conséquence que certains Musulmans arrivaient en retard aux prières du vendredi alors que d'autres ne pouvaient pas y assister du tout. Une grande part du mécontentement provenait du fait que certains détenus ne parvenaient pas à faire inscrire leur nom sur la liste ou encore qu'ils en faisaient la demande trop tardivement et ils n'appréciaient guère de se sentir victime de discrimination. Les détenus se sont fréquemment plaints à ce sujet. Finalement, le système de listes fut abandonné dans la Prison 1 et remplacé par un aménagement plus satisfaisant comme nous l'a expliqué le directeur :

"Je sais dorénavant que lorsque nous sommes arrivés ici pour la première fois, il existait de nombreux problèmes à régler afin de permettre aux détenus Musulmans de participer aux services religieux de leur choix ; les systèmes qui étaient en place n'étaient pas adéquats. Apparemment, un détenu mulsuman devait faire davantage de démarches afin d'assister à un service religieux alors que, pour les détenus chrétiens, les choses étaient beaucoup plus simples. Il me semble que les Musulmans devaient faire une demande écrite afin d'assister au service religieux alors qu'il suffisait aux détenus chrétiens d'utiliser leur sonnette de cellule pour indiquer qu'ils souhaitaient y assister et leur porte était déverrouillée. Aucune de ces méthodes ne convenait. Nous avons pris ce problème à bras-le-corps : dorénavant, dans chaque aile figure une liste des détenus Musulmans incarcérés dans cette même aile et, lors du service religieux, il y a un surveillant qui est désigné pour aller leur demander s'ils souhaitent y assister. Nous avons donc apporté là une petite amélioration au système.

41Une autre prison avait opté pour un système de cartes de couleur. Néanmoins, ce type d'amélioration ne se retrouve pas partout. Dans l'une des prisons pour femmes que nous avons visitées, l'organisation de l'accès aux prières du vendredi laissait tant à désirer que bien souvent les femmes musulmanes n'avaient pas la possibilité d'y participer. La raison invoquée était la suivante : elles étaient trop peu nombreuses pour justifier les complications induites. Par contraste, dans une autre de ces prisons pour femmes, il existait une bien plus grande flexibilité : l'assistant musulman avait la possibilité d'aller directement chercher les femmes musulmanes qui souhaitaient assister aux prières du vendredi.

(c) Aménagement des locaux et objets religieux

42Le manque d'une salle de prière propre et appropriée pour les Musulmans constituait depuis longtemps un point essentiel de mécontentement dans de nombreuses prisons mais, dans toutes les prisons que nous avons visitées, ce problème avait été traité de façon très différente en fonction des établissements. Habituellement, c'est la chapelle qui servait de lieu de rassemblement pour les prières du vendredi même si, dans les prisons pour femmes, on utilisait une salle réservée aux visites externes dans la mesure où la prière ne concernait qu'un petit nombre de détenues. Le plan le plus élaboré consistait en la transformation d'une partie de la chapelle chrétienne en une zone multiconfessionnelle qui pourrait accueillir le nombre grandissant de détenus Musulmans. Voici ce que nous a dit l'aumônier anglican de cet établissement :

"Nous cherchons à aménager la tribune d'orgue afin que celle-ci puisse servir de pièce insonorisée principalement pour les Musulmans dans la mesure où ils représentent au total environ 1/8 de la population carcérale. Par conséquent, tous les Musulmans hormis ceux placés en cellule d'isolement ou encore sous le coup d'une sanction auraient la possibilité de participer aux prières".

43Il est important de préciser que l'aumônier chrétien adjoint de cet établissement en particulier s'est montré particulièrement critique à propos de ce projet : "Personnellement, je me sens très offensé et j'ai le sentiment que personne n'écoute les chrétiens dans la mesure où cette chapelle et sacrée et consacrée ; et personne n'a levé cette consécration. Je suis opposé au fait que ce bâtiment devienne multiconfessionnel. Je ne crois pas que des locaux puissent être multiconfessionnels et je pense que cela relève du sacrilège. Personne ne nous écoute... nous avons été lésés".

44L'aumônier catholique a également critiqué ces approches multi– confessionnelles en les qualifiant de "solution de confort" qui manque d'intégrité. Il était fermement opposé à ce que des statues et des tableaux soient retirés dans le but d'accueillir des Musulmans et d'autres groupes religieux au sein des chapelles chrétiennes.

45Même dans les établissements où le partage des locaux anciennement chrétiens avec les détenus Musulmans ne posait plus problème, subsistait un point qui était loin d'être résolu : trouver un espace pour leurs ablutions à proximité des salles de prière. De tels espaces n'étaient pas toujours disponibles et, lorsqu'il l'étaient, il n'étaient souvent guère pratiques. À titre d'exemple, dans la Prison 2, l'espace réservé aux ablutions était si peu adéquat que les environs immédiats ainsi que les détenus étaient systématiquement éclaboussés. Ceci avait pour conséquence un mécontentement à la fois du personnel et des détenus Musulmans dans la mesure où les uns devaient nettoyer le sol et les autres se retrouvaient complètement trempés.

46Il existe un aspect sur lequel il semble y avoir une quasi-unanimité parmi le personnel et les détenus – aspect à propos duquel la formation a sans aucun doute eu des résultats bénéfiques – ; il s'agit de la reconnaissance du fait que les objets religieux doivent être traités en tant qu'objets sacrés. L'un des surveillants nous a indiqué qu'initialement il n'avait pas été pleinement conscient de leur importance mais qu'il avait changé d'attitude suite à des protestations des détenus et aux précisions apportées par ses collègues ; il s'est par la suite efforcé de prendre les dispositions nécessaires :

" Alors que j'étais en train d'effectuer une fouille de cellule, j'ai touché un exemplaire du Coran et je ne comprenais pas pourquoi le détenu était offusqué. Je l'ai ouvert et je l'ai feuilleté. Je suis allé voir un collègue ainsi que d'autres détenus et ils m'ont expliqué que c'était sacré. Je me suis également entretenu avec les employés du service de nettoyage et eux aussi m'ont expliqué que c'était sacré. Afin de contourner ce problème, j'ai par la suite demandé aux détenus de l'ouvrir eux-mêmes" (Prison 1, Surveillant 1).

47La formation en ce qui concerne les objets religieux a été mentionnée à plusieurs reprises lors de nos entretiens. Dans l'ensemble des établissements pour hommes, les surveillants ont évoqué la question de la sensibilité en ce qui concerne les objets religieux. En voici quelques exemples : "tous les membres du personnel ont reçu des recommandations en ce qui concerne le fait de toucher le Coran. Cela n'a jamais posé de problème. Tous sont conscients de cela" (Prison 3, Surveillant 7). "Tout le monde a conscience ou semble avoir conscience de l'importance à la fois du Coran et du tapis de prière" (Prison 2, Surveillant 4). Ceci a été corroboré par la grande majorité des détenus avec lesquels nous nous sommes entretenus mais il y avait également, dans certains cas, un mécontentement vis-à-vis des procédures. A titre d'exemple,

"Ils ont fouillé ma cellule. Quand on n'est pas là, je ne pense pas qu'ils respectent [le Coran]. Je savais qu'ils l'avaient touché. Mon compagnon de cellule m'a dit que les surveillants avaient déclaré, "on devrait jeter le Coran". J'étais en colère. Je n'ai pas encore eu l'occasion de revoir ce surveillant" (Prisonnier 13, Prison 1).

48Une autre fois, un détenu s'était plaint car les surveillants avaient laissé un exemplaire du Coran sur le sol d'une cellule après y avoir effectué une fouille.

(d) L'hébergement en cellule

49Certains surveillants ne faisaient pas systématiquement preuve de discrétion vis-à-vis des prisonniers qui récitaient leurs prières. Il n'était pas inhabituel que des surveillants interrompent des détenus alors que ces derniers étaient en train de prier dans leur cellule. A ce sujet, certains détenus ont évoqué ce qu'ils avaient perçu comme des interruptions ou des bruits délibérés. Cependant, le plus grand désagrément dont semblaient souffrir les détenus lors de leurs prières quotidiennes provenait du fait que leurs compagnons de cellule étaient non-Musulmans, même si, dans certains cas, on répondait favorablement à leur demande d'occuper une cellule déjà occupée par d'autres Musulmans. Ceci a soulevé des controverses parmi les surveillants qui avaient l'impression que c'était "ouvrir la voie aux abus et contraire à l'esprit d'intégration sociale" (Prison 1, Aile C). Ils n'ont pas précisé en quoi cela pouvait conduire à des abus. En outre, leur souci d'intégration sociale peut sembler incongru dans la mesure où les détenus de cette prison en particulier passaient environ 23 heures par jour dans une cellule pour deux, ce qui laissait peu de place pour une intégration effective. Néanmoins, ce commentaire reflète certainement le débat plus large qui existe sur les interactions entre les minorités ethniques et la société dans son ensemble. Dans le contexte carcéral, ce commentaire traduit peut-être une crainte que les détenus puissent librement former de puissants groupements. Il est possible que la politique du "diviser pour mieux régner" fasse partie intégrante des stratégies de contrôle. En ce qui concerne les autres détenus, ils considéraient apparemment ce regroupement comme un "privilège injuste" accordé aux Musulmans.

50Parmi la liste des doléances des détenus Musulmans, certains ont déclaré qu'ils n'avaient pas été, à leur arrivée, mis au courant des dispositions prises vis-à-vis de la pratique de l'Islam et très peu avaient pu recevoir la visite de l'imam à ce moment-là. Recevoir un tapis de prière n'était ni un droit ni une chose systématique ; dans la Prison 1, ces tapis de prière provenaient des communautés externes et c'était l'imam qui se chargeait de les apporter. Les casquettes étaient parfois tolérées pour les prières du vendredi mais pas pour le reste des activités quotidiennes de peur que celles-ci ne deviennent un symbole d'identité collective et ne promeuvent une identité de gang, ce qui deviendrait alors un "problème de sécurité" (Prison 1, Surveillant 8).

(e) La nourriture halal

  • 9 HM Prison Service Prison Service Order on Catering, PSO 5000, 2001

51Le Prison Service Catering Manual9 (guide de restauration de l'administration pénitentiaire) fournit bon nombre de détails à propos des "dispositions obligatoires concernant les besoins alimentaires des Musulmans". Plusieurs choix sont possibles : "le régime alimentaire halal ou bien un régime végétarien ou un régime végétarien ou encore un régime à base de fruits de mer à base par exemple de poisson, de crevettes et d'autres produits de la mer". Le guide insiste également sur la nécessité d'éviter toute contamination avec tout ce qui serait haram (ou impur), que ce soit pendant la fabrication ou le service, ceci incluant le contact avec les personnes servant la nourriture ou avec des ustensiles, etc. De plus, durant la période du Ramadan, les détenus Musulmans ont droit à deux repas durant la nuit, l'un des deux devant être chaud, et ceci quand bien même les cuisines seraient fermées. Il y est également précisé que "ces repas ainsi que les autres dispositions doivent être financés par les établissements". Néanmoins, malgré ces instructions, les éléments que nous avons collectés montrent que les prisons peinent toujours à répondre aux attentes des détenus Musulmans.

52En fait, la question de la nourriture halal soulevait une large controverse en raison du décalage existant sur ce sujet entre les perceptions des surveillants et celles des détenus. Globalement, les membres du personnel se félicitaient des progrès réalisés en ce qui concerne la fourniture de repas halal. A une époque, il apparaissait à ce sujet que la totalité de la viande achetée dans deux des prisons où nous avons enquêté était halal. Mais cette pratique avait été abandonnée dans l'une des prisons afin de proposer un plus large choix de menus. Dans une autre prison, la Prison 1, le surveillant principal chargé de la restauration semblait très satisfait du menu proposé :

"Si l'on se place du point de vue des détenus Musulmans, le choix et la qualité se sont améliorés ; et je m'en réjouis. Ce que je souhaite c'est un régime alimentaire varié et, de ce point de vue, l'ensemble des détenus, peu importe leur ethnie ou leur religion, peuvent faire leur choix à partir de ce menu".

53Ce qui intrigue, c'est qu'en effet toute la viande semblait avoir été achetée auprès de bouchers halal. D'un côté, ceci était irrégulier et inacceptable vis-à-vis des autres religions. De l'autre, les détenus continuaient à douter que la viande soit effectivement halal. Même certains surveillants de prison étaient conscients de ce paradoxe : "la viande est à 90 % halal mais la plupart ne savent pas" (Prison 3, Surveillant 10). En fait, le mécontentement provenait également de questions relatives à la contamination due à l'utilisation de mêmes ustensiles pour la préparation de la nourriture halal et non halal et aussi de problèmes concernant la séparation des nourritures halal et haram dans les armoires de stockage. Ce sont ces questions qui ont généré un grand mécontentement et des doutes en ce qui concerne l'authenticité des repas halal. La viande était-elle réellement halal (un détenu a déclaré y avoir trouvé du sang) ? D'autre part, est-ce que les ustensiles utilisés pour la préparation des repas halal et haram étaient distincts lorsqu'aucun Musulman n'était présent en cuisine afin de vérifier tout le processus ? Il y eut également des allégations selon lesquelles les surveillants gardaient une partie de la nourriture pour eux-mêmes car elle avait meilleur goût. L'un des moyens de lever les inquiétudes des Musulmans consistait à recruter un cuisinier musulman ou du moins à faire en sorte qu'un détenu mulsuman puisse travailler au sein des cuisines. Il n'était cependant pas simple d'employer un détenu en cuisine de façon régulière étant donné le taux de renouvellement assez important des détenus dans certaines prisons ; néanmoins, cela fut prévu dans l'un des établissements :

"En fait, nous avons un détenu mulsuman en cuisine qui fait un travail formidable ; donc, en ce moment, les choses ne vont pas trop mal car il les informe que la nourriture est effectivement halal ; ce que nous proposons, c'est d'avoir un détenu mulsuman dans les cuisines qui préparera effectivement la nourriture pour l'Eid, nourriture qui sera ensuite envoyée à la chapelle pour la célébration" (Prison 1, responsable de la restauration).

54Il existe une question spécifique en rapport avec la nourriture qui soulève tout particulièrement doléances et controverses chez les prisonniers : les aménagements prévus pour le Ramadan. Les détenus se sont plaints amèrement des conditions de jeûne et de célébration de l'Eid et de nombreux membres du personnel ont estimé que ce problème était particulièrement difficile à gérer. Le Ramadan a été si mal organisé dans l'une des prisons que les détenus n'ont pas pu remplir leurs obligations religieuses. Nous avons recueilli de nombreuses déclarations qui mettaient en cause des surveillants qui auraient, de façon passive et parfois même active, refusé de mettre en place les aménagements qui avaient été acceptés. Le Ramadan est une bonne illustration des choses qui posaient problème au personnel en raison de la surcharge de travail que cela impliquait et également à cause des heures de prière qui coïncidaient avec leur pause déjeuner. Dans une prison, ce sont les directeurs qui devaient escorter les Musulmans se rendant aux prières du vendredi lorsque les surveillants refusaient de le faire.

55La mise à disposition de repas de nuit alors que la cuisine était fermée ainsi que le fait d'escorter des détenus aux prières du vendredi et à celle de l'Eid étaient deux choses susceptibles de générer des problèmes. Selon les termes d'un surveillant exerçant dans un établissement ayant un régime qui globalement respectait les besoins religieux des Musulmans, "ça peut être pénible cette histoire de Ramadan au niveau de notre aile ; ça chamboule les horaires des repas" (Prison 3, Surveillant 5). Dans d'autres endroits, une simple question pratique était susceptible de compromettre toute l'opération. À titre d'exemple, il pouvait s'agir de la fourniture de poches isothermes destinées à conserver la nourriture au chaud longtemps après la fermeture des cuisines. A ce sujet, l'imam de la Prison 1 précisait que "les poches isothermes ont posé problème l'an dernier ; tout le mois a passé et ils cherchaient toujours où et comment se procurer ces poches. Tout ça c'était de la paperasserie ou de la bureaucratie destinée à faire traîner les choses".

56Néanmoins, l'une des prisons a réussi à résoudre la plupart des problèmes posés par le Ramadan. En effet, dans la Prison 3 fut trouvée une solution qui convenait à tout le monde et qui pourrait probablement être étendue aux autres établissements. A titre d'exemple, la controverse sur la question de l'escorte des détenus à leur lieu de prière a été résolue par le biais d'une discussion avec l'imam et d'un accord visant à programmer l'heure de la prière avant le déjeuner. Cette solution a été facilitée grâce à l'aumônerie ainsi qu'au directeur, ce dernier insistant particulièrement sur la nécessité d'une égalité de traitement. Voici la réaction du Surveillant 2 de la Prison 3 :

"Les choses sont devenues plus faciles maintenant parce que nous avons les heures précises du coucher du soleil. L'imam nous a bien aidés. Nous nous sommes assis autour d'une table il y a trois ans, et nous avons élaboré un programme visant à adapter le régime carcéral ; nous avons servi d'exemple pour d'autres prisons. Nous avons enseigné au personnel que chacun est censé recevoir le même traitement et le fait que ça soit difficile à mettre en place n'est pas une excuse pour ne pas le faire".

57Il convient néanmoins de préciser qu'il est possible que d'autres personnes aient des opinions différentes en ce qui concerne l'organisation du Ramadan dans cette même prison. Par exemple, ce que l'un des surveillants de la Prison 1 (Surveillant 4) considérait être une difficulté, à savoir, rassembler tous les détenus Musulmans, ne posait pas de problème du point de vue de l'imam : "je ne pense pas que nous ayons un problème avec le Ramadan. Ils [les détenus Musulmans] sont regroupés sur un palier, pas dans une aile. Ils sont dans la même aile mais ils essaient de tous les regrouper sur le même palier. Cela les aide à organiser les choses". Néanmoins, et en dépit des assurances données par les services centraux de l'aumônerie carcérale, assurances selon lesquelles les directeurs ont désormais compris la nécessité de se conformer au planning retenu pour les heures de prière, des problèmes subsistent. Selon le Guardian du 31 janvier 2004, par exemple, les autorités musulmanes ont dû effectuer un nombre incalculable de démarches auprès de la prison HMP Belmarsh située au sud de Londres, démarches relatives à la nécessité d'autoriser les prières lors de la fête de l'Eidul-Adha qui marque la fin du pèlerinage annuel à la Mecque. La raison invoquée par les responsables de la prison était que, étant donné que cette fête tombait un dimanche, ils avaient jugé nécessaire de la repousser au jour suivant afin d'éviter tout conflit avec les offices chrétiens.

58L'un des aspects les plus surprenants de la tenue du Ramadan en prison était le fait que certains surveillants étaient convaincus que les détenus Musulmans devaient absolument remplir leurs obligations religieuses. À titre d'exemple, les surveillants se montraient fréquemment vigilants en ce qui concerne le jeûne. Ils décidaient souvent, de leur propre chef, de veiller au respect de ce jeûne (dans deux des prisons de cette étude). S'ils venaient à constater qu'un détenu mangeait durant la journée – par exemple à l'occasion des visites – ils retiraient alors le nom du détenu en question de la liste de ceux qui observaient le jeûne. En d'autres termes, le Ramadan ainsi que la pratique de l'Islam semblaient être interprétés comme un privilège plutôt qu'un droit par ces surveillants. En fait, ils agissaient en tant que "police morale du jeûne" selon le terme exact qu'ils employaient et ceci même si certains d'entre eux constataient que cela les rendait impopulaires : "veiller au respect du Ramadan... si on les chope en train de faire un écart, on les enlève de la liste et alors on passe pour les méchants" (Prison 1, Surveillant 4). D'autres surveillants estimaient que le jeûne était une affaire de conscience et que cela se passait "entre eux et leur Dieu" (Prison 2, Surveillant 6). En fait, le surveillant principal chargé des visites et des arrivées au sein de la Prison 2 était fier de nous dire que les Musulmans ne posaient pas de problème au personnel et que "l'observance du Ramadan n'était pas surveillée comme cela pouvait être le cas dans d'autres prisons".

(f) Points de vue généraux

59Les surveillants ainsi que les directeurs ont émis des opinions très variées en ce qui concerne la pratique de l'Islam en prison. Si l'on se penche sur les aspects positifs, deux imams ainsi que certains surveillants ont faits part de leur optimisme. L'imam de la prison où il existait le plus grand nombre de problèmes gardait espoir : "je pense que les choses ont une chance de s'améliorer. Même si le rythme est très lent, ça s'améliore", tandis que l'un des responsables affirmait sans hésitation que "la population musulmane" ne lui posait "aucun souci d'ordre logistique ou administratif" (Directeur 1, Prison 3). En outre, le chef de la sécurité de cette même prison, même après le 11 septembre 2001, se montrait satisfait "qu'il n'existait pas de soucis particuliers en matière de sécurité pour toutes les questions relatives à l'aumônerie, les Musulmans ou encore l'imam". Dans le même ordre d'idées, un groupe de surveillants de la Prison 1 a évoqué un meilleur comportement de la part des détenus Musulmans au sein de la chapelle par rapport aux détenus chrétiens.

60Néanmoins, le côté négatif des choses semble reprendre le dessus lorsque l'on évoque les attitudes. Les attitudes négatives vis-à-vis des Musulmans n'étaient pas la prérogative des seuls surveillants. Dans au moins un des établissements, il existait des signes évidents que les aumôniers chrétiens n'étaient pas prêts à abandonner une partie de leur pouvoir de contrôle et de leurs privilèges : "en ce qui concerne l'avenir, j'ai bien peur que les ressources soient de plus en plus réduites pour les chrétiens et cela maintiendra des tensions inutiles", (Prison 1, aumônier chrétien suppléant). Un aumônier méthodiste dans le même établissement n'en faisait pas un secret : "ceux qui ne souhaitent pas être chrétiens, je n'ai pas de temps à leur consacrer". Il convient de remettre cette remarque impromptue dans son contexte. Ce n'est pas un accident si cet aumônier en particulier faisait partie d'une équipe d'aumônerie qui avait bel et bien marginalisé l'imam, ce qui rendait ce point de vue acceptable. L'aumônier catholique du même établissement était fermement opposé à l'idée de retirer les statues chrétiennes de la chapelle lorsque les Musulmans utilisaient cette dernière pour la prière collective du vendredi. L'aumônier principal a lui-même fait part de son irritation vis-à-vis de l'imam : "l'imam a tendance à penser que lorsque quelque chose est suggéré, les choses peuvent se mettre en place immédiatement – comme par exemple l'augmentation du volume horaire consacré aux cours d'arabe". Un tel imam pourrait apparaître comme une personne déraisonnablement impatiente ; néanmoins, il convient de rééquilibrer les choses en précisant que ce même imam avait dû attendre quatorze ans avant d'être autorisé à avoir un trousseau de clés au sein de la prison. Les aumôniers bouddhiste et hindou qui intervenaient de façon ponctuelle au sein de cette même prison ont également évoqué leur "long combat" afin d'obtenir les clés – ils n'y avaient droit que depuis quelques mois. Il convient de préciser qu'à l'époque où nous avons réalisé ces entretiens, ils n'avaient toujours pas reçu les clés ni du bureau principal de l'aumônerie ni des toilettes.

61Une certaine animosité perçait à travers de nombreuses remarques faites par les surveillants. Plusieurs d'entre eux n'appréciaient guère de devoir mettre en place des aménagements pour la pratique de l'Islam : "je pense que le christianisme devrait passer en premier. Je ne veux pas me montrer raciste mais je ne vois pas Dubai réserver le même traitement aux chrétiens" (Prison 1, Surveillant 4). La piété des Musulmans ainsi que leur insistance vis-à-vis du respect de leurs obligations religieuses étaient fréquemment interprétées comme une volonté délibérée de gêner plutôt qu'être d'authentiques actes de foi :

"Je ne pense pas que la religion ait quoi que ce soit à voir avec tout ça. Beaucoup d'entre eux l'utilisent comme excuse. Les Musulmans ne pensent pas à faire leurs ablutions dans leur cellule ; ils attendent d'arriver à la chapelle et ça a une incidence sur la gestion de celle-ci" (Prison 1, Surveillant 7).

62Certains surveillants avaient également des soupçons sur les Musulmans qui s'exprimaient dans des langues étrangères au moment de la prière.

63A strictement parler, les ablutions avant les prières peuvent bel et bien s'avérer être une obligation dans la mesure où l'on peut considérer que le trajet entre la cellule et la salle de prières est susceptible de nuire à la pureté du rituel. La surveillance de l'observance du Ramadan pourrait être interprétée comme un moyen de brimer les Musulmans et de "leur faire payer le prix" pour leurs croyances.

3. Points de vue des détenus Musulmans

64Les entretiens avec les détenus Musulmans ont révélé une série d'opinions différentes à propos des conditions dans lesquelles ils pratiquaient leur religion en prison. Il convient néanmoins de préciser que les détenus ont reconnu que des améliorations avaient eu lieu dans les trois établissements pour hommes où nous avons enquêté. La prison de haute sécurité dans laquelle l'imam était complètement intégré à l'équipe d'aumônerie était celle où le niveau de satisfaction parmi les détenus était le plus élevé. Ils avaient le sentiment qu'ils pouvaient y obtenir la plupart des aménagements nécessaires à la pratique de leur religion ; l'un d'entre eux l'a même qualifiée de "bonne prison". Au sein de la prison locale, les détenus ont dressé une longue liste de plaintes par rapport à la façon dont les choses se passaient auparavant – même dans un passé récent – mais il semblait que la situation était en train de changer de façon importante au moment où nous avons effectué notre enquête de terrain. Dans la troisième prison, la situation était plus ambiguë dans la mesure où, alors que la direction avait une politique ouvertement en faveur d'aménagements destinés à la pratique de l'Islam, l'absence d'un imam pendant six mois avait généré des plaintes répétées de la part des détenus. Ces plaintes concernant l'absence d'un imam étaient de toute évidence liées à un mécontentement ainsi qu'à des doléances concernant des aménagements inadaptés. Dans l'intervalle, un membre musulman du Board of Visitors (Conseil des Visiteurs) avait pris des dispositions pour le Ramadan ainsi que pour la fête de l'Eid, fête qui fut très réussie.

(a) Nourriture halal et Ramadan

65Lorsque les prisonniers Musulmans évoquaient les problèmes relatifs aux aménagements destinés à la pratique de leur religion, ceux qui étaient le plus sensibles concernaient la nourriture halal et le Ramadan. Pour les détenus, il s'agit là des bases essentielles pour être selon eux "un bon Musulman". Tout d'abord, toutes les prisons ne proposaient pas systématiquement de la nourriture halal ou encore des aménagements pour le Ramadan. Même dans les prisons où nous avons enquêté, la nourriture halal restait soumise à controverse en dépit des assurances données à la fois par le personnel de restauration ainsi que certains imams que la nourriture qui était servie était bel et bien halal. En dépit de cela, de nombreux soupçons perduraient. Par exemple, "je n'ai pas confiance dans le fait que ça soit halal. Je la mange mais à contrecœur" (Prison 1, Détenu 3). Il semblait y avoir un manque évident de confiance vis-à-vis de tout ce que le personnel pouvait dire à propos du caractère halal de la nourriture. Les détenus souhaitaient que la nourriture soit vérifiée par un Musulman, le simple fait qu'elle soit servie par des non-Musulmans éveillait des soupçons, par exemple, "je ne suis pas satisfait de la nourriture, je doute qu'elle soit halal ; c'est un non Musulman qui la sert" (Prison 1, Détenu 4). La présence de sang dans la viande était considérée comme une preuve certaine que l'animal n'avait pas été tué selon le rite halal y a beaucoup de sang dans le poulet" (Prison 3, Détenu 7). "Je n'ai pas confiance en ces gens, je ne peux pas être certain que c'est halal, je demande du poulet et je vois du poulet couvert d'hématomes avec du sang, je n'ai pas confiance" (Prison 3, Détenu 11). Fait encore plus grave, le personnel non Musulman avait été accusé de contaminer la nourriture en crachant dedans, ce qui la rendait haram. Un détenu a également rapporté qu'il avait reçu des excuses de la part du personnel après s'être plaint que la nourriture n'était pas halal :

"Il y a eu un incident pendant le Ramadan, le dernier Ramadan, il y avait du poulet Kiev, enfin, c'était supposé être du poulet Kiev mais il y avait une tranche de porc à l'intérieur au lieu du poulet. Et vous savez, il y a eu d'autres détenus dans des ailes différentes qui ont aussi eu ce plat et on leur a dit que c'était du poulet Kiev ; je leur ai demandé à deux reprises de le confirmer qu'il s'agissait de poulet Kiev et ils m'ont dit que c'était bien ça, mais je sais que du poulet, c'est plutôt blanc et que du porc, c'est plutôt rose, vous savez bien pourquoi. J'ai coupé la viande et j'ai vu quelque chose comme une tranche rose, oui, c'était bien une tranche, pas un blanc de poulet, si vous voyez ce que je veux dire. J'ai parlé aux surveillants, ils se sont excusés et m'ont dit qu'ils étaient désolés" (Prison 2, Détenu 15).

66Ce même prisonnier était convaincu qu'il ne s'agissait pas là d'une erreur mais d'une volonté délibérée de faire fi des obligations des Musulmans : "on observe le jeûne, et puis, ils font cette chose délibérée – et ça concerne uniquement les Musulmans – oui, ça a été fait délibérément". Cet incident a eu un écho d'autant plus important que la nourriture halal prend une signification encore plus grande durant le Ramadan. De plus, toute cette affaire a renforcé les doutes des prisonniers quant à la qualité halal de la nourriture : "ils disent pour beaucoup de plats que c'est halal, mais je ne pense pas que ce soit le cas".

67D'autres doléances tournaient autour de la négligence ou bien du manque d'attention nécessaire – que ce soit de façon involontaire ou délibérée – en ce qui concerne la préparation de la nourriture halal. L'une des critiques les plus fréquentes avait trait au fait que les ustensiles n'étaient pas séparés : "on nous dit que c'est de la nourriture halal, mais elle est préparée par des non Musulmans et ils utilisent des ustensiles haram" (Prison 1, Détenu 5) – sans être pratiquée de façon malveillante, il s'agit aussi de négligence. Un "bon Musulman" doit être vigilant en ce qui concerne la nourriture : "de temps en temps, ils me donnent un sandwich au jambon ; c'est un problème récurrent. Je me demande comment cela va se terminer. C'est arrivé à l'un de mes frères, ils lui ont donné une pizza avec du porc en garniture ; il faut se montrer vigilant, ils font constamment preuve de négligence. Ça se produit tout le temps" (Prison 3, Détenu 15). Il est également reproché au personnel des cuisines de faire preuve de négligence en ce qui concerne les normes d'hygiène : "je ne la mange même pas. Ils ne lavent pas la cuisine. Ils s'occupent du poulet et de la viande sur le même plan de travail et il y a de la vapeur partout. Ils utilisent les mêmes couteaux et les mêmes ustensiles quand ils s'occupent de la viande halal, ils s'en fichent. Ils écrivent que c'est de la nourriture halal, mais les blancs ne se lavent même pas les mains" (Prison 2, Détenu 10). En fait, les détenus n'estimaient pas que le personnel non-Musulman était capable d'attention et de respect vis-à-vis de la nourriture halal. Par exemple, les prisonniers nous ont dit que dans le meilleur des cas le personnel ne considérait pas que c'était un problème d'ajouter de la viande ordinaire par-dessus la viande halal lorsque cette dernière venait à manquer.

68D'autres plaintes avaient trait à la discrimination dont les détenus s'estimaient victimes dans la mesure où on ne leur proposait pas des glaces et gâteaux végétariens en plus des desserts ordinaires. Les seules choses qui semblaient dissiper leurs craintes consistaient en la présence permanente d'un cuisinier musulman et, parfois, les garanties données par l'imam. Les paroles de l'imam avaient un poids bien plus important au sein de la prison lorsqu'il avait été intégré dans l'équipe d'aumônerie ; il donnait alors l'impression d'avoir une certaine autorité vis-à-vis des surveillants et des détenus.

69Le Ramadan est d'une grande importance symbolique au sein des prisons. En fait, les détenus qui respectent le Ramadan sont plus nombreux que ceux qui prient régulièrement ou respectent leurs autres obligations. Le mécontentement vis-à-vis du Ramadan et de l'Eid concernait essentiellement la façon dont ces deux événements avaient été organisés par le passé. Dans les prisons pour hommes où nous avons enquêté, la plupart des problèmes semblaient avoir été résolus. Il persistait cependant des doléances : nourriture servie froide, poches isothermes inappropriées ou encore détenus exclus par erreur de la liste de jeûne. Lorsque nous avons mentionné l'Eid, nous avons eu des commentaires très positifs en ce qui concerne les qualités gustatives de la nourriture et de son caractère halal ; dans au moins deux prisons où des Musulmans avaient préparé cette nourriture, les détenus l'avaient mangée en confiance. En dehors de quelques exceptions, les commentaires étaient prudents mais dénotaient une certaine satisfaction : "je suis assez satisfait de l'Eid ; on n'a pas eu de reproches à formuler (Prison 3, Détenu 15). D'autres se sont montrés bien plus enthousiastes : "les fêtes de l'Eid ? Oui, c'était parfait. La nourriture que nous avons eue ce jour-là était excellente ; c'étaient les Musulmans qui participaient aux prières qui avaient préparé toute la nourriture. Et c'était vraiment bon, je l'ai véritablement appréciée" (Prison 2, Détenu 30). L'Eid revêtait une importance particulière dans la mesure où il s'agissait de la principale fête musulmane ; elle marque la fin du Ramadan et permet aux détenus Musulmans de se rassembler autour d'un bon repas. Dans l'une des prisons cependant, certains détenus regrettaient de ne pas avoir eu suffisamment de temps pour se réjouir et fraterniser à l'issue des prières de l'Eid.

(b) Objets cultuels, hygiène...

70Les détenus Musulmans étaient également attentifs à un certain nombre d'autres points relatifs à la pratique religieuse. La manipulation d'objets religieux ne semblait pas poser énormément de problèmes mêmes si des critiques ont été émises à propos du comportement passé du personnel. Seuls quelques incidents liés à un manque de respect des objets cultuels nous ont été rapportés, "ils ont fouillé ma cellule et m'ont demandé d'attendre dehors. Quand je l'ai réintégrée, le coran était par terre. J'ai poussé un cri mais ils m'ont aussitôt mis une main sur la bouche" (Prison 1, Détenu 8). Ils craignaient également que les chiens renifleurs n'entrent en contact avec les objets. Cependant, dans leur immense majorité, les détenus nous ont affirmé que les surveillants traitaient les objets religieux de façon appropriée.

71Les détenus nous ont aussi parlé de l'importance qu'ils attachaient à une bonne hygiène. Ils nous ont fait part d'une amélioration en ce qui concerne les aménagements destinés aux ablutions rituelles ainsi qu'aux douches ; dans une prison en particulier, ils se sont montrés satisfaits de l'installation de lavabos à l'intérieur de leurs cellules. La prison de haute sécurité dans laquelle nous avons enquêté était équipée d'aménagements destinés aux ablutions juste à côté de la salle de prière, ce qui était apprécié. Les détenus se donnaient du mal pour expliquer qu'il ne suffisait pas qu'ils se lavent avant de quitter leurs cellules pour se rendre à la salle de prière dans la mesure où il pouvaient être contaminés durant le trajet. Le manque de tapis de prière a également été mentionné à plusieurs reprises ; dans au moins deux des prisons, les détenus n'avaient pas pu en obtenir malgré leur demande. Dans l'un des cas, c'est une association communautaire qui leur en a fourni un certain nombre, mais plusieurs détenus en étaient toujours privés. Il convient néanmoins de préciser que la question des tapis de prière ne faisait pas partie des problèmes les plus aigus. De façon similaire, même si les détenus appréciaient la possibilité de porter une coiffe et le shalmar– kameez quand ils en avaient l'autorisation, le sujet des vêtements "Musulmans" ne déclenchait pas autant de passion que les problèmes liés à la nourriture halal et au Ramadan. Néanmoins, il existait une certaine sensibilité de la part des détenus vis-à-vis des moqueries et du manque de respect dont certains surveillants et co-détenus non Musulmans faisaient preuve à leur égard : "on peut porter une coiffe pendant la prière mais pas sur les paliers. Les surveillants nous disent,'ce n'est pas une fête costumée'" (Prison 1, Détenu 1). Et "ce que je n'aime pas, c'est quand un non Musulman rigole à cause de ce que tu portes sur la tête" (Prison 1, Détenu 1). Enfin, des détenus Musulmans se sont plaints que certains surveillants (pas tous) les interrompaient alors qu'ils étaient en train de prier : "quand je suis en train de prier dans ma cellule, certains surveillants se contentent de ramasser les plateaux et ne me dérangent pas ; d'autres, par contre, font exprès de me le réclamer, ce qui perturbe mes prières" (Prison 1, Détenu 2).

C. Les préjugés

72L'opinion globale des détenus Musulmans était que les aménagements mis en place pour la pratique de l'Islam n'étaient pas d'une qualité équivalente à ceux dont disposaient les chrétiens. Selon les termes de l'imam dans la Prison 1, "l'Islam est toujours perçu comme une menace vis-à-vis des institutions. Les chrétiens ont leur chapelle, des sièges appropriés, des places assises pour tout le monde, l'orateur qui convient et ils ont même, voyez– vous, les tentures appropriées". Il est possible que la peur d'une sanction soit à l'origine d'une hésitation pour certains détenus à nous faire part de leur mécontentement. Selon les renseignements que nous avons collectés, il apparaît que les surveillants font une distinction étrange entre chrétiens et Musulmans ; en effet, il est peu probable que les surveillants qui constatent qu'un détenu n'observe pas fidèlement tous les rites chrétiens le qualifient aussitôt de mauvais chrétien et lui interdisent par la suite d'assister aux offices. Mais en ce qui concerne les Musulmans, nous avons constaté qu'il n'était pas inhabituel que les surveillants les qualifient de "Musulmans de pacotille" parce que ces derniers avaient, selon eux, uniquement indiqué leur religion pour des questions relatives à la nourriture. Une autre opinion répandue était la suivante : les Musulmans n'assisteraient aux prières du vendredi que dans le but de bavarder avec leurs camarades. La classification des Musulmans opérée par certains surveillants de prison est clairement empreinte de connotations négatives et révèle leur réticence à reconnaître à la fois l'identité et les droits des Musulmans. En raison du cadre structurel, il est difficile pour les surveillants de refuser des aménagements qui sont prévus dans des documents officiels. Certains surveillants ont néanmoins contourné cela en adaptant leurs pratiques et en trouvant de nouvelles façons de gêner la pratique de l'Islam.

73Parmi les autres sujets de plainte dont nous ont fait part certains prisonniers Musulmans en ce qui concerne les aménagements et possibilités dont ils jouissent actuellement, figure la perception selon laquelle les Musulmans n'auraient pas les mêmes chances que les chrétiens d'obtenir des emplois de type red badge ou trustie, emplois réservés à des détenus auxquels l'administration fait confiance. C'est l'un des domaines où il existait un chevauchement important entre les allégations de discrimination religieuse et celles de discrimination ethnique. Les détenus Musulmans percevaient également d'autres formes de discrimination ; cela se traduisait, selon eux, par un taux d'acceptation faible lorsqu'ils demandaient à être transférés dans une autre prison, une permission de sortie pour assister aux funérailles d'un parent proche ou encore la mise à disposition d'un interprète lorsque que les détenus n'avaient pas un niveau d'anglais suffisant pour accomplir certaines démarches. Ce dernier point en particulier faisait l'objet de toute l'attention du NCWMP dans la mesure où il devenait clair que certains Musulmans placés en détention pour des raisons relatives à l'immigration l'étaient pour de longues périodes et dans des conditions difficiles. Étant donné que beaucoup d'entre eux ne maîtrisaient pas parfaitement l'anglais, cela venait renforcer leurs problèmes.

D. Y a-t-il une institutionnalisation de l'Islam dans les prisons ?

74Nous avons constaté une amélioration des conditions de pratique de l'Islam dans l'ensemble des prisons que nous avons visitées (en dehors des prisons pour femmes) ; néanmoins, certaines d'entre elles étaient en retard par rapport à d'autres. Dans la Prison 3, il existait des preuves d'une institutionnalisation : la position de l'imam ainsi que l'attitude de différents membres du personnel envers lui. Il était complètement intégré à l'équipe d'aumônerie, laquelle fonctionnait effectivement en tant qu'équipe. L'imam participait aux réunions de l'aumônerie, travaillait au sein de la Race Relations Management Team (équipe de gestion des relations raciales), participait aux décisions budgétaires et remettait des rapports sur les détenus. Le personnel lui témoignait respect et considération et faisait régulièrement appel à lui pour évoquer certaines questions et régler les problèmes impliquant des détenus Musulmans. Il jouissait également du droit de retirer des clés. Il faisait bel et bien partie intégrante de l'établissement et, à certaines occasions, il avait apporté son aide pour contrôler des détenus difficiles. Ce dernier point explique peut-être pourquoi certains détenus avaient fait part de leur désaccord avec cet imam en ce qui concerne certaines questions.

75Les évolutions au niveau national constituent la preuve la plus flagrante de l'institutionnalisation de l'Islam au sein du Prison Service. La nomination de Maqsood Ahmed au poste de conseiller musulman auprès de l'administration pénitentiaire constituait un signe tangible pour le personnel carcéral. Plusieurs d'entre eux nous ont confié l'avoir consulté puis avoir obtenu son appui concernant un certain nombre de questions. Le conseiller participait au processus de recrutement des nouveaux imams et vérifiait leurs références et leurs aptitudes. Il organisait des réunions avec les imams intervenant en milieu carcéral et faisait circuler un guide. Le statut et l'autorité liés à son poste faisaient de lui davantage qu'un simple symbole de l'engagement du Prison Service envers de meilleures conditions de pratique de l'Islam ; son poste a également permis de consolider la présence de l'Islam au sein des établissements carcéraux sur un plan très pratique.

76Une autre étape importante au niveau national fut la nomination, en 2001, de William Noblett au poste de Chaplain General. Ses prédécesseurs n'avaient pas cherché à faire en sorte d'intégrer les cultes minoritaires au sein de l'aumônerie en veillant à l'égalité avec les chrétiens, mais Noblett avait démontré la faisabilité ainsi que les bénéfices d'une politique muticultuelle globale alors qu'il était en poste à l'aumônerie de la Prison 3. L'expérience qu'il y avait acquise lui a servi par la suite à mettre en œuvre ses diverses politiques au sein de l'administration pénitentiaire dans son ensemble. En outre, sa nomination démontrait qu'il existait une volonté politique claire d'un changement au sein de l'aumônerie carcérale.

77Aussi, une sorte d'homogénéisation de l'Islam est–elle en train de se produire au sein des prisons d'Angleterre et du pays de Galles. Le Conseiller Musulman ainsi que les autres autorités carcérales décident de ce qui est approprié en ce qui concerne la pratique de l'Islam ainsi que de ce qui ne l'est pas. Même les détenus ne sont pas entièrement libres de décider eux– mêmes qui est Musulman et qui ne l'est pas ; l'auto-reconnaissance doit faire face à des pressions institutionnelles. Par exemple, les Ahmadiyas ne sont pas reconnus en tant que Musulmans. Les postulants au poste d'aumônier doivent montrer leurs références et prouver qu'ils respectent les normes du Prison Service. Les imams ainsi que les prisonniers doivent limiter leurs prises de parole ainsi que leurs thèmes de discussions à ce qui est jugé acceptable (le jihad, par exemple, sort du cadre de ce qui est acceptable). Un Islam et des imams institutionnalisés jouent un rôle similaire à celui du christianisme au sein de l'environnement carcéral, avec une insistance sur le contrôle, la réforme et la réhabilitation. En reconnaissant officiellement la communauté musulmane au sein des prisons, le Prison Service contribue à l'harmonie sociale, en particulier lorsqu'il accorde sa confiance à des associations établies et à des responsables. Selon les termes employés par Sophie Gilliat-Ray (2001), le Prison Service a encouragé les imams à travailler au sein de la prison d'une façon qui "se rapproche" du modèle dominant de l'aumônerie chrétienne.

78Cependant, la question reste de savoir si les prisons deviendront des endroits où un fossé séparera les leaders communautaires et les jeunes, fossé que l'on peut parfois observer au sein de la société dans son ensemble (Burlet & Reid, 1998). Une interaction intéressante d'un point de vue dialectique est en train de se produire dans la mesure où l'Islam perd une partie de son autonomie alors qu'il parvient à se créer un espace pour lui– même au sein du Prison Service. C'est un phénomène classique de récupération. C'est aussi à ce moment là que des jeunes détenus Musulmans commencent à remettre en question l'imam s'ils voient en lui un membre de l'institution plutôt qu'un des leurs. L'interaction qui existe entre l'auto– définition par les Musulmans eux-mêmes et la classification officielle à laquelle ils sont soumis en prison pourrait être source de conflit.

II. La place de l'Islam au sein des prisons françaises

79L'opinion du directeur est un facteur important quant à la place réservée à l'Islam à l'intérieur de chacune des prisons françaises où nous avons enquêté. Un directeur "d'esprit large" peut prendre une mesure de tolérance qui serait refusée par un autre, plus strict par rapport à la laïcité. Dans certaines prisons de la région Alsace-Moselle, région où il existe un Concordat qui continue à régir les relations entre l'Église et l'État, la viande halal est disponible dans la prison dans son ensemble et cela ne pose pas de problèmes. Dans la Prison A, prison dans laquelle le directeur a l'esprit ouvert en ce qui concerne la religion, les prières du vendredi ont lieu collectivement et l'imam est écouté. Dans la Prison B, laquelle est subdivisée en sept prisons semi–autonomes (chacune d'entre elles étant gérée par un directeur adjoint) en raison de sa taille, le rôle du directeur général reste néanmoins important. Étant donné qu'il était plus que réticent vis-à-vis de nos travaux, cela a eu pour conséquence qu'il nous a fallu six mois avant d'avoir accès à cette prison.

80Selon le directeur de la Prison A, la religion était l'un des problèmes les plus importants. Cette prison ancienne et délabrée avait été conçue pour accueillir moins de 500 détenus ; en mars 2002, sa population s'élevait à 850 détenus. Selon le directeur, il manquait de nombreux surveillants :

"Ici, nous avons 700 détenus pour 418 places dans un bâtiment dont la construction remonte au début du xxe siècle. La prison est de plus en plus vue comme la misère de la société". Il a précisé deux points-clés à propos de l'Islam : la pratique de l'Islam est en augmentation tandis qu'il reste difficile de trouver des imams modérés : "L'Islam est en progrès ici. Nous nous sommes dit, « ce serait bien d'avoir des imams pour canaliser ce besoin mais les imams sont parfois plus excités que ceux qu'ils sont censés canaliser ». Tout ceci est difficile".

  • 10 Dans le passé, les religieuses effectuaient le travail des surveillants dans les prisons pour femm (...)

81Le problème de la laïcité est courant au sein des prisons françaises. Par exemple, dans la prison pour femmes qui héberge 27 détenues dans une aile spécifique de la Prison C, un aumônier musulman à temps partiel a été récemment recruté. L'une des caractéristiques de cette prison est qu'elle accueille des religieuses catholiques qui y travaillent bénévolement et qui portent un voile. Elles donnent des cours d'anglais, du travail manuel, d'informatique aux prisonniers bien qu'elles ne soient pas rattachées à l'aumônerie catholique10. Le directeur a expliqué que les religieuses étaient autorisées à porter leur voile au nom de la tradition alors même que l'on refusait ce droit aux femmes musulmanes au nom de la laïcité. Il s'agit là d'une des caractéristiques paradoxales de la situation des Musulmans en France : on y fait preuve de tolérance envers des religieuses catholiques au nom de la tradition alors que les femmes musulmanes n'ont pas droit à cette tolérance au nom de la laïcité. À la différence des prisons pour hommes dans lesquelles les personnes d'origine nord-africaine représentent plus de la moitié du nombre total de détenus, les femmes musulmanes incarcérées ne représentent qu'entre 10 et 15 % du total. Globalement, 60 % des détenues sont des étrangères ; et la plupart d'entre elles sont originaires d'Amérique latine ou d'Afrique subsaharienne. Certaines détenues font partie du GIA (Groupe Islamique Armé), l'organisation algérienne radicale qui a perpétré des actes de terrorisme en France durant les années 1990.

A. L'état critique de l'Islam

82Certains détenus sont choqués par la situation de l'Islam dans les prisons françaises. Yussef, un français de 25 ans d'origine nord africaine, relève des carences en ce qui concerne les aménagements à destination des Musulmans, en particulier l'état de la salle de prière :

"Ici, je suis choqué par la salle de prière [de la Prison A] : elle est petite, sale et ne convient pas pour prier. Mais l'imam est très bien et écoute vraiment les gens".

83Les détenus Musulmans font part de leur amertume lorsqu'ils comparent l'Islam aux autres cultes (catholicisme, protestantisme et judaïsme) dont la position semble être bien plus confortable. Pour Amali, un algérien de 51 ans :

"Il y a un imam, un prêtre et un pasteur. Pour les chrétiens, il y a une messe ; le pasteur et le vicaire circulent librement dans la prison avec leurs clés ; ils entrent dans les cellules. L'imam quant à lui ne peut rencontrer les détenus que le mercredi et le vendredi".

84Du point de vue des détenus, le fait qu'il y ait peu d'imams et un nombre relativement important d'aumôniers chrétiens ou juifs est révélateur du statut inférieur dont jouissent l'Islam et les Arabes ; par exemple, Fathi, une française de 24 ans originaire d'Afrique du Nord, n'a aucun doute quant à cet état des choses :

"Il n'y a aucun respect pour les personnes d'origine arabe. Il y a beaucoup de surveillants juifs [elle utilise le mot feu), juif en verlan].... pour nous, c'est vraiment dur d'avoir un imam. Ce n'est pas juste. J'ai dit à beaucoup d'Arabes [elle utilise le terme verlan robeux, qui désigne les Français d'origine nord africaine] d'écrire [au directeur de la prison] pour avoir des imams et de la viande halal".

85Son point de vue est partagé par un autre détenu, Ali, un Français de 32 ans d'origine nord africaine :

  • 11 En fait il y avait 59 aumôniers musulmans en France en 2001 dont 31 étaient des employés rémunérés (...)

"Pour pratiquer l'Islam ici, il faut ramer ! Il y a du racisme. Il y a seulement 17 imams en France dans les prisons et 11 d'entre eux ne sont pas officiellement reconnus11. C'est grave parce que les prisons sont remplies de Musulmans. Dans cette prison, il y a cinq aumôniers chrétiens, deux de plus pour les femmes et un rabbin. L'imam fait de son mieux... Ça m'énerve, c'est vraiment injuste ! Avec tous ces gens [Musulmans], on y parviendra [à augmenter le nombre d'imams]".

86Lorsque les détenus comparent la situation de l'Islam en France avec ce qu'il en est dans les autres pays, par exemple les États-Unis, cela met encore plus en relief les désavantages relatifs dont ils souffrent. Ainsi, selon Ihsan, un algérien de 42 ans, "dans les prisons américaines, ils respectent vraiment les gens ; il y a des imams pour le vendredi et toutes sortes de choses, [pas ici]". Lorsqu'ils comparent la situation difficile de l'Islam à celle des autres cultes, les Musulmans ont l'impression d'être victimes de racisme, d'être poussés à se sentir inférieurs et de ne pas être pris au sérieux en tant que fidèles d'une authentique religion. Ils font parfois preuve de paranoïa quand ils évoquent les raisons pour lesquelles la prison représente une humiliation pour eux. Par exemple, Hassan, un Libanais de quarante ans nous a expliqué ceci :

"Je ne mange pas de viande ici. J'achète des boîtes de thon à la cantine. On a toujours plusieurs choix : salades, légumes, frites ; c'est suffisant. Ils mettent de la poudre dans les repas [des Musulmans] ; ils mettent de la poudre [des tranquillisants], et parfois ils ajoutent du vin. Ici nous sommes en Europe, nous ne sommes pas chez nous. En tant que Musulmans, nous n'avons pas les mêmes droits que les autres religions. Le rabbin apporte ce qu'il veut aux juifs en prison. Mais nous, on n'a pas le droit de le faire et je ne comprends pas pourquoi. Je travaille ici dans la prison et c'est la même chose pour les prières. La prière de l'aube (sobh), je ne la rate pas, je ne rate aucune prière à part celle de l'après-midi (asr). Je prie dans la cuisine [la cuisine de la prison]. Le chef ne dit rien. Personne n'a le droit de me l'interdire. Certains prient en cachette, durant l'heure d'exercice. Pas moi : je prie normalement, sans me cacher quand on est en train de marcher. Pourquoi est-ce que les jeunes [des banlieues défavorisées] se cachent pour prier ? Mon frère B qui est un DHR [détenu à haut risque] se cache et il a peur que quelqu'un ne le soupçonne de faire du prosélytisme. Il y a beaucoup de Musulmans ici et de toutes les nationalités. J'ai rencontré l'imam, une fois, mais il ne peut rien faire, il est seul. Ce n'est pas la même chose pour les chrétiens les juifs... Les autres religions ont tous les droits et nous, les Musulmans, aucun ! Il y a des surveillants musulmans mais ils ne font rien pour nous. Ils ne pensent qu'à eux".

87Certains, comme Nabil, algérien de 31 ans, pensent que "l'Islam est oublié" :

"Je récite mes prières depuis 1990-1991. En Algérie, je ne priais pas régulièrement. Je me suis réfugié dans la religion pour me protéger des criminels que je voyais. C'est la même chose en France ; en plus de ça, je dis mes prières. Je ne pratiquais pas régulièrement parce que je ne connaissais pas ma religion. J'ai décidé de ne jamais m'arrêter de dire mes prières, de les dire toute ma vie. C'est la première fois qu'on me jette en prison. J'aimerais qu'il y ait un imam qui fasse une prière collective (jama'a) le vendredi [il est dans la Prison B, prison dans laquelle il n'y a pas de prière collective]. Les Musulmans sont oubliés ici. L'aumônier musulman ne fait pas assez de choses pour nous. Je ne l'ai pas vu, je ne lui ai même pas écrit parce que je suis découragé par ceux qui lui ont écrit et qui ont dû attendre trois mois pour avoir une réponse. Les autres font son éloge mais je suis impatient et c'est dur pour moi de devoir attendre trois mois après lui avoir écrit".

88La situation des Musulmans de la Prison C est particulièrement insatisfaisante. Étant donné qu'il travaille seul dans un grand établissement, l'imam ne peut pas rencontrer les détenus individuellement. Après lui avoir écrit une lettre, il faut trois mois d'attente aux détenus pour le rencontrer. Beaucoup de détenus ont du mal à écrire des lettres. Ils ne l'admettront pas ouvertement, mais on peut en déduire qu'il est probable qu'ils éprouvent des difficultés à écrire que ce soit en arabe ou en français. Ce système décourage les détenus de chercher à rencontrer l'imam. Comme ils n'écrivent pas, ils ne le rencontrent pas ; ceci vient à son tour renforcer la tendance qu'ils ont à ne pas chercher à entrer en contact avec lui. Bien entendu, certains détenus écrivent pour les autres, mais tous ne connaissent pas quelqu'un capable d'écrire en bon français. C'est la raison pour laquelle certains lui écrivent puis attendent alors que d'autres abandonnent :

"C'est difficile de rencontrer l'imam de la prison. Je lui ai écrit pour lui en parler mais je ne l'ai vu qu'une seule fois. Ici, en France, on ne fait rien pour nous guider en matière de religion. C'est l'obscurantisme ici !" "J'ai rencontré l'imam à deux reprises. Il m'a donné des livres mais nous n'avons pas trouvé le temps de discuter. Nous étions dix et, pour des raisons de temps, nous n'avons pu lui poser qu'une seule question chacun... Je n'ai pas peur de parler aux Musulmans [il utilise le mot muslim dans son discours, l'empruntant à l'arabe au lieu d'utiliser le mot français "Musulman"] ou à mes frères "barbus" [le mot "barbu" est couramment utilisé de façon péjorative pour désigner les Musulmans "intégristes" en français]. Je le fais, à la différence des Français [qui ont généralement peur de le faire]".

89Certains deviennent amers après avoir envoyé à l'imam de nombreuses lettres qui sont restées sans réponse. Par exemple, Younès, un Marocain de 24 ans, était très en colère : "J'ai écrit à l'imam à de nombreuses reprises pour demander un entretien et je n'ai jamais reçu de réponse".

90D'autres détenus n'expriment pas un désir particulier de rencontrer l'imam, soit parce qu'ils ont appris par d'autres qu'il n'était pas disponible ou encore parce qu'ils le soupçonnent d'être au service du système carcéral français qui l'emploie – peut-être aussi parce qu'ils ne sont pas intéressés par la religion ou tout simplement parce qu'ils ne savent pas écrire. Ce que nous a dit Yacine, un français d'origine algérienne, constitue un exemple typique de cette attitude : "le vendredi, je ne vais pas à la rencontre de l'imam [lors de la prière collective, dans la Prison A]. Je sais que beaucoup de monde y participe. Ça ne m'intéresse pas". Nordine, un Algérien de 47 ans, est encore plus clair à ce sujet :

"Je jeûne durant le ramadan, mais je ne prie pas. Je bois de temps en temps et je prends un peu de haschisch. Je n'applique pas la religion [dans ma vie quotidienne]. Ça ne m'intéresse pas de rencontrer l'imam".

91Certains, comme Sharif, ne rencontrent pas l'imam et vivent leur religion en se prêtant mutuellement des livres religieux avec les autres détenus. Pour ce jeune Français d'origine nord-africaine :

"Je n'ai pas encore rencontré l'imam ici parce que je ne lui ai pas encore écrit. En prison, de nombreux jeunes des cités ne pratiquent pas leur religion mais ils ont des livres sur l'Islam et se les échangent. À part ça, j'achète de la viande cascher à la cantine parce qu'on ne trouve pas de viande halal ici. En tout cas, depuis que je pratique l'Islam, il y a eu des changements [dans ma vie]".

92Certains bâtissent leur vie religieuse indépendamment de l'imam ; ils suivent un chemin sinueux qui correspond plus ou moins au rythme de leurs périodes d'emprisonnement et de liberté. Écoutons Lakhdar, un français de vingt ans d'origine nord africaine :

"Tout va changer ; je vais manger de la nourriture halal. J'ai arrêté l'alcool, il y a seize mois. Avant, je buvais, en particulier quand je faisais la fête la nuit, mais ça n'arrivait pas souvent. L'alcool, c'est le Shaytan [le diable]. Ici, je n'ai pas rencontré l'imam...
En priant, les choses ont changé. Je parle mieux, je fais bien les choses, je réfléchis. Bien sûr, je sais que j'ai encore un long chemin à parcourir. J'ai encore des défauts ; mais c'est beaucoup mieux qu'avant".

93Pour les étrangers qui ont reçu une éducation religieuse en dehors de la France, l'imam n'est pas essentiel dans la mesure où ils connaissent les rituels ainsi que les bases de l'Islam. Hussein, un Pakistanais de 23 ans, en est l'exemple type : "je n'ai pas écrit pour rencontrer l'imam de la prison mais je lis l'arabe. Entre cinq et dix ans, je suis allé à la Madrassa où j'ai appris l'arabe et le Coran".

94Certains des détenus qui continuent à attendre impatiemment de rencontrer l'imam se laissent submerger par l'émotion lorsqu'ils imaginent leur première rencontre avec lui. Dans la mesure où les détenus savent qu'ils ne peuvent pas le rencontrer en privé en raison d'un manque de temps, il y a une certaine dose de fantasme dans la façon dont Ali, un Marocain de 24 ans, imagine cette rencontre :

"Je n'ai jamais vu l'imam, mais si je le rencontre je sais que je pleurerai. Je ne suis pas bien dans ma peau. Et quand il me parlera et me fera le da'wa [quand il me sermonnera], il m'apprendra de nombreuses choses nouvelles".

95Il est possible que les détenus qui ont impression d'être dans la tourmente du vice et du péché mettent en doute la capacité de l'imam à les aider. Ils préfèrent gérer leur vie eux-mêmes et renforcer leur vie religieuse dans la perspective d'un avenir sans péché. À ce sujet, Lamara, un Algérien de 29 ans, a été assez clair :

"Je mange uniquement de la nourriture halal mais je n'ai pas rencontré l'imam. Je ne lui ai pas écrit, je ne vois pas comment il pourrait m'aider. Je préfère régler mes problèmes moi-même. Ceux qui forniquent, c'est [un péché] très grave, ils devraient être lapidés au même titre que ceux qui vendent de l'herbe. Et, dans mon cas, le vrai problème ce ne sont pas les prières, ce sont les femmes ; c'est mon péché mignon. Je ne fais pas dans la drogue, le vol ou des choses comme ça, je suis contre cela. Mon problème c'est le sexe. Zina [la fornication] – c'est ça, mon problème ! Au début je faisais ça avec des femmes françaises quand j'étais étudiant. Ensuite, quand je n'ai plus eu de visa, je l'ai fait avec toutes sortes de femmes".

96Certains détenus ne se mettent pas en contact avec l'imam car ils ont leur propre façon de vivre la religion, une façon hyper-individualisée qui ne nécessite pas un quelconque intermédiaire institutionnel. Dans de tels cas, l'imam n'apparaît pas nécessaire pour remplir les obligations religieuses. C'est le cas pour Wade, un français de 29 ans qui se soucie davantage du fait que les Musulmans sont considérés comme des terroristes en Europe que de rencontrer l'imam. Au mieux, il considère que la présence d'un imam n'est pas pertinente :

"Je n'ai pas besoin de lui, j'ai seulement besoin de Dieu... Ils ne nous aiment pas ici. Les Européens ne nous aiment pas nous, les Musulmans, parce qu'ils pensent qu'il y a de la violence dans notre religion. Ils ont peur des hommes barbus, des attentats. Ils ne veulent pas reconnaître que l'Islam est une authentique religion. Toutes ces choses sont fausses, notre religion est juste et claire... Je suis un Musulman mais je ne suis pas un poseur de bombes ou un terroriste. Je suis quelqu'un de bien ; je respecte les autres religions, je ne suis pas ici pour faire du mal aux autres".

97Wade, comme beaucoup d'autres, a été fortement influencé par la laïcisation de la société française qui marginalise les institutions religieuses au profit d'une forme individuelle de religiosité.

98De nombreux détenus souhaitent un imam qui pourrait leur apporter une consolation, leur enseigner les bases de l'Islam, résoudre leurs problèmes existentiels et répondre à leurs questions portant sur ce qui est permis (halal) et ce qui est défendu (haram), ce qui est imposé comme étant une chose nécessaire (va)ib) et ce qui ne l'est pas. La plupart d'entre eux veulent un imam qui les rapproche de l'Islam dans une société qui a éloigné d'eux la religion par le biais d'une éducation non religieuse et des soupçons entourant la religion, particulièrement l'Islam. Les jeunes Musulmans des banlieues défavorisées ont particulièrement envie de comprendre une religion que leurs parents pratiquaient de façon rudimentaire sans enseigner à leurs enfants comment l'appliquer dans leur vie quotidienne. Ils souhaitent également la ressentir au plus profond d'eux-mêmes. D'un autre côté, les personnes issues de ce milieu ont tendance à être complètement coupés d'une quelconque religion collective, et leur religiosité personnelle est empreinte d'un individualisme peu compatible avec une implication au sein d'une communauté. Pour eux, l'Islam signifie une relation personnelle avec le sacré et non une pratique sociale par l'intermédiaire d'un imam qui est davantage le représentant d'une religion collective qu'une personne à qui l'on peut se confier.

B. Le « bricolage »12 par les détenus des règles de l'Islam

1. La viande halal

  • 13 Dans une prison près de Metz, la viande halal est proposée à l'ensemble des détenus. Les chrétiens (...)
  • 14 Théoriquement, seuls les prisonniers qui travaillent en cuisine ou dans des secteurs annexes ou en (...)
  • 15 Cette question était apparemment étudiée dans la Prison B et, selon le directeur de la section fém (...)

99La situation en ce qui concerne la viande halal varie en fonction des prisons. Chaque prison fait une concession envers les Musulmans et les juifs, concession qui consiste à leur servir un repas de substitution lorsque de la viande de porc est au menu. Mais dans certaines prisons situées en Alsace Moselle, à l'est de la France, région dans laquelle il existe toujours un Concordat, la viande halal est disponible la plupart du temps13. Partout ailleurs, cependant, le problème de la viande halal est particulièrement aigu. Les autorités refusent généralement de servir de la viande halal, ce qui a pour conséquence que de nombreux détenus cessent de manger de la viande ou alors préparent eux-mêmes leurs propres repas quand cela est possible14. Les Musulmans se plaignent du fait que les chrétiens puissent se procurer le type de nourriture qu'ils désirent en l'achetant auprès de la cantine de la prison alors que la nourriture halal n'y est généralement pas disponible15.

100Certains responsables de l'administration pénitentiaire expliquent qu'il n'est pas possible de mettre à disposition de la nourriture halal dans la mesure où ce serait incompatible avec le principe de laïcité, mais ceci est discutable. Si l'on estimait qu'aucune considération religieuse ne devait avoir d'incidence sur les repas des détenus, alors on servirait du porc à tout le monde, ce qui n'est pas le cas. Lorsque l'on sert du jambon ou tout autre produit à base de porc, un plat de substitution est généralement proposé aux détenus. Ceci correspond à une violation implicite du principe de laïcité dans la mesure où l'on reconnaît que les Musulmans (et, à un degré moindre, les juifs dans la mesure où ils sont très peu nombreux en prison) ont une identité différente de l'identité officielle qui est non-religieuse.

  • 16 Dans certaines prisons de la région Alsace-Moselle, laquelle est toujours sous Concordat, les resp (...)

101En fait, en ce qui concerne le problème de la viande halal, les autorités carcérales françaises refusent de s'en préoccuper pour des raisons qui ne sont pas nécessairement liées à la laïcité. Le côté pratique est peut-être l'une de leurs raisons dans la mesure où ils ne souhaitent pas rendre leur travail plus compliqué ; néanmoins, ils justifient fréquemment leur décision en se référant à la laïcité. Certains estiment que le fait de céder sur la question de la viande halal pourrait générer d'autres revendications de la part des Musulmans et déclencher une suite d'exigences qui remettraient en cause le statu quo. De plus, le fait d'instaurer un droit à la nourriture halal créerait des complications pour le personnel des cuisines16. La laïcité est parfois utilisée comme une sorte de bouc émissaire afin d'éviter d'avoir à prendre en compte les réclamations des détenus quant à une plus grande reconnaissance de leur identité, que ce soit sur un plan religieux ou tout autre plan.

102En France, il y a différentes attitudes parmi les détenus en ce qui concerne la nourriture halal. Beaucoup déclarent ne pas manger du tout de viande. Ils disent qu'ils mangent des œufs, des légumes, de la nourriture et du poisson en boîte chaque fois que de la viande est au menu. Certains mangent de la viande et le justifient en citant les Paroles du Prophète [hadith] qui disent que l'on doit s'adapter à la terre sur laquelle on vit. Beaucoup réclament de la viande halal et déclarent en avoir besoin afin de respecter les Commandements de Dieu. Cela les gêne que les prisons refusent de satisfaire cette revendication. D'autres refusent tout simplement de manger la viande et achètent leur nourriture au magasin de la prison (du poisson, généralement du thon) ; d'autres mangent la viande casher qui est en vente au magasin ; d'autres se contentent de légumes, de pâtes et des desserts proposés. Voici quelques exemples des commentaires émis par les détenus à propos de la nourriture disponible en prison :

"La nourriture n'est pas halal, donc je ne la mange pas. Je ne la touche jamais. À la place, je mange du thon. Au début, c'était difficile. Je ne travaillais pas à la prison. Maintenant, j'ai un travail et je gagne 130 euros par mois. Je peux par conséquent acheter de la nourriture au magasin". "Non ce n'est pas halal. Je ne mange pas de viande. Je reçois des colis de Noël et il y a un repas halal de la part de ma famille. Sinon, je mange des pâtes, de la sauce tomate et du riz que j'achète au magasin, puis je fais moi-même la cuisine. Je ne mange pas de nourriture cascher".

103Bien que certains Musulmans fassent le choix de manger de la viande cascher en vente au magasin, ils préféreraient de la viande halal. Nabil, un Algérien de trente et un ans, témoigne :

"La viande n'est pas halal et je ne la mange pas. Parfois, je mange de la nourriture cascher [achetée au magasin], comme les juifs, mais je préfère notre propre nourriture [halal]. [Le fait que l'on puisse trouver de la nourriture cascher au magasin mais pas de nourriture halal] est une preuve que les autorités se préoccupent des juifs mais pas de nous".

104Même le poisson est parfois suspect aux yeux des Musulmans parce qu'ils craignent qu'il ne contienne du vin. Par exemple, Abdallah, un français de trente ans, nous a dit la chose suivante : "une fois, ils ont servi du maquereau et j'ai vu qu'ils avaient mis du vin blanc dedans. Je ne l'ai pas mangé. Je mange du riz, des œufs et des sardines en boîte". Les motifs avancés par les détenus pour justifier leur méfiance vis-à-vis de la nourriture en prison sont divers : certains craignent qu'elle ne soit contaminée et d'autres affirment qu'elle est tout simplement immangeable :

"Ici, la viande n'est pas halal. À Nanterre, ils ont de la viande halal au magasin... Ici, ils piquent la viande et y mettent des tranquillisants. C'est un détenu qui travaille en cuisine qui me l'a dit". "Ici, je ne mange que les frites, c'est la seule chose qui soit comestible dans leur gamelle. Regardez, c'est impossible de manger ça. Même un chien mange mieux que nous. Le poisson, les frites, les steaks, je les mange (je les achète moi-même au magasin) mais la gamelle, pas question, ils s'imaginent que c'est encore les années 30 ! Ils attendent que ça explose pour améliorer les choses". "La nourriture est dégueulasse ici. Même les chats n'en veulent pas quand on leur lance à travers les grilles. J'achète du thon au magasin et je le cuisine moi-même. Ici, les Musulmans font eux-mêmes leur cuisine ou alors ils ne mangent pas de viande. Je ne mange pas de steaks. Parfois, je mange du poulet, mais c'est comme du caoutchouc, c'est vraiment dégueulasse. Leur paella date de 200 ans av. J.-C. ! Certaines crevettes vous donnent des boutons. Dieu nous en garde ! [la istar, en arabe]".

105Relativement peu de Musulmans avouent qu'ils mangent de tout, même la viande qui n'est pas halal ; cela s'explique probablement par le fait que cela les gêne vis-à-vis de leur propre image. Ils justifient leur conduite en se disant qu'ils n'ont réellement pas le choix et que la nourriture a de toute façon systématiquement mauvais goût. Mamadou, un Malien de 24 ans, a adopté la stratégie suivante : "Je mange la nourriture même si elle n'est pas halal parce que ce n'est pas interdit de manger la nourriture du "Peuple du Livre" [les chrétiens et les juifs]. Je n'ai pas le choix, donc je mange". Sur ce thème, nous avons rencontré plusieurs variations dont certaines reflètent une indécision ou une confusion. Habib, un Tunisien de 34 ans, illustre bien ceci :

"Généralement, je ne mange pas de viande. Elle n'est pas halal. Pourtant, certains prient [des Musulmans] et en mangent. Ils m'ont parfois influencé. C'est comme ça que font les barbus ; ils disent qu'on n'a pas le choix quand on est en prison et que, par conséquent, on peut manger de la viande qui n'est pas halal. Le Malien qui travaille en cuisine dit qu'il ne faut pas manger de viande avant de l'avoir coupée avec ton couteau pour vérifier [que ce n'est pas du porc]. Je ne sais pas qui je dois écouter. J'achète ma nourriture à la cantine. Mais elle est naze, cette nourriture ; c'est de très mauvaise qualité. L'aspect du steak me répugne ; le poulet n'a pas l'air terrible".

106Le fait de refuser de manger de la nourriture non-halal n'est pas nécessairement lié à l'observance d'autres obligations religieuses, en particulier les prières quotidiennes. À ce titre, Habib, un Algérien de 25 ans, explique :

"Je suis très porté sur la religion mais je ne suis pas un Musulman pratiquant, je ne sais pas comment je dois dire mes prières quotidiennes. Mais je respecte le commandement de l'Islam en ce qui concerne la nourriture, je ne mange pas de viande si elle n'est pas halal. Toute ma famille respecte ce commandement, y compris mes frères et mes sœurs. Mas'oud, un Français de 23 ans, a fait preuve d'une franchise similaire en exposant les raisons pour lesquelles il refusait les repas proposés en prison : "Je ne mange pas de porc. Ici, la nourriture est dégueulasse. Tout a le même goût. Ils congèlent la nourriture, ensuite, ils la décongèlent pour la faire réchauffer. Ce n'est pas pour des raisons de religion que je ne mange pas leur nourriture : personne ne la mange ! Il n'y a pas longtemps, quelqu'un a trouvé des vers vivants dans sa nourriture, des vrais vers !".

107Comme nous l'avons signalé précédemment, le nombre de détenus qui déclarent refuser de manger la viande est très élevé. Néanmoins, les statistiques que nous avons recueillies auprès des cuisines de la Prison B montrent que de nombreux Musulmans mangent de la viande non-halal alors qu'ils disent ne pas le faire. Ces chiffres peuvent en partie s'expliquer par le fait qu'il est possible que les Musulmans donnent leur viande à des non-Musulmans ; néanmoins, l'important décalage qui existe entre ce que les Musulmans affirment et le nombre de portions de viande qui sont effectivement servies montre que certains Musulmans font ce qu'ils refusent de reconnaître : manger de la viande non-halal. L'image qu'ils ont d'eux– mêmes, celle de bons Musulmans qui respectent les commandements de l'Islam, n'est pas obligatoirement affectée par la transgression occasionnelle de ces commandements.

108Leur niveau de frustration est cependant élevé : ils soupçonnent les prisons de les mépriser, de refuser de reconnaître leurs droits en tant que Musulmans et par conséquent de les humilier. Certains détenus estiment qu'il est très révélateur qu'il y ait de la nourriture cascher disponible alors qu'il n'y a pas de nourriture halal à la cantine. Certains montrent même des signes de paranoïa et pensent que les prisons ont pour but de les "déislamiser". L'absence de nourriture halal associée à d'autres interdictions (transporter des tapis de prière ou une boussole afin de déterminer la direction de la Mecque), au manque d'imams, à l'absence de prières collectives le vendredi dans de nombreuses prisons et ainsi de suite sont autant d'éléments qui dénoteraient une stigmatisation des Musulmans.

109D'une façon générale, la nourriture halal représente une question importante et certains détenus souffrent peut-être de malnutrition en raison de leur refus de manger de la viande qui ne soit pas halal. Leur alimentation n'est pas équilibrée : certains affirment ne pas avoir mangé de viande depuis de nombreuses années. Ils ne sont pas végétariens, ce n'est pas leur mode d'alimentation. La mise à disposition de viande halal dans certaines cantines carcérales, en particulier celles de la région Alsace-Moselle, est une pratique qui pourrait être étendue au système pénitentiaire tout entier.

110En faisant la sourde oreille aux revendications des Musulmans liées à la nourriture halal, les prisons renforcent leurs soupçons. Ces soupçons peuvent générer de la paranoïa. À titre d'exemple, l'une des prisons sert des saucisses fabriquées à base de poulet ou d'une autre viande que le porc. Les soupçons ne sont pas fondés car la viande employée n'est pas du porc. Mais le climat de suspicion qui sous-tend les relations entre prison et prisonniers a pour conséquence que les prisons ont bien du mal à prouver que les plaintes des détenus en ce qui concerne la nourriture sont dénuées de fondements.

111Il en va de même pour les allégations selon lesquelles des médicaments seraient mélangés aux repas. De nombreux détenus affirment que des médicaments sont ajoutés à la nourriture dans le but de les calmer. Ils disent que la nourriture a parfois un goût différent qui serait dû à l'adjonction de ces médicaments qui rendraient les détenus moins agressifs et causeraient des vertiges. C'est exactement le type de rumeurs qui fleurissent en prison. En outre, dans la mesure où les prisons françaises abritent des islamistes radicaux et de nombreux jeunes issus des banlieues défavorisées, jeunes qui ont la réputation d'être arrogants et impolis, les détenus s'imaginent que les médicaments employés pourraient avoir pour but de diminuer leur insubordination et de faire en sorte qu'ils se soumettent aux règles carcérales. Beaucoup de Musulmans parmi ceux avec lesquels nous nous sommes entretenus voyaient en cela une preuve de la "perfidie" des prisons. Même certains des détenus travaillant en cuisine avaient la conviction que "quelque chose" était ajouté bien qu'ils n'aient pas eu l'occasion de le constater par eux-mêmes. Ceux qui participaient à l'élaboration des repas pensaient que l'adjonction éventuelle d'un quelconque produit avait lieu avant qu'ils ne préparent la nourriture. En conséquence, en dépit de l'absence de preuves relatives à l'adjonction de médicaments à la nourriture, de nombreux détenus – en particulier les Musulmans – estimaient qu'il s'agissait là d'un nouveau stratagème élaboré par les directeurs de prison et destiné à les neutraliser en réduisant leur vitalité et en les transformant en sous–hommes. Le fait que les médecins exerçant en milieu carcéral prescrivent "facilement" des médicaments aux détenus vient renforcer dans l'esprit des détenus la persistance de cette idée pourtant fausse. Comme ces médecins ne rechignent pas à le faire (par opposition à l'attitude générale des responsables des prisons vis-à-vis des demandes des détenus), cela est considéré comme une nouvelle preuve de la volonté consciente et délibérée du système carcéral de chercher à assujettir les détenus. Ces détenus croient qu'il s'agit là d'un moyen subtil d'affaiblir les détenus en les amollissant grâce au recours à des tranquilisants ou à des psychotropes. Cela permettrait en outre selon eux d'éviter de gérer les exigences que les détenus ne manqueraient pas de formuler s'ils n'étaient pas sous l'influence de ces médicaments.

112Les allégations des détenus en ce qui concerne la nourriture doivent être comparées aux précisions que nous ont données les membres du personnel de cuisine. Dans la Prison B, par exemple, le responsable de la restauration a insisté sur les problèmes posés par les régimes alimentaires spéciaux dans une prison hébergeant une population de détenus dont 80 % sont des Musulmans. Il a expliqué que 14 menus spéciaux devaient être préparés pour des raisons médicales : maladie gastrique, problèmes dentaires, cholestérol, diabète et ainsi de suite. Il y a aussi des problèmes de résistance temporaire face à de nouveaux aliments :

"Au début, nous ne proposions pas de jambon de dinde. Maintenant, cet aliment figure au menu. Au début, sur les 580 détenus, seuls 20 en prenaient. Maintenant, ils sont plus de 500 !".

113Le responsable de la restauration a également ajouté que le goût revêtait une grande importance en ce qui concerne la consommation ou le refus de la nourriture car, "si du poisson est servi sans sauce, environ 30 % ne sera pas consommé. Si c'est du poisson pané, la totalité sera consommée !". La consommation de nourriture non-halal mais néanmoins savoureuse est également élevée contrairement à ce que pensent les détenus Musulmans qui sont largement majoritaires dans la Prison A. Selon le responsable de la restauration, "le taux de consommation du bœuf bourguignon est de 85 % et celui des steaks de 95 %. Mais le veau rissolé de même que les œufs remportent un succès moindre". Le taux de consommation du porc est également légèrement plus élevé que ce que les allégations des détenus laissaient supposer. La théorie qui voudrait que certains détenus Musulmans donnent leur part à leurs amis non-Musulmans est plausible dans la mesure où les plats à base de porc sont consommés par environ 25 % des détenus alors que les Musulmans représentent environ 80 % de la population carcérale, selon le directeur.

114L'inégalité de traitement qui existe entre l'Islam et le Christianisme apparaît clairement quand on se penche sur la nourriture proposée lors des fêtes religieuses. Selon le responsable de la restauration de la Prison B :

"Il n'y a pas de repas spéciaux pour le Ramadan mais les prisonniers peuvent acheter leur nourriture au magasin. Pour Noël et le Nouvel An, il y a des menus spéciaux : un feuilleté de langoustine en entrée, un magret de canard en plat de résistance, deux légumes puis un bon fromage. Je dispose d'un budget pour l'ensemble de l'année et je ne peux pas me permettre de proposer des repas spéciaux pour le Ramadan".

115Le responsable évoque des restrictions budgétaires et non la laïcité pour justifier ses choix. Ce n'est pas le cas pour d'autres membres du personnel qui justifient leurs pratiques à travers la laïcité et le fait que Noël est devenu un jour de fête national et laïc avec un arrière-plan religieux obsolète.

  • 17 Plus connu en Grande-Bretagne sous l'appellation Eid ul-Fitr.

116Il est inutile de préciser que les Musulmans incarcérés dans la Prison B en éprouvent une grande amertume et se sentent terriblement humiliés. Ceci renforce leur sentiment de frustration dans une prison où environ 8 détenus sur 10 sont Musulmans et où la fête de l'Eid el Kabir17, à la fin du Ramadan, n'est pas considérée comme étant égale à la fête de Noël.

2. Le Ramadan et les prières

117Le Ramadan est très important en prison. Sa portée symbolique dépasse celle des prières quotidiennes. Beaucoup de Musulmans qui ne récitent pas leurs prières quotidiennes, que ce soit à l'intérieur comme à l'extérieur du milieu carcéral, aiment respecter le jeûne du Ramadan. En fait, de nombreux groupes d'individus pratiquent les rituels du Ramadan selon des modalités qui diffèrent d'un groupe à l'autre. Beaucoup jeûnent sans réciter leurs cinq prières quotidiennes. Beaucoup de jeunes issus des banlieues défavorisées appartiennent à cette catégorie. Nombreux sont ceux parmi eux qui ne connaissent pas leurs prières mais sont néanmoins fortement attachés au jeûne. Certains observent celui-ci durant une partie du Ramadan ; d'autres ne mangent pas mais boivent de temps en temps, mais pas en public. D'une façon générale, que ce soit en prison comme dans les banlieues, le jeûne du Ramadan vient au premier rang de la liste des rituels considérés comme caractéristiques de l'Islam par les Musulmans.

118L'importance du Ramadan a été en partie comprise dans la Prison A où des dattes et d'autres aliments festifs sont proposés ou du moins en vente au magasin de la prison. Néanmoins, il n'y a pas de repas chauds proposés aux heures adéquates. L'imam, qui est écouté par le directeur, a organisé, comme cela se fait habituellement entre Musulmans, une fête à l'occasion de la fin du Ramadan et tous les détenus y ont été invités. Cela a permis à un grand nombre d'entre eux de fraterniser et d'oublier pour un temps les difficultés de l'incarcération. Néanmoins, les détenus se sont plaints du manque de viande halal, même dans le magasin. Les horaires de travail n'ont pas été aménagés et ceci a eu pour conséquence que certains détenus ont éprouvé des difficultés à accomplir leurs tâches habituelles. Les détenus ont reçu l'autorisation de recevoir plusieurs kilos de nourriture dans des colis provenant de leur famille ou de leurs amis. D'une façon générale, en dehors d'une aide ponctuelle et de l'autorisation de célébrer la fin du Ramadan [fitr], rien d'autre n'a été proposé, même dans la prison qui s'est montrée la plus soucieuse du bien-être des Musulmans. Par contraste, la Prison B, l'une des plus grandes d'Europe, n'a même pas pris les dispositions minimales adoptées par la Prison A. L'imam n'a pas pu célébrer la fin du mois saint ; il n'y a eu ni prière collective du vendredi ni nourriture halal pour cette occasion solennelle.

119La question des prières doit être abordée sous au moins trois aspects différents : les prières individuelles en cellule, la prière collective en général (en théorie, les Musulmans sont censés prier collectivement dès qu'ils en ont la possibilité) et la prière collective du vendredi. Les Musulmans qui ne pouvaient pas se rassembler à l'occasion de la prière dans deux des trois prisons de notre échantillon ont néanmoins tenté de trouver des moyens de prier collectivement au sein de la Prison C, plus grande. Ceci est interdit par les autorités carcérales dans la mesure où il s'agit d'un rassemblement, ce qui est contraire aux règles carcérales. En dépit de cela, les détenus ont organisé une prière collective sous le passage couvert de la cour durant les heures d'exercice. À cet endroit, ils étaient en partie cachés par des colonnes et avaient la possibilité de prier en petits groupes à tour de rôle sous la tutelle d'un converti et d'islamistes. Les surveillants étaient au courant de cette pratique. Ils ont puni quelques–uns des participants mais n'ont pas pu prendre de sanction systématique de peur que les détenus ne refusent d'obéir. La désobéissance "modérée" revêt généralement plusieurs formes comme le refus de réintégrer la cellule après l'exercice, de quitter la cour et également les agressions mineures envers les surveillants.

120Comme ils souhaitaient organiser la prière collective dans la cour, les détenus avaient besoin d'un tapis de prière. Mais il est interdit de transporter ce tapis à l'intérieur de la prison. Ils ont par conséquent dû enfreindre le règlement de la prison. Le fait que ceci était susceptible d'être sanctionné – des sanctions ont parfois été effectivement prises – n'a pas eu d'effet dissuasif. Comme les Musulmans n'avaient pas de pièce dans laquelle ils pouvaient organiser les prières collectives et qu'ils ne disposaient pas d'imam pour diriger la prière, cela a abouti à une situation paradoxale : les autorités n'avaient d'autre choix que de "tolérer" ces infractions au règlement. Elles ont dû accepter l'éventualité que certains des Musulmans radicaux qui dirigeaient la prière n'influencent les autres détenus. Pourtant, ces mêmes autorités ont continué à refuser de procéder à certains aménagements en faveur des Musulmans car cela aurait pu remettre en question l'attitude habituelle de la prison qui consiste à nier que l'Islam soit une véritable religion. De cette façon, un équilibre avait été atteint entre certains groupes de Musulmans et le personnel pénitentiaire : les détenus effectuaient leurs rituels religieux et les surveillants fermaient les yeux. De temps en temps, les autorités prenaient des mesures énergiques mais elles n'avaient pas la possibilité de le faire systématiquement. Une solution ad hoc consistait à transférer les détenus d'une prison semi-autonome à une autre afin de briser l'identité du groupe, mais il existait un risque de propager cette pratique aux autres prisons. Dans tous les cas, certains groupes de Musulmans sont bel et bien parvenus à organiser des prières collectives, de façon sporadique tandis que les autorités faisaient face à ce phénomène en alternant interdiction et tolérance. Les Musulmans éprouvaient un sentiment de frustration, sentiment renforcé par le fait que la messe du dimanche était régulièrement célébrée pour les chrétiens.

121D'une façon générale, les détenus éprouvaient de la frustration vis-à-vis de l'attitude des autorités carcérales. Ils affirmaient qu'à chaque fois que des aménagements étaient demandés pour les Musulmans, les autorités refusaient leur coopération alors que des aménagements identiques avaient été acceptés pour les chrétiens et les juifs. Les Musulmans se plaignaient du fait que les fêtes religieuses des chrétiens et des juifs étaient reconnues et aussi que les chrétiens avaient la possibilité de recevoir des colis pour Noël alors que cela n'était pas autorisé pour les Musulmans lors de la fête marquant la fin du Ramadan. (Précisons que les Musulmans avaient la possibilité de recevoir des colis à l'occasion de Noël, mais ils disaient que ce n'était pas leur fête religieuse.) L'amertume éprouvée par les Musulmans à l'égard des chrétiens et des juifs était encore plus prononcée lorsqu'étaient évoqués les rassemblements religieux. Les Musulmans avaient le sentiment général d'être traités comme des citoyens de deuxième zone, leur religion n'étant pas reconnue et, dans le meilleur des cas, leurs coutumes méconnues.

122Selon la plupart des personnes interrogées, le Ramadan joue un rôle important dans leur identité de Musulmans, au moins autant – si ce n'est plus – que les prières quotidiennes. Pour bon nombre d'entre eux, être Musulman, c'est respecter le jeûne du Ramadan, y prendre part et éviter de manger de la viande de porc. Nombreux sont ceux qui ignorent les prières quotidiennes en arabe et qui, par conséquent, ne les récitent pas. Ils en éprouvent quelques remords mais se considèrent néanmoins toujours Musulmans. Ils sont nombreux à considérer que le jeûne du Ramadan est la chose minimale que doit observer un Musulman. Néanmoins, ceux qui ne prient pas et qui ne respectent pas le Ramadan se considèrent toujours Musulmans au fond de leur cœur.

123Aussi, il existe de nombreuses variations entre les détenus en ce qui concerne l'observance du Ramadan et les éléments qui façonnent leur pratique de la religion. Il existe une grande diversité dans la façon dont ils récitent leurs prières, jeûnent durant le Ramadan ou accomplissent leurs obligations religieuses soit au moment adéquat, soit avec un temps de retard. On note également des écarts dans la façon dont la prison influence leur foi (elle l'encourage pour beaucoup d'entre eux mais dissuade certains). Cela concerne également le rôle joué par les codétenus.

124La plupart du temps, la prière de l'aube [sobh] est la plus difficile à respecter en prison en raison de son horaire. Pour certains, il peut s'avérer nécessaire de regrouper certaines des prières afin de les glisser à l'intérieur de leur emploi du temps en prison. A ce titre, Abdallah, un Marocain de 30 ans, nous a expliqué la chose suivante : "Je suis croyant. En dehors de la prison, je priais régulièrement. Ici, en prison, je prie également. Je récite mes cinq prières quotidiennes mais, comme je ne veux pas rater les heures d'exercice, parfois je regroupe certaines de mes prières". Sur le même sujet, voici ce que nous a dit Hussein, un Pakistanais de 23 ans : "Je dis mes prières mais quand je travaille [en prison], je ne peux parfois pas les faire au bon moment. Je n'ose pas demander à mon patron de m'autoriser à les réciter, c'est un juif, mais il est gentil. Ça me manque". Beaucoup de détenus étaient heureux de déclarer qu'ils faisaient de leur mieux pour dire leurs prières quand cela était possible.

125Certains détenus ont affirmé que les prières pouvaient améliorer leur maîtrise d'eux-mêmes et les aider à combattre leurs défaillances mentales ou physiques. Les prières leur permettraient de développer leur confiance en eux-mêmes et leur procureraient une sensation de bien-être. C'est l'expérience dont nous a fait part Abdel, un Algérien de 33 ans qui avait commencé à prier deux mois avant notre entretien :

"La prière empêche [les mauvaises choses], elle vous fait marcher droit. Si tu pries, tu ne feras jamais d'erreurs, tu marcheras droit. C'est ça, la religion. J'ai choisi la voie de la délinquance et je n'y ai rien gagné. C'est la raison pour laquelle j'ai écrit à l'imam pour tenter de trouver une autre voie, la voie de l'Islam... Depuis ces deux derniers mois, je me sens bien. J'ai la pêche dans mon boulot [au sein de la prison]. Mon patron m'a dit : "je peux compter sur toi"".

126Pour Sharif, un français de 20 ans d'origine nord-africaine, vivre en accord avec la religion signifie s'écarter d'un comportement fautif et rejoindre le bon chemin, comme cela se produit pour d'autres jeunes des cités qui "adoptent" la religion et, ce faisant, brisent le cercle vicieux de la délinquance et de la galère :

"Avant, je priais de temps en temps. J'allais à la mosquée et je faisais le dua [les invocations]. J'allais à Champigny avec l'un de mes amis dont le père est un Musulman fervent. Là, de nombreux jeunes des banlieues adoptent la religion et mettent en pratique l'Islam. De cette façon, ils se sortent de la galère. Mais il existe aussi de la délinquance juvénile parce que de nombreux jeunes des banlieues sont dans la dèche. Ils ne mettent pas en pratique leur religion même s'ils ne l'oublient pas, jamais. En ce qui me concerne, j'y ai réfléchi pendant une longue période. Mes parents m'ont conseillé de le faire et, un jour, je l'ai fait".

127Pour de nombreuses personnes appartenant à la deuxième ou troisième génération des descendants d'immigrés nord-africains, personnes qui n'ont pas reçu d'éducation religieuse, la prison peut s'avérer être un lieu adéquat pour apprendre les bases de la religion et la mettre en pratique grâce à l'aide d'autres détenus provenant d'Afrique du Nord ou même d'Afrique subsaharienne car ces personnes en savent bien plus long sur la religion. Dans ce cas de figure, le rôle joué par l'aumônier musulman est minime car il ne peut pas aider les détenus en raison de son manque de temps. Les autres détenus, au contraire, jouent un rôle important dans le processus d'islamisation. Par exemple, Ahsen, un français de 26 ans d'origine tunisienne, nous a dit : "J'ai toujours prié ici. Ici, je dis mes prières avec un codétenu tunisien. Au début, il ne priait pas, mais maintenant il prie avec moi". Djamal, un français de 40 ans d'origine algérienne, est l'un de ceux qui affirme avoir profité de cela : "Je suis Musulman ; j'apprends les prières avec d'autres Musulmans. Nous prenons des livres et nous apprenons l'Islam. Ils savent ce que contient le Coran. Avant, je ne pratiquais pas. Je n'ai jamais rencontré l'imam... Je n'ai rien, pas de tapis de prière". Amir, un français de 22 ans dont la mère est tunisienne et le père algérien, nous a relaté des choses similaires. Bien qu'il ne se soit pas décrit comme un Musulman pratiquant, il a ajouté : "L'Islam est très proche de mon cœur... il y a des détenus pratiquants qui nous consacrent du temps et nous disent, "je suis là quand tu le souhaites [pour t'aider]". Ce qui distingue Amir est le fait qu'il a décidé de ne pas accepter ces propositions d'aide de la part de ses codétenus Musulmans".

128Le fait d'avoir un ami pour compagnon de cellule peut être bénéfique à ceux qui ont plus ou moins d'expérience en ce qui concerne les prières. C'est cette expérience qu'a vécue Ali, un français âgé de 20 ans d'origine nord– africaine qui a partagé sa cellule avec des détenus malais, algériens et tunisiens : "Nous récitons nos prières ensemble, j'ai appris la façon dont le font les Algériens. Je connais le Coran et l'arabe ainsi que la façon de procéder". En fait, des conversions religieuses se produisent en prison et le fait de se tourner vers l'Islam peut permettre à certains de considérer leur avenir sous un jour nouveau. Ayshia, une jeune femme originaire d'Amérique latine illustre bien ce dernier point ; elle considérait sa conversion comme l'aboutissement d'un processus qui avait débuté quelques années auparavant dans son propre pays :

"Une fille, Zubeda, m'a convertie à l'Islam ici, en prison, en présence de quatre témoins. Elle m'a donné une liste de noms et j'ai choisi Aysha. C'était une noire-africaine. Maintenant, je lis le Coran [en espagnol] toute la nuit. Je connais également sept surats plus Fatiha par cœur. Je prie et je jeûne lors du Ramadan".

129Cela ne veut pas forcément dire que les Musulmans pratiquants – ou les fidèles des autres communautés religieuses – sont totalement pieux dans chacune des facettes de leur existence. Ceci était particulièrement clair dans le cas d'un jeune homme noir de 17 ans originaire du Gabon :

"Je suis Musulman, je prie en prison. Comme ce n'est pas propre dans ma cellule, je le fais à l'extérieur. Je jeûne aussi durant le Ramadan... Je mange du riz, de la viande, des desserts mais pas de porc... Je lis le Coran mais je feuillette aussi Playboy. J'ai une petite amie arabe. Je sais que c'est haram, mais j'en ai besoin".

130Beaucoup de détenus admettent que leur incarcération les a aidés à commencer à prier ou à renouer avec les prières après une longue interruption. D'autres affirment que le fait de réciter leurs prières en prison leur a ouvert de nouveaux horizons. Lakhdar, un français âgé de 20 ans et d'origine nord-africaine nous a expliqué à ce sujet qu'auparavant il bégayait et qu'il pouvait communiquer beaucoup plus facilement depuis qu'il avait commencé à prier :

"Avant, j'étais coincé : mon père me battait ; plus il me battait, moins ce qu'il me disait entrait dans ma tête. Avant ça, je bégayais et je ne parlais à personne. Depuis l'an dernier [en prison], avec mes prières, les choses ont changé. Je parle mieux et je pense que je fais mieux les choses. Il me reste un long chemin à parcourir, j'ai encore des défauts mais c'est beaucoup mieux qu'auparavant".

131Pour de nombreux détenus récidivistes, les allers et retours permanents entre la prison et leur domicile génèrent désordre et instabilité, ce qu'ils tentent de maîtriser à travers leurs prières. Mais, de ce point de vue, la prière n'est pas véritablement un moyen de briser le cercle vicieux suivant : délit, condamnation, prison, libération, nouveau délit, nouvelle condamnation et retour à la prison. Il s'agit d'un moyen de gérer cette vie déréglée qui est ponctuée par des périodes d'incarcération entrecoupées par des périodes de liberté. La prière les aide davantage à façonner leur vie à l'intérieur comme à l'extérieur de la prison plutôt qu'à calquer leur conduite sur les règles rigoureuses de l'Islam. De cette façon, la prière peut être intégrée aux vicissitudes de la vie sans nécessairement jouer un rôle prépondérant pour sortir d'une conduite criminelle ou immorale. Ceci peut s'avérer si décourageant pour les détenus qu'ils peuvent décider de ne pas prier en prison. Ali, un Marocain de 24 ans s'est penché sur sa propre expérience et a reconnu la chose suivante :

"Je priais quand j'étais petit puis ensuite j'ai arrêté. J'allais à la mosquée le vendredi. En France, j'ai continué à le faire un petit peu mais c'était très difficile. J'ai été condamné à une peine de 18 mois de prison et, en prison, j'ai prié durant l'intégralité des 18 mois ! Mais, une fois dehors, j'ai arrêté de prier. Je me suis dit : "Ça ne sert strictement à rien de prier Dieu en prison quand on est dans la galère ; ce n'est pas juste et ça n'a pas de sens". Et maintenant, je veux prier quand je serai bien, dehors. Cette fois, j'ai arrêté de dire mes prières en prison. Je continue à jeûner pendant le Ramadan. Même quand je priais, je continuais à prendre de l'herbe, à boire de l'alcool et à fumer. Par contre, le porc, je n'y ai jamais touché ! Je sais très bien que quand je serai dehors ce sera dur [d'être un bon Musulman]".

132L'une des interprétations que l'on peut donner au fait de remettre à plus tard les prières est la suivante : le détenu ne se sent pas prêt pour une vie Islamique "pure". Comme la prison est associée à quelque chose d'impur et à un relâchement religieux, les détenus se préparent simplement pour un moment où ils pourront être de parfaits Musulmans et de bons citoyens qui ne feront rien de stupide susceptible de gâcher leur vie. Cette interprétation n'est pas rare parmi les détenus et peut être analysée comme un refus de se plier à des règles religieuses strictes (comme les cinq prières quotidiennes qui débutent à l'aube et se terminent le soir) et d'en repousser la pratique à une date ultérieure non définie. Cette deuxième attitude présente l'avantage de ne fermer pour toujours la possibilité d'une vie calme et ordonnée. Cela crée tout simplement un contraste entre une vie en prison difficile et dénuée d'espoir et la perspective d'un avenir plein de promesses au dehors, lorsque le détenu pourra mener une vie religieuse qui le comblera de joie. Yaseen, un Algérien de 31 ans dont les parents, de fervents Musulmans, avaient éprouvé énormément de peine d'avoir à lui rendre visite en prison, illustre ce point :

"Mon compagnon de cellule prie et il m'a dit "Ça ne sert à rien de prier si tu refais le même genre de conneries une fois sorti". Je prierai quand les choses iront mieux pour moi, quand je serai dehors. Pour le moment, j'apprécie ma liberté de ne pas avoir à prier !" [Il a dit cela en souriant].

133Certains détenus sont si déçus par leur attitude et leur vie de péchés qu'ils se sentent trop impurs pour prier. Ils ne sont pas capables d'envisager une quelconque amélioration morale pour eux-mêmes dans un avenir prévisible. De façon similaire, certains s'inquiètent de ne pas être en mesure de vivre en accord avec les préceptes de leur religion mais, au moins, le fait de jeûner durant le Ramadan les rassure quelque peu. Quelques détenus attribuent leur incapacité à respecter les commandements de l'Islam à l'influence du Diable [Shaytan].

134Les femmes incarcérées peuvent également éprouver de l'angoisse par rapport au fait de ne pas respecter leurs obligations religieuses mais la question du port d'un voile ou d'un hijab apporte une nouvelle complication. Khadija, une Française d'origine algérienne, a exprimé ceci de la façon suivante :

"Je suis croyante. Je jeûne durant le Ramadan mais je ne dis pas mes prières. Dans ma famille, ma mère, mes quatre frères et mes trois sœurs récitent leurs prières et les femmes ne sortent pas sans le hijab. Moi, je ne pratique pas. Je pratiquais avant, mais pas ici, en prison. Ici, je ne peux pas porter le hijab".

135Sakrina, une tunisienne de 25 ans allait dans le même sens lorsqu'elle a confessé : "Ce n'est pas facile de prier en prison. Le hijab est interdit. Pour dire ses prières, il faut une longue robe ; il faut se lever à l'aube, c'est dur".

136Les hommes, par comparaison, étaient plus nombreux à estimer que le fait de prier n'impliquait pas nécessairement d'afficher sa religion de façon ostentatoire. Selon Baqir, un Nord-Africain de 40 ans, il faudrait éviter le fanatisme religieux : "Je prie par le biais de mes lectures et de mes réflexions. Je prie la nuit, dans ma cellule. Je n'ai pas besoin des appels à la prière ; ce sont des actes de provocation ou de fanatisme [commis par certains détenus]".

137Les détenus ont rapidement précisé que, en dehors des considérations relatives à une pratique totale ou partielle de l'Islam, cette pratique n'était pas toujours constante en prison. Il existait des hauts et des bas, des périodes durant lesquelles ils étaient plus religieux et d'autres pendant lesquelles ils avaient des doutes concernant la religion. C'est ce que nous a expliqué Mohsin, un français de 35 ans d'origine algérienne : "Il y a des périodes où pratiquer l'Islam est important pour moi. Mais il y a des moments où je crois et d'autres où je ne crois pas. Il y a également des périodes où je crois mais je ne pratique pas !". Parfois, cela était lié à un encouragement ou à un découragement de la part d'autres détenus. Certains prient et jeûnent durant le Ramadan mais, ensuite, ils cessent de prier. Pour eux, les prières durant le Ramadan ont un sens car elles leur permettent de vivre un mois "complet" de pratique de l'Islam mais, le reste de l'année, ils ne respectent pas leurs obligations religieuses.

138La prière collective du vendredi n'est pas quelque chose de bien établi au sein des prisons françaises mais quand celle-ci commence à être mise en place, elle devient, de l'avis même des détenus Musulmans, ce qui caractérise le plus leur communauté. Certains détenus, pas tous, y assistent mais en tout cas, cela devient une référence pour eux. Dans la Prison A (la seule de notre échantillon où il y avait une prière du vendredi), les détenus y voyaient un événement important dans le cadre de la pratique de l'Islam. La question de savoir si oui ou non les détenus y assistent devient importante ; c'est la raison pour laquelle certains tentent de justifier leur absence. Par exemple, un détenu originaire de Côte d'Ivoire, détenu qui se décrivait comme un croyant et un Musulman pratiquant nous a expliqué que "la prière du vendredi [était] une bonne chose mais, malheureusement, [il ne pouvait pas] y assister car [il était] en formation".

139Certains se sentent obligés de retourner dans le giron de l'Islam après un long éloignement. L'exemple d'un Musulman qui aurait été un criminel puis qui serait, dans des circonstances spécifiques (par exemple à la suite d'un cauchemar), revenu vers l'Islam devient paradigmatique pour les détenus. Ils reviennent vers la religion et accomplissent consciencieusement leurs obligations religieuses. Les prières et le Ramadan deviennent alors pour eux les choses les plus importantes à accomplir. C'est ce qui était arrivé à Benamar, un français de 26 ans qui, depuis deux ans, priait cinq fois par jour :

"J'en avais marre [d'être en prison] et j'ai eu un "flash". Quand j'étais gamin, je priais mais par la suite, j'ai arrêté pendant un long moment et j'avais des délires d'alcool et aussi de hashisch. Un type qui s'adonnait au vice, à la drogue et à la délinquance a réussi à s'en sortir. Il a tout arrêté ; il a donné son argent haram [illicite] aux pauvres et s'est marié. Ça m'a estomaqué. Depuis, il est devenu sérieux. Une fois, il a fait un cauchemar. C'est lui qui a déclenché tout le processus chez moi. Je suis entré dans l'Islam en douceur, j'ai tenté de renouer avec l'Islam. Nous avons parlé de la mort et ça m'a impressionné. J'étais du côté sombre. Depuis que je prie, ça va beaucoup mieux. Je suis beaucoup moins déprimé, je suis tout le temps joyeux. Je prends les choses du bon côté".

140Pour les récidivistes, l'alternance entre les passages en prison et les périodes à l'extérieur leur permet de relancer leur expérience religieuse, de renouer avec la religion. Appartenir à l'Islam permet en quelque sorte de faire face à l'instabilité qui va de paire avec les allers et retours entre le monde de la liberté et celui des contraintes de la vie carcérale. C'est de cette façon que de nombreux détenus renouent avec l'Islam.

141Pour les détenus qui ne prient pas et qui n'observent pas le jeûne du Ramadan, le principal symbole qui fait d'eux un Musulman est le fait de refuser de manger de la viande si elle n'est pas halal. Ce type d'Islam minimaliste coexiste en prison avec une autre forme de pratique, celle où le fait de jeûner durant le Ramadan sans toutefois réciter les prières devient le trait caractéristique d'un Musulman. Younes, un Marocain de 24 ans illustre ce type de pratique de l'Islam : "Je ne sais pas comment prier mais j'ai une alimentation halal ; je ne mange rien qui soit non-halal. Mes parents sont des Musulmans pratiquants mais pas mes frères et mes sœurs... J'ai vraiment l'intention de prier un jour mais, avec tous mes problèmes, ce n'est pas possible. Ici, je travaille et je gagne 136 euros. J'envoie 75 euros à ma famille. Je ne vois pas comment je pourrais prier en même temps". Omar, un Musulman non pratiquant de 40 ans est un exemple encore plus extrême. Il nous a expliqué franchement que la seule chose qui le faisait se sentir Musulman, c'était la question palestinienne.

3. Obstacles

142L'un des principaux obstacles à la pratique de l'Islam au sein des prisons françaises, c'est le sentiment que la prison persécute les détenus en raison de leur foi. Ryad, un Palestinien de 26 ans nous a expliqué ceci :

"J'ai la foi. Les policiers m'ont demandé : "Tu aimes Bin Laden ?". Et ils ont fait de ma vie un enfer à la prison de Fresnes. Que Dieu nous protège ! Ici, je prie cinq fois par jour et je jeûne également pendant le Ramadan. J'ai commencé à prier il y a quatre ans".

143Et Lofti, un Tunisien de 41 ans d'ajouter : "Si vous pratiquez ici, les autorités carcérales vous traitent comme un terroriste".

144Un obstacle plus fréquent à la pratique religieuse est lié à la vie au sein d'une société cynique dans laquelle le manque de modestie est monnaie courante, ce qui rend difficile le fait d'être un fervent Musulman. Cet aspect des choses nous a été démontré par Kamel, un français de 34 ans qui nous a fait comprendre que ce n'était pas aussi simple d'avoir la foi quand on habite en France :

"... avec tous ces films de cul et compagnie. En prison, c'est pire. Je suis trop démoralisé pour faire quoi que ce soit. J'ai une dépendance à la drogue mais aucun centre de désintoxication n'a voulu de moi. Je n'ai nulle part où aller et je n'ai rien à perdre. Je suis croyant et je connais des gens qui sont partis en Afghanistan ; ils ne pouvaient plus supporter tout ça".

145De plus, certains détenus trouvent qu'il est difficile de prier régulièrement, voire de prier tout court, dans un environnement confiné. Pour ces détenus, contrairement à d'autres pour lesquels les problèmes existentiels de la vie carcérale sont à l'origine de la pratique religieuse, une forte anxiété se révèle un obstacle à l'observance des devoirs religieux. L'expérience inconfortable de l'emprisonnement dérange les anciennes habitudes, en particulier celles qui étaient liées à la gestion du temps en dehors de la prison. Réciter les prières quotidiennes fait partie de ce type d'habitudes. Le fait que leurs cellules soient impures d'un point de vue religieux [najis] vient accroître leurs angoisses et leurs problèmes existentiels.

146Même lire le Coran ou d'autres livres édifiants d'un point de vue religieux s'avère difficile en prison soit parce que ces livres ne sont pas disponibles à la bibliothèque, soit parce qu'il n'en existe pas suffisamment d'exemplaires, ce qui est généralement le cas dans des prisons où plus de la moitié des détenus sont des Musulmans. Un autre problème émerge souvent : certains détenus sont incapables de lire ces livres car ils ne sont pas disponibles dans leur langue maternelle.

Conclusion

147Dans les prisons anglaises et galloises, la position relativement privilégiée de l'Islam et des aumôniers a permis de créer des opportunités pour l'islam et d'autres cultes durant les années 1980. Les responsabilités spéciales des aumôniers chrétiens leur ont perrmis de servir d'intermédiaires en milieu carcéral pour les aumôniers musulmans et la pratique de l'Islam. Auparavant, cela signifiait que les aumôniers avaient individuellement une influence décisive – positive ou négative – sur le sort réservé à l'Islam en prison. Cependant, la situation a évolué durant ces dernières années grâce à des politiques nationales et à des mécanismes institutionnels qui ont fait de la religion un élément de discrimination reconnu par le texte sur les relations raciales en milieu carcéral (Prison Service Race Relations). La nomination d'un Conseiller musulman auprès du Prison Service d'Angleterre et du pays de Galles ainsi que celle d'un aumônier en chef favorable à une approche multiconfessionnelle a eu pour conséquence la nomination d'au moins 15 aumôniers musulmans à temps plein depuis 2001.

148Concrètement, de nombreuses mesures ont été prises pour faciliter la pratique de l'Islam, pour créer des espaces dédiés à la prière collective, pour développer un plus grand respect vis-à-vis des objets religieux, pour rendre la viande halal davantage disponible et aussi pour faciliter la tâche aux détenus souhaitant observer le jeûne du Ramadan. À la fois les détenus et les surveillants témoignent de la réalité de ces améliorations. Néanmoins, un certain nombre de points de mécontentement demeurent, en particulier en ce qui concerne l'authenticité de la nourriture halal et la possibilité de respecter le Ramadan ; de même, les détenus ont toujours le sentiment que certains surveillants ont une attitude négative à leur égard. Il y a également des signes d'un mécontentement mal défini relatif à un Islam apolitique et standardisé qui serait en train d'être institutionnalisé au sein des établissements pénitentiaires britanniques.

149La situation dans les prisons françaises contraste très nettement par rapport à celle qui a pu être observée dans celles d'Angleterre et du pays de Galles. Les possibilités pour les détenus de pratiquer l'Islam y sont très limitées, voire inexistantes. Le fait que de la nourriture halal ne soit pas disponible, la rareté des imams, le manque d'espaces pour les prières collectives ainsi que le manque d'aménagements pour le jeûne du Ramadan et les fêtes de l'Eid ont pour conséquence qu'il est très difficile pour les détenus Musulmans de respecter leurs devoirs religieux dans la plupart des prisons. La situation est parfois meilleure dans un établissement où le directeur fait preuve de tolérance et d'ouverture d'esprit. Contrairement à ce à quoi l'on pourrait s'attendre de la part d'un pays aussi centralisé que la France, les dispositions et règles relatives aux Musulmans ne sont pas les mêmes d'un bout à l'autre du pays ; beaucoup de décisions sont liées aux préjugés, au hasard et au pouvoir discrétionnaire du directeur de chacun des établissements. Cela aboutit à des pratiques individuelles très variées de l'Islam, pratiques qui côtoient celles, plus structurées, des Islamistes radicaux. Il en ressort une importante frustration chez les jeunes détenus ayant des racines musulmanes.

Notes

1 The Prison Rules 1999 (version amendée en 2000) lien internet :
www.hmprisonservice.gov.uk/filestore/1027 1412.pdf [consulté le 11/09/03] :

2 HM Prison Service Order on Religion, PSO 4550, 2002, 1.10

3 HM Prison Service Order on Race Relations, PSO 2800, 1997, Chap. 3.13.2

4 HM Prison Service ’Prison Service Race Relations Policy Statement’ Prison Service Order on Race Relations PSO 2800, 1997.

5 HM Prison Service Prison Service Order on Race Relations, PSO 2800, 1997, 5.6.4

6 Voir en particulier le document intitulé ’Religion in the prisons of England and Wales’ qui a été remis au ministère de l'Intérieur le 27 Mars 1996. Document consultable en ligne :
http://www.angulimala.org.uk/Religion in Prisons (Disc Paper).pdf.

7 Selon les termes du Chaplain General, "tout ce qui a trait à la religion devrait être géré au sein de l'aumônerie" (entretien aux Prison Service Headquarters le 13 mai 2003).

8 HM Prison Service Prison Service Order on Religion, PSO 4500, 2000, 3.5

9 HM Prison Service Prison Service Order on Catering, PSO 5000, 2001

10 Dans le passé, les religieuses effectuaient le travail des surveillants dans les prisons pour femmes.

11 En fait il y avait 59 aumôniers musulmans en France en 2001 dont 31 étaient des employés rémunérés de l'Administration Pénitentiaire française. Ce détenu veut insister sur le nombre insuffisant d'aumôniers musulmans comparativement aux autres cultes.

12 ’Bricolage’ est le mot employé dans la version anglaise de l'ouvrage. La note de bas de page précise que sa connotation est péjorative (note du traducteur)

13 Dans une prison près de Metz, la viande halal est proposée à l'ensemble des détenus. Les chrétiens n'ont aucune objection et les juifs représentent une petite minorité. Dans le meilleur des cas, il s'agit là d'une décision locale.

14 Théoriquement, seuls les prisonniers qui travaillent en cuisine ou dans des secteurs annexes ou encore qui ont un emploi qui les empêche de manger aux horaires normaux ont le droit de préparer leur propre nourriture. En pratique, de nombreux détenus préparent leur nourriture en utilisant des ustensiles de fortune ou bien mangent du poisson en boîte.

15 Cette question était apparemment étudiée dans la Prison B et, selon le directeur de la section féminine de la Prison C, il était prévu que la viande halal soit disponible à l'avenir pour les femmes musulmanes.

16 Dans certaines prisons de la région Alsace-Moselle, laquelle est toujours sous Concordat, les responsables de prison ont décidé de servir uniquement de la viande halal : de cette façon, les catholiques qui n'ont pas de restrictions religieuses peuvent la manger au même titre que les musulmans. Mais certaines personnes craignent que ceci ne soit exploité par des mouvements politiques d'extrême-droite dans le but de dénoncer l'Islamisation de la France et la capitulation face aux exigences des Musulmans.

17 Plus connu en Grande-Bretagne sous l'appellation Eid ul-Fitr.

© Presses universitaires de Louvain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540